De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Dim 18 Nov - 13:11
La nuit était tombée sur une partie du monde et alors que certains se couchaient d’autres se lever. Et là où certains se laissaient tomber dans un sommeil profond, d’autres avaient accès un niveau d’éveil supérieur.

S’élevant hors du corps qui lui servait à la fois d’abri et de prison, Asmo savoura cet instant de libération. Jamais, au grand jamais, il ne pourrait envisager de vivre sans Erdrak, ou même de quitter le corps du Loup Solitaire pour vivre une vie éthérée dans ce nouveau monde qui s’offrait à lui. Mais pour rien au monde, il ne voudrait abandonner ces nuits de liberté.

Lorsque le Loup Solitaire s’endormait et que la conscience d’Erdrak sombrait dans le sommeil, celle d’Asmo s’envolait pour un autre monde. Il lui avait fallu un certain temps pour comprendre ce monde, l’atteindre régulièrement et facilement, puis pour s’y déplacer. Il lui avait fallu encore plus de temps pour appréhender l’immensité des possibilités qui s’offraient à lui, et même aujourd’hui, l’incarnation de la colère savait qu’il n’en avait vu qu’une infime partie.

S’élevant hors de son corps, Asmo put contempler le monde onirique tel qu’il le voyait. Un immense univers, une voie lactée, une galaxie, de points lumineux, chacun d’une couleur différente, d’une intensité différente. Dans toutes les directions, il y avait une quantité de possibilité.

Un sourire carnassier se dessina sur les lèvres d’Asmo. Il était sûr qu’il pourrait fusionner certaines de ses étoiles ou simplement les souffler. Il en était sûr, mais il n’avait pas encore trouvé le moyen de le faire. Par contre, il avait trouvé le moyen de pénétrer ces étoiles et donc de s’introduire dans les rêves des gens. Car ce qu’il voyait, ce n’était pas moins que l’esprit des personnes endormies.

Après plusieurs essais, Asmo avait appris à interagir avec les rêves et les modeler pour en faire ce qu’il voulait. Et ce qu’il voulait le ravissait toujours. Jamais sa soif de violence et de perversité n’avait été aussi bien alimentée qu’en développant ce pouvoir endormi.

Il observa l’univers devant lui à la recherche d’une lueur qui l’attirerait, ou d’une idée. Il ne lui fallut pas longtemps pour trouver ce qu’il cherchait et pour y pénétrer. Son esprit entra dans le rêve d’un autre et il resta invisible, juste en surface de la conscience et de l’inconscience de son malheureux hôte, le temps de l’observer.


Autrefois Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique.

Aujourd'hui, ils ne font plus qu'un. Son nom est Inigo, et à travers les mémoires du temps, il est revenu. D'enfant, il est maintenant homme.

avatar
Modo
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Lun 19 Nov - 16:42
Le temps. Un détail. Il aurait dû s'en douter. Désormais, il essayait de faire sans, de ne pas trop y penser. Le temps était pour les vivants, et s'il songeait trop fort à sa situation, il craignait de s'en défaire.

Ces lieux avaient toujours été sa demeure. Rien n'était plus évident et naturel que sa présence au sein des songes. Il en était ; un fragment de rêve qui un jour avait pu inspirer l'air du monde réel. Ici, tout ressemblait à ce que l'oxygène avait pu être jadis. Chaque parcelle de rêve était un océan prismatique dont il était une goutte d'eau. Celui qui avait été un elfe pâle à la courte crinière dorée ébouriffée errait d'esprit en esprit, d'univers en galaxie, prenant la forme de ses cent quarante ans, celle de son serment, celle d'un oisillon, ou celle de son hôte. Il voletait comme un guilleret rayon de lumière, ondoyant, dansant, léger comme il aurait toujours dû l'être. Nul besoin de chercher son objectif ; il l'avait embrassé comme s'il avait été écrit dans les cendres infimes qui formaient son être. Là où ses pas le portaient, les ombres les plus vicieuses laissaient place à l'autre côté du miroir. Nulle ombre sans lumière, nulle lumière sans ombre. Aussi nécessaire que cela était pour l'ombre de s'étendre, la lumière se devait d'éclairer. Dawan ne portait nul jugement, ne faisait nulle différence, et nul calcul. Il venait, éclairait, et repartait.

Grande fut l'étincelle lorsqu'il rejoignit le songe de cette apprentie baptistrelle au regard d'azur auréolé de soleil. Il dissipa ses doutes qui l'habitaient. Il lui offrit une forêt d'arbres de bois et d'argile dont les troncs se sculptaient si l'on chantait pour eux. Peu importaient les paroles, ils la comprenaient. Leurs feuillages étaient des feuilles mêlées de cristal, qui projetaient des reflets colorés sur le sol moëlleux du rêve. L'eau coulait dans les noeuds des troncs comme une véritable fontaine secrète.
Ils batifolaient tous deux. Dawan avait pris la forme enfantine de ses cent quarante ans, son front ceint d'une lanière de tissu, ses habits n'étant guère plus qu'un pan de tissu blanc enroulé autour de lui, que les airs maintenaient contre sa peau, et faisaient voleter derrière lui. Ses pieds nus effleuraient le sol quand il dansait sur la musique d'une vièle forgée d'étoiles qu'il gardait contre son épaule. Le Chanteciel accompagnait le chant de l'apprentie, et ses sculptures aux allures tendres. Un renard, un elfe aux traits virils, un jeune phoque... Bientôt, la musique leur offrit la vie. Ils commencèrent à se déplacer le long des troncs dans lesquels ils étaient forgés, jusqu'à jouer entre eux, affectueusement.

La musique tournoyait à l'image de sa source et de son danseur, elle emplissait les lieux et les coeurs, teignait l'atmosphère d'amour et de joie douce. Ils auraient pu continuer ainsi jusqu'à ce que l'aube porte d'elle-même ce que le Chanterêve ne faisait que refléter et amplifier: sa propre envie de vivre, ses propres sources d'émerveillement, ces beautés qui lui donneraient envie d'aller plus avant et de s'engager dans son réveil avec une énergie qu'elle avait en elle.
Ils auraient pu. Mais l'esprit de Dawan se troubla à une perception qu'il n'avait encore jamais connue. Des vibrations uniques, qui parlaient plus que mille mots. Il ignorait qu'ils pouvaient se croiser. L'aura était son opposée. Elle était proche, puissante... Tellement puissante. Les gens le ressentaient-ils également comme lui pouvait percevoir cet être ? Il en doutait. Pourtant, il allait devoir se mettre à son niveau, au moins pour protéger la jeune Enwr. Que pouvait-il lui vouloir ?

Revenant près de la jeune femme aux cheveux d'aube, Dawan concentra son essence, jusqu'à les entourer tous d'eux d'une aura faite de son envie de protéger la belle enfant. Ce fut comme si un ciel bleu existait précisément à cet endroit, autour d'eux, et comme si même leurs ongles étaient plus doux. Le Chanteciel tourna son regard de perle vers celui qui venait les interrompre.

"- Asmo... Pourquoi ? Que cherches-tu ? Je peux peut-être te l'apporter. Que dirais-tu que nous dansions, Asmo ? Nous pourrions faire quelque chose de magnifique..." Ah, il s'était encore laissé troubler dans sa réflexion première. D'un mouvement de tête, Dawan chassa la proposition parasite qu'il avait laissé échapper. Elle s'envola sous la forme de lucioles. "Pourquoi es-tu ici ?"


#bc8f5e
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Mar 20 Nov - 11:41
C’était curieux d’observer les autres sans rien faire. Cela l’était encore plus lorsqu’il s’agissait d’observer les rêves des autres.

En regardant, Asmo comprit ce qui l’avait attiré près de cette lueur. Il s’en détachait une douceur et une candeur immense ainsi que quelque chose d’autre, mais impossible de mettre la main dessus. Il avait beau chercher, mais pas moyen de trouver depuis la périphérie du rêve. Et la Colère n’était pas sûre de trouver même à l’intérieur. C’était comme si le rêve était à l’étroit dans lui-même. Non, pas exactement ça, il était trop grand pour ce qu’il était plutôt, comme s’il accueillait autre chose qui n’avait pas sa place, mais que le rêve avait accepté, comme on agrandit un feu de camp pour accueillir de nouveaux voyageurs.

Le rêve était bien pour le commun des mortels. Mais ce genre de chose n’atteignait pas Asmo, ou alors d’une autre manière. Le beau n’avait pas d’apprise sur lui, tout comme la paix, ou l’amour, toutes ces choses qu’on dit bonne. Il ne les détestait pas non, de même qu’on ne déteste pas des fourmis. Ces choses étaient juste négligeables et bonne qu’à une seule chose. Assouvir une soif et alimenter un feu brûlant, celui de la destruction. Asmo ne se sentait complet que dans le sang, le fer et la violence.

Toutefois, lorsque le bonheur est trop grand, il est très dur de le détruire et Asmo n’était pas encore habitué à sa nouvelle forme. Il manquait encore de force et de contrôle.

Il allait se détourner quand il eut confirmation de sa sensation. Ils étaient bien deux dans le même rêve et la Colère s’avança un peu dans la frontière du rêve. C’est à ce moment qu’il sentit la perception du visiteur l’effleurer. C’était une sensation étrange, comme une caresse, mais avec les yeux, mais sans les yeux. Un souffle de l’esprit. Asmo en aurait la chair de poule si son esprit avait pris la forme d’un corps.

Immédiatement, le rêve changea sans que son propriétaire le senti. Le ciel devint plus bleu, l’herbe plus douce et l’environnement plus écœurant aux sens d’Asmo. Et l’intrus s’adressa à lui.

Une vague surprise traversa Asmo, lorsque l’inconnu l’appela par son nom, le nom qu’il s’était donné et que seul Erdrak connaissait puisqu’il était le seul à le connaitre. Une vague de haine s’éparpilla autour d’Asmo. Il n’avait pas encore prit forme et donc ne pouvait pas répondre par des mots, mais sa Colère et sa véhémence traversaient l’espace, faisant trembler le rêve autour de la protection de l’intrus.

Ce n’était pas volontaire. Ce n’était pas fait pour l’intimider, ou au moins pas consciemment. Mais tel était Asmo, laissant à son esprit, la liberté d’exhaler ses pulsions. Ses pulsions qui ne cessaient de devenir forte à mesure que l’autre posait des questions et que l’hôte du rêve ne semblait pas percevoir l’approche du danger, comme si son rêve continuait paisiblement sous la protection de l’autre.

Asmo pénétra pleinement dans l’aura du rêve, quittant l’entre songe o il s’était tenu jusqu’à présent. Il descendit vers le sol, dans des ténèbres tourmentées par ces sentiments fulminants et finit par poser le pied sur l’herbe en prenant sa forme humaine.

Il avait les yeux couleurs sang et brillant d’une lueur maline et malsaine, comme tous ce qu’il pouvait transpirer. Et pourtant, il était beau. Son visage juvénile était celui d’un jeune homme à peine entrer dans l’âge adulte, une barbe légèrement naissante, encore duveteuse. Sa peau était encore lisse et semblait douce et si ce n’était son expression viciée, son visage aux cheveux courts aurait été avenant et plaisant. Il portait une armure d’acier gris et brillant, propre et solide ainsi qu’une épée avec une tête de loup sur le pommeau.

Asmo fixa l’inconnu de ses yeux brûlant. Il réfléchissait. Comment connaissait-il son nom ? Comment connais-tu mon… Il arrêta sa question. Il ne voulait pas la dire mais ses pensées étaient trop fortes. Il fallait faire attention. Mais il ne s’était pas tu que pour ça. Dawan. C’est ça ?

Son sourire s’agrandit, révélant des dents blanches et impeccables. Cela fait beaucoup de questions. Mais une seule réponse t’intéresse. Et bien je vais te répondre. Asmo libéra volontairement cette fois, tout ce qu’il faisait de lui un être à part. Sa haine, sa soif de violence, de sang de douleur et de souffrance. Tout ce qui dormait en chaque homme et chaque femme du monde. Le rêve autour de lui se brisa, partant en fumée, flammes et tourbillons.

Mais pas tout le rêve. La jeune femme blonde derrière Dawan continuait de jouer avec un bébé, un nourrisson, elfique à la vue des oreilles. Elle était comme inconsciente à la destruction ambiante, protéger par la bulle de douceur de Dawan.

Ma réponse sera bien simple. Pourquoi pas. Je sais que si je te pose la question de répondra autrement. Ma réponse sera bien simple. Sûrement que tu es là pour le plaisir ou la joie, le bonheur. Et bien moi c’est pareil. Je vais te répondre que c’est pour le plaisir.


Autrefois Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique.

Aujourd'hui, ils ne font plus qu'un. Son nom est Inigo, et à travers les mémoires du temps, il est revenu. D'enfant, il est maintenant homme.

avatar
Modo
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Dim 25 Nov - 6:42
Un doux sourire, que Dawan avait appris lorsque ses parents avaient voulu l'enseigner à sa soeur, répondit à celui d'Asmo. Ce dernier avait répondu tout seul à sa première question. Naïvement, l'elfe lié des étoiles imaginait que son opposé devait ressentir ce que lui avait pu connaître les premières fois où cela lui était arrivé. Quelque surprise, suivie d'une acceptation amusée. Là où Dawan aurait pu s'inquiéter qu'un être comme Asmo aie des informations sur lui, il savait que ce dernier pouvait rester serein, et profiter pleinement de la découverte. Ce qu'ils étaient désormais les poussait à se connaître, instinctivement. Leurs différences les liaient, d'une certaine façon.

Connaître son nom, connaître sa nature, savoir qui ils étaient, ne faisait pas tout. Dawan était un être de Rêve. Ce qui était lié à l'autre monde, il l'ignorait. Et ce que pouvait penser Asmo lui était étranger également. Oh, il pouvait le deviner, comme jadis dans l'autre mon il pouvait tenter s'il le voulait de deviner son interlocuteur. Ce n'était néanmoins pas le même savoir que celui qui le liait aux éléments nés de ce monde. Sa bulle de protection se rétrécit, pour ne plus contenir qu'Aurore. Le jeune Cawr ignorait si, ici aussi, la magie demandait une certaine énergie, épuisable, mais n'avait pas tant envie de le découvrir au mauvais moment, et de la mauvaise manière.
Ainsi Dawan put ressentir pleinement la haine qui constituait cette être. Elle était venue avec lui. La libérer ne la rendait que plus visible. Le regard étoilé du Chanteciel caressa les flammes et la colère. Ce qu'il en ressentit ? La cruelle envie de consoler Asmo. Ce ne devait pas être facile de porter tout cela en lui. Sous les doigts du pâle elfe, la rage de feu prenait des couleurs plus tendres, les mêmes qu'aurait pu avoir une bulle de savon. Cela ne brûlait pas. Pourquoi aurait-ce brûlé ? Si aucun d'eux n'apportait la précision, il n'y avait pas de raison.
De même, il n'y avait pas de raison à sa présence ici. Plaisir ou douleur n'aurait rien changé, puisque Dawan lui-même avait été surpris de retrouver, d'une certaine façon, l'existence. Mais est-ce que cela intéressait vraiment Asmo ? Venait-il vraiment pour discuter paisiblement autour de leurs communes destinées ? Rien n'était moins sûr. L'enfant des rêves devinait également que le fruit de la haine se moquait de ses chants comme de son premier crachat. D'autres sujets pouvaient peut-être le porter à de plus paisibles actions.

"- D'où viens-tu, Asmo ? Qui es-tu dans l'autre monde ? D'où es-tu né ? Te manquait-il de l'amour ? De l'attention ? Du respect ? Tu peux me le dire. Sois sans crainte. Je ne veux pas être ton ennemi."

Sa voix avait été délicate et tendre. Une auréole de bienveillance émanait de ses mots. Asmo aurait pu être son enfant sans qu'il eut parlé différemment -Dawan ne s'était jamais adressé aux enfants comme à des êtres stupides. Sa voix avait été aussi légère que de l'éther. Et il n'avait pas eu besoin de tendre la main vers Asmo tant les notes qui le composaient étaient plus parlantes encore. Ce qu'il voulait, c'était apporter à cet être de haine ce qui lui avait manqué. Le but n'était pas de l'éradiquer. Le but était de faire ce que Dawan était censé faire.


#bc8f5e
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Dim 25 Nov - 14:38
Le chaos, la destruction. Tout n’était que violence autour d’Asmo et cela le complaisait dans sa personnalité de colère. Pourtant, il n’arrivait pas à s’en satisfaire. Lui qui aimait faire montre de sa violence et dont la force, jusqu’à présent, n’avait connu pour seule limite que celle du corps du Loup Solitaire, ici, dans le monde onirique, n’avait plus ce problème. Pourtant, quelque chose l’empêchait de savourer pleinement cette libération.

Il contemplait Dawan et la jeune femme derrière lui et comprit. Il lui fallut un certain temps pour y parvenir, car Asmo n’avait pas l’intellect d’Erdrak, il n’était pas un stratège, pas un diplomate. Il était la force et l’instinct du Loup Solitaire. Pourtant, il y parvint. Ce qui l’empêchait de pleinement savourer sa libération était la résistance que lui offrait Dawan. Une résistance qui l’empêchait d’obtenir, ou plutôt de détruire ce qu’il voulait comme bon lui semblait.

La Colère avait longuement réfléchi à cette gêne, si toutefois le temps avait une quelconque emprise sur le monde qui les entourait. Dawan avait posé ses questions sans qu’Asmo ne réagisse, la tourmente que la haine d’Asmo imposait à l’environnement ne faisant que s’amplifier.

Finalement, le problème trouvait, le visage d’Asmo quitta son expression rêveuse. Il n’avait pas eu une expression enfantine, pas celle d’un gamin qui rêve de devenir chevalier, mais si ses yeux s’étaient plongés dans la réflexion, son sourire n’avait pas perdu sa coure malveillante. Son regard se ralluma de cette soif de sang et revint sur Dawan.

Sans qu’il ne comprît vraiment comment, il avait entendu les questions, et cela ne faisait qu’amplifier son sourire. Il savait ce qu’il voulait, et la résistance du rêveur ne rendra sa réussite que plus délicieuse.

Cela fait beaucoup de questions. Et bien je vais te répondre. Je viens du cœur des hommes, des femmes, des elfes et des vampires. Je suis dans l’autre monde comme tu dis, exactement ce que je suis ici. La Colère, la tourmente, la haine et la violence. Je suis la Colère, et je suis né de la Colère. Je suis la Haine et fut engendré par elle.

Asmo éclata de rire en repensant à la suite des questions. L’amour ? Le respect ? De l’attention ? C’était ridicule. Tu dis que tu ne veux pas être mon ennemi. Sa voix était terrifiante de haine contrôlé, brûlante d’une folie inassouvie. Mais qu’est-ce qui te fais penser que c’est ce que je veux.

La Colère avait planté son regard dans celui du rêveur, luisant de toute ce qu’il était. Il se mit à tourner autour de la bulle, toujours dans la tempête de flammes et de ténèbres. Il remarqua alors que ses flammes proches de la bulle avaient changé et ne reflétaient plus exactement sa haine. Il tournoya ainsi un moment en silence, sans plus prêter attention à la bulle et ce qu’elle contenait.

Pourquoi ses flammes avaient-elles changé ? Sa réflexion reprit du temps, une éternité, ou bien une seconde. Il cherchait sans comprendre les règles de ce nouveau monde, ce monde qui devait être le sien.

Pourquoi les flammes ne brûlaient pas le rêveur comme elles brûlaient Erdrak lorsque l’heure du combat approchait ? Pourquoi ne brûlaient-elles pas ? Asmo sentit l’idée de brûlure parcourir son corps puis se répandre dans la tempête. Il comprit pourquoi ça ne brûlait pas. Parce qu’il ne l’avait pas pensé ainsi.

Son regard revint sur le rêveur et il imagina que les flammes brûlent. Et elles se mirent à devenir aussi ardente que la lave. Ce monde avait ses règles, mais elles étaient lâches et la Colère pourrait jouer avec par le simple fait de le vouloir.

Son attention se porta sur la jeune femme et son sourire devint un peu plus cruel. Elle a l’air heureuse. J’aimerai bien savoir pourquoi.

Sans plus de difficulté, Asmo s’imagina à ses côtés. Son corps traversa la paroi invisible de la bulle, mais sa tempête resta à l’extérieur. La Colère ne comprit pas pourquoi mais son attention était pleinement concentrée sur la jeune femme. C’était si facile de plier ce monde. Personne n’avait la volonté de le faire, personne n’avait la volonté de changer le monde comme lui le voulait. Et donc personne ne pouvait l’arrêter.

La jeune femme n’avait pas remarqué la présence d’Asmo, continuant de bercer le petit. Une grimace traversa le visage d’Asmo lorsqu’il vit que le petit était un elfe. Pourtant la femme était humaine. Etrange.

D’une simple volonté, Asmo explora ses peurs et il fut surpris de les voir en si faible nombre. L’esprit de la jeune femme était d’une simplicité déconcertant, plein de confiance, de naïveté et surtout d’émerveillement. Mais la Colère trouva rapidement quelque chose à exploiter. Tous les rêves ne durent pas éternellement.

La tempête cessa brutalement et le décor changea. La plaine, la forêt, tout avait disparu. A la place, il y avait une chambre du nouveau domaine baptistral. Dans un coin, se tenait un établi, avec des pièces de bois et des sculptures inachevées. Un lit simple logé le mur et un petit bassin d’eau se tenait dans un coin. La jeune femme marchait de long en large, en proie à la panique. Elle berçait frénétiquement le petit, chantant une berceuse, mais rien n’y faisait. Le petit poussait des cris atroces de souffrance, qui ne faisaient que s’amplifier. Asmo ne connaissait rien à l’immaculation, mais il avait vu dans l’esprit de la jeune femme que c’était un processus extrêmement douloureux qui touchait les elfes. Et surtout qu’elle craignait que cela touche son bébé et qu’il en meurt.

C’était un cauchemar tout trouvé pour Asmo qui le créait de toute pièce, à mesure qu’il se déroulait. Il en avait complètement oublié la présence de l’autre rêveur, savourant tout de la scène qui avait lieu dans le monde onirique.


Autrefois Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique.

Aujourd'hui, ils ne font plus qu'un. Son nom est Inigo, et à travers les mémoires du temps, il est revenu. D'enfant, il est maintenant homme.

avatar
Modo
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Mar 4 Déc - 17:53
Le sourire de Dawan s'estompa, et son expression passa de sa béatitude habituelle à un air plus... Intrigué. Il fixait Asmo, de ses yeux et de ses oreilles, avec une curiosité tout à fait enfantine, comme face à un être dôté de caractéristiques que l'on découvre pour la première fois. Colère, haine, violence. Il en avait entendu parler. Il les avait subis. Désormais, ce n'étaient que des mots dans le vent, de vagues concepts dont il avait la définition, mais qui restaient distant. Si par empathie Dawan tendait toujours à chercher à partager les sentiments qui lui faisaient face, ceux qui lui étaient présentement évoqués ne trouvaient aucune résonnance en lui. Avait-il perdu une part de son identité pour ne devenir que symbole ? Avait-il toujours été ainsi ? Il ne savait pas. Cela n'avait pas d'importance. Ce qui en avait, c'était lui, c'était eux. Asmo était-il cette part d'ombre qui soutenait l'équilibre, ou était-il le fruit d'un débordement de cette part d'ombre ?

L'un comme l'autre ne changeait sans doute pas les réactions du Chanteciel à son égard. Cependant, la réflexion l'occupa jusqu'à ce qu'Asmo s'immisce dans la bulle de protection qu'il avait créé, après avoir jaugé le changement dans les flammes. Dawan le trouvait attendrissant, à sa manière. Le voir découvrir le monde, et se découvrir lui-même, rappelait à l'elfe de lumière ses propres débuts et tâtonnements. Quelle maitrise pouvait s'offrir à Asmo, lui qui était né d'une libération du contrôle ? Tout à ses paternelles pensées, et à la mine aimante qu'il revêtait à nouveau, il fallut que la musique change brusquement pour qu'à nouveau Dawan reprenne un rôle d'acteur.

Un gémissement, ou plutôt un couinement, lui échappa lorsqu'une flamme lui lécha la main. Il s'en débarassa d'un geste gracile. Quel farceur. Et quel innocent enfant. Il essayait, c'était normal. Constatant cela, et réparant d'une pensée la brûlure, Dawan n'eut pas le temps de lui expliquer le bonheur. L'intérêt en aurait été limité. Si leur nature était la même, qu'Asmo ne puisse ressentir le bonheur n'était pas exclus.

Ce nouveau décor, Dawan ne le connaissait pas. Néanmoins, les notes qui en émanaient étaient très caractéristiques :  cet endroit était une Maison, un refuge. Un lieu un peu sacré pour les créatures sédentaires qu'étaient certains humains. Les cris du bébé lui vrillèrent les tympans, lui arrachant une grimace, renforcée par la peur d'Aurore. Dawan ne connaissait rien à l'immaculation, ce cela ne l'empêcherait pas d'agir. Rester dans la même pièce qu'Asmo allait être compliqué, si tous deux devaient à chaque fois tenter d'imposer leur façon de voir les choses.

Les pleurs se turent. Dawan ne cacha pas son soulagement, dans un soupir sincère. Mieux encore, le bébé paraissait avoir subtilement changé d'allure. Les veinules qui le couvraient rappelaient un certain protecteur de baptistrels. Ses traits, eux, rappelaient ceux de la jeune femme, en partie. Le Chanteciel se rapprocha d'Aurore.

"- Tu as face à toi une terrible adversaire, Asmo. Aurore ne manque pas de ressources. En elle, et autour d'elle, dansent les étoiles de ses bonheurs. Pour l'instant, elle a besoin de se reposer."

Une demande tacite : celle qu'Asmo aille voir ailleurs. Et si possible, dans un rêve qui n'existait pas. Les rêveurs étaient les protégés de Dawan. Leur sommeil devait être doux et réparateur. Il devait les aiguiller vers leur avenir et leur en donner le goût. Une main éthérée se posa sur l'épaule de la jeune femme. A travers elle, Aurore avait accès à une part de l'essence de Dawan, comme une source d'énergie supplémentaire à celle dont elle disposait. Si face à Asmo elle avait besoin de se rappeler qu'il n'était que cauchemar, et que sa réalité à elle valait mieux que lui, elle pouvait user du puits sans fond de poésie et d'amour qu'était Dawan. Elle n'était pas seule. Exactement comme dans la réalité.


N°46


#bc8f5e
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

le Dim 9 Déc - 6:01
Le plaisir malsain d’Asmo cessa immédiatement à cause de l’intervention de Dawan. Jusqu’à présent, à chaque fois qu’il voulait prendre les choses, il n’y avait pas eu de contestation. De vaines tentatives pour restreindre son pouvoir, mais pas vraiment de contre-attaque. La bulle de l’autre n’était pas une vraie barrière et quand Asmo eut compris le fonctionnement de monde, il avait entendu avec satisfaction le couinement de Dawan sous la morsure de ses flammes.

Le rêve tournait en cauchemars et la Colère se délectait de pareil désarroi. Puis cela cessa. Plus de pleurs, plus de peurs. Pour un instant du moins. Dawan était intervenu et s’était opposé à Asmo plus frontalement cette fois. Mais si Asmo découvrait ce monde, Dawan ne semblait pas savoir qui il avait vraiment contre lui.

Asmo grimaça et singea Dawan alors que ce dernier parlait. Il était tellement convaincu que le cauchemar avait cessé que s’en été ridicule. C’est bon ? Tu as fini ? Alors regarde bien les étoiles du bonheur de cette Aurore. Et dis-moi si elles brillent toujours autant.

Le bébé aux veinules était particulièrement calme maintenant. Trop calme. Aurore ne cessait de le bercer, en proie au désarroi. Le bonheur est la proie la plus facile pour la peur. Alors regarde bien les étoiles du bonheur de cette Aurore.

Aurore pleurait et le bébé ne respirait plus. Dès l’instant où Asmo avait senti l’intervention de Dawan, il avait fini la torture pour une frappe plus violente. Par la souffrance, il avait provoqué la mort du nourrisson en s’inspirant de la plus grande peur de sa mère. Un rire fou sortit de l’espace autour d’Asmo. Terrifiant par sa folie, par sa violence. Ce n’était pas un rire gai, joyeux.

Puis il cessa brutalement quand le monde autour d’Asmo et de Dawan disparut. La Colère se retrouva de nouveau dans l’espace entre les rêves. Il voyait les étoiles de différentes couleurs partout. Mais plus celle d’Aurore. Qu’est-ce qu’il s’était passé ? Il lui fallut un moment pour comprendre que la jeune femme s’était juste réveillé et Asmo poussa un cri de rage dans l’espace. Il n’avait pas encore le contrôle absolu. Ses victimes avaient une échappatoire, le réveil était leur salue.

Sa haine grandit encore, impactant les songes les plus proches, perturbant le repos des dormeurs alentours. Asmo ne comprenait pas ce monde, ni pourquoi il voulait lui résister. Il ne cachait rien des raisons de sa colère. Pour lui, tout n’existait que pour être détruit. Le vrai pouvoir venait de la force brute et personne ne devait pouvoir s’échapper.


Autrefois Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique.

Aujourd'hui, ils ne font plus qu'un. Son nom est Inigo, et à travers les mémoires du temps, il est revenu. D'enfant, il est maintenant homme.

Contenu sponsorisé

Re: Y a-t-il un Cauchemar dans le rêve? - Valmys

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum