Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Libéré, retrouvé ! [Lylyanth, Derdrak]

le Sam 9 Sep - 13:04
26 Août au matin, plage de Néthéril

Le soleil tapait avec violence, enflammait la surface de l'eau d'une lumière blanche, s'étalait en reflets et étincelles le long des rochers, faisait trembler la ligne d'horizon.
Sur ce dernier point, néanmoins, Valmys n'était pas totalement sûr que le soleil soit seul fautif. Son crâne lui faisait affreusement mal, de façon continue et non-localisée. Trop de lumière pour un organisme aussi épuisé, trop de sel dans son petit corps, trop de faim et trop peu de réserves. Être à l'intérieur de son organisme était un calvaire. Pourtant, une part de lui était heureuse comme jamais elle n'avait dû l'être. Même s'il devait mourir ici et se faire gober par le premier autre être vivant venu, il s'estimait victorieux. Il avait mis fin à son calvaire sur le Maelstrom.
L'étui de son psaltérion était porté en bandoulière. Malgré son état, le musicien ne pouvait le trouver lourd. Après tout, c'était une partie de lui, un peu plus fragile que les autres. À pas lents, timides, prudents autant que difficiles, l'Enwr se frayait un chemin parmi les roches qui composaient la plage, vers les herbes hautes et ocres qui dansaient mollement au loin. Au moins ces forbans avaient eu l'obligeance de naviguer non-loin de Néthéril. Restait à espérer qu'ils le tiendraient pour mort, et ne viendraient pas l'y chercher.
Les herbes et arbres étaient prometteurs. Valmys fantasmait de trouver un fruit, une racine, n'importe quoi. Son chemin vers le Domaine n'était qu'un détail. Il avait passé assez de temps sur les routes pour savoir trouver la sienne. Il fallait juste tenir jusque là. C'était bien ce qui s'annonçait compliqué.

Il avait sans doute fière allure ! Nu, portant des hématomes ici et là, des reflets de sel et d'autres minuscules cailloux et coquillages. La chaleur avait séché l'eau qui l'avait couvert, laissant à ses cheveux une consistance poisseuse, poissonneuse, et l'odeur qui allait avec. La bouche entr'ouverte, essoufflé par les malheureux pas qu'il faisait, il portait au fond de ses yeux des étincelles d'un espoir fou, d'une joie qui ne pouvait s'exprimer. Il y croyait, il croyait pouvoir s'en sortir, parce qu'il n'y avait plus que cela à croire, et parce qu'il avait réussi là où jadis l'espoir n'existait pas.

Un coup d'oeil sur sa gauche lui fit remarquer deux ombres qui n'avaient pas été là lorsqu'il avait rejoint la plage. Difficile à discerner d'ici. Sur cette partie de Néthéril, les ombres n'étaient normalement pas hostiles... Normalement. Valmys avait beau plisser les yeux, il ne voyait rien d'autre que l'obscurité du contre-jour.
Il sentit le désespoir s'approcher de lui, et lui murmurer qu'il n'en finirait jamais. Que ces deux-là venaient pour lui, et que tout allait recommencer. Malheureusement, l'autre partie de Valmys, celle qui avait pris goût à l'idée de survivre, rejeta cette idée. Non, tout allait très bien se passer ! Il allait s'enfuir, se cacher, et tout serait merveilleux. L'elfe aux oreilles rondes tenta alors trois pas de course, qui virent cette dernière s'achever contre le sol, heurtant ses genoux aux galets, protégeant son crane de justesse. Alors sa petite voix d'espoir se fit plus discrète, avouant à mi-mots que rejoindre le Domaine allait peut-être s'avérer compromis.
Au moins aurait-il peut-être la chance de mourir ici, dignement, et non pas entre les mains des pirates. S'il se débrouillait bien, il devait pouvoir le faire, et mourir avant que les deux ombres ne le retrouvent. C'était un peu dommage... S'il avait su, peut-être ne se serait-il pas embêté à nager, pour simplement laisser l'eau s'approprier ses poumons. Ç'aurait été plus simple. Là, pour mourir... Il pouvait toujours essayer de se trancher les veines avec un galet. Bizarrement, son optimisme et son pessimisme se rejoignaient sur un point: ce n'était peut-être pas la stratégie la plus efficace. Il avait plus vite fait de s'y essayer avec les ongles.
Les silhouettes paraissaient plus lointaines, non ? Il gagnait du temps... Sa main s'approcha de son poignet, au moment où une pensée passa dans son esprit, l'air de rien: et si, plutôt que des pirates, ces silhouettes étaient des baptistrels ? Ils étaient tout de même des habitants de cette partie de l'île, avec les Graarh. Les silhouettes avaient l'air vaguement humanoïdes... Peut-être passait-il à côté de son unique moyen de survivre !
Cette hypothèse, si stupide soit-elle, eut le mérite d'arrêter Valmys dans son élan, le faire réfléchir un peu. Entre une potentielle survie, et une potentielle survie qui valait moins que la mort, il pouvait tirer son existence à pile ou face. Son instinct parla à sa place, lui rappelant que dans le pire des cas, il pourrait cette fois s'achever proprement. L'Enwr glissa ses doigts sur sa gorge, usant de la magie à sa porter pour pouvoir murmurer un appel à l'aide, et entendre celui-ci sortir de sa gorge avec le volume d'un hurlement.
Le son vrilla les tympans de son crâne déjà douloureux. Maladroitement, il se redressa, s'appuyant sur un bras. Il réitéra son appel, usant à nouveau de forte-voix malgré la douleur.
Son bras céda sous lui. Inconscient, il n'allait pas pouvoir savoir dans l'immédiat de quel côté la pièce était tombée.
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Libéré, retrouvé ! [Lylyanth, Derdrak]

le Ven 15 Sep - 22:03
La Meute avait fini sa mission d’exploration depuis quelques jours. Tout s’était bien déroulé, les Loups ne s’étaient pas trop enfoncés dans l’îles car leur objectif était une forêt à moins de trois jours de chevaucher de la dernière ville. Il fallait juste vérifier qu’il n’y avait pas de civilisation obscure et maléfique ou d’animaux mortellement dangereux. La Meute avait donc exploré les environs pendant une semaine, en décrivant une spirale de plus en plus grande, mêlant déplacement silencieux et battus afin de réveiller les animaux dormants. En chemin ils prirent des échantillons de plantes pour examens, savoir si elles étaient comestibles ou mortelles. Les blagues étaient aller bon train sur les potentiels testeurs de la compagnie. S’il était proche de ses hommes, le Loup toutefois ne se mêlait que rarement à leur plaisanterie. Le commandement isolait et devait isoler, sinon chaque perte, chaque ordre ou remontrance devenait un acte personnel, or le capitaine se devait d’être impartial.

La première mission faîte, les Loups allaient laisser place aux Aigles, qui cartographieront, inventeront plus en détail la zone. Pour l’heure, la Meute se rendait au Domaine Baptistrel pour leur donner les plantes car pour Erdrak, les chanteurs étaient les seuls à pouvoir identifier efficacement les plantes, et le capitaine souhaitait rendre visite à Ilyanth, qui n’était pas son ami mais au moins son mentor, grâce à qui il avait trouvé une paix intérieur relative. Une entente cordiale même. Il n’était qu’à un jour de chevaucher, mais Erdrak décida qu’une journée de repos s’imposait. Même si aucun des Loups n’oserait l’avouer, les missions d’exploration étaient stressantes, et la tension était permanente. Ils avaient déjà rencontré des créatures trop dangereuses et terrifiantes pour prendre ces missions à la légère. On était loin de la ballade de santé surtout sur Néthéril. De plus, peu de Loups avaient une expérience martiale ou de la guerre. Ils étaient certes une élite mais une élite qui avait connu de nombreux revers contre les Chimères.

Comme à son habitude prudente, le Loup Solitaire avait envoyé des trios explorer les environs pendant que les autres se reposaient. Ils avaient passé la nuit sur ce camp et en passeraient une seconde avant de repartir. A peine une heure après leur envoi, un trio revint, amenant quelqu’un avec eux. L’individu chevauchait une jument, elfique à n’en pas doutait et le Loup reconnu tout de suite Ilyanth. Il alla le saluer et l’invita à le rejoindre autour d’un feu, s’il voulait partager leur déjeune, boire un thé, un peu de vin, de l’eau. Puis il entama la discussion, courtoisement, comme son père l’aurait avant lui. Asmo se tenait bien et parfois se permettait même de prendre la parole, pour lancer une petite pique. Ce genre d’interventions arrivait parfois lorsqu’Erdrak parlait avec ces hommes, et surprenait ces hommes par leur brusquerie ainsi que par leur contraste avec le caractère habituel de leur capitaine mais ils n’en disaient rien. Le Loup Solitaire pris des nouvelles du domaine, si la reconstruction allait comme il fallait, si tous les baptistrels se portaient bien.

Puis un homme revint. Un Loup sans son trio n’était pas souvent une bonne nouvelle. Une frénésie s’apparent du camps alors que sans qu’aucune alerte ne soit donnée, les Loups s’emparaient de leurs armes et prenaient leur position défensive pour certain, montant à cheval pour d’autres. Pas besoin d'enfiler leurs armures de plaques légères, elle ne les quittait jamais en campagne. Capitaine. Maître. Ajouta-t-il en direction du Chantefau. Bord, Gane et moi avons trouvé un homme sur la plage. Il a l’air souffrant et nous a appelé à l’aide. Les deux autres sont restés là-bas et s’occupent de lui. La zone semble sécurisée et je suis venue vous prévenir le plus vite possible. Il a besoin de soin et le Doc serait le bienvenu. Il s’agit d’un elfe, capitaine.

Le Loup Solitaire se leva et pris cinq hommes dont le Doc avec lui, confia le commandement à un second et maintint un niveau d’alerte moyen. Les Dieux seuls savent ce qui a mis cet elfe dans un état aussi lamentable que définit par Gore. Il invita le Chantefeu à l’accompagner car qui mieux qu’un Cawr baptistrel pour soigner un blessé. Le Loup monta Akehla et la petite troupe arriva rapidement après de Bord et de Gare. Gare, une jeune femme qui semblait bien charpenter sous son armure veillait sur les alentours et salua son capitaine et le Chantefeu avec un respect tout militaire. Elle était fille d’officier de l’armée Aldarienne qui avait toujours refusé qu’elle suive sa voie. Rejoindre la Meute était pour elle un pied de nez à son père trop conservateur. Et Erdrak n’avait rien à reprocher à cette jeune femme, tout comme à toute les autres de sa troupe ou des autres. Gord pour sa part avait eu la bonne idée de protéger le corps de l'elfe du soleil.

Les hommes installèrent rapidement un périmètre autour du blessé ne laissant qu’Erdrak, Ilyanth et le Doc au chevet de l’elfe. Le Doc regarda alternativement son capitaine et le maître Baptistrel. Le Loups Solitaire compris le message et lui laissa le choix. Le Doc en fut soulagé. Maître, ce serait un honneur de pouvoir officier à vos côtés. Toutefois, puis-je vous demander de mener ces soins, vous serez plus habile que moi et peut-être excellent professeur. Voulez-vous ? Cela déstabilisait certaines personnes d’entendre tous les hommes du Loup parlaient courtoisement et poliment. C’était une règle à laquelle Erdrak tenait. Quand ils étaient entre eux, loin des oreilles, le niveau baissé, mais une réputation se base sur des haut-faits et une grande prestance. La Meute se devait d’être exemplaire.


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Libéré, retrouvé ! [Lylyanth, Derdrak]

le Mer 20 Sep - 17:51
Cette journée de fin d’août s’annonçait torride et le soleil d’été, déjà haut dans le firmament, emplissait l’ile de Néthéril d’une chaleur moite. Cependant Ilyanth n’était guère incommodé par cette atmosphère caniculaire, bien au contraire, il savourait avec un plaisir non dissimulé la caresse de l’astre du jour sur sa peau dorée. Le feu coulait dans ses veines et à l’image de son élément l’elfe arborait une beauté flamboyante et haute-en couleur. Comme à son habitude, le jeune Cawr avait revêtu une tunique confectionnée dans une étoffe légère et aux tons ocre et orangés.

Alors qu’il s’affairait dans les bâtiments à l’architecture troglodyte du nouveau domaine, vaquant à ses activités habituelles, l’une de ses Enwrs lui signala l’arrivée inattendue de plusieurs guerriers. Intrigué, le chanteur décida d’aller à leur rencontre afin de s’enquérir de la raison de leur venue en ce lieu sacré et où toute pensée belliqueuse était prohibée.

Il écarquilla les yeux de stupeur en s’apercevant qu’il s’agissait d’une importante troupe de soldats et lutta intérieurement pour conserver son calme olympien et sa sérénité à la vue de tant de guerriers. En effet, le malheureux Baptistrel avait été traumatisé par la terrible bataille de Sandur et la simple vue de ce qui évoquait la guerre le mettait mal à l’aise voire l’emplissait de crainte.

Les visiteurs le menèrent vers leur chef et Neolenn eut le plaisir de reconnaitre un visage familier. Celui qui se tenait face à lui n’était autre d’Erdrak Geflorth, un homme torturé, hanté par son passé et qui était venu quérir son aide afin de trouver la paix de l’âme et découvrir son véritable lien de parenté avec la jeune Sinestra. Le lié du feu l’avait aidé dans sa quête intérieure et était heureux de découvrir que ce dernier semblait mener une existence plus apaisée.

Neolenn esquissa un sourire plein d’aménité et lui souhaita la bienvenue au domaine ainsi qu'à ses hommes.

- Erdrak, quelle joie que de revoir depuis toutes ces années. Comment vas-tu depuis lors et quel vent te ramène dans ce nouveau domaine?

Erdrak se montra fort courtois et l’invita à s’installer auprès du feu afin de partager leur déjeuner et de discutailler, ce que le chanteur s’empressa d’accepter, trop heureux de pouvoir bavarder et échanger des souvenirs avec une vieille connaissance. Le jeune Cawr répondit aux questions du mercenaire concernant ce nouveau domaine et leur installation sur l’ile de Néthéril. Certes la vie n’était pas facile tous les jours et leur fallait s’adapter à un nouvel environnement, parfois hostile ; cependant les Baptistrels ne manquaient guère de ressources et étaient habitués à mener une existence frugale et en harmonie avec la nature.

Tout d’un coup, un des hommes de Geflorth arriva en courant et leur signala que lui et l’un de ses comparses avaient découvert un nauffragé sur la plage. Ce dernier paraissait souffrant et son état nécessitait des soins médicaux.

En entendant cela, le chantefeu se leva à la hâte et décida d’accompagner le Loup et ses compagnons afin de venir en aide à l’infortuné blessé. L’elfe chevaucha sa jument Elfique, Lune d’Argent, à la robe d’une blancheur éclatante, qui rappelait la beauté opalescente de l’astre lunaire.
Bientôt, la troupe parvint dans le périmètre sécurisé où se trouvait l’homme souffrant et les mercenaires postés pour surveiller le lieu leur adressèrent un salut tout militaire. Après cela, ils se rendirent au chevet du blessé où un soigneur officiait et lui administrait les premiers soins. Le Doc sembla soulagé de voir le chef de la Meute en compagnie d’un maître barde et demanda à ce dernier s’il pouvait servir d’aide guérisseur. Neolenn accepta avant de s’approcher de l’homme, au corps entièrement dénudé, qui se trouvait allongé sur un brancard de fortune.

Neolenn se concentra et entonna un chant de sa voix harmonieuse, aux sonorités célestes, afin de permettre à l'homme évanoui de regagner des forces et de reprendre conscience.
avatar
Enwr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Hermine 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Libéré, retrouvé ! [Lylyanth, Derdrak]

le Mer 20 Sep - 22:35
Tout était un peu flou dans son esprit embrumé. Les contours du monde, la notion de temps, ainsi que ses propres limites. Il savait qu'il y avait des cailloux sous lui, mais n'aurait pas su dire où était "sous" lui, et quelle sensation était vraiment sienne. Et si le monde avait pu cesser de tanguer, aussi ! Il se croyait de retour en mer. Il ne le voulait pas. Il fallait se débattre...

Les membres de la Meute purent sans doute le voir légèrement remuer, et l'entendre gémir comme s'il souffrait. La fièvre s'installait en lui, et il n'avait plus rien pour lutter. Il pouvait juste la subir de plein fouet. Il n'avait pas même senti que l'on s'approchait de lui, n'entendait rien des voix alentours. Pourtant, il sentit la musique. Il la sentit se glisser en lui, comme un feu réconfortant sous forme liquide, dans ses veines. Le bon feu en plein hiver qui maintenait les corps en vie. Son esprit trouva refuge contre cette chaleur, alors que tout son corps profitait de ses bienfaits purificateurs. Ses nerfs ne lui renvoyaient plus qu'une sensation douce, et ses muscles se détendaient peu à peu. Sa fatigue, sans s'effacer, se voyait quelque peu calmée.

Il aurait été incapable de dire à partir de quel moment il avait repris conscience, ni pourquoi. Le monde était coloré de bleu et d'ombres. Valmys devait avoir l'air hagard, ses yeux et lèvres entr'ouverts. Ses pensées peinaient à s'aligner, occupées qu'elles étaient à se montrer reconnaissantes envers la chaleur, envers la musique qui le berçait. Elle émanait de quelqu'un... Au bout d'un moment, l'Enwr perdu parvint à identifier ceux qui étaient près de lui. Des humains. Un elfe. Un humain avec une aura toutes particulière. Et un elfe fort plaisant à l'oeil, mais surtout à l'oreille. C'était de lui que provenait la musique. Valmys n'avait pas de mots pour le remercier.

Il n'admit pas tout de suite être en sécurité, parce que cela ne lui était pas possible, parce que cela ne lui traversa pas l'esprit. En revanche, il sentit très bien qu'il était sur la bonne voie pour s'en sortir. Valmys attendit encore un peu, comme pour se ré-approprier son corps, mais surtout pour respecter le chant de celui qui était sans doute un membre de l'Ordre. Il ne le connaissait pas.

"- Qui... vous ?"

Sa bouche était pénible à utiliser. Sa gorge avait été rendue douloureuse par le sel, ses lèvres étaient sèches, sa langue lui semblait être une anomalie qui remuait contre son palais. Parler était physiquement moins difficile qu'avant. Toujours éreintant... Mais possible. Et sans s'évanouir. C'était un progrès. Restait à aligner les mots.

"- Sommes-nous bien... À Néthéril ? Je... Je suis un Enwr. J'aimerais retourner... Auprès des miens."

C'était clairement un euphémisme. Il en crevait d'envie, il aurait tout donné pour se blottir dans un oeuf de dragon, au milieu de la musique apaisante qui émanait du Domaine. Il aspirait à un long repos, pour son corps et son esprit.
avatar
Capitaine de la compagnie La Meute

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Ours, niveau 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Libéré, retrouvé ! [Lylyanth, Derdrak]

le Ven 22 Sep - 20:05
L’elfe reprenait peu à peu connaissance. Son état de déshydratation était assez terrible et Ilyanth se contentait de chanter juste à côté du blesser. Bien que connaissant la puissance magique dont pouvaient faire preuve les Baptistrels par leur chant, le Loup Solitaire eut du mal à retenir son agacement. Son médecin de campagne lui jeta un regard incrédule. Lui qui s’attendait à quelque chose de plus physique allait rester bête comme chou, car imperméable à la magie du chant. Le médecin s’agenouilla près du blessé, suivi de son capitaine. L’elfe devait mourir de soif et Erdrak autorisa son médecin à lui donner un boire, avant de répondre à ses questions.

Bonjour. Je suis le Loup Solitaire, vous êtes en sécurité ici, nous allons nous occuper de vous. Je vous présente Maître Ilyanth Neolenn, Chantefeu, bien qu’étant vous-même baptistrel vous devez vous connaitre. Nous allons nous occuper de vous et vous conduire au domaine si tel est votre désir. Je pense que vos semblables seront heureux de vous retrouver.

Le Loup attendit que le Chantefeu termine son chant. Puis il s’adressa à lui d’une voix basse pas trop pour ne pas paraitre complotiste, mais pas suffisamment forte pour qu’il puisse être entendu par d’autres sauf s’ils tendaient l’oreille. Maître Ilyanth, connaissez-vous cet homme ? Enfin, c’est elfe ? Comment a-t-il pu arriver là ? Le blessé était couvert de sel, il avait donc été déposé par la mer. Un naufrage ? Qui sait. Erdrak appela un de ses hommes et lui demanda d’aller chercher le reste de la compagnie. Son second choisira dix hommes qui tiendront le camp. Avec le reste, il organisera une recherche. L’elfe n’était pas en état de leur expliquer ce qui lui était arrivé et le Loup ne voulait pas attendre. Si des gens avaient besoin de secours, il fallait le leur apporter.


Erdrak (0066FF) et Asmo (FF0000) parle en gras et pense en italique
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum