De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !
Curieux de connaître les dernières nouvelles de l'archipel ? Le topic des nouvelles elysiennes est là pour ça ! Mais attention, rumeurs et ragots peuvent se mélanger à la vérité...

Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Keetech (terminée) Empty Keetech (terminée)

le Ven 11 Aoû - 17:44

   

   

Prénom


   
   

Identité de votre dragon


   Prénom : Keetech
   Surnom : La dragonne de Quartz
   Date de ponte : Le 25 Octobre de l'an 1559 du troisième âge
   Date d’éclosion : Le 12 Février de l'an 1560 du troisième âge
   Age : 203 ans
   Lieu de naissance : Le continent sauvage
   Lieu de vie : Nomade

   

Caractéristiques (Cliquez ici pour les compétences)


   Force physique : Faible
   Agilité : Bon
   Furtivité : Très faible
   Réflexes : Bon
   Endurance : Moyen
   Résistance : Moyen
   Vol : Maitre

   Force mentale : Bon
   Perception : Bon
   Intelligence : Très bon
   Beauté/charisme : Très bon
   Mémoire : Bon

   Griffes et crocs : Bon
   Craché de feu : Maitre
   Combat en vol : Très bon
   Combat au sol : Très faible
   

   
   

   

Description physique


   


Description physique:

A  l’origine de la vie Draconique, il y avait l’œuf, cette forme ovoïdale destinée à protéger le dragonnet et à lui fournir les nutriments indispensables à sa croissance. Celui qui abrita la dragonne de Quartz possédait un ovale parfait et une coquille mouchetée d’ocre et de jais aussi lisse et polie que la surface d’un miroir. Sa texture incroyablement soyeuse et tiède au toucher n’en possédait pas moins une solidité extrême, le rendant quasi indestructible.

Dissimulé dans les profondeurs d’une caverne, lui servant de nid douillet, l’œuf attendait le moment de son éclosion. Ce dernier demeura longtemps immobile jusqu’à ce qu’un mouvement du petit être le fit rouler au fond de la grotte et qu’il s’encastre dans un gisement de Quartz d’un magnifique bleu Cyan.

Au fil des mois, en raison de ce contact prolongé, un curieux phénomène se produisit ; l’œuf de dragon absorba les minéraux et une partie de sa surface se couvrit de petites excroissances de cristal. Son apparence changea radicalement, le faisant ressembler désormais à une énorme pierre précieuse. Seule sa chaleur et le halo lumineux qu’il répandait par intermittence témoignait de sa véritable nature.

Après son éclosion et durant sa prime jeunesse, Keetech arborait une taille dans la moyenne mais une silhouette frêle et délicate, surtout en comparaison à d’autres dragonnets dotés d’un corps vigoureux et d’une cuirasse imposante. Cependant, celle-ci n’en fit jamais un complexe, estimant posséder d’autres qualités et pouvoir compenser son manque de robustesse par sa légèreté et sa rapidité.  

Une autre de ses particularités, quasi unique au sein de sa race, est la présence de blocs de Quartz Cylindriques, d’un bleu intense, sur sa tête, ses épaules et sa mâchoire. Cette caractéristique inhabituelle attire le regard et suscitait quelques moqueries dans son enfance, mais, là encore, l’orageuse a décidé de faire une force de son physique atypique.

L’écailleuse possède la caractéristique peu commune d’être bicolore et sa carapace comporte différentes coloris. Le haut de son corps arbore une teinte fuligineuse, rappelant le charbon ou la noirceur d’une nuit d’hiver tandis que la partie inférieure affiche des tons souffre, mélangeant diverses nuances allant de l’ocre, au doré en passant par le crème. Les deux couleurs sont parfaitement distinctes sur l’ensemble de sa silhouette, sauf sur sa tête où les deux couleurs s’entrecroisent, formant un tableau exquis d'or et de suie. Ses écailles sont de tailles et de formes variées : celles qui recouvrent le sommet de son crâne, le haut de son cou, son dos et la face supérieure de sa queue ont une consistance granuleuse, une tonalité mate et une forme arrondies ou cylindrique en relief. Ces dernières sont d’une grande résistance.

Les écailles qui composent la partie inférieure de son corps, la face interne de son cou, son poitrail, son ventre et de sa queue sont plus petites et plus fines, elles sont également très lisses et brillantes, réfléchissant la lumière.

Juste après sa naissance et durant sa petite enfance, ses couleurs étaient pâles mais au fur et à mesure de sa croissance elles devinrent plus étincelantes. Aujourd’hui âgée de plus de deux cent ans, Keetech mesure une taille d’environ 150 mètres, ce qui représente la stature moyenne d’une dragonne de cet âge. Sa silhouette fine et aérienne renvoie une impression de grâce et d’élégance plutôt que de force brute. Néanmoins, une grande puissance, à la fois magique et mentale émane d’elle et elle impressionne de par son caractère autoritaire et son tempérament d’acier. De même, avec l’âge, les cristaux cylindriques ornant le sommet de sa tête, formant une crête, le dessous de son menton, ses épaules et son dos ont grandi et lui confèrent une particularité physique rare qui attire le regard et la curiosité aussi bien des autres dragons que des bipèdes.

Ses membres sont souples et longilignes et sa musculature délicate et harmonieuse. Toutefois son apparence n’est ni chétive ni maladive mais plutôt racée et éthérée. Mais ne vous y trompez pas, bien qu’elle n’arbore nullement une épaisse cuirasse ou des muscles imposants, la reine des tempêtes n’en est pas moins une adversaire redoutable, capable d’user de ses crocs, de ses griffes ainsi que de sa puissante magie et de son don héréditaire afin de déchaîner l'orage sur ses ennemis.

Ses ailes sont de longues et fines membranes, qui à l’instar du reste de son corps sont noires sur le dessus et dans des tons dorés et ocre sur le dessous et lui permettent de fendre les nuées avec la rapidité de l’éclair. Très mince et légère, elle se sent parfaitement à l’aise dans les airs telle la maîtresse du firmament.

Le museau de la dragonne est long et fin et ses traits sont très harmonieux selon les critères de beauté draconique. Cette dernière possède une rangée de crocs acérés qui ont l’étonnante particularité d’être du même bleu profond que les cristaux de Quartz qui recouvrent une partie de son corps. De petites excroissances osseuses se trouvent au sommet de ses joues et deux cornes noires et recourbées vers l’arrière couronnent sa tête. Ses prunelles, en forme d'amande, ressemblent à deux lacs iridescents et scintillants dans lesquels il est possible de voir se refléter son image. Leur teinte, d'un magnifique bleu Cyan, est changeante en fonction de ses émotions et peut ressembler à un lac paisible ou au mer juste avant la tempête.

Ses griffes sont noires et acérées et constituent, à l'instar de ses crocs, une arme de choix, de même que sa longue queue effilée qui peut frapper un adversaire avec la précision d'un fouet. Keetech se distingue également dans la maîtrise du craché de feu.

   

   

Description mentale


   




La souveraine des éclairs dégage une impression d’autorité et de sévérité et ses traits demeurent souvent impassibles car cette dernière ne dévoile guère facilement ses sentiments. Dotée d’un tempérament calme, elle peut sembler imperturbable et posséder une maîtrise parfaite d’elle-même. Néanmoins, mieux vaut se méfier de l’eau dormante car en dépit de son apparence placide, Keetech est capable d’entrer dans une violente colère, semblable à une tempête éclatant dans un ciel limpide. En effet, l'orageuse n'hésite pas à se départir de son calme olympien lorsqu'il s'agit de rendre justice ou de punir un contrevenant. Visant une impartialité et une neutralité totale, elle ne prend jamais parti pour quiconque et veille à ne pas laisser ses ressentis personnels obscurcir son jugement. Quant à ceux qui remettent en cause son autorité, ils ont tout intérêt à lui présenter des arguments valables et d'une logique imparable s'ils ne désirent pas subir un retour de flammes...

La dragonne de Quartz fait preuve d’une grande sagesse et d’un grand sérieux, bien qu’elle ne soit pas dénuée d’un certain humour pince-sans-rire. Fière et très indépendante, cette dragonne possède un caractère d’acier qui lui permet de tenir tête et de se faire écouter par n’importe qui. Plutôt que la force brute, celle-ci privilégie son esprit vif et aiguisé ainsi que ses arguments sensés et sa logique imparable.

Dès sa prime jeunesse, la jeune dragonne avait pris l’habitude de se rendre près des anciens et d’écouter leurs récits ainsi que d’assister aux duels et à la manière dont les dragons réglaient leurs conflits. Malgré son jeune âge, cette dernière était parvenue à gagner le respect des autres membres de sa nuée, y compris de ses aînés et des plus respectés des ancestraux.

Cet art la fascina à un point tel qu’elle fit tout son possible afin de progresser dans ce domaine et que ses congénères prirent pour habitude de lui demander des conseils ou de servir d’arbitre lors de leurs conflits.

L’écailleuse est très fière de son appartenance à la race des dragons qu’elle considère comme supérieure à toutes les autres. Par ailleurs, cette dernière appartient également à une lignée très rare et ancienne de dragonnes possédant le pouvoir héréditaire de contrôler la tempête. Keetech a hérité de ce don de sa mère, qui l’avait elle-même héritée de sa propre mère et ainsi de suite de génération en génération.

Courageuse et déterminée, elle n'hésite pas à aller au devant du danger pour venir au secours d'un être cher menacé et irait même jusqu'à combattre à mort pour sauver l'un des siens. Profondément attaché à sa famille, notamment son mâle Verith et sa fille Nynsith, ils représentent le seul motif capable de lui faire déroger à ses principes.

Malgré sa fierté, la dragonne de Quartz ne fait pas pour autant preuve d'arrogance et de mépris envers autrui. Bercée par les légendes des exploits de son peuple que lui contait sa mère depuis sa plus tendre enfance, elle n’a jamais eu d’autre désir que de ressembler à ces figures héroïques. Depuis sa jeunesse, elle a donc tout fait pour se surpasser et essayer de leur ressembler en devenant plus intelligente et plus forte. La reptilienne voue un culte à la force physique, à la magie et aux traditions draconiques. Celle-ci accorde également une très grande importance à l'honneur, aux valeurs morales et au respect de la parole donnée qui représente à ses yeux une chose sacrée.

Bien qu'elle soit très stricte voire intransigeante lorsqu'il s'agit de ses principes, Keetech est également capable de faire preuve de bienveillance. Envers ses congenères, elle se montre respectueuse et affable, respectant les règles élémentaires de la convenance draconique, comme la hiérarchie et la déférence due aux aînés. La souveraines des airs considère toutefois avec une certaine perplexité les dragons liés car celle-ci estime que les membres de sa race sont faits pour vivre en liberté et non pour servir de "monture" volante à des bipèdes. De son point de vue, un tel lien est quelque chose d'incongru et de dénué de tout fondement.

Concernant sa relation avec les bipèdes, la fille des tempêtes sait se montrer courtoise et n'hésite pas à discuter avec eux ou à leur prodiguer des conseils, à condition qu'il fasse preuve du respect nécessaire.  Elle épreuve envers ces derniers une certaine neutralité et ne nourrit aucune sympathie ni préjugés particuliers envers les différentes races. Tout au plus, les contemple-t-elle avec  une curiosité amusée. De même, elle n’envisage pas de s’intéresser à leurs guerres ou à leurs querelles, estimant que cela ne concerne pas les dragons et qu’ils doivent régler eux-mêmes leurs différends. Si quelqu’un la consulte à ce sujet, elle demeure toujours le plus impartiale possible. Très intelligente, cultivée et avisée, cette dernière possède une bonne mémoire et un grand sens du détail.

Keetech n’obéit à aucune règle, hormis celle des dragons et n’a donc que faire des lois des bipèdes ; elle n’éprouve donc aucun scrupule à se prélasser au soleil au milieu d’un village bipède, et se sentirait même insultée si quelqu’un avait l'outrecuidance lui demander de se lever pour dégager le passage.

La dragonne de Quartz apprécie énormément de faire la sieste ou de s'allonger sur une plage ensoleillée, au sommet d'une montagne, au cœur d'un cratère ou dans toute une série d’endroits insolites. Bien qu’elle soit beaucoup moins gloutonne que sa fille, celle-ci n’en est pas moins un fin gourmet qui adore la saveur de certains plats. Ses mets préférés sont les Hippocampes et les baleines qui peuplent la mer de Reshenta.

 Alignement :  D’alignement neutre strict, Keetech n'est ni méchante ni gentille, elle se montre cordiale avec ceux qui la traite avec le respect due à sa race, mais peut également se révéler très agressive ou vindicative envers ceux qui l’offense ou s'en prenne à un être cher.

 
   

   

   
   

Histoire


   

 
Au début il n’y avait rien, juste le Néant et une nuit interminable où seuls régnaient le silence et la sérénité. Puis soudain, une étincelle de vie apparut dans cette obscurité opaque et une conscience naquit accompagnée de réminiscences et de bribes de songes puisés dans la mémoire draconique qui remontait à des temps immémoriaux.


Chapitre I : Éclosion

Les premiers souvenirs qui s’imposèrent à l’esprit de Keetech furent le grondement de l’orage et le hurlement des vagues de l’océan. Le ciel immense, constellé d’étoiles, semblait s’étendre à perte de vue et dominer une vaste étendue d’eau ainsi que la terre ferme. Un éclair zébra le firmament nocturne, laissant derrière lui une traînée de lumière éblouissante, suivie du bruit assourdissant du tonnerre. La tempête se déchaîna, faisant déferler de violentes trombes d’eau et naître des vagues immenses à la surface de la mer. Mais loin de l’effrayer ces images qui hantaient ses rêves draconiques l’apaisaient.  

Intuitivement, la dragonne de Quartz sentait qu’elles faisaient parties de sa chair et de son âme. Elle était la fille des tempêtes, l’enfant de l’orage et cet univers de violence où la colère du ciel s’abattait sur la terre et les océans habitait son être. D’autres souvenirs et réminiscences surgirent dans son esprit et elle aperçut des créatures majestueuses, d’une beauté irréelle, dansant dans le firmament d’azur. En les contemplant, l’orageuse sentit au plus profond d’elle-même qu’elle était l’une d’entre-elles et appartenait à cette race de maîtres du ciel, de la terre et des océans. A cette idée, son cœur fut submergé de fierté et de joie et la jeune dragonne se mit à rêver du futur radieux qui l’attendait.

Outre les images, il y avait des sons, comme le chant du vent, le murmure des rivières, le grésillement des flammes, le clapotis de la pluie et le fracas du tonnerre. Puis à la musique du monde, succédèrent les odeurs de la terre, les senteurs marines et le parfum de la pluie. D’où venaient-elles ? Keetech n’en savait rien, rêvant paisiblement à l’intérieur de son œuf et imprégnant sa mémoire de toutes ces sensations inconnues.
Pourtant, malgré la douceur et la félicité qui régnaient dans cet écrin, l’écailleuse sentait qu’elle ne pourrait pas y demeurer pour l’éternité. Ailleurs, un autre monde l’attendait, fait de joies, de peines mais aussi de dangers et d’aventure.

Son œuf aussi somptueux et confortable soit-il lui apparut soudain comme une prison dorée, un carcan et une entrave insupportable à sa liberté. La petite dragonne, malgré son corps frêle, se mit à donner des coups contre sa coquille mais il ne se passa rien. L’œuf était trop solide pour céder à ses assauts aussi facilement.

Dépitée par cette résistance inattendue, Keetech décida d’user d’une autre stratégie. Retrouvant son calme, elle se concentra sur sa magie, la faisant jaillir et submerger son être afin de lui conférer sa puissance, avant de porter un grand coup, un seul.
Cette fois-ci, une grande fêlure apparut à la surface à l’œuf, qui peu à peu se fissura entièrement avant d'éclater en morceaux. La dragonne de Quartz venait de remporter sa première victoire.

Chapitre II : Croissance

Keetech s’éveilla à la vie dans le nid protecteur qu’avait préparé sa mère et qui consistait en une caverne, située au sommet d’une montagne escarpée. Dès qu’elle jaillit de son œuf, la petite dragonne se débarrassa des restes de coquilles qui encombraient son corps et à se mit à parcourir la grotte, avide de nouvelles découvertes.

En avançant jusqu’à l’entrée de cet antre rocailleux, elle découvrit pour la première fois le firmament nocturne et fut subjuguée par l’indicible beauté de ce voile de satin noir, incrusté d'étoiles. Jusqu'à présent, elle n'avait eu l'occasion de le contempler que lors de ses rêves draconiques et la réalité lui semblait encore plus belle que dans ses visions mirifiques. Soudain, en jetant des regards intrigués autour d’elle, Keetech réalisa qu’elle était seule et se demanda pourquoi sa mère ne se trouvait pas à ses côtés, d’autant plus que la faim commençait à la tenailler. Elle se mit à pousser de petits cris plaintifs et, quelques instants plus tard, la forme majestueuse d’une superbe reptilienne, aux écailles aussi sombres qu’une nuit d’été fit son apparition. En la voyant, l’orageuse comprit immédiatement qu’il s’agissait de sa génitrice. En effet, celle-ci aurait reconnu entre mille cette présence à la fois douce et chaleureuse, forte et autoritaire, qui veillait sur ses jours alors qu’elle se trouvait encore endormie au sein de son écrin ovoïdal.

La dragonne de Saphir qui se nommait Nozoria s’approcha d’elle, tenant dans sa gueule le corps d’un petit animal, destiné au premier repas de sa progéniture. Aussitôt le dragonnet se jeta dessus avec avidité, le déchiquetant à l’aide de ses petites dents, guidé par son instinct afin de se repaître de cette chair savoureuse.

Durant les premiers mois de sa jeune existence, Keetech demeura dans la sécurité de cet abri douillet, en compagnie de sa mère qui lui apportait à manger. Cependant, la dragonne de Quartz était impatiente de quitter la sécurité de cette caverne isolée afin d'explorer le vaste monde. Mais celle-ci éprouvait une certaine crainte à l’idée d’effectuer son premier vol car le nid se trouvait niché au sommet d’un pic montagneux et en cas d’échec, elle risquait de s’écraser au sol comme une vulgaire pierre.

Les semaines passaient et Keetech savait qu’un jour ou l’autre, elle devrait franchir cette épreuve malgré son appréhension. Afin de se donner du courage, elle se remémorait les histoires que lui contaient sa mère et qui parlaient de héros légendaires et de nobles ancêtres de sa lignée. La dragonne d’or et de jais ne se lassait jamais d’entendre narrer les exploits de dragons qui s’étaient illustrés par leur force, leur bravoure ou leur intelligence.

Dans ses rêveries, cette dernière s'imaginait pouvoir un jour égaler Zaeriah la dragonne de diamant, surnommée la gardienne des étoiles dont la puissance n'avait d'égale que la loyauté et le courage. Elle aimait également se laisser bercer par le récit des aventures de Tyrios le téméraire dragon de métal, à la force et à la stature colossale ou de Eliaril la dorée, célèbre pour ses écailles aussi brillantes que l'astre du jour et pour son esprit aiguisé. Tous ces dragons s'étaient distingués parmi les siens grâce à leur puissance, leur sagesse ou leur courage mais également par leur sens de l'honneur. Car sa mère lui répétait sans cesse que la vraie force d'un dragon ne résidait pas dans ses crocs, ses griffes, sa magie ou sa stature mais bien dans son cœur, et que tous les pouvoirs du monde ne représentaient rien sans la grandeur d’âme. La fille des tempêtes l'écoutait des heures durant, fascinée et admirative devant sa sagesse et de son savoir.

Puis un jour, ses petites ailes devinrent assez fortes pour pouvoir soutenir longuement le poids de son corps et Keetech sentit que le moment de son premier vol approchait. La jeune dragonne éprouvait une certaine crainte, heureusement sa mère l’encourageait et la guidait grâce à ses conseils avisés. C’est le cœur battant que la bicolore s’élança du haut de la falaise, en battant ses petites ailes de toutes ses forces afin de s’envoler en direction des nuées. Quelle joie et quelle fierté que de pouvoir voler après tant de doutes et d’hésitations. Et quelle sensation incomparable que de sentir la caresse du vent sur ses écailles et d’admirer la splendeur des paysages environnants, surtout vus du ciel. Elle venait de réaliser l’un des rêves de tout dragonnet, celui de pouvoir s’envoler vers les cieux étoilés et de suivre sa mère dans ses aventures.

A présent, Keetech était assez grande et forte pour quitter la sécurité du nid et suivre sa mère dans ses déplacements. Cette dernière l’emmena jusqu’à une très grande vallée qui se trouvait à plusieurs jours de vol de la grotte où son œuf avait éclos.

Le lieu était tapissé d’une végétation luxuriante et traversé par de nombreux cours d’eau. La faune et la flore étaient également très riches et la dragonne de Quartz restait ébahie face à toutes ces nouvelles espèces animales et végétales qu’elle ne connaissait pas. Pourtant, le spectacle qui l’émerveilla le plus fut d’apercevoir un groupe de dragons rassemblés au milieu de la vallée.  Nozoria qui volait à ses côtés lui expliqua qu’il s’agissait de la nuée à laquelle toutes deux appartenaient et que désormais elle vivrait au sein de ce groupe et le suivrait dans ses déplacements.

A leur arrivée et après que les deux dragonnes se soient posées sur le sol, tous les regards se tournèrent vers eux et Keetech se sentit un peu intimidée d’être l’objet de tant d’attention. Hormis sa génitrice, celle-ci n’avait jamais eu l’occasion de rencontrer d’autres dragons et surtout si nombreux. La fille des tempêtes remarqua que la nuée était composée de d’individus de corpulence et d’âge différents, certains étaient des dragonnets comme elle, tandis que d’autres semblaient très âgés et arboraient une taille gigantesque.  Par ailleurs, la plupart des dragons présents faisaient preuve d’une grande déférence envers Nozoria, en la saluant très respectueusement voire en inclinant légèrement la tête à son passage.

Qu'est-ce que tout ce cérémonial signifiait ? se demanda Keetech en observant la scène avec curiosité. Toutefois, elle garda ses questions pour elle-même et suivit sa mère sans discuter car cette dernière se montrait souvent stricte et autoritaire dans son éducation, n’acceptant aucune rebuffade ou désobéissance.

La dragonne de saphir la conduisit jusqu’à un endroit qui se trouvait un peu à l’écart et Keetech discerna une masse gigantesque, recouverte d’écailles couleur de bronze qui étincelaient sous la caresse du soleil. Même au sein de la nuée, peu de dragons mâles possédaient une telle stature et une musculature aussi imposante. La bicolore l’observait, mi- fascinée, mi- effrayée, n’osant pas s’approcher de lui et préférant rester près de sa mère jusqu’à ce que celle-ci l’encourage en lui donnant un coup de museau.

Keetech tomba immédiatement en admiration devant cet immense écailleux dont les grands yeux luisaient d’une lueur ambrée et qui dégageait une impression de force tranquille et de placidité. En outre l’ancestral faisait preuve d’une grande sagesse et d’une droiture à toute épreuve.
Sa mère, quant à elle, possédait un caractère impulsif et un tempérament volcanique, n’hésitant pas à la gourmander sévèrement à la moindre incartade, tout en lui prodiguant de l’affection et des conseils lorsque cela s’avérait nécessaire. Ses parents prirent en charge son éducation, lui enseignant la chasse, en commençant par de petites proies, avant de s’attaquer à des adversaires de plus en plus gros. Cette dernière apprit également les règles et les traditions de la nuée ainsi que la hiérarchie qui régnait au sein du groupe.

Bien qu’étant la fille du couple dominant  de la nuée, la dragonne de Quartz grandit en recevant des soins et des attentions de tous les membres du clan. Elle jouait souvent avec les autres dragonnets de son âge et les considérait comme des frères et des sœurs. L’orageuse appréciait également se rendre auprès des matriarches ou des ancestraux pour les écouter raconter leur histoire, celle de leur peuple ou relater d’anciennes traditions draconiques. Certains lui parlèrent de terres lointaines, au-delà des océans et d’une contrée nommée Ambarhùna dont certains étaient originaires.
Très jeune, Keetech remarqua les inévitables chamailleries qui éclataient entre les jeunes de son âge ainsi que les dragons adultes. Celle-ci décida d’aller consulter les ainés afin de connaitre quel était le meilleur moyen de régler les conflits. C’est ainsi qu’elle apprit l’existence des duels et fascinée par cet art, elle interrogea tous les membres de sa nuée, des plus jeunes aux plus âgés, pour en apprendre le plus possible à ce sujet.
Elle prit soin d’observer de nombreux combats et peu à peu grâce à sa sagesse, à sa neutralité et à sa grande maturité, les dragonnets mais également les adultes prirent l’habitude de lui demander des conseils et de servir d’arbitre pour régler leurs différends.

En outre, la fille des tempêtes apprit également à se battre et devint une guerrière redoutable, en dépit de sa corpulence filiforme. De même, ses premiers vols, maladroits et hésitants, devinrent progressivement de plus en plus gracieux et rapides, à tel point que ses congénères la surnommèrent la reine des nuées. Cependant, l’orageuse n’acceptait jamais un combat si ce dernier ne se déroulait pas selon un code de conduite strict. A ses yeux, la victoire ne valait rien si celle-ci avait été obtenue de manière déloyale et un dragon dépourvu d’honneur ne se comportait guère différemment d’une bête féroce.

Les années passèrent et la dragonne de Quartz devint adulte, acquérant plus de maturité et certains des traits de caractère de ses parents avec qui elle entretenait de bonnes relations. De son père, celle-ci avait hérité la sagesse, le sens de l’honneur, du devoir vis-à-vis de son peuple, et de sa génitrice,l'autorité, le fort tempérament, le goût de l’indépendance ainsi qu’un pouvoir très particulier : le don de l’orage.

Au sein de la nuée, Keetech et sa mère étaient les seules à posséder une telle capacité et cela suscitait en elle bien des questionnements. La matriarche lui parlait souvent de cette lignée très ancienne, semblant remonter à la nuit des temps, des dragonnes de l’orage et de ce don sacré qui se transmettait uniquement de mères en filles depuis d'innombrables générations.

Nozoria, elle-même était issue de cette lignée et avait transmis le pouvoir des tempêtes à sa propre fille. En raison de cela, et de sa particularité physique, Keetech s’était toujours sentie un peu différente des autres dragons. Ceux-ci la regardaient avec curiosité et son don les intriguait.
La reine des nuées admirait beaucoup sa génitrice, en raison de sa puissance et de sa force morale. Cette dernière était capable d’appeler la tempête, faisant gronder le tonnerre, jaillir des éclairs qui déchiraient le ciel ou naître des ouragans qui créaient des vagues immenses à la surface de l’océan.

Nozoria était si forte et respectée au sein de la hiérarchie draconique que Keetech éprouvait souvent le douloureux sentiment qu’elle ne parviendrait jamais à l’égaler. En tant que jeune dragonne, l’orageuse ne parvenait pas à appeler de violentes tempêtes pouvant se comparer à celles que déclenchait sa mère qui avait déjà atteint un âge respectable et possédait l’atout de son expérience.

La dragonne de Quartz en venait à trouver ridicule les petits orages instables qu’elle arrivait à créer à grande peine et avec beaucoup d’efforts. Sa mère tentait de la rassurer, en lui disant que cette moindre maîtrise du don de l’orage était habituelle chez des jeunes dragonnes et qu’il fallait généralement atteindre un âge mûr pour pouvoir l’utiliser efficacement, mais que tout viendrait avec le temps.

Pourtant, elle refusait de se décourager et d’abandonner, n’hésitant pas à s’entraîner durement chaque jour, y consacrant tout son temps et son énergie ! Et un jour, à force de persévérance, le miracle se produisit et Keetech parvint à éveiller le pouvoir qui sommeillait en elle et à le dompter, à un âge plus précoce que la majorité de ses semblables.  Cette réussite l’emplit de bonheur et de fierté ainsi que sa mère, heureuse que sa fille fasse preuve de tant d’opiniâtreté et de volonté malgré sa jeunesse.

Chapitre III: Voyage au cœur du continent sauvage:

Keetech vivait paisiblement au sein de sa nuée et occupait une place importante dans la hiérarchie draconique, en raison de son sens de l'honneur, son esprit aiguisé et son impartialité. Son rôle consistait à arbitrer les duels, à régler les conflits et à punir les contrevenants qui manquaient à leur parole ou ne respectaient pas leurs engagements. Chacun savait que l'orageuse était sévère mais juste et qu'il se devait de lui présenter des arguments valables pour obtenir son attention ou bénéficier de ses judicieux conseils.

Cependant, malgré cette existence sereine et ce rôle privilégié au sein de son clan; la dragonne de Quartz n'était pas totalement heureuse. Il lui semblait que quelque chose d'important manquait à sa vie et qu'elle se devait de le trouver, même si pour cela elle devait quitter les siens et s'envoler vers d'autres horizons.

Par ailleurs, elle rêvait depuis toujours d'explorer le continent sauvage, de découvrir de nouvelles contrées inexplorées et de mener une vie emplie d'aventures et de liberté. Bien entendu, ce choix chagrina les membres de sa nuée, mais nul ne tenta de la retenir car chacun connaissait le tempérament déterminé de la fille des tempêtes. Lorsque celle-ci prenait une décision, elle s'y tenait coûte que coûte, peu importe le prix à payer.

Un matin, juste après le lever du soleil, alors que les premières lueurs de l'aube éclairaient le ciel printanier, Keetech déploya ses ailes et prit son envol vers une nouvelle existence. Elle survola des grandes vallées, des jungles luxuriantes, des plaines et des terres arides, s'émerveillant de ces innombrables découvertes. Plusieurs semaines s'étaient écoulées quand la dragonne parvint jusqu'à une grande chaîne montagneuse dont les sommets culminaient à une hauteur impressionnante. Les pics rocheux, à l'aspect déchiqueté et le paysage tourmenté possédaient un aspect sinistre et terrifiant. De plus, plusieurs volcans laissaient s'échapper des coulées de lave et d'épais nuages de cendre obscurcissaient l'atmosphère, à tel point que cet endroit semblait prisonnier d'une nuit sans fin.

Keetech hésita, devait-elle rebrousser chemin et contourner cette chaîne de montagne, quitte à faire un long détour ou, au contraire, prendre ce raccourci afin de gagner un temps précieux ? La raison lui conseillait de prendre la route la plus sûre, toutefois la jeune dragonne était impatiente de poursuivre son voyage, aussi ignora-t-elle l'étrange pressentiment qui naissait en elle.

L'orageuse pénétra dans ce labyrinthe montagneux et volait depuis quelques heures, mais plus elle avançait et plus cette dernière regrettait sa décision. Ce lieu était si sombre et si ténébreux et elle devait se frayer un chemin entre les falaises escarpées et les pics rocheux. Tout était désert et on n'entendait nul bruit, hormis celui du bouillonnement des fleuves de feu. La dragonne poursuivit son chemin jusqu'à ce que la fatigue commence à se faire sentir.

La reptilienne chercha donc un endroit où se reposer et aperçut un plateau montagneux, sur lequel se trouvait une gigantesque masse noirâtre. Probablement un immense rocher, songea-t-elle en se posant juste à coté. Soudain, à sa grande surprise, ce qu'elle avait pris pour un roc se mit à bouger et elle réalisa qu'il s'agissait en réalité du corps d'un gigantesque dragon, aux écailles couleur d'obsidienne et qui à travers l'obscurité cendreuse paraissait se confondre avec le paysage montagneux.

Le dragon de jais tourna son énorme tête en direction de Keetech et celle-ci remarqua qu'il était borgne et que de nombreuses cicatrices et marques de crocs et de griffures marquaient sa chair, comme si ce dernier portait les stigmates de nombreux combats. L'orageuse s'apprêtait à le saluer, avec le respect du à son rang, mais le saurien darda sur elle son œil unique, aussi rougeoyant qu'un feu de braise et lui lança un regard vipérin. Avant même qu'elle ait pu dire quoi que ce soit ou esquisser le moindre geste, l'obsidienne s'adressa à elle d'une voix grave et caverneuse.  

- Qui es-tu et que fais-tu ici ? C’est mon territoire ! Tu n’as rien à y faire donc dépêche-toi de déguerpir hors de ma vue avant que je ne me fâche.
Keetech sentait la colère gronder dans la voix rauque du dragon balafré, mais celle-ci conservait son calme et son attitude imperturbable. Elle se contenta donc de répondre d’un ton détaché :
- Mon nom est Keetech, fille de Rachtech et de Nozoria et les miens me surnomment la dragonne de Quartz. J’appartiens à la nuée du vol doré dont le territoire se trouve à plusieurs semaines de vol d’ici.

En entendant ces paroles, le reptilien émit un grognement sardonique et la fixa avec intensité.

- Après tant d’années je n’aurais jamais pensé recroiser un membre de la nuée à laquelle j’appartenais jadis et dont j’ai été chassé…Mais j’imagine que tu n’as jamais entendu parler de moi car j’ai été banni il y a fort longtemps, bien avant ton éclosion si j’en juge par ton jeune âge.  Et je suppose que nul n’évoque mon nom, surtout pas mon frère…

L’œil unique du dragon noir s’étrécit et l’orageuse put y lire une lueur de haine.

- Tu as été banni, mais quel était ton crime ? demanda-t-elle, quelque peu étonnée.

En effet, le bannissement représentait une affaire sérieuse et qui ne se décidait guère à la légère. Ce reprouvé avait dû commettre un acte d’une extrême gravité pour encourir une peine si sévère. De mémoire, Keetech ne voyait que quelques crimes pouvant conduire à un tel châtiment : avoir tué ou tenter de tuer l’un de ses congénères, offenser gravement le mâle ou la femelle dominante de la nuée, séduit la femelle d’un autre mâle ou violer une dragonne non consentante. Le dernier crime représentait un acte abject qui consistait à dévorer la chair d’un autre écailleux. Certains dragons à l’esprit dérangé pensaient qu’en dévorant le cœur de leurs adversaires, morts sous leurs coups, ils augmenteraient leur pouvoir. Fort heureusement, le cannibalisme ne suscitait qu’une extrême répulsion chez les dragons sains d’esprit et respectueux des règles.
Si ce reptilien appartenait aux bannis et vivait terré depuis des décennies, voire des siècles, au sein de cette chaîne de montagnes volcaniques ; cela signifiait qu’il avait forcément commis l’un de ces actes.

Cependant Keetech ne cilla pas du regard et demeura silencieuse, attendant sa réponse. Un bref instant plus tard, son interlocuteur poursuivit d’un ton glacial :

- Pourquoi te le dirais-je ? A mes yeux, tu n’es rien d’autre qu’un vulgaire vermisseau. Mais après tout pourquoi pas ? J’ai besoin de me distraire et il y a fort longtemps que je n’avais pas croisé un autre dragon ni conté mon histoire. Alors écoute-moi bien, puisque tu tiens tellement à l’entendre, mais ne te plains pas si ensuite tes nuits sont hantées par une série de cauchemars.

- Mon nom est Techtum et à l’époque où j’appartenais à la nuée du vol doré, on me surnommait le dragon d’Obsidienne, en raison de mes écailles aussi noires que la nuit et réputées indestructibles. J’avais un frère, du même âge que moi, car notre mère pondit deux œufs, qui se développèrent ensemble avant d’éclore au même moment, comme si dès le départ nos existences étaient inexorablement liées, pour le meilleur et pour le pire…Il avait la couleur du souffre et moi celle du charbon.

L’amertume transparaissait dans le son de sa voix, mais Techtum continua son récit :

- Mon frère se nommait Rachtech et depuis l’enfance nous étions toujours ensemble, élevés seulement par notre mère car notre père avait disparu avant notre éclosion.

Keetech tressaillit en entendant le nom Rachtech car il s’agissait de celui de son père. Cela voulait-il dire que ce terrifiant dragon d’obsidienne n’était autre que son oncle ? Comment était-ce possible, son père ne lui en avait jamais parlé ? C’est alors qu’elle se remémora le regard à la fois mélancolique et plein de colère du dragon de bronze lorsqu’un jour cette dernière l’avait questionné à propos d'éventuels frères et sœurs. Son géniteur s’était contenté de mettre fin à la conversation en lui disant que parfois il valait mieux laisser le passé derrière soi et ne jamais évoquer certaines choses. A présent, elle comprenait sa réaction. Cependant, la fille des tempêtes resta muette et écouta la suite :

- Dès mon plus jeune âge et malgré que notre mère tentait de ne faire aucune différence entre nous, au fond de moi je sentais qu’elle me préférait mon frère…Je voyais dans ses prunelles de jade à quel point elle aimait et admirait ce fils si fort, si courageux, si plein de grandeur d’âme. Alors que moi, j’étais le mal-aimé, le noir, le chétif, celui à qui elle ne daignait pas accorder le moindre regard. Nous grandîmes mon frère et moi, et si je conservais mon tempérament ombrageux et mon corps fragile, lui devenait chaque jour plus robuste et plus populaire auprès des autres dragons de la nuée. Un jour, j’en eu assez de cette injustice et je décidais de quitter les miens afin d’entreprendre un long voyage et surtout d’apprendre à me battre pour cesser d’être une victime, un bon à rien et le souffre-douleur de mes pairs. Durant les années que je passais loin de mon groupe natal et de mon frère, je développais ma force et mon art du combat et, peu à peu, ma silhouette frêle fit place à un corps à la musculature imposante et plein de puissance. J’étais si fier de celui que j’étais devenu que je luttais avec rage et férocité afin de m’imposer chaque jour davantage. Bientôt mon nom commença à inspirer la crainte et le respect et j’en étais heureux.

Pour la première fois de mon existence, j’avais le sentiment d’exister, de me sentir vivant et de valoir quelque chose. Les combats et les victoires devenaient comme une drogue, une euphorie que je désirais savourer pleinement et obtenir par tous les moyens possibles. Pourtant, au fur et à mesure du passage des années, je commençais à ressentir un vide en moi et je compris que je n’étais pas pleinement heureux. Un jour, j’éprouvais le violent désir de revoir ma mère et c’est ainsi que je me décidais à rejoindre ma nuée d’origine. Je parcourus des milliers de kilomètres avant de la retrouver enfin.

En entamant cette quête, j’étais si plein de rêves et d’espérances, je désirais tant que ma génitrice soit fière du dragon que j’étais devenu et surtout qu’elle accepte de me donner cet amour auquel j’aspirais depuis tellement longtemps. Hélas, à mon arrivée, j’appris qu’elle venait de mourir peu de temps auparavant et je pu seulement lui dire adieu en me recueillant devant ses ossements. Un profond chagrin s’empara de moi et je me maudis intérieurement d’avoir attendu si longtemps avant de revenir parmi les miens. Quant à mon frère, j’espérais que notre longue séparation aurait atténué notre rivalité ainsi que la haine viscérale que je lui vouais, car à présent, j’étais également un dragon puissant, capable de l’égaler. Malheureusement, dès le premier instant de nos retrouvailles, je compris qu’il n’en était rien et que même le passage du temps ne pouvait pas effacer les vieilles rancunes. Les choses auraient pu en rester là et chacun de nous poursuivre sa route. Mais l’existence en décida autrement…

- Une nuit, je croisais le chemin d’une jeune dragonne, nommée Nozoria, aux l’écailles aussi bleues que les profondeurs marines. Dès que je posais le regard sur elle, je sentis naître en moi un violent désir de la faire mienne. Jamais auparavant, je n’avais éprouvé un tel sentiment pour quiconque et il me semblait que mon existence perdrait tout son sens si je ne pouvais pas la posséder. Mais la dragonne de Saphir était fière et rebelle et je savais qu’elle n’accepterait jamais de lier son existence à un mâle indigne d’elle. Tant de dragons la désiraient et étaient prêts à combattre pour la conquérir, dont mon frère. Moi-même, je ne comptais reculer devant rien afin de prouver ma valeur. Pourtant, en surprenant les regards qu’ils se lançaient, je compris le sentiment qui existait entre eux et cela ne fit que décupler ma hargne et mon désir de vaincre.


- Un grand combat devait être organisé car le vieux mâle dominant était mourant et il fallait nommer son remplaçant. Le dragon capable de triompher de cette épreuve serait jugé apte à prendre la tête de la nuée et à s’unir à la fille du patriarche, Nozoria. Une série de luttes eu lieu et j’évinçais sans peine tous mes rivaux grâce à ma force et à ma rage de victoire. De son côté, Rachtech parvint à vaincre ses adversaires et nous nous retrouvâmes face à face lors de l’affrontement final. J’attendais ce moment depuis si longtemps et j’avais enfin l’occasion de prendre ma revanche et d’évacuer tant d’années de haine et de ressentiments. Par-dessus-tout, je désirais lui prouver ainsi qu’au monde entier que je valais quelque chose, que j’étais aussi fort, voire plus que lui ! Mais…les événements ne se déroulèrent pas comme je l’avais imaginé. Notre combat fut terrible car nous étions presque de force égale et nos corps ressemblaient à deux énormes masses qui s’entrechoquaient avec une rare violence, tels deux monstres de pierres.

Toutefois, mon frère était légèrement plus rapide et parvint lors d’une charge, à esquiver mon attaque et à me mettre à terre en ripostant. A cet instant, je compris que quoi que je fasse, il demeurerait le plus fort de nous deux et que j’étais condamné à vivre éternellement dans son ombre…Pourtant, je me refusais à admettre ma défaite et un torrent de haine déferla dans mon cœur. Alors que Rachtech savourait déjà sa victoire et lançait un regard empli de joie et de complicité à Nozoria, la folie s’empara de mon esprit et je bondis sur lui prêt à le massacrer en lui lacérant la gorge à l’aide de mes crocs acérés. Il se défendit en me donnant de violents coups de griffes sur la gueule et c’est ainsi que je perdis un œil ainsi que ma fierté et mon honneur. Après un tel geste, je fus banni et condamné à errer à travers le continent sauvage, prisonnier de la solitude la plus totale. Mon frère, désirant se montrer magnanime et parce que j’étais son frère malgré tout ne m’infligea pas l’horrible punition que l’on réserve parfois aux dragons renégats : celle d’avoir les ailes brisées ou leurs membranes déchirées les condamnant à ne plus jamais pouvoir voler et à ramper sur le sol, comme de vulgaires ver de terre. J’aurais peut-être dû le remercier pour sa « gentillesse » ? Que ce misérable soit maudit, il aurait mieux fait de me tuer !


A présent l’œil rougeâtre de Techtum brillait d’un éclat fiévreux et la dragonne de Quartz sentit apparaître en elle un mauvais pressentiment.

- Je ne pensais pas qu’un jour, j’aurais la possibilité de me venger de mon frère et de l’affront qu’il m’a fait subir en dévorant sa propre fille.

Techtum poussa un violent rugissement et Keetech comprit qu’il valait mieux fuir au plus vite. Le dragon mesurait une taille impressionnante de plus de cinq cent mètres, en raison de son âge d’ancestral. L’orageuse, quant à elle, n’était encore qu’une jeune dragonne et sa seule chance de vaincre consistait à l’entrainer vers les nuées. Celle-ci s’envola vers le firmament noirci de cendres volcaniques en battant des ailes à toute allure. En jetant un coup d’œil derrière elle, la dragonne aperçut la créature couleur d’obsidienne en train de prendre à son tour son envol afin de se lancer à sa poursuite.

Keetech tenta de le semer dans ce labyrinthe montagneux, mais dès qu’elle croyait avoir distancé son poursuivant, ce dernier réapparaissait derrière le flanc d’une montagne. Sentant la fatigue la gagner et voyant le dragon de jais se rapprocher, elle décida de ruser pour s’en débarrasser une bonne fois pour toutes.

Elle venait d’apercevoir deux pics rocheux séparés par un étroit passage. Si elle parvenait à s’y faufiler, le noir ne pourrait pas la suivre, en raison de sa taille imposante. L’écailleuse fit un crochet et s’élança dans cette direction. Techtum la suivit mais, comme elle l’avait prévu, sa taille colossale ne lui permettait  pas de passer et ce dernier resta coincé au niveau de son torse.

Pendant qu’elle s’éloignait, les hurlements de colère du noir ne cessaient de résonner. Le cœur de Keetech était lourd après cette rencontre inattendue avec son oncle banni. Malgré la tentative de meurtre de ce dernier, elle ne parvenait pas à le haïr car elle savait qu’il était profondément meurtri et l’âme rongée par l’amertume et la solitude.


Chapitre IV : cœur de dragon

Keetech continua son périple à travers le continent sauvage, découvrant des terres inconnues telles que des déserts, des forêts profondes, des canyons et des iles de glace et de feu. Elle survola même des contrées oubliées qui n’avaient plus vu l’ombre d’un dragon depuis des siècles.
L’écailleuse fit d’innombrables rencontres et croisa une multitude de dragons, certains sympathiques d’autres moins. Elle profita de ce voyage pour intégrer d’autres nuées et en apprendre davantage à propos de leurs traditions et de leurs légendes.

Les dragons ancestraux, parmi les plus âgés, conservaient des souvenirs de continents lointains, situés par-delà les océans. Keetech était fascinée par l’histoire perdue de son peuple et cherchait à la reconstituer grâce aux bribes éparses qu'elle parvenait à saisir lors de ses rencontres.  
Par ailleurs, cette dernière profitait de son exploration pour assister à d’innombrables duels et arbitrer les conflits. Son voyage et ses aventures lui permirent de cultiver son esprit ainsi que ses talents de guerrière.

Un jour, l’orageuse entendit parler d’un dragon aux écailles écarlates nommé Verith. Ce dernier était puissant et parvenait aisément à triompher de ses adversaires grâce à sa détermination et à sa rage de vaincre.

Intriguée, la dragonne de Quartz décida d’assister à l’un de ses combats afin d’en apprendre davantage à propos du rouge et fut atterrée par ce qu’elle découvrit. Le colérique était arrogant, égocentrique et se battait avec férocité, oubliant toute sens de l’honneur ainsi que toute valeur morale. Aussi lors de leur première rencontre, suscita-t-il chez la fille des tempêtes un vif sentiment d’antipathie. Certes, celle-ci admirait la force, la puissance et les caractères de fer, mais elle abhorrait la prétention et l’absence de principes moraux.

Si Verith parvenait à s’attirer le respect de certains dragons, à susciter la peur chez d’autres, voire à plaire à plusieurs femelles, la reine des nuées, quant à elle, demeurait de glace voire était agacée par son comportement irresponsable.

Le rouge avait beau posséder une grande force, celui-ci l’utilisait à mauvais escient, telle une bête furieuse. Si nombre de ses congénères craignaient le dragon écarlate ; Keetech refusait de plier devant ce dernier et n’hésitait pas à s’interposer ou à lui tenir tête quand d’autres fuyaient.
En apprenant que Verith désirait défier un puissant dragon nommé Laraan, elle tenta de l’en dissuader en lui expliquant que s’il s’entêtait à poursuivre une telle voie, celui-ci risquait de se faire tuer ou de finir comme ces dragons bannis ou déchus, meurtris dans leur chair et dans leur âme et l’esprit torturé par l’amertume de leur défaite.

Hélas, l’écarlate était encore trop fier et trop entêté pour entendre raison ou tenir compte de l’opinion de quiconque. Heureusement, ce dernier parvint à s’extraire de cette situation périlleuse et à remporter une victoire providentielle.

Et en le côtoyant, la dragonne de l’orage développa le tempérament de fer qui lui permis de tenir tête au colérique ainsi que de gagner son respect. De son coté, en apprenant à mieux le connaitre, elle découvrit que derrière sa carapace imposante, son égo démesuré et sa tendance à dominer, Verith dissimulait d’autres traits de personnalité. Progressivement, celle-ci commença à le respecter et à l’apprécier.

La tempétueuse était une dragonne très convoitée et de nombreux mâles se disputaient ses faveurs et désiraient se battre afin de la conquérir. Cependant, nul ne parvenait à éveiller son intérêt et elle préférait conserver sa liberté et son indépendance plutôt que de se lier à un être indigne de sa personne.

Keetech passait de plus en plus de temps en compagnie du rouge et des sentiments commençaient à naître dans son cœur, bien qu’elle soit trop fière pour l’admettre.

Puis un jour, l’écarlate décida de livrer bataille à tous les prétendants de la fille des tempêtes afin de lui prouver sa valeur et la faire sienne. Cette dernière suivit avec ferveur les affrontements, le soutenant intérieurement, bien que feignant l’indifférence et l’impartialité. Verith combattit avec courage et parvint à évincer tous ses rivaux, malgré le fait que certains soient plus âgés et plus forts et qu’il subit de nombreuses blessures.
La dragonne de Quartz fut sensible à cette marque d’amour et attendrit son cœur qu’elle gardait fermé jusqu’à présent. Après cette victoire, elle et le colérique s’unir pour former un couple comme il est d’usage chez les dragons sauvages.

Chapitre V : la promesse

A présent, les deux sauriens étaient liés par un lien indéfectible et voyageaient ensemble à travers le continent sauvage. Les sentiments de Keetech pour celui qui était désormais son compagnon ne faisaient que croitre de jour en jour et se transformèrent en un amour profond. Son bonheur aurait pu être parfait ; cependant, la dragonne de Quartz, grâce à sa finesse d’esprit et à son intuition, devinait que quelque chose tracassait l’esprit de l’écarlate, dont les yeux dorés étaient ternis par un voile sombre.

Cela faisait à peine quelques mois qu’ils venaient d’unir leurs deux existences que Verith décida d’avouer à sa femelle la cause de son tourment. Celui-ci désirait quitter le continent sauvage et se rendre, par-delà les océans, jusqu’à cette contrée lointaine nommée Ambarhùna afin de retrouver Cymbor, son frère disparu. Sa mère Skade et sa sœur Estelen l’accompagneraient lors de ce voyage. Cette annonce fut comme un coup de poignard dans le cœur de Keetech et elle eut l’impression que ce dernier se brisait en mille morceaux. Toutefois, fidèle à elle-même, celle-ci n’en laissa rien paraître et conserva une attitude fière et digne. Pas un seul instant, elle ne songea à retenir son mâle à ses côtés, bien au contraire, l’orageuse l’encouragea à accomplir ce périple, car à ses yeux le véritable amour consistait à laisser l’autre libre de ses gestes. La seule chose qu’elle lui demanda avant son départ fut de lui faire la promesse de revenir auprès d’elle une fois sa quête accomplie.

Le rouge promit et la fille des tempêtes, l’âme déchirée, regarda son bien-aimé s’éloigner en direction de cette terre oubliée et disparaître à l’horizon. La dragonne avait déjà entendu des récits concernant Ambarhùna contés par des dragons ancestraux qui y étaient nés. Elle avait décidé de rester sur sa terre natale afin d’y attendre le retour de Verith, espérant de tout son cœur que cette absence serait la plus courte possible. Hélas, connaissant la soif d’aventure de son compagnon, elle craignait un peu qu’il ne s’y éternise. Mais après tout, n’était-ce pas en partie en raison de ce trait de personnalité qu’elle l’aimait ?

Les jours passèrent et Keetech choisit de demeurer seule, préférant ne pas rejoindre l’un ou l’autre nuée. Par ailleurs, celle-ci désirait rester à proximité du lieu où elle et le colérique s’étaient séparés afin de faciliter leurs prochaines retrouvailles. Chaque matin, en se levant, elle s’envolait jusqu’au rivage et contemplait l’horizon, espérant voir s’y dessiner la silhouette majestueuse du dragon de l’ire.

La vie suivait paisiblement son cours ; pourtant un jour, la reine des nuées sentit qu’un profond changement s’était opéré en elle, aussi bien sur le plan physique que dans la magie qui parcourait l’ensemble de son corps. Ses écailles étaient bien plus brillantes que d’ordinaire et son appétit atteignait des proportions gargantuesques, lui faisant dévorer des troupeaux entiers, alors qu’en temps normal, elle ne chassait que dans le seul but de se sustenter. Même sa magie et son don de l’orage semblaient détractés. Que lui arrivait-il donc ?

Au début, son chagrin d’être séparé de son mâle ne lui avait guère fait prêter à certains symptômes, mais loin de s’atténuer, ils ne faisaient qu’augmenter d’intensité…C’est alors que Keetech comprit qu’un œuf grandissait dans ses entrailles.

En temps ordinaires, une telle découverte l’aurait empli de bonheur, mais cette fois-ci la dragonne de Quartz ressentit un sentiment étrange et ambigu, mélange de joie et de tristesse. Son regard bleuté fut terni par la mélancolie à l’idée que le futur dragonnet risquait de grandir avec un père absent.

Mais qu’importe, elle devait être forte et élever l’enfant à naître du mieux possible, même si elle était seule à le faire. La reptilienne prépara un nid douillet, y pondit son œuf et veilla jalousement sur lui jusqu’au moment de l’éclosion.

Quelques mois s’écoulèrent et un beau jour, Keetech trouva une petite dragonne, couinant et gesticulant dans les débris de sa coquille. Cette dernière répondait au prénom de Nynsith et la fille des tempêtes sentit dans les tréfonds de son être qu’elle l’aimait à l’infini et se jura de toujours la protéger.

Chapitre VI : sept ans de solitude

Les années qui suivirent l’éclosion de l’œuf, la reine des tempêtes entreprit d’élever sa fille seule. Celle-ci espérait que Verith serait rapidement de retour et que leur enfant ne souffrirait pas trop de cette absence. Toutefois, cette attente lui semblait terriblement longue et la dragonne se languissait de son mâle, bien qu’en laissait rien paraître, préférant dissimuler ses sentiments derrière un masque d’impassibilité.
Keetech se montrait stricte, mais bienveillante avec Nynsith, et tentait de lui donner la meilleure éducation possible. Souvent, elle lui racontait les exploits de l’écarlate afin que sa fille puisse savoir quel dragon extraordinaire était son père et faciliter leurs futures retrouvailles.

Sa fille s’avérait d’ailleurs particulièrement turbulente et en grandissant cette dernière ressemblait de plus en plus à Verith ! Elle partageait avec celui-ci le même goût pour la chasse et les combats. La dragonne de Quartz ne comptait plus les fois où Nynsith était revenue, le corps ensanglanté après avoir combattu d’autres reptiliens de son âge. Bien que très protectrice envers elle, Keetech n’hésitait pas à la réprimander à ce propos, se montrant aussi sévère qu’elle l’avait été avec le rouge.

Plus grande que les dragonnets de son âge, la jeune dragonne se révélait particulièrement vorace et, contrairement à sa génitrice, elle semblait dépourvue du don de l’orage. La fille des tempêtes s’en étonna un peu car elle pensait que ce pouvoir se transmettait automatiquement de génération en génération ; néanmoins, cette dernière estimait que sa fille saurait prouver sa valeur et la rendre fière à sa façon malgré leurs différences.
Désormais, sept années s’étaient écoulées et le colérique demeurait toujours absent. Keetech commençait à ressentir une vive inquiétude et à se questionner sur la raison qui le retenait si longtemps. L’avait-il oublié ainsi que son serment ? Non, c’était impossible ! La dragonne de l’orage faisait une confiance totale à son mâle et savait qu’un jour ou l’autre ce dernier tiendrait parole.

Quelque chose devait le retenir, mais quoi ? Quelle force pouvait être assez puissante pour les séparer depuis tant d’années ? Ces sombres pensées ne cessaient de hanter son esprit. Une nuit alors qu’elle dormait paisiblement, l’écailleuse fut réveillée en sursaut par un cauchemar. Demeurée éveillée, Keetech sentit un horrible pressentiment l’envahir peu à peu. Verith courait un grave danger ! Son cœur le lui disait et sans attendre une minute de plus, la tempétueuse s’empressa de réveiller Nynsith qui dormait à ses côtés.

Elle lui fit part de son inquiétude à propos du dragon de l’ire et lui demanda de la suivre pour partir à sa recherche. Ensuite, toutes deux s’envolèrent, à travers l’océan, en direction de cette contrée mystérieuse nommée Ambarhùna.

C’était la première fois que la reine des nuées entreprenait un tel périple, mais elle se souvenait des récits des anciens concernant la position du continent. Par ailleurs, le lien affectif qui l’unissait à son bien-aimé lui montrait la voie à suivre. Après de nombreux jours de voyage, les contours d’une terre étrangère se profilèrent à l’horizon et les deux dragonnes comprirent qu’elles étaient parvenues à destination.


 

   

   

   


Dernière édition par Keetech le Lun 4 Sep - 12:01, édité 13 fois
Anonymous
Invité
Invité

Keetech (terminée) Empty Re: Keetech (terminée)

le Sam 2 Sep - 21:11

   



   

Histoire


   

   
 
Chapitre VII : Ambarhùna, terre des chimères

Enfin, après une longue traversée de l’océan, elles atteignaient les rivages de cette terre légendaire. En dépit de tous les récits entendus à son sujet, Ambarhùna demeurait aux yeux de Keetech un continent étrange et inconnu, dont les contrées étaient auréolées de mystère.
En se posant sur le sol, l’intuition que l’écarlate courait un grave danger s’intensifia. La dragonne de Quartz ne parvenait pas à mettre de mots sur ce ressenti qui s’était mué en une inquiétante certitude. Son cœur lui dictait qu’il fallait retrouver son bien-aimé le plus rapidement possible.


Afin de gagner de gagner un temps précieux, elle proposa à sa fille de se séparer et d’aller chacune dans une direction opposée à la recherche du Rouge. Ambarhùna possédait des dimensions moindres que celles du continent sauvage, toutefois, plusieurs semaines d’exploration seraient nécessaires pour le fouiller de fond en comble.

Après avoir conseillé à Nynsith de se montrer prudente face aux dangers de ce nouvel environnement, la reine des nuées s’envola en direction du Nord. En survolant ces terres nouvelles, Keetech remarqua des paysages dévastés et la présence d’étranges constructions en bois et en pierres, en ruines ou abandonnées. Que s’était-il passé pour que ce monde soit dans un si piteux état ? Une guerre avait-elle eu lieu ? Cette dernière n’en savait rien et à dire-vrai, elle s’en moquait un peu, mais son instinct lui disait que c’était mauvais.

Quand la dragonne de Quartz parvint à l’extrême nord du continent et survolait des cimes enneigées, elle discerna la forme d’une mystérieuse construction, faite de grands bâtiments pierreux. En s’approchant, la tempétueuse entendit le bruit métallique des armes qui s’entrechoquaient et vit de petites créatures en train de combattre des assaillants.

Keetech ne savait que penser de cette scène guerrière qui se déroulait sous ses yeux. Devait-elle intervenir ou laisser ces bipèdes se faire massacrer par leurs ennemis ? En vérité, cette guerre ne la concernait guère et elle n’avait aucune raison logique de s’interposer.

Toutefois, elle songea que ceux-ci pourraient peut-être constituer une aide précieuse dans sa quête de l’écarlate. Sans compter, que les autres créatures qui dégageaient une aura maléfique éveillaient en elle un sentiment de méfiance et de répulsion. Aussi se décida-t-elle à intervenir afin de faire pencher le cours de la bataille en faveur des longues oreilles.

Les elfes assiégés par les chimères, luttaient vaillamment afin de défendre leur capitale Estelin qui représentait le dernier bastion de leur civilisation encore debout face à cette invasion. Hélas, ces entités maléfiques étaient trop puissantes et tout espoir paraissait vain…La défaite, à présent, n’était plus qu’une question de temps. Les chimères savouraient déjà cet instant.

Soudain, une ombre gigantesque masqua la lumière du soleil et plongea la cité dans l’obscurité, l’espace d’un instant, comme si une éclipse lunaire venait de se produire. En levant la tête vers le ciel, les soldats de l’armée Elfique aperçurent une dragonne inconnue.
Des cris de peurs et de stupeurs résonnèrent dans les deux camps suite à cette apparition inattendue. Dès après son arrivée, des nuages noirs emplirent le firmament et une violente tempête magique se déchaîna, vomissant une pluie d’éclairs sur les chimères.
Terrifiées par la puissance de l’orageuse, ces dernières bâtirent en retrait, laissant les Elfes soulagés panser leurs plaies. Des exclamations de joie résonnèrent suite à cette aide providentielle, mais Keetech n’avait que faire de la reconnaissance de ces bipèdes. La seule chose qui lui importait était de retrouver son mâle.

Elle se posa sur le sol, veillant à ne pas écraser ces petites créatures fragiles sous sa masse, et s’avança vers un bipède qui semblait être l’un de leurs chefs, du moins d’après ce qu’elle pouvait en juger.
La dragonne de l’orage darda sur ce dernier ses mires bleutées dans lequel le visage de l’elfe se reflétait et s’adressa à lui grâce à son pouvoir télépathique.

« Répond moins prestement bipède si tu ne veux pas subir le poids de ma colère ! Dis-moi où se trouve le dragon écarlate nommé Verith ! »

« Je ne sais pas », bredouilla l’Elfe, effrayé à la vue de la tête immense de la dragonne. « La seule chose que je sais c’est que la plupart des Ambarhùnéens se sont réfugiés à l’Est du continent pour résister à l’offensive des Chimères. Peut-être le dragon rouge s’y trouve-t-il également ».

Keetech le remercia avant de s’envoler dans la direction indiquée, espérant y parvenir à temps pour trouver son compagnon sain et sauf. Après plusieurs jours de vol et bien des angoisses, l’écailleuse parvint enfin à destination. Et à son grand soulagement, Verith s’y trouvait en compagnie de Nynsith.

La joie envahit le cœur de la dragonne de Quartz à la pensée que leur famille venait d’être réunie après sept longues années de séparation. Nynsith pourrait enfin connaitre son père et elle retrouver l’affection de son bien-aimé.

Chapitre VIII : le départ vers une nouvelle terre

Les chimères poursuivirent leur avancée malgré l’arrivée des deux dragonnes et la victoire remportée par les Ambarhùnéens lors de la bataille des trois royaumes. Rien ne semblait pouvoir arrêter l’irrésistible avancée de ces entités. Les bipèdes se mirent à assembler des sortes de grands morceaux de bois, ayant la particularité de flotter sur les eaux et qu’ils appelaient « bateaux ». Une fois cette tâche achevée, les deux-pattes prirent la mer et la flotte s’éloigna des côtes d’ambarhùna.

Keetech, tout à son bonheur d’avoir retrouvé son mâle décida de l’accompagner dans cette aventure. Cependant, elle demeurait circonspecte face aux bipèdes, ces créatures énigmatiques et imprévisibles, ainsi que face aux dragons liés. C’était la première fois que l’orageuse rencontrait de tels spécimens et sa première réaction face au lien fut de trouver une telle chose incongrue. A ses yeux, les dragons représentaient des créatures fières et majestueuses faites pour vivre en liberté et la simple idée de devenir la monture d’un de ces deux-pattes éveillait en elle un sentiment de répulsion.
Fort heureusement, l’écarlate éprouvait le même ressenti et préférait mourir plutôt que de devenir un dragon lié.

Les reptiliens volaient en avant, guidant la flotte et plusieurs mois s’écoulèrent. Keetech commençait à trouver le temps long et à se lasser de cette errance interminable. Soudain, ses grands yeux couleur Cyan perçurent dans le lointain la forme massive d’une nouvelle terre, enfin. Les bipèdes nommèrent cet archipel Tiamantara et se partagèrent les différentes îles. La dragonne de Quartz demeurait neutre face à leurs décisions politiques et se concentra sur l’exploration de cette contrée, non dénuée d’intérêt et qui recelait un bestiaire singulier et succulent.
   

   
   

Liens


   

   
Verith : Conjoint et père de son enfant. Elle l’aime profondément et l'a laissé partir pour Ambarhùna, comprenant son besoin impérieux de retrouver ceux de son sang et de partir à l’aventure. Elle croit en la promesse que ce dernier lui a faite de revenir vers elle une fois qu’il aura retrouvé son frère. Malheureusement, sept ans se sont écoulés et si cela n’est rien pour un dragon, c’est beaucoup pour une épouse attendant le retour de son époux. Prise de mauvais pressentiment, elle décidera de prendre les devants et d’aller le retrouver elle-même.

Nynsith : Sa fille, elle l’aime profondément et trouve qu’elle ressemble plus à son père qu’à elle. C’est pour cette raison qu’elle se montre sévère avec elle, comme elle l’a pu être avec Verith. Désireuse que cette dernière ne voit pas sa dignité et son honneur être sali par un égo surdimensionné issu de sa grande force.
   

   
   

Derrière l'écran

 
   

   Petite présentation : DC Nolan Kohan/Ilyanth Neolenn

   Particularités rp ? :

   Rythme RP ? (Une réponse RP dans les 7 jours est attendue) : oui

   Comment avez vous découvert le forum ? :

   Avez vous signé le règlement ? : (Clic!) oui
   

   

   

   


Dernière édition par Keetech le Lun 4 Sep - 12:18, édité 4 fois
Verith
Administrateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Keetech (terminée) Empty Re: Keetech (terminée)

le Lun 4 Sep - 11:29
Physique : rien à redire. Il reste de rares fautes, mais ce sont uniquement des étourderies.

Mentales : rien à redire. Il reste de rares fautes, mais ce sont uniquement des étourderies. Tu as très bien saisi le personnage. Il était complet et offrait moins de liberté, mais tu as su te débrouiller pour ajouter quelques éléments afin de te l’approprier.

Histoire : Quelques fautes, pour la plupart d’étourderies, mais rien qui n’empêche la compréhension lors de la lecture. Dans l’ensemble, l’histoire est très bien, mais il y a quelques éléments à la fin qu’il va falloir changer. Dans le chapitre sept, tu fais mention de la haute magie et du fait que les chimères sont des créatures venant du plan astral. Keetech n’est, à ce moment-là, pas au courant de l’existence de la haute magie et du plan astral. C’est le seul point qui pose problème.

Caractéristique : Concernant les caractéristiques, c’est bon, mais tu peux monter l’endurance au niveau moyen. Keetech a tout de même fait le voyage du continent sauvage jusqu’à Ambarhùna.
Anonymous
Invité
Invité

Keetech (terminée) Empty Re: Keetech (terminée)

le Lun 4 Sep - 12:19
Voilà modifications faites ! Very Happy
Verith
Administrateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Keetech (terminée) Empty Re: Keetech (terminée)

le Lun 4 Sep - 13:31

Bienvenue sur tes nouvelles terres Invité

Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure.

Tu peux aussi adresser tes questions ici

Bonne chance pour cette nouvelle aventure qui s'offre à toi !

Contenu sponsorisé

Keetech (terminée) Empty Re: Keetech (terminée)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum