De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Commandant de la Garde Royale

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Cheval 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Dim 26 Aoû - 12:38

Comme prévu, le groupe s'était séparé en deux. Orfraie et Valmys, accompagné par quelques-uns des hommes d'Orfraie s'étaient aventurés par l'entrée dévoilée par la première expédition, tandis que le reste commençait à observer les murs extérieurs restant sous la moindre couture, cherchant une trace indiquant la présence d'une autre porte. Porte qui fut finalement trouvé par l'un des Rôdeurs d'Orfraie, un peu par hasard, selon ses propres termes.
La porte s'été enfoncée dans le mur pour laisser place à un imposant couloir sombre qui semblait absorber la lumière du jour qui pouvait provenir de l'extérieur. Cependant, le passage ne permettait pas au lié d'Orfraie d'entrer dans le temple.  C'est donc sans lui que le groupe d'Aramis et d'Harthea entra dans ces profondeurs encore inconnues. Le groupe avança lentement, repoussant les ténèbres grâce à leur lumière, tandis que celles-ci reprenaient leur règne derrière le groupe.
Après un temps qui sembla interminable pour la cavalière, éprise de grandes plaines, le groupe parvint dans une imposante salle rectangulaire, dont les murs étaient couverts de symbole et de dessins divers et variés. Et bien que le passage du temps ait laissé sa marque ici aussi, rien n'est demeuré aussi lisible qu'en ce lieu. Les yeux d'Harthea ne savent ou se poser pour commencer, tant ce qu'elle voit représente un trésor pour elle. Du sol au plafond, tout semble être couvert de texte ou de dessin. Frénétiquement, elle attrape son carnet de note et le Conscientia et commence à essayer de traduire ce qui se trouve là, toujours aidé par la vision que le Touché du Monde, ce sort qu'elle avait développé pour comprendre le monde et les choses autour d'elle. Mais en ce lieux, même avec cette aide précieuse, il s'agissait d'un travail titanesque. L’œuvre de toute une vie.
Cependant, en prenant leur temps, le groupe parvint à repérer un segment de mur dont les symboles pouvaient être déchiffré avec un peu de travail et de collaboration.
Ainsi donc, avec l'aide précieuse de son amie, l'Impératrice, Aramis, Harthea commença à déchiffrer les étranges symboles, dégageant progressivement ce qui semblait être une ode ou un conte. Bientôt, ce fut les deux premières phrases qui apparurent aux yeux elfiques.


"Upajaoo, terre baignée par la vie, en ta jungle luxuriante tu abrites l’éden du chasseur, mille espèces pour prouver son honneur, mille autres pour nourrir sa tribu. De tes dons nous n’avons su nous montrer dignes, la sagesse nous a fait défaut, aveugler que nous étions par l’opulence."

Upajaoo? Un nom qu'Harthea n'avait encore jamais entendu ou lu ou que ce soit. Mais par cette description, cela lui laissait à croire qu'il devait s'agir des lieux entourant le sanctuaire ou ils se trouvaient à cet instant. Elle hasarda un regard vers Aramis, comme pour lui demander son avis. Puis elle formula la question, afin d'éviter les erreurs d’interprétation.

-Qu'en penses-tu? Une description du cratère ou de l'île dans son ensemble?

La jeune mère attendit un instant, puis reprit le travail de traduction, retrouvant le nom d'Upajaoo, mais également quelques symboles par ci par là. Finalement, après quelques instants, le texte entier s'éclaircit dans la compréhension des elfes présents.

"Upajaoo, les plaies se sont abattues sur toi, la terre baignée par la vie est aujourd’hui une terre stérile. Ravagé par les cendres et ses terribles crocs, tu as nourri notre destruction. Les affrontements t’ont asséché, close est la porte.

Upajaoo, quand de la fontaine jaillira l’eau de toute vie, si de tes dons indignes nous sommes, que la fin nous emporte, si de tes dons dignes nous sommes, que la félicité soit nôtre. Tourne-toi vers le sud, là où cendres et crocs furent la première fois repoussés la réponse apparaitra, au pied du cadavre du gardien de la terre, au pied de ses os s’élevant tels des mégalithes.

Upajaoo pardonne nous.
"

Harthea se redressa, contemplant à la fois ses notes et le texte original, comme pour vérifier qu'ils n'avaient pas fait d'erreur de traduction. Il n'y avait pas de doute, désormais pour la cavalière. Elle était même désormais convaincue que ce qu'elle avait entre les mains était un texte, à tout le moins, écris en ancien Graärh. Après tout, elle n'avait pas entendu parler de textes écrit de pattes de ces grands félins. Or, voici qu'un texte qui semblaient être fait de la main d'un résident de ces lieux surgissait sous les yeux de l'expédition.

Pour la première fois depuis longtemps, Harthea regarda autour d'elle, adressant un regard à chaque personne présente autour d'elle, sa fille inclue.


-Si il s'agit là d'un texte écrit en langue native du peuple de ces îles, il faudrait qu'on le leur montre. Qu'en penses-tu Aramis? Cependant, ce qui m'intrigue, c'est ce à quoi fait référence les termes de "Plaies" et de "Porte". Faut-il les prendre au sens premier ou y voir une...

La question ne devait jamais être finit car aussitôt, un tremblement se mit à secouer la pièce ou ils se trouvaient, tandis que des fissures se mirent à lézarder les murs, brisant ainsi les fresques, avant que, finalement, l'une des parois explose, libérant le passage à une Orfraie et un Valmys retenus par ce qui semblait être des racines.


Cela commençait à profondément agacer Firindal. Pourquoi les gens faisaient-ils des bâtiments si petit qu'un dragon ne pouvait y passer ? L'intrépide ne pouvait y entrer quand cela lui chanter.
Il ne pu donc qu'observer les deux groupes s'enfoncer dans les entrailles de cette étrange grotte. Il les regarda faire, gardant toujours un contact mentale avec sa Liée de Feu. Il n'aimait pas ne pas pouvoir la rejoindre en cas de danger. Mais au moins, il pouvait savoir quand quelque chose lui arrivait. A moins que cela ne soit, au final, encore pire. Après tout ne peut-on devenir fou de ne pouvoir agir alors que l'on sait que l'autre est en danger et souffre?
Le Jade essayait de ne pas réfléchir à cela. Au lieu de cela, il tendit son esprit à nouveau vers la forêt, essayant de poursuivre une conversation. Ou plutôt d'établir une conversation.


"Gardien et forêt? Pourriez-vous me conter l'histoire de ces lieux ? Les bipèdes essayent de comprendre ce que vous êtes. Moi, j'aimerais savoir qui vous êtes. En échange, je vous parlerais de ce que je sais de ces peuples qui sont venus vous voir."

La curiosité de Firindal ne connaissait pas vraiment de limite. En fait, il était tellement curieux qu'il aurait aimé tout savoir. Mais comme l'avait dit un dragon bien longtemps avant l'ère du jeune dragon, le savoir s'acquière avec l'expérience et l'expérience vient avec le nombre des années. Alors, l’Éclat-de-Jade observait, écoutait et apprenait tout ce qu'il pouvait, posant parfois des questions indiscrètes, mais cela ne le dérangeait guère. Bien au contraire. Cela l'amusait de voir ce que les gens pouvaient considérer comme indiscret ou pas.
Aujourd'hui, il écoutait, toutefois, avec attention, la forêt, jusqu'à ce que, par le biais du lien, il ressente quelque chose d'anormal arriver à Orfraie. Dans un premier temps perplexe de sentir cette magie brute envahir progressivement le corps de sa liée, il darda une question dans l'esprit de la Sainnûr.


"D’où vient cette Magie, Orfraie?"

Puis avec une violence certaine, il ressentit et partagea la douleur que ressentit Orfraie, se mettant alors à hurler de ses pleins poumons sous la violence de cette douleur. Et une seule pensée s'échappa de son esprit.

"ORFRAIE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

Dès lors, une seule pensée obsédait le dragon. Rejoindre sa Liée de Feu immédiatement. Il déploya ses imposantes ailes et commença à s'envoler sous l'imposante canopée forestière. Il se mit à tourner au-dessus de l'édifice, sentant le feu prendre vie dans les tréfonds de sa gorge. Il lui chatouillait de tout détruire pour sauver sa Guerrière des Ombres.
Puis il ressentit la Magie que sa moitié activait dans les fonds d'une des salles de ce temple, afin de se libérer de ce qui semblait être une entrave. Cependant, la Magie échappa au contrôle d'Orfraie et provoqua une profonde détonation qui fit exploser le plafond du temple, ouvrant ainsi un passage vers l'air libre. Firindal se précipita et vint se poser sur les rebords du trou après avoir évité les pierres qui avaient volé en tous sens. Là, il put voir les présents et commencer également à compter les absents.
Cependant, l'état d'Orfraie l'inquiétait bien plus que tout autre chose. Elle était inconsciente et souffrait d'une overdose de Magie. Et pour bien faire, il fallait que ce soit de la Haute Magie...
Lentement, Firindal fit la seule chose qui lui paraissait normal sur l'instant. Il vint se poser à côté de sa liée, obligeant les gens à se pousser. Il ne laisserait personne s'approcher du corps inanimé de sa liée. Lentement, le dragon vint poser son museau contre le front de la Générale et essaya de lentement aspirer ce trop de Haute Magie qui résidait en elle pour essayait de l'en débarrasser.


Les deux Sainnûrs se tenaient là, suspendu dans les air, retenu par des racines. De l'eau gouttait du trou d'où avait surgit le duo. Cependant, Harthea ne tarda à remarquer deux choses. La première, c'était que Valmys comme Orfraie semblaient suinter de magie. Elle pouvait même dire qu'il s'agissait là de Haute Magie à l'état brute, comme prélevée directement dans la trame. Ce qui ne manqua de laisser perplexe la jeune elfe.
La seconde constatation fut que l'eau qui coulait autant du trou que des vêtements des deux "prisonniers" portait la même trace de Haute Magie. Harthea se souvint que l'eau provenait d'un autre monde, arrivant en ces lieux au travers d'un trou. Avec le texte qu'ils avaient déchiffré plus tôt, les choses commençait doucement à s'aligner dans l'esprit de la Capitaine de la Garde Royale. Mais elle n'eut pas le temps de poursuivre la réflexion que déjà, elle sentie la magie s'activer en Orfraie. Celle-ci s'apprêtait à lancer un sort pour se libérer de ce qu'elle percevait comme une menace.
Inconsciemment, Harthea tendit la main vers Orfraie, pour essayer de l'arrêter, espérant pouvoir capter le sort qu'elle allait lancer grâce au Toucher du Monde et pouvoir le dissiper. Mais la magie naturelle d'Orfraie se mélangea à la Haute Magie qui l'habitait et le sort échappa complètement au contrôle de la guerrière, provoquant une immense explosion.
Harthea eu tout juste le temps d'attraper sa fille et d'essayer de faire de même avec Armais avant de les plaquer au sol pour les placer derrière elle et pouvoir les protéger de la déflagration.
Elle agissait sans réfléchir, ses devoirs de mère et de Capitaine de la Garde Royale parlant d'une même voix dans son esprit. Les deux êtres avaient, pour elle autant d'importance l'une que l'autre. Et elle ne les laisserait pas être blessée sans riposter. Et pour cela, elle essaya d'activer sa magie en utilisant une sphère d'eau pour protéger ses protégées. Elle ferma son poing gauche et tendit sa main droite, à plat vers Aramis et Priscillia, en restant dos à l'explosion et en prendre une majeure partie à leur place.

Fut-ce le fruit du désir des Déesses ou de la pure chance, l'explosion provoqua certes la disparition d'une partie du plafond, mais le reste de l'expédition fut tout juste roussit. Bien qu'elle fût étourdie par la violence de l'explosion, Harthea s'en sortait avec certes quelques brûlure, mais rien qui mettait sa vie en danger. Un instant encore, le temps de retrouver la vue et l'elfe put constater qu'aucun danger immédiat n'était présent. Elle leva donc la prison de d'eau qu'elle avait dressé pour protéger son amie et sa fille. Et lorsqu'elle se retourna, se fut pour voir l'imposant dragon qui descendait et s'approchait de la guerrière inconsciente.
Était-ce voulu ou juste le fruit de l'inconscience du dragon? Toujours est-il que l'attitude de saurien de jade était celle d'un animal prêt à sauter à la gorge du premier être qui approcherait son domaine. Aux yeux d'Harthea, liée par les animaux, elle voyait cela comme le nez au milieu de la figure. Les autres le verraient-il? Elle l'ignorait.


-Je doute que l'idée d'approcher Orfraie soit bonne pour l'instant. Je ne sais pas comment Firindal réagirait si l'on essayait. Et étrangement, je ne suis pas pressée de le savoir. Si tu connais un moyen sûr de le rassurer et de le pousser à laisser quelqu'un approcher, je suis ton obligée, ma chère Aramis. Personnellement, je ne sais que faire en cet instant.

Quelques minutes plus tard, alors qu'Harthea aider comme elle le pouvait, avec sa magie, à soigner les gens qui en avaient besoin, une nouvelle secousse prit la salle, accompagnée, cette fois, par un grognement qui évoquait vaguement quelque chose à Harthea. Mais ce qui lui mit réellement la puce à l'oreille, ce fut l'apparition de nouvelles racines qui sortaient par le trou d'où était arrivé Orfraie et Valmys. Et cela n'augurait rien de bon. Cependant, si la cavalière voulait poursuivre cette expédition, elle devait trouver un moyen pacifique d'apaiser la créature. En digne fille de sa mère, la Première Immaculée s'avança et tendit les mains vers le trou et l'agitation végétale.

-Gardien. J'implore ton pardon pour la destruction involontaire qu'à provoquer mon amie et soeur. Elle ignorait ce qu'il se passait et se pensait agressée. Je t'implore de retenir ton courroux. Elle ignorait qu'elle se trouvait dans la Vie même les Déesses ont accordée à ce sanctuaire. Elle a appris à se méfier des dangers qui l'entourent, mais ne connait pas encore la sagesse et la générosité de ces lieux. J'espère que tu accepteras de nous les montrer afin que nous puissions apprendre et ne pas répéter les erreurs passées. Entends ma Voix, Gardien, et partage là avec le reste de ton domaine. Nous ne souhaitons pas vous attaquer. Nous souhaitons avoir la chance de prouver notre valeur, notre honneur et notre parole.

Harthea ignorait si ses mots arriveraient à leur destinataire et si il accepterait même de les écouter. Après tout, les intrus que les elfes étaient, avaient abimé les lieux et blessé une des créatures de ces lieux. Elle ne pouvait donc qu'espérer et attendre la réponse du Gardien.


Directives:
Le groupe composant l’expédition s’est divisé. Firindal est resté dehors, ne pouvant entrer dans le temple, Orfraie et Valmys accompagnés de quelques-uns sont partis à la recherche du point d’origine de la source découvert par la précédente expédition, tandis qu’Harthea et Aramis ainsi que le reste de la communauté se sont dirigés vers des parties encore inexplorées de l’édifice.

Après quelques minutes de marche, Harthea et Aramis arrivent dans une grande salle rectangulaire. Sur les murs se trouvent de grandes fresques et une multitude de symboles. En dépit de certaines détériorations, de tout ce que vous avez pu voir avant d’arriver dans cette pièce, il n’y a rien de plus lisible qu’ici. Aussi vous-mêmes et les membres de l’expédition vous ayant accompagné vous attelez à la tâche du déchiffrage.

La tâche n’est pas aisée, le chantebrise semble souffrir d’être ici et vous ne disposez que de notes assez pauvres concernant les caractères Graärh. Néanmoins, en conjuguant vos efforts une partie des fresques sont déchiffrées.

« Upajaoo, terre baignée par la vie, en ta jungle luxuriante tu abrites l’éden du chasseur, mille espèces pour prouver son honneur, mille autres pour nourrir sa tribu. De tes dons nous n’avons su nous montrer dignes, la sagesse nous a fait défaut, aveugler que nous étions par l’opulence.

Upajaoo, les plaies se sont abattues sur toi, la terre baignée par la vie est aujourd’hui une terre stérile. Ravagé par les cendres et ses terribles crocs, tu as nourri notre destruction. Les affrontements t’ont asséché, close est la porte.

Upajaoo, quand de la fontaine jaillira l’eau de toute vie, si de tes dons indignes nous sommes, que la fin nous emporte, si de tes dons dignes nous sommes, que la félicité soit nôtre. Tourne-toi vers le sud, là où cendres et crocs furent la première fois repoussés la réponse apparaitra, au pied du cadavre du gardien de la terre, au pied de ses os s’élevant tels des mégalithes.

Upajaoo pardonne nous. »

À peine l’équipe eut-elle fini le déchiffrage de cette partie des fresques, qu’un tremblement se produit. Les murs se craquellent venant briser les fresques de la pièce, puis un mur éclate tandis qu’Orfraie et Valmys agrippés par de grandes racines en sortent.

Pas le temps de se ressaisir qu’Orfraie allume une flamme dans sa main. À partir de ce moment-là un grand flash lumineux aveuglant, suivi d’une terrible chaleur, se produit. Quand la vue revient à Harthea, la pièce a en grande partie subi les affres des flammes et un trou transperce le plafond laissant apparaitre le ciel (Firindal peut y passer). Harthea, comme beaucoup de monde ici, est couverte de suif noir et est légèrement roussie par les flammes.

Orfraie est libérée, mais allongée au sol, ses veinules sont parcourues de lumière et clignotent légèrement comme un spasme. (La magie s’affole en elle, Firindal le ressent clairement, il y a en sa liée une énergie magique trop puissante pour que son corps puisse le supporter).

Quelques minutes plus tard, un nouveau grondement se fait entendre et des racines commencent à sortir du trou dans le mur par où Orfraie et Valmys ont fait leur apparition.

Quelles sont les réactions d’Harthea face à tout cela ? Que fait-elle ?

Sort utilisé par Harthea:
   [Invocation] Sphère d'eau
   Forme une boule d'eau dans laquelle l'adversaire est enfermé.

   Geste clé : Fermer un seul poing et avec l'autre mettre la main droite à plat, paume vers l'adversaire.




Mélancolie

Paroles =#9999FF
Pensées =#6600FF
avatar

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mar 28 Aoû - 18:28
Firindal tente d'absorber consciemment la haute magie qui pollue le corps d'Orfraie.

Compétence utilisée : Endurance niveau Faible Taux de réussite 35.

Modificateur =>

Race = Dragon : +10
Action normalement inconsciente = Malus : + 10 echec critique

Total taux de réussite : 45
Total taux d'échec critique : 86

Résultat =>

- 5 ou moins réussite critique.
- 45 ou moins réussite.
- 46 ou plus échec.
- 86 ou plus échec critique.

avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mar 28 Aoû - 18:28
Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'MJ' : 12

Réussite

Firindal parvient à absorber la haute magie présente dans le corps d'Orfraie, le déséquilibre énergétique cesse. Son corps reste néanmoins très choqué par ce qui vient de se passer, il lui faudra du temps pour se rétablir (Elle subira un malus de 15 pour le moment).
avatar

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mar 28 Aoû - 19:35







Après qu’Harthea ait élevé la voix pour tenter de s’exprimer au gardien du sanctuaire, un silence s’abat. Un nouveau tremblement de terre a lieu, plus violent cette fois, suivit d’un nouveau grondement. Quelque chose arrive depuis sous le sol, creusant la terre à toute vitesse. Les racines s’affolent, les murs se fissurent de même que le plafond. Le sanctuaire menace de s’effondrer à tout moment. Soudainement, une gigantesque faucille surgit du sol, tranchant une partie de l’édifice en deux. Fort heureusement, aucun membre de l’expédition ne se trouvait sur sa trajectoire à ce moment-là.

Les murs commencent à s’effondrer de même que le plafond alors qu’un pétale géant surgit du sol, manquant d’écraser les aventuriers qui n’ont d’autres choix que de reculer. Une immense plante est en train de sortir du sol.








avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Grenouille, niv 2
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Ven 31 Aoû - 17:40
« Cela parle du cratère de mon humble avis. » Répondit Aramis pensive quant aux traductions qu'elle avait pu faire concernant ces étranges fresques et inscriptions. Décidément, il fallait croire que le goût pour le mystère et les phrases alambiquées était commun à toutes les races estima la cawr avec amusement en tout cas, ce tout en réfléchissait aux significations de ceci. Se doutant notamment qu'elles se trouvaient certainement dans un lieu sacré pour les autochtones originaires de l'archipel…

« Nous devrions en effet le montrer à des Gräärh, notamment ceux érudits dotés d'une grande sagesse et de tout aussi grandes connaissances, car malheureusement nous risquons sans leur aide de passer à côté de nombreuses allusions subtiles dans cette traduction qui risquent d'avoir une grande importance pourtant. » Oui, surtout que cela sonnait assez gravement. Après, évidemment elles pouvaient déjà toutes les deux s'amuser à partir en hypothèses multiples sans mal, cela il ne fallait point en douter, mais… Disons que ce serait comme progresser à tâtons dans l'obscurité sans aucun repère pour être sûr que l'on se rendait là où il fallait…

Quoiqu'il en soit, elles n'eurent guère le temps sinon d'en rajouter davantage car Orfraie et Valmys firent une arrivée à la fois fracassante et ayant de quoi inquiéter… Pour leur état notamment, fichtre. Évidemment la cawr était tout à fait en mesure de s'occuper du cas de sa sœur d'âme et l'aurait fait sans doute, mais visiblement le lié de celle-ci préféra s'en charger seul. Soit, elle pourrait bien forcer les choses, mais elle estimait que ce n'était ni nécessaire, ni souhaitable au vu de la situation… Surtout quand peu après, notamment quand Aramis se fut relever du fait d'être plaquée au sol efficacement et de manière bienvenue par son élève, qui avait eut aussi la bonne idée de la protéger avec une prison d'eau. Idée très astucieuse en soit dont elle ne manquerait pas de féliciter Harthea évidemment, du moins quand elle en aurait l’occasion, car… Là elle devait se préoccuper de Valmys et Orfraie.

« Laissons lui le temps de se calmer, je dispose des moyens pour l' apaiser en effet, mais rien que je ne souhaite utiliser. C'est peut-être cruel de dire cela, mais si sa dragonnière souffre d'une attitude trop possessive de sa part, cela lui apprendra au moins à adoucir celle-ci… Ce qui sera pour le mieux à l'avenir. » Même si évidemment elle aurait préférée qu'Orfraie n'ait pas à subir les éventuelles conséquences de cela, mais bon des fois la vie pouvait se montrer dure…

Puis quelques minutes après cela et alors qu'Aramis aussi se consacrait à soigner ceux en ayant besoin, un nouvel arrivant se fit remarquer et autant dire, que cette créature se montra étrangement peu réceptive aux tentatives de son amie de l'apaiser... Sans compter que de toute manière, même pour la cawr il était maintenant hors de question d'essayer au vu du fait que l'édifice dans lequel ils se trouvaient commençait à s'écrouler sur eux. Ni une, ni deux, la chantebrise dans un geste qu"on pourrait qualifier de réflexe courut donc en direction de Valmys pour soulever celui-ci, ce tout en disant à tout le monde.

"Il faut sortir d'ici !" L'évidence même, mais il pouvait être utile de la préciser tout de même pour pousser les autres à réagir au plus vite. La cawr prit alors l'initiative de commander un minimum les opérations, car évidemment pour une elfe athlétique comme elle, soulever Valmyr n'était guère difficile. Elle ne se mêla pas du fait de s'occuper d'Orfraie ou de Firindal pour des raisons évidentes, mais ordonna aux soldats et à Harthea de superviser l'évacuation des civils et leur protection, ce alors que pour sa part elle entreprenait de s'occuper de l'enwr qui subissait quelque chose de sensible et étrange, donc qu'elle estimait difficile à confier à qui que ce soit d'autre... Ce en essayant tout de même de les aider de son mieux à son niveau en incitant les civils à ne pas se disperser de manière chaotique.





Directives :

Spoiler:
Usant de ses pouvoirs, Aramis aide Harthea et les autres membres de l’expédition à traduire la fresque, jusqu’à ce qu’ils obtiennent une traduction.

« Upajaoo, terre baignée par la vie, en ta jungle luxuriante tu abrites l’éden du chasseur, mille espèces pour prouver son honneur, mille autres pour nourrir sa tribu. De tes dons nous n’avons su nous montrer dignes, la sagesse nous a fait défaut, aveugler que nous étions par l’opulence.

Upajaoo, les plaies se sont abattues sur toi, la terre baignée par la vie est aujourd’hui une terre stérile. Ravagé par les cendres et ses terribles crocs, tu as nourri notre destruction. Les affrontements t’ont asséché, close est la porte.

Upajaoo, quand de la fontaine jaillira l’eau de toute vie, si de tes dons indignes nous sommes, que la fin nous emporte, si de tes dons dignes nous sommes, que la félicité soit nôtre. Tourne-toi vers le sud, là où cendres et crocs furent la première fois repoussés la réponse apparaitra, au pied du cadavre du gardien de la terre, au pied de ses os s’élevant tels des mégalithes.

Upajaoo pardonne nous. »


S’ensuit l’arrivée d’Orfraie et Valmys projeté contre un mur et la déflagration produite par la dragonnière qui manqua de bruler vif tout le monde dans la pièce. Aramis peut sentir, par les vibrations, un déséquilibre magique émaner d’Orfraie et de Valmys. Si Firindal parvient à le calmer au sein de sa dragonnière, qui reste toujours dans un état précaire, celui en Valmys demeure toujours.

Une fois encore le sol tremble et le sanctuaire commence à s’écrouler tandis qu’une sorte de fleur géante est en train de sortir de terre.

Action et réaction Aramis ? 
avatar
Modo
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Sam 1 Sep - 23:34
Valmys refusa poliment l'aide que lui proposait Aramis. Il n'en avait pas besoin. Certes, il avait mal, et l'impression que la douleur courait dans tout son corps comme son propre sang. Certes, il ne parvenait pas à se défaire de l'idée que quelque élément invisible enserrait son torse et restreignait sa respiration. Ceci mis à part, il pouvait tout de même bouger de son propre chef -ne venait-il pas de le faire ? Aramis faisait mieux de s'occuper des blessés, et consacrer sa magie à la situation dans son ensemble, plutôt que prendre le pari risqué de l'orienter vers lui.
Difficile néanmoins de transmettre toutes ces informations en un fragment de temps, alors que les grondements de la terre se faisaient plus forts et que les racines s'étendaient à folle allure, dans un bruissement de corps végétaux, de crissements et de roulements de pierres. La menace était impérieuse et immédiate. Quiconque avait un semblant d'instinct de survie se voyait poussé à l'action la plus élémentaire qui soit: la fuite. Cela devint d'autant plus vrai avec le fracas assourdissant d'une faucille géante, et d'un bâtiment fendu en deux. Le petit coeur d'architecte et d'historien de Valmys se brisa d'une semblable fissure. Ils avaient échoué.

Les murs s'écroulèrent par pans entiers, le plafond se déconstruisait, les pierres éclataient contre le sol en faisant vibrer ce dernier, déstabilisant parfois leur course. L'expédition se mua en un troupeau de bipèdes paniqués qui fuyait ventre à terre vers la sortie. Ils y parvinrent. Valmys eut le réflexe de songer à ces sorts qu'il aurait pu utiliser pour gagner du temps dans leur course ou les protéger. Il dut se faire violence pour se rappeler que ces idées étaient à bannir. La douleur en lui l'aida.

La végétation de l'extérieur et l'air à la senteur si spécifique qui y résidait accueillit leur sortie. D'autres pierres roulèrent encore derrière eux, d'autres roches furent brisées. Pâle, le souffle court, et une main posée sur ses côtes comme si cela pouvait l'aider à endiguer la sensation inconfortable qui y résidait, Valmys s'arrêta et se retourna pour observer l'odieux spectacle du fruit de leur labeur. Ils avaient libéré... Non... Déclenché ? Créé ? Ils avaient... Rah ! Une immense créature de végétaux se dressait là, au milieu des gravas. Jamais Valmys n'en avait vue de telle, pas même en illustration, ou en imagination. Il en resta brièvement ébahi, et regretta de ne pouvoir lui demander de prendre la pose pour un croquis. Etrangement, il la sentait assez peu réceptive à cette idée.

Du coin de l'oeil, Valmys crut percevoir un éclat vert. Ses lèvres pâlirent sous l'effet d'une morsure nerveuse. Il devinait le risque qui planait au-dessus d'eux. Si Firindal se montrait un peu rancunier, il suffirait de peu pour qu'il s'en prenne au golem. Mais il suffisait sans doute également de très peu pour que la forêt entière s'en prenne à eux, sur une menace. Ils n'étaient pas prêts à l'affronter. Même s'ils avaient été prêts, Valmys se refusait de participer à une boucherie supplémentaire.

"- Firindal !" héla-t-il, déclenchant immédiatement une vive douleur entre ses côtes. "Je crains que l'attaquer déclenche une riposte de la forêt ! Ne devrions..."

Il s'apprêtait à proposer quelque plan au dragon, avec le respect et la politesse qui échoie à un bipède. Ils n'en avaient pas le temps. Et il n'avait pas envie d'obéir au dragon si ce dernier préférait rester. Être magnifique ou non, il ne pouvait forcer un apprenti baptistrel contre certains aspects de sa nature. Un bruissement acheva de faire paniquer Valmys. Sans magie, il était vulnérable. Et il les sentait tous vulnérables. Ils n'avaient plus rien qui les retenaient ici - si ce n'était, pour certains, l'envie d'abîmer davantage le patrimoine de l'île.
Lui, il commençait déjà à fuir.

Spoiler:
La terre tremble, le sanctuaire s’effondre et une immense plante jaillit petit à petit du sol. Le groupe parvient à s’enfuir du bâtiment, manquant de se faire écraser à plusieurs reprises alors que ce dernier vous tombait sur la tête. Valmys ne se sent pas très bien, il a toujours mal partout et l’impression que l’on compresse sa poitrine. La situation est alarmante, le sanctuaire s’effondre sur lui-même, ne devenant qu’un gros tas de gravats, plusieurs membres de l’expédition sont blessés. Et pour couronner le tout, l’énorme plante qui sortait du sol précédemment au milieu du sanctuaire est en train de se lever. L’espèce de rose se révèle être une sorte de golem végétal de très grande taille, la faucille ayant tranché en deux le bâtiment s’avère être l’une de ses mains et une deuxième est en train de se former.

Les gardes impériaux accompagnant Aramis s’adressent à elle, conseillant une retraite. La dragonnière n’est pas état de combattre, il y a plusieurs blessés, assurer la protection de l’impératrice dans cette situation n’est pas possible. De plus, sans compter la présence de ce nouvel ennemi, cette forêt reste hostile aussi combattre ici n’est pas une très bonne idée.

Comment Valmys réagit-il ? Que pense-t-il de tout cela ? Que fait-il ?


#bc8f5e
avatar
Commandant de la Garde Royale

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Cheval 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Ven 7 Sep - 18:00

Bien souvent, les gens prient pour que les choses aillent dans le sens qu'ils espèrent. Harthea avait été de ces gens là, espérant que les choses ne puissent qu'aller en s'améliorant. Mais elle avait apprise de longue date que le monde ne vous accorde pas toujours ce que vous attendez. Pire, même. Parfois, il semble que les éléments se déchainent pour aller contre votre souhait. Et ce jour là, il semblait que ce fut le cas.

En effet, le sol se mit à trembler, rapidement accompagné par le reste de la structure, tandis qu'une étrange créature surgit du sol. Un amalgame entre l'animal et le végétal, à l'image du Cerf qu'ils avaient rencontré la première fois qu'une expédition été venue en ces lieux. A la différence près, que cette fois, la créature était taillée pour anéantir tout ce qui passerait à proximité de ses "membres". Et cela n'augurait rien de bon pour les participants de l'actuelle expédition.
Sans attendre, l'ordre fut donné de quitter le bâtiment pour éviter les pierres qui commençaient à se désolidariser et qui menaçaient de tomber sur les personnes présentes.
Lorsqu'enfin le dernier elfe sorti, il fut alors immédiatement suivit par un souffle de poussière tandis que les restes du temple se fermaient à jamais. Intérieurement, Harthea se prenait à se maudire elle même de cette mésaventure, serrant contre elle sa fille qu'elle avait attrapé au départ et porté tout au long de la fuite. Cependant, même maintenant qu'il y avait un répit, Harthea gardait Priscilla dans ses bras, en regardant autour d'elles.


-Vérifier qu'il n'y ai pas de blessé! Ordonna-t-elle à chacun.

La jeune humaine pouvait toutefois sentir l'angoisse de sa mère. En effet, l'Egide du Roi n'avait pas pu attraper son amie inconsciente. Elle n'avait put qu'espérer que son dragon lié parvienne à la dégager du temple avant qu'il ne soit trop tard.








Firindal avait sentit la Haute Magie quitter progressivement le corps de sa Lié pour venir se loger en lui avant de se dissiper à nouveau dans la trame. Une tâche normalement faite de manière inconsciente et qui, pour le coup, avait demandé un effort considérable au saurien alors qu'il essayait de répéter la tâche de manière plus subtil pour ne pas risquer de blesser le corps contenant la magie de la Trame. Après tout, il ne se serait pas pardonner de blesser sa liée pour la sauver. Loin de là.

Alors qu'il se retirait doucement du corps d'Orfraie, le jeune dragon ressentit le sol qui commençait à trembler et le plafond qui menaçait de s'écrouler sur eux, tandis qu'une étrange créature surgissait du sol. Il n'en fallut pas plus à l’Éclat-de-Jade pour attraper le corps inconscient de sa moitié entre ses griffes, sans, pour autant, pouvoir la ménager, tandis qu'il déployait ses ailes pour prendre son essor et ressortir par le même trou dans la voute de pierre que par ou il était entré. Le reste du groupe? Il n'en avait cure. Seul comptait, en ce précieux instant, l'état de sa Guerrière de Feu. Une fois dans les airs, il ajusta sa prise autour d'Orfraie afin de ne pas risquer de la blesser d'avantage, dardant son esprit vers celui de l'inconsciente, la cherchant pour la ramener au monde. Il n'osa pas user d'avantage de magie sur elle, de peur de provoquer une réaction en chaine pouvant se montrer fatale pour la Princesse plusieurs fois centenaire. Mais du bout de son esprit, un seul murmure se projetait vers la rouquine.


"Orfraie?"










Les elfes se comptèrent, afin de voir si qui que se soit avaient disparut. Mais ce fut Priscilla qui montra du doigt le duo draconique, stationnaire sous la voute végétale. Firindal restait à bonne distance du groupe, refusant, visiblement de s'approcher. Dans un sens, Harthea le comprenait. Pour lui, la guerrière était tout. Elle représentait le commencement, mais aussi la fin de son existence.
Mais la Capitaine de la Garde Royale n'eut pas le temps de faire le moindre commentaire que les tremblements de terre reprirent de plus belle tandis que les débris du temple laissaient entrevoir la rose titanesque émerger à nouveau, menaçant les membre de équipée.
Il n'était plus temps de poser des questions ou de chercher à y répondre.
Dans son esprit, le devoir reprenait le pas. Elle devait assurer la protection de l'Impératrice. Alors Harthea fit un demi tour droite sur elle même. Et son regard en disait suffisamment long pour un homme d'arme et d'expérience. Aussi l'ordre qui suivit devait être accomplit le plus prestement du monde.


-On se retire et on rentre à la capitale.












Directives:
La terre tremble, le sanctuaire s’effondre et une immense plante jaillit petit à petit du sol. Le groupe parvient à s’enfuir du bâtiment, manquant de se faire écraser à plusieurs reprises alors que ce dernier vous tombait sur la tête. La tentative d’Harthea a échoué, la forêt ne veut pas écouter. La situation est alarmante, le sanctuaire s’effondre sur lui-même, ne devenant qu’un gros tas de gravats, plusieurs membres de l’expédition sont blessés. Et pour couronner le tout, l’énorme plante qui sortait du sol précédemment au milieu du sanctuaire est en train de se lever. L’espèce de rose se révèle être une sorte de golem végétal de très grande taille, la faucille ayant tranché en deux le bâtiment s’avère être l’une de ses mains et une deuxième est en train de se former.

Les autres gardes impériaux accompagnant Aramis s’adressent à elle, mais aussi à Harthea, conseillant une retraite. Il y a plusieurs blessés, assurer la protection de l’impératrice dans cette situation n’est pas possible. De plus, sans compter la présence de ce nouvel ennemi, cette forêt reste hostile aussi combattre ici n’est pas une très bonne idée.

Du côté d’Orfraie, la dragonnière n’est pas état de combattre. Firindal a très bien agi, le déséquilibre énergétique a cessé, mais il faudra du temps pour récupérer.

Certains membres de l’expédition commencent à se replier, accompagnant le jeune Enwr.

Comment Harthea réagit-elle? Que pense-t-elle de tout cela ? Que fait-il ? (Et Firindal ?). Le sanctuaire est certes en ruine, mais l’expédition est parvenue à décrypter une partie de la fresque donnant ainsi une position au sein du désert sud de Keet-Tiamat.




Mélancolie

Paroles =#9999FF
Pensées =#6600FF
avatar

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Dim 9 Sep - 10:03
Au sein de la jungle, la situation s’est rapidement envenimée. Alors que l’expédition venait de faire une découverte à l’intérieur du sanctuaire, voilà que ce dernier se mit à trembler. Dans leur exploration, les aventuriers avaient éveillé celui qualifié de gardien de ces lieux. Cet ancien végétal aujourd’hui gavé par la haute magie avait été rendu fou par la crainte de voir sa source lui être subtilisé. Faisant preuve d’une grande agressivité, il attaqua sans la moindre sommation les intrus. Les faucilles aiguisées de la bête entraînèrent l’effondrement du sanctuaire, alors que déjà les racines de la créature commençaient à recouvrir le monticule de gravats en un jardin aussi splendide qu’hostile.

Face aux assauts de la fleur, les membres de l’expédition prirent la décision de battre en retraite. Un combat ici leur coûterait bien trop cher, sans oublier que leur puissance était déjà amputée. Dans une course effrénée, le corps expéditionnaire rejoignit les barques et se mit à descendre la rivière à toute vitesse. Bientôt, le golem de plante cessa de les poursuivre et s’en retourna dans les profondeurs du sanctuaire. Alors qu’ils s’approchaient des frontières du cratère, ce sont deux Fiellons qui se dressèrent sur leur chemin. Les créatures putrides furent néanmoins repoussées et l’expédition put s’échapper de cette jungle aux mille dangers.

La décision de retourner à Endëaerumë fut prise et c’est à bord d’une goélette que le gros de l’expédition se mit à remonter le Tampocuilë. L’état de Valmys empira et il perdit connaissance. Et en chemin Orfraie reprit doucement du poil de la bête.

À bord du navire, des experts ayant accompagné l’expédition déchiffraient péniblement des morceaux de la fresque en rapport avec la première traduction, subtiliser en panique avant la fuite du temple, dans l’espoir d’obtenir une meilleure localisation du lieu décrit ...

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Grenouille, niv 2
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mar 11 Sep - 21:30
Retourner aux barques en urgence et repousser à nouveau des félions, voilà les préoccupations qui vinrent les accabler au cours de cette fuite. Si repousser les félions ne fut pas difficile, ce à quoi Aramis aida à l'aide de sa magie pour apaiser les bêtes, arriver à temps aux barques avait été complexe, néanmoins la baptistrelle qui avait essayée de présider la chose, mais aussi d'elle-même aider les retardataires à attendre les barques à temps, n'avait pas chômée. Quitte à être un peu fatiguée par cela, mais on allait dire que c'était assez habituel pour elle de faire du zèle quand il s'agissait de sauver des vies après tout...

La sortie du cratère fut donc laborieuse, mais déboucha sur une réussite, ils purent alors remonter à bord de la goélette et débuter le retour à la capitale elfique. Néanmoins, Aramis n'eut pas le temps de souffler à vrai dire, car à peine le voyage de retour débuta qu'elle entendit un horrible cri d'agonie provenant de Valmys… Celui-ci s'était évanouit et évidemment la baptistrelle qui comptait de toute manière l'examiner se pressa à ses côtés pour débuter un examen à l'aide de ses sens baptistrels… Elle demanda même de l'aide à Harthea pour que celle-ci use du sort particulier qu'elle avait développée et qui lui permettait de mieux comprendre le monde magique.

Que ressentirent-elles ? L'issue vers laquelle déboucherait le destin de Valmys si rien n'était fait pour le sauver, la mort ou l'infirmité définitive de son corps… La haute magie et celle de la trame dans son corps étaient en train de lutter pour savoir laquelle des deux dominerait et c'était évidemment la haute magie qui était en train de gagner, une haute magie que l'enwr ne pourrait supporter et qui allait réduit son corps en charpie si elle laissait faire. Une haute magie qui actuellement s'accumulait dans une sorte de tumeur magique sur son corps, le genre de blessure qu'un médecin almaréen dirait d'amputer, mais elle avait une autre idée en tête heureusement.

« Noble Firindal ? J'aurais besoin de votre aide pour extraire la haute magie en lui. Je peux stabiliser son état et en retirer une partie, mais si nous voulons en retirer suffisamment et ce assez rapidement pour éviter le pire, il faudra conjuguer nos efforts, sinon il risque de ne pas supporter ce qui va suivre si la tumeur magique continue à se développer. » Ceci dit et voyant que le dragon acceptait de l'aider, elle débuta donc l'opération en récitant le chant nom du patient et en espérant que celle-ci sera couronnée de succès, sinon il faudra peut-être envisager quelque chose de plus intrusif... Comme une intervention avec des outils chirurgicaux.




Directives :

Spoiler:
Le groupe bat en retraite et quitte le cratère tel qu’indiquer dans le post du conteur. Comment ton personnage y participe ?

Une fois sortis du cratère, les membres de l’expédition montent à bord de la goélette qui se met en route vers la capitale elfique. Mais quelques minutes après le départ, un cri horrible retentit sur le pont. Valmys vient de perdre connaissance, il est dans un état critique ses veinules pulsent de magie et une sorte de boule sous la peau déforme son torse.

Que fait Aramis pour venir en aide à l’Enwr ? Demande-t-elle de l’aide ?
avatar
Co-fonda
Dragonnière
Générale des Rôdeurs Elfique

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Lièvre, niveau 2
Esprit-lié n°2: Inséparable, niveau 2
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Sam 15 Sep - 14:54
Quelle erreur ! Orfraie ne s'était pas totalement rendue compte de la situation lorsqu'elle tenta de convoquer le feu dans l'unique espoir de se libérer. Elle avait agit sans suffisamment réfléchir et elle en paya lourdement le prix. La magie échappa à son contrôle. Pendant une fraction de seconde, la puissance que l'ancienne Baptistrelle ressentit fut grisante. Ensuite, une douleur sans précédent naquit en son être. Elle ne put réprimer un cri de douleur, comme si le feu lui même la consumait, avant que des flammes immenses et incontrôlables naissent de sa paume. Le sort était d'une puissance jamais vue.

Libérée de ses entraves, Orfraie entra durement en contact avec la terre ferme. Son armure ne put amortir le choc et ses os d'Immaculés grincèrent de mécontentement. La douleur était immense, à tel point qu'elle l'empêchait même d'extérioriser. En revanche, son esprit hurlait son désespoir et, répondant à cet appel au secours, Firindal déboula dans la salle. Le plafond n'avait pas résisté au sort de la Liée de Feu, permettant au dragon de se glisser dans le temple. Prisonnière d'une forme d'inconscience, Orfraie se laissa totalement faire. Elle sentit à peine le museau de sa moitie contre son front et encore moins l'envol de ce dernier après qu'il l'eut sauvé. Elle s'envola entre les griffes de son beau ravisseur sans pouvoir y faire quoi que ce soit tandis que chaque fibre de son corps lui faisaient mal.

La Liée s’éveilla doucement, bercée par le tranquille roulis du navire sur les eaux du fleuves. Encore au bord de l'inconscience, elle se remémora les évènements du temple et vécu la fuite du groupe via les souvenirs de Firindal, qu'elle rassura d'une douce caresse mental. Elle lui devait la vie, elle s'en rendait bien compte.

# Pardonnes moi, mon doux Lié. J'ai été idiote
, murmura t-elle mentalement.

Orfraie ne pouvait s'empêcher de culpabiliser. Avait t-elle fait échouer l'entièreté de l'expédition ? Le groupe n'avait t-il pas fuis par sa faute ? Elle soupira tandis qu'elle se relevait sur sa couchette, comprenant qu'on l'avait soigné pendant le voyage de retour.  Plus tard, tandis que la Cité Elfique était toute proche, elle apprit que Valmys ne s'était pas réveillé une seul fois durant le voyage.

Arrivée à Endëaerumë, Orfraie participa à de nombreuses réunions et rédigea plusieurs rapports sur les évènements ayant eu lieu au cœur du cratère. L'aide que lui apporta FIrindal lui permis de boucher les trous dû à son inconscience. Le sujet le plus important était sans aucun doute cette fameuse fresque, récupérée au sein du temple, ainsi que sa traduction. Il y faisait mention d'un lieu perdu au cœur du désert sud de l'île. Malgré ses blessures, la Générale jugeait qu'il fallait s'y rendre. En revanche, ce n'était pas le cas du Conseil. Le récit des évènements n'avaient pas plu à la majorité de ses membres, bloquant de ce fait l'expédition.

Toutefois, si le Conseil bloquait l'envoi de l'armée en expédition, ce n'était pas le cas des Rôdeurs. Seul l'accord de l'Empereur suffisait pour envoyer ces hommes et leur Générale au cœur du désert. Aramis était sans doute la meilleure personne pour convaincre Aegnor, mais cette dernière restait au chevet de Valmys, dont l'était ne s'améliorait pas. D'un commun accord, il revint donc à Orfraie la mission de parler avec son neveu. Elle lui donna officiellement rendez-vous et se rendit seule à son bureau, au sein du Palais Impérial, afin de défendre la cause de ses compagnons. Il était de leur devoir - et de la sécurité de tous - de percer les mystères de cette île. Après les formalités d'usages, la jeune dragonnière entra dans le vif du sujet.

— Je n'ignore pas les réticences du Conseil à envoyer une équipe explorer le désert Sud mais j'ose espérer que tu sauras te montrer plus ouvert. Si ce que nous avons trouvé au cœur du cratère se trouve également au sein du désert, il est de notre devoir de le sécuriser. La haute magie était présente partout au sein du temple et si celle-ci se trouve également dans une structure semblable en plein désert cela représente un danger certain pour quiconque est assez aventureux pour explorer les dunes. La faune et la flore du centre de l'île rendait l'accès au temple particulièrement périlleux, mais le désert est bien plus accessible malgré moult danger.
La mission des Rôdeurs est la protection du peuple Elfique et de son territoire. Je te demande de me laisser y mener mes guerriers ainsi qu'une petite équipe d'exploration afin de découvrir ce qui se cache là bas. Lorsque nous saurons fixé, nous pourrons décider quoi faire.


Spoiler:
Au moment où Orfraie a levé sa main pour faire jaillir ses flammes, la dragonnière a senti la magie s’emballer. L’espace d’un instant, elle ressentit une grande douleur comme si les flammes la consumaient de l’intérieur. Puis c’est un sort d’une puissance effroyable qui jaillit de sa paume. L’immaculée est par la suite retombée au sol avant d’être prise de spasmes effroyables, elle sent distinctement la magie en elle la transcender et la briser.

Heureusement pour la générale des rôdeurs, Firindal intervient, la liée sent que ce dernier absorbe l’énergie qui la ronge de l’intérieur, la crise et la douleur s’atténuent jusqu’à devenir courbature. L’immaculée est très affaiblie et a mal partout, mais elle ne sent plus sa vie en danger. Du moins à cause de ce qui se produisait dans son corps.

Les évènements se précipitent conduisant à la retraite de l’expédition hors du sanctuaire puis hors du cratère, Orfraie n’est pas en état de combattre et un combat dans cette jungle hostile serait particulièrement dangereux.

Une fois hors du cratère, l’expédition s’en retourne vers la capitale. Durant la semaine de voyage, Orfraie va recevoir des soins, non magiques, uniquement à base de potion et baume, le tout ayant pour objectif de soigner naturellement son corps et surtout de ramener l’équilibre magique en elle. Il lui faudra trois jours pour se remettre de ce qu’elle a subi, grandement aidé par le Lien qui l’a soutenu.

À bord du navire, Valmys a subi le même sort que la dragonnière, mais s’en est beaucoup moins bien sorti. Il n’a pas repris connaissance une seule fois durant le voyage, et aussi bien les médecins, qu’Aramis et Firindal s’affairent le soigner.

Arrivée à Endëaerumë, divers réunions et rapports ont lieu au sujet de ce qui s’est passé durant l’expédition. Très rapidement, arrive sur la table la traduction de la fresque (dont Orfraie a pris connaissance peu de temps après son réveil) et les traductions subséquentes (apprises à la fin du voyage d’une semaine en navire).

Il s’avère que le Conseil elfique est très réticent à envoyer une nouvelle expédition pour explorer ce nouveau lieu, qui serait situé au sein du désert sud.

Aramis est trop occupé à veiller sur Valmys. Il revient donc à Orfraie de parvenir à convaincre Aegnor d’autoriser une nouvelle expédition.

Comment réagit Orfraie à tous les évènements ayant eut lieu? Que fait-elle ?


Orfraie's voice


— Dialogue en langue commune : #00cc99
— Dialogue en Elfique : #00cc99
Pensées en italique
# Télépathie
avatar
Modo
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mar 18 Sep - 13:42
---16 Janvier

La douceur des draps, le confort moelleux du matelas, ne parvenaient à compenser les douleurs sourdes qui parcouraient son corps, au moindre de ses mouvements, et même à ceux qu'il ne faisait pas. Si la violence de ces élancements n'avait rien à voir avec celle qui l'avait, une semaine plus tôt, jeté à terre, cela n'en demeurait pas moins inconfortable. Le petit immaculé grimaçait, grommelait, régulièrement, sans parvenir à trouver quelque moyen d'apaiser ses nerfs. Trouver une position plus adéquate pour son repos était exclus. Des pulsations brûlantes dans son dos le lui avaient fait comprendre. S'auto-soigner était également exclus. Si un bref coup d'oeil aux veinules de ses mains lui avait indiqué qu'il ne brillait plus de cette magie étrange qui l'avait envahi, une vieille leçon lui rappelait que les blessés n'avaient pas à dépenser leur énergie dans l'espoir d'en gagner. D'autant plus qu'il avait dû être soigné par une maître baptistrelle. Ses propres soins ne pouvaient qu'être moins efficaces.

Sa bouche était encore pâteuse, et son esprit engourdi et un peu ronchon. Et il avait... Faim ? Soif ? Sommeil. Et envie de bouger. Et envie d'air frais. Et envie que la douleur s'arrête. Et envie de revenir dans le passé pour éviter de détruire un joli temple. Tant d'envies difficiles à assouvir ! Sauf peut-être cette histoire de faim-soif. S'y intéressant, Valmys se trouva surpris de constater que la sensation ne venait pas d'un de ses organes. C'était plus... Global ? C'était au fond de lui, c'était lié à lui, c'était... De la magie. Il avait faim de magie. Pas juste un peu d'appétit ou de gourmandise; de la vraie faim qui marquait un manque. Il avait toujours été plutôt bon mage, peut-être pouvait-il réussir à combler ledit manque. S'efforçant à la concentration, l'Enwr s'enfonça dans une sorte de transe, semblable à celle qu'il avait pu expérimenter pour mieux ressentir la trame. Dans un réflexe étrange, comme quelqu'un qui aurait découvert la déglution pour la première fois, il y parvint; il aspira la magie, en lui.

Un soupir de contentement lui échappa enfin. Plus de faim, ni de soif, et cette désagréable sensation était partie ! Que des bénéfices... Il allait songer à faire cela plus souvent.

Sitôt que Valmys eut un interlocuteur, il assaillit ce dernier de questions: ce qu'il lui était arrivé, ce qu'il avait dans le dos... Mais l'interlocuteur en question, apprenti soigneur aux oreilles pointues, ne put véritablement le renseigner, si ce n'était en expliquant que la Haute Magie avait empêché Aramis de le soigner via son chant-nom, troublant sans doute ce dernier, et qu'ils avaient dû procéder de façon plus manuelle à l'ablation de la boule étrange qui lui avait poussé dans le dos. Il lui restait une cicatrice. Valmys admit avec une moue boudeuse qu'il n'allait plus pouvoir dormir sur le dos avant un moment. Il demanda également à ce qu'on lui apportât quelques-uns de ses biens qu'il avait laissé en ville. Cela faisait visiblement une semaine qu'il était alité, il ignorait combien de temps il allait le rester... Il avait autant besoin de s'occuper que de donner des nouvelles à ceux qui en avaient besoin.

Lorsqu'enfin le grand blessé se trouva seul, et avec ses pierres de communication, il en posa une particulière sur sa table de chevet, et l'activa. Il ignorait si Aldaron serait ou non en réunion à ce moment, mais... N'avait-il pas un quart d'heure à accorder à son fils, après toutes ses péripéties ? La silhouette de son père glissa un léger sourire en coin sur les lèvres de Valmys. Le voir était réconfortant. Cela lui donnait envie de forcer son sourire, pour rassurer le bourgmestre de Caladon, et pour changer enfin son propre esprit des râleries qui y vivaient depuis son réveil. D'un ton plaisantin, il commença donc:

"- Papa ! Devine où je suis ~
- Dans le royaume elfique ? Il y a trop de fleurs dans ta voix pour que tu ne sois pas là-bas...
- Et plus précisément ?"

Son ton était enjoué, son sourire s'agrandissait au fur et à mesure qu'il se rapprochait de la révélation. Etrangement, celui d’Aldaron montrait bien moins d’engouement.

"- Tu es où, Valmys ?
- On m'a dit que j'étais au palais du royaume elfique ! J'ai envie d'y croire: la décoration est incroyable, et le bâtiment en lui-même a l'air très intéressant..."

Néanmoins, le jeune immaculé comprit assez vite que son père se moquait totalement de l'architecture du palais impérial. Pfeuh, il ne savait pas ce qu'il manquait. Valmys, lui, avait hâte de pouvoir crapahuter dans ce bâtiment qu'il avait la chance d'approcher.
Tant pis. Il contenta plutôt le besoin de son père d'avoir des explications sur son état. Aldaron sut ce que lui savait: comment leur expédition s'était déroulée, la douleur qui était montée en lui, l'opération qu'ils avaient dû faire. Désirant montrer à Aldaron ladite cicatrice, Valmys commença à difficilement essayer de se redresser pour se retourner, avec une grimace qui en disant long. Son père l'interrompit:

"- Ne bouge pas, j'arrive."

Interloqué, un sourcil haussé, Valmys se stoppa net dans son mouvement, fixant la silhouette de l'ancien Passeur. Ce dernier s'était immobilisé, tête basse. Rien qui ne ressemblait à un "j'arrive".
Un léger sursaut accueillit l'apparition d'Aldaron à ses côtés. Par les Huit ! Il avait complètement oublié qu'il pouvait faire cela ! Mais c'était... Fort bienvenu. Voir son père venir à lui, en chair et en os, mit du baume sur le petit coeur de Valmys. Guérir allait être plus simple, avec un tel soutien !

Quelques jours plus tard, le soutien et le repos avaient porté leurs fruits. Les courbatures l'avaient majoritairement quitté. Quelques-uns restaient, lors de mouvements un peu inédits ou forcés, mais rien d'insurmontable. Aldaron était passé le voir, de temps en temps, via projection astrale. Il lui avait un peu tiré les oreilles en apprenant qu'il s'était nourri de magie, et Valmys lui avait promis qu'il ferait attention.

Ce matin-là, le petit Enwr avait envie de prendre l'air, et Aldaron avait usé de ce sort que lui seul maîtrisait pour le rejoindre, et lui proposer son bras. Valmys s'en était servi, davantage pour s'économiser que par réel besoin. Ils avaient pu effectivement commencer à faire le tour des environs de sa chambre, et le brave bourgmestre avait dû supporter les regards émerveillés et les compliments admiratifs de l'immaculé en convalescence sur chaque petit élément un peu joli ou intriguant du palais. Cette sculpture-là, cette forme-ci, cet arrangement-là... Mentalement, Valmys avait pris des notes, et construisait déjà un second palais inspiré de celui-ci dans son crâne. Il était très admiratif, et très inspiré. De nombreux croquis n'attendaient désormais que d'être exécutés.
Leurs pas tranquilles les menèrent dans les jardins, qui furent loin de taire les mots fascinés de l'apprenti baptistrel. Entre deux arrêts pour ancrer dans sa mémoire la vision de l'agencement du jardin, du choix des plans, de l'odeur et de la fraîcheur qui émanaient de cet endroit, il menait Aldaron d'ombrage en ombrage, les protégeant du soleil du désert. L'endroit était agréable. Il dut néanmoins admettre que tant de végétation ravivait son envie de retourner en pleine nature -aux côtés de Shi'Ry.

Un sourire espiègle passa sur son visage, au détour d'un chemin végétal. Son regard passa d'un adulte à l'autre. Voilà une rencontre bien opportune !
Se rendant auprès d'Aramis, d’un pas trop bondissant pour son propre bien, il lui adressa le salut elfique protocolaire, attendit qu'elle lui offre la parole. Il la remercia pour les soins, puis présenta Aldaron.

"- Cawr Aramis, je suis heureux de vous présenter mon père adoptif."

Valmys demanda à la grande dame si elle avait quelque temps à lui accorder; il avait des questions à lui poser.

Ainsi, il apprit quelques éléments qui lui manquaient. Les écritures Graärh qui avaient été trouvées, l'état actuel d'Orfraie, et la seconde expédition, pour laquelle la décision était encore en attente. Cherchant à afficher l'air le plus neutre possible, Valmys se tourna vers son père, cherchant dans ses traits un indice de son avis sur la question. Il le devinait très bien, et il approuvait à demi-mots. Mais une partie de lui craignait ce qui pouvait découler de son absence. Avant de trop s’inquiéter, il se tourna également vers l’autre adulte en présence, pour savoir si seulement il y avait des questions à poser :

"- Si cette seconde expédition a lieu... Irons-nous ? Avez-vous besoin de moi ?"

La question était sincère, et le reproche qui pouvait y transparaitre n'était pas volontaire. Il partait toujours du principe que les Cawrs avaient leurs raisons.

Le regard d’émeraude du bourgmestre se posa sur l’Impératrice, la saluant comme il se doit, quoi que froidement, avec le respect nécessaire à de bonnes relations diplomatiques, il n’en demeurait pas moins vrai que ce qu’il retenait de cette expédition, contée par Valmys, n’était qu’une accumulation de bourinages aboutissant au viol d'un temple sacré, affrontant des contrées inconnues et de toutes évidences, dangereuses. Autant dire que le père qu’il était grinçait des dents, légitimement, sur la situation. « Mon conseil serait que tu prennes du repos, mon fils. Les quêtes les plus valeureuses laissent leur lot de cicatrices. » S’il parlait de celle que Valmys avait dans son dos, il évoquait à mots silencieux, celle qu’il partageait avec Aramis et qui s’appelait Morneflamme. Il n’avait pas envie de perdre son enfant, maintenant qu’il s’était attaché à lui plus que de raison.
« Néanmoins... » entama-t-il d’une voix suspendue alors que ses prunelles verdoyantes coulaient vers Valmys, s’inondant d’un peu plus de douceur, à son attention. « Elles offrent plus de richesses que l’enseignement d’un Cawr… Faire ce qui doit être fait, pour aider et soutenir le peuple elfique à comprendre les confins de ses propres terres, c’est grandir et se forger par ses propres actes, plus que par le verbe d’autres. Si tu le souhaites, tu peux retourner dans cette expédition. Tu peux également les aider en portant une réplique des écritures Graärhs qui couvraient le temple au domaine baptistral. » Il leva son regard vers Aramis : « A moins que vous n’ayez des érudits graärhs capables de lire ces écritures anciennes au sein du palais impérial elfique... » Ce dont il doutait, eu égard de l’emplacement des légions hors de Keet-Tiamat, du climat brûlant de l’île et surtout du caractère oral de la tradition des indigènes. Leur savoir se transmettait par la parole et l’écriture n’était pas à la portée du premier graärh guerrier qu’on pouvait croiser : « M’est d’avis que Purnendu saura répondre à vos attentes en la matière. Ce graärh guérisseur a quitté Caladon, il y a quelques semaines pour s’enrichir des connaissances de nos peuples au Domaine. Je n’ai pas eu vent de son arrivée à bon port, pour l’heure, mais cela ne saurait tarder. »
Baissant les yeux à nouveau sur Valmys, interrogateur, lui laissant la porte ouverte à ses propres choix. Il n’avait jamais aimé la geôle que son propre père lui avait octroyée pendant son enfance pour en faire subir une semblable à son enfant. Il était maître de ses choix, son rôle de père était de lui présenter l’éventail des possibles, saturé de ses mises en garde. Ainsi était-il libre et éclairé.


Directives:
Après une retraite effrénée vers la frontière du cratère, les membres de l’expédition rejoignent enfin le navire. Valmys s’est senti de plus en plus mal lors de la fuite, mais l’adrénaline causée par le critique de la situation amoindrit celle-ci. Ce n’est que lorsque le calme fit son retour que le jeune immaculé put prendre conscience de la pleine gravité de sa situation. Il avait l’impression que chaque fibre de son corps brulait de l’intérieur. Dans un hurlement de douleur, l’apprenti chanteur tomba au sol, sombrant dans l’inconscience.

Valmys restera inconscient durant toute une semaine, ce n’est que lors de son arrivée à Endëaerumë que ce dernier revint à lui. La douleur s’était amoindrie, nettement moins intense, mais toujours présente bien que différente. Chaque fibre de son corps était courbaturée. Deux sensations étranges l’assaillaient néanmoins.

Tout d’abord son dos, il apprendra plus tard ce qui lui était arrivé, et qu’en dépit des soins préventifs les soigneurs n’avaient eux d’autre choix que de procéder à l’ablation d’une boule étrange qui s’était développée à cet endroit. Désormais une vilaine cicatrice pulsante de magie s’y trouve.

Ensuite une sourde et désagréable sensation s’apparente à de la faim ou de la soif et un désir de l’étancher avec de la magie. (Valmys devra désormais se nourrir d’un minimum de magie pour combler cette sensation).

Trois jours se sont écoulés depuis l’arrivée à Endëaerumë. L’Enwr se sent infiniment mieux. Il se trouve avec Aramis dans un des jardins de la cité elfique et apprend ce qui s’est passé durant son inconscience.

Comment réagit Valmys ? Fait-il quelque chose de particulier ?

Aucun Aldaron n'a été molesté durant la réalisation de ce post


#bc8f5e
avatar
Commandant de la Garde Royale

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Cheval 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Sam 22 Sep - 23:39

Le retour à la Capitale elfique n'avait pas été de tout repos. Certes, une fois sortie du cratère, l'équipée n'avait pas été poursuivit  par les créatures qui se trouvent au fin fond du temple et du cratère, mais ce n'était pas pour autant que tous le monde était en sécurité. En effet, Valmys souffrait d'une grave contamination à la Haute Magie. Et Harthea le voyait très bien grâce au Touché du Monde. Aussi, elle prêta un main forte à Aramis, l'aidant à endiguer la progression de ce qui était devenu une tumeur magique. Mais rien n'aurait été possible si le lié d'Orfraie n'avait accepté de porter assistance au jeune baptistrel et d'aspirer à nouveau cette Haute Magie.
Cependant, Harthea ne tarda pas à s'intéresser au résultat de l'extraction, laissant le jeune apprentie entre des mains plus compétentes que les siennes. Harthea observa sous toutes les coutures cette cristallisation de magie. Un phénomène rare, pour ne pas dire unique. Cela donna, toutefois, une petite idée à la jeune femme, qu'il lui faudrait éprouver une autre fois.
Arrivé à la cité, la jeune mère rejoignit la demeure familiale, accompagnée par de Priscillia. Évidemment, lorsque Claur et Aerlinn avait découvert la disparition de leur sœur, ils avaient envié celle ci, se disant qu'ils auraient dû la suivre. Mais le récit de ce qui s'était passé refroidit rapidement leur ardeurs.
Harthea ne tarda, toutefois, à reprendre son étude, autant des textes trouvés, que celle du cristal de Magie extrait du corps de Valmys, en se joignant aux sages qui l'étudiaient.
Un soir, cependant, Lindorië et Amandil vinrent la trouver dans son étude, plongée dans des manuscrits divers et variés. Son père s'installa dans un siège juste en face de sa fille, tandis que la mère prit place à la droite de son époux. Et tous deux plantèrent leur regard dans celui de leur fille qui ne prêtait alors aucune attention. Avait-elle seulement entendu leur arrivée? C'était à en douter.


-Harthea. Poses ses livres et regardes moi. Évidemment, la jeune mère n'en fit rien, concentrée qu'elle était sur ce quelle faisait.

Le père fit alors une chose qu'il n'avait, jusque là, jamais songer faire à sa fille. Il la gifla. Le coup claqua dans la pièce comme si se fut un coup de tonnerre qui grondait. Harthea en resta coït , les yeux désormais fixer sur son père et sa mère. Et là, elle put voir la colère qui les habitait tous les deux. Elle ne posa pas de question. Elle n'en avait pas besoin. Le regard de son père exprimait largement ce qu'il voulait lui dire. Mais le comprenait-elle?


-Sais-tu pourquoi je fais cela, ma fille? Demanda-t-il.

Le regard d'Harthea se dirigea instinctivement vers l'entrée de la pièce ou elle vit ses trois enfants, mais également Zelnya, la demoiselle de chambrée et responsable du personnel de la Maison Thaidforodren, qui gardait une main sur les épaules de Claur et d'Aerlinn. Le choc et la surprise avait dissiper les brumes de l'esprit de la jeune femme qui revoyait sa famille depuis un long moment. Son regard se porta un instant sur ses parents avant de revenir vers ses enfants.
Elle referma l'imposant manuscrit qu'elle était entrain de consulter un instant au paravent, puis se leva et s'approcha de ses enfants. Elle s'arrêta cependant à quatre pas d'eux et se mis à genoux devant eux, plantant son regard dans les yeux de ses trois enfants.


-Il semble que votre mère se soit montré folle ces derniers temps. Effrayée par ma propre faiblesse, je vous ai complétement négliger. Saurez vous me pardonner mon erreur?

Harthea avait vu dans les yeux de ses enfants leur peur. Celle que leur mère les abandonne. En un sens, c'est ce qu'elle avait fait ces derniers mois. Un comportement inexcusable pour une mère. Mais le fait qu'Harthea le comprenne et leur demande pardon rassura les trois enfants.

-Uniquement si tu laisses tes livres et manuscrits pendant une semaine et que tu la passes avec nous. Déclara Claur.

Le jeune garçon avait été, en réalité, celui qui avait éprouvé le plus durement "l'absence" de sa mère, rendant la vie impossible pour le reste de la maisonnée. Même ses sœurs en avait marre de ses crises d'humeurs. Or, elles devaient reconnaître que la proposition qu'il faisait était à la hauteur de ce qu'elles espéraient également.
Le prix demandé était, cependant, élevé pour la jeune chercheuse qui voulait des réponses à ses questions et que ne parvenait qu'à trouver encore plus de questions et relativement peu de réponse. Elle accepta malgré tout la "punition" et adressa un large sourire fatigué à ses enfants, en leur tendant les bras. Tous trois s'y précipitèrent.


-Je propose que vous vous reposiez pour le reste de la soirée, Madame, et que vous passiez la journée de demain avec les enfants. Annonça Zelnya
-Non. Ils n'ont pas à attendre. C'est mon erreur, je dois l'assumer. Je passerais la soirée avec ma famille. Cependant, prépares moi quelque chose qui saura m’assommer un bon coup pour après le diner, je te pris.

La demoiselle de compagnie acquiesça tandis que Lindorië et Amandil approchait derrière leur fille, mettant chacun une main sur une épaule de la jeune Chef de Famille, un sourire désormais approbateur sur les lèvres.


Le souvenir de ce voyage demeurait encore frais dans la mémoire du jeune dragon, qui la partagerait désormais avec les autres dragons à venir. Il était lové sur le vaste balcon des appartements d'Orfraie et la regarder aller et venir tandis qu'il se remettait doucement de son entreprise pour le moins anormal. Il avait entreprit une chose étrange lorsque l'on y pense. Qui forçait pour accomplir une chose que le corps fait de manière naturelle? Normalement, il n'y a pas à penser à cela. Cependant, au cours de cette entreprise, il avait dû faire consciemment, à deux reprises, une absorption de magie de la trame, de manière forcée pour la relâcher autour de lui. Et cela avait eu des conséquences, mineures, certes, mais des conséquences malgré tout.
Depuis leur retour, il passait ses journées et ses nuit là, sur ce balcon, sans bouger, récupérant l'énergie dépensée à essayer de sauver sa liée et ce jeune elfe. Il ne put s'empêcher, d'ailleurs de sourire au souvenir de la pensée que lui avait adressée Orfraie lorsqu'elle avait reprit conscience. Elle c'été excusée d'avoir été idiote.


"Tu n'as pas été idiote, ma douce Orfraie. Ignorante et inconsidérée serait plus adéquat. Mais je pense que ta réaction fut le fruit de ton instinct combatif et de toutes ces années à t'entraîner pour te défendre et protéger ceux qui t'entourent. Mais je pense que cette expérience t'aura apprise quelque chose. Je me trompe?" Avait-il alors répondue à sa liée qui se reposait alors dans le bateau ou ils étaient.

Mais maintenant qu'ils étaient revenu à la capitale, Orfraie avait reprit son ballet d'aller et venues dans les couloirs de cette imposante grotte que les elfes appelaient palais. Elle essaye, en effet, de convaincre son neveux de lancer une nouvelle expédition, mais cette fois, pour trouver un lieux en plein désert. Voila une mission ou le jeune jade pourrait user de ses ailes à loisir et en profiter pleinement. Aussi approuvait-il l'idée.







16 Janvier

Une nouvelle expédition avait été monté, en réponse à l'ensemble des découvertes de la première. Harthea s'était préparé, mais cette fois, en prenant le temps de passer quelques heures par jours avec ses enfants. Et elle ne fut guère surprise lorsque Priscilla demanda à être, une fois encore, de la partie. Ce que Aerlinn et Claur ne demandèrent pas, pour leur part.
Mais Harthea sentait que quelque chose était entrain de se mettre en place. Serait-ce bon ou néfaste? Elle l'ignorait. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle sentait une migraine lui prendre la tête par moment, de manière de plus en plus régulière, à mesure que le temps passait. Et une voix commençait, à mesure que l'expédition arrivait le long des berge sud de l'île, à se faire entendre, l'invitant à continuer d'avancer toujours plus loin. D'aller là bas. Mais pour faire quoi? Harthea l'ignorait. Cela l'effrayait autant que ça la mettait en confiance. Etait-elle prise de démence? Elle ne savait pas. A qui pouvait-elle en parler? Là encore, la réponse ne lui parvenait pas. Elle essayait de l'ignorer, mais n'y parvenait pas vraiment. Alors elle se concentrait sur la mission, les préparatifs et la formation de Priscillia, pour s'assurer que la jeune fille saurait quoi faire pour se protéger en cas de danger. Pour sa part, Harthea avait prévu son équipement lourd pour cette mission. Il était hors de question de mettre encore qui que ce soit d'avantage en danger par son étourderie.













Directives:
L’expédition s’est retirée du cratère. En chemin Valmys a perdu connaissance. Sur le retour, Harthea et Firindal ont put aider Aramis à sauver l’apprenti chanteur de l’état dans lequel il se trouvait. La haute-magie tentait de devenir l’énergie dominante dans son corps, mais le détruisait au passage, venant s’agglutiner en un point, une sorte de tumeur magie.

Les efforts de Firindal, pour maintenir l’équilibre énergétique au sein du corps de Valmys, auront permis de gagner suffisamment de temps pour que Aramis aidé d’Harthea ainsi que des soigneurs, parviennent à procéder à l’ablation de ladite tumeur, avant de pouvoir prodiguer de véritable soin.

L’agglutinement de haute magie une fois retiré va très légèrement de cristalliser, de sorte à former une membrane, devenant une poche molle de chair et de magie. De retour à Endëaerumë, la chose est confiée à des savants pour essayer de l’analyser. Harthea peut, si elle le désire, assister au début de l’analyse.

Nous sommes aujourd’hui le seize janvier. Valmys va bien mieux, ainsi qu’Orfraie. Une nouvelle partie de fresque Graärh, rapportée durant la fuite a été déchiffrée. Les nouvelles traductions indiquent plus précisément l’emplacement du lieu dont il était fait mention dans la première traduction faite par Harthea et Aramis. Malgré les réticences du Conseil, Aegnor Evanealle acceptera d’autoriser une nouvelle expédition grâce à l’intervention d’Orfraie auprès de lui.

Cette expédition mènera dans le grand désert du sud. Mais pour s’y rendre, le groupe n’ira pas à pied. Il prendra la bateau, longera la côte jusqu’au sud, avant de s’approcher au maximum et poursuivre le chemin à pied.

Ces derniers temps, Harthea est pris de migraine, assez faible, mais qui augmenta progressivement. Et entend dans son esprit une voix qui va s’assurer de la convaincre de faire partie de cette nouvelle expédition.

Comment réagit Harthea à ces évènements ? Que fait-elle ? (Tu peux avancer jusqu’au moment sur le bateau et même jusqu’au débarquement au désert sud, il faut environ une semaine de navire pour rejoindre le lieu de débarquement).

Equipement emporté:
-Organia : Guren Thenin "Coeur Fidèle"
Arme composite, elle est faite d'un manche en bois d'ébène lustré et renforcé par des anneaux de métal ainsi que deux deux lames courbes, une de chaque coté du manche. Elle est très lourde et ne se manie pas facilement mais sa puissance est très dangereuse entre les mains d'un utilisateur compétent.

  • Glyphe 1 : Retour: Fait en sorte que l'arme puisse apparaître dans la main de son propriétaire par un simple appel mental
  • Glyphe 2 : Frappe Précise: Apposé sur une arme, il permet de toujours viser les points faibles de son adversaire
  • Glyphe 3 : Pénétration : Rend les attaques physiques ou magiques plus profondes. Effet permanent.



-Double-lame
Épée à deux mains composée en fait de deux lames soudées ou apparemment soudées, portées par une puissante poignée centrale, finement ciselée d'écritures elfiques. Cette épée permet de lancer des assauts élégants d'une seule lourde lame... ou bien de dédoubler l'épée pour la transformer en deux fines lames meurtrières.

-Cottes enchantée : (Lors des missions hors du Palais)
Une cotte elfique possédant un enchantement qui protège contre les sorts de bas niveaux. Elle est également une protection appréciable pour le corps à corps. Matériel : mailles.

  • Glyphe 1 : protège des sorts de bas niveaux (très faible et faible) – Artéfact Draconique.
  • Glyphe 2 : Phobos: Apposé sur une arme ou une armure, celle-ci inspire une grande peur aux ennemis du porteur.



-Bouclier animé :
Bouclier protégeant de lui même le porteur, sans que celui-ci ait besoin de le tenir, laissant ainsi le porteur avec deux mains libres. Un seul bouclier peut être utilisé à la fois. Son utilisation réduit l'agilité d'un rang.

  • Glyphe : protège le propriétaire de lui-même – Artéfact Draconique.


Outre infinie:
Peau d'animal cousue servant à conserver et transporter des liquides. Lorsqu'elle est vide, elle se remplit lentement d'eau pure.

  • Glyphe: Abondance – Cristal de Magie




Mélancolie

Paroles =#9999FF
Pensées =#6600FF
Contenu sponsorisé

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum