Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Delimar, l'océanique [DESCRIPTION]

le Sam 24 Juin - 12:39

Delimar, l'océanique


Située au bord de l'océan au Sud de l'île de Calastin, Delimar est une cité en devenir qui sera placée sous le signe de la guerre. Bien qu'étant encore en construction, projetons-nous un peu dans l'avenir pour voir ce à quoi elle ressemblera une fois terminée.

Cachée derrière de hautes et épaisses murailles, la cité dévoile une organisation en cercles concentriques, chacun encerclé de ses propres murs qui n'ont rien à envier à l'impressionnante muraille extérieure. Conçue par des esprits guerriers, elle mise avant tout sur les aspects pratiques et fonctionnels, avec des bâtiments de pierre au toit de tuiles pour éviter les incendies et dont aucun ne s'élève plus haut que la muraille extérieure afin de ne pas offrir de cible facile. De plus, les bâtiments les plus élevés se voient munis de meurtrières afin de servir en cas d'attaque. Les grandes artères pavées de la cité sont particulièrement larges également et permettent le passage d'une dizaine de cavaliers de front.

Chaque quartier est prévu pour se suffire à lui-même, grâce à ses propres puits et citernes, et assez de vivres emmagasinés pour faire face à un long siège, même séparé du reste de la cité. De grandes portes de bois renforcé par des barres d'acier permettent de se rendre d'un quartier à l'autre et sont généralement ouvertes - on ne les ferme qu'en cas de siège - et des gardes en armure (qui ne sont clairement pas faites pour l'apparat) surveillent les accès à toute heure du jour et de la nuit, tandis que des patrouilles parcourent les murs d'enceinte.

Les quartiers de Delimar


De l'intérieur vers l'extérieur, voici une présentation sommaire des quartiers de Delimar :

Quartier du palais : le premier quartier, situé au cœur de la cité, abrite le palais du peuple où se réunissent les citoyens et dirigeants de la cité en certaines occasions. Ouvrage imposant, ce bâtiment est visible de très loin et semble dominer les environs de sa structure évoquant la grandeur et la solidité. Bien que certains étrangers le trouvent intimidant, les locaux semblent apprécier de vivre dans son ombre bienveillante, car elle leur rappelle qu'ils sont prêts à faire face à tous les dangers. Autour du palais du peuple, on retrouve les infrastructures militaires, casernes et manufactures, aussi précieuses qu'indispensables au bon fonctionnement de la cité et donc construites dans la section la plus sûre.

Quartier résidentiel : c'est dans cette section de la cité que vivent la plupart des citoyens, on y trouve des alignements de demeures de pierre pratiquement identiques - bien que certaines, plus spacieuses et confortables soient parfois accordées aux plus hauts officiers ou à des citoyens ayant rendu de grands services à la cité. Ces demeures sont cependant la propriété unique de l’État et ne sont que prêtées à ses citoyens méritants.

Quartier du commerce : ce quartier est le pôle commercial de la cité, là où se trouvent les échoppes des artisans et marchands et où se tiennent les marchés. On peut également retrouver toutes les infrastructures publiques de la cité dans ce quartier. C'est également le centre des divertissements, avec des tavernes et arènes mises à disposition des citoyens pour se délasser un verre à la main, observer un combat ou même y participer. Les artistes locaux ont l'occasion de donner leurs représentations sur les places de ce quartier également et il n'est pas rare d'y voir des démonstrations de danse et autres représentations plus ou moins exotiques (lanceur de couteaux, personne jonglant avec des haches ou des torches enflammées, etc.).

Quartier des visiteurs : ce quartier est probablement le moins discipliné de la cité, on y trouve les ambassades, mais également les auberges destinées aux visiteurs de passage. La méfiance des delimariens envers les étrangers fait que c'est un quartier étroitement surveillé où les patrouilles sont nombreuses à la nuit tombée et où il vaut mieux ne pas faire de vagues si l'on ne veut pas se retrouver en prison pour la nuit (ou plus longtemps, selon le zèle des gardes de service). Un point qui ne manque pas de surprendre le visiteur occasionnel sont les grandes places dégagées qui parsèment ce quartier. Leur vocation première ne se dévoile qu'en cas d'assaut sur la cité, car elles sont destinées aux armes de siège qui servent à la défendre.


Les abords de la cité

Le port : contigu au quartier des visiteurs, le port se divise en deux parties. L'une d'elles, dont l'accès est libre, permet aux visiteurs d'atteindre les docks qui leur sont réservés. Ils recevront, dès l’amarrage, la visite d'un représentant de la cité qui les interrogera sur la durée et la raison de leur séjour et s'occupera également de vérifier s'ils sont en règle du point de vue des taxes locales. L'autre partie du port, dont l'accès est limité aux personnes autorisées, comporte toutes les infrastructures nécessaires à l'entretien des navires de guerre (arsenaux, chantiers navals, etc.) et occupe la majeure partie de celui-ci. La flotte de guerre delimarienne comptant parmi l'une des plus puissantes, elle nécessite également de grandes ressources pour être maintenue à la pointe de son efficacité.

L'océan : la cité fait face à l'océan et c'est sur l'eau que son influence se manifeste probablement le plus. Sa flotte assurant la sécurité de la région, elle est l'une des plus sûres où naviguer, pour peu que l'on soit en bon terme avec l’État. Les premiers à en profiter sont d'ailleurs les pêcheurs locaux qui apprécient la présence des puissants navires de guerre de la cité et l'absence de pirates que celle-ci tend à créer dans les environs.

La terre : les terres aux abords de la cité sont exploitées au maximum afin de fournir toutes les denrées que la cité ne peut produire à l'intérieur de ses murs. Essentiellement tout ce qui concerne l'agriculture ou nécessite plus d'espace que la cité ne peut en fournir. Des tours de guet veillent également sur les environs et les guetteurs disposent de puissants cors pour relayer rapidement la nouvelle en cas d'invasion par la voie de terre. Il n'est pas rare de voir les soldats s'entraîner aux manœuvres à l'extérieur, que le temps soit clément ou non.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum