Connexion

descriptionAlauwyr Iskuvar [terminé] EmptyAlauwyr Iskuvar [terminé]

more_horiz


Alauwyr Iskuvar



Identité de votre personnage

Race : Humain
Nom : Iskuvar
Prénom : Alauwyr
Surnom : Vétéran, vu que c'est le nom qu'il se donne pour l'instant
Date de naissance : 1719
Age réel : 33 ans
Age en apparence : La trentaine
Lieu de naissance : Almaren
Lieu de vie : Royaume Sélénien
Rang social : Petit peuple
Poste/emploi : Mercenaire dans le royaume sélénien

Caractéristiques (Cliquez ici pour les compétences)



Force physique : Très Bon
Agilité : Bon
Furtivité : Faible
Réflexes : Bon
Endurance : Très Bon
Résistance : Très Bon

Force mentale : Très Bon
Perception : Moyen
Intelligence : Bon
Beauté/charisme : Moyen
Navigation : Moyen
Magie : Moyen

Epée : Maître
Dague et poignards : Moyen
Armes d'hast : Médiocre
Armes contondantes : Très faible
Hache : Faible
Fouet : Médiocre
Art du lancer : Bon
Bouclier  : Très Bon
Armes de trait :  Très Faible
Mains nues/pugilat : Bon
Equitation : Moyen
Dressage : Moyen


Equipement


Arme principale :
Sabre lamellé : (Provenance elfique)Sabre forgé avec art, de longueur moyenne et à la lame forgée afin de renforcer le tranchant. Il n'a pas de magie mais coupe très bien.
Alliage et enchantement :
Spoiler :
Iridium diamantin
Alliage d'iridium et de poussière de diamant. Fortement résistant et durable. Il est plus léger que certains autres alliages. On l'utilise à la fois pour des armes, des têtes de flèche, que des objets nécessitant une bonne résistance à la magie.
+ Résistance physique niveau 2
+ Inaltérabilité niveau 2
+ Résistance magique niveau 2

Enchantements :
Poison assimilable : Apposé sur une arme, permet de lui faire absorber le poison contenu dans une plaie. Nécessite que l'arme soit plantée dans la blessure.
Pénétration : Apposée sur une arme, elle rend les attaques physiques ou magiques (en fonction du domaine du propriétaire) plus profondes


Autres objets :
Croc Noir (Lame du dragon): Dague ancienne constituée d'une dent de dragon ancienne et d'un manche d’ivoire ou de bois, gainé de cuir travaillé. Elle n'a certes pas d'enchantements particuliers, mais elles sont tout de même très rares.

Vengeance : Une armure très rare. Elle est ensorcelée de manière à infliger à l'adversaire les mêmes blessures (physique) qu'au porteur. Liée à l'endurance des combattants. Matériel: plaques mobiles et mailles en mithril.

Protection d'avant bras en mithril
Protection d'avant bras en mithril, avec un lion en bronze gravé et apposé dessus. Ce dernier à la particularité de rugir quand un danger proche (moins de 5 mètre) arrive par derrière.
Enchantement : détection du danger –  Runique.

Pantalon basique
de couloir noire

Chemise basique

Bottes de chasse
Des bottes en cuir épais, particulièrement résistantes et pourtant très souples, de couleur marron. Ces bottes confèrent à leur porteur une agilité et une rapidité hors du commun, s'apparentant à la légendaire agilité elfique, tout en rendant vos pas des plus silencieux et des plus discret. Quand bien même vous marcheriez malencontreusement sur une branche...
Enchantement + 1 en Agilité.

Capes des Ombres
Provenance almaréenne
le colorant noir utilisé pour ces capes est si sombre qu'elles deviennent presque totalement invisibles lorsqu'il n'y a pas de lumière ! Elles ne reflètent pas la lumière de la lune, seul les rayons du soleil, des flammes, ou bien la magie peuvent permettre de voir celui qui en porte une.

Foulard Arc en ciel :Foulard en soie fine aussi doux au toucher que le satin et aussi résistant que l'acier. Il change de couleur en fonction de votre tenue pour s'y adapter au mieux. Change de couleur en fonction de votre tenue pour s'y adapter.
Enchantement : Changement de teintes selon la tenue -  Runique

Poigne du Brise-crâne : Gantelets noirs en cuir recouvrant les mains des poignets jusqu'à la base des doigts. Possède trois barrettes en métal sur le revers. Facilite le maniement des armes lourdes et intensifie les dommages infligés à main nue.

Pièce des passeurs : Petite pièce d'argent semblant totalement inoffensive mais très belle car gravée de runes et de filigranes. Elle brille faiblement lorsqu'un danger menace le porteur.

Soldat bouteille  : Petit soldat de forme presque humaine, forgé dans de l'acier ou du mithril et dont le centre et un globe de verre ou de diamant pouvant contenir un liquide. Permet de transporter de l'eau sans que celle ci croupisse, si le possesseur est blessé l'eau se transforme en un baume guérisseur (ne soigne que les blessures légères).

Amulette de protection : une amulette en argent et en pierre d'agate blanche, qui offre une protection telle un bouclier contre des sortilège de mages puissants. Elle offre aussi un protection bénéfique en apportant confiance. Il faut passer son doigts sur la pierre pour l'activer et se matérialise devant lui. Il a un surface ovale de un mètre. Cela demande de l'énergie et d'autant plus si on cherche à le maintenant plus longtemps (plus de cinq minutes viderait de toute énergie)

Anneau de Bannissement : Anneau fait d'un or sombre et portant une pierre violette en son centre ainsi que de toutes petites pierres bleus scintillantes, le métal est gravé de runes. Permet de rendre le corps impalpable pendant quelques instants pour se protéger ou passer au travers de quelque chose, n'agit pas sur les possessions du porteur.
Enchantement :
Respiration aquatique :Apposé sur un bijou permet au porteur de pouvoir respirer sous l'eau, délai maximal d'une demi heure

Anneau d'enchevêtrement :Un bracelet fait d'une bande de cuivre gravé et portant une gemme de moindre valeur. Fait apparaître des lianes semblables au sort enchevêtrement qui bloquent la cible.
Enchantement : enchevêtrement [/center]

Orbe d'ombre :Provenance vampirique
Une sphère sombre faite d'obsidienne et remplie de ténèbres, tournoie autour du porteur. Permet un certain contrôle des ombres, les animant et les épaississant pour en draper l'utilisateur. Ne sert cependant pas à l'attaque, il s'agit d'un objet de dissimulation et d'espionnage.
Enchantement: Maître des ombres  

Bracelet d'action Provenance vampirique :
Ornement fait de deux tresses de rysine souples entrelacées, porte parfois une pierre. Immunise aux effets des sorts qui visent à réduire le mouvement (Enchevêtrement, runes de froid...).
Enchantement : liberté

Gourde d'abondance
Provenance humaine
Une gourde qui est toujours remplie à ras bord de la boisson alcoolisée préférée du possesseur de l'objet.
Enchantement: Abondance


Pilule de sang :
Une substance utilisée afin de stimuler la production d'hémoglobine et donc la restauration du sang d'une personne. Utilisée par les guérisseurs humains, et les vampires pour leurs esclaves immunisés.

Accélérateur de guérison :
Petit flacon contenant une substance sombre et huileuse au goût infect. Permet d'accélérer les capacités de guérison du corps humain, à base de plantes.
Effet : Stimule les capacités de guérison d’un corps

Pierre de Mémoriae : Provenance elfique
Pierre de couleur nacrée irisée de striures dorées, à l'intérieur de laquelle on peut voir des brumes dorées voltiger, reposant sur un socle d'argent aux pieds ciselés en forme de faucon. Pierre ayant la capacité de recouvrer des souvenirs perdus, que ce soit un souvenir qu'on pense avoir oublié ou un souvenir d'enfant très difficile ou flou, ou un souvenir effacé par une magie quelconque, dès que l'objet est touché tout en regardant les brumes qui s'agitent en lui. Qu'il s'agisse ou non de son possesseur d'ailleurs.
Il faut toutefois qu'il soit resté un reliquat, même minime, du souvenir, pour qu'il puisse être retrouvé. Un souvenir qui aurait été définitivement détruit ne pourra être ainsi retrouvé. Le souvenir alors recouvré est toutefois parfois flou, il peut ne pas être net et précis, et ne revenir que tout doucement, dans les jours à venir, comme se précisant au fil des songes lors du sommeil. Un souvenir et un seul par lune, toute personne confondue.



Objets non équipés pour le moment

Potion méli mélo (offert par Dawan)
Un enchantement unique (awards)
Personnalisation gratuite (tombola décembre 2016)

Armure du Traqueur noir

Armure des guerriers vampiriques, de cuir et de mailles légères, elle permet au porteur de se fondre dans les ombres et absorbe les sorts de bas niveaux. Matériel : cuir.
Enchantement 1 : Permet de se fondre dans les ombres – élémentaire.
Enchantement 2 : Absorbe les sorts de bas niveau (faible et très faible) – Draconique.
Enchantement 3 : Flot d'énergie : elle offre une chance de recevoir un flot d'énergie lorsqu'on est sur le point de perdre connaissance ou lorsque toute l'énergie magique est épuisée
Enchantement 4 : Silence Parfait :A apposer sur une armure. Elle ne fera dès lors plus aucun bruit lors de déplacements.
Alliage:
Spoiler :
Aren
Alliage de rysine, cobalt et vrai-argent ainsi que de poudre de tourmaline . De couleur bleuté, dont la nuance peut être choisie et fonction du forgeage et de la température. Cet alliage est relativement résistant, et il a la particularité d'absorber l'énergie magique de la trame ou des sorts de niveaux faibles et moyens. L'arme est donc une réserve supplémentaire d'énergie pour son porteur.
+ Résistance physique niveau 3
+ Réservoir magique niveau 3
+ Absorption magique niveau 2
+Esthétisme niveau 3


Casque en mithril
Provenance elfique
très résistant et solide, orné de deux cercles au dessus des oreilles, descendant en forme de cornes plates. Il est décoré de dessins gravés à même le mithril.
Enchantement : meilleure concentration –  Runique
Existe en cinq exemplaires.




Description physique



D'une hauteur qui avoisine les un mètre quatre-vingts neuf Alauwyr possède une bonne carrure, proportionnée avec une certaine élégance sordide à sa grande taille. Une longue chevelure grisée lui tombe sur ses épaules quand il n'a pas sa capuche de revêtue, ou alors seules quelques mèches visibles précisent la couleur de ses longs cheveux et ces derniers tombent sur le milieu des omoplates, contrastant étrangement à son regard obscur. Bien qu'il paraisse bien plus âgé qu'il en a l'air à cause des nombreux combats qui lui ont marqué le visage et le corps, ses yeux pétillent d'une certaine force.

Une vilaine et ancienne cicatrice lui court le côté droit de son visage et il ne fait rien pour la cacher (sauf une capuche). D'autres plus petites qui lui parsèment le visage et le corps, lui donnant un air de dangerosité. Les cicatrices visibles marquent le nombre de combats et leurs violences... En général déjà cela donne une certaine appréhension à l'approcher, en plus de sa manière de fixer les gens de façon arrogante et glaciale. A cela, on peut rajouter que ses yeux d'un marron très foncés qui les rendent sombres.

Même s'il n'est plus tout aussi fringuant qu'à ses premières années de combattant, il est encore agile et assez vigoureux pour s'imposer contre un jeune adulte un peu trop impétueux....

Quand il n'est pas en armure, il porte en général des vêtements classiques, bien plus discrets, même s'il n'est plus aussi bien protégé : pantalon de cuir noir, tunique de lin assez sombre, un baudrier en cuir sur laquelle est accrochée son épée. Il ne la quitte jamais. Et toujours sa cape sombre, qui possède une capuche.


Description mentale



Alauwyr est un être assez particulier et d'un caractère instable. Même les personnes qui l'ont côtoyé n'ont jamais réussi à le cerner complètement.
De nature belliqueuse, un rien peut le rendre de mauvaise humeur. Il peut se montrer impitoyable et perfide avec ses ennemis. Il adore le combat et si une bataille se présente, il se peut qu'il s'y jette. Il aime les défis et si une personne le titille trop, il saura le lui rendre de façon claire et radicale : par une longue et douloureuse mort, sauf si on le cherche trop, ce sera encore plus radical....

Même si ce trait de caractère là est l'aspect global, la plupart du temps, il sait être calme, au point de paraître froid et distant. Aucune expression n’apparaît sur son visage, même dans une conversation, sauf quand il commence à sourire ou à ricaner. Il affiche un sourire carnassier quand un combat risque d'éclater ou dans un dialogue, c'est signe de danger avec lui. Au cours de certaines conversations, pour se mettre à l'aise ou pour montrer qu'il n'est pas impressionné, il croisera les bras sur sa poitrine.

Il peut mettre à partie la moindre provocation pour pénétrer dans une faille et se sentir bafoué. Imbu de lui-même, sûr de lui, il ne se laissera pas marcher sur les pieds. Il entend bien avoir le respect qui lui est dû et n'acceptera pas d'être considéré comme un inférieur... Bien entendu, de par son statut actuel de combattant au sein de l'armée Almaréenne, il ne pourra pas se dérober aux ordres qu'on lui donnera. Certains ordres qu'il ne pourrait admettre provoqua un serrage de dents, qu'il tentera bien de dissimuler bien entendu. Car malgré son côté chaotique, il a une étrange ligne de conduite. Il l'applique quand cela l'arrange en fait...Certains qui le connaissent pourraient soupçonner une forme d'honneur. Bien entendu, Alauwyr ne s'en vante pas, car toute faiblesse de ce genre est à cacher ; car au plus profond de lui-même, c'est justement ce qui pourrait le faire fléchir, si jamais une situation des plus délicates se présentait à lui avec un choix impossible à trancher.

Il est un peu sur l'idée que seuls les forts survivent. En somme les faibles n'ont pas leur place dans ce monde, ainsi que ceux qui sont contre-nature. Cela explique pourquoi il s'en prend plus facilement aux elfes et aux vampires que les humains, pour la cause que lui et les siens servent au nom du Néant. Néanmoins, malgré le tatouage qu'il porte sur le dos de sa main gauche censée marqué sa dévotion à Néant -qui viendra à disparaître le jour de la disparition de Néant-, il se fie plus à ses propres opinions et à sa lame qu'à cet être que tous vénèrent, car ce n'était pas Néant qui déciderait selon lui du chemin de sa vie. Il se bat d'une certaine façon, parce que cela répond à ses convictions et au plaisir qu'il ressent quand il engage un duel ou quand il est dans le feu d'une bataille. Là aussi, sur le plan religieux, il préfère garder tout cela sous silence. Et quelque chose aux tréfonds de son esprit cherche depuis quelques temps à émerger...là aussi, il y a des choses qu'il faut repousser en luttant contre soi-même pour éviter de flancher....

Il saura apprécier la vaillance et le courage de ses adversaires, mais par contre, si le combattant opposé se montre navrant, ce sera tout autre chose. Même si c'est un guerrier, il possède une certaine intelligente, renforcée par ses expériences vécues.

Homme assez solitaire depuis sa jeunesse, il ne court pas après la compagnie de ses semblables. Certains de ses congénères penseront que c'est à cause de la couleur de sa longue chevelure malgré son âge mâture. Les plus naïfs des pieux pensaient même à une malédiction imposée par Néant elle-même. Durant sa jeunesse, elle fut source de moqueries et de railleries, mais un regard acéré ou alors une provocation pour venir se confronter à lui en duel calmait vite les rires dans les gorges...dans les rangs malgré on murmurait un surnom : Cheveux Blancs. Alauwyr était très loin d'en pâtir. Il ignorait complètement les sarcasmes qui circulèrent longtemps quand aux quelques petites hypothèses sur la couleur de sa chevelure.
Alauwyr est aussi un être bien plus porté sur l'hygiène que ses frères d'armes. Étonnant pour un soldat. Il tenait cela de son père. La crasse apportait souvent des maladies et affaiblissait un corps, même puissant. D'où l'importance de rester en bonne santé. En même temps, vu son milieu d'origine.... et son sourire aux dents blancs accompagnant un sourire carnassier avait toujours un petit effet au moment d'une offensive à l'épée.

La perte de mémoire qu'il subit lors d'une grande bataille contre les Chimères fait qu'aujourd'hui, il n'est pas encore redevenu totalement Alauwyr. Il porte encore le nom de Vétéran et ne récupère que fragmentairement sa mémoire perdue.


Alignement :  Alauwyr est instable, mais il a malgré tout un certain sens de l'honneur. Avec le temps, il est devenu un peu plus bénéfique, même s'il n'hésitera guère à tuer pour défendre sa propre vie




Histoire



L'appel était fort. Fort et intense. Malgré toute la volonté du monde, même Alauwyr ne pouvait y échapper, que ce soit éveillé ou endormi. Il devait s'y rendre. Pourquoi il n'en savait pas et malgré la hargne de refuser à obéir à cet ordre, il ne pouvait pas y échapper... Certains Ambarhùnéens, Elfes, Vampires et Almaréens avaient entendu cet appel. Et même lui. Mais il s'y refusait.

Il faisait nuit depuis plusieurs heures quand il se cacha dans un petit bosquet. Il se trouvait dans les environs de Gloria et avait eu pour projet de remonter au Nord, pour retrouver les troupes restantes des Forces Almaréennes. Après la débâcle toute récente des Almaréens, nul doute que le reste des grandes armées de son peuple se regrouperait reconstituer des troupes soudées et préparer la vengeance. A condition de réussir à échapper aux patrouilles des rebelles et de leurs alliés....Au début, Alauwyr avait été dans l'idée de profiter de l'opportunité de se libérer de ses obligations militaires et mener son existence comme il l'entendait. Une telle occasion était très alléchante à saisir. Refaire sa vie n'était pas donnée à tout le monde. Mais en ces temps devenus difficiles pour les siens, par la disparition mystérieuse de Néant...Alauwyr ne doutait pas un seul instant de ses capacités à survivre à tous les êtres qui haïssaient les Almaréens. Après tout, il n'avait plus de tatouage qui le marquait et confirmait son appartenance ethnique. En somme, on pourrait dire qu'il frôlait presque le désir de déserter. Mais cette idée n'était pas dans le sens songé pour le soldat éprouvé.

Car bon nombre des membres de son peuple, Alauwyr avait été éduqué dès la prime enfance au culte de Néant et à ses concepts, pour Sa Vision du monde. Et ce qui aide dans le ''formatage'' de l'esprit est un enfant imitera l'exemple des parents dès qu'il sait marcher. Au début, Alauwyr ne comprenait rien, puis avec l'âge arrivait la compréhension. Une compréhension lucide et éclairée. Rien ne valait le Néant et tout ce qu'il primait. Mais il ne faut pas oublier qu'un enfant, même si on commençait déjà à le 'conditionner'' restait un enfant. Même si Alauwyr ne cherche pas à s'en rappeler, il a eu de forts moments au sein de sa famille en plus d'avoir vécu dans une des plus belles cités d'Almaren. De cette jeunesse, il se rappelle encore la beauté époustouflante de cette cité où il vivait avec ses parents. Le nom de cette cité lui avait échappé depuis bien des années, mais on n'oublie pas l'architecture colossale et radieuse des habitations et des diverses ouvrages utiles à son fonctionnement. Toute cette gloire de construction pour vénérer un seul Être : Néant.

Que dire de sa jeunesse presque insouciante au regard d'un Almaréen moyen ? Qu'elle avait donc commencé normalement dans cette société fanatique de Néant, et qui s'estimait la plus normale dans ce monde. Alauwyr n'avait pas oublié ces parents. Son père, aussi loin qu'il s'en rappelle, était un capitaine dans la grande et puissante armée Almaréenne. Ophrar Vittéric était son nom et tenait la dignité de la famille d'une poigne de fer. Au loin que remontait les souvenirs d'Alauwyr, il chérissait la forte discipline que son père avant lui lui avait appris et avait fait honneur dans les rangs qu'il occupait. Quoi de plus logique le fils, descendant de son sang, suive la même voie. Que de mieux alors pour le jeune garçon qu'était Alauwyr de commencer à être formé dans cette même voie : celle des armes et de l'armée.
Bien entendu, le paternel imposa ce qu'on lui avait appris, à savoir que tout ce qui n'est pas Almaréen, le reste n'est alors que vermine. Une formule un peu détournée de l'Almaréen Pieu qui applique la Loi et le païen périt. Et d'un autre côté, les Almaréens sont des hommes qui ont réussi à se montrer forts sur la nature et sur toute vie présente sur leur terre natal... En somme, d'une vision tout à fait personnel , pour Alauwyr les forts imposent leur loi et les faibles incapables de survivre périssent. Cette idée s'incrustera petit à petit dans l'esprit du jeune garçon, et se renforcer avec le temps. Il finira par perfectionner cela : dans ce monde où les faibles finissent par périr de la main des plus forts, il n'y a pas de place à des émotions comme l'amour d'un proche ou d'un ami. Ce genre de sentiments provoque des attachements qui vous affaiblissent dès qu'on les vise et qu'on les utilise contre vous. Alors point d'attache. Point d'ancrage familial. Rien que soi-même et cela suffit amplement.

Mais revenons à son paternel et de la manière dont il le forma...Ophrar était, en plus d'être un rude officier, était un serviteur zélé de Néant et pour le servir, le mieux à ses yeux pour lui plaire était de se tenir prêt à se battre pour Elle, quand le moment viendrait. Quand Néant les appellera un jour prochain.
Se battre et servir Néant, voilà les choses que commençaient donc à être inculquées au jeune garçon, qui n'était pas encore adolescent à ce moment là. Et pour se battre, il fallait être sans pitié, être fort et impitoyable. Vous comprendrez alors aisément que le père n'ira pas de mains mortes avec son unique rejeton. Du moins pour lui donner des bases solides avant d'être mis à l'engagement. Ce fut alors un adolescent âgé de 15 ans qui entra au sein des rangs de la grande armée Almaréenne, avec une forte détermination de faire ses preuves et de montrer comme tout bon Almaréen sa foi inébranlable envers Néant, pétri des mains même de son père...Ophrar avait imposé un rude entraînement et sans vergogne, l'obligea à toujours faire de son mieux, lui ressassant que les Almaréens ne connaissaient pas la faiblesse. La faiblesse était pour les ennemis et tous ces êtres incapables de survivre ! Une loi que même la nature connaissait et respectait. Le plus fort s'imposait et survivait. Combien de fois Ophrar avait battu Alauwyr dans ses échecs d'apprentissage, dans ses faiblesses, quand il était près à abandonner... C'était donc un adolescent de 15 ans qui entrait dans les rangs, avec une haine intérieure qui brûlait dans son esprit... autant pour ses futurs ennemis que pour son père...

Malgré tout, il ne peut échapper à d'autres souvenirs, même s'il les cantonnait au plus profond de son esprit. On ne peut pas tout fuir...Ne se rappelait-il dont plus ou pas qu'il avait eu une jeune enfance presque innocente ? Oui innocente, comme n'importe quel enfant avant qu'on ne décide pour eux quel sera leur destin....qu'on leur impose serait mieux adapté dans le cas des Almaréens... Dans les souvenirs qu'il foulait refouler à jamais, comprenaient ceux qui lui renvoyait l'image de sa tendre mère. Malgré lui, ou dans ses rêves, il la reverrait avec son amour maternelle timide à son égard en l'absence d'Ophrar. Clébée était son nom. Elle aussi avait été éduquée dans la plus parfaite des dévotions envers Néant. Elle était dans les ordres créés pour se tenir prêt à entendre sa Voix. Il revoyait son visage doux et tendre, encadrée d'une chevelure brune et bouclée, marquée entièrement de tatouage. Néant était presque tout pour elle Presque tout. Car son fils restait le plus beau des trésors à ses yeux avant Néant. Mais elle n’omettait pas ses devoirs. L'amour presque secret qu'elle accordait à son fils comme n'importe quelle mère offrira plus tard à Alauwyr un bien simple mais précieux : son intégrité et la prise de conscience de prendre ses propres décisions. Bien entendu, elle lui servira que bien plus tard ; même si cela pourrait se retourner contre lui. Grâce à elle, il reçut une assez bonne instruction. Pour suivre les traces d'Ophrar, un officier, les connaissances dans bon nombre de domaines et l'intelligence étaient importantes... Malheureusement, Ophrar manqua de briser totalement les longs efforts de son épouse, de par l'éducation sévère et par moment brutale qu'il imposait à son propre fils. Et bien entendu, en s'appliquant dans le sens des Lois de Néant. Heureusement qu'Alauwyr était loin d'être stupide et avait vite compris qu'il devait entrer dans les lignes imposées par son père pour être un Almaréen digne de ce nom. Mais les moqueries, les coups reçus en punition de ses faiblesses, les perpétuels humiliations et rabaissements durant son entraînement termina d'achever son choix de conduite.... Ophrar crut alors qu'il avait réussi à modeler son fils à ses désirs. Qu'il se trompait...

Entrer dans l'armée était une chose, mais y faire sa place était tout autre. Dans une armée qui se tenait prête à guerre, les spécialités martiales ne manquaient pas. Alauwyr avait opté pour une épée simple. Une arme bien fine et bien désuète face à des gens bien mieux armés aux yeux de bon nombre de jeunes en mal de se défouler. L'une des rares choses utiles qu'Alauwyr sut apprécier de son père était l'importance de l'arme qu'on avait en main. Et si un homme trouvait l'arme qui se liait à lui comme l'extension de lui-même, alors il n'en deviendrait que plus redoutable. Pour Alauwyr, l'épée était l'extension de ses propres capacités. Vif dans ses enchaînements, il savait être rapide et agile avec une lame. Une hache l'entravait, l'alourdissait. Une lance ne servait presque à rien au corps à corps... Hors aux yeux du soldat en devenir, c'était tuer ou être tué. Et donc, il fallait être libre de ses gestes et de ses mouvements. Cela avait son poids dans la balance dans un rude combat.

Alauwyr sut se démarquer de ses congénères par ses capacités martiales. Durant le rude entraînement qu'on donnait aux soldats de la grande armée vouée à Néant, Alauwyr s'était perfectionné, devenant un homme aux émotions froides et implacables...il avait récolté d'ailleurs ses toutes premières cicatrices, se battant contre certains de ses propres compagnons d'armes qui avaient cru être capable de le discréditer.... Son père aurait pu être fier de ce qu'il était devenu. Alauwyr n'avait jamais cherché à le revoir ou à recevoir de ses nouvelles d'ailleurs. Qu'est ce que celui lui importait d'ailleurs ? Ophrar pensait toujours avoir modelé son fils à ses attentes de toute manière... Presque, malheureusement pour ce capitaine. Car à la différence d'Ophrar, Alauwyr commençait à tracer sa voie d'opinions... Un homme était redoutable par sa force et ses capacités martiales et non grâce aux dévotions qu'on vouait à Néant. Certes, Néant avait offert de précieux présents comme les armures et les armes en verre noire... mais sans ces dons, qu'est ce qu'un soldat valait ? Ça manqua de lui coûter cher d'ailleurs.

Il était destiné à montrer rapidement dans les rangs des officiers, mais son ego arrogant avait fini par le pousser à braver un jeune lieutenant. Le jeune officier s'était cru capable de lui tenir tête sur un différent à la base stupide : celui-ci préconisait que la meilleure protection était les armures lourdes durant une guerre. Un point de vue qui n'appartenait qu'à cet officier dans la mesure où dans leur Glorieuse Armée, on trouvait diverses classes d'armures, adaptés pour chaque type de combattant. Face à cette idée très généralisé de son lieutenant, Alauwyr avait eu l'audace de le braver en le mettant au défi de se battre avec une simple lame d'acier et sans aucune protection aucune. L'officier avait bien ri, jusqu'à ce que le jeune homme se mette torse nu, attendant avec un sourire carnassier la venue de son pompeux adversaire. Voyant là une insulte à son rang et à son autorité, le lieutenant s'était cru apte à le remettre à sa place, avec épée en main. Bien entendu, le résultat ne s'était fait attendre. L'échange avait été impressionnant et farouche. L'adversaire d'Alauwyr se battait avec une bonne expérience malgré son âge. Mais il finit par goûter à la défaite. Et pour bien faire comprendre à son adversaire le défaut de sa propre cuirasse, il le frappe à l'aine avec le manche de sa dague, une des nombreuses zones non protégées par une lourde armure . Ce geste suffisait à démontrer les dires du jeune homme, que le monde n'était pas fait pour les faibles, peu importait la protection ou la dévotion apportée à Néant...Des pensées qu'il se gardait bien entendu de dévoiler à voix haute bien entendu.

Malheureusement pour lui, cette défaite cuisante et humiliante qu'il avait offert à son officier ne pouvait pas rester impunie. L'armée Almaréenne était très disciplinée et pour rester forte, elle devait rester unie et maintenue dans l'ordre. Chaque homme devait savoir rester à sa place et obéir à la moindre injonction de son supérieur. Elle ne pouvait tolérer un comportement comme celui d'Alauwyr. Un homme tel que lui ne devait pas remettre en question son chef. Aucun Almaréen !
Alauwyr subit cinquante coups de bâtons pour cet acte. Et bien entendu, tout espoir de monter en grade lui fut interdit. Pour l'Almaréen, cela n'avait aucune importance, car après tout, il était là pour se battre, et pas pour jouer sur l'ambition du prestige. Et il avait eu, on peut dire de la chance. Le lieutenant qu'il avait bafoué avait exigé mille coup de bâtons, ce qui aurait pu l'achever.... Il apprendra que sa punition avait été amoindrie par un dernier vœu de sa mère, qui sut plaider la cause de son fils. Néant avait besoin d'hommes comme lui dans l'extension de son Bras qu'était la puissante armée Almaréenne. Il avait juste besoin d'être recadré avec quelques bons coups.... Alauwyr ne sut jamais les vraies paroles, pieuse comme elle était et prête à s'offrir entièrement à Néant, sa position avait du aider à lui épargner sa vie. Jamais à partir de ce jour là il ne la revit. Elle s'était totalement retirée de la vie citoyenne Almaréenne pour totalement se vouer au culte de Néant, et à rien d'autres. Son rôle de mère était accomplie d'une certaine façon... Néant pouvait avoir sa totale ferveur désormais... Même si Alauwyr se refuse encore aujourd'hui à éprouver quelque chose pour l'intervention de Clébée, au plus profond de son être, des émotions contradictoires le perturbaient. Une vie pour une vie....cinq mots qui avaient un étrange poids dans les profondeurs de son cœur noir, même si sa mère était encore de ce monde quand elle disparut de sa vie

Cette douloureuse punition -car bien entendu, cet officier se sera arrangé pour que l'exécuteur soit sans pitié- poussa le soldat à prendre sur lui les ordres qui lui déplaisaient, même quand l'outrage appelait à demander réparation. S'il mourait la tête tranchée parce qu'il était incapable de se contrôler, ce serait comme être un homme faible, incapable de repousser les mauvaises émotions qui le pousseraient à perdre face à ses adversaires. Il ne pouvait alors que serrer les dents et obéir. Malgré ce qu'il était, il devint un bon élément dans son unité de combat et quand vint le fatidique jour de la déchéance d'Almaren, quand une partie des Almaréens perdirent la foi, il était prêt à lever son épée pour servir Néant. Et comme tant d'autres, il fit couler le sang des indécis et des êtres qui renièrent Néant. Mais au plus profond de son être, il servait sa propre épée, et pour survivre, il avait parfaitement compris qu'il devait concéder que la foi envers Néant était celle qui la remporterait la victoire... surtout quand la plupart des officiers et des généraux suivaient le Prêcheur Aldakin. Donc raison de suivre le mouvement, pour mieux avancer et rester sur ses gardes pour ce qui allait suivre. Et ce qui suivit fut plus que terrible... Almaren se mourait. Almaren se rongeait elle-même... Almaren allait connaître sa fin, sa destruction.

L'exode fut une épreuve de foi et de détermination pour le peuple qui vénérait Néant la Disparue. Elle le devenait à chaque année qui passait et à chaque épreuve qui arrivait pour entamer la ferveur religieuse des Almaréens en Néant. Ils croyaient toujours à son retour et il fallait rester pieux envers elle.... Ceux qui faiblissaient ou se laissaient dévorer par le doute et l'incertitude ne restaient guère dans le chemin de l'existence Almaréenne. Alauwyr faisait partie des plus déterminés, à guetter le jour qui leur donnerait le signal, celui pour lequel il s'était voué -où qu'on avait poussé à se vouer. Il mit à profit ses longues années pour maintenir son niveau de bretteur, voir améliorant encore ce qu'il avait appris. Pas un seul instant, il ne devait faiblir et malgré sa hargne à toujours chercher quelques duels pour remettre à leur place les quelques faiblards qui composaient certains de ses frères d'armes, il eut la sagesse de modérer son entêtement, pour ne pas finir en exemple d'insubordination. Une fois lui avait amplement suffi. Et ces longues années démontraient chez certains combattants que l'âge finissait par doucement les rattraper. Alauwyr ne pouvait échapper à cette usure physique que le temps imposait doucement à un corps humain. Mais il s'interdisait d'accepter l'inéluctable. Tant qu'il aurait encore la force de lever une épée et de combattre, jamais il ne se rendrait. Après tout, la mort n'était pas comme une dure maîtresse qu'on devait satisfaire de cadeaux réguliers ? La guerre tant espérée serait comme ce genre d'offrande...Bien entendu, il était loin d'être un vieillard. Et il était encore loin de le devenir quand enfin l'aube de l'invasion d"Ambarhùna s'annonça à eux. Enfin ! Ambarhùna s'offrait à eux par la volonté de Néant. Aldakin, un de ses Serviteurs les plus dévoués fut celui qui prêcha le départ de leur île d'exils.

La conquête d'Ambarhùna fut fulgurante et sans pitié. A croire que jamais les Ambarhùnéens ne s'était pas attendue à ce qu'un ennemi extérieur à Ambarhùna puisse débarquer un jour sur leur terre... En même temps, comment affronter une armée entraînée, déterminée et parfaitement disciplinée ? Comment les habitants d'Ambarhùna pouvait espérer lutter contre cet ennemi qui venait en masse, alors que les diverses espèces qui vivaient sur Ambarhùna se livraient déjà dans des luttes intestines ? Une telle occasion ne pouvait pas se rater et sans doute que Néant avait prévu cela. Et au fur et à mesures que les Forces de Néant progressaient, les êtres qui tentaient de résistaient périssaient sous le tranchant de leurs armes en verre noire. Ceux qui tentaient de survivre n'avaient pas d'autres choix que d'embrasser le Culte de Néant. Et bien entendu, les êtres proches de la magie comme les Elfes et les Vampires sont éradiqués sans pitié.

Leur progression allait de victoire en victoire, imposant à l'ennemi de reculer toujours de plus en plus loin, jusqu'à cerner Gloria, cette ville qui était au coeur même de l'Empire Humaine. Même si elle appartenait aux Ambarhùnéens, Alauwyr ne put s'empêcher de contempler au loin la splendeur de cette cité. Elle ne rivaliserait jamais avec ce qu'il se rappelait des grandes cités Almaréennes, mais comment en détourner le regard ? Bien entendu ce genre de pensées fut vite chassé de son esprit. Une perte de temps et un danger de faiblir.

Mais malheureusement les événements étaient venus à se précipiter et cette fois contre les Almaréens. Alauwyr ne s'intéressait guère aux ragots de la politique humaine de Gloria qui animait quelques discussions parmi les soldats. Ses oreilles ne purent échapper aux affaires de prise de pouvoir impérial qui ébranla la ville et qu'à la suite de tout ce chamboulement, une proposition de pais serait faite avec la Grande Armée Almaréenne en contrepartie d'une instauration d'un culte pour Néant à Ambarhùna. Était-ce alors la victoire ? La fin de la guerre contre les Hommes d'Ambarhùna ? Pour des hommes en armes comme Alauwyr, il restait à espérer que des chasses aux vampires et aux elfes seraient alors rapidement organisé pour totalement pacifier leur nouvelle conquête... Et là, c'est là que les armées du Nord frappèrent les forces Almaréennes, aux portes de Gloria, pour permettre à des personnes aux rôles importants de prendre la fuite ; une aubaine pour eux, car au même instant, dans les Bois Sombre, loin de Gloria, les forces elfiques profitèrent de la disparition de Néant pour lancer une offensive décisive. Les armes de verre noire n'étant plus ''soutenues'' par la force de Néant, les Almaréens, privés de cet avantage, ne purent que paniquer et perdre leur moyen. Cela se ressentit à Gloria et malgré l'attaque de l'armée du nord, les Almaréens tinrent bons, Alauwyr prenait presque plaisir à se battre contre les Ambarhùnéens qui tenaient à se battre encore, malgré les nombreuses défaites récurrentes depuis le début de l'invasion. Au moins les envahisseurs purent garder un point fort avec Gloria, qui finira par ouvrir ses portes plus tard, quand l'Empereur Fabius Kohan s'accorda de la paix avec cet ennemi redoutable qu'était le peuple de Néant... une traîtrise aux yeux des autres factions qui avaient lutter contre l'envahisseur.

Gloria... une bien belle ville, même si la souillure de la magie imprégnait encore fortement ses murs... La ville était pacifiée, L'empereur s'était, on peut dire plié devant l'Ordre d'Obsidienne pour cette prétendue paix.... Alauwyr ne pouvait guère digérer que tout était fini... Mais les forces rebelles et Ambarhùnéennes se réunissaient plus dans le sud de l'Empire. Et comme il était hors de question de les laisser reformer un noyau combatif, la décision des hauts commandements fut de partir avec le plus gros des troupes vers Althaia. Quelques petits groupes resteraient en arrière et le hasard voulut qu'Alauwyr n'eut pas besoin de justifier sa place dans les forces expéditionnaires pour en être. Ainsi, il se retrouvait dans les forces vouées à se débarrasser de l'une des dernières poches de résistance des êtres de magie, et porter un coup à la rébellion qui serait incapable de se relever après la glorieuse victoire des Almaréens. Oui les Almaréens se voyaient déjà victorieux avant même de combattre, avant même d'arriver à Althaia.

Mais l'Aube Rouge sera une défaite des plus cuisantes pour les envahisseurs.... La disparition soudaine de leur tatouage de dévotion en même temps que Néant fut le facteur perturbateur, la vague de perturbation. Sans les marques... Néant les avait abandonnés ! Les armes de verre noire, leur armures faites de cette même matière, redevenus un simple métal ne leur offrait plus ce qui les avaient toujours rendus plus fort face aux Elfes, vampires et autres monstruosité de magie. L'Aube Rouge provoqua l'écoulement du sang des Almaréens sur la terre d'Althaia...Et les survivants durent s'enfuir, perdus et vaincus. Qui aurait cru qu'ils perdraient ? Défaite n'était pas Almaréen dans leurs esprits... Maintenant, il résonnait en écho...

Alauwyr s'était battu au maximum du possible, même si ses armes perdirent leur pouvoir quand Néant disparut sans raison. Il ne fut pas dérouté par la perte de son tatouage à la main mais malgré ses appels pour haranguer les soldats qui l'entouraient, malgré toute sa volonté de se battre et de montrer que même la perte du soutien inexpliquée de Néant en pleine bataille n'empêchait pas de rester vaillant au combat, l'Almaréen dut se replier au même titre que de ce qui restait de la Glorieuse Armée...

Reculer. Défaite. Fuir. Un goût amer avait envahi la gorge d'Alauwyr quand il s'était résignée à suivre les autres, fuyant les forces rebelles. Il aurait pu continuer à se battre, jusqu'à en mourir. Mais il n'était pas prêt à perdre la vie aussi vainement. En restant en vie, il pourrait continuer à se battre, à faire payer ce goût atroce qu'il découvrait pour l'une des premières fois de sa vie. Rien à voir avec ce qu'il avait connu sur Almaren. Là l'échec était d'une saveur écoeurante...

Plongé dans l'ombre des arbres du bosquet où il se trouvait maintenant, en se rappelant de la bataille de l'Aube Rouge, il serra les dents. Perdre.... Ce terme ne devrait même pas exister dans le langage des Hommes. Déglutissant pour chasser un goût d'amertume fantôme, il se concentra pour guetter les environs. Depuis qu'il avait fui Althaia, comme bien d'autres soldats qui s'étaient dispersé, il s'était isolé pour être moins repéré qu'un groupe, plus facile à rattraper. En solitaire, il estimait qu'il avait largement plus de chances de remonter au Nord, là où il restait encore des Forces Almaréennes. Se rendre était comme de mourir bêtement. C'était hors de question. Et qui sait, il pourrait tuer quelques elfes ou des vampires au passage, ces infectes êtres de magie. Mais pour ce soir, il devrait trouver un nouveau chemin pour ne pas tomber sur de possibles adversaires, comme des patrouilles de rebelles. Le retour était périlleux et la blessure qu'il avait reçue à l'épaule gauche par une flèche le gênait quelque peu. Elle n'était pas grave, heureusement, mais elle était encore douloureuse. Heureusement que le retrait de la flèche avait été assez facile....

Pour chasser cet appel persistant qui le poussait à aller vers l'Est tout en chassant les souvenirs récents désagréables, il songea soudain aux Dragons qui avaient participé à l'Aube Rouge... Bien qu'ils étaient de magie, l'incarnation même de cette immondice que tout Almaréen haïssait, Alauwyr avait vu autre chose en ces créatures aériennes. Puissantes, intelligentes, imposant le respect dès qu'on les contemplaient. Les Dragons étaient magnifiques, presque une création des plus parfaite. Une pensée brève pour Alauwyr, qui l'avait vite chassée car blasphématoire. Mais qui s'était profondément ancrée.

Il secoua sa tête et s'adossa au tronc pour se laisser doucement glisser à terre. Une fois assis, il enroula sa cape noire autour de lui. Quelques heures de repos ne lui ferait pas de mal, il n'aurait pas l'esprit qui se perdait dans des idées folles comme de tenter une autre existence ou d'admirer des créatures magiques qui avaient apporter la destruction par le feu et la défaite sur les siens. La fatigue de son corps et de son esprit devait être plus importante qu'il ne le pensait. Sinon pourquoi dériverait-il dans ces idées aussi stupides et saugrenues ? Avant de s'endormir, il veilla à avoir son poignard à portée de main et essaya d'oublier cet appel envahissant. Sans doute un artifice de la magie de ses ennemis pour le manipuler...

Après cela, il avait un peu erré loin des villes pour éviter de se faire prendre et avait été dans l'idée de rejoindre les forces Almaréennes. Et même si les forces étaient en déroute, il tenait encore à se battre. Mais le rapport changea encore quand le Tyran Blanc vint à prendre le pouvoir et bouleversa tout le continent. Il n'y avait qu'un choix à faire : se soumettre ou prendre la voie des traîtres et donc mourir. Alauwyr était dans une phase où il fallait survivre et se plia à se retrouver au service du Tyran Blanc, comme d'autres de ses pairs. Ainsi il servit sous la bannière du tyran durant ses trois années de règne, avant de finalement commencer à se remettre en question, surtout en revoyant un de ses anciens frères d'armes et ami sur un pont, en compagnie d'un de leurs anciens généraux, amenés dans la forteresse prison du Tyran Blanc. C'est là qu'il prit l'ultime décision de changer de camp, comprenant qu'il aurait dû avoir la volonté de se battre pour des convictions justes et non pour son propre égoïsme. Il était prêt à en payer le prix et se retrouva blessé.

Il peina à rejoindre la frontière pour rejoindre les opposants au Tyran Blanc. Il finit par y arriver, non sans faire quelques rencontres, comme celle de la jeune Luna Duruisseau et de se retrouver pris dans les conséquences de ses actes. Après une rencontre malmenante avec son ancien ami et un des vampires qu'il avait déjà croisé auparavant, il dut faire ses preuves comme quoi il avait réellement virer de bord. Cette preuve de confiance fut difficile mais s'avéra définitive quand vint l'ultime bataille de Sandur. Le Tyran Blanc fut vaincu et Alauwyr refusa de laisser mon ami mourir, plus encore que Néant avait cessé d'être, comme la plupart des Dieux ; un coup dur pour des fervents adorateurs de ce Dieu là.

Alauwyr avait été choqué d'apprendre la disparition, mais cela n'avait pas été sans raison. Même s'il n'avait pas été un grand croyant, il en avait pris un coup. Mais la vie continuait !

Sous la paix qui fut signée et instaurer, Alauwyr devint un des officiers de l'armée aldarienne. Avec son ami, devenu son supérieur, ils eurent quelques missions et tâches à accomplir. Durant une de leurs missions, il eut la malchance de croiser la route d'un dragon rouge, Verith, qui trouva un malin plaisir à lui ''bousculer'' l'esprit. Heureusement avec la volonté de fer de son ami, il ne mit guère longtemps à retrouver la voie de la raison. Mais il s'en rappellera de cette rencontre.

Les choses paraissaient par la suite paisible. Mais ce n'était que le calme avant la tempête. Après une première intrusion au palais aldarien, Alauwyr découvre ce que sont les Chimères, tout comme d'autres personnes. Le danger est tel qu'un redoutable affrontement a lieu, là où il sera grièvement blessé avant d'être jeté dans un vortex ouvert par la Chimère qu'il affrontait. Il perdra la mémoire et le temps de se faire confiance à nouveau, partira en cherchant ce qu'il est réellement.

Cette recherche se fait longue, plongé dans le doute de ce qu'il est et dans l'angoisse de découvrir qu'il est peut être qu'un dangereux individu. Quand on sait qu'on maîtrise les armes, qu'on a d'étranges souvenirs où il se voit battre contre d'autres gens.... Etait-il brigand, mercenaire ou combattant ? Il peinait à trouver la réponse. Même le vampire qui le trouva n'avait guère pu l'aider. Puis vint la débâcle.

Les Chimères réussirent à repousser les gens du continent, bataille après bataille, poussant les survivants à l'exil. Vétéran, ainsi se nomma un Alauwyr à la mémoire perdue, embarqua comme les autres pour partir à la recherche d'une autre terre. Durant la traversée, il réussit à se faire recruter au sein des forces servant l'héritier Nolan, mais sans savoir qu'il connaissait le jeune homme. Il devait se trouver un nouveau départ et il en eut l'occasion. Et quand les nouvelles terres apparurent, il se rappelait de les avoir longuement regarder se rapprocher, comme si cela lui rappelait une autre exode, un semblant de déjà vue....

Et maintenant ? Maintenant, il est mercenaire, offrant son épée à qui veut bien la louer. Mais il veille à prendre des causes qui servent pour une cause juste et pas pour la recherche de sang ou de pouvoir. Même si des fois, il s'avère qu'il n'a pas trop le choix.




Liens


Luna Duruisseau : il l'a connu comme jeune femme en voyage, avant qu'elle ne devienne régente.

Erdrak : un homme qui désire sa mort et qui ne sait pas encore que Vétéran est Alauwyr.

Verith : Fichu dragon ! Il respecte son espèce, mais jamais il n'oubliera le revers qu'il lui a fait subir.

Nolan : un jeune homme qui se trouve être l'Héritier du trône. Un sale garnement à leur rencontre qu'il était, mais très vite, Alauwyr découvre qu'il est d'une autre trempe.  

Ssyl'Sahra : sa fille adoptive (pnj) qui a survécu, mais il ne le sait pas encore.

(je peux en oublier, n'hésitez pas à me contacter par mp pour les rajouter)





Derrière l'écran



Petite présentation : voir Cynoë

Particularités rp ? : voir Cynoë

Rythme RP ? (Une réponse RP dans les 7 jours est attendue) : voir Cynoë

Comment avez vous découvert le forum ? : voir Cynoë

Avez vous signé le règlement ? : (Clic!)Oui Smile



descriptionAlauwyr Iskuvar [terminé] EmptyRe: Alauwyr Iskuvar [terminé]

more_horiz
Fiche terminée Smile

descriptionAlauwyr Iskuvar [terminé] EmptyRe: Alauwyr Iskuvar [terminé]

more_horiz

Bienvenue sur tes nouvelles terres Invité

Tu as été choisi(e) par l'esprit-lié de la Limace dont tu as  atteint le niveau 1. Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure.

Tu peux aussi adresser tes questions ici

Bonne chance pour cette nouvelle aventure qui s'offre à toi !

descriptionAlauwyr Iskuvar [terminé] EmptyRe: Alauwyr Iskuvar [terminé]

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum