De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Dim 20 Aoû - 4:35
10 juillet de l'an 10

La nuit était paisible comme en témoignait l'absence de nuage dans le ciel. Le début de l'été s'annonçait doux sur l'île de glace qu'était Nin-Tiamat, au plus grand plaisir de ses habitants. Les vampires possédaient peut-être une résistance au froid accrue, mais cela ne les empêchaient pas de grelotter lorsque la neige arrivait à hauteur de taille. Pour un dragon, en revanche, les intempéries représentaient, tout au plus, quelques difficultés à voler tandis que les fraiches températures n'étaient que caresses sur les écailles. Et pour Kaalys, même le plus violent des vent était incapable de lui faire dévier de sa route. C'était sans doute ce fait qui lui permettait de voyager si souvent, si loin et avec bien moins de difficultés que les autres de ses semblables, même lorsqu'ils étaient plus grands et plus fort. En effet, le vol du Nacré semblait continuellement paisible, comme si le dragon n'était qu'une plume sachant dominer les courants.

Et en cette nuit de pleine lune, alors que les étoiles illuminaient la trame nocturne, le dragon de nacre semblait bien paisible. Ses ailes, grandes et puissantes, le portaient doucement et il traversait le ciel presque sans un bruit. Toutefois, l'éclat de la lune contre ses écailles blanches le rendait particulièrement visible, mais cela ne semblait pas l'inquiéter. Qu'avait-il à craindre ? Le ciel était le royaume des dragons et il était, semblait-il, seul dans cette zone. Bien entendu, Kaalys n'aurait pas dit non à un peu de compagnie, mais il était difficile de passer du temps avec les siens. Tous étaient occupés ou peu prompte à lui adresser la parole, un certain grand dragon rouge en premier sur cette liste. Quant aux bipèdes, c'était une autre histoire. Bien qu'il eut grandement aidé ces derniers ces dernières années, tous ne nourrissaient pas un grand amour pour la race draconique... Et, au fond de lui, Kaalys n'avait pas envie de discuter avec l'un d'entre eux. C'était avec les siens qu'il avait envie de se retrouver et, pendant un instant, l'idée de s'envoler vers le royaume des hommes pour y retrouver sa sœur effleura son esprit.

Malheureusement, certaines choses n'attendent pas et, alors que cette pensée effleurait l'esprit du Nacré, ce dernier senti la faim commencer à le tenailler. Il était vrai que son dernier repas était loin et il avait parcouru une certaine distance depuis. Il était donc temps de se sustenter et de prendre un peu de repos, semblait-il.

Baissant la tête et repliant légèrement ses ailes, Kaalys se laissa happer par la terre. Tout son corps se trouvait dans l'alignement de sa tête, jusqu'au bout de sa queue pourvue de larges piques, lorsqu'il plongea vers l'inlandsis. Toutefois, plutôt que de se poser, le dragon se mit en quête d'une proie depuis les cieux, humant l'air pour en débusquer le parfum et être en mesure de fendre dessus, tel un rapace. Lorsqu'il l'eut trouvé, tout son corps pivota vers la droite et Kaalys présenta son flanc à la terre, avant de brusquement replier ses ailes contre son corps. Il ne les rouvrit qu'au dernier moment, lorsque le feu quitta sa gorge pour embraser la fourrure blanche d'un renne. Les flammes écarlate firent disparaître le poil pour ne laisser que la chair cuite, mais une griffe salvatrice s'empara de la vie de l'animal avant que ce dernier ait le temps de souffrir.

Le reste du troupeau prit la fuite tout autour du dragon qui s'était finalement posé en douceur. Les prunelles dorées de ce dernier se tournèrent vers eux, trouvant dans ce spectacle quelque chose de magnifique. Toutefois, il n'avait pas besoin de davantage de nourriture, raison pour laquelle il demeura immobile. Et il y avait quelque chose de majestueux dans sa posture tandis que, d'une patte posée sur sa proie, il veillait sur celle-ci. Puis, lorsque le troupeau ne fut plus qu'un martèlement lointain, Kaalys s'attela à son repas.

@Nynsith



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Lun 21 Aoû - 11:35
Le calme. C'était la seule chose qui se faisait entendre dans parages, un grand calme apaisant et serein. Comme si cette immense parcelle de terre de neige avait englouti tous les bruits alentour et avait imposé au temps de s'écouler au ralenti. Comme si la faune et la flore s'appliquaient à ne pas rompre ce calme de peur d'agiter une force bien plus forte. Pourtant on pouvait entendre le battement des ailes de quelques chauves-souris, les pas d'un petit renard qui se faufilait entre les herbes à la recherche de souris, un troupeau de Rennes paissant tranquillement. Tout paraissait si tranquille, aujourd'hui. L'été s'approchait lentement, et il commençait enfin à faire assez doux la nuit pour que les animaux commencent à abandonner de leurs cachettes avec moins de prudence, pour que les premières plantes sortent de leur cachette souterraine dans les quelques parcelles de terre à nu. La lune baignait la terre de sa lumière argentée bienveillante et les nuages avaient fui assez loin pour qu'une belle clarté envahisse une grande partie de l'inlandsis. La vie remuait ce paysage immobile mais toujours dans la lenteur et en essayant d'étouffer le moindre bruit.  

Depuis combien de temps j'étais là, allongée entre les grands rochers affûtés qui camouflaient à peine ma grande silhouette immobile? Une dizaine de minutes. Une heure peut-être. Je ne savais même plus garder la mesure du temps, mais de toute manière je n'en avais pas besoin actuellement. Mon oeil était obstinément fixé sur le groupe de rennes qui me faisait face. Mon iris argenté était d'ailleurs la seule partie de mon corps à ne pas être totalement figée. J'étais patiente, je pourrais encore attendre des heures sans bouger pour attendre le bon moment pour agir. J'avais tout mon temps moi, alors que celui de mes proies était compté maintenant. Elles ne le savaient pas, et ne le sauraient qu'au moment où la fin sera arrivée. Pendant ce temps, elles continuaient de se déplacer avec grâce sur leurs longues pattes, secouant de temps à autre leur pelage blanc. Je comptais quatre rennes avec deux petits sûrement arrivés au printemps. C'était un tout petit groupe, il s'était sûrement éloigné du reste des rennes. Le plus gros était un peu plus à l'écart des autres et observait son groupe de temps à autre. La couleur grise des rochers cachait assez l'ombre de mon corps sombre pour que les bêtes ne me remarquent pas. Leur attitude paisible et les battements réguliers de leurs coeurs me le prouvaient. Je devais bien être à 100 mètres de mes proies, tapie dans les proéminences rocheuses qui bordaient le plateau à attendre l'instant idéal pour leur fondre dessus. Si j'étais assez rapide, je pourrais en saisir deux dans ma gueule voir trois.

D'un coup, deux rennes relevèrent leur tête et scrutèrent les alentours du regard. Leurs oreilles se mirent à battre l'air et leurs pouls s'accélèrent, ils avaient peur. Ils avaient détecté un ennemi. Pourtant je n'avais pas bougé du tout et le vent était toujours face à moi, impossible qu'ils m'aient senti, c'était un autre prédateur qui rôdait. Je restai cachée, hésitant à profiter de leur panique pour les surprendre, mais elles étaient trop aux aguets pour que je puisse en attraper plusieurs. Puis d'un coup, je l'entendis aussi. Les battements réguliers d'une créature en vol. Bien plus grande qu'un oiseau... Puis d'un coup, le bruit devînt plus et fort et avant que j'ai pu réagir, le ciel s'enflamma. Un dragon. C'était un autre dragon qui réduisait ma traque à néant. Le renne isolé prit instantanément feu, alors que le reste des rennes prit la fuite dans toutes les directions. Malheureusement pour moi, elles se dirigèrent à l'opposé de ma position. Tout ça pour rien. Ça valait la peine d'avoir attendu aussi lontemps... Je décidai de rester cachée dans les rochers pour voir qui était ce fameux facteur aléatoire qui avait fait fuir mon repas. Je serai sûrement repérée mais je n'avais pas grand-chose à craindre si c'était un de mes congénères.

Le dragon se posa finalement. Il était là au milieu de la panique qu'il venait de créer. Crème. Ses écailles étaient d'un blanc crème élégant et d'un jaune pâle au niveau de son poitrail et sa tête ornée d'une couronne faite de trois cornes grises claires. Sa queue possédait quant à elle, des piques affûtées. Il était petit, en tout cas, comparé à moi, il l'était. Il y avait un je ne savais quoi de noble dans sa posture alors qu'il observait les créatures qui s'enfuyaient au galop. Mon repas qui s'enfuyait. Je ne tournai même pas la tête pour les voir partir, il m'aurait repéré si je l'avais fait. Puis, après avoir attendu quelques minutes sans bouger, il se mit à manger. Mon ventre rugit. C'était moi qui étais censée me délecter de ce renne, pas lui. Un grognement sortit d'entre les dents, alors que je fixai ce voleur de repas excédée. Il remarqua me présence évidemment et tourna la tête dans ma direction. Et son regard doré vînt croiser le mien.


Dernière édition par Nynsith le Dim 17 Sep - 16:28, édité 1 fois
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mar 29 Aoû - 2:54
La fuite du troupeau souleva neige et cailloux, laissant de larges sillons creuser le tapis immaculé. Bientôt, le jeune dragon n'aperçut plus que les queues blanches des animaux puis, au bout de quelques minutes, plus rien. Si leurs odeurs flottaient encore dans l'air glacé, le martèlement des sabots, lui, c'était tut. Avec le vent dans son dos, il était clair que Kaalys n'avait pas l'avantage, de toute façon, mais peu lui importait en vérité. Il avait son repas et n'était pas dragon à tuer plus que nécessaire. Il détestait le gaspillage, lui qui avait eut parfois tant de difficulté à se nourrir pendant le long Exil. En effet, tout jeune dragon au début, la mer parfois démontée lui avait causé bien des tracas. Puis, finalement, il avait appris.

Le fumet de son repas le rappela à l'ordre et Kaalys enfonça ses crocs d'ivoires dans la chair cuite. La viande était savoureuse, encore un peu saignante, juste comme il l'appréciait. Mais quelque chose vint perturber son repas, un son à la fois étranger et bien connu. Un grognement. Aussitôt, sur le qui-vive, Kaalys se redressa. Pourtant, il demeura assit sur ses postérieures, scrutant simplement l'immensité blanche. Il n'avait pas rêvé, il en était certain. Un peu de sang maculé ses écailles nacrées, lui conférant quelque chose d'inquiétant. Pour ceux qui connaissaient le tempérament pacifiste du saurien, une telle vision aurait été, sans nul doute, troublante. Mais pourtant, c'était si naturel. Il était un dragon.

Finalement, ses prunelles dorées se posèrent sur deux orbes argentés. Il n'avait pas été assez observateur, car ses prunelles appartenaient à l'une de ses semblables. Celle-ci se trouvait bien à cent mètres et était cachée par les rochers et la neige, mais à cause de sa taille, se cacher était presque vain. A présent, Kaalys ne voyait plus qu'elle, une tâche sombre dans ce paysage d'un blanc éclatant dans lequel, lui, se fondait presque parfaitement. Il ne lui avait jamais parlé, ne l'avait jamais approché, mais il savait qui elle était : Nynsith, fille de Verith de l'Ire. L'île de Nyn-Tiamat avait été nommée ainsi en l'honneur de cette dragonne, venue prêter main forte contre les Chimères des années plus tôt. Pour autant, Kaalys se méfiait d'elle. Reporter la faute du père sur la fille était certainement de mauvais goût, mais Kaalys se rappelait encore parfaitement sa seule et unique rencontre avec le Rubis, ce dragon immense qui avait été plus que menaçant alors que lui, Le Nacré, était encore un dragonnet à peine sortit de l'œuf.

En réfléchissant, le mâle comprit qu'il avait probablement fait fuir le repas de cette dragonne. Son regard, pendant un instant, se posa donc sur le renne dont le flanc était éventré. Pouvait-il tenter une approche en lui proposant de partager son repas ? Cela serait sans doute bien maigre pour une dragonne telle que Nynsith, mais cela pouvait prouver la bonne foi du Nacré et, surtout, prouver qu'il n'avait pas voulu ruiner la partie de chasse de cette dernière.

Fermant les yeux un instant, le Nacré se concentra sur la magie de Trap'étoile. Tout près de sa tête, Kaalys sentit la magie de son ancien lié s'activer et balayer le sol jusqu'à la dragonne, discrètement. Se montrer si méfiant lors d'une première approche pouvait certainement mal paraître, mais le jeune dragon avait apprit à être prudent. De plus, son sort n'avait rien d'offensif. Lorsqu'il fut certain que la magie faisait effet, le Nacré étendit doucement son esprit jusqu'à celui de la dragonne. Elle n'avait pas vraiment bougé, semblait-il, mais il était certain qu'elle l'avait vu l'observer.

Lorsque son esprit caressa le sien avec douceur et précaution, les paupières écailleuses du saurien se refermèrent. Toucher l'esprit d'un dragon non-lié était différent, mais Kaalys ne ressentait pas non plus la haine caractéristique de Verith dans l'esprit de sa progéniture. Ou peut être le cachait-elle très bien ?

- Salutions, Nynsith-aux-yeux-d'argents. Je suis Kaalys, se présenta t-il d'abord. Sa voix reflétait son calme ainsi qu'une certaine sérénité, malgré le danger potentiel qu'elle représentait. Il me semble avoir fait fuir ton repas. J'en suis navré, je me croyais seul en ces terres. Souhaites-tu partager le mien ? Cela fait un moment que je n'ai pas discuté avec l'un de me semblables.

Objet utilisé:
Trap‘étoile - Objet unique : → Chant de Dia : Permets d’interdire la violence à toutes personnes de force mentale inférieure à celle du porteur autour de lui. S’annule si le porteur fait preuve d’agressivité.

Kaalys est Bon en FM, Nyn est Moyenne. Elle est donc sous l'emprise de Trap'étoile.



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Dim 3 Sep - 15:11
Pendant quelques secondes, le petit blanc ne sembla pas comprendre ce qu'il venait de se passer. Son regard se posa de nouveau sur son repas. Rectification, sur mon repas. Je le fixai immobile. Que faire ? Aller au conflit directement ? Discuter calmement ? Le dialogue n'était clairement pas mon fort, ni même une joie chez moi. Et en plus pour lui dire quoi ? Je ne le connaissais pas, je ne l'avais jamais rencontré. Lui avait forcément entendu parler de moi, après tout, cette île portait mon nom. Il devait savoir qu'il n'avait pas intérêt de me provoquer, son intervention dans ma chasse devait être une simple erreur. Il ne pouvait pas avoir fait ça intentionnellement mais il devait être stupide pour ne pas avoir vu mon immence carrure sombre dans tout ce blanc. N'empêche qu'il méritait quand même une correction. Je ne comptais pas le blesser, juste m'amuser un peu avec lui. Et en plus, ça me paraissait être un bon défi. Et aussi une manière le surplus d'énergie que m'avait fait accumuler cette longue attente. Cette attente vaine en plus de ça. Et c'était sa faute. Qu'il assume maintenant.

Je m'apprêtais à lui sauter dessus mais mon corps ne m'obéit pas. Étrange. Ça ne m'était jamais arrivé auparavant. Je restai figée dans la neige sans pouvoir esquisser le moindre geste agressif en sa direction. Je ne savais pas comment il avait fait pour que je sois comme ça, mais c'était vraiment embêtant. Lentement, je sentis son esprit s'étendre à moi. Il était un dragon qui avait déjà connu le Lien. Je le sentais. Il se présenta comme Kaalys. Ce nom ne me disait rien. Il me confirma bien que le fait qu'il ait fait fuir mon repas n'était pas voulu. Tant mieux. Il n'aurait plus manqué qu'il l'ait fait exprès pour me provoquer. Ce qui en soi aurait été suicidaire. En tout cas, ces dragons domestiques étaient bien plus pacifistes que ceux libres que j'avais connu dans mon enfance. Il me proposa de partager. Ça n'aurait tenu qu'à moi, je l'aurais entièrement englouti et ça n'aurait sûrement pas étanché ma faim. Ce que je pourrais d'ailleurs faire. Je pouvais croquer ce renne en une bouchée. Qu'est qui m'en empêchait après tout ? Je me levai. Étrangement, à ce moment mon corps m'obéit. Mais je ne pouvais toujours pas me jeter sur lui.

« Cela fait un moment que je n'ai pas discuté avec l'un de mes semblables. »
Et ce n'était certainement pas avec moi qu'il allait le faire. Je n'étais déjà pas très bavarde avec les dragons que je connaissais alors avec un inconnu... Bien sûre, s'il me posait des questions, je répondrai même si c'était de manière concise. Par respect, rien d'autre. Je l'approchais lentement, mes pas compressant la neige en forme de patte. Je n'étais ni agressive, ni bienveillante dans ma démarche. Arrivée à son niveau, je l'observai de haut. Il ne devait avoir que quelques années vu sa hauteur. J'aurais aimé pouvoir déceler s'il était effrayé ou non mais son coeur battait régulièrement. Après l'avoir jaugé pendant quelques secondes de mes yeux d'argent, ma tête se baissa sur l'animal mort et en un coup de crocs, je le découpai en deux et j'engloutissais la moitié. J'avais indéniablement encore faim, mais je n'allais quand même pas tout manger alors que ce n'était pas moi qui avais achevé le renne. Il était quand même un dragon, bien qu'ancien lié et inférieur à moi, et j'avais un minimum de respect pour lui. Je n'allais pas non plus le remercier d'avoir proposé de partager, ce renne me revenait de droit. J'avais pourtant encore faim. J'allais devoir me trouver un autre repas mais certainement pas tant que ce petit blanc était toujours dans les parages. Je ne lui faisais pas confiance.


Dernière édition par Nynsith le Dim 17 Sep - 16:37, édité 1 fois
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Ven 8 Sep - 21:56
La magie de Trap’étoile opérait tranquillement, empêchant quiconque dans un certain rayon de faire preuve de violence. Une chance pour le Nacré, car celui-ci venait d’éviter une sévère correction de la part de la sombre dragonne.

Les présentations faites, Kaalys observa la fille de Verith s’approcher. Celle-ci ne semblait pas bavarde pour un sous et, pendant un instant, le Nacré en ressentit une pointe de déception. Mais il s’agissait de la fille du Dragon de l’Ire et, quelque part, l’ancien dragon Lié n’en été pas étonné. Toutefois, il n’aimait pas juger sans connaître. Peut-être que cette Nynsith s’avérerait plus sympathique que son paternel. En tout cas, cela ne devait pas être bien compliqué.

Lorsqu’elle fut assez proche, Kaalys se rendit compte de la différence de taille entre eux. Nynsith devait mesurait dans les dix mètres tandis que lui-même atteignait les cinq mètres au garrot. Un combat serait une très mauvaise idée, c’est pourquoi le jeune dragon décida de continuer à utiliser Trap’étoile pour le moment. Cependant, continuant son étude, Kaalys déduisit que leur différence de gabarit pouvait aussi être un avantage pour le Nacré. En effet, Nynsith était une dragonne au physique colossal tandis que lui était plus agile et plus fin, même s’il avait hérité du large et puissant physique de son père!
Enfin, l’éclat noir et bleuté des écailles de la dragonne avait quelque chose de magnifique, de même que son profil plus court que la moyenne. Au final, elle n’avait pas grand-chose à voir avec son géniteur, là où Kaalys avait hérité de nombreux traits et caractéristiques d’Atalos. Peut-être y avait-il une chance que la dragonne-aux-yeux-d’argent soit différente…

Désormais côte à côte, Kaalys toisa la noiraude sans un mot, l’observant engloutir la moitié du renne en une bouchée. Elle allait avoir encore faim, tout comme lui à présent. Sa propre moitié engloutit, l’or de son regard se posa une nouvelle fois sur Nynsith. Celle-ci n’avait rien dit, mais le Nacré pouvait deviner son appétit. Lui même ressentait la faim.

- Tu as encore faim et moi aussi. Chassons?

La question était concise et, en vérité, Kaalys n’attendait pas de réponse. En quelques battements d’ailes puissants, il fut dans les airs, décrivant tranquillement quelque cercles au-dessus de Nynsith et de la carcasse abandonnée. Le vent sur ses écailles était agréable tandis que quelques lambeaux de neige étaient rappelés à terre par la gravité. L’air était encore saturé de l’odeur des rennes. Suivre la piste était un jeu de dragonnet.



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mer 13 Sep - 20:49
Je sentais ses yeux reptiliens posés sur moi. C'était flatteur mais prévisible. J'étais une dragonne très impressionnante après tout. Et pas n'importe laquelle en plus de ça. Je ne savais pas ce qu'il pouvait bien penser. Ça n'avait pas tant d'importance pour l'instant pour moi. J'avais encore terriblement faim. L'envie de manger était me seule véritable préoccupation. Je serais bien repartie tout de suite à la traque de proies quelconques quelques kilomètres plus loin. Je connaissais un endroit où paissaient souvent des chevreuils mais je ne voulais pas m'y rendre. Je me méfiais de ce dont était capable ce petit écailleux blanc, je ne voulais pas l'entrainer involontairement sur mon meilleur terrain de chasse. Il semblait en manque de compagnie et il risquait de me suivre. Je ne me sentais pas le moins du monde menacée par lui, il dépassait à peine la moitié de ma hauteur et ne semblait pas être un combattant aguerri. Il ne fallait pas se fier aux apparences mais elles s'avéraient la plupart du temps assez justes.  Ce qui me dérangais, c'est qu'il risquait de me voler mon repas à nouveau. Et je ne pouvais pas lui donner une bonne leçon. Pas encore du moins. Ignorant son regard, je m'ébrouai. La neige qui s'était accrochée à moi lorsque j'étais allongée dedans avait commencé à fondre sur mes écailles. J'envoyais valser de petites gouttes d'eau partout autour de moi.

« Tu as encore faim et moi aussi. Chassons? »
Très perspicace en plus de ça ! D'un coup, du coin de l'oeil, je vis ses ailes magnifiques s'étendre. Puis l'instant d'après, son ombre me surplombait. Il décrivait des cercles au-dessus de moi. Je n'avais pas besoin de lever les yeux pour le savoir, le son de l'aire s'engouffrant sur les membranes légères de ses ailes me l'indiquait. Je ne savais pas pourquoi il était parti du principe que j'allais accepter de jouer avec lui. Je n'avais aucune dette envers lui et à part pour me mesurer à lui, je ne savais pas bien en quoi il pourrait m'intéresser. Pourtant, est-ce que j'avais une meilleure solution pour m'assurer qu'il me laisse tranquille que de céder à une de ses volontés ? J'étirais les muscles puissants et mes ailes immenses déplièrent soudainement. Il y avait quelque chose de sauvage et puissant quand je volais. Ça n'avait rien de gracieux. J'étais un prédateur, une créature dangereuse. La plus dangereuse d'ailleurs.  Mon vol incarnait ma force. Je décollais du sol d'un coup pour me retrouver en quelques instants au même niveau que mon congénère.

Ses narines se dilataient, ils devaient être en train de suivre la piste des animaux qui nous avaient échappé. Ils n'étaient plus des cibles si intéressantes maintenant qu'ils étaient dispersés. S'il voulait s'amuser à poursuivre de petits rennes insignifiants libre à lui de le faire. Mais qu'il le fasse vite, je n'avais pas tout mon temps à perdre pour lui. Je partageais mon envie d'en finir au plus vite  avec lui. Dépêche-toi de chopper ces rennes petite boule d'écailles blanches !
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Lun 18 Sep - 4:17
Pas bavarde la dragonne, au moins une chose qu’elle n’avait pas en commun avec son père. Parce que Verith, lui, aimait parler … et s’entendre parler. Mais tout cela n’arrangeait pas vraiment le dragon de nacre, qui avait bien de la difficulté à se faire une idée de Nynsith, bien qu’il la classa pour l’instant dans la catégorie « danger ». En effet, il avait senti l’enchantement de Trap’étoile le chatouiller, lui faisant ainsi bien comprendre que la dragonne avait tenté de l’attaquer … Une question se posait alors : Pourquoi, par tous les Dieux, restait-il là?

Peut être… Parce qu’il espérait qu’elle soit différente de son géniteur ?

En tout cas, la dragonne décida de suivre le Nacré et prit son envol rapidement. Son battement d’aile n’avait rien de gracieux. La majesté des dragons n’était pas présente en le vol de la dragonne-aux-yeux-d’argent, mais elle dégageait indéniablement une grande force. Pour autant, elle aurait gagné quelque chose en soignant ses battements d’ailes, car un dragon se devait d’être aussi dangereux que magnifique, du moins aux yeux de Kaalys.

Celui-ci s’éloigna rapidement de Nynsith, glissant sur l’air comme le plus rapide des bateaux était en mesure de le faire sur l’eau. Des mètres et des mètres en dessous de lui, il devinait les traces laissaient par les rennes. Celles-ci devenaient des sillons dans la neige à mesure que les bêtes s’étaient fatigués.

Mais soudain, une nouvelle odeur parvint au dragon. Elle n’avait rien de celle d’un herbivore mais, en même temps, elle n’était pas totalement familière du dragon. Il s’agissait sans doute d’une créature propre à Tiamaranta. Et comme pour confirmer cette pensée, Kaalys aperçu la neige et la glace craquer, non loin du troupeau de rennes, puis sans prévenir un colosse s’élança hors du sol et fit de deux rennes son goûter.

Un ver des glaces ! Kaalys n’en avait jamais vu de près et, aujourd’hui il comptait bien s’en approcher. Sa cible venait de changer et la chasse prit un tournant intéressant lorsqu’il plongea soudainement sur sa cible. Les plaques de chitines qui recouvraient le monstre étaient-elles assez résistantes pour résister aux griffes d’un dragon? Ou à son feu? Les rennes prirent une nouvelle fois la fuite en sentant le Dragon arriver, mais déjà ses flammes convergèrent vers le ver de glace.

Mais s’était au sol que Kaalys était le plus à l’aise. Il se posa donc non loin de sa proie, qui paressait immense par rapport à lui. Il devina, d’un rapide coup d’œil, que la tête de la créature était son point faible mais que les plaques qui protégeaient son corps pouvaient être arrachés ou soulevés. Restait à ne pas se prendre un mauvais coup. Et pour cela, rien de mieux qu'aveugler son ennemi, n’est-ce pas?

Le nuage toxique que lança Kaalys parvint à aveugler sa cible, mais le dragon devait agir vite pour ne pas que celle-ci s’enfuit en creusant la glace. Ni une, ni deux, le Nacré se jeta sur elle.

Spoiler:
L'effet de Trap'étoile s'est annulé car Kaalys a attaqué.

[Conscient] Souffle de pestilence : Crée un nuage toxique ayant pour effet de brûler les yeux des adversaires, ce qui les oblige à fermer les yeux ou à sortir du nuage dans lequel le lanceur peut rester sans problème

Tu peux dire que le nuage se dissipe Smile



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mer 20 Sep - 18:52
Le dragon filla d'un coup. Il avait au moins la qualité d'être rapide. Je décidai de le suivre beaucoup plus posément, je savais où il allait. Il suivait l'odeur des rennes, pas besoin de se presser pour les rattraper, ils ne pouvaient pas aller bien loin avec les pattes minuscules. Au bout de quelques secondes, nous avions nos proies de nouveau en vue. Elles semblaient désormais peiner à traverser l'immensité blanche parsemée d'arbres sombres qui devait leur sembler s'étendre à l'infini.

Je pouvais sentir leur peur. Ils se savaient traqués. Mais je décelai quelque chose d'autre, un son. Plus grave. Peut-être très peu fort mais puissant. On aurait dit que la terre grondait. Qu'elle grinçait de douleur. Puis je sentis cette odeur. Sûrement en même temps que le nacrée qui sembla d'un coup intrigué. Une odeure de chaire humide mêlée à celle de la terre fraîchement retournée. Je connaissais cette odeur. C'était celle d'un ver des glaces. J'en avais déjà vu une fois de très loin. Ça promettait de devenir très intéressant.

Dans un craquement horrible, le sol se déchira à l'endroit où se trouvaient les rennes quelques instants plus tôt. Un corps immense tout en longueur. Sûrement aussi long que moi. La tête du monstre se résumait à une bouche ronde hérissée de milliers de dents qui se referma sur les rennes qui disparurent aussitôt dans son corps gigantesque. Tout mon corps fut électrisé. C'était un spectacle magnifique. Je vis le dragon blanc plonger en direction du nouveau prédateur en enflammant le sol. Il était ambitieux le petit. Je me posais pas loin de la créature comme le fit Kaalys. Un nuage épais se forma autour de lui et je préférai ne pas m'approcher sachant que je risquais d'être aveuglée.

Le nuage se dissipa rapidement alors que le jeune dragon s'élançait sur le ver. Amusant. Vraiment. Je m'élançai moi aussi dans le combat alors que le nacré venait de donner un coup de dent puissant sur la tête du ver. Ce dernier était immense, un seul coup ne suffirait clairement pas à l'achever mais en vu de son état, il n'était pas vraiment en posture de repliquer pour l'instant. Ce ne serait vraiment pas drôle que ça se terrmine ainsi. J'arrivai à leur niveau. Je ne comptais certainement pas aider mon congénère, il avait un gros aventage. Trop gros pour que ce soit intéressant d'ailleurs.

Quand je fus auprès du nacré, je me rendis compte que je n'avais plus cette sensation de restriction en sa présence. C'était donc bien de la mgie qu'il avait utilisé contre moi. Je pouvais avoir ma petite vengeance du coup ? Aloors que le dragon s'élançait une nouvelle fois vers son adversaire, je lui saisit la patte arrière. Je n'étais pas très vive, mais le fait que son attention soit tournée vers le ver des glaces joua en ma faveur. Je ne comptais pas lui faire de mal, je serrai juste suffisamment pour le retenir. Je ne faisais que lui garder un patte prisonnière, et je restai immobile en attendant sa réaction mais toujours en observant le ver du cion de l'oeil au cas où il se remettrait à bouger. De toute manière, c'était un animal, il avait vu qu'il n'avait pas beaucoup de chances contre un dragon alors il prendrait très certainement la fuite. Mon esprit s'étendit à lui alors que je lui faisais comprendre ce que je pensais. Si Kaalys voulait aller s'amuser avec son ami, avant que ce dernier s'enfui, il devrait d'abord se libérer de mon emprise.
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mar 26 Sep - 1:06
C’était une cible dangereuse que le Nacré avait choisi, ainsi qu’un excellent défi. Ce dernier n’avait jamais chassé de ver des glaces, mais il avait entendu les autochtones parler de ces créatures et de leur férocité… et aussi leurs points faibles. Et si d’ordinaire Kaalys n’étais pas un partisan du combat, se défouler et chasser en même temps semblait être salvateur. Quant à Nynsith, allait-elle le suivre dans ce combat?

Apparemment si, mais à sa façon. Alors que Kaalys allait s’élancer une nouvelle fois, il sentit quelque chose le saisir à la patte. Au vu de la sensation et surtout de la force employée pour le gêner, il comprit sans avoir besoin de se retourner qu’il s’agissait de la dragonne de la faim. Au moins celle-ci n’avait pas essayé de le tuer. Mais le Nacré était désavantagé à cause d’elle et se devait de réagir avant que le ver prenne le dessus…

Son esprit réfléchissait à toute vitesse. Le jeune dragon savait ne pas avoir la force nécessaire pour faire face à sa semblable, du moins pas dans cette situation, mais il possédait des avantages sur elle, des choses qu’elle ne devait même pas soupçonner. A bien y penser, l’une de ses choses allait lui permettre de faire d’une pierre deux coups!

En effet, le Nacré possédait une armure! Celle-ci se mariait parfaitement aux teintes de ses écailles, si bien qu’un observateur non averti pouvait la manquer. Et c’était ce que Nynsith avait fait! Elle n’avait pas fait attention au métal qui protégeait le jeune dragon… et avait eu de la chance de l’attraper là où le métal ne le protégeait pas.
Elle n’avait pas non plus fait attention la magie dont l’armure était emprunte. Kaalys attendit donc que le ver passe à l’attaque tout en cessant de se débattre afin de ne pas gaspiller ses forces.
Sous ses yeux, tandis que lui s’était aplatit contre la neige, prêt à bondir ou encaisser une attaque, la créature se dressa de toute sa hauteur. Elle s’apprêtait à plonger sur lui lorsqu’un épais nuage de spore sembla s’échappa des écailles du Nacré lui-même. Aussitôt pris dans le piège, le ver s’écroula en tressautant. Quant à Nynsith, Kaalys profita de sa paralysie pour se débarrasser d’elle à l’aide des larges piques de sa queue, dont il se servit comme massue pour lui frapper la mâchoire de toutes ses forces.

Libéré, le ver fut achevé rapidement, puis le Nacré se tourna d’un bloc vers Nynsith, toujours sous l’effet des spores. Celui-ci allait durer un moment.
Il l’observa longuement de ses grands yeux dorés, semblant presque sonder son âme. Devait-il s’arrêter là? Kaalys jugea rapidement que non et d’un bond, il fut sur la dragonne encore immobile. La gueule entrouverte, il la surplomber de toute sa hauteur. Les flammes dansaient dangereusement dans le fond de sa gorge. Mais le Nacré n’en avait pas terminé. Cette dragonne réfléchissait par la force, aussi décida t-il de lui montrer la sienne. Les écailles hérissées, il la mordit à la gorge sans retenir sa force, l’un des point faible de sa race.

Spoiler:
Skêlz
Objet unique - armure magique pour Dragon
Cette armure pour dragon est d'une légèreté incroyable et s'adapte à sa croissance, mais ce n'est pas sa seule particularité. En effet, elle reprend exactement les couleurs des écailles de Kaaly, les mêmes dégradés et ombres, de façon à être très discrète lorsqu'il la porte. Ce n'est, toutefois, pas sa seule particularité.

→ Rugissement d'espérance : Le Dragon qui poussera un rugissement en portant cette armure donnera courage et espoir à ses alliés. Ses ennemis seront en proie à un sentiment de profonde indécision et de peur, les rendant incapable d'agir, comme paralysé.

→ Gardevie : Apposé sur une armure permet de renvoyer un sort (jusqu'aux sorts de niveau Bon inclus) lorsque le porteur est en danger

→ Libération de spores : Apposé sur une arme ou une armure, crée des spores magiques paralysants ou hallucinogènes.

→ Joaillerie Draconique : Adaptabilité + légèreté.


Si tu as un soucis avec tout ça, n'hésite pas à me le dire. Pour le coup je voyais pas trop comment faire les choses sans ça ôo




Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Sam 14 Oct - 11:36
Alors ? Qu'est que tu allais faire petit dragon blanc ? Te défendre ? Capituler ? Allais-tu t'aplatir au sol comme la misérable vermine que tu servais ou bien allais-tu tmontrer tes crocs aiguisés comme un vrai dragon ? Je m'attendais à la fois à tout et à rien de la part de mon adversaire. Le ver ne me faisait pas plus de soucis que ça, soit il fuyait et n'était plus un problème, soit il lançait une offensive et dans ce cas, c'était une créature idiote. Et les idiots ne survivent pas bien longtemps dans ce monde. Et surtout pas face à moi. Pourtant l'énorme ver plongea sur le blanc malgré le fait que la situation ne n'était clairement pas en sa faveur. Proie stupide. Finalement, mon congénère décida d'agir. Pas de la manière dont j'avais soupçonné. Des spores se répandirent dans l'aire et je sentis mon corps se figer.  Encore un coup fourbe inventé par les deux pattes. Je ne tentai pas de lutter. Je l'aurai fait si je m'étais sentie bien plus menacée, mais je n'allais pas dépenser mes forces à lutter alors que je ne déctai pas de danger imminent. C'était innutile. Je sentis néanmoins quelque chose heurter ma mâchoire violemment. Dire que ça ne m'avait pas fait mal serait mentir. Mais ce n'était rien, j'avais déjà vécu bien pire. Ce n'était pas un coup qui allait me déstabiliser. Mais il excita néanmoins ma colère et mon envie d'en découdre avec ce petit impertinent.

Le dragon blanc se tourna de nouveau vers moi après avoir remarqué que le vers subissait les effets de sa pourriture de sort de bestioles à deux pattes. Il me regardait de haut tandis que des flammes dansaient au fond de sa gorge. Alors petit dragon ? Tu n'as pas oublié quelque chose ? Par exemple De te mesurer à des adversaires de ta taille ? Je sentis ses crocs autour de ma gorge. Quoi ? Il osait toucher de cette manière mes magnifiques écailles ? Inadmissible. Inacceptable. Avec puissance se me dégageai de sa prise en poussant un rugissement de colère. Malgré le fait qu'il avait une petite mâchoire au vu de son âge et malgré le fait que j'avais les écailles assez solides pour me protéger de lui, la douleur de la morsure ne fut pas des plus agréables. Ma gorge était douloureuse, mais mon égo me faisait encore plus souffrir. Il allait le payer cher. Lentement, je contournai le dragon. Je lui faisais toujours face, les babines retroussées sur mes crocs, les écailles hérissées et mes griffes raclant le sol en traçant d'immenses sillons. Je faisais claquer ma queue gigantesque au sol alors que je me mettai entre le blanc et sa proie. Il allait voir ce qu'il en coûtait de s'en prendre à moi...

D'un coup, mes je bondis en avant en direction du dragon. Il s'y étai preparé, évidemment, il avait anticipé mon attaque. Je reçut de nouveau un coup de sa queue hérissée de pique contre le flanc. Je grogna légèrement. Je l'avais prévu mais c'était tout de même douloureux. Mon saut vers lui n'était qu'une distraction pour qu'il ne se concentre que sur ma mâchoire. Dans le même temps, ma longue queue avait saisit l'extrémité de son aile. Il avait voulu s'en prendre à mon point faible. Moi j'allais m'en prendre à sa fierté. D'un coup, je tirai celle-ci pour l'ouvrir vers moi et je posai ma patte sur la membrane de son aile avec un minimum de délicatesse. C'était un dragon, aussi effronté était-il. Je ne pouvais pas lui faire de mal. Par contre il n'avait vraiment pas intérêt à bouger, si il ne voulait pas que cette dernière se déchire. Assez fière de moi, je me débarrassai de mon attitude agressive à son égard pour le regarder d'un œil amusé et malsain. Je m'autorisai à souffler quelques mots à son esprit :
« - Un dragon qui ne peut plus voler, c'est toujours un dragon ? »


Dernière édition par Nynsith le Jeu 2 Nov - 18:57, édité 1 fois
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Sam 28 Oct - 3:07
Kaalys n'était pas un dragon violent. Il se battait lorsqu'il jugeait cela nécessaire, mais il ne prônait pas la violence comme un certain grand dragon rouge. Au contraire, le Nacré préférait le dialogue aux griffes, aux crocs et au feu. Mais parfois, il s'en était rendu compte, il n'avait pas le choix. Et aujourd'hui était un jour comme celui-ci, où il n'avait pas le choix que de montrer les crocs. Nynsith était une dragonne qui, selon toute vraisemblance, jugeait les autres par leur force, leur place dans la chaîne alimentaire.

Le ver achevé, Kaalys avait donc mordu la dragonne à la gorge, sans retenir la force de sa puissance mâchoire. S'il avait mordu l'acier, celui-ci se serait brisé sous la pression, mais les muscles, la peau, les os et les écailles d'un dragon - et d'autant plus chez Nynsith - étaient bien plus résistant que cela. La dragonne parvint dont à se libérer sans problème de la prise du jeune dragon, qui fut forcé de reculer, les ailes repliées contre son corps et les écailles hérissées. Kaalys savait jouer à un jeu très dangereux ici car la dragonne, la fille de Verith, était totalement imprévisibles.

En effet, par le Lien, l'esprit de l'Eclat de Nacre s'était humanisé là où celui d'un dragon libre restait profondément draconique, plus bestial, plus imprévisible. Mais sans surprise, Kaalys savait qu'il avait touché l'égo de la dragonne, qu'il l'avait frappé là où ça faisait mal. C'était une blessure dans l'âme qu'il avait infligée.
Et dont il allait très certainement payer le prix ! La colère de la dragonne était palpable, tout son corps prêt à se jeter contre le Nacré. Ce dernier était prêt à esquiver la première attaque, ses griffes bien plantées dans le sol pour l'empêcher de déraper sur la neige. C'aurait été une faute de débutant.

Lorsque Nynsith plongea en avant, Kaalys esquiva le coup auquel il s'était préparé. Si la dragonne avait pour elle sa taille, sa force et sa résistance, Kaalys avait pour lui l'agilité et la vitesse, ce qui lui permit de porter un nouveau coup au flanc de la fille du rubis. Toutefois, loin de la faire reculer, cela lui permit de saisir l'aile du Nacré et de le bloquer définitivement sous peine de voir la fine membrane de celle-ci se déchirer. La douleur était présente, supportable, mais il n'était plus temps de se montrer téméraire. Kaalys était vaincu, il était inutile de poursuivre ce combat, de se blesser, se mutiler, s'entre-tuer, alors qu'un ennemi plus grand pouvait surgir des terres lointaines. Aussi, le Nacré inclina t-il sa tête tandis que la voix de la dragonne raisonnait dans son esprit pour la première fois, hautaine mais aussi malsaine. Le jeune dragon devait rester sur ses gardes malgré tout.

- Être un dragon ne se résume pas à la capacité de voler. Mais il serait fâcheux d'en être incapable, c'est certain, répondit-il en croisant le regard argenté. Je suis vaincu, mais je tire plaisir et enseignement de ce combat.


HRP : J'ai dit que le ver était mort dans ma précédente rep, tu n'as pas due y faire attention, du coup je ne l'ai pas considéré dans ta réponse.



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mer 8 Nov - 12:18
Il sembla capituler, de toute manière continuer à se battre n'avait aucun intérêt dans la situation où il était. Je devais bien lui admette un certain réalisme malgré sa bêtise. Et savoir arrêter le combat quand on n'a plus aucune chance était une chose que je respectais chez les autres, le désespoir et l'irrationalité n'avait jamais sauvé personne. Si je retirais une certaine satisfaction de ma position dominante ? La question ne se posait même pas, bien évidemment. C'était toujours un grand plaisir pout moi de soumettre un adversaire et plus celui-ci était fort, plus fort était ce plaisir. Je ne cillai toujours pas alors que le blanc avait arrêté de bouger sous ma patte et ne montrait plus aucun signe d'agressivité. Pourquoi je l'aurai libéré tout de suite ? Il méritait d'attendre un peu plus longtemps cloué au sol pour le tors qu'il avait fait à mon égo. Son esprit souffla quelques paroles dans mon esprit :
« Être un dragon ne se résume pas à la capacité de voler. Mais il serait fâcheux d'en être incapable, c'est certain. »
Colèr, c'était ce qui faisait nôtre force. L'ombre d'un dragon qui vous pourchasse, il n'y a pas plus effrayant pour le gibier : une menace que vous ne pouvez atteindre tant qu'elle décide de rester dans les airs. Inaccessible. Intouchable. C'était comme ça qu'on se sentait quand on sentait le vent nous porter. Mais non, le fait de voler ne fait pas de nous un dragon, c'était tout à fait juste, mais un dragon sans ailes ne peut pas être appelé ainsi.

Le blanc ajouta :
« Je suis vaincu, mais je tire plaisir et enseignement de ce combat. »
Lentement je retirai ma patte de son aile toujours en restant sur mes gardes. Un esprit s'étant lié aux vermines à deux pattes avait forcément goûté à la perfidie, je ne pouvais pas me diet totalement à ce dragon. Il pourrait très bien m'attaquer après avoir capitulé. Mais c'était bien. C'était bien qu'il apprenne de ce combat, c'était le mieux à faire. Échouer n'était pas un crime, peut-être une honte mais pas un crime, ce qui l'était, c'était d'échouer une seconde fois pour les mêmes raisons. Je reculais de quelques mètres de lui sans arrêter de lui faire face. Mon esprit effleura le siens pour partager un fragment de mes souvenirs.
C'était Il y avait quelques années alors que je devais avoir 5 ans. Comme à mon habitude, je me chamaillais avec les dragons de mon âge. J'étais déjà l'une des plus imposants alors c'était sans peine que je dominais mes petits camarades de jeu. C'est à ce moment où une dragonne aux écailles couleur sable un peu plus âgée se joignit à nous. Confiante, je bondissait sur elle, nous luttèrent pendant ce qui me sembla être une éternité mais elle gagna. Elle me gagna moi, Nynsith. Je me souvenais encore de la honte que j'avais éprouvé. Alors je m'étais entraînée. Encore et encore. Puis un jour, je demanda ma revanche. Et cette fois ci je gagna. La honte n'était pas une faiblesse, elle nous permettait de tout faire pour nous debarasser de quelque chose qui ne nous plaisait pas. Quelqu'un qui n'avait jamais honte, ne se remettait pas en question. Et il ne faisait rien pour s'améliorer. J'espèrait pour ce dragon blanc, que plus tard, ce soir lui qui fasse capituler les autres.
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Jeu 30 Nov - 1:57
Apprendre de ses erreurs, apprendre de ses aînés. Apprendre, encore et toujours, autant que possible. Bien des personnes, bipèdes ou non, pouvaient considérer cela comme une forme de couardise mais Kaalys ne le voyait pas ainsi. Tout jeune dragon qu’il était, il n’ignorait pas avoir encore beaucoup à apprendre. Bien sûr, l’air hautain de cette dragonne ne lui plaisait pas, mais le Nacré refusait de lui faire plaisir en se rebiffant, en montrant que cela l’agaçait. Il était plus intelligent que cela et, surtout, en bien mauvaise posture. Son aile lui faisait un peu mal, aussi restait-il le plus immobile possible pour ne pas risquer une blessure inutile.

Quant à se sentir intouchable depuis les cieux, Kaalys pensait bien le contraire. Il s’y savait le maître, à l’instar de ses semblables, mais il savait aussi qu’un dragon pouvait être cloué au sol par autre chose qu’un autre dragon. Les bipèdes savaient faire cela, le Nacré l’avait vu dans la mémoire ancestrale et, Nynsith l’ignorait sans doute, mais un des leurs, un membre de sa propre famille, avait subit un tel sort par la passé. Pour son bien, Kaalys espérait qu’elle s’en rendrait compte, que son orgueil ne l’aveuglerait pas à ce point.

Enfin, après ce qui lui paru un temps interminable, Kaalys fut libre. Lentement, il replia son aile contre son flanc en s’assurant qu’il n’avait rien de cassé, puis il se redressa sur ses pattes avant de s’ébrouer. La neige qui resta coincée entre ses écailles ne tarda pas à fondre et à glisser le long de celles-ci.

Bien loin d’être autant sur ses gardes que la femelle, le Nacré prit son temps avant de poser de nouveau son regard doré sur elle. Sa méfiance avait quelque chose de drôle et, un brin moqueur, Kaalys lui fit face à son tour sans un mot. Si elle n’avait pas eut l’esprit aussi obscurci parce qu’elle pensait des bipèdes, peut être aurait-elle compris d’elle même que le jeune dragon qui lui faisait face n’était en rien belliqueux. Et surtout, il n’avait qu’une parole.

Toutefois, qu’elle ne fut pas sa surprise lorsqu’il sentit l’esprit de Nynsith se presser contre le sien, lui offrant pour la première fois un accès à ses pensées. Bien qu’il fut restreint, Kaalys en fut satisfait et observa le souvenir défiler comme s’il se trouvait dans le corps de la dragonne. Cette sensation, ce sentiment, ne lui était pas étranger. Pour le lui faire comprendre, il lui transmit à son tour un souvenir bien précis.

Il avait tout juste plus d’un an, il était bien petit et pourtant, il se dressait face aux chimères. Il lui montra comment elles avaient pris possession du corps d’un autre dragon, comment elles étaient parvenues à le retourner contre les siens et contre les bipèdes. Il lui montra également comment lui s’était battu, blessé, le sang – le sien comme celui de nombreux possédés – maculant ses écailles nacrées. Il lui montra son feu dévorant la chair, son ombre prédatrice au dessus du champ de bataille. Il termina par lui monter comment il s’était entraîné, au fil du temps et des batailles, comment ses techniques s’étaient améliorées. Lui aussi avait ressentit la honte d’avoir été blessé, d’avoir perdu et la façon dont il avait traité le problème. Exactement comme elle, en s’entraînant. Toutefois, contrairement à Nynsith, il n’avait pas encore eut droit à son ultime revanche sur les Chimères et c’est avec une rage contenue qu’il songea à elles. Peut être Nynsith pourrait-elle continuer à lui enseigner comment se battre? Il lui souffla doucement cette idée.



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Lun 25 Déc - 6:37
Lorsque le jeune dragon reçut mon souvenir, je pus sentir la surprise le traverser. Il devait sûrement s'attendre à ce que je continue à me borner dans mon air supérieur, mais j'étais déjà passée à autre chose. Rester trop longtemps dans une victoire peut nous empêcher de voir notre prochain combat se profiler. Je sentis à son tour l'esprit du jeune dragon aux écailles de nacre me partager un souvenir à son tour. Un sentiment de honte et de rage immense accompagnait cette bribe de souvenirs. Avant même que celle ci me parvienne, je compris que ce n'était pas une fin heureuse qui s'annonçait. Je me concentra pour ne pas manquer un seul détail.

Une vague d'odeurs et de bruits me parvint d'abord, j'étais plus sensible à ces sens après tout : l'odeur âcre du sang, autant celui de deux pattes que de dragons. Beaucoup de sang, beaucoup trop. L'odeur de la chaire qui brûle, des cendres, le crépitement incessant des braises comme si le monde s'enflammait dans un immense brasier. Mais par dessus tout, l'odeur de la peur, la course effrénée des palpitements de milliers de coeurs battant à l'unisson en attente d'une mort qui ne surprend pas. Les cris. Les rugissements. Pas ceux qu'on pousse pour appeler de l'aide. Pas des cris d'espoir. Des cris d'abandon, lorsque l'on sait que tout peut se finir et qu'on y peut rien. J'étais témoin de ce qu'avait vécu le petit dragon blanc à cette époque, que dis-je, j'étais lui. Sous mes iris, je voulais le monde exploser, brûler, peu importe où mes pattes se posaient, mes griffes se plantaient dans des cadavres et il ne tenait qu'à peu que je les y rejoigne. Je vis un l'ombre d'un dragon, massacrant quiconque se trouvant sur son passage, autant humain que dragons. L'incompréhension, la peur... Je volais, je faisais flamber, des coups de griffes, des coups de crocs portés contre un enemi qu'on ne distingue plus tant que ça. Le combat dura une éternité. Et au final, une victoire qui n'avait de victoire que le nom, car le sang maculait les corps et les corps maculaient la terre. Tout avait été joué à l'avance, et tous autant que nous étions, nous n'avions pas pu changer le sort. Je ne voulais plus de ça. Il ne voulait plus de ça. Il voulait être plus fort qu'eux. Puis vint la rage. La rage d'obtenir sa revanche. La rage d'obtenir sa victoire. Une vraie victoire, qui ferait se lever les morts. Moi aussi, j'étais enragée. Moi aussi, je voulais vaincre. Il s'est battu, contre des autres et avant tout contre lui même.

Il ne tenais qu'à moi qu'il ne se batte plus seul. Il tenait qu'à moi qu'il s'approche un peu plus de son objectif. Alors Nynsith, qu'est qu'elle tu allais faire ? Laisser un dragon perdre contre les Chimères ? Non. Impensable. Bien qu'il ne soit plus un dragon libre, il était tout de même un dragon. Et ce serait une honte pour moi qu'une créature du même nom que moi se laisse marcher dessus par ces créatures. Je me fichais de sauver la vie de bestioles à deux pattes, mais il était inacceptable que ces créatures touchent à un seul autre individu de ma digne espèce, qu'il soit lié ou libre. Mes yeux plongèrent dans les siens alors que mon choix traversait avec assurance la trame en sa direction. Bien misérable dragon. J'allais t'apprendre à être moins misérable.
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Dim 31 Déc - 5:01
Pourquoi ressentait-il un tel espoir? Pourquoi souhaitait-il tant recevoir l’enseignement de Nynsith? N’était-il pas pacifiste? Mais avant cela… il était… dragon. Libre, affranchi, Lié. Peu lui importait, en cet instant, car il était avant tout un dragon. Et il refusait de rester sur une défaite face aux Chimères. Kaalys sentait au plus profond de son être que ces créatures sans corps allaient revenir, un jour ou l’autre, et il souhaitait être prêt à les recevoir.

Peu lui importait que la dragonne le pense inférieur ou indigne. Il était au-dessus de ce genre de considération. La valeur d’un dragon ne se mesurait certainement pas de cette façon. Il lui en fit part, peu lui importait si cela lui déplaisait. Le Nacré n’allait certainement pas penser ou dire autre chose pour faire plaisir à la dragonne. Il n’allait pas s’écraser. Et elle-même semblait penser que, libre ou lié, aucune autre créature n’avait le droit d’avoir l’ascendant sur l’un des siens si ce n’est un autre de ses semblables.

Leurs regards se cherchèrent, s’accrochèrent et alors, dans l’argent de ses glaciales prunelles, Kaalys vit qu’elle avait fait son choix. Avant même que ses pensées lui parviennent, il sut qu’elle allait l’entraîner. Il en était heureux et lui fit part de cette pensée, bien qu’il songea également regretter tout ceci prochainement. En effet, Kaalys n’imaginait pas un seul instant que Nynsith soit de ces dragons pédagogue. Il l’imaginait davantage dans l’action, à lui enseigner à le dur.

Le doute passé, le Nacré inclina doucement la tête – sans jamais la quitter du regard, la fourbe ! - afin de la remercier du temps qu’elle allait lui consacrer. Mais avant toute chose, ses pensées se tournèrent vers l’estomac vide de Nynsith ainsi que le sien, à moitié remplit seulement. Le corps du ver possédait une carapace particulièrement dure mais totalement inefficace face à la mâchoire d’un dragon, leur repas les attendait donc à quelques mètres à peine.

Mais soudainement, une question apparue dans l’esprit du dragon.

- Pourquoi détestes-tu tant les bipèdes ? Pourquoi être venu sur l’ancien continent puis ici, si tel est le cas ? Tu n'es pas ton père, non ? Se risqua t-il, piquant.



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Ven 12 Jan - 23:10
Le nacré me salua respectueusement d'un signe de tête. C'était bien un truc de de dragon domestique ça, de faire des manière, alors que je sentais clairement la méfiance qu'il éprouvait à mon égard. Mais ça jouais en sa faveur, me faire confiance juste sous prétexte que j'avais accepté de l'aide alors que je l'avais attaqué sans raisons aurait été une chose vraiment stupide. Alors que je l'observais, je me demandais quel genre à quel genre de bestiole à deux pattes avait bien pu s'attacher le dragon. Pour moi ils se ressemblaient absolument tous. Les différentes races se départageaient facilement par leurs odeurs mais pour le reste. Certains avaient des poils différents, des petits yeux globuleux de couleurs différents... En tout cas, le dragon avait quand même appris certaines choses avec ces créatures si ce n'était pas la liberté, ni la discrétion... Parce que bon sang, il était vachement voyant celui-là.

Le regard du jeune dragon se dirigea ensuite vers le ver dont le cadavre avait été laissé à l'abandon. C'était vrai... Nous n'allions pas gâcher une si gros festin non plus. Anticipant une réaction de la part du dragon aux écailles neige, je me dirigeait déjà vers le repas alors que mon ventre rugissait. Un repas dont j'avais perturbé la chasse. Il avait bien perturbé la mienne après tout alors ça ne devais pas le déranger. Alors que j'allais m'attaquer à la pauvre créature, mon congénère me posa une question sans intérêt. Enfin, disons que parmi toutes les interrogations qu'on pouvais avait sur mon compte, celle-là n'était peut-être pas la première qui venait à l'esprit.
«Pourquoi détestes-tu tant les bipèdes ? Pourquoi être venu sur l’ancien continent puis ici, si tel est le cas ? Tu n'es pas ton père, non ?»

Es que j'avais à lui répondre ? bien sûre que non. Es que j'allais le faire ? Oui. Pas pour satisfaire sa curiosité, parce que ce n'était pas forcément ma priorité mais pour remettre les choses au claire dans sa petite tête de dragon lié.
«Dragon crème, disons que je les traites de la manière dont ils doivent être traités.»
Ce sont des proies avant tout. Pas plus. Ils n'ont jamais été plus malgré ce qu'ils peuvent essayer de faire croire par leurs manipulations et leurs mensonges.Je n'aime pas les menteurs. Je n'aime pas les manipulateurs.
«Dis moi jeune dragon, quand des parasites commencent à grimper sur ton corps, ne t'ébroue-tu pas pour t'en débarrasser ? Moi oui, je ne veux pas de vermine sur mon dos.»
Une vermine incapable de se protéger elle-même se servant de nous comme bouclier et hautaine. Extrêmement hautaine. Je n'aime pas les créatures hautaine. Elle se construit d'immenses bâtiments comme si elle était un géant alors qu'elle est minuscule, insignifiante et en bas de la chaine alimentaire.

Je secouais la tête désapprobatrice. Il ne comprendrai pas, il avait été conditionné par ses gardiens pour accepter de leur servir. Et il devait aimer ça. Obéir par ce qu'il pensait être de l'amour alors que c'était par conditionnement.
Pourquoi j'étais allée sur l'ancien continent et j'étais venue ici ? Alors si on n'aimait pas les bipèdes, on avait rien faire où ils étaient ? Je suis le prédateur ultime, si je veux aller quelque part, j'y allais. C'était aussi simple que ça.
«Avant tout pour protéger les miens. Ceux qui sont vraiment des miens. Pour m'assurer que mes ennemis disparaissent et que ceux qui ne sont pas des miens ne prolifèrent pas.»
J'insistais ma dernière phrase en plongeant mon regard glaciale dans le sien. Il faisait parti des miens, il pouvait encore être sauvé quand les autres périront son mes griffes.

Sa dernière question me semblai juste provocatrice. Il semblait y avait un côté négatif à être comparée à mon père pour les dragons de compagnie apparement. Je répondis avec hauteur ce qui pour moi était la vérité.
«Je ne suis pas mon père, mais je ferai tout pour être comme lui. Aussi forte que lui. Aussi intelligente. Tout dragon digne de ce nom devrai vouloir lui ressembler. Les autres sont justes aveugles.»
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Sam 13 Jan - 5:46
Il était méfiant. Comment ne pas l’être en la présence de cette dragonne, qui l’avait attaqué ainsi, sans réelle raison si ce n’est l’envie de lui nuire ? Mais la méfiance du Nacré était teintée d’un certain respect. Celui qui allait aux ainés, mais aussi car il se trouvait face à un potentiel mentor, l’une de ses semblables qui pouvait lui apprendre certaines choses. Sans parler de l’accès à la mémoire draconique, Nynsith avait forcément une expérience de la vie plus conséquente que celle du dragon affranchi. Ce dernier était curieux d’en apprendre davantage sur le continent sauvage, par exemple, et sur les règles qui régissaient la vie de ses semblables-de-l’autre-côté-de-l’océan. Toutefois, Nynsith était avare de parole et sans doute allait-elle prendre plaisir à décider si Kaalys était – à ses yeux – digne ou non.

Soit. Cela pourrait être amusant, songea le plus jeune en s’approchant à son tour du ver. Son estomac grondait encore et il ne se fit pas prier pour entamer la carapace de la créature et découvrir sa chair. Il restait toutefois à l'opposé de Nynsith et ne lui tournait pas le dos.

Aisni, Kaalys avait grande hâte que la dragonne comprenne, par exemple, qu’il n’était pas Lié. Elle se focalisait tellement sur ce qu’elle croyait vrai qu’elle n’avait pas prit la peine de sonder son cadet. Pour autant, cela n’avait rien de compliqué.

Vint ensuite la réponse à la première question de l'Eclat de Nacre. Celle-ci permit à Kaalys de mieux comprendre la mentalité de la dragonne libre. En revanche, il ne pouvait être d’accord avec cette dernière. Les bipèdes se plaçaient au-dessus des autres êtres en vivants de part leur intelligence – bien qu’inférieur à celle des dragons – et il était impossible d’occulter ce fait. En revanche, il rejoignait Nynsith sur un point : certain bipèdes étaient de véritables parasites. Cela avait demandé un peu de temps au jeune dragon pour le comprendre, pour voir les différences nuances présentes chez les bipèdes …

- Je comprends ton point de vue. Effectivement, certains bipèdes ne sont que des vermines et ne mérite pas plus de considération qu’une fourmi. En revanche, d’autres méritent le respect. Ceux qui ont combattu les Chimères, par exemple. Car tout dragon que nous sommes, nous n’aurions jamais fait le poids, nous serions mort dès le début. Si nous les protégerons, ils nous ont aussi protégés.

Afin d’appuyer ses dires, Kaalys lui transmit l’image d’un autre dragon possédé durant la première bataille contre les Chimères et comment deux bipèdes lui était venu en aide. Bien sûr, il s’attendait à une remarque sur le fait qu’il s’agissait d’un dragon lié, donc inférieur, forcément.

- Pourtant, Verith n’est-il pas souvent accompagné par des bipèdes ? Tout grand dragon qu’il est, il est incapable d’agir sans eux. Ses protégés, ai-je entendu dire. Il n’est pas un lié mais il est aussi enchaîné que tous les autres... Tu voudrais donc lui ressembler ? Venant d’une dragonne au caractère tel que le tien, je m’attendais à ce que tu sois ton propre maître… Et décidé de ta propre voie, comme je l’ai fait.

En effet, malgré un lien brisé, il s’était envolé pour découvrir le vaste monde qu’était son ancien continent. Il avait quitté le Domaine qui l’avait vue naître pour goûter à l’immensité des cieux. Kaalys était allé là où il le souhaitait, faisait ce qu’il voulait en accord avec sa conscience. En revanche, il n’avait jamais souhaité ressembler à un autre, pas même à son père. Ce dernier avait été un modèle pour le dragon de nacre, c’était indéniable, mais il était inconcevable pour Kaalys ne n’être que « le fils d’Atalos ». D’ailleurs, personne ne l’appelait ainsi. Nynsith pouvait-elle en dire autant ?

- Ne voudrais-tu pas être autre chose que « la fille de Verith » ? Je sens que tu vaux mieux que cela. Être toi ne veux pas dire être moins bien que lui, au contraire.



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mer 17 Jan - 14:14
«Je comprends ton point de vue. Effectivement, certains bipèdes ne sont que des vermines...»
C'était bien ça le soucis des dragons domestiques, ils ne se rendaient pas comte que tous les deux pattes étaient des nuisibles. Je savais déjà à cet instant que le jeune Nacré allait prendre parti pour certaines de ces créatures qu'il estimait meilleures. Ces bestioles se valaient toutes, elles étaient inférieures, elles ne méritaient rien de plus que ce qu'elles avaient. Si la force d'écraser les autres nous avait été donnée, c'était bien pour soumettre ceux qui n'avaient pas la force de lutter. Les deux pattes étaient de simples proies. Et on ne respecte pas quelqu'un qu'on peut exterminer par un seul coup de patte. Ça me paraissait couler de sens...

« En revanche, d’autres méritent le respect...»
Et voilà, c'était bien ce que je pensais... Il imaginait peut-être qu'il adoptait une position alternative entre la haine et la soumission. Ce n'était pas le cas : soit on haïssait toute cette vermine, soit on était de leur côté. Il n'y avait pas de oui mais non. Nous étions des dragons, nous étions assez forts pour porter un vrai choix au lieu de se cacher derrière des demi-réponses.
« Car tout dragon que nous sommes, nous n’aurions jamais fait le poids, nous serions mort dès le début. »
Nous ne nous serions jamais attirés ces problèmes si les humains ne les avaient pas créés. Il ne manquerai plus que je doive me sentir reconnaissante envers ces choses...
Le souvenir qu'il me transmit ne me fis pas changer d'idée. Le dragon qu'il me montrait était un dragon domestique. Nous n'avions pas besoin des deux pattes pour survivre, la preuve en est que, avant qu'il arrivent, nous nous nous en sortions mieux. La vermine amène la vermine et tous les problèmes qui viennent avec.

Alors comme ça mon père aurait besoin de bipèdes ? S'en servir ne veut pas dire en avoir besoin. Une subtilité trop complexe pour un cerveau formaté probablement. Et ce que décidait mon père n'avais rien à voir avec moi. Il était sans nulle doute le plus fort des dragons, mais, tout individu aussi fort soit-il ne peut pas lutter seul contre le monde entier. C'était stupide de penser ça.
« Tu voudrais donc lui ressembler ? ... Je m’attendais à ce que tu sois ton propre maître »
Et c'était de mon propre chef que je décidais de tout faire pour être aussi forte que lui. Je voulais être comme lui, mais je ne voulais pas être lui. Je ne l'étais pas, je l'avais dit. Je ne voyais pas en quoi ça posait des problèmes sur le fait d'être maître de moi-même... Lui, il essayait bien de ressembler à la meilleure version de lui-même qu'il imaginait, et pourtant il disait qu'il traçait sa voie, et si moi, la meilleure version de moi, je la voyais en partie en ce qu'étais mon père, c'était pareille. Son idéale à lui avait sûrement déjà existé, et pourtant il disait tracer sa propre voie.

« Ne voudrais-tu pas être autre chose que « la fille de Verith » ? »
« Je me fiche de la manière dont les deux pattes me désignent. »
Seuls ceux qui ne me respectaient pas ne me voyais pas comme Nynsith, mais quand le tranchant de mes crocs aura caressé le fil de leurs vies, ils verront que je peux être autre chose. Un monstre. Un prédateur. Nynsith. La fille de Verith. La fille de Keetech. Un dragon. Ce n'était pas la manière de désigner les choses qui les définissait. La nature ne m'avais pas faite juste comme la fille de Verith, alors je n'étais pas que la fille de Verith. J'étais aussi une inconnue pour certains, la dragonne de la faim pour les dragons de ma nué, une amie pour certains, une ennemi pour d'autres. C'était stupide de penser que le nombre de manière de nous définir était limité. J'avais été faite comme j'étais, alors j'étais moi et tout ce que je pouvais être.


Dernière édition par Nynsith le Mer 24 Jan - 16:04, édité 1 fois
avatar
Administratrice
Dragon affranchi


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Aucun
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Lun 22 Jan - 0:25
Si les dragons liés – ou anciennement liés – étaient conditionnés pour apprécier les bipèdes alors les dragons sauvages étaient conditionnés pour les détester, leur rancœur partiellement fondée sur des à priori. Partiellement, oui, car il y avait sans doute dans cette haine un besoin de rappeler que le dragon est le prédateur ultime.

Fort de cette idée, Kaalys n’était en rien étonné par la réponse simpliste de Nynsith. Malheureusement, cette dernière n’avait pas totalement compris ce que le Nacré venait de lui dire. En effet, il ne parlait pas que des bipèdes mais bien des autres dragons, ce qu’il ne manqua pas de lui faire comprendre. La demoiselle ne comprenait donc pas la subtilité et les sous-entendus?

- Je ne parlais pas des bipèdes, mais des dragons. Qu’ils soient liés ou affranchis, comme moi, fit Kaalys en prenant soin de bien choisir ses mots.

Pas d’amis, pas d’alliés, pas de semblables. À part Verith et Keetech, Nynsith était seule et le jeune Nacré se doutait que cela lui suffît étant donné son fort tempérament. Pour autant, il trouvait cela triste. Et dangereux. Si des dragons aussi grands que le Rubis ou Keetech représentaient une menace suffisamment puissante pour ne pas être provoqué, ce n’était pas le cas de la dragonne de la faim. Il y avait en ce monde des créatures et des personnes à l’âme assez sombre ou assez folle pour s’attaquer à un dragon, surtout un dragon arrogant, et le défaire. Pour avoir souvent sillonné les cités bipèdes, pour avoir vue les combats de près, Kaalys savait que les « inférieurs » avaient de quoi mater une menace venue des cieux. Comme elle l’avait si bien fait comprendre, un dragon sans ailes n’est plus grand-chose.

- Attelons-nous à un sujet que tu connais bien : Le combat. Tu as dit que tu ferais de moi un dragon un peu moins misérable. Quand commençons-nous ?

Sa voix, bien que mentale, trahissait un amusement plus que certain pour cette formulation que Nynsith avait utilisé pour le qualifier. Le quolibet glissait sur ses écailles comme de l’eau.




On peut faire cet entrainement ici ou dans un autre sujet. Ils peuvent continuer à discuter aussi. En tout cas, si on le fait après le 15 juillet, Kaalys aura une surprise pour Nynsith 8D



Voix de Kaalys | Couleur de RP : gold


avatar
Invité
Invité

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

le Mer 24 Jan - 16:31
«Je ne parlais pas des bipèdes, mais des dragons. Qu’ils soient liés ou affranchis, comme moi.»
Des dragons ? Des dragons liés et affranchis. Une poignée de notre espèce qui ont perdus leur chemin C'était assez restrictif de dire que parce que quelques dragons le disaient que tout le monde le faisait. Et ça n'y changeait rien. Je n'étais pas que la fille de Verith, et je pouvais bien être la seule à le savoir, c'était le plus important. Si on était la chose que les autres voyaient en nous, alors beaucoup  n'existerai pas avec moi. Ça ne fonctionnait pas comme ça. La vie ne marchait pas comme ça. Et de toute manière autant ne pas trop rester omnibulé par ce que les gens pouvaient penser, ça n'avait jamais aidé personne de se faire manipuler par le regard des autres. Parce que ça, ce n'était pas tracer sa voie : être clément parce qu'on cautionne la clémence, être généreux parce qu'on entend dire que ça fait de nous une bonne personne... Si je voulais faire du tors aux autres, j'en avait le droit parce que j'en avait le pouvoir, et c'était le pouvoir qui régie notre monde depuis toujours. Alors les pensées des autres, ce n'était ma priorité.

Le jeune dragon continua à faire du raffut dans mon esprit. Il était vraiment bruyant. Heureusement que j'étais du genre solitaire parce que c'était assez insupportable à endurer. Au moins son endoctrinement lui avait permis de supporter cette manière de communiquer assez bruyante des humains. Pour ma part je préférais me faire comprendre par des manières moins civilisées que de grands discours pour faire comprendre qu'on est de mauvaise humeur. Un grognement suffit. Et communiquer avec son corps était plus précis, surtout que le corps ne mentait que très rarement. Les sentiments se partagent directement, pas par des alignements de mots.

« Attelons-nous à un sujet que tu connais bien : Le combat. Tu as dit que tu ferais de moi un dragon un peu moins misérable. Quand commençons-nous ?»
Sa question me fit bien rire. Je lui fit part amusée que le combat ne commence pas avant par un bon repas. Et je ne comptais pas commencer tout de suite. J'avais assez supporté du dragon crème pour la journée. Après avoir avalé un bout du ver en vitesse, je déployais mes ailes immenses.
« A une prochaine dragon crème. Et par une prochaine, j'entends ici dans quelques jours. »
Pas de temps précis, le hasard fera les choses, et si il ne crois pas au hasard, il n'aura qu'à m'attendre ici. En quelques battements d'ailes, je m'élevais dans le ciel, puis je partis en direction de cette masse bleu sombre que j'appréciait tant.
Contenu sponsorisé

Re: D'or et d'argent sont leurs regards | PV : Nynsith

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum