De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !
Curieux de connaître les dernières nouvelles de l'archipel ? Le topic des nouvelles elysiennes est là pour ça ! Mais attention, rumeurs et ragots peuvent se mélanger à la vérité...

Aller en bas
Kälyna Vallaël
Co-fondatrice
Pirate

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Kälyna Vallaël Empty Kälyna Vallaël

le Jeu 7 Sep - 16:47


Prénom et nom



Identité de votre personnage

Race : Elfe
Nom : Vallaël
Prénom : Kälyna
Surnom :
Date de naissance : 8 mai de l’an 1258
Age réel : 505 ans
Age en apparence : 30 ans
Lieu de naissance : Royaume elfique, les Vieux Vois
Lieu de vie : Nomade
Rang social : Noble
Poste/emploi : Guerrière libre

Caractéristiques (Cliquez ici pour les compétences)



Force physique : Très faible
Agilité : Très bon
Furtivité : Moyen
Réflexes : Bon
Endurance : Bon
Résistance : Très bon

Force mentale : Maître
Perception : Bon
Intelligence : Très bon
Beauté/charisme : Grand maître
Navigation : Moyen
Magie : Exceptionnel

Epée : Médiocre
Dague et poignards :
Armes d'hast : Médiocre
Armes contondantes :
Hache : Médiocre
Fouet : Moyen
Art du lancer : Médiocre
Bouclier  : Médiocre
Armes de trait : Médiocre
Mains nues/pugilat : Médiocre
Equitation : Moyen
Dressage : Moyen



Equipement


Arme principale : Magie

Autres objets :
Serpentine
Griffes de l’oiseau de feu
Peinture corporelle
Rose des murmures reforgée
Masque de peur
Baccara de beauté
Sombre-rose
Cape écarlate
Robe Terrae
Magician
Corset en os de baleine
Bracelet d’action
Secret floral
Bague des utopies illusoires
Bague de l’être chéri
Bague Umbrea
Anneau orné de corail
Bottes de chasse
Lyre bardique
Sacoches des ombres
Poussière d’ambre
Journal de grand voyageur
Potion de guérison/cicatrisation forte x3
Guérison ultime
Don d’Océan
Ambrosia x3
Outre infinie
Couverture des saisons
Collier de contrainte
Segnisvenum
Miroir enchanté de la vision lointaine
Chaine de guerre
Quadraginta
Coeur chaleureux
Destrier noir
Selle magique
Armure de grâce




Description physique



Au premier coup d’œil, ce n’est pas à une elfette que Kälyna fait penser. On peut même se demander ce qu’elle est et ce qui lui est passé par la tête pour s’être recouverte de peinture corporelle de la tête aux pieds. D’une blancheur étonnante, voilà ce qu’est devenue sa peau et seul son visage n’est pas complètement blanc tandis que des traits ténébreux s’y dessinent. Sa bouche, que l’on aurait pu deviner d’un rose saillant jadis, est teintée de noir. Le contour de ses yeux rappelle l’encre et est agrémenté d’un peu de rouge. Plusieurs traits et formes se dessinent ici et là sur son visage, changeant quelques fois selon son humeur.

Malgré son extravagance, on ne peut douter de ses ascendances elfiques. Délicate, ses membres sont fins et longs. Svelte, elle a également hérité de la grande taille de son peuple du haut de ses 190 centimètres. Gracieuse, on pourrait presque croire qu’elle danse lorsqu’elle se déplace. Ce qui lève tous doutes est la présence d’oreilles pointues, finement cachées derrière cette longue chevelure de jais lui arrivant dans le bas du dos.

Les traits de son visage sont sérieux et dénotent d’une dureté qui contraste avec son aspect fragile. Sa voix sonne froide et hautaine, sauf lorsqu'elle élève la voix pour chanter. Les sourires ne se dessinent que rarement sur son visage et lorsque ces derniers apparaissent, cela est souvent signe d’un mauvais présage.

Derrière son excentricité se cache une beauté magique. Son maquillage ne la rend pas plus laide, seulement plus mystérieuse. Kälyna est difficile à déchiffrer et tout semble sombre chez elle. Étrangement, ce n’est pas son extravagance qui marque le plus, mais la tristesse enfouie au fond du doré de son regard.

On aurait pu croire que la Dame Blanche se vêtirait de blanc. Au contraire, elle arbore plutôt des teintes foncées, telles que le rouge et le noir, qui accentuent le contraste avec sa peau pâle. Il n’est pas rare de la voir avec une rose dans les cheveux.


Description mentale



Incompréhensible est probablement le terme qui décrit le mieux Kälyna. Mystérieuse et indéchiffrable, il est pratiquement impossible de deviner ce que recèle ses pensées. Elle arbore un visage froid et aux traits durs. On la connait pour sa cruauté et pour son fanatisme durant l’événement du Tyran Blanc. Elle fait tout pour se distancer des gens ou plutôt, son langage corporel laisse entendre qu’autruis ne sont pas les bienvenus près d’elle… Sauf exception, bien sûr. Quelques rares individus sont capables de l’approcher et de voir sa vraie nature: un être troublé, colérique et mélancolique.

De ses ascendances elfiques, elle n’a gardé que peu de traits. Le premier étant sa curiosité et cette soif inépuisable de connaissances. Le deuxième est sa susceptibilité et la grande importance qu’elle accorde au respect. Il est préférable de ne pas lui manquer de respect et rancunière comme est, elle peut s’en rappeler longtemps. Elle ne possède plus la grande patience caractéristique des elfes et est plutôt impatiente, préférant avoir des résultats rapidement. Elle déteste l’incompétence.

On peut croire qu’elle a bien des défauts et qu’elle peut mentir effrontément. Or, lorsqu’elle donne sa parole, elle fera tout pour la respecter. Attention toutefois qu’elle n’ait pas déformé la réalité en sa faveur.

Il n’existe pas de juste milieu chez Kälyna. Elle semble dérangée et est bien difficile à saisir. Elle est extravagante et aime faire les choses en grand. Elle peut sembler froide et hautaine. Elle sourit très peu. Lorsqu’elle le fait, ce n’est jamais un bon signe ou c’est pour se moquer. Rarement son sourire est sincère. Toutefois, derrière son masque imperturbable, une lueur triste se cache dans ses yeux dorés.

La vie n’est pas facile pour l’elfette. Son coeur bat d’amertume. Mais elle a juré qu’elle ne tenterait plus jamais de s’enlever la vie. Heureusement, aujourd’hui, elle est enfin libre de son ancien Esprit-Lié. Elle n’est plus une Inséparable tronquée. Son coeur connait désormais autre chose que le vide, il a su se remplir peu à peu d’émotions: notamment la peur pour quelqu’un, l’affection et même la confiance.

Alignement :  Kälyna est un personnage chaotique, c’est-à-dire qui fait ce que bon lui semble quand cela lui chante. Elle ne cherchera pas activement à faire le mal, mais elle n’est pas portée à tendre la main pour venir en aide à autrui.





Histoire



Éclosion
8 mai 1258

Il y a de cela cinq cents années, un temps de paix régnait sur Ambarhùna tandis que les vampires avaient été repoussés dans ce qui formait le royaume souterrain. Pouvait-on se réjouir pour autant? Difficile à dire avec la disparition des dragons et l’affaiblissement de la magie en même temps. Pourtant, à l’Ouest du continent, deux elfes étaient les plus heureux qui soient et cette joie se partageait à toute la communauté du royaume. La raison était fort simple : un nourrisson venait de voir le jour, une petite elfette à la chevelure de jais et au regard plus rayonnant que le soleil lui-même. Une Vallaël à l’avenir prometteur selon cette noble famille qui remercia les dieux pour ce formidable miracle. Durant la semaine qui suivit sa naissance, de grandes festivités furent lancées et les rires, les chants, les poèmes, les jeux et les remerciements furent au rendez-vous. Dans la clairière du grand chêne, un baptistrel accueillit l’enfant de son chant et un nom se tint à toutes les lèvres : Kälyna.

Croissance
1258 – 1357

La petite Kälyna était la fierté de ses parents et ils voyaient en elle tous leurs espoirs se concrétiser. Ils n’avaient rien de plus précieux et à chaque jour, ils remerciaient les dieux de leur avoir accordé une gamine aussi énergique et en santé. Elle était aimée de toute la communauté elfique qui s’assurait qu’elle ne manquât jamais de rien et qui avait d’ailleurs bien plus que ce dont elle avait de besoin. Elle était choyée, protégée et gâtée.

C’est dans une grande joie que les elfes virent Kälyna grandir et avec plaisir qu’ils partagèrent leurs savoirs avec elle. Ils lui inculquèrent tout ce dont elle devait savoir en passant par le langage, autant l’elfique que le commun, la lecture, l’écriture, les traditions, la magie, la musique, les mathématiques, la géographie et bien d’autres. Il s’avérait que la gamine était dotée d’une curiosité insatiable qui amusaient grandement, et décourageaient parfois, ses instructeurs par toutes les questions qu’elle posait sans relâche. Elle cherchait à comprendre comment le monde fonctionnait autour d’elle. C’était une enfant énergique, affable, talentueuse, intelligente et très fière. Capricieuse, entêtée et égoïste, certes elle avait des défauts, mais il était bien difficile de les reprocher à la mignonne petite elfe qu’elle était.

On chercha à lui faire découvrir divers domaines afin d’en vérifier son intérêt et ses capacités. Elle détesta toucher aux armes et eut plutôt une étincelle pour la politique, bonnes nouvelles aux oreilles de son père qui faisait partie du conseil. Ainsi, elle fut élevée pour devenir conseillère à son tour. Lorsque l’on ne la voyait pas s’instruire quant à ce rôle, il n’était pas rare de la voir dessiner, jouer d’un instrument de musique, particulièrement la lyre, faire fleurir sa magie et se promener parmi les jardins de fleurs du royaume elfique. Ce n’était pas un secret que la petite Vallaël aimait les roses.

C’est le 21 décembre de l’an 1287 que Kälyna fit la toute première rencontre avec un petit bébé à la chevelure nacrée. Qui aurait cru qu’Arya, car telle était son nom, était sa soeur? Difficile à croire tant elle était différente physiquement des Vallaël. Toutefois, en son coeur, le doute n’exista jamais. Elle en était très proche. Toutefois, elle était trop jeune pour remarquer que ses parents délaissaient la cadette. Des deux, Kälyna était la plus chouchoutée.

Dès son adolescence, Kälyna sut qu’elle était promise à Aranwë, membre de la noble famille Nalwaë. Bien qu’elle eut un pincement au cœur de ne pas se marier par amour, elle n’en fit pas tout un drame. Après tout, l’union de ses parents avait également été planifiée de même que celui de ses grands-parents et ils ne lui avaient jamais semblé malheureux pour autant. Aranwë était un elfe charmant, intelligent et attentionné, elle trouverait certainement le bonheur près de lui, n’est-ce pas? Bien qu’une partie d’elle-même refusait d’y croire, elle s’accrocha à cette idée et à celle de faire plaisir à son entourage.

Lys nacrés
1358

Le grand jour, ou devrait-on dire, les grands jours vinrent où la famille Vallaël s’unirait à la famille Nalwë. Les parents de Kälyna étaient si fiers de l’elfette qu’elle était devenue et des décisions qu’elle avait prises. Ils voyaient déjà en elle tout le potentiel d’une bonne conseillère. Dotée d’un grand charisme, elle était déjà capable de capter l’attention de ses auditeurs et de faire valoir son point de vue aisément et ce, tout en restant respectueuse. Déjà à cet âge, elle semblait prôner l’autarcie et suivre les idées conservatrices, ce qui plaisait également à son père. Mais avant d’entrer dans le conseil, elle devait se marier à Aranwë.

La joie et les sourires étaient sur tous les visages de la communauté elfique, tous sauf un. Si Kälyna semblait avoir tout pour elle, alors pourquoi avait-elle ces larmes à ses yeux? Dans sa maison à confectionner des ornements et des décorations comme le voulait la tradition, seul son futur époux avait pu lire la tristesse en elle. D’une fine caresse, il sécha ses larmes de sa main et la rassura de ses douces paroles. Il prendrait soin d’elle et elle serait aimée comme nulle autre. Il lui disait comprendre ce qu’elle ressentait, comprendre ses craintes et comprendre son désarroi. Mais savait-il seulement ce qui se tramait dans le cœur de sa promise, cœur qu’elle ne comprenait pas elle-même? Aranwë était loin de comprendre quoi que ce soit.

Aranwë lui avait proposé de reporter la cérémonie, voire de l’annuler complètement, ce que l’elfette refusa. Elle avait accepté de l’épouser et c’est ce qu’elle ferait. Tâchant d’enfermer son malaise dans un recoin de son âme, elle posa un sourire sur ses lèvres pour la suite de l’événement. La baptistrelle Aramis Thredë chanta l’histoire des deux elfes sous le grand chêne et au septième jour, elle unit les deux nobles par les liens du sort végétal. Une fois que le couple eut prononcé leurs vœux, leurs élus coupèrent les végétaux et remirent à chacun un collier d’argent orné d’une perle où un lys y avait été gravé. Pour sa part, elle avait choisi Eliowir Serillëiel pour partager ce moment avec elle.

Ainsi, à partir de ce moment, on put l’appeler Kälyna Nalwaë.

Rose
1368

Dix ans plus tard, voilà que Kälyna fit une prouesse que rares elfes pouvaient se vanter. Admirée de tous, c’est un 13 décembre qu’elle mit au monde son premier et seul enfant. Le labeur avait été difficile et il avait fallu l’aide de Merithyn pour qu’on accueille en ce monde une petite elfette à la chevelure ténébreuse de sa mère et aux iris verdoyants de son père agrémentés d’étincelles dorées. La Vallaël fut heureuse d’apercevoir sa mignonne petite frimousse et d’apprendre que sa petite était en santé. Toutefois, elle refusa de la prendre dans ses bras, prétextant qu’elle était fatiguée et que toute la communauté attendait de voir ce cadeau avec impatience. Obéissant, son mari entraîna le nouveau-né dans la clairière du grand chêne. L’âme de feu apporta les soins à la nouvelle mère et lorsqu’elle fut rétablie, elle rejeta sa présence puisqu’elle désirait être seule. Le baptistrel fut probablement le premier elfe à se douter que quelque chose n’allait pas chez elle.

Kälyna ne participa pas à la cérémonie d’accueil à la vie et elle resta clouée au lit avec ce sentiment de grand vide comme jamais elle ne l’avait vécu auparavant. Malgré la présence de son mari et de cette nouvelle créature dans sa vie, c’était la première fois qu’elle se sentait aussi seule. Elle avait cette impression d’avoir commis une erreur et ses pensées étaient noircies par ses craintes et ses doutes. Serait-elle capable d’aimer son nourrisson alors qu’elle n’y était jamais parvenue avec Aranwë? Certes, elle l’aimait, mais pas autant qu’il méritait de l’être. Serait-elle une bonne mère? Elle se sentait coupable, déprimée, découragée, honteuse et avait l’impression que les Dieux l’avaient abandonnée.

Ce n’est que quelques jours plus tard que Kälyna eut les larmes aux yeux lorsque son époux lui appris le nom qu’il avait offert à leur enfant : Mëryl. Nom choisi en l’honneur de son épouse et de cette fleur qu’elle aimait tant : Meril. Malgré toutes les inquiétudes prenant place chez elle, une chose était certaine : Mëryl serait sa petite rose.

Pluie écarlate
1375

Kälyna aimait son mari, aimait son peuple et aimait sa fille.

Si elle disait tant aimer Aranwë, alors pourquoi n’arrivait-elle plus à le regarder dans les yeux? Pourquoi s’éloignait-elle de lui dès qu’elle le pouvait? Pourquoi son cœur hurlait-il lorsqu’il lui disait qu’il l’aimait? Pourquoi n’arrivait-elle plus à lui dire des mots aussi simples que « Je t’aime »?

Si elle disait tant aimer les elfes, pourquoi ne participait-elle pas aux activités communes? Pourquoi préférait-elle passer des journées entières en solitaire dans la forêt? Pourquoi n’était-elle plus motivée de devenir conseillère?

Si elle disait tant aimer Mëryl, pourquoi devait-on lui rappeler qu’elle avait une fille? Pourquoi les elfes pouvaient-ils se vanter de l’avoir vue plus s’épanouir qu’elle? Pourquoi la Rose devait-elle lui demander de lui conter une histoire pour qu’elle y pense? Pourquoi était-elle toujours aussi distante?

Simplement parce que les couleurs étaient devenues grises, que les mets n’avaient plus de saveurs et que les roses avaient perdu de leur éclat. Un sentiment de vide semblait s’agrandir en elle plus les jours passaient. La maison familiale lui semblait devenir de plus en plus étouffante. L’elfette souffrait d’un mal que personne ne pouvait comprendre. Chaque souffle lui était pénible et chaque pensée était ténébreuse.

Levant les yeux au ciel, Kälyna jeta un dernier regard à la pluie d’étoiles filantes qui mettrait fin à ses souffrances. Elle n’avait pas peur. Si, peut-être un peu à vrai dire, mais ce n’était rien en comparaison à la volonté de vouloir en finir. C’est seule qu’elle mettrait fin à ses jours, seule comme elle se sentait depuis ce qu’elle qualifierait de toujours. Elle eut une pensée pour Mëryl qu’elle ne verrait pas grandir et qu’elle ne verrait plus sourire. Puissent les Dieux pouvoir la protéger, mieux qu’ils ne l’avaient fait avec elle. Mais voilà que des pas de courses se dirigeaient vers elle. Voilà qu’on criait son nom. Voilà que la peur vibrait en elle et que ses bras se refermaient sur le petit corps d’une enfant à la chevelure d’encre. Des hurlements déchirèrent le calme de la forêt avant de s’éteindre tel un soupir.

Voilà que la pluie venait de naître dans ces yeux verdoyants face à ce spectacle écarlate.

Déracinée
1376 – 1751

Il en avait fallu de peu pour que Mort enlace deux nouvelles âmes. Rapidement, Aranwë avait stabilisé leur état avant de requérir l’aide de Merithyn pour soigner son épouse et son enfant. Toutes les deux s’en remettraient. Les ecchymoses disparaitraient, les os se reformeraient et les plaies guériraient. Au final, il y avait eu plus de peur que de mal.

L’incompréhension régnait. Comment une elfette qui semblait avoir tout pour elle pouvait avoir un cœur aussi lourd au point de désirer s’enlever la vie et ainsi écourter son temps? Pour certains, c’était simplement révoltant! Non seulement c’était une disgrâce, mais en plus, elle avait failli emporter avec elle la petite Rose et le Dragon-Esprit sait à quel point les enfants étaient importants pour les elfes. Pour d’autres, cela fut plutôt considéré comme un cri à l’aide. Si Kälyna était prête à se suicider, c’était qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond chez elle. En effet, un diagnostic fut posé par Merithyn : instabilité, dépression et mal de vivre. De plus, il fut confirmé que ça n’avait jamais été son intention de blesser Mëryl.

Séparés entre la volonté de la voir bannie pour cet affront et la volonté de lui venir en aide, les elfes optèrent finalement pour que Kälyna reste parmi eux. Il fallut cependant l’influence des Vallaël et d’Aranwë pour s’assurer que la balance penche vers cette décision. Dans cette histoire, son époux n’arrivait pas à concevoir comment elle avait pu arriver à une tel acte extrémiste. Il était frustré contre elle et frustré contre lui-même de ne rien avoir vu venir. Il lui en voulait et il avait eu si peur pour sa fille. La réalité le frappa enfin de plein fouet lorsqu’il réalisa que son épouse ne serait jamais l’elfette de sa vie et plus rien ne serait jamais pareil entre eux. Malgré le dur constat, il ne put se résoudre à la détester.

Malgré tous les soins et l’aide qui furent apportés à lKälyna par la suite, son cœur refusa de guérir. Toutefois, elle promit de ne jamais retenter de s’enlever la vie. Durant ces années, la Vallaël devint l’ombre d’elle-même et elle ne devint jamais conseillère. Elle devint la déception de son mari et de sa famille. Bien que la mort ne l’effrayait plus, elle ne se permit pas de s’enlever la vie. Elle se changea les idées en dessinant, en jouant de la musique, en passant des heures et des heures dans la grande bibliothèque et à se concentrer sur sa magie.

Si on lui demandait comment elle allait, elle répondait qu’elle allait bien. À quoi bon dire le contraire de ce que les gens voulaient entendre? Avec le temps, elle devint impassible et nonchalante, cachant sa tristesse et son désarroi à quiconque. Même qu’elle devint maître dans l’art des faux sourires et des faux discours. Certains furent même assez dupes pour croire qu’elle était sincère, à l’exception de ses proches et amis. D’ailleurs, elle fut grandement peinée lorsqu’Eliowir Serillëiel perdit son enfant et qu’il fut châtié à l’exil. Elle usa de ses talents de diplomate pour parler en la faveur de son ami, mais ce fut en vain. Son passé jouait malheureusement contre elle.

Inséparable
1752

Chaos que furent ces années. Angoisses et exaltations. Voilà que les dragons venaient de revenir et que les vampires quittaient leurs souterrains après tant d’années d’emprisonnement. La magie renaissait sur ce continent qui en avait été affaibli depuis si longtemps et les esprits-liés arrivèrent. Ils ne se lièrent pas seulement aux Humains, mais également à toutes les races.

Voilà que la vérité se formait sous le regard curieux de Kälyna tandis qu’un Esprit-Lié apparaissait face à elle. Son époux avait eu la chance de rencontrer un âne et maintenant, c’était à son tour de découvrir ce qui se cachait en elle. Qu’est-ce qu’il était beau avec toutes ses couleurs! Mais qu’était-ce? Elle ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux tandis qu’elle réalisait ce que représentait l’oiseau. Un hurlement s’échappa de sa gorge, alertant les elfes non loin qui s’attendaient au pire la concernant.

Inséparables, source de joie et de bonheur pour les deux êtres les portant. Mais au singulier, l'oiseau unique prenait la forme de cauchemars, de tourments et de vide. La vérité, c’était que l’elfette ne pouvait aimer nul autre que sa douce moitié et que sans celle-ci, elle était incomplète. Rien d’étonnant qu’elle n’avait jamais pu aimer d’Amour Aranwë malgré tous ses efforts et qu’elle n’avait que sombrée davantage au fil de leur relation.

La vérité, c’était que Kälyna ne serait jamais entière puisque sa moitié n’existait pas. Elle aurait dû la ressentir, mais ce n’était pas le cas. Il n’y avait personne pour faire battre son cœur.

Elle était une Inséparable tronquée, synonyme d’aberration et de solitude.

Mauvaises herbes
1753 à l’année 2 du quatrième âge

Brisée face à cette réalité, Kälyna en avait voulu à tous les Dieux qui existaient. Cet endroit qu’elle considérait comme étant chez elle ne faisait que lui rappeler continuellement qu’elle serait indéfiniment malheureuse. Ainsi, elle avait alors fui le confort de sa forêt elfique, prenant son cheval sans savoir où elle irait. N’importe où lui semblait être un meilleur endroit. Sa curiosité la mena dans l’empire humain où elle découvrit la façon dont cette race étrange vivait. Certes, ce n’était pas la première fois qu’elle voyait des humains, mais c’était la première fois qu’elle pouvait les voir interagir avec leur environnement. Elle fit de nombreuses rencontres, parfois bonnes, parfois mauvaises, mais souvent bien intéressantes.

Lorsque les Almaréens marchèrent sur le continent, Kälyna n’eut d’autres choix que de dissimuler sa présence au risque d’être tuée sur le champ. Face à la présence de ces envahisseurs, elle chercha à retourner chez elle. Elle était une mauvaise mère et une piètre épouse, mais leur sort lui importait. Elle assista à l’impossible : elfes, humains et vampires s’alliaient contre leur nouvel ennemi. Elle participa même aux négociations, élevant la voix afin de faire valoir son point de vue : il fallait mettre de côté les tempêtes d’hier. La forêt trembla, la magie devint un souffle, la barrière magique tomba et le chaos prit naissance en ce lieu verdoyant.

La victoire sembla de courte durée, car déjà le peuple elfique devait quitter leurs arbres qui avaient été engloutis par une force monstrueuse. Un nouveau voyage débuta où finalement le peuple elfique s’engouffra dans les cavernes souterraines d’une cité rebelle. Loin de la verdure, ce moment ne lui parut pas aussi éprouvant que pour les autres elfes. Après tout, Kälyna n’avait plus d’attentes envers le monde dans lequel elle vivait. Elle n’était devenue qu’une spectatrice, imperturbable face à ce qui se déroulait sous ses yeux. Ses yeux dorés qui virent bientôt une aube se peindre en rouge dans les tréfonds de la cité cachée. Parmi les civils, elle aurait pu s’avancer face aux ennemis afin de mettre fin à sa vie. Mais liée à une promesse qu’elle avait jadis faite, elle puisa plutôt dans ses forces magiques pour défier ces envahisseurs. Ce ne fut pas sans conséquences, mais un corps blessé se répare toujours plus facilement qu’un cœur brisé.

Tyranyna
Année 3 du quatrième âge

Euphorie, bien-être et joie. Voilà ce que le cœur de Kälyna s’écriait tandis qu’elle posait son regard doré sur cet être en blanc que tous semblaient détester. Mais son cœur n’était pas de cet avis. Il battait la chamade comme jamais il ne l’avait fait auparavant. Une vague d’émotions l’envahie. Jamais elle ne s’était sentie aussi bien qu’en ce moment même. Était-ce cela que l’on appelait « Amour »? Elle ne savait pas, mais elle aimait ce qu’elle ressentait. Sans hésiter, elle plia l’échine et se soumit à lui.

Mais déjà elle s’éloignait de lui et avec la distance, son mal revenait. Le vide qu’elle connaissait si bien était toujours présent en elle et seul le Tyran Blanc semblait être capable de le combler. À partir de cet instant, une seule pensée existait, celle de tout faire pour le revoir à nouveau. Elle cherchait à lui plaire. Elle voulait qu’il la remarque. Elle faisait tout pour lui et plus rien d’autre n’avait d’importance à ses yeux.

Chaque rencontre était un délice et chaque séparation creusait un gouffre plus profond. Pour l’aberration qu’elle était, le dragon blanc devint synonyme de drogue, de maître et d’amour.

Dame Blanche
Années 4 et 5 du quatrième âge

Fixée sur cet objectif de devenir importante pour le maître de la Théocratie, Kälyna avait œuvré nuits et jours pour se tailler une place à ses côtés. Cela n’avait pas été facile dans ce milieu où le Blanc n’avait d’yeux que pour les vampires. D’ailleurs, elle avait su lire le dégoût dans son regard lorsqu’il l’avait regardée, ce qui l’avait poussée à se peindre de blanc. Mieux valait un regard amusé que dégoûté. Tout ce qu’elle voulait, c’était d’être aimée même si ce n’était qu’une infime partie de tout l’amour qu’elle avait pour lui.

La Prêtresse Blanche lui avait voué un culte sans pareil et elle entraîna les autres Théocrates, de gré ou de force, dans le culte de son bien-aimé. Faisant preuve d’ingéniosité et de détermination, elle s’était élevée dans la haute sphère de la Théocratie et elle devint la dame d’Althaïa.

Joie et tristesse que cette position. Heureuse que sa moitié avait su reconnaître son talent, mais son cœur criait d’être aussi loin de lui. Toutefois, désirant se montrer digne de la confiance que lui accordait son maître, elle dirigea Althaïa la Terrible d’une main de fer.

Elle attendit impatiemment l’occasion de retourner à Gloria et de se rapprocher ainsi du Dragon Blanc. Cette occasion se présenta sous la forme d’un évadé de Morneflamme et de son compagnon protégé. Ils regrettèrent longuement l’idée d'avoir voulu passer près de sa cité et s’ils avaient connu la souffrance, ce n’était rien à comparer à ce qu’elle leur fit subir. Malheureusement pour eux, ils n’auraient pas la délivrance de rejoindre Mort. C’est vivant qu’elle les enverrait au Tyran et c'est personnellement qu'elle s'assurerait qu'ils arrivent à destination.

Sombréclat
Années 6 et 7 du quatrième âge

Le coeur de Kälyna s’était brisé en mille morceaux lorsque ce qu’elle redoutait tant arriva vers la fin de l’an 5. La tête du dragon blanc fut séparée de son corps par l’un des empereurs humains et cela avait fait tourner la page sur la Théocratie. Ce fut également un tournant dans la vie de la prêtresse du Tyran.  L’Inséparable n’était pas heureuse de cette nouvelle réalité. Son coeur se retrouvait à nouveau assombri. Le vide qu’elle avait tant vécu était revenu la hanter. Après la bataille de Sandur, l’ancienne Théocrate s’était faite capturer puis emprisonner C’était Aegnor Evanealle, l’empereur des elfes, qui avait dirigé son procès. Les éclats de rire de l’elfette ne l’avaient pas mis de bonne humeur. La sorcière ne montrait pas de signe de culpabilité, de tristesse ou de remord quant au mal qu’elle avait commis. Si c’était à refaire, elle l’aurait refait. L’Inséparable seule était trop douloureux. Le verdict tomba: la mort. On la tuerait pour les crimes qu’elle avait commis… pour s’être permise d’aimer. Mais qu’est-ce que l’amour?

Toutefois, Mort ne vint pas la chercher. Premièrement parce qu’il était mort lui-même. Mais surtout parce qu’une silhouette rouge se présenta pour prendre possession de la prêtresse. Verith, l’Aile de Mort, était là et la réclamait. Ils s’étaient rencontrés jadis où la ténébreuse avait su lui tenir tête. Quelle étrange intervention où l’empereur elfique ne put que bredouiller son mécontentement. Kälyna était libre. Plus que libre! Comment? Pourquoi? Parce que les chaînes de l’Inséparable s’étaient également brisées à ce moment. La destinée du Rouge et de la Blanche s’était mêlée.

Détestée, haïe, sa tête mise à prix, Kälyna devint renégate. Toujours aussi froide, elle se permit toutefois un peu d’affection: Mëryl, Arya et Arakjörn. Sans oublier Verith. C’était à sa manière bien sûr, maladroite et difficile à déchiffrer. Elle était toujours terrible contre ses ennemis, notamment ces anciens adorateurs du Tyran qui voulaient le voir de retour. L’ancienne Inséparable ne voulait plus de lui. C’était une page qui se tournait officiellement. Surtout par le meurtre de l’empereur humain qui avait tranché la tête de son ancien bien-aimé. Cela avait été plus que plaisant...

Une menace planait sur le continent, celle des Chimères. Kälyna aurait pu rester que simple observatrice, mais elle décida plutôt de s’en mêler. Ses pas la menèrent dans le royaume des Dieux, en compagnie de quelques compagnons dont Verith. Mais avant de sortir de ce plan, la Blanche et le Rouge firent l’impossible. Était-ce réellement une bonne idée? Probablement pas, mais Sombréclat n’abandonnerait pas son Feu de l’Ire et encore moins la promesse qu’elle lui avait faite. Kälyna et Verith en ressortirent avec une mauvaise surprise…

Fleur damnée
Années 8, 9 et 10 du quatrième âge

Les Chimères ont gagné. La fuite devint la seule option. La vue de ses anciennes terres disparurent au loin pour ne laisser qu’une grande étendue d’eau. Les bateaux voguèrent jour et nuit. Combien de temps? Cela n’avait pas d’importance en soit. L’important fut ces terres qui apparurent au loin.

Tiamaranta, synonyme de renouveau, d’aventures et peut-être de nouvelle vie?

Kälyna s’effaça. Nul n’entendit parler de l’ancienne prêtresse blanche ou cela fut qu’en coup de vent. Quelques exceptions furent le cas: Mëryl dont elle avait juré d’essayer d’être une meilleure mère et Verith. Il y avait beaucoup d’éléments à découvrir dans ces nouvelles îles et surtout des informations à chercher pour survivre.



Liens



Arya Vallaël : Sa petite soeur. Kälyna l’affectionne énormément et lui porte une confiance infaillible.

Aranwë Nalwaë (Décédé) : Son époux. Malgré toutes ses tentatives, elle n’a jamais su l’aimer. Il était important pour elle, mais également source d’une grande détresse. Il a été tué lors de la bataille de Sandur.

Mëryl Nalwaë
: Sa fille. Elle aurait aimé en prendre soin et être une bonne mère pour elle, mais elle n’y est jamais parvenue. Elle a fini par se rapprocher d’elle et son désir est devenir la mère qu’elle n’a jamais pu être.

Tyran Blanc (Décédé) : Kälyna fut liée à lui par l’Inséparable. Elle lui voulait un culte et une passion sans limite.

Verith : C’est l’individu dont le terme “ami” pourrait le plus s’appliquer. Elle lui doit la vie et l’affectionne non pas seulement pour cette dernière raison. Un lien puissant s’est créé entre les deux.

Arakjörn Nygdmer : son chaton ou plutôt son disciple. Elle s’est prise d’affection pour ce nain (elle ne le dira jamais!). Leur chemin s’est séparé après que Verith ait voulu le tuer et que Kälyna l’ait protégé. Elle ne l’a pas revu depuis plusieurs années.

Aïasil : La liée de Mëryl. Il existe une animosité entre la dragonne et Kälyna.

Aranwë Nalwaë : Son petit fils et donc le fils de Mëryl. Elle s’est juré d’en prendre soin. En effet, il a le même nom que son époux et celui lui fera toujours une pincette au coeur.



Derrière l'écran



Petite présentation : J’suis Luna !

Particularités rp ? : Je sais pas trop ^^” Je suis Québécoise, j’écris des expressins québécoises… Je ne comprends pas bien les expressions françaises Razz

Rythme RP ? (Une réponse RP dans les 7 jours est attendue) : Oui !

Comment avez vous découvert le forum ? : J’en suis l’admin !

[b]Avez vous signé le règlement ? : Oui !






Dernière édition par Kälyna Vallaël le Jeu 7 Sep - 20:31, édité 2 fois
Kälyna Vallaël
Co-fondatrice
Pirate

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Kälyna Vallaël Empty Re: Kälyna Vallaël

le Jeu 7 Sep - 16:49
FFIINIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Pour les items, je n'ai indiqué que le nom. La description complète se trouvera dans la fiche de suivi Wink
Verith
Administrateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Kälyna Vallaël Empty Re: Kälyna Vallaël

le Jeu 7 Sep - 21:15

Bienvenue sur tes nouvelles terres Invité

Tu as été choisi(e) par l'esprit-lié de laSauterelle dont tu as atteint le niveau 3. Tes compétences ont été validées, tu pourras les faire évoluer tout au long de ton aventure.

Tu peux aussi adresser tes questions ici

Bonne chance pour cette nouvelle aventure qui s'offre à toi !

Contenu sponsorisé

Kälyna Vallaël Empty Re: Kälyna Vallaël

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum