De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mer 24 Oct - 21:06

Les innommables, ces monstrueuses créatures à l’origine inconnue, sorte de croisement entre un humain et un poussin. Ces dernières, à l’aide de leur force brute et de leurs doigts plus semblables à des griffes ou des serres, avaient brisé les murs et les protections de cette prison enterrée sous le sable. Antique geôle, destinée à garder enfermer un mal ancien, un mal profondément craint par les graärh des anciens temps. Si bien qu’ils avaient dissimulé leurs corps sous la terre, les enfermant, avant d’effacer des mémoires toutes traces de leur existence. Ainsi oublier de la race, ils espéraient qu’ils soient oubliés du monde et que leurs existences s’effacent à tout jamais. Mais tout ceci n’était rien de plus qu’une vaine fuite. La fuite d’une faute, la fuite d’une catastrophe, la fuite d’un traumatisme, la fuite du chagrin. En quatre points, ceux baptisés les couronnes de cendre avaient été vaincues et enterrées de façon plus ou moins volontaire. Et aujourd’hui, l’archipel tremblait. Fébrilement, elle se remémorait, alors que dans le ciel s’élevait le cri de d’horreur des esprits liés. Leurs pires adversaires étaient de retour. Leurs anciens messagers, leurs anciens serviteurs. Ceux qui les avaient trahis. Ceux qui les avaient attaqués. Rog le créateur de cauchemar … Laalach le transcendé … et maintenant Lolupata le chasseur glouton. Il n’en manquait plus un. Mais de toute sa dépouille était la plus inaccessible. Sa trahison envers sa race s'étendit plus loin que les autres, car il priva son peuple de son plus merveilleux trésor. Ce qui fit sa grandeur d’autrefois. L’emportant avec lui dans sa mort.

Comme pour Laalach, l’âme du félin tigré trouva son chemin, appelant son enveloppe corporelle, jusqu’à trouver son emplacement. Malheureusement, celle-ci lui fut inaccessible, du moins jusqu’à l’arrivée de ces étranges créatures qui brisèrent les portes de sa dernière demeure. Malheureusement, le petit éclat ne pouvait s’en approcher. Car de tous les inconnus présents, l’un d’entre eux était en mesure de le voir et de l’anéantir. Fort heureusement, l’intervention impromptue de créatures toutes aussi inédite détourna son attention suffisamment longtemps pour lui permettre de se faufiler. À peine l’ultime porte céda sous le coup des innommables, que l’âme bondit sur le cadavre afin de le réintégrer. L’enveloppe n’avait pas connu une morte violente, au contraire, elle fut particulièrement douce. Si douce qu’il ne la sentit pas venir. Et son corps, imprégné par une très haute magie, avait su se conserver pour ce jour fatidique où se produirait son retour.

L’âme de Lolupata sentit la magie de Rog s’insuffler partout dans la pièce. Peu importe où ce dernier se trouvait, à partir du moment où il avait rappelé leurs esprits de l’autre côté du miroir, leur résurrection pouvait s’opérer. Le félin tigré ouvrit soudainement les yeux en reprenant une respiration. Mais la première chose qu’il sentit … fut la faim. La mort était une chose terrible. Pendant un temps qu’il ne pouvait chiffrer, il avait été privé de repas, n’en ressentant pas le besoin. Mais si son corps spirituel en était épargné, son esprit, lui, ne l’était pas. Manger était un plaisir … manger était un devoir … manger était sa façon de vivre. Il ne mangeait pas pour vivre. Il vivait pour manger.

Le graärh enrobé, un peu lourdaud et maladroit se redressa lentement, reprenant lentement conscience de son corps. Les innommables entèrent dans la cavité, mais ne le remarquèrent pas alors qu’une demi-pénombre sévissait dans ce lieu. La truffe du félin bougea, il humait l’air. Depuis combien de temps n’avait-il pas senti l’odeur d’une proie ? Pourtant, la première chose qui frappa le félin fut les fragrances inconnues des créatures toutes proches de lui, puis celles des créatures à l’extérieur. Qu’est-ce que c’était que cela ? Ce n’était pas une odeur de graärh ? Ce n’était pas une des odeurs des nombreuses créatures qu’il avait pu chasser dans sa vie. C’était nouveau…

Son ventre grommela légèrement, trahissant sa présence et c’est seulement à cet instant que les deux monstruosités tournèrent leurs têtes en sa direction. Lolupata ouvrit légèrement la gueule, retroussant ses babines, laissant apparaitre ses crocs, tandis qu’un peu de salive coulait de la commissure de ses lèvres. Le potelé bondit sur eux et ses terribles crocs se refermèrent sur eux. En entendant le bruit paniqué et agonisant que faisant une proie entre ses crocs, la couronne de cendre sembla revivre pleinement. Sans perdre un instant, elle engloutit les créatures. Leurs goûts étaient … mauvais … mais inédits. Il voulait en manger plus pour réitérer l’expérience. Un rot bruyant et odorant s’échappa de sa gorge, venant rejoindre l’extérieur. Tranquillement, le félin tigré se dirigea vers l’extérieur. Il sentit le vent et la chaleur contre son pelage. Mais il ne sut profiter de cette sensation, le goût du sang sur ses crocs accaparant toute son intention. Le matou se pourlécha avant que n’apparaissent dans son champ de vision les bêtes inconnues qu’il avait senties à l’extérieur. Elles étaient … étranges. Et elles étaient différentes. Certaines d’entre elles avaient des oreilles pointues, d’autres des crocs pointus, d'autres ni l’un ni l’autre. Certaines sentaient la verdure et d’autres la mort. Certaines avaient même une certaine fragrance propre à l’énergie magique. Mais il y avait aussi autre chose. Trois autres choses. Une énergie qu’il n’avait jamais sentie. Il sentait celle-ci tenter de l’agresser, sans pour autant y parvenir. Qu’est-ce que c’était ? Elle émanait de bon nombre des individus en présence, mais surtout de celui qui portait un bâton. En parlant de ce dernier, le graärh avait un mauvais sentiment, quand bien même l’envie de le planter sur son bâton et le faire tourner sous un feu le dérangeait grandement.

Puis … apparut le repas ultime. Le plat de résistance parmi tous les mets en présence. Une grosse créature, semblable à un lézard. Et ce dernier était déjà même ficelé comme un rôti. Le regard jaune de Lolupata se porta sur lui, l’appétit qu’il affichait trahissant sa pensée.

Il y eut du mouvement parmi les nouvelles proies, l’une d’entre elles venant se libérer de ses liens et vociférer à son encontre. Il ne comprenait pas ce qu’elle disait, mais il pouvait vaguement deviner qu’elle s’adressait à lui vis-à-vis de la bête appétissante. Il est dangereux de se mettre entre un chasseur et sa proie.

Lolupata ouvrit soudainement grand la gueule alors qu’un sifflement strident, semblable aux vents s’engouffrant dans un col tortueux, se produisait. Le félin tigré avalait une grande quantité d’air, extrêmement rapidement. Si bien que son buste se mit à enfler et enfler ! La couronne de cendre ferma la gueule avant de l’ouvrir à nouveau, en direction du groupe de proie inconnue. Tout l’air emmagasiné fut soudainement relâché en un souffle fulgurant.
avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Grenouille, niv 2
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Sam 27 Oct - 10:25
Hum, au moins ça avait été bien essayé pensa Aramis, si l'autre n'avait pas des pouvoirs aussi fulgurants et puissants, elle y serait sans doute arrivée après tout, par contre allait-elle vraiment rester sage pour éviter des souffrances inutiles ? Elle avait probablement vu bien pire que ce qu'ils pourraient lui infliger, surtout dans la prison du tyran blanc, autant dire qu'elle n'avait donc pas vraiment peur de ce qu'ils pourraient tenter de lui faire…

Néanmoins, les événements qui eurent lieu suite à sa tentative lui donnèrent tous à réfléchir, que ce soit l'arrivée d'Harthea possédée et d'autres rôdeurs, de quoi représenter une source de menace supplémentaire et celle d'un gräärh étrange qui ne semblait nullement inquiet de ce qui se passait autour de lui… Une opportunité ? Peut-être, mais s'il y avait opportunité, la chantebrise tâcherait de la saisir de toute manière, après tout elle n'était pas le genre de guerrière à abandonner pour un oui ou un non, ou même à abandonner tout court en vérité, car entêtée elle était et ce à un point critique… Surtout quand c'était une question de vie ou de mort.

Par contre, qu'elle était cette puissance qu'elle sentait chez les esprits liés de ce félin ? Et surtout quel sentiment d'appétit… Étrange, très étrange, elle doutait en vérité que les chimères puissent développer à ce point la puissance d'esprits liés, néanmoins… Que ce soit le cas ou non, cet être semblait affamé et ça visait visiblement tout le monde. Affamé ? Mais de quoi… Hum, elle sentait en tout cas qu'il faudrait qu'elle agisse au bon moment, elle n'aurait pas le droit à l'erreur, mais cette présence étrange pourrait représenter disons une forme d'opportunité.

Et elle savait quelle opportunité, ça serait, celle de pouvoir prendre la fuite, car personne ne pourrait sans doute efficacement vaincre un tel adversaire, même les chimères s'ils n'étaient pas prudent, elle eut donc une idée pour gagner du temps tout en montrant à tout le monde que la fuite était préférable, lorsque la créature commença à inspirer, la chantebrise c'était lancée sur lui et…

Non elle ne comptait pas le frapper de sa lance ou l'interrompre, elle eut une idée plus artistique, un croc en jambe donné avec le manche de sa lance pour qu'il tombe au sol tête en arrière et soit obligé sous le coup de la surprise de relâcher son souffle en direction du ciel pendant qu'elle userait de sa vitesse de chantebrise pour se mettre à distance et tenter d'aider ses alliés à fuir. Après tout, cette brise serait-elle aussi dévastatrice si elle était orientée vers le ciel ? Oui et tout le monde pourrait voir au passage de quoi il serait capable, elle inspirait ainsi que ça ravive l'instinct de survie de certains disons, alors qu'elle serait concentrée sur le fait de récupérer Priscilla, possiblement aider Orfraie ensuite et… Si la chance le voulait bien, Firindal aussi, car maintenant hors de question de le laisser derrière, ce serait le condamner aussi bien qu'Orfraie.






Directives :

Spoiler:
Après avoir été poussé dans le portail par Harthea, Aramis se retrouve au milieu d’un campement de Chimères avec Priscilla (la fille d’Harthea). De l’autre côté, Orfraie et Firindal sont en mauvaise posture. Elle essaye alors de fuir en emportant Orfraie et Priscilla, malheureusement celui qui semble être le chef du groupe de Chimère vous en empêche et vous maitrise avec une certaine facilite.

La chimère possédant Ascheriit, l’ancien apprenti baptistrel et élève Ilyanth, semble beaucoup s’amuser de cette situation et vous intime de rester sage pour vous éviter des souffrances inutiles.

Alors qu’Harthea fait son apparition dans le campement des chimères, un évènement imprévu se produit. Après un vacarme en provenance d’un édifice sous le sable, un graärh fait son apparition.

Aramis sent une puissance notable se dégager de lui, mais également des notes inédites, surtout en rapport avec les esprits-liés de ce dernier. Quelque chose cloche, les notes de son chant nom laissent présager qu’ils sont beaucoup plus puissants qu’ils ne devraient l’être. Une deuxième chose frappe la chantebrise : la faim, le sentiment d’appétit domine une large partie du chant nom du félin.

Cela se confirme quand elle voit le regard de l’inconnu qui regarde l’ensemble des bipèdes et du dragon en présence comme un elfe regarderait un panier de fruits appétissant après deux jours sans manger.

Du mouvement a lieu chez les Chimères alors que l’Ascheriit possédé commence à entonner un chant baptistrel inconnu à l’impératrice.

Le félin inconnu emmagasine de l’air et se met à gonfler, se préparant à le relâcher. Dès le début de l’expiration de ce dernier, l’elfette pressent que la rafale va être dévastatrice. Si Aramis, ne veut que ni elle, ni ses alliés, ne périssent, elle va devoir agir judicieusement et extrêmement vite.


Comment réagit Aramis? Que fait-elle?
avatar

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Dim 28 Oct - 9:28
Aramis Evanealle

Compétence utilisée : Arme d'hast niveau maître. Taux de réussite 75.

Modificateur =>

Race = Elfe : +5

Total taux de réussite : 80

Résultat =>

- 5 ou moins réussite critique.
- 80 ou moins réussite.
- 81 ou plus échec.
- 96 ou plus échec critique.

avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Dim 28 Oct - 9:28
Le membre 'Le conteur' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'MJ' : 96

Résultat : Échec critique

Aramis s’élance en direction de la couronne de cendre, arme à la main et vient lui donner un coup au niveau de la jambe avec l’intention de le faire tomber. Malheureusement, ce n’est pas cela qui se produit. Rempli d’air et rendu légèrement plus léger, le coup de l’impératrice a pour effet de lui faire perdre légèrement sa stabilité en lui faisant amorcer un mouvement de côté.

Le souffle du Graärh se libère, Aramis, non seulement de ne pas être parvenu à le réorienter est en plus en première ligne. À la manière d’une onde de choc, une rafale monstrueuse sort de la bouche du félin. Mais la puissance est telle que sa stabilité rendue précaire par le croc-en-jambe est définitivement rompue. Lolupata se met soudainement à tourner sur lui-même avec une grande rapidité alors qu’il expulse l’air de ses poumons.

Les rafales sont tellement violentes que le sable s’envole, venant former une effroyable tempête  sable avec en son centre une tornade formée par l’extrême rotation de la couronne de cendre.

avatar
Modo
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Dim 28 Oct - 20:32
Il s'en était douté mais, dans sa panique, avait préféré une action désespérée plutôt qu'une absence totale de réaction. Les actions magiques, celles qui faisaient son essence et ses réflexes, étaient vaines. Sa chute le prit aux tripes et coupa son souffle, aussi violente que la mort de ses espoirs.
Valmys eut juste assez d'instinct pour amortir vaguement le choc de ses mains. Une grimace et un couinement de douleur lui échappèrent, mais il n'avait pas de temps à accorder à ces foutaises. Son environnement avait changé, pour rien qui ne soit rassurant. Le coeur au bord des lèvres, clairement mal à l'aise, le jeune immaculé ressentait chaque parcelle de son être lui dire que ce lieu n'était pas pour lui, et qu'il devait s'en écarter. Fuir. Ou au moins se terrer dans un coin le temps de se remettre en état. Néanmoins, les coups d'oeil frénétiques qu'il jeta au alentours ne lui découvrirent aucun refuge, et ne firent qu'appuyer la féroce sensation de danger qui s'accrochait à sa gorge. Si Firindal, et un dragon, accompagné de sa Liée et d'une Chantebrise, se trouvait dans une telle situation, rien de bon ne s'annonçait pour eux. L'idée fugitive d'arrêter sa vie à cet instant plutôt que subir la douleur voire, pire, la possession, lui traversa l'esprit, avant que ce dernier ne se voie captivé par une voix.

"- Ascheriit !"

Le nom lui était revenu, tout seul, et c'est un regard de peur mêlé de peine qui s'accrocha au Chantevide. Il l'avait connu. C'était une des rares personnes qu'il avait pu croiser jadis, quand il se rendait épisodiquement au Domaine, et qu'il avait pu reconnaître. Il avait été peiné d'apprendre son sort. Le réaliser, le constater pleinement, remuait un couteau dans la plaie. Sa voix était peut-être la même, mais son intonation, et son rire... Cela n'avait plus rien d'Ascheriit.
Non, Valmys n'allait pas lui faire le même coup qu'à Hartea, puisqu'il savait que cela ne fonctionnait pas. Pourtant, l'envie ne manquait pas de l'implorer; lui dire que même maintenant il restait des personnes pour l'aimer et l'accueillir, lui dire qu'il n'était pas seul, qu'en ce bas-monde il était possible de penser à lui avec nostalgie plutôt qu'avec rancoeur. Se mordant la lèvre, l'Enwr réalisa que ce n'était pas pour faire revenir Ascheriit à lui que ces mots lui brûlaient les lèvres. C'était une autre raison, bien plus... Banale ? Humaine ?

Dans l'urgence, le temps lui manqua pour ce genre d'humanité. Les hurlements de bêtes dévorées attirèrent les attentions. Le sang de Valmys se glaça. Le Néant lui-même donnait à Valmys l'impression de ne pas maîtriser l'origine du son. Bizarrement... Cela ne le rassurait pas tant. L'expérience avait appris au peuple des déesses que les ennemis de leurs ennemis n'étaient pas toujours leurs alliés.
Les proies dévorées prirent la forme d'un graärh imposant. Le souffle de Valmys se fit plus faible, comme espérant ne pas se faire remarquer. De cet être possédait une aura de puissance. Il était le maître. De quoi ? Difficile de savoir. Mais là où il allait, il était le dominant. La sensation de devoir fuir se fit plus intense encore dans le petit corps de Valmys. Son sang ne fut plus qu'horreur lorsque le Maître passa son regard sur eux. Il connaissait ce regard. Son corps et son âme savait ce qui le suivait. Ils étaient des proies, de simples proies, qui allaient se faire détruire et dévorer comme les vulgaires proies qu'ils étaient. Ils pouvaient lutter, mais à part leur amour-propre, ils ne pourraient rien sauver... Et encore.

Paralysé par l'effroi, Valmys ne vit le temps avancer, ne put y prendre part. La rafale le heurta de plein fouet, et ses pieds se dérobèrent du sol comme s'il n'avait été qu'une feuille morte. Ses bras devant son visage, recroquevillé, pour s'éviter tout choc supplémentaire, l'apprenti baptistrel ressentit vite que son envol durait trop, et que l'air autour de lui le griffait trop fort. Lorsqu'enfin la sensation de chute vint, il tenta vaguement d'écarter les bras, appelant à lui ce sort qui d'habitude permettait de léviter légèrement, comme si cela pouvait amortir le choc d'une chute aussi haute. Son objet, contre son coeur, ne palpitait plus, il ne pouvait pas compter dessus pour s'épargner des os brisés. Aramis ? Parviendrait-elle à les sauver tous, d'une bourrasque charitable ? Elle avait l'air concentrée sur Priscilla, et peu encline à user de magie. Mais... Le Néant paraissait troublé. Ils avaient une chance ! En tout cas, Aramis avait peut-être une chance ! Valmys, lui, commençait déjà à songer qu'il était dommage de mourir si jeune, sans avoir revu Nyn-Tiamat, et sans avoir pris le temps de faire son testament.
La chute n'allait pas si vite que prévu, et pas tant en ligne droite. Rouvrant timidement des yeux plissés, Valmys constata la tornade qui les portait désormais. Ils... En tout cas, il apercevait des silhouettes dans cette tornade, sans parvenir à les identifier. Firindal s'était-il libéré ? Les chimères la subissaient-elles également ? La poussière et l'air qui griffaient ses yeux l'empêchaient de savoir. La taille monstrueuse de la tornade lui donnait l'impression que, tous, autant qu'ils étaient, frêles bipèdes à la peau trop fine, jouaient avec des puissances qui les dépassaient. Face aux chimères, et face aux Entités de Tiamaranta, ils étaient les singes désarmés qu'ils avaient toujours été.
Valmys se laissa porter par la tornade, dans l'espoir qu'elle le soutienne jusqu'à ce qu'Aramis prenne le relais.


#bc8f5e
avatar
Commandant de la Garde Royale

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Cheval 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mer 31 Oct - 19:53
Esfandyar se redressa après avoir traversé le vortex ou il s'était jeté après avoir embarqué avec lui le jeune Enwr. L'arrivé fut tout sauf douce pour le jeune apprenti. Mais de cela, la Chimère n'en avait cure. Elle revenait parmi les siens, et c'est tout ce qui compte pour elle.
Toutefois, la joie fut de courte durée car, à peine émergeait-il du vortex avec son présent que Esfandyar se retrouva face à un graärh qui semblait avoir pris des substances pour développer sa musculature, mais qui, en contre partie, avait réveillé en lui son côté pleinement bestial. Et à son regard la chimère pouvait deviner aisément que tout ceux devant lui devait lui sembler être un appétissant encas. Ce qui n'était pas pour plaire aux enfants du Père.
L'une des prisonniers essaya d'attaquer la créature en lui fauchant la jambe, mais la Chante-Brise ne parvint qu'à terminer à terre et à se retrouver en première ligne lorsque la créature attaquerait. Ce que, bien sûr, elle fit l'instant d'après en libérant un souffle si puissant que tous ne tardèrent à être soufflé au loin et très haut dans les airs. Esfandyar commença à paniquer, ne comprenant pas comment son retour pouvait se transformer en pareil fiasco. Elle devait ouvrir les portes pour les siens et voila que les siens en avait ouvert une autre menant à une catastrophe. Il hurla de rage, essayant d'ouvrir autant de vortex que possible, dont un destiné à la ramener à terre avant que la chute ne le tue. Un acte autant accomplit parce qu'il sait que c'est le seul moyen d'agir en l'état qu'en réponse à l'ordre qu'avait émis Vehasiel.



Firindal avait lutté comme il le pouvait, essayant désespérément de se libérer de ces entraves d'ombres. Mais rien n'avait fait. Il était demeuré coincé au sol.
Il avait rapidement comprit ce que les chimères voulait lui faire. Et cela était parfaitement inadmissible pour lui. Les deux fois ou il avait été possédé, cela avait été un profond traumatisme. Et il refusait de revivre cela. Il s'agissait de SON corps et de SON esprit. Mais comment pouvait-il les tenir hors de son corps? Il n'en avait aucune idée. Et la question s'envola lorsque l'imposant félin apparut des profondeurs du désert. Peut être que la solution à tous ces problèmes se manifesterait par cette manifestation impromptu. Enfin, fallait pas trop rêver quand même.
Firindal regarda la créature, puis son regard se porta sur Orfraie lorsque celle ci annonça, devant tous le monde qu'elle était prête à lui laisser son lié pour son repas. Les yeux du dragon s'écarquillèrent et il se mit à se débattre avec encore plus de rage. D'où est ce qu'un noble dragon pouvait servir de repas? Déjà qu'il était inadmissible qu'il se laisse posséder par une Chimère ou par quoi que ce soit. Alors servir de repas...
Après un instant de courte réflexion, le saurien comprit la manoeuvre de sa liée. Mais la seule proposition le choquait au plus haut point. Le saurien essayait alors de se libérer des entraves d'ombre, tandis que le félin préparait son attaque. Mais c'est sous l'effet du souffle de l'inconnu que le Jade fut libéré, mais uniquement pour être soufflé comme les bipèdes. Enfin, pas vraiment. La masse du dragon fit qu'il vola moins loin.
Lorsque enfin il rouvrit les yeux, il ne put voir Orfraie. Mais il ne tarda à voir et sentir une autre présence familière. Celle de la fille d'Harthea qui se trouvait non loin de lui. La violence des vents l'empêchait de voler convenablement, mais il essaya de s'orienter dans la direction de la jeune humaine pour essayait de la rattraper. Les ailes à peine sortie pour les préserver autant que possible.


"Accroches toi, petite. J'arrive."

Directives:
Esfandyar a fait son grand retour parmi les siens, mais avec un léger retard que sa dernière proie passe au travers de son vortex. En effet, le corps qu’elle possède est passé au travers de celui de l’apprenti chanteur, mais l’énergie du néant présente en elle avait tout de même touché Valmys, le percutant de sorte à le faire tomber en arrière après son passage. Rien n’échappa au néant et rien n’échappa aux Chimères.

Seule ombre au tableau, le retour triomphal Esfandyar est perturbé par la venue d’un graärh potelé. Pour autant, une force non négligeable se dégage de ce nouvel arrivant tant et si bien que Vehasiel l’ancien refuse d’en détacher le regard, même quand la dragonnière se libère.

Le félin se met soudainement à enfler en inspirant l’air autour de lui et en dépit de la tentative de la chantebrise pour l’arrêter un souffle d’une violence inouïe s’échappe alors de lui. Esfandyar voit Aramis qui était en première ligne disparait comme si elle n’était qu’un insecte qu’on dégageait d’une pichenette, les dieux seuls savent où elle atterrira. Puis vient le tour de la chimère qui est elle aussi balayé par la fulgurante rafale avant qu’elle ne puisse réellement réagir.

Lorsqu’elle rouvre enfin les yeux, Esfandyar file à travers le ciel, gagnant de l’altitude. Elle ne voit plus les autres autour d’elle. Elle parvient à noter que le souffle du Graärh donne naissance à une tempête de sable ainsi qu’à une tornade. Alors que son ascension se termine et qu’elle commence enfin à amorcer une chute qui lui sera fatale, la tempête de sable la rattrape. Son champ de vision est réduit à néant et des rafales la fouettent d’un peu partout la ballotant durant sa chute à droite et à gauche.

Soudainement, elle entend la voix de Vehasiel dans son esprit. Ce dernier indique à toutes les chimères ayant la capacité d’ouvrir des portails de le faire et d’en faire le plus possible afin de permettre à vos frères et sœurs d’essayer d’être happés par ces derniers et éviter ainsi une chute mortelle.

Esfandyar croit finalement distinguer des ombres autour d’elle, malheureusement il lui est impossible de savoir s’il s’agit d’allier ou d’ennemi. Elle a la possibilité d’ouvrir cinq vortex, dont un pour elle, malheureusement, en produire un si grand nombre et en comptant avec l’énergie magique dégager par le souffle du félin, elle n’est pas certaine d’en maitriser la destination.

Comment réagit Esfandyar à ces évènements ? Que fait-elle ?

De son côté, Firindal et à sa grande surprise a lui aussi été balayé par le souffle du graärh. Cependant, il a volé bien moins loin et bien moins vite que les bipèdes. Les tentacules qui le retenaient de son plus et il est désormais libre de ses mouvements, mais les rafales de vent entrainant la tempête de sable mettront ses ailes à rude épreuve. Il sent la présence de sa liée, mais cette dernière a été envoyée dans une direction opposée à la sienne. L’esprit le plus proche qu’il sente et reconnaisse est celui de Priscillia.

Comment réagit Firindal à ces évènements ? Que fait-il ?




Mélancolie

Paroles =#9999FF
Pensées =#6600FF

   
Spoiler:


   Meilleur couple de personnages - amitié
   
RP Phare
   La quête Tiamarantienne
avatar
Co-fonda
Dragonnière
Générale des Rôdeurs Elfique

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Lièvre, niveau 2
Esprit-lié n°2: Inséparable, niveau 2
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Dim 4 Nov - 15:28
L'idée n'était pas mauvaise en soit. Mais Orfraie n'avait pas imaginé un seul instant que ses paroles seraient incomprises par le Graärh. À l'instant où elle comprit cela, la dragonnière se maudit de son erreur. Ils allaient probablement tous mourir par sa faute. Mais sous ses yeux ébahit, la Liée ne vit pas le fauve charger. Au contraire, ce dernier se mit à enfler et enfler ! Sentant le danger approcher, Aramis fut la première à bouger. Hélas, son attaque échoua et le Graärh relâcha l'air emmagasiné dans ses poumons. Orfraie n'eut aucune chance face à ce souffle dévastateur et, comme tout les autres, elle s'envola vers d'autres cieux.

Assommée par le choque, Orfraie rouvrit les yeux en plein vol. La panique manqua de s'insinuer dans ses veines. Ce n'était pas sa première chute libre et encore moins son premier vol, mais l'absence de Firindal rendait l’atterrissage compliqué. Le vent sifflait si fort à ses oreilles qu'elle craignait de devenir sourde tandis que son armure lui comprimait la poitrine. Plissant les yeux, la princesse se rendit compte qu'une tornade balayait le désert à l'endroit où ils s'étaient trouvés tandis que le sable se levait et balayait tout sur son passage. Quelle puissance monstrueuse, songea t-elle avant de sentir son corps happé par la terre ferme.

Afin de ralentir sa chute libre, l'immaculée ouvrit les bras et les jambes. Sa prise en vent s’accrut et elle perdit en vitesse, mais pas assez pour espérer survivre à l’atterrissage. Elle sentait bien la présence de Firindal, mais ce dernier était trop loin pour venir la chercher. Elle le rassura d'une pensée et lui promit de trouver une solution.

C'est alors qu'Orfraie observa des ombres tombant autour d'elle, mais ces dernières disparurent soudainement. Était-ce les Chimères qui fuyaient par leurs portails ? Cette idée se confirma lorsque la dragonnière vit un vortex plus ou moins sur sa trajectoire. Était-ce le baptistrel du néant qui tentait de la recapturer ? L'idée de se faufiler dans ce trou sombre était tentante, mais le risque était trop grand. Orfraie ne voulait pas risquer la possession et elle avait pour mission de prévenir son Empereur du retour des Chimères, de la possession d'Harthea et de la découverte de ce Graärh.

Une idée fit alors son apparition dans l'esprit de l'immaculée. Luna. Elle pouvait rejoindre Luna et se sauver par la même occasion. A ses côtés, elle serait en mesure de prévenir rapidement son peuple et tout les autres.

# Firindal. Je suis désolée, j'espère que tu me pardonnera mon échec et mes paroles. Je t'aime. Nous nous retrouverons bientôt, sois prudent en attendant.

Les doigts de la princesse se refermèrent sur une fibule en argent. C'était le premier cadeau de sa bien aimée sur lequel sa blonde avait apposé un glyphe unique pour le moins très précieux. Orfraie referma ses deux mains sur l'objet et se concentra sur la visage de Luna. L'instant d'après, son corps disparu en ne laissant que de la poussière lumineuse derrière elle.




Glyphe utilisé → Soleil Lunaire : Comme la Lune suit le Soleil, Orfraie suit Luna. Une fois par mois, celle-ci peut se téléporter à ses côtés. Le transport coûtant énormément d'énergie, celle-ci devra se reposer durant une journée. - Draconique

Spoiler:
Après qu’Orfraie sur un ton véhément déconseillait vivement au Graärh inconnu de regarder son dragon comme un bout de viande, celui-ci se mit soudainement à enfler comme une baudruche avant de libérer un souffle si fort que la princesse elfique s’envola dans le ciel. Aramis fut la première disparaitre, car la première à être frappé par le souffle surpuissant du félin inconnu, puis tous les autres disparurent en même.

Lorsqu’elle rouvre enfin les yeux, Orfraie file à travers le ciel, gagnant de l’altitude. Elle ne voit plus les autres autour d’elle. Elle parvient à noter que le souffle du Graärh donne naissance à une tempête de sable ainsi qu’à une tornade. Alors que son ascension se termine et qu’elle commence enfin à amorcer une chute qui lui sera fatale, la tempête de sable la rattrape. Son champ de vision est réduit à néant et des rafales la fouettent d’un peu partout la ballotant durant sa chute à droite et à gauche.

Encore sous le choc de la puissance de la rafale qu’elle s’est mangé, elle parvient à remarquer des ombres qui semblent tomber en même temps qu’elle, mais ces dernières disparaissent soudainement. Alors qu’elle tente, peut-être, de trouver un moyen de ralentir sa chute pour éviter qu’elle ne lui soit fatale, elle finit par remarquer un vortex du néant. Il se situe presque sur le chemin de la trajectoire de sa chute. Peut-être peut-elle essayer de dévier sa trajectoire pour passer au travers. Nulle ne sait où elle atterrira, mais une chose est sûre, les Chimères ont elles aussi été emportées par le souffle et ces vortex doivent être un moyen pour elles d’éviter une chute mortelle. Ils doivent donc conduire vers en un endroit sur.

Les choix d’Orfraie sont réduits à peau de chagrin et Firindal est beaucoup trop loin d’elle pour essayer de la sauver. Elle a en effet été éjectée dans une autre direction que lui, et avec cette tempête provoquée par l’expiration de ce Graärh définitivement anormal, il ne se sera pas assez rapide et assez fort.

Comment réagit Orfraie à ces évènements ? Que fait-elle ?

(En passant par le vortex, Orfraie sera transportée ailleurs sur Tiamaranta –comprenant le nord de Keet-Tiamat ou alors Calastin, Néthéril et Nyn-Tiamat-).


It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do



— Dialogue en langue commune : #00cc99
— Dialogue en Elfique : #00cc99
Pensées en italique
# Télépathie
avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Grenouille, niv 2
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Mar 6 Nov - 20:29
Il y avait deux possibilités quand on avait un plan audacieux qui s'il réussissait aurait sans doute de très bonnes conséquences, qu'on réussisse ou qu'on échoue, mais au final si dans ce cas ci ça avait échouée, Aramis n'avait absolument aucun regret, après tout on ne pouvait pas toujours réussir dans la vie… Et tant qu'elle vivait encore pour s'améliorer, on pouvait estimer que la véritable chose à ne pas faire aurait été de rester les bras croisés.

Et elle constata qu'elle était vivante après son échec, mais ce suite à une perte de connaissance soudaine et malheureuse. Maintenant elle était en train littéralement de voler ou plutôt de faire une sorte de chute étrange et pas forcément en direction du sol.

Par contre, ce n'est pas exactement cela qui la choqua le plus, mais le fait qu'elle se retrouve extrêmement loin de là où elle se situait avant d'être soufflée comme une brindille… Était-ce le souffle de cet être étrange qui l'avait propulsée jusque là ? C'était presque ridicule une telle puissance, mais aussi effrayant...

Néanmoins, il fallait qu'elle se rend compte d'une chose rapidement malgré le fait que maintes pensées défilait dans son esprit encore confus, elle n'avait pas le temps de réfléchir longuement car elle n'allait pas tarder à tomber, mais au moins une chose était à son avantage… Elle était chantebrise et elle s'en rappela très rapidement une fois, la stupeur de la situation bien en main. Car elle se doutait qu'en se débrouillant bien son atterrissage pourrait être tout en douceur et avec un peu de chance sur les berges du Tampocuilë. Donc sa survie n'était pas vraiment un problème à l'instant, mais surtout une formalité à régler.

Par contre… La monstrueuse tempête de sable qu'elle contempla vers le Sud de l'île n'avait rien de rassurant, surtout qu'elle s'étendait rapidement vers le Nord… Que faire ? Elle devait se mettre à l'abri évidemment, mais aussi faire son devoir d'impératrice et prévenir son peuple rapidement. Néanmoins elle n'avait pas vraiment moyen d'arriver à temps physiquement pour cela, alors… Étant donné qu'elle était une chantebrise et pouvait se servir du vent pour communiquer, elle se concentra donc de longues minutes pour envoyer un message aussi bien à son mari qu'à plusieurs elfes d'importances à la capitale pour que ces derniers agissent vite. Elle leur annonça simplement deux choses, la grande tempête venant du Sud et le retour des chimères.

« C'est moi, Aramis, Aegnor, mes amis, une terrible tempête vient du Sud et menace d'engloutir toute l'île ! Vous devez protéger notre peuple ! Et sachez que nous avons fais une terrible découvertes aussi, les chimères sont de retour, même si je ne saurais affirmer que la tempête aurait un lien avec elles... » Elle n'allait pas mentir après tout en faisant des suppositions possiblement fausses.

Ceci fait et conscient qu'elle n'avait pas tout le temps du monde pour se protéger… Elle entonna alors le chant de l'Aube pour se préserver de la tempête qui peu à peu s'approchait d'elle, tentant de créer ainsi un sanctuaire dans elle ce qui pouvait représenter un danger pour elle ne pourrait pénétrer.




Pouvoir de baptistrel employé et sort utilisé ensuite :

Spoiler:
Ils peuvent communiquer grâce aux vents et ils peuvent recevoir grâce aux murmures du vent des informations, que les autres ne possèdent pas. Ils sont également capable de contrôler le vent dans une certaine mesure. 

Le chant de l'aube
Chant à la gloire de l'aube et du soleil, il symbolise la renaissance et la puissance de la vie, composer de quatre parties et d'un entrelacs du chant du feu et du chant du vent ainsi que de la note de Alya. Si le chanteur est en danger ce chant devient une protection, une aube illusoire apparaît et empêche qui ou quoi que se soit de l'approcher.

Directives :

Spoiler:
Aramis entend un fort sifflement contre ses oreilles, ainsi que le frottement du vent contre tout son corps. Lentement, elle reprend connaissance et ne voit au-dessus d’elle que l’immensité du ciel. Elle est encore un peu sonnée, mais sent distinctement qu’elle est en mouvement. Elle bouge, elle bouge très rapidement, trop rapidement peut-être d’ailleurs. L’elfette est dans les airs et file à travers le ciel tel un dragon.

Lentement, les évènements lui reviennent en mémoire. Elle se souvient du graärh. Elle se souvient lui avoir foncé dessus pour le mettre au sol. Elle se souvient de son échec. Et enfin, elle se souvient de la violente lui a fait perdre connaissance.

Aramis a été soufflé telle une brindille par un ouragan et se retrouve à filer à vive allure à travers le ciel de Keet-Tiamat. En dessous d’elle se trouve de la végétation, beaucoup de végétation. Il ne peut s’agir que du cratère de Keet-Ishorot. Aurait-elle été soufflée aussi loin ? Est-ce seulement possible ?

La baptistrel se rend néanmoins rapidement compte que son vol ne sera pas éternel. Déjà elle sent qu’elle ralentit. Elle finira par retomber au sol pour se briser. Malheureusement, elle ne pourra pas compter sur la dense végétation du cratère pour amortir sa chute, car au vu de sa vitesse, elle le dépassera avant de s’écraser.

Bien que la panique, au vu de la situation totalement inédite et même invraisemblable, s’empare d’elle, la chantebrise retrouve lentement son calme, car elle se souvient de ce qu’elle est : une chantebrise. Et justement, elle se trouve dans son élément. Aussi ne risque-t-elle pas se briser au sol, au contraire, en usant de ses pouvoirs, elle peut parfaitement rendre son atterrissage aussi doux que celui d’une plume. En se débrouillant bien, elle devrait parvenir à atterrir sur les berges du Tampocuilë. De là, il lui suffira de rejoindre la capitale elfique au plus vite.

Alors qu’elle s’apprête à agir. Aramis jette un coup d’œil derrière elle. Une monstrueuse tempête de sable sévit au sud de l’île. Celle-ci s’étend rapidement vers le nord de Keet-Tiamat. Jamais l’elfette n’a vu pareil phénomène. Une chose est sûre, elle doit vite se mettre à l’abri. Plus encore, il faut avertir les elfes de cette tempête qui se dirige droit sur eux.

Comment réagit Aramis à ces évènements ? Que fait-elle ?
avatar

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

le Ven 9 Nov - 16:44

La curiosité des Chimères avait poussé à éveiller une des calamités de l’archipel de Tiamaranta. Lolupata, l’une des quatre couronnes de cendre, était sorti du long sommeil de la mort. Dragon, magie, néant, ces puissances que le graärh ne connaissait pas et dont il en observait certaines avec appétit, n’hésita pas une seule seconde à les attaquer. Déchainant la puissance des esprits-liés, le dragon, la magie et le néant qui se battaient alors furent balayés par cette quatrième puissance qui les souffla au loin avec une grande facilité. Vehasiel lui-même ne put que concentrer ses forces pour se protéger, lui, et ses acolytes du souffle dévastateur. Chimères, elfes, immaculés, et dragon furent projetés dans le ciel. La fuite, voilà désormais qu’elle était leur dernière option. Une fuite pour éviter l’impacte fatale d’une chute mortelle. Certains tel qu’Orfraie, Firindal, Harthea chimérisée étaient en mesure de s’échapper par eux-mêmes. D’autres comme Aramis furent en mesure de rejoindre la terre ferme sans trop d’encombres. Mais il en restait encore bien incapable d’échapper par leur propre moyen à une mort certaine, tel que Valmys.

Sur l’ordre de Vehasiel, les chimères pouvant ouvrir des vortex du néant s’exécutèrent. Malheureusement l’ambiante énergie des esprits-liés affecta le néant qui, étrangement, ne parvint pas à l’annuler. Le puissant souffle de Lolupata souleva le sable et son manque de stabilité provoqué par Aramis, le fit tourner lui-même, bientôt, c’est une terrible tornade et une monstrueuse tempête de sable qui s’abattit sur tout le désert sud. Les chimères aveuglées, les vortex déstabilisés, c’est vers d’autres endroits sur l’archipel qu’ils conduisirent et c’est d’autres usagers que ceux initialement prévus qui purent les emprunter. Valmys, Firindal et Priscilla traversèrent bien souvent sans s’en rendre compte un des nombreux vortex ouverts dans les airs. Où allaient-ils atterrir ? Cela, seuls eux le savaient.

Un sombre chapitre s’ouvre sur l’archipel de Tiamaranta, des signes avant-coureurs ce sont produit, mais peu le savent. La terrible tempête de sable qui naquit au sud de l’île de Keet-Tiamat avant de s’étendre au reste de l’île et sévir durant toute une semaine, la coupant du reste du monde, fut l’un de ses signes.


Harthea emprunte un vortex du néant et atterrit ailleurs Tiamaranta, la destination est à son choix.
Valmys emprunte un vortex du néant et atterrit ailleurs Tiamaranta, la destination est à son choix.
Firindal emprunte un vortex du néant et atterrit ailleurs Tiamaranta, la destination est à son choix.

Du 24 janvier au 31 janvier de l'an 1763, une monstrueuse tempête de sable s’abat sur l’intégralité de l’île de Keet-Tiamat, la coupant du reste du monde durant cette période.

avatar
Commandant de la Garde Royale

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Cheval 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

Hier à 22:13
Les pouvoirs du Néant peuvent sembler puissants et omnipotents. Mais Esfandyar sait que cela n'est jamais aisé d'user de tel pouvoir. Il faut être précis et méticuleux dans leur mise en application. La moindre erreur ne pardonne que rarement et les conséquences peuvent être désastreuses. Combien de fois a-t-on vu une Chimère se répandre sur des lieux à la ronde parce qu'elle n'a pas fait attention lorsqu'elle a ouvert une porte? Il le savait pour l'avoir vu un certains nombre de fois. Bien sûr, son peuple est passé maître dans l'utilisation de tels pouvoir depuis bien longtemps. Mais cela n'empêche pas que, parfois, un imprudent essaye de faire bien plus qu'il ne peut réellement. Et en général, le résultat n'est guère beau.
L'ancien avait demandé à chaque chimère d'ouvrir autant de portes que possible. Une décision prise sur l'instant, sans prendre un court instant pour réfléchir. Une chance pour Esfandyar que sa maîtrise de ses pouvoirs restaient plus que correcte. Il parvint à s'ouvrir un chemin vers un lieux calme. En effet, lorsqu'il atterrit, c'est en touchant le pavet d'une cité humaine. Mais laquelle? Il aurait été bien incapable de le dire. Tout ce qu'il savait c'est qu'il y faisait jour et que les humains allaient et venaient, occupés à leurs activités quotidiennes. Le voici bien loin des longues oreilles. Cela allait arranger son affaire pour un temps. Mais combien de temps? Il l'ignorait. Il espérait juste pouvoir trouver des corps pour ses frères et sœurs avant qu'il ne soit trop tard. Mais pour cela, il allait devoir se cacher et se fondre dans la masse. Il attrapa une toile de jute qui trainait sur un rebord et s'en fit un rapide manteau avant de disparaître dans la foule, ne laissant derrière lui que l'absence de son existence.

*****

Firindal était enragé. Il avait réussit à rattraper la petite humaine et à la sécuriser, mais un vortex l'avait immédiatement happer, l'expulsant loin de là ou il se trouvait. La présence d'Orfraie s'était faite infime. C'était à peine si il parvenait encore à la percevoir. Et voila que, désormais, il se trouvait dans le pire endroit ou il pouvait atterrir... Tiamat. L'île inhabitable, centrale à tout l'archipel. Enfin... Inhabitable. C'est vite dit. Ca l'est pour les bipèdes. Mais pour un dragon comme lui, il pouvait y trouver une certaine paix ici.
L'île était une fournaise et son décor n'était pas pour faire plaisir aux gens. Mais étrangement, Firindal y trouvait un calme qui n'était pas pour lui déplaire. Bon, ça serait mieux si la petit humaine pouvait cesser de pleurer, mais c'est un détail.
Ici et là, les coulées de lave créaient des veines carmins ou écarlate, laissant couler le sang de la terre vers la mer, avant qu'un volute de fumée pratiquement constant ne s'élève.
L'idée n'était pas pour lui déplaire. Il se posa lentement, pour ne pas brusquer la petite fille qu'il entendait sangloter sur son dos. Il s'allongea sur un promontoire pour la laisser poser le pied à terre. Il pencha alors la tête vers l'enfant et la regarda se blottir contre lui tandis qu'elle terminait de pleurer. Décidément, il ne comprenait que difficilement ces bipèdes. La mère de l'enfant lui avait été enlevé et voila que la gamine se met à pleurer. Elle devrait se battre. Mais non. Elle reste là, à pleurer.


"Pourquoi pleures tu, petite Priscilla? Il faut te battre pour récupérer ta mère. Ce sont les Chimères qui te l'ont prise. Reprend là."
-Comment puis-je me battre contre elles alors que les peuples réunis n'y sont pas parvenu. On a même dû les fuir. Et pourtant, elles sont encore là. En plus, si Harthea n'est pas parvenue à les repousser, que puis-je faire alors que j'en connais moins qu'elle? Chigna la petite fille.
"Et si tu ne te bats pas, qui se battra? Je t'apprendrais ce que je peux t'enseigner. Par contre, je t'interdis de baisser les bras. Si tu veux devenir mon apprentie, il va te falloir toujours aller de l'avant, quelque soit les épreuves qui se dresseront sur ta route."

La jeune enfant regardait désormais le dragon avec des yeux rouges, certes, mais elle avait cessé de pleurait. Le dragon de Jade lui promettait de l'aider à trouver la lumière. mais il allait falloir qu'elle se batte pour cela. Qu'est ce qui en ressortirait? Il l'ignorait. Mais il allait falloir qu'elle aille cherche par elle même le bout du chemin. Car tel était le prix des leçons d'un dragon. Rien n'est donné. Il faut toujours se battre pour l'obtenir.




Mélancolie

Paroles =#9999FF
Pensées =#6600FF

   
Spoiler:


   Meilleur couple de personnages - amitié
   
RP Phare
   La quête Tiamarantienne
Contenu sponsorisé

Re: [Intrigue] La quête Tiamarantienne

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum