De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Ven 15 Déc - 19:04
Le 5 Septembre de l'an 1762

Flip flop. Un clapotis résonnait dans la forêt, éclaboussant les feuilles des arbres et faisant naître une symphonie de notes cristallines. Le mois de Septembre venait de débuter et la pluie tombait sans discontinuer, formant des rideaux de perles d’eau. Ilyanth se frayait péniblement un chemin à travers l’immensité broussailleuse qui recouvrait l’ile de Néthéril.

Les trombes d’eau tombées du ciel se déversaient sur la végétation couleur émeraude et le Baptistrel était trempé de la tête aux pieds. Cela faisait plusieurs heures que le Chantefeu errait dans les sous-bois, bravant la fureur des éléments à la recherche d’une plante très rare. La larme de lune, tel était son nom et les habitants de Néthéril la nommaient ainsi en raison de la blancheur lactescente de ses pétales qui rappelait la beauté argentée du clair de lune.

Par ailleurs, cette fleur possédait la singulière propriété de n’ouvrir sa corolle qu’à la nuit tombée sous la caresse des rayons lunaires, ce qui la rendait très difficile à trouver et très convoitée en raison de ses importantes vertus curatives.

Le jeune Elfe s’intéressait énormément aux nombreuses plantes médicinales qui peuplaient ce mystérieux archipel. La plupart d’entre-elles différaient de celles qui se trouvaient sur Ambarhùna et Ilyanth n’en finissait pas de s’émerveiller devant leur splendeur et le pouvoir dont elles étaient dotées. Les iles de Tiamantara représentaient un nouveau monde à explorer et il commençait à peine à découvrir les multiples trésors qu’abritaient ces terres.
En se promenant sur l’Ile, il avait découvert un village Graarh et malgré les difficultés de communication, liée à la méfiance des hommes-chats et à la méconnaissance de leurs langues mutuelles, celui-ci parvint à tisser avec eux un lien de confiance et à apprendre certains aspects de leur médecine traditionnelle ainsi que l’existence de plantes capables de guérir ou de soulager bien des maux.

Aussi le cœur d’ambre avait-il débuté sa quête de cette fleur, avant d’être surpris par la tombée de la pluie et, comble de malchance, il s’était égaré à l’intérieur de ce labyrinthe végétal. Le soleil vespéral venait de se coucher et les bois étaient désormais plongés dans une obscurité brumeuse.

Tandis que ce dernier avançait tant bien que mal à travers les broussailles et les ronces qui emplissait la forêt, le lié du feu aperçut sur le sol boueux des traces qui ressemblaient à celles-ci d’un animal et remarqua des gouttes de sang sur les buissons alentour.

Un grognement bestial, semblable à un cri de douleur retentit, brisant la sérénité des lieux. Neolenn marcha prudemment dans cette direction, le cœur battant. Peut-être y avait-il un animal blessé ou allait-il tombé nez-à-nez avec une bête féroce  ? Tentant de surmonter la crainte qui l’envahissait l’elfe du soleil décida d’user du pouvoir de son esprit-lié de l’oiseau du paradis dont le pouvoir consistait à apaiser les cœurs, dissipant toute trace d’hystérie et de colère. Il serrait fermement sa harpe contre sa poitrine, se tenant prêt à entamer un chant d'apaisement ou à user de sa magie s'il rencontrait une bête en furie.

En approchant de la clairière d’où venait le grognement, celui-ci discerna à travers le nuage pluvieux la masse sombre d’un animal et la silhouette éthérée d’une femme Elfe à la chevelure d’un noir de jais.  Soudain, Ilyanth marcha par inadvertance sur une branche et un craquement retentit, dévoilant sa présence.

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Sam 30 Déc - 14:59
Le cœur battant, Ilyanth s’approcha et distingua à travers la brume obscure et l’écrin végétal une silhouette éthérée, aussi légère qu’une brise d’été. Le Chantefeu l’aurait reconnu entre-mille. En effet, comment pourrait-il oublier cette chevelure aussi sombre qu’une nuit sans lune et ses mires smaragdines semblables à l'émeraude des forêts ?  

Ithrin se tenait à quelques mètres de lui, et la pluie qui ruisselait à travers la canopée des arbres formait un chapelet de perles argentées sur sa chevelure de jais. A ses pieds se trouvait le cadavre, encore chaud, d’un Smilodon, l’un des grands félins qui peuplaient la jungle de Néthéril. En voyant la créature abattue, le cœur d’ambre ne put s’empêcher de ressentir de la pitié à son égard. Les animaux ignoraient toute notion du bien et du mal et ne tuaient que pour se nourrir ou lorsqu’ils se sentaient menacés. En tant que Baptistrel, Ilyanth ressentait une profonde compassion envers toute forme de vie et veillait à la protection de la Nature. Cependant, ce dernier admettait que parfois la seule alternative possible était de lutter à mort afin de défendre son existence.

Neolenn ressentit aussitôt l’aura sombre qui émanait d’elle, faite de douleur et de mélancolie comme si une partie de son cœur s’était brisée… Ithrin n’avait jamais été très démonstrative, dissimulant la moindre de ses émotions derrière un masque marmoréen, mais ce côté renfermé qu’elle arborait semblait accentué. La femme-elfe retira sa lame, maculée de sang, du corps doré de la bête d’un geste nonchalant avant de se tourner vers lui.

"Tu devrais être plus prudent, Ilyanth."

Abandonnant cette chape de dureté, la voix de l’elfette s’était empreinte de douceur, ce qui apaisa quelque peu l’inquiétude du lié de feu.

- J’étais venu dans cette foret pour y trouver une plante rare…mais je me suis égaré. C’est une chance que je sois tombé sur toi plutôt que sur ce Smilodon, dit-il en affichant un sourire chaleureux. Mais dis-moi Ithrin que fais-tu ici toute seule sur l’ile de Néthéril ? Est-ce que tu es venu pour voir Thalia ?

En effet, l’elfe du soleil veillait sur la fille de l’azzurée et celle-ci se trouvait au Domaine Baptistral. La Gerridae désirait sans doute s’enquérir du devenir de sa progéniture, en dépit de la relation complexe qui existait entre la mère et la fille.

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Ven 5 Jan - 16:47
La pluie ne cessait de tomber, faisant résonner une mélopée semblable aux sanglots des âmes désespérées. L’azzurée leur ressemblait-elle ? Qu’était-elle venue chercher dans cette forêt abandonnée, tel un anachorète, hormis l’exil volontaire des cœurs solitaires ? L’aura de tristesse résignée qui émanait de l’elfette aux prunelles d’émeraudes semblait faire écho à l’atmosphère de déréliction de cette contrée isolée.

Le fils du feu aimait aussi la musique de la pluie, l’odeur qui émanait de la terre après l’orage ou le chant du vent dans les feuillages des arbres. Son âme tout entière communiait avec la paix et l’harmonie de la Nature et les vibrations du monde qui résonnaient autour de lui, formant la plus mélodieuse des symphonies. Pourtant, quelque chose le troublait et rompait la sérénité de cet instant…Ithrinn avait changé. L’elfe éthérée, au regard mélancolique s’était muée en une femme sombre, tourmentée, ne cherchant même plus à retenir les derniers vestiges d’un passé qui lui échappait.
Ilyanth la connaissait depuis des années et savait par quelles douloureuses épreuves cette dernière était passée. Elle avait perdu les êtres chers à son cœur, tout ce qui représentait de la valeur à ses yeux, connu l’opprobre du bannissement…Désormais, l’azzurée n’était plus que l’ombre d’elle-même et ressemblait à une fleur meurtrie emportée par la violence du courant et subissant son existence.

L’amertume et la désillusion se lisait dans ses paroles et le Chantefeu baissa doucement les yeux, ne sachant que répondre. Il s’agissait de la cruelle vérité et un maître-barde comme lui était incapable de démentir les faits sous peine de briser son serment.

- Tu as raison, dit-il dans un souffle. Pour le moment, Thalia refuse de te voir. Toutefois, elle va bien et entre doucement dans l’adolescence. Ta fille possède un sacré caractère ! Je veille sur elle et je t’avoue que parfois elle ne me rend pas la tâche aisée, mais je l’aime profondément. Par certains aspects de sa personnalité, je trouve qu’elle me fait un peu penser à toi.

Une grande douceur transparaissait dans la voix du chanteur et celui-ci s’approcha d’Ithrin, prenant garde de ne pas poser le regard sur le corps inanimé, à la fourrure dorée, du Smilodon qui gisait à leurs pieds.

L’elfe solaire éprouvait toujours un certain malaise à la vue de bêtes massacrées, en raison de sa grande sensibilité et son empathie pour toute forme de vie. Ce dernier ne faisait aucune distinction entre les créatures de la nature, aussi bien les êtres pensants que les animaux, aussi ne se nourrissait-il jamais de leur chair.

Pourtant, il ne tenait pas grief de son geste à l’elfette, respectant ses raisons, sans même les connaitre.

- Parfois, il existe des choses que nous sommes impuissants à changer et la clé de la paix réside souvent dans l’acceptation de ce qui est. Je pense que la voie de la sagesse est de faire la distinction entre ce qui peut être changé et ce qui ne le peut pas. Mais je crois aussi que le monde est fait de changement et que la réalité d'aujourd’hui n’est pas forcément celle de demain. Un jour peut-être que Thalia acceptera de te voir…En tout cas, je l’espère de tout mon cœur…

L’azzurée ressemblait à une prisonnière, emmurée dans un cachot et qui s’était usé la voix à force de hurler. A présent, peut-être que celle-ci n’aspirait qu’au lâcher-prise et à une indifférente réclusion intérieure.

Cependant, Ilyanth espérait pouvoir lui apporter un peu de réconfort, même si ce dernier mesurait à quel point les mots pouvaient s’avérer vains face à une telle détresse. Thalia représentait l’unique raison de vivre d’Ithrin, sans sa fille que lui restait-il pour ne pas sombrer dans une mer de mélancolie ?
- Je peux comprendre que tu recherches un peu de solitude et à te retrouver face à toi-même. Mais cette forêt est pleine de dangers…

Le Rhapsodien demeura un instant silencieux avant de plonger ses prunelles couleur aigue-marine dans les mires sylvestres de l’Eflette.

- Est-ce que plutôt que la solitude et le recueillement tu désirais y trouver la mort ?

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Dim 21 Jan - 21:55
Ithrinn semblait différente depuis leur dernière rencontre, son regard couleur d’émeraude était vague et comme empli d’une brume de tristesse. Son cœur, malgré la douleur qui l’étreignait ressemblait à une forteresse imprenable comme si l’azzurée avait renoncé à tout espoir, ne conservant que la résignation de ceux qui ont trop lutté, en vain. Ilyanth ressentait de la tristesse et un grand sentiment d’impuissance étant donné la complexité de la situation. Pour l’instant, il ne pouvait rien faire car nul ne pouvait forcer Thalia à revoir sa mère et lui-même respectait le libre arbitre de l’adolescente. Pourtant, il aurait tant désiré aider son amie à renouer la relation avec sa fille.

Le chantefeu hocha la tête à la réponse de l’elfette :

- Oui, peut-être que le temps permettra de faire évoluer les choses. Parfois, il faut laisser le temps au temps et j’imagine que Thalia a besoin de réfléchir et de laisser s'apaiser la colère qui hante son coeur. Pour l’instant, elle est encore jeune, mais en grandissant elle envisagera peut-être votre relation sous un angle différent.

Le Baptistrel demeurait circonspect dans ces propos car ce dernier ignorait la façon dont Thalia réagirait à l’avenir. Néanmoins, le cœur flamboyant en être passionné qu’il était ne pouvait s’empêcher d’espérer. Lorsque quelqu’un a tout perdu, que lui reste-il hormis la lumière apaisante de l’espérance ?

La femme-elfe au physique éthérée paraissait épuisée psychologiquement et les stigmates de la fatigue marquaient ses traits délicats. Depuis combien de temps rôdait-il au milieu de cette forêt en luttant contre les bêtes féroces comme si elle cherchait à exorciser ses propres démons intérieurs ?

La pluie continuait à ruisseler sur son corps et Neolenn craignait que son amie ne finisse pas prendre froid. La chaleur qui irradiait son corps en raison de son lien privilégié avec le feu le protégeait, du moins en partie de la rigueur des intempéries, mais il n’en allait probablement pas de même pour l’azzurée.

- Ithrinn, je voudrais te ramener au domaine avec moi. Tu sembles épuisé et je m’inquiète pour toi…Je me sentirais mal si je te savais seule au milieu de cette forêt, occupée à combattre les fauves qui y vivent.

Le chanteur tendit la main vers elle en lui adressant un sourire chaleureux, il poursuivit d’une voix pleine de douceur.

- Acceptes-tu de venir avec moi là-bas, ne serais-ce que provisoirement ?

Les dernières paroles de l’elfe éveillèrent sa compassion et il lui répondit du même ton empathique.

- Ithrinn, je connais ton histoire et les épreuves que tu as endurées jusqu’à présent. La vie ne t’a pas épargné et je peux comprendre les sentiments qui te hantent, même si je n’en ressens pas de tels. Je voudrais t’aider mais pour l’instant je ne sais pas comment faire pour alléger ta souffrance intérieure, hormis être à tes côtés et ne jamais t’abandonner seule dans l’adversité. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas envie que tu restes seule dans cette forêt, je serais très peinée et m’en voudrait énormément si quelque chose t’arrivais car je tiens beaucoup à toi.

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Mer 31 Jan - 15:26
L’azurée s’appuyait sur son épée, comme s’il s’agissait de l’unique béquille l’empêchant de sombrer dans un abime de mélancolie.  Ses mires smaragdines demeuraient rivées sur le Chantefeu et ce dernier put y lire de l’amertume et de la résignation. Ithrin avait déjà enduré tant de souffrances et perdu tous les êtres chers à son cœur ; désormais, elle errait solitaire, telle une âme en peine  et ses larmes s’étaient peut-être taries à jamais, laissant place à un immense sentiment de vacuité.

Ilyanth connaissait la méfiance qu’éprouvait le beau peuple à l’égard de la Gerridae ; après tout, n’était-elle pas une ancienne bannie et une exilée ? De plus, l’aura sombre qui émanait d’elle et le puits de secrets qu’abritait son regard de jade suffisait à détourner la plupart de ses congénères de l’elfe qu’on disait damnée.

Cependant, le cœur flamboyant faisait exception à cette règle et désirait venir en aide à celle qu’il n’avait jamais cessé de considérée comme une amie, en dépit des calomnies dont elle faisait l'objet. Un léger sourire empli de tristesse s’afficha sur ses lèvres et il répondit avec bienveillance :

-         Peu importe ce que d’autres peuvent penser à ton sujet, tu sais très bien que j’ai toujours conservé intacte notre amitié malgré les sinistres événements du passé. Je désire que tu viennes là-bas pour que tu y sois en sécurité à mes côtés. N’est-ce pas la moindre des choses que ferait un ami et quelqu’un qui tient sincèrement à toi ?

Continuant à nettoyer les traces écarlates laissées par le sang sur sa lame, l’azurée affichait un visage fermé, mais qui laissait transparaître la noirceur de ses pensées.

Ilyanth sentit un frisson lui parcourir l’échine à l’annonce de la mort de la sœur d’Ithrin et il contempla le visage de la femme-elfe perdue dans ses pensées, semblant ressasser les moindres détails de cette tragédie. Soudain ses prunelles couleur de forêt vierge parurent s'assombrir et elle questionna le Baptistrel d’un ton empli d’insinuations à propos de la disparition de sa famille.

Le Baptistrel savait que l’azurée avait perdu les siens dans des circonstances tragiques et qu’un certain mystère entourait leur mort ; cependant, il était incapable de lui apporter les réponses qu’elle attendait, ignorant les détails de l’histoire. Pourtant, à cet instant, l’elfe solaire sentait que la colère et la douleur hantait le cœur de son amie. La voix de l’elfe à la chevelure de nuit sembla se briser et sa silhouette éthérée, qui n’avait jamais paru aussi frêle qu’à cet instant, fut agitée de tremblements.

Bouleversé par la détresse qu’il lisait en elle, le maître-barde s’approcha et lui dis avec douceur :

- Ithrin, je suis incapable de t’apporter les réponses que tu désires car j’ignore la vérité autour de la mort des tiens. Je n’étais pas présent quand cette attaque a eu lieu…

Puis, ses prunelles aux couleurs des mers profondes se perdirent dans le lointain et s'obscurcirent à leur tour car les paroles de la Geridae ravivaient les propres blessures du lié du feu. Le cœur d’ambre connaissait cette indicible douleur d’avoir perdu des êtres aimés et l’intensité du sentiment de désespoir qui consumait l’âme des survivants. Parfois le véritable drame n'était pas de périr mais de demeurer en vie le cœur meurtri...

- Tu sais parfois lorsque nous perdons les nôtres, la souffrance et la colère nous submergent et nous sommes en quête de réponses ou de coupables dans l’espoir que cela la diminuera. Pourtant, à bien y réfléchir même connaitre la vérité sur ce qui s’est passé ce jour-là ne permettra pas de les faire revivre ni de modifier ce douloureux passé…Puisse-tu parvenir à jour à aller de l’avant et à trouver la paix intérieure malgré toutes ces tragédies qui t’ont frappés.

Il s’agissait de la vérité, de l’abjecte vérité mais Neolenn avait juré de ne jamais mentir et plus que quiconque l’Azurée avait besoin que quelqu’un s’adresse à elle avec sincérité et sans fausses promesses. Peut-être que le voile de mystère qui entourait les circonstances de la mort de sa famille ne se dissiperait jamais, que nulle certitude ne l’aiderait à atténuer la souffrance qui rongeait son être.

Ithrin parviendrait-elle un jour à faire son deuil et à renaître de ses cendres en dépit de l’adversité ? Le chanteur l’ignorait mais il l’espérait de toute son âme. Continuant à s’approcher de son amie dont le corps tremblait encore sous le coup de l’émotion et grelottait sous les perles de pluie, le chanteur la serra contre lui, dans une étreinte consolatrice.

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Dim 11 Fév - 22:23
La gerridae livra son ressenti concernant la défiance qu’éprouvait les siens à son égard et Ilyanth se demanda si celle-ci se sentait blessée de se savoir ostracisée par la société qui l’avait vu naître ?

- Parfois les gens ont peur et souvent la peur n’est pas bonne conseillère, tout comme l’ignorance…dit l’elfe dans un murmure. C’est sont les raisons qui leur font rejeter ceux qui leur semblent représenter un danger ou qui sont simplement différents…

Ithrin inspirait la crainte à certains elfes ainsi le rejet ou le mépris à d’autres ; pourtant pouvait-on légitimement leur reprocher d’éprouver de tels sentiments vis-à-vis d’elle ? La réalité était pleine de nuances et chacun percevait le monde à travers le prisme de son propre vécu…Seule la communication créait parfois des ponts imparfaits entre des êtres condamnés à errer indéfiniment dans leur propre solitude intérieure.

La deuxième phrase de l’azurée comportait de l’amertume et de la mélancolique et le Chantefeu ressentit une profonde compassion à son égard :

- Ithrin, nous avons tous nos regrets…Il y aura toujours des choses que nous aurions aimé faire différemment ou modifier certains évènements, accepter ce qui s’est passé sans culpabiliser est une tâche ardue, mais je pense que c’est à ce prix qu’il est possible de trouver la sérénité.


L’elfe solaire se remémora sa propre tragédie, celle de voir sa compagne se sacrifier pour lui sauver la vie, sans qu’il puisse intervenir. Jamais, il ne s’était senti aussi impuissant et cela resterait à jamais l’un de ses plus grands regrets…

- Tout comme toi tu aurais aimé prévenir ta sœur, j’aurais voulu sauver celle que j’aimais…Elle est morte pour me sauver la vie face à des créatures féroces et j’ai été impuissant à faire quoique ce soit…même mourir pour elle ou la ramener. La seule chose que je peux faire à présent est de vivre et de veiller sur notre enfant comme elle me l’avait fait promettre avant de s’éteindre. Qu’est-ce que ta famille aurait voulu pour toi Ithrinn ?

En entendant la suite des paroles de l’elfette aux cheveux de jais, le chanteur baissa la tête et répondit :

- Mon serment m’interdis de mentir tu le sais. D’ailleurs sans doute est-ce la raison pour laquelle tu m’as demandé de te répondre. Peut-être qu’au fond de toi, tu voulais entendre la vérité, aussi douloureuse soit-elle…

La colère et le désir de vengeance qui consumait Ithrinn étaient les dernières choses qui la maintenait en vie, si on lui ôtait cela que lui restait-il ? Il fallait beaucoup de force intérieure pour pardonner ou accepter la paix dans son cœur….

Et trouver un nouveau sens à son existence serait une longue quête, cela le maître-barde en avait parfaitement conscience.

Le Baptistrel s’approcha d’elle et la serra dans ses bras dans un geste profondément fraternel, tout en caressant ses cheveux mouillés sur lesquels la pluie ne cessait de ruisseler. Blottie contre lui, celle-ci paraissait si fragile, et si démunie, comme une enfant abandonnée.

- La seule qui peut te sauver et vaincre les ténèbres qui t’habitent c’est toi-même, dit-il à mi-voix. Je ne peux qu’être là à tes cotés et tenter de t’insuffler un peu de ma force, de mon feu et de mon énergie, pour ranimer la lumière qui sommeille dans ton océan de désespérance. J’ignore si je réussirais mais je veux me battre et essayer…

Neolenn sentait l’azzurée grelotter contre lui et espérait pouvoir la réchauffer un peu à l’aide de la chaleur qui émanait de son corps imprégné par l'élément du feu. Avec douceur, il essuya les larmes d'Ithrinn, mélangées à la pluie, qui s’écoulaient sur son visage emplie de tristesse :

- Au moins pour cette nuit, viens avec moi au domaine et puis nous aviserons dans les prochains jours.


L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

le Jeu 22 Mar - 20:09
Grâce à ses vibrations, Ilyanth pouvait avoir accès aux émotions et à l’état d’esprit de l’Azzurée, et ressentait la profondeur de la solitude qui l’habitait. Ithrinn se trouvait désormais à la croisée des chemins, cherchant un nouveau sens à son existence et une raison de demeurer en vie, alors que tous les siens avaient péri. Thalia était le seul enfant qu’il lui restait, mais celle-ci l’avait rejeté en raison de son abandon. Pourtant le Chantefeu espérait que dans un avenir proche les relations entre la mère et la fille s’amélioreraient. Sa nature de lié du feu le poussait à garder l’espoir même dans les situations les plus critiques et à se battre pour ses idéaux.

Le Baptistrel s’approcha et serra la femme-elfe contre lui, espérant la réchauffer de sa chaleur et l’apaiser grâce à son esprit-lié d’oiseau du paradis. Les gouttes de pluies continuaient à ruisseler sur la chevelure de jais de la Gerridae et son front brûlait d’une fièvre glacée ; pourtant cette dernière semblait se calmer peu à peu dans cette étreinte, acceptant même d’accompagner l’elfe au domaine, mais pour une seule nuit.
Le chanteur lui adressa un sourire plein de bienveillance et répondit :

- D’accord, cela sera juste pour une nuit puis nous aviserons. Après tout, demain est un autre jour.

Même si Ithrinn ne passait qu’une seule nuit au sein du domaine Baptistrel, le Cawr se sentait infiniment plus rassuré de la savoir entre les murs de ce lieu sacré plutôt qu’au cœur de cette jungle de Néthéril, peuplée de bêtes hostiles. Sans compter que l’averse glacée risquait d’avoir raison de la santé de l’azurée.

Heureusement au fur et à mesure qu’ils avançaient à travers la jungle, la pluie cessa peu à peu de tomber, laissant place à la chaleur des rayons solaires et soudain le chantefeu aperçut dans le firmament les courbes iridescentes d’un magnifique arc-en-ciel :

- Regarde dit-il en le montrant à Ithrinn, après cette pluie torrentielle nous avons droit de nouveau au soleil et même à un superbe arc-en-ciel. Je me demande si l’existence se déroule de la même façon, que chacun d’entre nous traverse des nuits d’orages avant de trouver l’éclaircie et parfois apercevoir alors qu’il s’y attendait le moins la forme d’un arc-en-ciel dans le firmament.

En dépit de sa méconnaissance de l’avenir, le maitre-barde espérait de toute son âme qu’il en irait ainsi pour son amie, qu’à la souffrance et à la désespérance succéderaient des moments de lumière et qu’elle trouverait une raison de vivre, même si l’oubli du passé était impossible, en devenant capable d’édifier un nouveau futur et de redevenir maîtresse de sa destinée et non plus une victime impuissante de la cruauté des événements.
Contenu sponsorisé

Re: Fleur meurtrie et larmes de pluie dans la foret interdite (pv Ithrinn)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum