De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Mar 12 Juin - 18:35
La journée avait été calme. La Meute avait monté le camp en bordure de forêt, non loin d’un village récent. Les Loups avaient prêté une main forte aux villageois, pour défricher un champ et monter une grange. Toute unité guerrière ou d’une armée régulière se serait peut-être montrée réticente à l’idée de revenir à des pratiques aussi civiles, bien qu’elle ait l’habitude de monter un camp avec palissade, mais c’était oublier l’origine des hommes du Loup Solitaire. Ils avaient beau formé maintenant la meilleure unité combattante de la guilde d’exploration et avoir des guerriers particulièrement doués, ils n’en restaient pas moins pour la plupart que d’anciens artisans et paysans, sur qui la guerre était tombée et qui leur avait tout arraché, jusqu’à l’envie d’une vie paisible.

Quand le Loup Solitaire avait proposé de donner un coup de main à la construction du village, cette décision avait été accueillie avec une grande fougue chez ses hommes et femmes. Et le village fut surpris un beau matin de voir arriver une trentaine de cavaliers, en arme mais sans armure à l’exception d’Erdrak, en plein milieu de leur village. Le Loup Solitaire c’était alors présenté au chef du village et au conseil. La peur qui se lisait dans leur regard ne put échapper à guerrier. Elle n’était spécialement dirigée vers lui ou ses hommes, mis plutôt vers l’immense créature de métal qui marchait à ses côtés. Un artefact Graarh, qu’Erdrak avait trouvé dans des ruines antiques. Il lui était fidèle et ne faisait qu’asseoir son identité, il était un Loup.

Après une rapide explication, des excuses pour la peur, le vilage accueillit avec plaisir mais méfiance ses bras supplémentaires. Mais la méfiance s’envola bien vite pour être remplacée par l’effort. Les guerriers révélèrent leurs anciens savoirs et le transmirent aux villageois qui les en remercièrent. Erdrak était satisfait de ce congé, et allait faire rester la Meute une semaine sur place, à se reposer et s’entrainer, calmement. Et peut-être que certains se trouveront une vocation, et voudront retourner à une vie plus paisible. Le Loup Solitaire l’avait dit et redit. Il n’y avait pas de honte à vouloir vivre en paix, et mieux encore, tant qu’ils se souviendront de l’enseignement de la Meute, les anciens Loups pourront toujours protéger leur nouvelle meute. Certains l’avaient déjà fait et c’était bien.

Le deuxième jour touchait à sa fin. Erdrak était resté au camp, il avait fait quelque passe d’arme violent pour calmer Asmo puis s’était abîmer dans la lecture d’un ouvrage de stratégie. Le repas était passé et la nuit tombée, lorsque, las, le Loup Solitaire avait ôté son armure et s’était couché. Depuis quelque temps, il n’avait aucun mal à s’endormir et mieux encore, il ne faisait plus de rêve sanglant. Mais cette nuit…

Erdrak se réveilla en sueur. Il était déboussolé, perdu. Une peur terrible lui étreignait le ventre et il ne savait pas d’où lui veniat cette peur. Et peu lui importait car il n’était que secondaire et bien faible en comparaison du mal qui le rongeait. En son esprit, une douleur, glacée, froide avait remplacé le brasier qui l’animait. Malgré sa bague, il sentait la douleur planter ses griffes dans l’intérieur de son crâne. Il aurait voulu crier, mais rien ne parvenait à sortir de sa gorge. Il aurait voulu bouger mais ses muscles refusaient d’obéir. Il reste ainsi une éternité, sentant en lui batailler une tempête de glace et de feu pour finalement perdre conscience.

Il rêva. Il rêva de feu, de Colère, de gloire et de perte, de joie malsaine. De meurtres. Beaucoup de meurtre. Puis tout cessa.

Erdrak ouvrit les yeux dans une pénombre. Il n’y avait plus de bruit. La guerre en lui s’était tu. Plus de douleur, plus de crainte, plus haine. Plus de joie ni d’envie. Juste un profond silence. Un étrange sentiment de panique, surréaliste s’empara du guerrier. Il se dressa, sortit de sa couche, titubant. Il tourna sur lui-même, cherchant de ses yeux, quelque chose qu’il ne pouvait trouver dans sa tête. Il sortit dans le camp en éveil. Rien non plus de répondit à son appel silencieux. Juste un vide. Il traversa, les tentes, titubant, reversant les armes, les bancs, sous le yeux remplis d’incompréhension des Loups.

Puis il tomba à genou, les bras ballants. Son esprit céda et préféra replonger dans l’inconscience. S’il l’avait pu, il l’aurait regretté. Des ténèbres de son sommeil, il fut inondé de la vie d’un autre. Cet autre avait sa forme, avait ses yeux. Cet autre était lui, et pourtant, il ne connaissait pas ces passages de vie, ces furies sanglantes, ces larmes chaudes devant le corps d’un être cher et perdu à jamais. Tant de chose qu’il a fait est oublié.

Quand il se réveille, il ne reconnait pas le lieu. Un plafond de pierre le domine alors que son corps repose dans un vrai lit. Ses vêtements sont propres, mais ce ne sont pas ses vêtements. Les draps sont propres, et la chambre et vide. Une fenêtre laisse filtrer la lumière du jour et entrer le doux chant des oiseaux. Le calme et la sérénité planent sur les lieux. Mais rien ne vient faire frissonner le corps d’Erdrak. Une elfe entre, apportant une carafe d’eau. Elle sourit au guerrier, qui ne lui rend pas. Il se contente de l’observer, le regard vide. A quoi bon sourire. Elle lui explique tout va bien, qu’il est au Domaine Baptistral. Erdrak ne lui répond pas et se remet à fixer le plafond.

Il est resté silencieux une semaine. Mangeant parce qu’on lui donnait à manger, non par faim. Sortant quand on le faisait sortir. Puis il se remit à parler. Répondant aux questions qu’on lui posait. Rien de plus, par phrase simple, courte et brève. Il s’essaya à différentes activités, mais rien ne l’attirait vraiment. Rien n’avait de goût. Il passait le plus clair de son temps assis sur un banc, à regarder dans le vide. Son esprit ne cheminait plus de penser. Il analysait tout, mais n’y voyait pas d’intérêt. Son esprit examinait, interpréter tout, mais ses résultats étaient futiles et abandonnés. Sa vie n’a plus de sens, mais même l’envie d’y mettre fin avait disparu.


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
avatar
Modo
Mercenaire

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Limace 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Ven 29 Juin - 15:43
Vétéran avait été absent le temps de l'implication de la Meute dans diverses missions et dont l'aide apportée pour la reconstruction. Cette absence n'avait pas été sans conséquence visiblement pour le Second de la Meute, car quelque chose paraissait avoir changé chez lui, autant son regard que sa posture. Et surtout, surtout... son physique. Les Loups l'avaient toujours connu avec les cheveux sombres et d'un air assez neutre. Sauf que lorsqu'ils le revirent, c'était pour voir un homme au regard plus froid. Et au lieu d'une chevelure aile de corbeau, c'était une blancheur grisé qui était la teinte de ses cheveux, lui donnant une allure différente. Il était dans la trentaine, mais le voir avec cette couleur lui donnait une apparence plus étrange voir dangereuse.

Et malgré ces quelques changements déroutants, il sut montrer qu'il était toujours Vétéran, le Second de la Meute. Car, lorsqu'il apprit que Loup Solitaire avait eu une étrange crise et qu'on l'avait fait mener chez les Baptistrels, il avait repris en main le groupe de mercenaire pour qu'ils restent soudés et gardent l'esprit occupé. Puis quand il fut certain que la Meute ne se fragmentera pas, il confia les rênes temporairement à un des hommes de confiance de Loup Solitaire et partit rejoindre ce dernier. Quelques jours s'étaient passés. Cela paraissait une éternité, mais pas pour Vétéran. Cela lui laissait le temps de peaufiner ce qui lui trottait dans la tête depuis bien longtemps. Aux vue de ses derniers mésaventures, il avait fini par retrouver une partie de sa mémoire fracturée en plusieurs morceaux, se rappelant qui il était et surtout.... il se rappelait qui était Loup Solitaire. Rien que d'y penser, sa main gantée de noir, pendant qu'il approchait du domaine Baptistral, se serra sur la poignée de Coeur d'Obsidienne. Les choses étaient loin d'être faciles. Qui sait comment réagirait Loup Solitaire, alias Erdrak, car Vétéran se rappelait du nom de son chef et ami.... Ami était étrange à songer maintenant.

Vétéran se présenta au domaine et il expliqua la raison de sa présence. On lui signala qu'il faudrait encore attendre quelques jours encore, le temps de s'assurer que leur patient retrouve santé et force. Il accepta d'être logé le temps qu'on lui permette de le voir. Et cela fut donc possible deux jours après son arrivée.

Comme il était dans le domaine, il n'avait pas droit aux armes et il avait délaissé son armure sombre pour ne pas apporter frayeur et crainte aux locaux du coin. Et surtout, pour ne pas provoquer quelques mauvaises réactions chez Loup Solitaire. Ce fut donc un Vétéran encapuchonné qui s'approcha d'un Loup Solitaire assis, seul sur un banc, le regard dans le vide, comme s'il était ailleurs, loin de la réalité. Vétéran s'arrêta à peine un mètre de sa personne, guettant quelle genre de réaction il allait induire chez lui.


Couleur parole : [color=#660000]
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Dim 1 Juil - 22:13
Seul, assis sur un banc, Erdrak regardait le monde sans le voir. Cela faisait un certain temps qu’il était là, mais sa santé faisait des rechutes, son corps abandonnant toute envie de le tenir, son esprit s’éteignant, sans volonté. Il venait de ressortir d’un temps alité, sous le regard inquiet de ses gardiens, de ceux qui l’empêchaient de mourir. Le souffrant n’en avait cure. Vivre, mourir, quelle importance, puisque rien n’avait de sens. La respiration qui agitait sa poitrine n’était un réflexe, manger, boire, bouger, tout ceci n’était que des réflexes. Rien de volontaire.

Il était assis, le regard plongé dans le paysage, mais il ne voyait rien. On l’avait déposé là pour qu’il regarde le lever du soleil, puis comme il ne semblait pas prêt à bouger, on l’y avait laissé. Régulièrement quelqu’un venait le voir, mais Erdrak ne réagissait à aucune sollicitation. Le soleil mena sa course paisible sans qu’Erdrak ne ressente rien. Chaleur, soif, faim, ennui, rien.

Vétu d’une simple tunique, même son corps pourtant encore musclé par sa vie de guerre ne permettait pas de le désigner comme un grand combattant, ni même un artisan. Juste un simple d’esprit. Quelqu’un habitait par la vie mais sans aucun état d’âme, aucune essence. Il était juste là.

Le soleil était dans son dos, mais il n’avait pas bougé et n’en avait pas l’intention. Il n’avait aucune intention, rien n’agiter son esprit. Jusqu’à ce qu’une ombre cache le soleil à son dos. D’abord il ne réagit pas. A quoi bon ? Pourtant, une part de son esprit avait senti la présence, comme une rémanence. Alors que personne n’arrivait vraiment à le faire réagir sinon après de longues minutes de discussion infructueuse, la simple présence derrière lui avait éveillé quelque chose en lui.

Au bout d’un moment assez long, Erdrak se tourna vers cette présence. Une silhouette, les cheveux blancs, une cicatrice. Un corps taillé par la guerre. L’esprit d’Erdrak analysa ce nouveau venu, mais les informations récoltées étaient aussitôt oubliées par son esprit malade. Rien n’était là pour retenir ce qu’il voyait. Rien ? Vraiment ?

Il fixait cet inconnu sans rien dire. Le regard vide, vague et sans expression. Il resta sans rien dire, assis, sans esquissé un seul geste.


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
avatar
Modo
Mercenaire

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Limace 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Ven 20 Juil - 17:04
Il y eut bien une réaction, mais elle fut d'une telle passivité que cela fit hausser un sourcil à Vétéran. Loup Solitaire aurait dû avoir un réaction totalement à l'opposé de celle qui avait sur le moment, à savoir de le fixer avec un regard totalement vide. Certes, le chef de la Meute avait eu besoin de soin, mais Vétéran ne s'était pas vraiment attendu à avoir une loque vivante en face de lui. Loup Solitaire, alias Erdrak s'était pourtant juré de tuer l'homme qui se tenait en face de lui, Alauwyr en personne, pour les actes passés qu'il avait pu commettre à sa famille, pendant l'invasion almaréenne. Des années s'étaient écoulés depuis, avec bien des faits et des circonstances qui auraient fait croire à Erdrak que jamais il ne reverrait Alauwyr. Et pourtant... les deux hommes étaient l'un en face de l'autre. Son "ami" aurait du avoie une réaction très vive... Mais au lieu de cela... il était comme amorphe, continuant de fixer l'homme venu en face de lui.

L'homme aux cheveux blancs s'approcha un peu plus.

''On dirait que ma présence ne te fait ni chaud ni froid....''

Vétéran était pris dans un sérieux dilemme. Il avait toujours considéré Erdrak comme un dangereux adversaire, se tenant prêt à le tuer s'il le jugeait nécessaire. Mais entretemps, il était devenu Vétéran et avait croisé à nouveau, sans s'en rappeler, la route d'Erdrak. L'ironie et le destin voulurent qu'ils deviennent des alliés et des amis, servant la Meute. Et maintenant que Vétéran savait qui il était... Mais si lui arrivait à faire la part des choses, peut être qu'Erdrak le pourrait. Bien des ans étaient passés et les gens changeaient. Alauwyr le savait maintenant, comme il l'avait appris à ses dépends après la défaite de son peuple. Mais pour secouer Erdrak, il aurait besoin d'être l'Alauwyr d'autrefois, ce dangereux être qui se vouait qu'à sa lame et à la bataille.

Une main gantée attrapa sans trop de ménagement le menton de l'apathique. Le regard noir d'Alauwyr se plongea dans celui d'Erdrak. Un sourire ironique, comme Alauwyr savait si bien les faire depuis bien des années, marqua ses lèvres, rajoutant à son air quelque chose de dangereux.

''Eh eh bien... Après tant d'années, je m'attendais à croiser le fer avec celui qui avait juré de me tuer de ses propres mains. Et là ? Que vois-je ? Une simple limace.... Au final, tu n'es plus digne d'être combattu.... ''

Ce n'était qu'un préliminaire, histoire de le chatouiller verbalement et de voir ce qu'il en découlerait...



Dernière édition par Alauwyr Iskuvar le Jeu 16 Aoû - 11:53, édité 1 fois


Couleur parole : [color=#660000]
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Sam 4 Aoû - 15:09
Il le voyait sans le voir. Ce visage, Erdrak le connaissait. Il le connaissait bien. Puis le souvenir repartit aussitôt. A quoi bon ? Ce n’était qu’une autre personne, destinée à passer dans ce monde, comme lui. Rien dans l’ancien guerrier ne s’activait. Rien ne fonctionnait correctement. Il analysait les détails et tout ce qu’il voyait, mais n’en faisait rien.

Il connaissait cet homme, celui qui se tenait devant lui. Il les connaissait tous les deux. Tous les deux ? Il n’y avait qu’un seul homme devant lui pourtant au fond de l’esprit d’Erdrak, un écho ne cessait de répéter qu’ils étaient deux. Un homme, deux identités. Erdrak connaissait une personne qui n’était qu’une et deux à la fois. Mais il ne se souvenait pas de qui il s’agissait.

Son esprit tournait au ralenti depuis si longtemps. Ou bien était-ce juste une impression ? L’ancien Loup Solitaire n’aurait su le dire, car rien n’avait vraiment de l’importance. Tout ne faisait que passait, vite ou lentement. De toute manière, il n’y pouvait rien.

Erdrak sentait un vide en lui. Il en prenait seulement conscience. Il fixait cet homme aux deux identités sans le reconnaitre, ni l’un ni l’autre. Son regard vide ne s’anima pas, aucune expression ne trahissait une quelconque sensation, interrogation ou vie intelligente chez l’homme. L’autre parlait, mais les mots n’entrèrent pas dans l’esprit d’Erdrak.

Un vide. Ce constat simple était le premier point d’ancrage d’une réflexion, la première depuis… depuis que ce vide était apparu. Quelle en était l’origine ? Quelle en était la raison ? Non, ce n’était pas les bonnes questions. Que-ce qu’il y avait-il avant ce vide ?

Immobile face à cet inconnu connu, Erdrak se perdait dans ses pensées. Il n’entendit pas la provocation de l’autre. Il n’entendait que l’écho de ses pensées. Qui tournait et retournait cette même question. Qu’est-ce qu’il y avait avant ? Il n’y avait aucune réponse qui venait, mais Erdrak sentait ses réflexions s’accélérer à mesure que l’écho répétait, encore et encore, cette question. Puis une nouvelle question vint. Pourquoi ? Ce n’était pas vraiment une question tant elle était vague, flou et surtout sans réponse. Mais elle était là et emplissait l’esprit d’Erdrak de plus en plus fort.

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Ses yeux se mirent à voir de nouveau. L’homme qui se tenait devant lui ne parlait plus depuis quelques instants.

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Il arborait une expression étrange sur son visage. Il était bien proche du visage d’Erdrak.

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Sa main gantée de fer lui tenait le menton et l’obligeait à le regardait droit dans les yeux.

Pourquoi ? Pourquoi ?

Erdrak reconnut Vétéran. Se souvint qu’il était son second.

Pourquoi ?

Non, ce n’était pas Vétéran.

Iskuvar !

Le vide dans le Loup Solitaire se combla en un instant alors qu’un brasier recommençait à brûler. De la haine, de la colère, une soif de vengeance et de violence venait de s’emparer du corps du Loup Solitaire. Les yeux de l’homme s’allumèrent d’un éclat qu’ils n’avaient pas connu depuis longtemps, alors qu’un poison ancien refaisait battre le corps d’Erdrak. Complet de nouveau.

Une main saisit le col d’Alauwyr et le tira vers le visage d’Erdrak alors qu’il prenait son élan. Le choc fut terrible lorsque le front du Loup Solitaire vint percuter le nez du Fléau. Tant de haine, de colère et de violence, tout transmis dans un coup.

Assassin ! Erdrak n’était plus lui, il était hors de lui. Comme dans un rêve, il voyait son corps s’activait, se lever après son coup pour venir écraser son poing de nouveau sur le visage de son adversaire. Le coup n’était pas encore arrivé, qu’il se jetait de nouveau sur lui et planta ses dents dans le coup d’Alauwyr.

Asmo. Ce vide, cette absence. Asmo venait de la combler. Jamais ERdrak n’aurait cru que sa seconde personnalité prenait tant de place dans sa vie et surtout représentait une si grande part de son énergie, de sa volonté. La furie d’Asmo, revenu comme d’entre les morts était terrible et fournissait au corps du Loup Solitaire une force immense. Sa façon de se battre était flou, sauvage, mais elle était compensée par la hargne qui l’animait.


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
avatar
Modo
Mercenaire

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Limace 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Jeu 16 Aoû - 12:23
La réaction avait été si prompte, si rapide qu'Alauwyr n'eut pas le temps d'esquiver ou de parer. Il n'avait plus un Erdrak sur lui, mais une bête enragée, folle de colère et de haine. Les coups reçus furent douloureux et sentant la morsure malsaine d'Erdrak, Alauwyr réussit à ne pas se laisser déborder par cet homme qu'il avait réussi à réveiller. N'était-ce pas ce qu'il voulait ? Ne voulait-il pas secouer cet homme pour éclaircir certains points, voir même définitivement ? Alauwyr savait que ce jour devait arriver et il devait être maintenant. Même si cela entraînerait des conséquences sanglantes. Vétéran était lui, et il était à la fois Alauwyr. Les deux hommes en un ne pouvaient pas s'associer complètement, mais pouvait se compléter. Mais là, au vue de la rage d'Erdrak, c'était l'Almaréen qui était totalement dans l'esprit de l'humain au nez ensanglanté.

Erdrak tentait de lui arracher la peau de son cou avec ses dents. La main gantée d'Alauwyr se referma sur le poing qui tenta de le frapper une fois encore et malgré la force imposante de son "ami", il usa de son autre main pour frapper à son tour. Lui aussi avait de la force, mais pas celle déchaîné du chef de la Meute. Il le frappa, une fois, puis deux, pour réussir à se défaire de son emprise et recula d'un bon, s'essuyant le visage et tâtant son cou. Il grimaça sous la présence de sang. Il aurait pu réussir à lui arracher la chair jusqu'à la carotide, tellement il était dément ! A cela, il en ricana ; un rire sinistre comme il savait si bien les faire, comme autrefois, quand il servait encore Néant avec les autres Almaréens.

''Et bien, quelle réactivité ! Tu as été un peu mou pour réagir dis moi ! ''

Il ricana encore et resta sur ces gardes.

''J'étais curieux de savoir quel nom tu userais en premier mon cher. Je vois que tu as su vite retrouvé la mémoire... Au moins, tu n'es plus une larve, tu devrais m'en remercier. Mais dis moi.... Qu'est ce que cela fait de retrouver ce qu'on est ? ''

Lui même avait connu cela et il se sentait trahi de lui-même. Vétéran était devenu l'ami de Loup Solitaire et maintenant... Il préféra taire le conflit qui commençait à perturber son jugement et sa décision.

''Mais assez parlé ! Si tu veux qu'on en finisse, nous allons le faire, mais hors de ces murs. Je tiens à respecter ces lieux qu'est ce domaine. Et surtout, que tu ailles te préparer, pour t'afficher comme un véritable combattant et non comme un moins que rien !  ''


Couleur parole : [color=#660000]
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Sam 18 Aoû - 15:38
Le sang appelait le sang. Rein ne semblait pouvoir arrêter ce déferlement de haine et cette de soif de violence. L’humanité du guerrier avait disparu pour laisser place à une bête sauvage, destructrice et meurtrière. Chaque coup donné était une félicité, chaque reçu était de l’huile jeté sur le brasier de son âme. Le Loup Solitaire ne se contrôlait plus, Erdrak était hors de lui et seul Asmo menait ce corps, fragilisé par un moi de convalescence.

Alauwyr portait une armure, le Loup Solitaire non. Chaque coup qu’Asmo avait porté lui avait causé une légère douleur dans la main, mais aussi une douleur équivalente à celle de son adversaire. Mais la Colère du Loup ne ressentait rien. La douleur, la peur ou la prudence n’était pas dans ses attributs. Erdrak, en revanche, n’arrivait pas à retrouver ses esprits, et chaque coup que son corps recevait, il le ressentait. Son âme avait été expulsée par la violente renaissance d’Asmo. Ce dernier était revenu de nulle part pour exécuter sa vengeance contre l’homme qui était à la fois le pire ennemi et le meilleur ami d’Erdrak.

Un coup, puis un deuxième, eurent raison de la résistance du corps fatigué du Loup Solitaire, et celui qui se faisait appeler Vétéran dans le passé put repousser la bête sauvage qu’était Asmo. Ce dernier était déjà prêt à repartir à l’assaut sans attendre mais quelque chose l’en empêcha. Erdrak avait rassemblait assez de force pour s’opposer à la tempête de flammes qui ravageait son être.

Ca suffit. C’était une pensée faible, sans conviction. Erdrak n’avait pas décidé s’il voulait que son ennemi meure ou que son ami vive. L’arrêt du combat lui permettrait de réfléchir et de se préparer, de s’armer. Dans cette configuration, il n’y avait que la défaite.

Tentant de s’extirper de sa latence et reprendre le contrôle de son corps, Erdrak n’entendit pas Alauwyr, mais Asmo si. Paralysé par sa lutte interne, les dents serrées, la mâchoire crispée, Asmo cracha ses mots. Ta gueule assassin. Tu vas crever. Avant de repartir à la charge. C’était bestial, stupide et violent. Asmo n’avait qu’une envie, arracher le cœur encore palpitant de la poitrine d’Alauwyr.

Il saisit son adversaire à la taille et le soulever pour le jeter à terre. Saisit son col, il commença à abattre son poing sur le visage de son adversaire, comme si rien au monde n’avait d’autre importance. Soudain son geste s’arrêta à mi-course. J’ai dit ça suffit. Non, il doit payer. CA SUFFIT. Le tuer ne règlera rien. Ça ne ramènera pas Lorelei, ça ne fera pas en sorte que Sinestra me reconnaitra et m’aimera. C’est un assassin ! Nous aussi. Faudrait-il qu’on se mette en chasse de tous les meurtriers et soldats du monde pour les tuer.

Erdrak et Asmo s’étaient complètement isolés au fond de l’esprit du Loup Solitaire. Il n’avait aucune conscience de ce qui se passait à l’extérieur, ni de ce qui leur arrivait. Les deux consciences se jaugeaient, rivalisaient de force pour écraser l’autre et asseoir sa domination. Finalement, le brasier qu’était Asmo diminuait, devenant un fond puissant mais contrôlable.

Le Loup Solitaire leva les mains. Il suffit ! Tout ceci n’a aucun sens. Stop. Il se détourna de son adversaire, lui tournant le dos. S’il était vraiment Vétéran, ou même Alauwyr, Erdrak sauvait qu’il ne l’attaquerait pas. Qui es-tu ? Qui es-tu vraiment ? Alauwyr Iskuvar, le Fléau ? Ou bien Vétéran ? Ennemi ou ami ? Je hais Alauwyr, plus que tout au monde. Mais je n’arrive pas à me détacher de l’amitié que j’ai eu pour Vétéran. Alors dis-moi, doit-on s’entretuer ? Si oui, alors je t'offrirai une mort rapide.


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
avatar
Modo
Mercenaire

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Limace 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Mer 29 Aoû - 16:36
La fureur état telle qu'Erdrak ne parut pas avoir entendu les paroles d'Alauwyr et repartit aussitôt dans une charge brutale et puissante. Il avait bondi en avant pour saisir l'Almaréen à la taille, l'emportant dans son élan et pour lui décocher à nouveau un autre coup de poing bien senti. Ce geste s'arrêta à mi-course, si soudainement, que cela manqua de surprendre le combattant. Cela fut amplement suffisant pour qu'Alauwyr se dégage vivement et se détachant de son adversaire, qui était en proie à une lutte intérieurement visiblement.

Alauwyr se releva, essuyant le sang qui coulait à nouveau des entailles déjà ouvertes des coups précédents. A quoi jouait-il cette fois ? Alauwyr demeura prudent quand Erdrak se retourna, après avoir ouvert la bouche.... L'entendre s'exprimer de la sorte paraissait presque étrange, voir contradictoire. La question posée était même perplexe. Mais il fallait bien une réponse.

Et comme le soupçonnait Erdrak, le dos tourné, Alauwyr ne l'attaqua pas. Combien de fois aurait-il pu le faire avant de se retrouver gravement blessé le jour de l'attaque massive des Chimères ? Il aurait pu et ne l'avait jamais fait, sachant qu'Erdrak à cette époque s'était promis de le tuer pour ce qu'il avait commis.

''Avant l'attaque des Chimères, j'étais le Fléau, celui que tu voulais absolument abattre. Quand j'ai été englouté dans le vortex de la Chimère, j'ai perdu la mémoire. C'est là que je suis devenu petit à petit Vétéran, qui ne savait presque rien de qui il avait été auparavant, le découvrant au fil des années qui passèrent par la suite. Et quand Vétéran retrouva l'identité d'Alauwyr Iskuvar, il a fallu se faire à la réalité. Je suis Vétéran comme je suis Alauwyr. Les deux hommes étaient différents, mais maintenant, ils ne font plus qu'un tous les deux. Si je l'avais réellement voulu, depuis que j'ai retrouvé la mémoire, je t'aurai tué sans sommation. Au lieu de cela, j'ai espéré te sortir de ta lourde léthargie en endossant le rôle total de l'homme que j'ai été par le passé, puisque
que tu le détestais tellement que cela ne pourrait que te provoquer qu'un choc. Et visiblement, cela a marché. Trop bien même. ''


Alauwyr essuya une nouvelle fois le sang qui gouttait encore. Il regarda le revers de sa main gantée, couverte de sang. Puis il fixa Erdrak.

''La décision de nous combattre te revient. A toi de décider. Si tu veux qu'on aboutisse à la finalité qui aurait du avoir lieu depuis longtemps. Mais sache si tu le fais en tant qu'Erdrak ou en tant que Loup Solitaire. Toi aussi, tu ne parais pas avoir une identité bien définie. "

Il commença à tourner dos à Erdrak.

''Je t'attendrai dehors, hors des frontières du domaines, si tu prends la décision de me combattre. ''

Alauwyr l'attendrait, avec sa lame à la main si on devait en arriver là.


Couleur parole : [color=#660000]
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Lun 24 Sep - 11:53
Le Loup Solitaire, de nouveau complet, écouta Alauwyr parler sans bouger. En lui, ce n’était pas un brasier, ce n’était pas une tempête, ni un ouragan, c’était un enfer de violence. Asmo, à peine revenu, cherchait à libérer toute sa fureur, sa rage, sa haine et sa violence. Il essayait de s’exprimer, par la force et le sang. Mais il avait beau tout détruire à l’intérieur du Loup Solitaire, Erdrak était plus fort, plus serein.

Bien sûr qu’il voulait voir périr Alauwyr. Cet homme avait tué la femme qu’il avait tant aimé, il avait fait partie de l’armée qui avait tué tous ses frères d’armes. Mais portant, Vétéran était devenu son frère d’arme, son meilleur ami, son allié le plus fiable et plus que tout, son meilleur atout pour la Meute. La vie des Loups et le bon ordre de la guilde devaient ils être mis en péril par une histoire de vengeance ? Quel que soit l’issue du combat entre le Loup Solitaire et son bras droit, la guilde perdrait énormément, soit son commandant, soit son meilleur combattant mais surtout, sa fraternité.

C’était cette certitude qui avait permis à Erdrak de reprendre le contrôle du Loup Solitaire. C’était cette certitude qui lui permettait de garder le contrôle sur Asmo. De rester immobile jusqu’à ce qu’il soit sûr qu’Alauwyr n’était plus là. Il se retourna alors lentement et, seul, il sentit Asmo se calmait. Tu nous as trahis. Non, je nous ai sauvés. Etrangement, Asmo se calme encore. Erdrak ne ressentit aucune amertume dans sa seconde conscience, mais plutôt quelque chose que s’approchait du soulagement, autant que la Colère pouvait en ressentir. Etrange. Très étrange.

D’un pas régulier, Erdrak retourna dans sa cellule, où son armure reposait. Ses armes l’attendaient à l’extérieur. Avec des gestes lents, le Loup Solitaire revêtit son armure. Au fois chaque plaque, chaque maille, bien placé, il accrocha sa cape sur son dos. Il n’avait nulle part où se contempler, mais il savait qu’il était de nouveau le Loup Solitaire. Il sortit et alla remercier les baptistrels qui s’était occupés de lui, du moins ceux qu’il trouva. Il ne leur laissa pas argumenter sur la nécessité pour eux de voir s’il ne faisait pas de rechute. Sa décision était prise et il savait qu’il ne tomberait plus.

Aux écurie, Akehla l’attendait paisiblement. On s’était bien occupé de lui. Avec des gestes sûrs, il le sella et l’emmena à l’entrée du domaine, là où l’attendaient Cros et Solstice. Il ceignit son épée à son côté droit et plaça sa hallebarde en forme diminuée sur son côté gauche. Puis il monta en selle et sortit.

Vétéran était là. L’épée à la main, prêt à e défendre. Le Loup Solitaire se porta à son niveau. Je ne sais pas si je pardonne à Alauwyr ce qu’il a fait. Mais je sais que la guilde et la Meute ont besoin de Vétéran. Que j’ai besoin de Vétéran. Tu m’as demandé si j’étais Erdrak ou le Loup Solitaire. Cela fait bien longtemps que je ne suis plus le premier. A toi de voir si tu veux continuer à me suivre, et comment. La vengeance n’est plus ce qui me fait vivre. Alors, comment est-ce que je dois t’appeler ? Second ? Vétéran ? Ami ? Alauwyr ? ou Assassin ?


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
avatar
Modo
Mercenaire

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Limace 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

le Mar 16 Oct - 19:38
Alauwyr patientait à l'extérieur. Il ne ressentait aucune impatience, aucun empressement d'en finir rapidement. Autrefois peut être, mais avec le temps qui était passé depuis l'Exode, depuis le départ défintif d'Almaria.... de bien des choses qui avaient forgé son existence et sa façon de penser et de voir la vie. Vétéran avait pris le pas sur Alauwyr le temps que ce dernier redécouvre qui il était. La crainte de perdre son identité auparavant, le temps de retrouver la mémoire ne s'était pas justifiée comme il l'avait redouté ; Il était devenu à la fois Alauwyr et Vétéran.

C'était pour cela qu'il n'était pas empressé d'en finir par les armes. Qu'il n'était avec ce sourire carnassier qu'il abordait quand l'armée de son peuple envahissait les terres où il avait débarqué... Il était devenu un autre Alauwyr.

Erdrak arriva enfin, sur le dos de sa monture, vêtu d'une armure qui aurait pu être la jumelle de celle portée par Alauwyr, hormis la décoration et la couleur qui étaient différentes, et armé comme pour aller à la guerre. Alauwyr croisait le regard du chef de la Meute, pendant qu'il s'exprimait. Puis, ce fut au tour d'Alauwyr de prendre la parole. Il tenait toujours son épée, qui était plus au clair cette fois, mais toujours dans sa main, prête au cas où.

''Il y a quelques années, nous étions deux hommes qui étaient prêts à s'écharper. Toi pour la vengeance, moi pour le fait de simplement tuer d'autres adversaires, quitte à tuer des hommes potentiellement dangereux pour mon existence, pour répondre à la loi du plus fort. Maintenant, nous avons changé, des années sont passé et on a découvert que nous sommes devenus des hommes différents. Je suis Alauwyr, mais je ne suis plus l'Alauwyr d'autrefois. Il y a eu Vétéran et je suis toujours Vétéran.''

Il était assez heureux que l'idée de vengeance d'Erdrak était passé. Mais il restait la question de la tension qui en résultait encore, il fallait clore le point qui restait entre eux deux.

''Même si je suis redevenu Alauwyr, comme je te l'ai dit, je reste Vétéran. Tu pourras m'appeler Vétéran si tu le souhaites, mais ce qui se trame entre nous deux, je pense qu'il faut trouver comment le clore une bonne foi pour toute. Il en va de la pérennité de la Meute. Nous ne pourrons pas nous côtoyer, même si tu me pardonnes, s'il persiste un malaise malsain. Tu ne peux pas simplement me pardonner. Et je ne vois qu'une seule solution : par les armes. Je ne parle pas de nous tuer, mais de nous affronter comme nous aurions du le faire si les Chimères n'étaient pas venues tenter de nous anéantir. Un affrontement et là nous serons fixés. Vois cela pour reconsidérer ma place au sein de la Meute. "


Couleur parole : [color=#660000]
Contenu sponsorisé

Re: Une étincelle suffit - Alauwyr Iskuvar

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum