Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Géographie de Tiamaranta

le Dim 4 Juin - 21:49

Géographie de Tiamaranta





Tiamaranta est un archipel composé de cinq îles. Elles ont toutes une topographie, un climat, une faune et une flore différente. Le seul moyen de se rendre d’une île à l’autre est par la voie maritime ou la voie des airs si un dragon accepte de vous porter sur son dos. Il y a une île pour chaque peuple et les deux autres ont été déclarées neutres et n’appartiennent à aucun.

Nyn-Tiamat



Nyn-Tiamat fut nommée ainsi en hommage à l’archipel Tiamaranta et à la dragonne Nynsith ayant apporté son aide à la race vampirique lors de la bataille des trois royaumes. Aujourd’hui territoire des vampires, cette île est en réalité plus petite qu’elle n'en a l’air et son climat arctique l'a profondément transformée.

» Topographie

Nyn-Tiamat est composée à soixante-quinze pour cent d’inlandsis. Un glacier de très grande étendue forme une nappe de glace de plusieurs milliers de mètres d’épaisseur qui se prolonge à la surface de l’océan. Seule la partie sud de l’île, et un morceau de l’Ouest composé d’une chaîne de montagnes sont de la terre ferme à proprement parler. Si l’inlandsis est une région stérile, ce n’est pas le cas du reste de l’île. On trouve au sud ce que l’on appelle la Toundra, bien plus propice à la vie bien que spartiate.

» Climat

Le climat de l’île de Nyn-Tiamat se divise en deux.

Toute la partie de l’inlandsis est soumise à un climat perpétuellement froid. La température y est constamment en dessous de 0°C et peut atteindre les -40°C en hiver. Il y neige constamment avec de très brèves éclaircies deux heures par jour, sauf en été où il n’y a aucune précipitation. L’automne et le printemps sont régulièrement traversés par de puissantes tempêtes de neige.

Il en est autrement pour la partie sud de l’île qui n’est pas recouverte par l'inlandsis. Les hivers y sont longs et rigoureux, durant huit mois. Il ne gèle que quatre mois par an de janvier à avril et de manière constante. Le dégel ne commence qu’à partir du mois de mai. Les quatre premiers mois de l’hiver sont marqués par deux uniques tempêtes de neige de forte intensité annonçant l’approche du dégel et toujours à la même date : fin novembre et fin décembre. Le reste de l’hiver est froid, mais ne connaît aucune intempérie en dehors de quelques chutes de neige calmes. L’été est en revanche nettement plus doux même si les températures ne dépassent jamais les 10°C.

» Flore

L’inlandsis n’est pas propice au développement de la flore, mais il est possible de trouver, en cherchant bien, des lichens sur les roches ainsi que des algues piégées dans la glace.

La toundra du sud est en revanche un peu plus riche. On y retrouve des landes à arbustes de la famille des salicacées avec de nombreuses espèces de saules herbacés nains, des landes où se trouvent encore quelques arbres comme les bouleaux, puis des pelouses à cypéracées et joncacées, de nombreuses variétés de fleurs et de baies aptes à survivre à ce rude climat. Enfin des zones où la végétation n'est plus représentée que par des mousses et des lichens à mesure que l’on s’approche de l’inlandsis. Toutes ces plantes ont une croissance ralentie en raison des conditions climatiques extrêmes.

Ce sujet ne couvre pas la flore présente dans le bestiaire.

» Faune

Vous trouverez très peu de créatures vivant sur l’inlandsis. De rares troupeaux de rennes ou de caribous simplement de passage, des ours polaires et près des côtes des pingouins, léopards des mers, éléphants de mer et autres animaux marins propres à ce climat.

En ce qui concerne la toundra, vous y trouverez bien plus d’animaux. Essentiellement des harfangs des neiges et des tétras pour les oiseaux. Des caribous, des rennes, des bœufs musqués, des ours blancs, des loups et renards polaires. Vous pourrez également croiser quelques rongeurs appelés lemmings.

Ce sujet ne couvre pas les créatures présentes dans le bestiaire.

» Cours d'eau

Des rivières, ruisseaux et même deux fleuves parcourent cette île. Prenez garde, ils gèlent pendant la période de gel.



Keet-Tiamat



Keet-Tiamat fut nommée ainsi en hommage à l’archipel Tiamaranta et à la dragonne Keetech ayant apporté son aide à la race elfique lors de la bataille des trois royaumes. Aujourd’hui territoire des elfes cette île d’apparence désertique pourrait bien se révéler être la plus féconde de tout l’archipel.

» Topographie

Keet-Tiamat est recouverte à cinquante pour cent d’un désert austère et stérile. Stérile vous avez dit ? Non pas du tout. Du moins ce qui concerne la partie nord de l’île grâce à son fleuve fécond. Ce désert ne recouvre cependant que les pourtours de l’île jusqu’à une chaîne de montagnes circulaire au centre de cette dernière. Cette chaîne de montagnes circulaire et ce qui se trouve en son centre est aussi appelée le cratère. Le cratère est recouvert d’une luxuriante jungle. Mais ne vous y trompez pas, cette richesse végétale n’est là que pour masquer le terrible danger qui y vit.


» Cours d'eau

Il n’existe qu’un seul et unique cours d’eau sur cette île et il a une importance capitale. Il traverse la moitié de l’île du sud vers le nord. Il naît dans le cratère et meurt dans l’océan. Il est le seul point d’eau dans le désert (exception faite de quelques rares oasis). Ce fleuve s’appelle « Tampocuilë » ou dans la langue commune « le puits de vie ». Ce fleuve porte bien son nom, car il rend les terres environnantes très fertiles grâce à ses crues annuelles permettant ainsi à une très grande variété de végétaux de pousser. Il attire également la faune et l’aide à survivre dans cet environnement difficile.

Mais plus encore, certains estiment que l’eau de ce fleuve a une propriété magique. Est-ce vrai ?

» Climat

Le climat de l’île de Keet-Tiamat se divise en deux.

Toute la partie recouverte par le désert connaît un air sec et salubre. La nuit les températures sont glaciales et les gelées nocturnes fréquentes. Le jour les extrêmes sont de rigueur. Il n’y pleut jamais et les tempêtes de sable sont fréquentes.

La partie sous l’influence du fleuve Tampocuilë connaît un climat plus clément. En hiver, la température est douce et les gelées nocturnes sont exceptionnelles. De jours, au printemps et en automne, les températures moyennes avoisinent les 25°C. L’été le thermomètre monte, mais ne dépasse que rarement les 35°C. La zone ne connaît que très peu de précipitations et il ne pleut en général que treize fois par an. Enfin, le fleuve n’est jamais frappé par la moindre tempête de sable.

Le cratère connaît en revanche un climat radicalement différent. Ce dernier est tropical. La région est chaude et humide, l’air y est étouffant. Les pluies y sont fréquentes de même que les orages. Aucune saison n’impacte son climat hormis l’été ou une violente tempête tropicale frappe l’endroit une semaine durant.

» Flore

Au sein du désert vous ne trouverez que très peu de végétation. Quelques cactus ici et là qui se dessèchent au soleil. Les quelques rares oasis n’abriteront pas plus d’une dizaine de palmiers.

La zone sous l’influence du fleuve Tampocuilë est particulièrement fertile et apte à servir de terreaux à une grande variété de végétaux. À l’état naturel on y trouve particulièrement des lotus, papyrus, palmiers, tamaris, acacias, jacarandas, poincianas, mangroves. Mais une agriculture exploitant cette terre fertile permettrait sans nul doute d’y faire pousser n’importe quoi, ou presque.

Le cratère connaît un très vaste écosystème végétal. Sa végétation, caractérisée par la stratification verticale, est grandement dominée par les plantes, surtout les espèces fleurissantes et les arbres. Une vaste canopée recouvre le cratère. La vie végétale y est très dense et on y retrouve de très nombreuses espèces.

Ce sujet ne couvre pas les végétaux présents dans le bestiaire.

» Faune

Au sein du désert et de la zone sous l’influence du Tampocuilë, on trouve une vaste ménagerie. Des camélidés, des reptiles, des gerbilles, des viscaches, des pasmmomys, des gangas, des gazelles, des chacals, des fennecs, des guépards des sables, des antilopes, des hyènes, des lynxes du désert, des crocodiles, des buffles. On retrouve une multitude d’insectes tels que les scorpions.

Le cratère en revanche ne contient aucune vie animale ou insectoïde naturelle.

Ce sujet ne couvre pas les créatures présentes dans le bestiaire.



Calastin



Calastin fut nommée ainsi en hommage à une constellation dans ciel du nom de Calastin, la forme en croissant de lune de l’île lui ressemblant fortement. Aujourd’hui territoire des humains, cette île intimide quiconque y débarque. Ses plages ne sont pas très grandes, car à peine trois kilomètres les séparent de l’immense plateau qui recouvre toute l’île.

» Topographie

L’île de Calastin est entièrement recouverte d’un plateau de quatre six kilomètres l’altitude. Si lorsque l’on débarque les plages de l’île, on a l’impression de se retrouver en face d’une gigantesque falaise formant une muraille. Une fois au-dessus on est perdu par l’immense plaine qui semble s’étendre à perte de vue. Le sommet du plateau est une vaste plaine parcourue de temps à autre de collines. À l’extrême est de l’île se trouve un gigantesque lac qui pourrait presque s’apparenter à une mer intérieure qui se déverse en une incroyable cascade dans la mer.

» Climat

En dépit de son altitude, l’île de Calastin est couverte par un climat tempéré, l’air y est doux, ni trop chaud ni trop froid, les hivers n’y sont pas trop rudes et les étés aisément tolérables. On note cependant une différence entre le nord et le sud de l’île. Le nord est une région plus pluvieuse, alors que le sud connaît un fort ensoleillement.

» Activité sismique

Si Calastin semble être un endroit agréable pour vivre, si son climat n’est pas enclin à quelque tempête que ce soit, l’île n’est pas pour autant tranquille. Si le danger ne vient pas du ciel, il vient ici de la terre elle-même. Bien que l’on en ignore la raison, Calastin est frappé de manière parfaitement aléatoire d’au moins un séisme par an. Plus ce chiffre est petit, plus les séismes sont puissants.

» Flore

En dépit de son climat propice, on ne trouve pas autant de végétaux que l’on devrait en trouver. La faute vient au sol de l’île qui est assez pauvre, mais également à la présence de nombreux herbivores sur le plateau.

Ce sujet ne couvre pas les végétaux présents dans le bestiaire.

» Faune

La faune est en revanche ici très riche. On retrouve de très nombreuses espèces de mammifères et particulièrement d’herbivores qui en font une terre propice à la chasse et l’élevage.

Ce sujet ne couvre pas les créatures présentes dans le bestiaire.

» Cours d'eau

L’île dispose de quelques petits cours d’eau. Mais seul le point d’eau remarquable est celui situé à l’extrême est du continent, nommé le Lac d’Emeraude, car entouré d’une vaste prairie verdoyante.



Néthéril



Néthéril fut nommée ainsi par les dragons eux-mêmes. Jaillissant du plus profond de leur mémoire, ce nom leur est apparu. Nul ne sait pourquoi. Aujourd’hui cette île est déclarée territoire neutre et il est même fortement déconseillé de s’y rendre. De toutes les îles, elle est sans nul doute la plus hostile. De la première expédition qui y fut envoyée, trop peu en sont revenus.

» Topographie

Le peu d’informations que l’on connaît de cette île est ce qui a été rapporté par la première et unique expédition et des dragons qui ont survolé ou se sont risqués à se poser sur l’île. L’est de l’île se trouve une vaste savane herbeuse, l’ouest de l’île est recouvert d’un vaste marais maritime. Enfin, le centre de l’île est parcouru par une multitude de canyons de grande envergure.

Le marais maritime disparaît deux fois par an un mois entier, un mois de juin et de novembre, lors de la montée des eaux.

» Climat

La zone de l’île recouverte par la savane est soumise à un climat tropical sec dont les moyennes mensuelles de température sont au-dessus de 18°C tous les mois de l’année. L’été est la saison frappée par une grande sécheresse avant les moussons violentes de l’automne.

La zone marécageuse de l’île est une région humide qui subit de nombreuses précipitations durant les périodes, son climat n’est pas altéré par les saisons.

L’environnement des canyons enfin est marqué par l’aridité et l’altitude. L’été est particulièrement chaud et sec tandis que l’hiver est marqué par quelques chutes de neige. Des vents violents balayent l’intérieur du canyon au cours de la journée. La nuit, la baisse des températures génère un brouillard froid et particulièrement opaque.

» Flore

La savane dispose une formation végétale propre aux régions chaudes à longue saison sèche et est dominée par les plantes herbacées de la famille des Poacées. Elle est plus ou moins parsemée d'arbres ou d'arbustes.

La végétation du marais maritime est constituée d'espèces adaptées au milieu humide. Sa composition varie selon la hauteur de l'eau, l'importance des périodes d'assèchement et le taux de salinité. Les espèces dominantes sont les roseaux, les massettes, les joncs, les carex, et d’autres plantes herbacées et aquatiques, et des plantes ligneuses basses.

Concernant les canyons, on y trouve une faible formation de végétaux. La vie aux fonds des gorges dépend des faibles cours d’eau qui s’y trouvent. Sinon on trouve à leurs sommets de buissons et divers cactus.

Ce sujet ne couvre pas les végétaux présents dans le bestiaire.

» Faune

On n’y trouve aucune espèce animale naturelle.

Ce sujet ne couvre pas les créatures présentes dans le bestiaire.

» Cours d'eau

De nombreux cours d'eau (rivières et ruisseaux) parcourent la savane et le fond des canyons.



Tiamat



Tiamat est situeé au cœur de l’archipel de Tiamaranta. Une gargantuesque montagne jaillissant des flots et se dressant à la croisée des îles. Nommée ainsi en l’honneur de l’archipel et de la majesté qu’elle inspire.

» Topographie

Tiamat n’est pas une île, seulement une montagne démesurément grande qui sort des flots si bien que l’on pourrait le confondre avec une île. Par moment, de la fumée semble s’échapper de son sommet.

» Climat

Tiamat ne dispose pas d’un climat particulier. L’endroit est sec et chaud, même en haute altitude.

» Flore

De petits arbustes poussent çà et là, accrochés aux parois de la montagne. L’endroit n’a que très peu de végétation.

Ce sujet ne couvre pas les végétaux présents dans le bestiaire.

» Faune

Vous ne trouverez là-bas aucune vie animale naturelle.

Ce sujet ne couvre pas les créatures présentes dans le bestiaire.



Mer



Par mer nous entendrons ici les eaux intérieures à l’archipel de Tiamaranta, les eaux comprises dans l’étau formé par les îles de Nyn-Tiamat, Calastin, Néthéril et Keet-Tiamat.

Cette mer est nommée Reshanta. Ses eaux sont profondes et permettent la navigation de nombreux navires. Cette mer regorge de vie aquatique, on peut y retrouver la grande majorité des créatures marines d’aujourd’hui, plus quelques créatures mythiques du bestiaire.

La mer de Reshanta n’est cependant pas sans danger pour les navigateurs.

» Récif des tempêtes

Ce récif est situé à la croisée des quatre îles qui sont  Nyn-Tiamat, Tiamat, Néthéril et Keet-Tiamat. Ce récif est visible, car il dépasse légèrement de l’eau, les navigateurs attentifs sauront donc l’éviter facilement. Cependant, ne vous laissez par tromper par cette apparence, ce lieu n’est pas appeler le récif des tempêtes pour rien. L’air glacial de la toundra de Nyn-Tiamat et l’air brûlant du désert de Keet-Tiamat, poussé par les vents marins, se rencontrent à cet endroit précis. De puissantes et violentes tempêtes frappent alors le récif régulièrement. Au premier mois de l’hiver, on peut assister à la formation de tornades.

» Crocs de givre

Les crocs de givre sont un petit récif localisé entre Calastin et Tiamat où sont venus se coincer différents petits icebergs. L’endroit est traître, car les navigateurs souhaitant esquiver les icebergs se dirigent bien souvent droit sur les récifs dissimulés sous l’eau. Seuls les plus chevronnés se risquent à les traverser, bien souvent on préfère faire un détour par le nord ou le sud.



Océan



Par océan nous entendrons toutes les eaux situées à l’extérieur de l’étau formé par les îles de Nyn-Tiamat, Calastin, Néthéril et Keet-Tiamat.

Ses eaux sont profondes et permettent la navigation de nombreux navires. Cet océan regorge de vie aquatique, on peut y retrouver la grande majorité des créatures marines d’aujourd’hui, plus quelques créatures mythiques du bestiaire.

» Les dents de siel

Situé au nord-ouest de Calastin, il s’agit en réalité d’une gigantesque chaîne de montagne sous-marine. Vouloir les traverser est pure folie, fort heureusement aucune route maritime ne passe par elles.

» Le putride

Situé au sud de Calastin et à l’ouest de Néthéril. Le putride est un petit récif qui n’est naturellement pas très dangereux, il est rare que la coque des navires soit éventrée par ces derniers. La dangerosité de ce récif réside ailleurs, dans les êtres qui y vivent et dont dérive son patronyme. Quelques vaseux, emportés par la montée des eaux des marais maritimes de Néthéril, se sont échoués sur ce récif et attaquent tous navigateurs qui feraient preuve d’inattention.


avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Re: Géographie de Tiamaranta

le Lun 28 Aoû - 2:30

   

Temps de trajets sur l'archipel de Tiamaranta


   

   



 

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum