Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Le bestiaire

le Dim 4 Juin - 21:34

Le bestiaire

Prenez garde à ce que vous pourriez trouver au détour d'un chemin...

Île de Nyn-Tiamat


» Le rhinocéros laineux

Il s’agit d’une espèce de rhinocéros de grande taille se caractérisant par une épaisse toison laineuse qui le protège efficacement du froid de la région. Leur toison les imperméabilise, sous une certaine mesure, à la magie. Deux grandes cornes trônent sur son museau. Il possède une force incroyable capable de soutenir ses trois tonnes et demie. Bien qu’herbivore il ne s’agit pas pour autant d’une grosse vache paisible. Ils vivent par groupes de dix individus et l’espèce est très territoriale. La charge d’un rhinocéros est redoutable. Il est capable de courir presque aussi vite qu’un cheval. On retrouve cette espèce dans la toundra au sud de l’île, plus particulièrement vers l’Est.
Les plus grands spécimens atteignant trois mètres au garrot et quatre mètres de long. Il est à noter que le sang de ces créatures gèle dès qu’il est au contact de l’air, formant les gemmes de sang utilisé pour les glyphes funestes.


» Fenrisúlfr

Il s’agit d’une espèce de loup géant se caractérisant par des canines proéminentes et une fourrure blanche striée de rayure bleue glacée. Son épaisse fourrure le protège efficacement du froid de la région et forme une armure naturelle particulièrement efficace face aux dégâts non magiques. Cette créature est carnivore et d’une grande agressivité. Ses talents de chasseur sont redoutables de même que sa force, ses crocs ou encore ses griffes. Très rapide, il est capable de rattraper un cheval au galop. Ce prédateur vit en meute de six membres maximum.
Cette espèce n’est pas très nombreuse, on ne compte qu’une dizaine de meutes. On la retrouve à trois endroits. Dans les montagnes de l’île, en nombre restreint, il est dit que c’est ici que vivent les vieux et puissants individus de cette espèce. Dans la forêt de la toundra à l’ouest du continent. Et enfin dans la toundra à l’Est en plus grand nombre. Il n’est pas rare de les voir s’attaquer au rhinocéros laineux, mais le vainqueur n’est jamais désigné à l’avance. Les plus grands spécimens atteignant deux mètres au garrot et un mètre de long.


» Licorne

Oublier tout ce que vous savez de cette créature. Cet équidé cornu n’est pas l’animal sympathique décrit dans les contes pour enfants. Sur l’île de Nyn-Tiamat elle est sans aucun doute la bête la plus crainte de toutes. Nul ne sait exactement combien il en existe. Peut-être y en a-t-il plusieurs. Peut-être que celles observées n’ont toujours été qu’une seule et même licorne.
Les personnes les ayant vues de près ne sont malheureusement pas encore en vie pour la décrire avec certitude. Les seuls témoignages sont des observations fortuites et éloignées. Elle ressemble à un cheval de grande taille, tout ce qu’il y a de plus normal, peut-être plus longiligne que ses frères équidés. À l’exception d’une corne au sommet de sa tête. C’est ici que les informations divergent. Certains affirment qu’elle possède une robe blanche et une corne torsadée couleur nacre. D’autres qu’elle possède une robe couleur sang avec un bois de cerf au milieu du front. Et enfin, d’autres assurent qu’elles possèdent une robe couleur noire avec corne en rubis en forme en lame courbée. La multiplicité des sources laisse à penser qu’il en existerait plusieurs, mais aucune preuve parfaite ne le certifie. Une seule chose est sûre, son régime alimentaire. La bête est carnivore et d’une grande bestialité. Les corps des malheureux ayant croisé sa route de trop près ont été retrouvés déchiquetés. Toutes les observations de cette espèce ont été faites dans la forêt à l’est de l’île et on a noté à chaque l’apparition d’un micro blizzard. Cette bête serait-elle à même de manier la magie ou n’est-ce qu’une pure coïncidence ?


» Ver des glaces

Vous êtes vous déjà rendu sur l’inlandsis ? Avez-vous déjà remarqué la glace craquée en dessous de vous ? C’est étrange n’est-ce pas ? Comment une aussi épaisse couche de glace pourrait émettre des craquements semblables à une fissure ? Et si je vous disais que ceci est dû à de gigantesques vers qui se déplacent à l’intérieur de la glace, dévorant celle-ci pour se frayer un passage et la reformant derrière lui.

Ces créatures ont été observées à plusieurs reprises même si elles ne se montrent que très rarement à la surface. Généralement pour happer un malheureux qui passait par là. Le premier d’entre eux à avoir été tué a été mesuré comme suit : douze mètres de long et un mètre de diamètre. Et pourtant de plus grands spécimens ont été observés. Quel genre de monstre gargantuesque peu se cacher sous la glace ?


» Les marches neiges

Intriguant et dangereux à la fois, les marches neiges ont été observé dès la toute première arrivée sur l’archipel. Il s’agit d’immenses taureaux faits d’acier qui expulsent de leur bouche un froid glacial. Il est dit qu’ils seraient responsables du climat l’île. On ne trouve qu’un seul troupeau d’une cinquantaine d’individus. Situés à l’extrême nord durant l’été, ils se dirigent vers le sud de l’inlandsis à l’approche l’hiver au même moment que les premières tempêtes de neige de la toundra.

Hormis des suppositions, on ne sait rien sur ces créatures. Il est impossible de s’en approcher, car le froid qu’ils expulsent gèle sur place les curieux. Aussi on ne sait s’ils ont un comportement agressif ou pacifiste, et même s’ils se nourrissent. La seule chose certaine est qu’une puissante magie émane de ces créatures.


Île de Keet-Tiamat


»  Voltyl

Les volty sont des créatures omnivores ressemblant à des lézards, se nourrissant autant de végétaux, d’insectes, que de viande. Ils ne sont pas agressifs, mais très timides. On en trouve uniquement dans le nord du désert. Il en existe des teintes diverses et variées. Les adultes ne dépassent jamais les trente centimètres au garrot. En dehors de leurs petits crocs et de leurs petites griffes, les volty ont la capacité de générer de l’électricité à partir de leur corps pour se protéger du danger.


»  Ver de dunes

Espèce cousine du ver des glaces de Nyn-Tiamat, cette créature s’est adaptée à son environnement afin de pouvoir se déplacer dans le sable. On en trouve que dans le désert, quelques individus sont présents au nord, mais ils se concentrent essentiellement au sud de l’île ce qui en fait un endroit très dangereux.

Plus long que leur cousin des glaces, ils mesurent vingt-quatre mètres de long, pour un diamètre de deux mètres et sont aussi plus agressifs.


»  Fiellon

Les fiellons sont rares et on en trouve qu’aux abords du cratère de l’île de Keet-Tiamat. Ils semblent être les gardiens du cratère puisqu’ils n’en sortent jamais et attaquent quiconque essayer d’y pénétrer.

On reconnaît aisément un fiellon de par l’odeur nauséabonde de charnier qui se dégage de lui. Le fiellon n’est rien de plus qu’un amas de chair maintenue ensemble par des racines et d’autres lianes de sorte à former un cerf de quatre mètres au garrot. Un fiellon est une montagne de muscles au sommet de laquelle trône une tête cornue à la gueule bardée de crocs.


»  Tréant

Les tréants regroupent un ensemble de végétaux d’une agressivité extrême. Ils représentent la totalité de la végétation au sein du cratère : la jungle, c’est eux. Bien que fixer au sol, il est impossible de leur échapper une fois dans la jungle, car ils sont partout. On retrouve ainsi des arbres cogneurs, des lianes étrangleuses, des champignons toxiques, des fleurs carnivores etc.

Il est à noter que la sève de ses végétaux déborde de magie et est utilisé dans la confection des glyphes de soutien.


Île de Calastin


»   Les golems

Calastin ne connaît qu’une seule espèce de créature non naturelle : les golems. Il en existe cependant plusieurs variétés : les golems d’argile, de pierre, de fer et de cristal.

La variété la plus répandue et la plus nombreuse est le golem de pierre, on en trouve un peu partout sur l’île. Ils se fondent particulièrement bien dans le paysage, car on les confond avec des cailloux ou des rochers.

On ne trouve des golems d’argile qu’aux environs du lac d’émeraude et nul par ailleurs. Ils sont peu nombreux.

Les golems de fer et de cristal sont quant a eux extrêmement rares et pratiquement jamais observés. Les golems de fer sont exclusifs au sud de l’île et les golems de cristal au nord de l’île.

Les golems, peu importe leur variété, oscillent entre trente centimètres et huit mètres de hauteur. Plus un golem est petit, plus il est rapide et faible. Plus un golem est grand, plus il est puissant et lent. Les golems grandissent lentement tout au long de leur vie. Les plus grands spécimens sont donc très anciens.

Le comportement de ces créatures varie selon leur taille. Les plus petits sont pacifistes et timides. À partir d’un mètre, ils commencent à devenir agressifs, mais n’attaquent que si on les dérange. Enfin, les plus grands, à partir de trois mètres, font preuve d’une certaine territorialité et attaqueront quiconque y s’approcheront.

Les golems d’une même variété ne s’attaquent jamais entre eux et il n’est pas rare de les voir vivre ensemble. Les plus vieux sont en revanche solitaire et préfèrent les endroits caverneux.

Les golems sont très peu actifs, vous les verrez donc rarement se déplacer. Ils se nourrissent des minéraux contenus dans la terre ce qui explique la pauvreté du sol de l’île de Calastin.

Il est à noter que les glyphes élémentaires sont faits à partir du cristal de magie qui est le cœur de ces créatures.



Île de Néthéril


Savane



»  Stymphalis

Oiseau de grande taille, oscillant entre les deux mètres et trois mètres, incapables de voler. Oiseau donc terrestre qui se déplace en marchant, il possède de très longues pattes musclées comportant deux doigts à chaque patte, et a des genoux flexibles et souples. Il est très rapide et endurant capable de courir presque aussi vite qu’un cheval en sprintant. Il possède un long cou ainsi qu’un bec courbé vers le bas. La totalité de son corps est recouverte d’un plumage orange. On distingue les mâles des femelles par la crête qu’ils ont au sommet du crâne. La crête mâle est rose tandis que la crête femelle est bleue. Cette espèce est herbivore et insectivore. Elle est l’espèce majoritaire et est présente dans toute la savane. Vivent en groupes de plusieurs centaines d’individus.


»  Smilodon

D’une taille comparable à celle d’un lion, sa queue néanmoins courte, il ressemble à un gros félin. Comme eux ils possèdent des griffes longues et rétractiles. Sa mâchoire est caractérisée par de gigantesques canines de dix-huit à vingt centimètres. Mesurant entre trois et quatre mètres au garrot, on le retrouve partout où l’on trouve des Stymphalis, c'est-à-dire dans toute la savane. Il est le prédateur naturel de ces volatiles. Cette espèce vit en groupe bien hiérarchisé, à la manière des lions. Le smilodon est un prédateur, un terrible prédateur, alors prenez garder.


» Kirin

Le kirin pourrait être comparé à la licorne de Nyn-Tiamat. Toutes deux sont mystérieuses, dangereuses et on ne sait pratiquement rien sur elles.

Le Kirin ressemble à un énorme phacochère, de cinq mètres au garrot, avec deux énormes défenses à l’avant et des cornes de bois partant du front si épaisses et solides qu’elles ressemblent à des racines. Il possède une grande gueule munie de crocs acérés et deux paires d’yeux. Ces créatures sont toutes en muscles avec une force incroyable, aussi rapide et endurante qu’un cheval.

Une seule créature de ce type a été observée et seulement de loin. On ignore s’il en existe d’autres. Son apparence féroce laisse présager un carnivore. Elle n’a été observée que pendant la période de mousson, mais jamais depuis. Serait-elle liée à cet évènement climatique ?



Canyon



» Karapt

Observés uniquement par les dragons et les dragonniers, il s’agit de créatures insectoïdes dont on ignore pratiquement tout. Présentes en très grand nombre dans les canyons de l’île de Néthéril, cette espèce semble fonctionner en colonie de la même façon que les fourmis. Il existe différentes variétés de Karapt, chacune ayant ses propres spécifications pour remplir un rôle particulier au sein de la colonie.

De grande taille, les plus petites observées (probablement les ouvrières) atteignent un mètre au garrot, mais les ouvertures de grottes au sein du canyon laissent présager des individus d’au moins sept mètres. Bien que personne ne s’y soit risqué, le canyon semble être parcouru d’une multitude de galeries souterraines. Le comportement de ces créatures étant semblable à celui d’une colonie de fourmis, cela laisse présager l’existence d’une reine.

Les Karapt ont, en dehors de leur comportement social entre elles, une agressivité puissante envers les autres espèces et attaquent quiconque s’approche du canyon. Cependant, il est étrange de noter qu’elles ne se risquent pas jusqu’aux marais ou la savane.

En plus de posséder une force incroyable, de dangereuses mandibules, des pattes pourvues de griffes, une carapace chitineuse qui leur offre une solide armure, des glandes à venin ou d’acide, cette espèce dispose d’une certaine intelligence.

Visuel larve (Non observée)
Visuel ouvrière
Visuel garde
Visuel moissonneur(Non observé)
Visuel nourrisseur(Non observé
Visuel couveur(Non observé)
Visuel voltigeur(Non observé)
Visuel reine(Non observée




Marais




»  Feu follet

Manifestation lumineuse ayant l'apparence d'une petite flamme, elle n’apparaît que la nuit dans les marais à l’ouest de l’île. Elle utilise son apparence hypnotique pour attirer les autres créatures dans des pièges naturels formés par le marais. Une fois sa proie empêtrée, elle lui traverse le corps et lui absorbe sa magie puis son énergie vitale une fois cette première épuisée.


»  Tendriculaire

On raconte que le tendriculaire serait un feu-follet tombé dans les bourbiers du marais qui aurait été incapable d’en sortir. Un tendriculaire n’est rien d’autre qu’un amas de boue, de mousse et quelques végétaux marécageux mû par un appétit féroce et une patience infinie. Généralement il se dissimule et attend qu’une proie lui marche dessus avant d’ouvrir sa gueule et l’engloutir. Ils sont néanmoins incapables sortir des eaux du marais.


»  Vaseux

On raconte que les vaseux sont des tendriculaire anciens et ayant beaucoup mangé. Beaucoup plus gros que les précédents, ils ressemblent à une flaque visqueuse capable de se mouvoir aussi bien sur la terre ferme que dans l’eau. Cependant, il est rare de voir un vaseux s’éloigner du marais. Pour garder sa consistance, le vaseux a besoin d’un certain taux d’humidité. La sécheresse le tuerait et une trop forte humidité lui ferait perdre sa cohésion et il se dissiperait. On en trouve au plus profond des marécages. Agressifs, ils n’attendent pas qu’une proie tombe dans son piège, ils se ruent dessus et tentent de le recouvrir avec son corps pour l’étouffer et l’engloutir.


Tiamat




»  Ver de lave

Au cas où vous ne l’auriez pas deviné, Tiamat n’est pas une ile, mais un volcan, un supervolcan même pour être précis. Fort heureusement, ce dernier est inactif. Depuis et pour combien de temps nous l’ignorons. Seule de la fumée s’échappe de temps à autre de son sommet. Un seul type de créature vit sur ce dernier : le ver de lave. Ils n’ont été observés qu’une fois, lors de la première visite de l’île, et les spécimens observés étaient à peine plus grands qu’un ver de terre basique. Il s’agit de ver couvert d’une solide carapace et d’un dard torsadé à chaque extrémité. Lorsqu’ils furent observés, ils sortaient tout juste de terre, ils étaient fumants, leurs dards étaient aussi rouges et brûlants que du métal en fusion. Ils n’ont pas été observés depuis et l’on ignore s’il existe des spécimens aussi gros que les vers des glaces ou des sables.


Mer de Reshanta et océans



»  Hippocampe

Cette espèce est présente dans toute la mer de Reshanta. Il s’agit d’une créature hybride, mi-cheval, mi-poisson. C’est une espèce sauvage et particulièrement lunatique, leur comportement peut changer du tout au tout en quelques instants. Vous pouvez les voir nager aux côtés des bateaux en toute tranquillité, comme vous pouvez les voir bondir hors de l’eau pour essayer de happer les marins à bord des navires et les dévorer. Lorsque l’on croise cette créature, on ne sait jamais si elle vient pour nous saluer, pour jouer ou pour nous tuer.


»  La mort blanche

La mort blanche est un gigantesque cachalot albinos qui parcourt la mer de Reshanta et l’océan entourant l’archipel de Tiamaranta. Personne ne sait combien il existe de créatures de cette espèce, mais il y a en a minimum deux. Cette bête est très agressive et n’hésite pas à attaquer les embarcations. Elle semble être l’ultime prédatrice des eaux de cette région du monde.

»  La Noctapagos

Cette gigantesque tortue de 2.5m de diamètre est noire comme le charbon sur la totalité de son corps, comme si toute lumière était absorbée autour d'elle. La seule touche de couleur provient de ses yeux aveugles vert pâle, délaissés à cause de l'aura de noirceur qui l'entoure quasi continuellement.
Le sens premier de l'animal ne semble être ni l'ouïe ni la vue mais la magie et plus particulièrement l'émanation magique des êtres conscients.
Sa méthode d'action n'est pas violente, elle suit le bateau pendant parfois des kilomètres et des kilomètres, capable d'une vitesse et d'une endurance impressionnante pour sa masse.

Elle entoure le navire d'une atmosphère lourde de brume qui cache petit à petit la lumière du jour. Elle sape la joie de vivre de sa proie en quelques jours, jusqu'à la pousser au suicide. Le processus est d'autant plus rapide que l'équipage est peu nombreux. Les proies finissent par abandonner leur bateau pour rejoindre la tortue qui suce leur dernière once de magie et de conscience avant de les emmener par le fond pour les manger.

Après être rassasiée elle prend une journée pour digérer, et "éteints" ses pouvoirs pour que les charognard puissent venir se débarrasser des restes. On a même vu certains petits oiseaux venir nettoyer la carapace et la peau de la tortue des bernacles et des algues qui se sont collées pendant la chasse. Une fois que la digestion est finie, l'aura de noirceur revient plus forte que jamais et ceci jusqu'à ce que le bateau soit vidé de son équipage. Les charognards qui n'ont pas eu la présence d'esprit de partir à temps après la digestion meurent instantanément à cause du choc télépathique et constituent un encas pour le prédateur.

La Noctapagos migre tris-annuellement pour la reproduction au nord de Tiamat pour une période de 3 mois. La concentration de pouvoir magique est telle qu'aucune observation n'a pu être faite. La femelle ne porte qu'un seul œuf qui s'extrait petit à petit de la carapace par l'arrière et qui éclos lorsque l'œuf se décroche de la mère.

La Noctapagos par ses pouvoirs magiques se place en haut de la chaîne alimentaire et par conséquent a une population très faible et un mode de reproduction qui ne génère que très peu d'individus et très rarement.

La seule chance pour les marins de survivre à une Noctapagos est d'arriver à la harponner à une distance suffisante pour la toucher et pour ne pas être trop déprimé pour viser et tirer. Il faut également arriver à toucher le cou car il s'agit de la seule partie molle à l'extérieur de la carapace.
Une autre solution est de maintenir une ambiance festive grâce à un barde ou à l'alcool pour combattre les mauvaises ondes de la tortue jusqu'à en être débarrassé.

»  Les néréides

Il s’agit de créatures marines, dont le haut du corps rappelle une forme humanoïde, et le bas de leur silhouette est composé d’une queue de poisson. Elles possèdent des bras fusionnés avec des membranes qui leur servent de nageoires ainsi que des mains palmées terminées par des griffes noires.  Leur peau est recouverte d’écailles aux propriétés phosphorescentes, pouvant aller du vert pâle au bleu turquoise. Leur tête comporte des yeux noirs et globuleux et une bouche hérissée de crocs très acérés.    

Les néréides vivent en groupes d’une dizaine d’individus, composés principalement de femelles stériles et d’une reine. Les rares mâles possèdent une couleur grisâtre, une espérance de vie très brève et n’ont pour seul but que de féconder la reine. Celle-ci quitte rarement la grotte sous-marine où elle a établi son nid et s’occupe de pondre des œufs.

Ces monstres marins mesurent une taille variant entre 1M50 et 2M10, selon l’âge des individus, mais les reines peuvent atteindre des proportions plus imposantes allant jusqu’à 10 mètres.

Les néréides sont carnivores et suivent fréquemment les bateaux de marins. Ces dernières sont capables de produire un chant, aux sonorités irréelles et envoûtantes, destiné à désorienter les navigateurs et à les faire s’échouer sur des rochers pour pouvoir ensuite les dévorer.
Leurs entrailles recèlent des sortes de cristaux de différentes couleurs qui servent d’ingrédients à la fabrication de glyphes. Ceux des reines sont les plus rares et les prisés mais aussi les plus difficiles à se procurer en raison de la dangerosité de ces créatures.

Le cuir de leur peau et les écailles servant à fabriquer des objets ou des ornements sont très prisés, surtout chez Graärh ou les humains.


Toutes les îles



»  Khaanatma

Le Khaanatma en langue Graärh, ou le « mange-esprit » dans la langue commune est une petite créature simiesque et marsupiale de petite taille, mesurant trente centimètres pour les plus grands de leur espèce. Ce qui la caractérise sont ces deux paires de bras, ses grands yeux jaunes, mais surtout son étonnante capacité d’adaptation. Vivant dans les arbres, on retrouve la Khaanatma sur tout l’archipel de Tiamaranta. Au sommet des pins gelés de Nyn-Tiamat, sous les larges feuilles des palmiers de Keet-Tiamat, sur les branches de mangroves de Néthéril, au sein des buissons de Calastin.

Insectivore, cette petite créature d’apparence mignonnette et fragile ne connait en véritable aucun prédateur hormis le Graärh lui-même. Aucun animal ou créature du bestiaire ne s’attaque à lui. Et si les Graärh les chassent où les tuent dans le pire des cas, c’est uniquement en raison du danger qu’ils représentent pour les esprits-liés.

Si cette créature est appelée le « mange-esprit » c’est justement parce que sa morsure a un effet ravageur sur les spirites. La morsure d’un Khaanatma vient perturber le lien unissant le spirite et son esprit-lié, certains disent même qu’il se nourrirait de la magie des esprits-liés. Ainsi celui qui se ferait mordre ne parviendrait plus à utiliser ses pouvoirs pendant une journée ou même plus suivant le nombre de morsures subies. Les Graärh craignent qu’un trop grand nombre de morsures empêchent à tout jamais un spirite d’utiliser les esprits-liés.

La légende raconte que les yeux du Khaanatma sont capables de voir l’esprit-lié d’un spirite, car la créature se montrerait plus agressive envers ceux liés à un esprit-lié insectoïdes et les chasserait même.

»  Le Darmamouh

Il est rare de voir un Darmamouh, car ce dernier ne se déplace que très, seulement pour changer d'arbre, car oui c'est un être vivant qui vit et se nourrit exclusivement par les arbres. De formes semi-sphériques, le Darmamouh peut faire la taille d'un poing humain à celui d'un torse. Sa peau a la texture du cuir tanné et peut changer de couleur pour s'adapter à la surface sur laquelle il repose. Son corps est ponctué de très nombreuses petites poches, espèce de voiles qui permettent de parfaire le camouflage en ajoutant des aspérités sur le corps lisse du Darmamouh. Ces voiles servent aussi à son déplacement.

Moment laborieux pour cet être qu'est le moment de changer d'arbres. Le Darmamouh se laisse tomber au sol. Son corps mou, ne comportant aucun os, seulement un squelette de cartilage, lui permet des chute de plus centaines de mètres en théorie. Ce qui n'arrive jamais, ou très rarement. La chute est la partie critique. Alors que le Darmamouh tombe, ses petites poches s'emplissent d'air, ralentissant ainsi sa chute. Il se met alors à planer et essaye d'attraper les courant d'air chaud ascendant. Il ne lui faut pas grand chose pour permettre à cette créature de s'élever et ainsi se diriger vers son prochain repas... à l'aveugle.

En effet, le Dramamouh ne possède des organes sensitifs que sur la face inférieure, plane de son corps. Ce sont de longs filaments, permettant de le sens du toucher et celui de l'odorat. Deux sens difficilement utiles pour trouver ses proies lorsqu'il flotte dans les airs. Mais quelles sont ses proies? Et bien, les arbres eux-même. Après avoir flotté, ou rampé à l'aide de ses tentacules pour les plus malheureux, il s'accroche à sa victime. Le pauvre arbre ne peut pas fuir. Un procédé de miroir lui permet alors d'activer sur camouflage. Une fois bien installé, solidement ancré, ventousé et invisible, c'est alors que son festin commence. Deux tubes s'enfoncent dans le tronc jusqu'aux canaux de sève et le Darmamouh vampirise le pauvre végétal jusqu'à ce qu'il meurent. Une fois l'arbre sur le point de mourir, le Darmamouh se libère et part vers une autre victime. Mais avant, il libère des spores.

Car quand on ne voit pas, il faut bien se reproduire tout de même. Ainsi avant de quitter un arbre, le Darmamouh y plante ses spores, qui mûrissent pour finalement exploser, libérant les oeufs qui chercheront un de leur semblable de sexes différents. Différents car le Darmamouh est une espèce sexuée certes mais pas seulement constitué de mâle et de femelle mais bien de 27 sexes différents pour assurer à coup sûr une reproduction efficace. Les oeufs se fécondent et donnent naissance à un nouveau Darmamouh à l'endroit où ils se rencontrent. Ce qui donne souvent des buffets aux animaux sauvages car sa chair est succulente et riche.

»  Algues piégeuses

C'est un végétal constitué de plusieurs longs rameaux en forme de rubans, à peine plus épais que le cuir d'agneau soigneusement travaillé et aussi large que trois doigts de la main. La texture est douce, quoiqu'un peu gluante, comme cela se sent chez bon nombre d'espèces de la flore marine. Leur couleur varie en fonction du milieu où elle se trouvera, prenant la couleur dominante du sol où elle aura ses racines.

On l'appelle algue piégeuse car malgré son apparence innocente, ses rameaux réagissent à la moindre sensation physique qui frôle leur surface et enserrent la malheureuse victime qui a eu la malchance de les croiser. C'est autant un moyen de défense que de s'assurer un moyen de subsistance. Ils ne lâchent leur prise qu'une fois qu'elle cesse de bouger ou qu'on les coupe. En somme plus on se débat et plus on se retrouve enserré dans ces bras végétaux. C'est un piège mortel pour tout être respirant à la surface ou pour les requins. Une fois la proie morte noyée ou d'épuisement, son corps coulera vers le sol et en se dégradant, apportera les nutriments que l'algue recherche naturellement pour son propre développement.

On la retrouvera dans les eaux claires des bords de mer ou dans les baies, ou dans certains estuaires. Il parait qu'on en a vu dans certains fleuves et rivières, loin de la mer.

Ses rameaux sont prisés comme bandage naturel ou liens, car même séchés, ils restent souples et légers. Mais ils restent difficiles à obtenir en raison de la dangerosité de la plante aquatique.

»  Chat des mers

Animal à la fois terrestre et aquatique, mais ayant une préférence pour les milieux marins. Le haut de son corps s'apparente rapidement à celui d'un félin. Il a deux longues oreilles pointues sur sa tête, des moustaches ornent son museau et il possède quatre pattes agiles aux griffes rétractables.Toutefois, il s'apparente également à un animal aquatique. Une longue queue de poisson terminant par deux larges nageoires se dessine à l'arrière de son corps.  Une nageoire dorsale striée trône du haut du front jusqu'au bout de la queue. Il est recouvert d'écailles. De la tête au bout de la queue, le chat des mers mesure près de deux mètres et la queue fait pratiquement la moitié de sa taille. Ils sont habituellement dans les teintes bleutées. Très rarement, ils se présentent sous la couleur violette. Lorsqu'ils sont mauvâtres, ils ont la particularité d'avoir également un cristal de magie sur leur front et possède de surprenants pouvoirs.

Le chat des mers est tout aussi à l'aise sur la terre que dans l'eau. Toutefois, il ne supporte pas bien les grandes chaleurs. Il se nourrit majoritairement de poissons et de petits mammifères. Il ne vit pas en groupe, mais parfois on les voit en compagnie de leur partenaire. Il passe la majeure partie à dormir ou paresser, à jouer et à manger.


Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum