De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Lame Blanche du Marché Noir

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Inséparable, niv 1 (inactif)
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Vers Cordont [PV Autone]

le Mer 1 Aoû - 10:47

Ils avaient un navire, ils avaient un capitaine et ils étaient presque prêts à partir, il était donc temps d'aller chercher l'humaine qu'il emmenait dans ses bagages. Officiellement bien entendu, c'était lui, le bagage, mais en réalité, il avait plus encore de raisons de vouloir rejoindre Cordont que la jeune femme. Par bonds magiques, il avançait au travers des rues de Caladon jusqu'à la forge où il savait pouvoir la trouver à ce moment-là, ayant suivit le bruit de son cœur par magie autant que par le souvenir de ce lieu qu'elle lui avait un jour montré. Le trajet ne prit pas plus de quelques instants depuis le port et il manqua de terminer stupidement sa vie dans un des murs de la forge, parvenant à jauger au tout dernier moment de la distance pour s'arrêter nez à planche de bois avec la porte d'entrée sur laquelle il frappa après avoir fait quelques pas en arrière. Dès que la porte s'ouvrit il s'engouffra à l'intérieur et se dirigea vers le cœur de la jeune femme. Il aurait pu fermer les yeux qu'il ne l'aurait pas perdu, pas alors qu'elle était si proche. Avait-elle déjà sentit la suite ? S'attendait-elle à voguer sur les flots en cette journée, pour ne revenir auprès de sa famille que bien plus tard, lorsque la crise serait réglée ? Il n'en savait rien, ça lui importait peu au final, car le résultat serait indubitablement le même.

« Dame Falkire ?  »

Elle était là. Il s'arrêta, laissant s'égrener une poignée de secondes avant de reprendre la parole, n'étant pas là pour badiner. Bien au contraire, il était là pour quelque chose de très sérieux et n'allait pas se mettre à le délayer.

« Le Capitaine Nordane apprête son navire pour une traversée d'urgence vers Cordont… il va embarquer du matériel pour les guérisseurs, ainsi que plusieurs d'entre eux. Il va également vous prendre à son bord. Si ce n'est pas déjà fait, je ne saurais que trop vous conseiller de mettre vos affaires en ordre, il va falloir faire vite  »

Il n'avait pas l'intention d'attendre indéfiniment et s'il devait la prendre sous son bras et la kidnapper de nouveau, il le ferait sans une once de remord. Aldaron avait besoin de lui, mais il aurait aussi besoin de soutiens politiques, et n'était-elle pas justement une alliée ? Elle pourrait l'aider là où lui ne le pouvait pas, elle était donc importante. De plus, cela prouverait que le conseil Caladonien soutenait son elfe… que ce soit vrai ou pas, l'important était ce que croirait Sélénia…



Langage commun #4084E1
Langage nordique #88E1E8
Langage elfique #ADFC98
avatar
Conseillère
Délégués aux Arts (marché noir)

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Gerridae, niv 2
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vers Cordont [PV Autone]

le Lun 13 Aoû - 6:13
Et si elle arrivait en retard? Elle achèterait une monture et irait jusqu’à Cordont ainsi. L’idée la rendait nerveuse, mais elle ne pouvait partir sans dire aurevoir à Satie. Elle devait donner ses dernières instructions à Leto. Autone posa son sac à l’entrée et embrassa sa belle sœur sur la joue. La dame semblait inquiète, elle n’aimait pas que Autone quitte ainsi sans savoir quand elle reviendrait. Et les enfants, Satie se gardait toujours de rappeler à Autone que ses enfants avaient besoin d’elle. Inutile de lui dire, c’était sa première préoccupation. Elle partait ainsi par crainte que ses enfants ne voient les atrocités qu’elle avait vu. Et elle n’oubliait pas tout le temps qu’elle leur volait. Mais elle ne pouvait faire autrement.

Satie se retourna quand elle vit entrer le vampire, elle s’étonnait encore de voir entrer des personnages aussi importants dans sa forge. Ses yeux ne perdaient pas leur éclat vif avant qu’elle ait le réflexe de saluer sa clientèle. Cette fois ci, elle se tût à mi-chemin entre le bon et le jour.
Autone croisa le regard d’Ivanyr, elle hocha la tête une seule fois comme à son habitude. La veuve était étonnée que le vampire ait déjà pris soin de tout planifier, qu’il l’attendait alors qu’elle ne l’avait pas encore informé qu’elle partait. Une planification aussi efficace et rapide, c’était un talent de contrebandier.

La petite veuve se retourna vers Leto qui était sage, sentant sa tension et la colère dans laquelle elle était entrée dans la pièce. Il remua la queue alors qu’elle se penchait pour lui offrir une dernière caresse. « Tu restes ici. Ta priorité est de garder Ophélie et Kyran. Si … s’il n’y a plus d’espoir, va voir Eleonnora. »

Le rossignol se leva.  « Cette femme est votre voie de communication avec moi en cas d’urgence. J’ai envoyé quelqu’un pour garder un œil sur vous pendant mon absence. Soyez prudent. »

La jeune femme s’en voulait d’être moins chaleureuse avec eux. Aldaron l’avait enflammé de colère. Elle s’était retenue d’envoyer des boules de feu dans la forge. Elle ramassa son sac, avec une envie incroyable de le lancer de toutes ses forces. Elle voulait cesser cette colère en elle et cela semblait impossible si elle devait rester impassible. Un soupir fit soulever ton torse, puis elle franchit la porte et se mit en marche vers le port.

« J’allais partir. Merci de t’être occupé du transport. As-tu déjà payé le capitaine? Si c’est le cas je te rembourserai. »

Elle soupira à nouveau, sans vraiment savoir pourquoi, elle tentait juste d’évacuer ce qui l’énervait et elle ne savait plus toutes les raisons qui l’avaient mise dans cet état. Les décisions d’Aldaron, les propos d’Eleonnora, ou lui qui les supportait. Et Ivanyr était la dernière personne à qui elle pouvait confier cela. Quelque chose se passait, s’était passé… Ivanyr serait du côté d’Aldaron.

« Il m’énerve… »
marmonna-t-elle impulsivement. Il, ils, ceux qui n’avaient rien vu, et qui voulaient cette guerre. Et celui qui lui échappait, qu’elle ne comprenait pas. Pourquoi poser cette action et prétendre servir la paix avant d’affirmer qu’elle était vaine.  

« La paix n’est pas vaine… »
Pensa-t-elle à voix haute, cette fois. Autone soupira à nouveau et cacha son visage dans ses mains avant de les laisser retomber. « Les gens que j’apprécie sont incompréhensibles…Et…Pourquoi était tu aussi formel? » Elle croisa les bras, faisant la moue. « Tu peux m’appeler Autone. »



J'ai fais un rêve.
Tu étais là.
avatar
Lame Blanche du Marché Noir

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Inséparable, niv 1 (inactif)
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Vers Cordont [PV Autone]

le Ven 17 Aoû - 12:13
Le regard profond, clair, restait posé sur la jeune femme, l’observant sans toutefois qu’elle restât parfaitement matérielle. Par instant, ses mires la traversaient, cherchant autre chose, se lustrant ainsi d’une pellicule plus sombre, qui renforçait encore l’effet que la tension de ses traits régaliens provoquait. Qu’elle se dépêche donc, il était au-delà de toute retenue pour cela, et il lui fallait se faire violence pour considérer les sentiments qui pouvaient habiter le corps frêle de la conseillère. L’atrophie de son empathie prenait ainsi tout son sens, et seuls comptaient ses propres affects, pas ceux de l’humaine, dont il n’imaginait pas les troubles. Le gouffre ouvert par l’absence d’Aldaron était béant en lui, la froideur qu’il provoquait le gagnait comme l’hiver sur une plaine, inexpugnable. Fort heureusement, elle ne traînât pas trop, et ils furent rapidement à l’extérieur, marchant de concert vers les quais. La question, comprise un peu tard, il lui décocher un regard oblique à la conseillère.

«  Non, il a accepté d’attendre un peu. Et surtout, il a compris qu’il y avait plus important sur le moment »

Elle avait eu l’intention de partir également hein ? Il n’allait pas arguer, cela tombait bien et peu importait si c’était son idée ou la sienne, l’important, c’était qu’ils prennent ce maudit navire et qu’ils larguent les amarres aussi vite que possible. Chaque minute perdue était une minute de moins auprès de son compagnon. Maintenant qu’il y repensait, il avait été d’une stupidité sans borne d’accepter de rester en arrière et de le laisser partir là-bas tout seul, et désormais il en payait le prix. C’était la dernière fois qu’il faisait une telle erreur, personne ne l’empêcherait de rester aux côtés de son elfe désormais, même avec les meilleures raisons du monde. Il était largement prêt à en payer le prix, pour ce que ça lui offrirait de positif. Mais d’abord, il allait dire franchement à Aldaron ce qu’il pensait. L’idée ne le réconfortait pas vraiment mais il y était bien décidé.

«  Qui t’énerve ? »

Le ton était neutre, seule courtoisie qu’il était prêt à sacrifier sur l’instant. De quoi parlait-elle exactement ? La suite lui fit lever un sourcil. La paix n’était pas vaine, hein ? Plût aux Déesses que ce fut effectivement le cas. Pourtant, il commençait à se poser des questions. Il ne voulait pas d’une guerre maos force était de constater que les humains y mettaient beaucoup de cœur. Et si la guerre était simplement une forme de maladie, ou de régulation de ce monde envers leurs espèces ? De toute façon qui pouvait vraiment le savoir ? Ni lui, ni elle, ni qui que ce soit sur cet archipel. Leurs déesses auraient peut-être pu, mais elles n’étaient plus, ou plus consciente en tout cas. Est-ce que la petite chose avait aussi peur que cela, ou était-ce simplement ce qu’elle aimerait prêcher ? Est-ce que la paix pouvait être vaine ? Bonne question, était-ce vraiment l’essence de la question à poser ?

«  Pourquoi pas ? Il ne me semble pas que l’on se soit donné une ligne de conduite avant que tu n’aborde cela aujourd’hui si ? »

Ivanyr lui décocha un nouveau coup d’œil. Il parlait comme il se sentait de parler, ne se posant guère la question, mais si elle préférait le tutoiement, il y resterait. Haussant les épaules, pour montrer combien il tenait peu à la notion, le vampire poursuivit rapidement sur autre chose, d’un peu plus intéressant pour tous deux.

«  Tu sais, certains disent que l’on peut apprécier quelqu’un uniquement si on ne le comprendre pas. D’autres qu’il faut un juste milieu. Peut-être aussi ne veux-tu simplement pas les comprendre, instinctivement. De quoi s’agit-il donc ? Même en marchant vite il faut un moment pour aller jusqu’au port, tu as largement le temps de me parler de tout cela. Si tu le souhaites »

Après un clignement, il ajouta :

«  Pourquoi dis-tu que la paix n’est pas vaine ? »



Langage commun #4084E1
Langage nordique #88E1E8
Langage elfique #ADFC98
Contenu sponsorisé

Re: Vers Cordont [PV Autone]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum