De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Capitaine des Catins

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Antilope 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Jeu 7 Juin - 7:26
19 Août 1762

Trois semaines. Voila le temps  que nous avait prit le voyage jusqu'aux terres ou se trouvaient le village de la Légion du Nord. La Légion de Vat’Em’Medonis. Des terres que je devais visiter car la suite de mes projets en dépendait. Si j'échouais ici, c'était bien plus que ma vie que je risquais. Je pouvais aisément imaginer que, par l'arrogance de mes semblables, je ne serais pas la bienvenue. Je pouvais déjà le sentir par la tension qui habitait le groupe de guerriers qui m'accompagnait. Mais je devais venir si je voulais éviter le pire.
J'avais ordonner certaines chose à la Citadelle d'Aërthia en prévision de mon retour. j'allais changer un certains nombres de choses. Mais j'avais également dû ordonner aux gardes de me laisser partir seule avec les Graärh afin de pouvoir discuter avec eux. J'avais consentit à la présence de Lewan, afin qu'elle soit la témoin pour les vampires, mais j'avais refusé toute autre présence des sangsues. Les armes de celle-ci avaient été remises à nos compagnons félidés.
Je n'avais pris que le stricte minimum pour le voyage. Ma robe métamorphe et mon apparat permanent qui me permettait d'être ce que l'on m'avait apprit à être. Toutefois, je ne demanda aucun traitement de faveur à ma "garde", suivant en silence, bien que péniblement, le rythme. Je serais bien arrogante de dire qu'ils ne se sont pas adapté à moi. Ce que je ne suis pas. Je le sais parfaitement, ils ont aménagé les pause dans notre voyage en fonction de ma morphologie d'enfant, proposant même des siestes pour que je puisse dormir. Mais j'avais toujours refusé de m'arrêter. Le temps n'était pas mon plus grand allié dans cette entreprise. Il pouvait même jouer en ma plus grande défaveur. Grand-Griffe m'avait averti de cela. Et je n'étais certainement pas resté sourde à cela.

J'affrontais la neige sans mot dire, partageant juste ma connaissance des peuples avec les graärh tandis qu'ils m'expliquaient ce qu'ils estimaient nécessaire que je sache concernant leur peuple. Je savais qu'ils garderaient certaines choses pour eux. Aussi, j'avais prit le parti de les observer et de les écouter pendant qu'ils discutaient entre eux. Si bien que je commençais à discerner les expressions et les significations de leur mode d'expression. Et étrangement, je comprenais que celui ci était bien plus développé que je n'avais pu le penser au paravant. Ce qui me confortait dans l'idée que la menace d'une guerre avec les Graärh pouvait réellement exister.
De simple animaux mimant les elfes, les humains et les vampires ne représentent pas une menace en soit. Mais des êtres doués de suffisamment d'intelligence pour développer un système linguistique aussi développer pouvait devenir une menace pour tous si on ne les traite pas de manière adéquat. Et dans le cas présent, il s'agissait d'abord de les accepter comme nos égaux.

Alors que nous avancions dans la neige, je sentais la présence de Lewan se rapprocher de moi à mesure que nous nous approchions du village graärh.
De loin, celui ci ne payait pas de mine. Je dirais même qu'il brillait plus par sa simplicité que par les fioritures que l'on aurait pu trouver chez les autres peuples arrivés dans l'archipel. Je ne m'y connaissais guère en architecture et en aménagement de ville, mais je devais reconnaître que cette simplicité avait un charme qui n'était pas pour me déplaire.
Je me tournais vers mes compagnons.[/i]

-Dois-je me faire annoncer ou me présenter de moi même?
-Si vous avez réellement le désir de nous comprendre, alors vous le savez déjà. me répondit Garen Al-Theoss, le graärh qui supplait Grand-Griffe. Il n'avait qu'une confiance toute relative en moi. Il reconnaissait que j'agissais selon mes paroles pour le moment. Mais il restait sur ses gardes, attendant le moindre signe de trahison de ma part. Je le savais depuis l'instant ou il avait posé son regard sur moi et qu'il avait accepté de m'observer.

Je poussais un soupir et commençais à défaire mes bijoux avant de finalement m'arrêter. Je comprenais que ce peuple n'était pas de ceux qui étaient impressionné par la richesse. Mais je n'étais pas là pour faire l'étalage de ma richesse. Mes bijoux n'étaient, au final, qu'un moyen de parvenir à mes fins.
Je pris la direction du village, approchant désormais seule vers ce qui pouvait être soit la fin de mon existence soit une étape importante de mon agenda. J'eusse était une humaine, j'aurais eu des sueurs froide malgré le froid environnant. Mais en tant que vampire, je me voyais épargner cela.
J'avançais, la tête haute vers les gardiens du village, les mains bien en vu de tous. Je maintenais mon apparence, mais sans chercher à les écraser pour autant. Lorsque je fus à quinze pas de l'entrée du village, je m'arrêtais, revêtue seulement d'une robe blanche avec une longue traine, couleur qu'avait prise la robe métamorphe pour se confondre avec la neige environnante, de l'Etreinte Ecarlate, le collier qu'Arcturius m'avait donné, le Regard de Glace et du manteau de fourrure fait à partir du Fenrisúlfr que j'avais chassé par moi même, reposant désormais sur mon épaule. Les cinq graärh m'accompagnant restant vingt pas derrière moi. Je n'étais plus sous leur protection.
Je pris une inspiration et levais la voix pour être entendu, mais sans crier. Je me doutais que les guerriers m'avait vu arriver et il était fortement probable qu'ils sachent déjà que je sois une vampire également.[/i]

-Membre de la Légion Vat’Em’Medonis. Je me nomme Irina Faust. Je viens à vous pour apprendre et ne pas répéter les erreurs du passé. J'ai pris le trône de la Nuit et je viens honorer ma promesse faite aux vôtres. Entendrez vous ma voix. La Voix de celle qui bannit votre asservissement ainsi que celui de toute être pensant.

J'avais annonçais la raison de ma venue. Il ne me restait plus qu'à espérer être entendu par ceux qui avait toutes les raisons de ne pas le faire.


Dernière édition par Irina Faust le Jeu 14 Juin - 17:20, édité 1 fois
avatar
Éclaireuse

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Fennec, niv 3
Esprit-lié n°2: Vautour, niv 3
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Jeu 14 Juin - 14:47
Une délégation était attendue, une de ce genre de personnes que l'on préférait voir morte et dans son assiette, à moins que cela fut uniquement pour la Graarh. L'esprit du vautour était évidemment extrêmement utile, mais le prix à payer pour sa protection était élevé. Ce fut donc ce genre d'interlocuteur qui attendait tout en haut de la fortification avec d'autres de ses frères et sœurs. Cela faisait plusieurs heures qu'ils savaient qu'ils étaient en train de s'approcher. Asshaal était tellement habituée à patrouiller sur ces terres gelées, qu'elle avait pu noter le trouble que provoquait l'important groupe chez la faune locale. Petit à petit, elle put discerner du haut de la fortification une femelle humaine de petite stature dans une grande robe blanche. Cependant, la princesse vampire pouvait voir que les Graarhs ne portaient pas de bijoux et d'autres fanfreluches inutiles, ils n'utilisaient que des objets utiles dans leurs vies, le reste n'avait aucun intérêt à leurs yeux. Elle était accompagnée d'une autre vampire, grand bien lui fasse. Il n'y en avait pas trop, alors cela ne la dérangeait pas. La Graarh avait un peu de bave qui coulait le long de la commissure de ses lèvres. Son instinct lui disait de sauter sur la plus faible, de l'étriper pour la dévorer encore sanguinolente. Elle passa le revers de son bras le long de son sa bouche en secouant la tête. Il y avait une certaine tension parmi le peuple vivant dans ce village. Irina pouvait remarquer que chaque Graarh était armée, du plus jeune au plus vieux. Elle se tourna en direction des siens en se tenant très droite, sûre d'elle, impressionnante. Ce fut alors qu'elle parla Graarh d'une voix forte, c'était une suite de grognement, des mouvements de bras, d'oreille et de queue caractéristique. C'était un langage complexe, mais vraisemblablement, cela semblait être une mise au point musclé et une prise d'autorité certaine, qui ne fut pas contestée. Le fait que les vampires n'étaient pas armés ne lui importait que peu, ce ne fût pas comme si elles pouvaient tenter quoi que ce soit.

Ce fut alors que la Graarh sauta du haut des remparts pour se retrouver un peu accroupi sur le sol. Asshaal faisait plus de deux mètres de haut avec un corps très musculeux fait pour le combat. Elle se releva dans son pelage, qui rappelait les grands félins vivant davantage dans les terres arides que glacées et neigeuses. Elle ne semblait pas être armée, mais elle avait des sortes de gantelets solides avec des supports pour griffes. Il était une évidence, qu'elle portait toujours des armes meurtrières sur elle en permanence. Elle avait ensuite tout une suite de protections diverses sur les bras, les épaules, le torse avec une armure de mithril parfaitement silencieuse. Elle portait également une cape, ainsi que des bottes avec de solides jambières faites certainement avec la peau d'un animal de la région. Très étonnant, elle avait un collier et une bague, éléments très rares chez les siens. Asshaal se voulait dominante que ce soit dans sa posture ou dans ses gestes lorsqu'elle vint se dresser face à Irina, qu'elle regarda droit dans les yeux sans aucune hésitation. Il y avait de nombreux codes de conduites parmi ce peuple qui était vu comme barbare, et si elle pouvait accepter que cette Irina la regarde aussi dans les yeux, celle qui l'accompagnait, certainement pas. Le regard était davantage condescendant, et la Graarh s'attendait à ce qu'elle baisse les yeux en signe de son rang inférieur. Asshaal offrit alors un léger ronronnement à Irina, et elle attendit de voir la réaction de la seconde femme vampire. Il était tout à fait possible qu'elle réagisse très mal à un manque de politesse pareil.

« Je suis Asshaal Sitaare-ke-Tahat, je représente ici mon Aaleeshaan, celle qui dirige cette tribu, mais vous n'êtes pas sans savoir qu'elle est à la tête de tous les Graarhs du continent glacé que vous appelez Nyn Tiamat. »

Se présenta alors la Graarh avec un léger mouvement de tête, avant de se rapprocher à distance de discussion et poursuivre.

« Une … Connaissance commune m’a parlé de vous morte qui marche, mais vous dites être venu … pour apprendre ? Et qu’est-ce que vous êtes venu apprendre exactement ? Quant au passé de ceux qui êtes venus nous envahir un jour sur leurs grandes barques à voile, je commence déjà à le connaitre, ruine, désolation, destruction et guerre. Vous avez détruit deux fois votre propre monde, et vous fuyez un grand danger, sauf que tout cela ne nous concerne pas. Si vous parlez du passé plus proche, lorsque vous avez envahi nos terres, tuez nos frères et nos sœurs, en effet, on doit parler. »

Dit alors très clairement Asshaal, ne mettant que très peu de fioritures autour de ses mots. Comme tout ce qui se faisait chez les Graarhs, ils faisaient dans l’efficace, dans le direct.

« Une … promesse ? De quoi parlez-vous ? Et comment pourrait-on croire en vos mots ? L’esclavage de prisonniers suite à votre invasion était de votre fait, de votre peuple, mais si vraiment c’est une réalité alors, ce grief sera à enlever de nos relations. Donc j’imagine que si nous trouvons des morts qui marchent ayant des esclaves Graarhs, les tuer ne sera pas un souci à vos yeux. »
avatar
Admin
Capitaine des Catins

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Antilope 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Dim 17 Juin - 4:23
J'avais espéré pouvoir éviter la guerre entre les vampires et les graärh. Et visiblement, j'étais arrivé juste avant qu'il ne soit trop tard. Ou du moins l'espérais-je. En effet, je pus remarquer que chaque membre de la tribu été armé. Cela n'augurait strictement rien de bon. Car, lorsque l'on commence à armer les anciens comme les enfants, c'est que l'on se prépare à lancer une guerre dont on doute de pouvoir revenir vivant. Une guerre du désespoir. Et c'était le genre de chose que je ne voulais voir. J'avais besoin que les peuples garde l'espoir. Il allait donc falloir que je parvienne à la leur redonner. Ce qui, au vu de notre occupation de leur île, risquait d'être extrêmement compliqué.

Une guerrière s'approcha de moi, grande et imposante par sa stature. Elle voulait prendre l'ascendant sur moi et écraser Lewan qui n'était, à ses yeux, qu'une petite chose qui lui suffirait d'écraser. Peut être avait-elle raison. Peut être pas. Je ne voulais pas prendre le risque de le tester maintenant. Cela aurait provoquer une guerre de façon irrémédiable.
Je savais que la vampire garderait son regard fixé uniquement sur moi, observant le reste du coin de l'oeil. Elle avait pour consigne de regarder ce que je ferais. Pas de me protéger.

La graärh se présenta, annonçant qu'elle était la représentante de l'Aaleeshaan de l'île et qu'elle parlait en son nom. Cela ne me surprenait pas. Je restait silencieuse lorsqu'elle annonça que je ne devais ignorer l'ordre social chez ce peuple encore nouveau pour nous. Elle n'avait pas besoin de savoir ce que je savais et ce que j'ignorais.
La guerrière se posait en personne connaissant notre histoire. Elle me posa des question, mais sans réellement faire preuve de volonté d'écouter. Elle voulait seulement nous écraser. Du moins, était-ce le ressentit que j'en avais. Je n'avais pas à me justifier devant des inconnus, mais je devais faire preuve d'une certaine fléxibilité dans mon attitude, car aujourd'hui, c'était bien plus que ma simple bonne humeur qui était en jeu.
Mon regard se plantait dans celui de la dénommé Asshaal Sitaare-ke-Tahat après avoir passé en revut l'ensemble des félins présents.


-De ce que j'ai apprit de votre peuple, les insultes envers un émissaire de la paix ne fait pas parti de vos traditions, guerrière. Si je comprend votre colère envers mes semblables, je vous pris d'au moins honnorer le geste que je fais en me pliant à vos traditions au lieu de rester dans celles des peuples qui sont arrivés sur vos terres à la recherche d'un asile.
Que vous doutiez de mes paroles est une chose normale. Et en soit, il serait stupide de croire chacun de mes mots sans y avoir réfléchit au préalable.
Vous dites connaître notre passé de destruction et de haine. Mais nous avez vous réellement étudié pour dire cela? J'en doute fortement, si vous me le permettez.
Quand je dis que je viens apprendre, c'est que j'entends par là que je souhaite apprendre à vous connaître. Apprendre vos traditions et découvrir un chemin qui permettra aux peuples de vivre en bonne harmonie. Je ne prétend pas que cela se fera du jour au lendemain. Mais j'ai bon espoir d'y parvenir.
Désormais, ma voix portait autour de nous afin que tous puisse l'entendre aussi clairement que si j'étais à côté de lui. Pour ce qui est des erreurs de mes prédécesseurs, c'est une chose que les vampires ou, comme vous les appelez, les Mort-qui-marchent, mais également les humains et les elfes devront réparé sur le long terme. en effet, ils ont tous commencé à s'installer comme si c'était chez eux et se sont approprié vos terres et vos droits comme si cela était normal. Un acte que je désapprouve fortement.
Les Gardiens qui m'ont guidé jusqu'ici pourront vous confirmer que j'ai déjà ordonné au Royaume Vampirique de cesser l'esclavage et la traque des votres. Quand à la sanction de ceux qui poursuivrons cette pratique, je souhaite en parler avec les instances Graärh au grand complet, car j'ai moi même l'intention de punir les contrevenants. Et cela ne sera pas une douce sanction à leur yeux.
En disant cela, ma voix devint plus douce, mais également plus froide. Presque comme si c'était le vent de l'Inlandis qui avait prononcé ces paroles. On pouvait aisément deviner qu'en effet, ce ne serait pas une mort rapide qui attendrait ceux reconnu coupable d'esclavagisme dans mon Royaume.
Je me repris, esquissant juste un sourire désormais aimable sur les lèvres.
Je souhaiterais également discuter avec vous l'installation des peuples qui sont arrivé lors de cette grande Armada. Les Vampires n'ont rien demandé et ont pris sans vergogne. Ce qui est fait est fait. Mais je souhaite voir avec vous comment nous pourrions arriver à une reconnaissance de dette et un dédommagement. Bien sûr, je ne parle pas d'un aspect financier. Mais bien de ce qu'une nation peut faire pour une autre en retour d'un service. En l'occurence, la possibilité de rester dans les lieux qui ont été construit par les sangsues.

On pouvait sentir le mépris que m'inspirait réellement le comportement des vampires jusque là. J'étais peut être une vampire moi même, mais cela ne voulait pas dire que j'approuvais ce qu'ils avaient fait jusque là. J'espérais juste que les graärh ne tomberaient pas dans nos travers de partir en guerre sur un coup de tête avant que tout ai été tenté pour trouver une solution pacifique.
Etait-je une douce romantique? Peut être. Mais certainement pas une utopiste. Je mènerais les choses ou je le souhaitais, ou du moins, mourrais-je en essayant de le faire.
avatar
Éclaireuse

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Fennec, niv 3
Esprit-lié n°2: Vautour, niv 3
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Dim 17 Juin - 20:37
La mort qui marche accompagnait celle qui avait la langue bien pendue ne la regarda pas dans les yeux, ce qui était largement mieux pour elle. Selon les traditions Graarhs, seuls des personnes de même rang pouvaient se regarder dans les yeux, et elle acceptait que cette Irina le soit, vu qu’elle représentait son peuple. La féline tachetée était ainsi, expansive et bourrue, c’était le moins que l’on pouvait dire. Elle se sentait forte, et elle ne pouvait se permettre de perdre de l’honneur dans cette rencontre très importante face à une peut-être future ennemie. Il en valait également pour la continuité de son idée des Graarhs et de sa vie également tout simplement.

« Je ne crois pas vous avoir encore insulter, nous autres Graarhs ne perdons pas de temps, nous disons ce que nous avons à dire sans tergiverser. Alors cela peut sans doute vous paraitre brutal. Vous apprendrez à nous connaitre bien assez tôt mort qui marche, mais je n’ai rien contre vous en particulier, uniquement à tout votre peuple. »

Répondit alors Asshaal en baissant légèrement les oreilles et faire un léger à-coup de queue rapide derrière elle. Elle leva alors son indexe vers le ciel en secouant la tête doucement.

« Vous avez fui un grand mal dans vos terres, un mal dont vous êtes responsables, alors même si je ne peux accepter votre lâcheté sur ce point, j’admets que vous recherchiez un asile, mais vous peuple en arrivant ici n’a fait que conquérir de force. Il n’a pas demandé de l’aide, car si cela avait été le cas, sans doute que notre peuple vous aurait aidé. Au lieu de cela, vous nous avez assaillis et traité comme vos bêtes. Vous ne survivrez pas longtemps sur ces terres, si vous ne comprenez pas comment il faut faire ici. Notre peuple vit sur ces terres gelées depuis des temps immémoriaux en harmonie avec notre environnement. Nous n’en sommes pas les maîtres, seulement un des rouages. Votre peuple n’a pas changé depuis des millénaires, il ne fait que mordre comme un animal apeuré, mais nous aussi nous pouvons le faire. »

Finit par dire alors Asshaal en montrant ses crocs dans une posture légèrement plus agressive un bref instant.

« Nous autres Graarhs ne mentons pas vraiment, alors, quand je vous dis quelque chose, vous pouvez le croire, car sans honneur dans notre peuple, vous ne valez vraiment rien du tout, comme tous ceux qui ont été bannis de notre peuple. Etre seul sur ces terres équivaut généralement à une mort des plus atroces. »

Asshaal se faisait professeur, car elle avait l’impression de voir un enfant Graarh qui ne savait pas grand-chose de la vie. Elle semblait être particulièrement au courante de l’histoire des nouveaux peuples quoi qu’il en soit.

« Le peuple Graarh enseigne la sagesse et nombre de connaissances en contant nos histoires et nos légendes, alors évidemment, j’ai étudié votre histoire. Je sais comment sont les morts qui marche ou les autres peaux lisses. Vous êtes des destructeurs, même entre vous, même aux portes de la destruction. On m’a conté nombre de légendes, et de fait de votre passé. »

La féline croisa les bras et soupira légèrement toujours dans une posture puissante.

« C’est très exceptionnellement que je vous enseignes quelques trucs sur notre peuple, car normalement, cela ne fonctionne pas ainsi. Si vous souhaitez vivre en harmonie sur ces terres gelées, alors il va falloir changer drastiquement. Vous vivez au milieu de nombre de formes de vie comme les plantes, les arbres, les animaux. Aucun d’entre eux ne sont vos inférieurs, il faut les respecter, les honorer, comme les esprits gardiens évidemment. Ils guident ceux qui sont prêt à les entendre, mais vous ne l’êtes pas du tout. »

Asshaal plissa à nouveau les yeux lorsque Irina parla de la manière dont les nouveaux peuples étaient venus sur leurs terres. Elle ne pouvait que montrer sa colère face à cela, c’était d’ailleurs le grief le plus important.

« Chez les Graarhs, lorsque nous sommes attaqués, il est de notre devoir, de notre honneur de répondre et de corriger cette infamie. Aucun Graarh ne peut vivre sans honneur, c’est quelque chose de très important pour nous. Il est de notre devoir de répondre à cette agression, de reprendre ce qui est à nous. Seuls les plus forts survivent, c’est ainsi. J’ai bien vu votre regard tout à l’heure, sachez que chaque Graarh de plus de six années est un combattant avant tout autre chose. Vous ne devriez pas nous sous-estimer pour quelques victoires faites dans la surprise et la couardise. »

Dit alors Asshaal en grognant légèrement.

« Les Graarhs qui ont été pris en esclavage peuvent exceptionnellement revenir dans la légion, une tribu sera créé à cet effet au vue des évènements … particuliers. Alors j’imagine qu’ils seront tous libres de revenir parmi les leurs très rapidement. Quant aux sanctions que vous voulez administrer, à quoi pensez-vous exactement ? Il n’y a pas plus important que l’Aaleeshaan, alors dites-moi et je lui en parlerais. »

Finit par dire la féline en faisant un coup de tête dans la direction d’Irina. Elle restait toujours aussi sérieuse, droite et fière malgré les airs froids de la vampire. Vu qu’elle souhaitait leurs morts, tant que cela se finissait, c’était tant mieux. Elle pencha la tête en répondant immédiatement lorsqu’Irina commença à parler de la discussion quant à la situation actuelle des vampires sur leurs terres.

« Je vous arrête immédiatement, le peuple Graarh ne pourra pas accepter que les invasions en restent ainsi, certainement pas. Moi-même, je dois me restreindre de ne pas vous écarteler de mes propres griffes, mais je vous assure que vous repartirez d’ici en vie jusqu’à votre fort. Le peuple félin vit simplement, nous avons des armes, de l’équipement, des vivres, de quoi nous réchauffer et de quoi nous soigner. Nous n’avons ni besoin de votre or, de votre magie, de vos babioles ou de votre technologie, qui n’a fait que vous détruire vous-même. Je ne vois pas ce que votre peuple pourrait faire ou nous donner pour compenser la perte de notre honneur et de nos terres. Je ne vois pas comment le peuple Graarh pourrait vous laisser garder des terres volées. Ce n’est peut-être pas de votre fait, mais vous avez choisi de prendre la tête des morts qui marchent avec l’aide d’un frère, alors maintenant c’est votre problème. Alors maintenant, que pourriez-vous bien faire avant que j’exige le départ des envahisseurs dans les plus brefs délais ? »

Asshaal semblait assez énervée, mais elle arrivait à garder le contrôle d’elle-même, bien que ses pieds s’enfoncent davantage dans le sol. Elle ne semblait pas prête d’en rester là, elle ne le pouvait pas tout simplement d’ailleurs, car une faiblesse pareille ne serait le signe aux autres Graarhs qu’elle ne pouvait plus être la voix de l’Aaleeshaan.
avatar
Admin
Capitaine des Catins

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Antilope 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Mar 19 Juin - 16:41
Cette enfant était une ignorante qui se disait sage. Le comble de l'arrogance. Simplement parce que quelqu'un lui avait raconter quelque chose, elle le prenait pour acquis, sans chercher à savoir d'avantage. Une erreur que bien des gens avaient tendance à commettre, même parmi les races qui venaient d'arriver. Et pourtant, une erreur que je ne pouvais me permettre.

Cette enfant s'empressait de répondre à mes propos, en ne prenant presque pas le temps de réfléchir, réagissant avant de réfléchir. Le trait caractéristique des guerriers et autres combattant. Ils comprenaient que les "mots" pouvaient avoir du poids, mais ils n'en saisissaient guère les subtilités et le pouvoir. Bref, un comportement typique d'un être peu habitué à la parole. Mais plus encore, affichant le panel de ses émotions sur son visage et son corps. Dès lors, elle devenait un livre ouvert pour qui savait lire les émotions graärh. Par chance pour elle, je n'en étais pas encore arrivé à ce niveau. Mais je devinais déjà que ma simple présence l'irritait au plus haut point. Mais comme elle le disait, c'était plus ce que je représentais à ses yeux qu'elle abhorrait, plus que moi même. Ce que je pouvais comprendre aisément.
Je ne pouvais franchement reprocher aux graärh de nous voir comme des envahisseur, car, comme nous le disions toutes deux, les trois peuples étaient arrivé avec leur gros sabots et s'étaient approprié les terres sans rien demander. Quand au traitement des leurs, je comprenais leur colère d'être traité comme du bétail. Ce qui m'amusait, cependant, c'est que ce soit l'un des leurs qui veille sur ce marché au niveau d'Athgalan. Mais je m'abstins de le faire remarquer.
La libération des esclaves "domaines" vampirique était une promesse que j'avais faite à Grand-Griffe et je la tiendrais. J'avais également proposé aux graärh que nous avions libérer de devenir mes "chevaliers-gardiens". Pour le reste, la manière dont les graärh réintégreraient les leurs ne m'intéressait que moyennement, pour ne pas dire pas du tout. Du moins, tant que ce peuple et ses représentants se montreraient aussi arrogant à mon égard.

Au vu du discours de la "représentante", il semblait claire que les discussions et les consensus seraient difficiles à obtenir, pour ne pas dire impossible. Toutefois, je ne pouvais être celle qui romprait les discussions. Je devais paraître comme celle qui portait le message de paix et non celle qui venait déclarer la guerre.

Lorsque Asshaal eu terminé, je poussais un soupir.


-Vous prônez l'écoute et la compréhension, mais lorsqu'un messager vient, vous vous braquez et n'écoutez plus rien, en dehors de ce qui vous plait d'entendre. Cela est regrettable. La ou une petite fille vient vous parler, vous voyez une proie facile. Mais vous êtes bien loin de la vérité. Vous parlez de couardise. Certes, de votre point de vue, cela peut être perçu comme tel. Je ne chercherais pas à justifier le comportement des autres races. D'une part parce que ce n'est pas justifiable, et d'autre part, parce que je ne souhaite même pas essayer de les en excuser. C'est à chacun  d'assumer ses erreurs. La mienne fut de laisser le pouvoir vampirique à des gens qui n'avait leur pensée que dans leur bras et dans leurs désirs immédiat. C'est pour cela que je souhaite changer les choses. Mais cela prend du temps. A plus forte raison chez les sangsue.

Votre tradition se transmet par voie oral, si bien que la parole est devenue, pour vous, quelque chose de sacré.
Toutefois, pour les peuples qui sont arrivé sur ces terres, l'histoire fut écrite par les vainqueurs des conflits. Et les mots ont été maintes fois travesties. Vous dites nous connaître sur les dire d'un individus, peut être deux. Certes, l'histoire qui reste ne fut pas des plus glorieuse. Mais je peux vous parler d'une elfe qui a cherché à parler avant de se battre contre ceux qui l'on pourtant attaqué. La rejetteriez vous parce que son peuple a fini par se battre?
Comme je vous l'ai dis, je sais que les peuples ont des tords. Je ne le nierais pas. Mais si vous persistez à vouloir nous repousser, vous allez vous empêtrer dans un combat qui lavera peut être votre honneur, mais qui risque fortement de vous détruire en même temps que vous détruiriez ceux que vous appelleriez vos ennemis. Les Esprits et les Dieux ont fait que nous sommes arrivés sur vos côtes. Nous ne pouvons faire demi tour. Ce qui fait que les trois peuples, conscients de ce qu'un nouveau départ voudrait dire, se battront pour rester.
Comprenez bien que je ne cherche aucunement à vous menacer. Je me contente de vous annoncer un état de fait, afin que vous compreniez l'étendue de la situation.
En ce qui concerne ce que moi, en tant que souveraine des Vampires, je peux faire, c'est, dans un premier temps, ordonner la libération des Graärh qui sont sur les terres occupées par mes semblables et vous reconnaître comme des égaux lors des discussions à venir. Cela peut paraître bien peu, mais c'est bien plus que ce que vous pourriez obtenir de la part de tout autre souverains des Royaumes, à l'heure actuelle.
Pour ce qui est de la justice, je souhaite en parler directement avec votre honorée Aaleeshaan, afin que nous soyons toutes deux certaines de se comprendre et d'arriver au plus vite à un consensus capable d'apporter la justice que vous rechercher, tout en maintenant l'Ordre nécessaire. Mais en première ébauche, vous pouvez toujours lui proposer ceci. Toute personne prise à pratiquer l'esclavage sur vos terrains de chasses, villages sera jugé par vos soin, comme si il vous avez attaqué. Toute personne prise à cette pratique, mais capturé au sein de la cité vampire sera jugée par la Couronne, donc moi même. Dans les deux cas, la sentence sera exécutée à la vu des deux peuples, afin que cela serve d'exemple pour tous. Je souhaite montrer que, au moins sur ce sujet, nous pouvons œuvrer ensemble pour un même objectif.


Si elle pensait que j'allais trembler de peur à cause de ses menaces à peine voilées, cette guerrière se mettait la griffe dans l’œil jusqu'au coude. Elle ne m'impressionnait pas le moins du monde. En faite, à mes yeux, elle avait perdu toute crédibilité dès l'instant ou elle avait commencé à me couper la parole pour n'écouter que ce qui l'intéressait. Mais je pouvais bien lui laisser sa "fonction" de représentante. J'attendais plutôt de pouvoir discuter avec l'Aaleeshaan.
avatar
Éclaireuse

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Fennec, niv 3
Esprit-lié n°2: Vautour, niv 3
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Ven 22 Juin - 18:07
Asshaal ne cachait guère sa manière de penser et ses sentiments, s'en était d'ailleurs une certaine fierté. Elle ne faisait pas dans la couardise et autres manipulations. C'était sa manière d'être, la manière de bon nombre de Graarhs d'ailleurs, palabrer pendant des heures n'était pas du genre du peuple félin. Il était très important à ses yeux qu'elle soit traitée en égal, elle ne pouvait pas passer pour une moins que rien, même si l'intervention de l'Aaleeshaan commençait à se sentir plus pressant dans la tête de son interlocutrice.

« Si j'ai accepté de vous rencontrer, c'est bien parce que je veux vous écouter, sinon moi et les miens marcheraient déjà sur les vôtres, vous pouvez y compter. Je vous laisse prendre votre part de faute chez les vôtres, je n'en ai cure, mais le résultat est là. Nous sommes ici pour discuter de conditions pour éviter un affrontement sanglant que vous perdrez à coup sûr. Je préfère être assez clair sur ce point. »

Dit alors dans un premier temps assez sûr d'elle la Graarh.

« Mes vôtres devront rapidement changer. Vous n'êtes plus sur les terres que vous avez fuies, vous êtes sur le territoire du peuple félin. D'autres règles fonctionnent ici depuis des temps immémoriaux et cela va continuer ainsi. Les guerres sont peut-être rares ici, du moins la manière dont vous les concevez, mais notre peuple doit se battre tous les jours en permanence. Ma parole est d'une grande pureté, je dis ce que je pense comme le font les autres Graarhs avec de l'honneur. J'ai rencontré plusieurs individus avec qui j'ai parlé, oui en effet, mais j'ai aussi pu lire les souvenirs d'un être qui vous a observé pendant très longtemps. Ainsi, je peux être certaine de la véracité, il a été pleinement honnête avec nous. Alors oui, je peux dire que je commence à bien connaître les vôtres. »

Asshaal fit un léger de main en l'air.

« Je n'ai pas encore rencontré ces elfes encore et je remarque qu'ils n'ont pas fait de mal à notre peuple, alors je n'ai pas rien à leur reprocher. Nous Graarh aidons nos prochains, mais nous mordons lorsque cela s'avère nécessaire. L'histoire de vos peuples n'est pas déterminante dans notre décision, ce n'est qu'un facteur prouvant que nous nous ne nous trompons guère sur les morts qui marchent. »

La graarh montra légèrement plus les crocs en grondant légèrement, les oreilles en arrière et sa queue figée.

« Il est une évidence que les morts qui marchent devront plier, car le peuple félin ne reculera pas sans se battre. Les esprits gardiens protégeront ceux qui sont dignes, advienne que pourra. Si notre peuple doit disparaitre en défendant son honneur et ses terres, qu’il en soit ainsi. Tous ceux qui osent fouler nos terres, tuer nos frères et nos sœurs, nous spoiler sont nos ennemis, oui. Si vous étiez venu nous demander de l’aide, sans doute que cela ce serait passer bien autrement, mais vous êtes venus en conquérant, alors assumez vos actes ! »

Finit par dire Asshaal en montant en ton clairement enfonçant un petit peu ses pattes dans le sol.

« Il y a d’autres terres pas loin, vous ne pouvez pas vous arranger avec vos elfes ou vos humains ? Quoi qu’il en soit, vous dites que les trois peuples sont conscients de ce nouveau départ, mais il n’en est rien. Tout ce que je vois, ce sont les mêmes erreurs que sur vos anciennes terres. Vous n’apprenez pas, vous les répétez. Si les vôtres sont prêts à se battre, les nôtres aussi, car ce sont nos seules terres. Vous nous acculez avec votre arrogance, alors nous sommes prêts à mordre, alors comprenez bien dans quelle situation vous vous mettez … »

Renvoya la même phrase peu ou prou la féline à Irina.

« Ce serait sage de votre part de libérer tous les Graarhs chez nous, immédiatement, évidemment. Quant à être nos égaux, c’est déjà le cas même si votre peuple se perd dans leurs vieilles croyances d’un autre temps et d’un autre monde … Aucun autre peuple n’est arrivé sur nos terres en envahisseur, alors ne mêlez pas les autres peuples à cela. Les humains discourtois que j’ai croisé sont tous morts et dévorés … »

Dit alors Asshaal en souriant en montrant ses crocs, visiblement, ce n’était pas une expression.

« Pour le moment, je suis votre seule et unique interlocutrice. Nous verrons par la suite si je dois déranger notre Aaleeshaan, car une décision a déjà été prise quant au traitement de votre peuple. En ce qui concerne l’esclavage, je suis d’accord, mais croyez bien que si vous laissez en vie un esclavagiste dans vos villes, nous ne pourrons bien réagir à cet affront. Sinon, j’ai une petite idée à vous soumettre princesse des morts qui marchent. Les terres de ce continent glacées ne sont pas vôtres et elles ne le seront jamais. Cependant, nous pourrions vous accorder le droit d’occuper votre ville au sud de ce continent où vous avez construit un port. Cela vous permettra de rester en contact avec les deux autres peuples, mais vous nous devrez un tribut de la nature de notre choix chaque année en guise de compensation. Bien évidemment, la ville à l’ouest devra être entièrement démantelée et également votre fortification un peu plus au sud de notre port au nord. Ce n’est pas négociable. Vous aurez un droit de rester pour les cent prochaines années, et vous aurez des terres bien précises. Si vous débordez, nous viendrons détruire les constructions, si vous ne payez pas votre dû pour le prêt des terres du sud, alors ce sera la guerre. Je pense qu’un mois sera largement assez pour démanteler vos constructions. Si cela vous convient, je pourrais proposer cette solution à notre Aaleeshaan. Ainsi, nos deux peuples seront gagnants, et vous prouverez ainsi que vous nous traitez en égaux, que vous souhaitez vivre en harmonie avec nous. »

Asshaal faisait un très grand effort en proposant cet accord, et elle ne semblait pas être prête à longtemps négocier. Elle commençait à marcher à droite à gauche lentement. Les graarhs ne parlaient pas longtemps, et cela commençait à s’éterniser et à tourner en rond.
avatar
Admin
Capitaine des Catins

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Antilope 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Lun 25 Juin - 11:48
Devais-je user de la force pour soumettre cette graärh à mon point de vue? La question me trottait dans la tête. Je pouvais user de mes enchantements quand bon me plaisait. Mais je savais que cela serait une mauvaise idée car, dès l'instant ou je le ferais et qu'ils s'en rendent compte, je pouvais être certaine que ce serait la guerre entre les deux peuple. Mais il n'en restait pas moins que l'envie me démangeait sérieusement. Avec son attitude condescendante, j'avais une envie de lui clouer le claper et de la faire ramper tandis que je me rendais auprès de l'Aaleeshaan pour poursuivre cette discussion.
Cette enfant persistait à n'écouter que ce qui l'intéressait et à déformer mon propos pour sa convenance. Et cela avait le don de prodigieusement m'agacer. Toutefois, je la laissais débiter son propos.
Elle en vint tout de même à proposer quelque chose pour permettre aux vampires de rester sur les terres ou la forteresse et le port du sud avait été construit. Mais pour cela, les graärh demandaient la destruction du port dit "secret" du Prince. En soit, la proposition de cette destruction ne me dérangeait aucunement. Le port ne représentait qu'un intérêt extrêmement mineur, pour ne pas dire nul. Cela était une dépense conséquence pour la maintenance et l'entretien de l'ensemble, juste pour avoir un port isolé de tout ou le Prince pouvait aller et venir à sa convenance. Donc une installation inintéressante en ce qui me concernait.
Je fis mine de réfléchir un instant, pesant quand même les mots que j'allais énoncer par la suite. Car je commençais sérieusement à m'impatienter quand à l'évolution de la situation. Puis je plongeais mon regard dans celui de la guerrière.


-Vous posez vos conditions et vous essayez de tout prendre en ne jetant que des miettes. La gourmandise est un vilain défaut, guerrière. Méfiez vous de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre.
Pour ce qui du port du nord et la "fortification", soit, ils seront détruits. Toutefois, au vu du temps de trajet pour rentrer à la Forteresse, je vais devoir demander à ce que le délais soit étendu à deux mois. Plus court serait juste une incitation à la guerre de votre part. Ce que nous ne souhaitons ni vous ni moi.
Pour le reste, j'attendrais une délégation de votre peuple pour en discuter. Vous me présenterez la nature du tribu que vous demandez et nous en discuterons. J'ai fait le premier pas en venant et à vous promettant certaines choses qui seront effective dès mon retour. Pour en avoir plus, il faudra que votre peuple montre du même courage de venir discuter en un lieux autre que vos terres proches. Je puis accepter un terrain neutre, mais je n'avancerais pas d'avantage dans ces négociations sans un véritable geste de votre part. Vous voulez que l'on vous traite en égaux. Et bien voici ce que j'attends de personnes qui sont mes égaux.
Et pour la sécurité de votre délégation, vous pourrez prendre vos guerriers. Ceux qui m'accompagnent aujourd'hui, ainsi que les autres qui sont restés en arrière assureront la sécurité du lieu, afin d'assurer la neutralité des choses. Et ils pourront vous rapporter les actions que j'aurais entreprises entre temps.
Sur ce. Je pense que nous n'avancerons pas plus aujourd'hui. Je vous souhaite donc une bonne journée et vous dis à bientôt.


Comme pour ponctuer mon propos, je poussais le grognement de salutations respectueuses que m'avaient enseigné les graärh et notamment Vaakin. Le miens n'était pas aussi puissant que celui d'un graärh, mais au moins avait-il l'avantage de montrer que je m'intéressais réellement à la culture locale et que j'avais le désir d'apprendre. Mais l'on pouvait entendre que j'attendais un minimum de respect dû à ma position équivalente à celle de l'Aaleeshaan.
avatar
Éclaireuse

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Fennec, niv 3
Esprit-lié n°2: Vautour, niv 3
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Lun 25 Juin - 16:28
« Notre peuple est fière, Vous avez tenté de nous imposer vos règles, vos façons de faire qui n’ont fait que vous nuire dans votre ancien monde, cela ne fonctionnera pas ici. Nous n’avons rien contre le fait d’aider un peuple dans le besoin, mais si on vous donne la main, ce n’est pas pour que vous preniez le bras princesse des morts qui marchent. Soyez déjà heureuse d’avoir cette possibilité que l’on vous offre à la vue de nos premiers contacts. Si vous respectez vos mots, nous pourrions même bien nous entendre une fois que le temps aura guérit la plaie. »

Dit alors la guerrière peu encline à se laisser marcher dessus par un petit bout de femme pareil. Elle fit un léger mouvement de main vague au-dessus de sa tête.

« Soit, deux mois pour démonter vos constructions, cela nous ira bien, mais croyez bien que si vous rentrez sur notre territoire passer ce délais, il faudra le justifier, mais je suis certaine que vous feriez tout pour que nous restons en paix, surtout pour un peuple qui vient d’arriver. Nous resterons attentifs quant à la progression et l’achèvement en temps et en heure de notre accord. Nous avons des yeux partout et sous toutes les formes… »

Asshaal avait une confiance que limitée envers les vampires, et ce qu’elle avait vu et entendu n’était pas fait pour la rassurer. Elle se mit à rire en entendant Irina parler de courage de venir les voir. Elle secoua la tête doucement.

« Croyez bien que je serais proche de vous à vous observer, ainsi que d’autre, je n’ai pas du tout peur de vous, mais nous viendrons à votre rencontre pour constater que votre parole vaut quelque chose. Je viendrais jusqu’à vos portes sans aucun souci, seule ou accompagnée, je vais y réfléchir. Je vous souhaite une bonne route de retour, quelle vous soit sûre. »

Asshaal était même surprise elle-même que cela ne se solde pas en guerre, c’était assez inespéré, ce qui montrait également la faiblesse du peuple vampire. Ils venaient juste d’arriver après tout, ils étaient à peine installer et sans doute ne pouvaient-ils pas se permettre une guerre. Dire que cette princesse parlait de courage avec de grands airs. Elle rendit le grognement en restante droite et fière à la regardant partir, avant de marcher le long de la muraille du village, afin de s’enfoncer quelque peu dans les bois en solitaire. Elle avait une ou deux personnes à voir encore, et elle pariait que la première ne devait pas être loin. Elle poussa alors fortement, aidé par une magie Graarh afin que sa voix porte loin. Ce fut une suite de grognement, d’hurlement et autres bruits étranges pour ceux ne parlant pas la langue.

« En Graarh VAAKIN ! JE SAIS QUE TU ES DANS LE COIN ! ON A A PARLER ! »
avatar
Co-fonda
Pirate

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Chouette, niv 3
Esprit-lié n°2: Salamandre, niv 3
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Jeu 12 Juil - 1:04
La boule au ventre, Grand’griffes avait décidé d’accompagner la délégation vampirique jusqu’au coeur du territoire Graärh. Bien qu’il n’y fut pas le bienvenu, Vaakin avait pris cette décision de son propre chef, en toute connaissance de cause. En revanche, il ne s’y rendait pas sans précautions et, surtout, le guerrier savait se faire discret.
Lorsque la délégation quitta la cité, un harfang des neiges suivit leur sillage, tournoyant au-dessus des bipèdes qui avançaient en file indienne. Parfois, il disparaissait au loin ou happé par les gros nuages de Nyn-Tiamat et son climat difficile.

Les négociations commencèrent mal, aux yeux du Graärh. L’interlocutrice d’Irina était sans aucun doute la dernière personne que Grand’griffes avait souhaité voir à cette place. Mais Asshaal avait fait quelque chose pour s’attirer l’honneur de représenter la cheffe de toute la légion et Vaakin se devait de respecter cela. Ce dernier espérait seulement que la Princesse des Vampires soit capable de garder son sang-froid…

Puis vint cet instant où Irina commença à se retirer. Vaakin doutait de la capacité des vampires à totalement respecter les demandes d'Asshaal. Grand’griffes lui-même trouvait ces dernières bien dures. Bien qu’il détestait les sangsues, le guerrier les savait matérialistes et détruire ce qu’ils avaient mis tant de temps à construire allait faire grincer les crocs de plus d’un vampire. Mais soit. L’avenir du peuple vampire se trouvait entre les mains d’Irina, du moins en grande partie.

— VAAKIN ! JE SAIS QUE TU ES DANS LE COIN ! ON A A PARLER !

Évidement, il n’était pas passé tant inaperçu. Ou Asshaal avait fait le rapprochement avec la conversion qu’elle avait eu, quelque temps plus tôt, avec Grand’griffes. Soit, ce dernier devait affronter ses responsabilités. Le Harfang prit donc son envol, sans un bruit, et survola les nombreuses habitations avant de se poser face à la guerrière, devant qui il reprit forme. Vaakin dépassait Asshaal en taille et en stature, mais il ne croisa pas son regard et poussa un petit ronronnement. En tant que voix de l’Aaleeshaan, il lui devait le plus grand des respects.

— Je t’écoute, ma sœur.


« Come to the dark side, we have ronron »

avatar
Éclaireuse

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Fennec, niv 3
Esprit-lié n°2: Vautour, niv 3
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

le Jeu 19 Juil - 8:34

Asshaal ne pouvait savoir exactement où pouvait se trouver Vaakin, mais elle était certaine qu'il était là quelque part. Il ne pouvait avoir monter tout cela sans le regarder de ses yeux. Elle en tout cas n'aurait pas pu ignorer cette envie. La féline n'était pas du genre à avoir une manière très fine, mais elle était véritable. Il était en danger sur ces terres en étant banni, alors elle se déplaça davantage sur le côté afin de rendre cela acceptable pour tout le monde. Ce fut alors l'approche d'un oiseau insignifiant qui sonna l'arrivée du fameux Graarh tant attendu. Elle appréciait sa manière de saluer, mais elle passa bien vite à autre chose.



« Tu sais Vaakin... Si ces accords ne sont pas suivi d'actes, cela sera la guerre. L'Aaleeshaan est déjà d'accord, c'est déjà acté et je pensais l'annoncer à cette morte qui marche, mais je me suis dis que je pouvais faire preuve de gentillesse envers un peuple perdu. Elle ne pouvait pas avoir mieux comme accord, même si elle ne s'en rend pas compte évidemment. La légion est prête à bouger et si on doit les massacrer, alors soit. »



Dit dans un premier temps la voix de l'aaleeshaan en croisant ses bras contre son torse.



« Tu dois être dans une position précaire, car même banni, je suis certaine que tu as toujours à cœur le sort de ton peuple, mais également de celui que tu conseils, car tu le fais n'est-ce pas ? Dans les agissements de cette princesse, j'y ai vu tes mots. Que s'est il donc passé depuis notre conversation dans les bois ? Je vois que tu as réussi à mettre en place la personne que tu souhaitais, mais moi aussi j'ai réussi ma promesse. Je me demandais simplement ce que tu as donc pu dire à cette femme ? Et puis c'est quoi cette promesse ? »



Demanda alors Asshaal en grondant légèrement. Quelque part, elle faisait confiance en ce mâle pour avoir fait ce qu'il fallait à ce propos.



« Cette Irina semble vouloir tout de même la paix, elle n'est pas en position à faire la guerre, mais dans quelques temps, ce sera possible. J'espère avoir fait le bon choix. Ce peuple est dangereux, son histoire est jonchée de morts et de trahisons. Surtout que je n'avais qu'une envie, c'était de la dévorer... Je trouverais bien un ou deux vampires perdus... Je suis certaine que tu trouveras de quoi t'assurer que cet accord soit respecter, moi j'observerais. Que penses-tu de cette morte qui marche ? »
Contenu sponsorisé

Re: Apres Négociations (PV Asshaal Sitaare-Ke-Tahat & Vaakin Lene’Tamaasik)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum