De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Admin
Dragon libre


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

L’amour à la draconique [PV Keetech]

le Mer 17 Oct - 7:46
¤ Le présent ¤

25 novembre de l’an 1762 du troisième âge

Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis ce fameux jour où le dragon rouge, accompagné de ses protégés, de quelques bipèdes sans importance dont leur seule présence était due à la nécessité invoquée par son frère, mais aussi et surtout sa belle et douce Keetech, s’était rendu au sein du royaume des morts. Le voyage avait été particulièrement inédit et personne d’autre qu’eux ne pouvait se vanter d’avoir confronté les dangers qu’ils ont rencontrés et d’avoir pu contempler de leurs yeux les paysages insolites qui se sont présentés à eux. L’enfant de l’orage se souvenait encore parfaitement de ce fleuve suspendu dans le vide seulement éclairé par mille et une lueurs autour d’eux semblables à des étoiles dans la nuit. Cette traversée sur le bateau de verre, où avait-elle eu lieu exactement ? Combien de chemin existait-il de ce genre ? Combien d’autre monde exister ? Celui des morts, le plan astral, le plan physique. Tant de mystère que le dragon rouge aimerait élucider, tant d’aventure que le colérique aimerait vivre. Quitter le continent sauvage avait importé son lot de regret, pour autant, si c’était à refaire, il le referait. Il avait enduré de nombreuses épreuves, il avait enduré de nombreuses souffrances, mais il en était ressorti grandit, plus fort, et plus conscience des menaces pesant sur les siens. Ainsi, il était plus à même de les en protéger.

Toutefois, cette fois-ci, il ne s'était pas mis seul en danger. Il avait mis en danger sa compagne en lui demandant de l’accompagner. Plus encore, il lui avait demandé quelque chose de fort couteux lorsque les baptistrels avaient d’user de leur pouvoir afin de les rétrécir et leur permettre d’entrer dans la faille. Et pour tout cela, le dragon avait promis de se faire pardonner auprès de sa douce. Il devait donc trouver un moyen de se racheter. Oh certes, il avait quelques petites idées pour y parvenir, connaissant très bien sa compagne, mais le problème était le temps. Il y avait fort à faire, le rouge était un constant mouvement, découvrant ce nouveau territoire, rencontrant les espèces qui y vivaient, le tout en étant toujours préoccupé par la menace immédiate à savoir celles des chimères. Pour le bien des siens qu’il s’était juré de protéger, il devait trouver un moyen de stopper l’ennemi. Il connaissait des méthodes, mais encore fallait-il posséder les ressources pour les mettre en œuvre. Malheureusement, le colérique aussi fort soit-il, il avait ses limites.

Pour autant, après d’importantes recherches, il semblait avoir obtenu une piste. La Bâoli, une antique légende qu’il avait apprise en rencontrant une importante tribu de Graärh au nord de l’île baptisée par les vampires y vivant Nyn-Tiamat en l’honneur de sa fille. Après avoir fait un effort conséquent pour réussir à trouver un espoir de le localiser, l’enfant de l’orage pouvait enfin faire une pause. Il aimait profondément Keetech, aussi était-il peiné de devoir faire attendre ses excuses, pourtant il préférait cent fois affronter sa colère plutôt que de la voir périr de la main des Chimères. Cette simple pensée lui était intolérable. Cependant, le temps était à présent venu, sa psyché apaisée par l’espoir de localiser le puits décrit dans les légendes félines  il pouvait enfin accorder tout son temps à sa dulcinée.

Sachant que cette dernière se trouvait sur l’île de Calastin, l’enfant de l’orage avait entendu son esprit afin de la contacter et lui demander si elle pouvait le rejoindre, sur la pointe nord de l’île en forme de croissant de lune. Il avait projeté dans son esprit l’image du lieu exact où il souhaitait la voir. Il s’agissait d’une immense falaise qui s’avançait sur la mer, de là on pouvait voir au loin récif du croc du dragon. Ce lieu bien que beau pour un bipède ne pouvait révéler sa magnificence qu’aux dragons en raison de leur acuité visuelle bien plus développer. Ainsi les géants d’écailles pouvaient voir la lumière du soleil se refléter sur la fine couche de glace et les icebergs du récif des crocs du dragon, donnant depuis la falaise, l’impression que cette partie de la mer était fait l’or. Un spectacle particulièrement plaisant pour les yeux.

Mais si le cadre était beau, il ne serait pas suffisant pour se faire pardonner. Verith devait trouver autre chose à offrir à sa belle, et il savait exactement quoi. Le trouver, en revanche, serait une autre histoire. Mais rien d’impossible pour le rouge. S’il avait été en mesure de trouver et faire construire une copie précaire d’un antique objet Tarenth dans l’objectif de localiser le Bâoli, il pouvait parfaitement trouver des bananes ! Et en quantité. Or, le rouge avait une petite idée ne l’endroit où il pourrait en obtenir.

Calastin était une ile où l’on trouvait de nombreux animaux, mais peu de végétaux, l’endroit était impropre à l’agriculture. Elle n’était pas impossible, mais la qualité du sol était particulièrement mauvaise. Pourquoi ça d’ailleurs ? Peut-être cela avait-il un rapport avec le fait qu’à de très nombreux endroits de l’île, pour ne pas dire sa totalité, son sol semblait creux. Un phénomène très étrange, auquel le rouge n’avait pas le temps de s’y intéresser. Peut-être plus tard, une fois les chimères vaincues. Il ne pouvait être partout à la fois. Aussi, si l’agriculture était pauvre, les royaumes bipèdes environnants n’avaient d’autres choix que de l’importer d’ailleurs. Et des îles qu’il avait visitées, Keet-Tiamat était le meilleur endroit pour pratiquer la culture de la flore. Son fleuve nourrissant ses berges d’une façon fort étonnante. Il y avait de la magie là-dedans, beaucoup de magie. Mais encore une fois, le rouge n’avait le temps de s’en préoccuper.

Néanmoins, se rendre à Keet-Tiamat serait beaucoup trop long et il ne voulait pas faire attendre la dragonne d’orage plus longtemps. La chose à faire était donc simple, s’en prendre aux navires bipèdes venant de cette direction. Et il ne serait pas difficile pour le nez du dragon de distinguer ceux transportant ce qui l’intéressait. Ainsi, l’enfant de l’orage mena plusieurs assauts, dans le temps qui lui était imparti, afin d’obtenir un stock suffisant. Il rassembla le tout le jour venu dans un des bateaux qu’il n’avait pas détruits, en brisant le mat et le pont de sorte qu’il ne reste plus que la cale à la façon d’un récipient. Il serait ainsi plus simple de transporter et disposer son présent. Verith usa de ses puissantes ailes pour transporter l’embarcation au sommet de la falaise, là où devait avoir lieu le rendez-vous, et se posa, attendant l’arrivée de Keetech, venant masquer de son aile l’embarcation.
avatar
Dragon libre

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L’amour à la draconique [PV Keetech]

le Lun 22 Oct - 22:05
Depuis plusieurs mois, Keetech avait élu domicile sur cette ile en forme de croissant lunaire que les bipèdes nommaient Calastin ; non point qu’elle s’y plaisait particulièrement car ses paysages, composés de plaines mornes au nord et de collines au sud, étaient dénués d’attraits à ces yeux.

Toutefois, le haut plateau rocheux qui surplombait l’ile abritait de nombreux herbivores dont la chair au gout succulent constituait un véritable festin.

Sans compter que la reine des nuées possédait le pouvoir de se déplacer rapidement d’un bout à l’autre de cet archipel dont elle n’avait pas encore percé tous les secrets et celle-ci devait admettre que Tiamaranta ne manquait pas d’intérêt, même s’il n’égalait pas en magnificence le continent sauvage dont elle était originaire. Une fois qu’elle aurait exploré les moindres recoins de Calastin, elle visiterait d’autres îles de fond en comble et qui sait, peut-être découvrirait elle quelque chose qui aiderait son compagnon dans sa quête.

D’ailleurs cela faisait des mois qu’elle ne l’avait pas revu, depuis qu’ils étaient rentrés du Royaume des morts, même si elle pouvait ressentir sa présence et qu’il lui suffisait de chercher son esprit pour pouvoir entrer en communication télépathique avec lui. L'écailleuse savait qu’il recherchait avec acharnement un moyen de vaincre ces créatures nommées chimères et même s’il n’en laissait rien paraître, en raison de son tempérament secret, elle devinait son inquiétude et surtout son fervent désir de la protéger. Quoiqu’il arrive et peu importe les épreuves que ce dernier devrait affronter, celui-ci resterait toujours fièrement dressé dans l’adversité et protégerait les êtres les plus chers à son cœur, elle et leur fille Nynsith.
Et c’était sans doute l’un des raisons pour lesquelles elle l’aimait tant et avait quitté le continent sauvage pour rejoindre Ambarhùna après avoir eu l’indicible pressentiment que l’écarlate courrait un grave danger.

Leur longue séparation lui avait appris que jamais elle ne pourrait supporter de voir périr son époux et désormais elle désirait se joindre à son combat et œuvrer à la réussite de leur cause.

Pourtant, le dragon de l’ire persistait à lui faire des cachotteries et laissait planer le mystère sur ses activités, mais elle savait qu’un dragon aussi hyperactif que lui explorait probablement cet archipel à la recherche de solutions.

De son côté, la reine des nuées avait fait certaines découvertes sur Calastin qui méritaient d’être examinées avec la plus grande attention. Par exemple, durant ses pérégrinations sur l’ile en forme de croissant de lune, Keetech avait remarqué la présence de créatures nommées Golems et cette espèce semblait endémique à Calastin, du moins à sa connaissance, car le bestiaire de Tiamaranta était riche et varié. Sans compter que cet endroit abritait une grande magie qu’elle pouvait ressentir grâce à ses sens sur-aiguisés et ses affinités avec cette essence mirifique.

Keetech avait aussi rencontré certains bipèdes, comme Sinestra, une jeune prêtresse de la Rose ardente, qu’elle avait maudite et qui était devenue sa jeune protégée. Cette relation malgré sa brièveté avait troublé la dragonne de l’orage, en lui révélant l’instinct protecteur qu’elle pouvait développer à l’égard de certains bipèdes, à condition de ceux-ci acceptent d’embraser sa cause et de se comporter avec le respect dû à ces fiers sauriens.
Hélas, Sinestra avait péri de la main d’un conseiller vampirique nommé Toryné Dalis et Keetech après l’avoir retrouvé afin de rendre la justice draconique au nom de sa jeune protégée avait décidé de faire de lui son serviteur. Après tout, cet étrange androgyne pourrait lui être utile grâce à sa fourberie typiquement bipédique, son influence et aussi son or hérité de la famille Dalis, en dépit du fait que l’écailleuse ne comprenait pas bien l’importance que ces morceaux de métal revêtaient pour les deux-pattes.

Toutefois, l’écailleuse avait compris que l’or et les richesses permettaient d’obtenir des biens matériels et de gagner en puissance et en influence, malgré le fait qu’elle jugeait inconscient le fait de s'y fier aveuglement. Après tout, d'autres armes existaient et pouvaient se révéler au moins aussi utiles, si pas plus que ces vulgaires piécettes.

Cependant, par le biais de sa servitude, Toryné pourrait œuvrer à la cause de l’anti-lien et l’aider à mieux comprendre ce monde de bipèdes qui par certains aspects demeurait complètement étranger à sa mentalité draconique et la déroutait.

D’ailleurs la saurienne se demandait s’il lui serait un jour possible de parvenir à comprendre l’esprit de ces créatures tant le fossé mental qui les séparait semblait abyssal ; toutefois peu à peu elle parvenait à mieux cerner leur mentalité et à appréhender leurs mécanismes de pensées. Malgré cela, elle observait toujours avec perplexité les mouvements de leurs lèvres et les sons articulés qui s’en échappait lorsque les bipèdes conversaient entre eux. Doté de la capacité de communiquer par télépathie, à ses yeux leur langage ressemblait à un babillage grossier.

La dragonne de l’orage avait également fait une curieuse découverte récemment. Au début du mois de Novembre, en survolant l’ile, cette dernière avait remarqué la présence d’un énorme cratère qui semblait conduire dans les profondeurs de cette terre qui semblait creuse et dont le sol était d’une pauvreté inhabituelle.

Depuis lors, la Saurienne s’interrogeait sur ce que pouvait contenir l’intérieur de Calastin qui soit susceptible d’attiser à ce point la convoitise des bipèdes. Voilà qui se révélait fort intriguant et mériterait de plus amples investigations ; peut-être devrait elle s’en ouvrir à son compagnon et lui faire part de certaines de ses observations.

D’ailleurs, ce dernier l’avait contacté télépathiquement pour connaitre le lieu où elle se trouvait et l’y rejoindre. Keetech n’avait pas oublié la colère et l’humiliation ressentie lorsque les Baptistrels l’avaient rétréci pour lui donner la taille d’un dragonnet ; en y repensant, elle sentit ses écailles se hérisser d’indignation et il se promit de gourmander son époux dès qu’elle le reverrait car ce dernier n’avait toujours pas présenté ses excuses à sa bien-aimée.

Et l’écailleuse qui savait se montrer aussi déterminée et volontaire que son compagnon était résolu à ne pas lui pardonner s’il ne lui présentait pas des excuses en bonne et due forme et un cadeau  à la mesure de l’offense commise.

Afin de mener à bien son combat contre les bipèdes et le lien, le dragon de l’ire n’avait pas hésité à se rendre jusqu’au pays des défunts, situé aux confins de l’univers connu et à affronter de nombreux dangers.

Elle se remémora l’étrange voyage qui les avaient conduit au sein du Royaume des morts en compagnie des protégés bipèdes de son époux dans le but de réactiver le mécanisme de réincarnation et délivrer les âmes prisonnières. C’est lors de ce périple que l’écailleuse avait découvert les tragiques évènements d’une de ses vies antérieures durant laquelle elle incarnait un enfant-elfe assassiné par son propre père ; un frisson de répulsion lui parcourut l’échine à ce souvenir qu’elle espérait effacer de sa mémoire. C’est également au cœur de ce sanctuaire inviolé par les vivants qu’elle avait rencontré le Tarenth et Cymbor le frère décédé de Verith.

Après tant d’années de lutte, d’espoirs et de déceptions, son bien-aimé avait pu rencontrer son frère disparu et discuter avec lui avant de repasser le portail menant au monde des vivants et ce jour-là son épouse se trouvait à ses côtés. Cette pensée la rasséréna tandis qu’elle survolait les plaines de Calastin, les couvrant de son ombre immense, en direction de la pointe nord de l’ile où l’écarlate lui avait donné rendez-vous. Son cœur battait fort dans sa poitrine et elle ressentait un mélange d’impatience et d’anxiété à l’idée de revoir son compagnon après ses longs mois de séparation car le Rouge semblait aussi insaisissable que le vent d’été, même pour celle avec qui il s’était marié draconiquement. Et l’écailleuse ne doutait pas qu’outre ses indispensables excuses, Verith aurait de nombreuses choses à lui apprendre sur les raisons qui l’avaient gardé éloigné d’elle des mois durant et surtout sur ses éventuelles avancées. Du moins, celle-ci l’espérait et était déterminée à en apprendre plus à ce sujet car désireuse d’aider son époux à atteindre ses objectifs.

En arrivant au lieu convenu, Quartzécaille aperçut la forme massive et puissante, aux écailles d’un rouge ardent de son mâle et en le voyant elle se surprit à songer que ce dernier était une créature magnifique, malgré les stigmates laissés sur sa chair par ses innombrables combats. A leur vue, elle se remémora les rudes combats qu’il avait menés contre ses autres prétendants afin de lui prouver sa valeur et conquérir son cœur. Une pointe d’attendrissement naquit en elle à ce souvenir et cette dernière se posa à côté de Verith, dont l’aile éployée dissimulait quelque chose…décidément, il serait dit que le dragon de l’ire, fidèle à lui-même, lui ferait des cachotteries jusqu’au bout. Toutefois, Keetech décida de faire comme si de rien n’était et ses mires azurées se posèrent sur les crocs-de-givre dont la forme étincelante, ressemblant à des énormes dents de diamants, apparaissaient dans le lointain.

Pour leurs retrouvailles, son époux lui avait donné rendez-vous dans un lieu splendide d’où ils pouvaient admirer la splendeur des flots que la lumière solaire transformait en un miroir doré et où leurs mires de dragon discernaient dans le lointain, auréolés des brumes marines, les contours des crocs de givre. Le spectacle d’une beauté époustouflante, la laissa un moment bouche bée, avant que celle-ci ne se décide à prendre la parole.

- Bonjour Verith
, dit-elle d’un ton froid, qui laissait deviner que derrière la carapace de glace qu’elle s’était forgée, un brasier couvait. Cela fait plusieurs mois que nous ne nous sommes pas vus. Je suppose que tu étais très occupé mais j’ose espérer que tu n’as rien oublié…

Elle appuya bien sur la dernière partie de sa phrase que pour son époux devine à quoi celle-ci faisait allusion. Puis tournant la tête, elle plongea son regard céladon dans les prunelles dorées du Rouge, guettant sa réaction.


avatar
Admin
Dragon libre


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L’amour à la draconique [PV Keetech]

le Mar 27 Nov - 19:33
¤ Excuse ¤

Le dragon de l’ire, qui avait vu le jour par-delà l’océan, avait traversé cette étendue d’eau pour trouver son frère, n’y avait trouvé que le malheur et le danger, luttait à présent contre les terribles forces qu’il avait découvertes sur la terre des dragons. Contraint à fuir cette terre qui leur revenait de voir, il s’acharnait à présent à défendre les siens en déployant toutes ses forces à découvrir un moyen de vaincre ceux qui les menaçaient. Malheureusement, cette folle quête requérait de nombreux sacrifices, des sacrifices qu’il n’était plus le seul à subir désormais. La dragonne de quartz, qui avait vu le jour par-delà l’océan, avait élevé une fille en l’absence de son père, avant d’aller avec elle à la recherche de ce dernier. Le dragon de l’ire s’était retrouvé contraint d’impliquer une partie de sa famille, l’obligeant à faire elle aussi des sacrifices pour mener une quête essentielle. Mais à présent, le dragon devait faire face aux conséquences de ces sacrifices et tenter de les réparer.

L’enfant de l’orage avait donné rendez-vous à celle qui avait su posséder son cœur rempli de colère, préparant minutieusement l’instant. Pour dompter une bête féroce, il faut être encore plus féroce qu’elle. Aussi Verith allait-il devoir se montrer prudent envers celle qui avait su se montrer suffisamment féroce pour le dompter. Déjà l’enfant de l’orage entendait le vent se plier sous l’approche aérienne d’un dragon. Keetech était encore loin, mais il l’entendait arriver. L’ouïe, l’odorat, tant de sens sur lesquels il avait dû se reposer quand Vie lui avait arraché la vue. Aujourd’hui, ses mauvais souvenirs étaient derrière lui. Aujourd’hui, il n’allait pas y penser, depuis que sa famille était de retour, il pouvait profiter de rare moment d’apaisement. Un luxe dont il avait été privé depuis son départ du continent sauvage.

Le rouge restait immobile, se contentant de fixer l’horizon, attendant, patiemment, que Keetech arrive et se pose près de lui. Verith était le genre de personne après qui on n’arrêtait pas de courir. Incapable de tenir en place, il était toujours en train de chercher, d’explorer ou de se battre. Non pas qu’il ne se préoccupait pas de ses proches qui étaient contraints de venir à lui au lieu que ce soit l’inverse, bien au contraire. Lui aussi aimerait bien que les rôles s’inversent par moments. Mais ce n’était pas le cas, et cela ne serait peut-être jamais le cas. Le rouge suivait une voie, et ceux qui voulaient le côtoyer n’avaient pas d’autre choix que de l’emprunter aussi s’il voulait le trouver. Ce qui, d’un côté, le rendait assez facile à trouver.

Très bientôt, le ciel, la terre, la mer et la magie se mirent à vibrer sous l’arrivée d’un dragon. Keetech était là. Verith tourna légèrement la tête pour venir poser son regarder sur les cristaux de cette dernière qui semblaient scintiller sous les rayons du soleil couchant. Le rouge remarqua rapidement que le regard de la dragonne était captivé par le spectacle qu’offrait la nature. Il ne dit mot, attendant que cette dernière ne parle en premier. Cela ne tarda pas dès que Keetech parvint à extirper son regard du récif gelé, le ton de celle-ci fut presque aussi froid que les icebergs qui formaient de dernier. L’enfant de l’orage ne put s’empêcher de deviner que tout ceci n’était qu’une façade, il ne connaissait que trop bien la dragonne d’orage. Il savait qu’intérieurement, cette dernière bouillait et qu’il valait mieux pour lui d’éteindre le brasier avant qu’il ne se fasse tirer les cornes. Mais le rouge était irrécupérable.

Verith prit un air et un ton faussement étonné et paniqué quand il s’adressa à Keetech.

« Hein quoi ? Je devais me souvenir de quelque chose ? Mince, je crains avoir été tellement occupé  que j’en ai oublié ce dont je devais me souvenir … »

Le rouge vint lever une patte pour se gratter le bout du museau à l’aide d’une griffe, faisant mine de prendre un air pensif.

« Mh … si effectivement maintenant que tu me le dis, il y avait bien quelque chose … qu’est ce que ça pouvait être … »

La patte du rouge passa de son museau au sommet de son crâne, venant d’une griffe gratter les écailles entre ses cornes. Il prit un air encore plus pensif forçant même le trait.

« Mhhh …. Je crois que ça me revient … Je suis persuadé que ça à un rapport avec ça. »

Verith redevint un petit peu plus sérieux et leva son ail, venant révéler à la dragonne la coque d’un navire qui dégueulait de victuaille. Il semblait y avoir de la banane, beaucoup de bananes, presque intégralement que de la banane. Cependant, en se concentrant un peu, en humant l’odeur qui s’en dégageait, on pouvait déceler autre chose. Une fragrance particulièrement, salée, marine. Tel un cadeau, les bananes en constituaient le papier, tandis qu’en son cœur se trouvaient d’épais et juteux morceaux de baleine.

« Je suis désolé de t’avoir demandé de m’accompagner dans un endroit dangereux, de t’avoir demandé de coopérer avec des bipèdes et que tu aies dû être rétrécis à la taille d’un dragonnet … même si je dois avouer que te voir ainsi m’a rappelé le bon et ancien temps du continent qui nous a vu naitre. »
avatar
Dragon libre

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: L’amour à la draconique [PV Keetech]

le Mer 12 Déc - 0:53
Après un instant de méditation contemplative face à la magnificence du spectacle de ces lointains pics de glaces, nimbés de la brume marine et illuminés par les rayons du soleil, Keetech porta son attention sur son bien-aimé, le mirant avec sévérité. Malgré la façade de froideur marmoréenne qu’elle arborait, la tempête grondait dans son cœur, non seulement en raison de l’absence d’excuses du Rouge suite à « l’incident » du rétrécissement, mais aussi à cause des multiples cachoteries qu’il lui faisait depuis de longs mois. Certes, elle connaissait son tempérament secret et n’était pas intrusive au point d’exiger que ce dernier lui révèle la moindre de ses pensées, par égard pour son intimité ; cependant, la dragonne de Quartz se sentait blessée d’être ainsi laissée à l’écart des quêtes de son époux tandis que celui-ci parcourait l’archipel dans tous les sens afin d’en percer les nombreux mystères.

Elle-même ressentait la présence d’une magie différente de celle d’Ambarhùna et devinait que Tiamaranta leur reverserait encore bien des surprises à l’avenir, certaines bonnes, d’autres mauvaises. Et unir les forces et l’intelligence de plusieurs dragons ne serait probablement pas superflu, surtout si les chimères parvenaient à retrouver leurs traces et à envahir l’archipel où les rescapés du continent dévasté d’Ambarhùna avaient trouvé refuge. Doté d’un esprit sage et avisé, la Saurienne ne savait que trop bien que le danger n’était jamais totalement écarté et que mieux valait demeurer sur ses gardes et prêt à lutter face à de nouvelles menaces plutôt que de se reposer sur ses lauriers.

Pendant ces récents mois de séparation avec son bien-aimé, Keetech, quant à elle, n’était pas non plus demeurée inactive et avait fait plusieurs rencontres, certaines des plus enrichissantes, avec des bipèdes et un dragon nacré nommé Kaalys, et les informations recueillies l’aidaient à mieux appréhender la psychologie bipédique et cet univers énigmatique. Pour une dragonne libre, née sur le continent sauvage, la psyché d’un bipède ressemblait à un dédale nébuleux et elle peinait encore à comprendre la raison de certains de leurs comportements ainsi que les valeurs saugrenues qui les animaient, comme leur quête irrationnelle de ces morceaux de métaux nommés or. Néanmoins, il s’agissait de points à ne pas négliger et cette dernière avait conscience de la nécessité d'accroître ses connaissances sur les bipèdes, leurs mœurs ainsi que les règles qui régissaient leurs sociétés, ainsi que poursuivre l’exploration de cet archipel afin de mettre à jour certaines secrets enfouis au sein de ces îles.

Mais la reine des nuées apprenait vite et, à l’instar de l’écarlate, celle-ci envisageait de collaborer avec certains de ces deux-pattes, pour peu que ceux-ci sachent se montrer dignes de sa confiance,  ou possèdent des compétences utiles à la poursuite de ses objectifs.

Dardant ses mires de givres, aussi glacées que des glaciers éternels, sur son compagnon la fille des tempêtes le toisa guettant sa réaction. Connaissant Verith, celle-ci savait qu’il tenterait de l’amadouer et userait de la ruse afin de calmer le bouillonnement intérieur qui couvait sous la façade impassible de son épouse. Feignant l’ignorance et sur-jouant une réaction effrayée, le dragon de l’ire s’adressa à elle.

Les prunelles d’azurites de Quartzécaille s’étrécirent tandis qu’elle scrutait son bien-aimé avec suspicion. Celui-ci préparait sûrement quelque chose mais la Saurienne n’était pas née de la dernière pluie et ne se laisserait pas duper facilement.

- Oublié ? Tu m’en diras tant, voilà qui ne te ressemble guère d’être si négligent. Mon pauvre Verith, tes recherches éreintantes au sein de cet archipel ont dû altérer tes souvenirs,
dit-elle en feignant un ton faussement contrit. Puis prenant soudain une voix plus dure et sévère, elle poursuivit :
- Crois-tu pouvoir retrouver la mémoire seul ou dois-je te la rafraîchir ?

C’est alors que l’écarlate leva une patte et se gratta le museau avec sa griffe tout en simulant un air pensif avant de poursuivre son simulacre de réflexion en se grattant le crâne.
- Mon cher ami, tu t’enfonces…grogna la tempétueuse écailleuse, sentant que si son époux persistait à jouer ce petit manège celui-ci risquait rapidement d’épuiser sa patience.
En dépit de son tempérament calme et de la grande maitrise d’elle-même qu’elle mettait un point d’honneur à conserver en toutes circonstances ; Keetech possédait des limites à ne pas franchir sous peine de s’attirer son courroux et de subir le juste châtiment de ses crimes, à l’image d’une justice froide et implacable.

Sentant qu’il jouait un jeu dangereux, Verith redevient sérieux et releva son aile éployée, dévoilant par la même occasion la coque éventrée d’un navire d’où dégoulinait des bananes écrasées en énorme quantité telle une marée jaunâtre et sucrée. En humant les effluves qui s’en dégageaient, la dragonne de l’orage sentit une autre odeur dont la flagrance salée lui était étrangement familière. La purée de banane continuait à dégouliner des restes du navire, dévoilant progressivement ce qu’elle dissimilait, à savoir un énorme morceau de baleine bien juteux, l’un des mets préférés de la reine des nuées. A sa seule vue, l’écailleuse commença à saliver en pensant au délice que ce morceau de baleine, accompagné d’une purée de banane, formant ainsi un étonnant mélange de saveurs salées et de sucrées, serait pour ses papilles draconiques.

Pendant que sa compagne s’extasiait devant ce cadeau inattendu, le Rouge décida de poursuivre son offensive de charme en lui rappelant leur jeunesse sur le continent sauvage, espérant éteindre le brasier intérieur de la rancœur qui la consumait. Et pour cela, ce dernier disposait d’armes redoutables afin d’attendrir le cœur de sa dulcinée, à savoir éveiller son appétit de gourmet et attiser sa nostalgie de leurs premiers émois.

Quartzécaille sentit son palpitant battre plus fort et une douce tendresse pour son époux l’envahir, mais elle se reprit rapidement. Si ce fourbe de Verith croyait l’infléchir si facilement, il se trompait. Néanmoins, avoir songé à lui offrir un tel présent était déjà un très bon début et elle appréciait cette délicate attention.

- Hm, je vois que tu t’es surpassé et que ta mémoire est parfaitement fonctionnelle puisque tu t’es rappelé l’un de mes mets favoris. En plus tu t’es donné la peine de l’agrémenter de bananes, mon fruit préféré, dit-elle en prenant un ton faussement détaché.

Comme sa fille Nynsith, la reine des nuées appréciait particulièrement la saveur sucrée de ce fruit exotique et pouvait en avaler plusieurs tonnes comme dessert après ses copieux repas.

Keetech se remémora également leurs jeunes années sur le continent sauvage et contempla le magnifique dragon qui avait su ravir son cœur, bien qu’elle se soit révélée réticente à céder à ses avances, le contraignant à se battre contre ses autres prétendants afin de la conquérir en prouvant sa valeur et la sincérité de son amour.

Et cette fois encore, la fière dragonne de l’orage ne comptait pas le laisser gagner si facilement.

- Ne crois pas tu pourras m’amadouer avec ce simple présent. Tu t’es montré très vilain Verith en demandant à ses bipèdes de me rétrécir à la taille d’un dragonnet et cela mérite une bonne leçon, dit-elle en accentuant son expression de froideur et de sévérité. Il faudra plus qu’un bon repas pour que j’accepte de te pardonner totalement, même si je dois reconnaître que c’est un excellent début.

Il était indéniable que son compagnon connaissait ses goûts, ses désirs et se débrouillait à merveille pour exploiter ses faiblesses, à savoir son péché mignon et son penchant pour les plaisirs gustatifs, bien que Keetech soit moins vorace que sa fille surnommée la dragonne de la faim en raison de ce trait de personnalité. Mais le Rouge semblait oublier une chose, Keetech aussi connaissait l’un de ses plus gros points faibles et pouvait en user contre lui le moment venu.

La gigantesque saurienne s’approcha de l’épave et prit un morceau de baleine qu’elle trempa dans la purée de banane avant de l’avaler, sentant cette chair savoureuse fondre sous son palais. C’était un véritable régal mais si cette dernière s’y attardait, elle risquait de perdre de vue son objectif, à savoir châtier Verith comme il se devait, aussi, à regret, Keetech se détourna du délicieux met et ses iris bleutés se rivèrent sur son bien-aimé tandis qu’elle arborait une expression pleine de gravité :

- Puis tu n’as pas que cet humiliant rétrécissement à te faire pardonner. Il y a aussi tes éternelles cachotteries et tes longues disparitions sans me donner de nouvelles ni m’informer de quoi que ce soit concernant tes activités. Je sais à quel point tu désires nous protéger moi et notre fille mais cela me blesse de me sentir ainsi tenue à l’écart.


Contenu sponsorisé

Re: L’amour à la draconique [PV Keetech]

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum