Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Modérateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Les elfes (en cour de modification)

le Dim 28 Mai - 16:48

L'histoire des Elfes


Les elfes sont un peuple très ancien. Ils sont les protecteurs de la nature et ont toujours vécu en harmonie avec elle, la protégeant même au besoin. Ils sont de puissants magiciens et de bons guerriers, de plus ils ont cette sagesse que procure une vie longue et harmonieuse passée dans la méditation.



Un nouveau départ


Alors que la paix régnait entre tous les peuples, une nouvelle menace, un nouvel ennemi vint la menacer. Les Chimères, créatures éthérées venues d’un autre plan, bien décidé à s’en prendre à toutes les créations des Dieux envahirent le continent. Les elfes s’allièrent aux Humains et aux Vampires afin de repousser cette menace. Si dans un premier temps leur alliance parvint à tenir cet ennemi en respect, un évènement vint déséquilibrer le rapport de forces. L’ouverture d’une faille entre le plan astral et le plan physique permit de saturer le continent de haute magie et ainsi permettre aux Chimères de s’y déplacer en toute liberté. Il ne fallut pas longtemps à ces dernières pour prendre le dessus et mettre en échec l’alliance. Bientôt les elfes furent repoussés jusque dans leur retranchement et la capitale fut assiégée. Au prix d’une terrible bataille, les elfes parvinrent à repousser ces créatures. Mais cette petite victoire n’était que temporaire. Bientôt la seule solution pour survivre et continuer à se battre fut la fuite.

En compagnie des humains et des vampires, les elfes montèrent à bord de grands navires et prirent la direction des flots inexplorés, en quête d’un nouvel espoir. Après une traversée périlleuse, et guider pas les dragons la terre apparut à l’horizon. Ou plutôt les terres. Les elfes accostèrent dans l’archipel de Tiamaranta et décidèrent de s’établir sur une des îles qu’ils nommèrent Keet-Tiamat.



Dernière édition par Verith le Lun 19 Juin - 13:39, édité 7 fois
avatar
Modérateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les elfes (en cour de modification)

le Dim 28 Mai - 16:49

Langage, caractéristiques et compétences des Elfes


Les elfes sont des créatures magnifiques, d'une beauté et d'une grâce rares et envoutantes, souvent enviées par les autres peuples. Les elfes sont empreints de magie et sont réputés pour être sages, posés, réfléchis. Un peu trop peut-être, pouvant les faire passer parfois pour des inactifs ou des indécis. Vous trouverez ici tout ce qu'il faut savoir sur eux, de leur histoire, à leurs mœurs, en passant par leurs magie et caractéristiques.

La race elfique est un bon choix pour une personne souhaitant un personnage puissant et sage, de préférence bénéfique, bien qu'il soit possible d'en faire un être maléfique.



Langage


Si les elfes maitrisent parfaitement le langage commun, langage imposé par le monde des Hommes, et ce dans ses accents les plus nobles et les plus chantants, il n'en reste pas moins que les elfes possèdent leur propre langue. La langue elfique, issue de leur ancien monde Sylvaniel, qui a connu quelques évolutions, mais très peu.

Il n'existe pas vraiment de variantes. Eventuellement quelques mots presque perdus, usités par quelques vieux elfes particulièrement âgés, ou quelques variantes de tournures de phrase. Mais rien qui ne compromette la compréhension générale.

Usage de la langue elfique dans vos RPs : Vous pourriez avoir envie d'utiliser ce langage elfique dans vos RPs, ce que nous comprenons tout à fait. Nous tenons toutefois à soumettre quelques petites règles pour permettre à tous de comprendre un minima le langage utilisé.

  • Nous sommes parfaitement conscients qu'il n'existe à l'heure actuelle aucun site ou logiciel traducteur français/elfique (si vous en connaissez un qui ne traduit pas uniquement des pseudos, cela nous intéresse !). Ceci est très certainement dû au fait qu'il s'agit avant tout d'un langage imaginaire qui, même s'il a parfois été travaillé à l'extrême (par l'emblématique Tolkien notamment), reste incomplet et donc difficilement utilisable.

  • Nous vous demandons tout de même de ne pas vous laisser aller à de l'invention pure et simple, mais d'utiliser au maximum toutes les ressources connues et données ici, afin que vos phrases ne soient pas juste un grand n'importe quoi. Nous ne vous demandons pas d'étudier le langage elfique, mais nous vous fournissons un lexique et quelques règles simples à appliquer pour créer des phrases qui seront sinon correctes, du moins compréhensibles.  

  • Bien entendu, nous fermerons les yeux sur toute faute de syntaxe, conjugaison et tournures de phrases, pour la simple et bonne raison que nous n'en avons de toute façon pas le choix et qu'il s'agit ici de ne l'utiliser qu'en RP.

  • Merci aussi de bien vouloir donner la traduction de vos phrases sous chaque dialogue de façon aussi claire que possible, afin que vos partenaires ne soient pas obligés de se transformer en linguiste pour vous comprendre.

  • Pour finir veuillez limiter le langage Elfique uniquement à quelques rares dialogues et non pas à vos RPs complets et de façon systématique. Le langage Elfique peut certes enjoliver vos RPs mais c'est comme tout, il ne faut pas en abuser ! Nous vous rappelons qu'il vous est aussi possible d'écrire en bon français et de signaler par un code couleur à votre partenaire que votre personnage parle en elfique.


Citation :
IMPORTANT
Parce qu'il existe de nombreux langages Elfiques différents tirés de pas mal d'œuvres, parfois diamétralement opposées, et parce qu'il a fallu faire un choix, nous vous informons que la quasi majorité des expressions et mots que vous trouverez ici sont tirés de la langue dite "Sindarin" (Seigneur des Anneaux). Vous pouvez également utiliser le Quenya.


Caractéristique


Qui a vu un elfe peut mourir heureux. Voici une maxime humaine qui représente bien ce que l'on peut ressentir en voyant une de ces magnifiques créatures.


Caractéristique physique


Les elfes sont intimement liés à la magie, elle est en eux, fait d'eux ce qu'ils sont.

Ainsi elle leur confère une beauté surnaturelle et même le moins beau d'entre eux sera toujours considéré comme magnifique selon les critères humains : racés et élégants, ils ont une taille fine et une corpulence légère, ils sont presque aériens dans leurs déplacements. Leurs vêtements sont simples mais magnifiques et très légers. Leurs traits sont harmonieux, ils portent les cheveux longs et ont les oreilles pointues. La taille moyenne chez les Elfes est de un mètre quatre-vingt.

Leur peau connait une variété de teintes allant du blanc jusqu’au noir en passant par le gris. Leurs longues chevelures peuvent arborer bien des teintes, toutes relativement communes (blond, brun, noire, châtain, roux etc.). Toutefois, il est possible de croiser des elfes avec des cheveux blancs naturellement dès le plus jeune âge, ce qui n’est pas le cas chez les Hommes. Enfin, leurs iris arborent également des couleurs communes, parfois surnaturelles et plus saisissantes que la normale. Les particularités génétiques, telles que l’albinisme, sont rares.

Ils sont également agiles. Leur cinq sens sont très développés, notamment la vue.

Ils sont très forts physiquement et très résistants, à peu près quatre ou cinq fois plus qu'un humain.

Ils ne peuvent tomber malades, mais ne sont pas immunisés contre les blessures.

La magie leur confère aussi une forte longévité. Ils ne sont pas immortels mais vieillissent très lentement : ils peuvent vivre jusqu'à 800 ans voir un millénaire. Une espérance de vie qui a été réduite toutefois avec le déclin de la magie.
Vous trouverez à la suite un tableau comparatif des âges humains et elfiques.


Comparatif âge humain/âge elfique


La croissance Elfique est bien différente de la croissance humaine. Nous ne pouvons pas dire qu'elle est plus rapide ou plus lente car en réalité elle n'est pas comparable. En effet les enfants elfes grandissent beaucoup plus vite que les enfants humains mais lorsqu'ils arrivent à l'adolescence leur horloge biologique semble énormément se ralentir ! C'est pour cette raison qu'ils peuvent vivre si âgés (jusqu'à 1000 ans environ) et c'est aussi pour cela qu'il est si difficile de faire un comparatif entre les deux races. Nous avons tout de même tenté de vous fournir un petit tableau qui devrait vous aider.








                 
Etapes principales d'une vieÂge HumainÂge Elfique
NourrissonJusqu'à environ 3 ansJusqu'à environ 2 ans
BambinEntre 3 et 6 ansEntre 2 et 3 ans
EnfantEntre 6 et 12 ansEntre 3 et 8 ans
AdolescentEntre 12 et 15 ansEntre 8 et 99 ans
Majorité16 ans100 ans
Jeune adulteDe 16 à 25 ansde 100 à 500 ans
Fleur de l'âgeDe 25 à 45 ansEntre 500 et 900 ans
Déclin (début vieillesse)De 45 à 55/60 anà partir de 900 ans mais très peu de signes de vieillesse
Vieillesse, fin de vieà partir de 55/60 ans mais très variable, peut aller jusqu'à 70 ans voir 80 pour les cas très exceptionnelsAux environs de 950/1000 ans, les signes de vieillesses se manifestent très tard

ENFANCE L'ELFE GRANDIT PLUS VITE QUE L'HUMAIN
Un Elfe de 3 ans correspond au physique d'un enfant humain de 6/7 ans
Un Elfe de 4 ans correspond au physique d'un enfant humain de 7/8 ans
Un Elfe de 5 ans correspond au physique d'un enfant humain de 8/9 ans
Un Elfe de 6 ans correspond au physique d'un enfant humain de 9/10 ans
Un Elfe de 7 ans correspond au physique d'un enfant humain de 10/11ans
Un Elfe de 8 ans correspond au physique d'un enfant humain de 11/12 ans

JEUNESSE/AGE ADULTE L'HORLOGE BIOLOGIQUE DE L'ELFE RALENTIT
Un Elfe de 10 ans correspond au physique d'un jeune humain de 14/15 ans
Un Elfe de 20 à 400 ans environ correspond au physique d'un humain de 22/25 ans
Un Elfe de 400 à 900 ans environ correspond au physique d'un humain de 35 ans environ

VIEILLESSE, LE DECLIN DES ELFES A LIEU TRES TARD
Un Elfe de 900 à 950 ans correspond au physique d'un humain de 50 ans environ mais les signes de vieillesse sont très discrets, l'elfe reste beau et racé.
Un elfe de 950 à 1000 ans arrive en fin de vie, les véritables signes de vieillesses apparaissent uniquement au crépuscule de sa vie et l'elfe reste très noble et beau malgré tout.


Caractéristique physchologique


Il existe quelques grands traits de caractère que l'on peut retrouver chez la majorité des elfes. Plutôt dus d'ailleurs à leur éducation et leurs mœurs qu'à un réel trait racial. Ce fait est très important, car un elfe ayant grandi hors du royaume elfique pourrait ne pas du tout présenter ces traits de caractère par exemple....

Ainsi les elfes semblent facilement susceptibles. Comme vu plus haut, leur société est extrêmement complexe, de même que leur code de politesse, et ils sont souvent très à cheval sur ces règles ancestrales. Il est très facile de vexer un elfe en ne respectant pas les milliers de coutumes instaurées par son peuple. De plus, et pour ne rien arranger, ce sont des créatures extrêmement fières et rancunières ! Ils ne montrent que peu leurs sentiments et peuvent attendre une éternité avant d'accomplir leur vengeance, leur patience constituant leur meilleure arme.

C'est aussi une peuple très lent, qui peut mettre très longtemps à prendre une décision ou à accepter un changement. Pour tout dire, ils n'ont pas la même perception du temps que les humains. Les elfes apprennent très lentement et n'aiment pas changer leurs habitudes.

Ils sont toutefois réputés pour avoir bonne mémoire, la cultivant d'ailleurs savamment.


Compétences magique


Les elfes sont très attachés à la magie. Même un elfe peu porté sur la magie en est quand même pourvu... sinon il s'agirait d'un elfe mort !

La magie des elfes est une magie basée sur les éléments et sur la nature. C'est une magie en général bénéfique, mais qui peut aussi être dangereuse et offensive. Elle est assez puissante, mais requiert un niveau magique important pour être vraiment efficace.

Elle tire sa puissance de la force vitale du lanceur et de la nature : plus précisément, le mage utilise la magie qui recouvre tout Tiamaranta, il puise dans cette magie, la concentre dans son corps puis l'expulse grâce aux gestes/mots clé ou chants. Un geste/mot clé ou un chant mal effectué peut avoir alors des effets très graves.

Il faut noter que, s'ils ont leur propre magie, le pouvoir de la nature, ils sont aussi capables d'utiliser les autres types de magies.


Autres compétences


Le raffinement des elfes peut aller jusque dans le choix de leurs armes. Ainsi, les elfes sont rarement portés sur les armes lourdes. Masses, haches, faux par exemple, ont rarement leur préférence. Les elfes ne sont guère portés également sur le combat à mains nues, peu digne selon eux pour leur auguste race. Non, leurs armes de prédilection seraient plutôt l'arc, l'épée fine, la dague, éventuellement la lance par exemple. Bien entendu, il y aura toujours des exceptions confirmant la règle...

Leur acuité visuelle particulièrement développée les rend très doués dans les arts du lancer, et les arts de la visée : ils excellent souvent en arc, arbalète, dagues de lancer notamment.

Leur agilité, sans doute combinée à leur lien avec la nature, leur donne une éventuelle prédisposition à l'équitation.

Tout ceci encore une fois ne donne que de grandes caractéristiques, mais nombre d'elfes sortent des sentiers battus...



Dernière édition par Verith le Lun 19 Juin - 13:51, édité 8 fois
avatar
Modérateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les elfes (en cour de modification)

le Dim 28 Mai - 16:50

Politique, relations internationales et armée





Le pouvoir politique elfique


La société elfique est gouvernée par un conseil, lui-même présidé par un empereur ou impératrice. Le pouvoir de l’empereur ou impératrice elfique dépend essentiellement de la formation du conseil en faveur des impérialistes ou non. Mais il ou elle est très respectée et son avis est toujours écouté. C'est ce conseil qui détient en fait le réel pouvoir. Chaque décision cruciale doit obtenir son assentiment. Les délibérations ont lieu après réunion du conseil, l'avis de tous, dont l'empereur ou l’impératrice, est écouté avec attention, et les décisions sont ensuite votées à la majorité absolue.

Le conseil est formé des individus, issu ou non des plus nobles et des plus anciennes familles elfiques, qui ont su se démarquer par des faits retentissants, des exploits, des services majeurs rendus au peuple elfique. Le conseil est composé de treize membres, ce nombre peut augmenter ou diminuer. Toutefois le conseil veille à toujours respecter un nombre impair de sièges.

Nul besoin de préciser que certaines affinités politiques ont eu tendance à se démarquer au sein du Conseil, formant alors trois grands mouvements :


  • les conservateurs, les membres du Conseil ayant tendance à prôner l'autarcie, le conservatisme des mœurs elfiques, le renfermement des elfes dans leur royaume, un certain racisme prononcé aussi envers les autres peuples. ;
  • les libéraux, les membres du Conseil qui prônent l'ouverture du peuple elfique aux autres peuples, la création d'alliances à long terme et pas seulement à l'occasion de guerre, le partage de connaissance et de richesses, ceux qui prônent enfin la compréhension des autres peuples, certains passionnés allant jusqu'à pousser leur volonté de tolérance aux vampires....
  • les impérialistes enfin, les membres du Conseil ayant tendance à soutenir la famille impériale en toute occasion quand les litiges se font trop sentir surtout. Plus précisément, ces membres-là peuvent très bien s'affilier d'une façon générale à un des deux précédents courants, mais en cas de crise ou de conflit, ils se rangeront à l'avis de leur Impératrice.


Ces courants ne sont pas figés, certains membres du Conseil peuvent d'ailleurs ne se sentir affilié à aucun véritablement, osciller entre chacun... Les alliances se faisant alors et se défaisant au gré de l'histoire.

Actuellement, en raison des crises, la tendance ce veut impérialiste.


Empereur et impératrice à travers le temps


Thanendiel Evanealle : Il serait le premier empereur qu’aurait connu la race elfique. Il serait celui ayant posé les bases d’un pouvoir en Conseil.

Serillë Evanealle : Elle serait la première impératrice qu’aurait connue la race elfique. Sœur et épouse du premier empereur, elle lui aurait succédé après que ce dernier est décidé de se retirer. Elle serait celle ayant posé les bases de la hiérarchisation de la société elfique avec la famille au centre de tout.

Silcion Evanealle : Troisième dirigeante que la race elfique est connue, elle serait la fille des deux premiers. D’une piété extrême  envers les déeeses , elle serait celle ayant instauré les fêtes religieuses au sein de la race elfique. Il est dit qu’elle n’eut jamais de maris, qu’aucun elfe ne l’a jamais touché et qu’elle n’eut jamais d’enfants.

Finaën Evanealle : Quatrième dirigeant et frère de la troisième. Il serait à l’origine du code et du protocole elfique afin de maintenir la paix entre les différentes familles. C’est sous son règne que naîtront les vampires. C’est lui qui prendra la décision de faire quitter aux elfes Sylvaniel voyant que la menace vampirique ne pouvait être stoppée. Il mourra durant le voyage sur l’océan.

Leonefir Evanealle : Cinquième empereur, il est celui qui conduisit les elfes en Ambarhùna et parla avec les dragons au nom de son peuple.

Adaëlle Evanealle : Première épouse de Leonefir, elle aura le titre d’impératrice uniquement grâce à son mariage, mais ne gouvernera jamais. Elfe mystérieuse qui aida Leonefir dans les heures les plus sombres avant de disparaître peu de temps après le débarquement en Ambarhùna. Ce n’est qu’en l’an deux du quatrième âge qu’on apprendra qui elle était vraiment : Elewyn Ruddy, un Tarenth resté en Ambarhùna pour réparer les erreurs de son père adoptif, Edwyn Ruddy.

Lalillë Ataliel : Seconde épouse de Leonefir et première impératrice non issu de la lignée des Evanealle. Elle prendra la tête du royaume après la mort de son mari durant la guerre contre les vampires. Grande guerrière, elle guidera elfe dans la guerre jusqu’à l’arrivée des humains en Ambarhùna.

Nerur Evanealle : Fils de Leonefir et de Lalillë. Il sera élu empereur après la mort de sa mère. Il sera à l’origine de l’alliance entre les elfes et les humains contre la menace vampirique.

Thraranduil Evanealle : Il dirigea le peuple elfique durant le départ des dragons et le départ de la magie et quittera ses fonctions lorsque son grand âge ne lui permettra plus de gouverner. Il sera tué durant l’attaque Alayienne lors de la bataille des bois sombres.

Galadrielle Evanealle : Femme de Thraranduil, elle prendra sa place lorsque son mari quittera ses fonctions et les quittera à son tour, affaibli par sa grossesse.

Eliwyr Meraennon : Deuxième empereur non issu de la lignée des Evanealle. Il prendra la tête du royaume elfique après le départ de Galadrielle dont il était l’amant. Il guidera sa race durant sa migration jusqu’à Aigue-Royale quand le brouillard du Néant aura rendu la forêt de l’Ouest invivable. Il mourra lors de la bataille de l’Aube Rouge en s’interposant entre un carreau d’arbalète et Aegnor Evanealle.

Aegnor Evanealle : Dernier empereur en date de la race elfique. Il reprendra la tête d’un peuple en exil et menacer d’extinction par les deux guerres qui frappèrent successivement Ambarhùna, avant de finalement les conduire dans les montagnes du Nord-est et leur offrir un nouveau territoire et une cité nommée Estëllin.




International


Si les elfes préfèrent vivre entre eux, de vieilles relations les lient aux autres races.

- D’abord avec les vampires, l’ennemi ancestral, leur malédiction. D’aussi loin qu’ils s’en souviennent, ils ont toujours été en guerre. L'histoire des elfes est longue et les vampires sont associés aux pires périodes de cette histoire. Néanmoins l'immunité que les elfes semblent avoir développée contre le venin vampirique pourra peut-être, à terme, amener ces relations à changer.  Jusqu’à récemment, toutes les tentatives de trêves ou de paix s’étaient soldées par un échec. La trêve des premières années quatrième âge, suivit de la paix est donc une première dans leur histoire. Bien que la haine et la rancune restent tenaces, les relations elfico-vampirique tendent à s’apaiser. Avec le nouvel exil et l’arrivée sur l’archipel de Tiamaranta, la paix a été fragilisée par les nombreuses tensions apparues lors du voyage. Les races ont préféré s’établir chacun sur une île différente, elles restent voisines et les tensions demeurent. Cependant le rapprochement forcé par les dernières guerres et de la traversée a conduit à une évolution forcée des mentalités, mais aussi l’exacerbation de certaines. Les plus jeunes elfes tolèrent donc plus les vampires alors que les anciens les détestent encore plus. La guerre éclatera-t-elle à nouveau ?

- Pour ce qui est des dragons, les elfes sont intimement liés à eux, car dépendant de la magie dont ils sont la source. De plus, ce sont les dragons qui les ont accueillis sur le continent Ambarhùna et qui leur ont offert ce refuge alors qu’ils fuyaient l’extinction. De plus, ce sont également eux qui les ont conduits, avec les autres races, vers l’archipel de Tiamaranta. Ils les considèrent comme de merveilleuses et de redoutables créatures. Les elfes vouent un véritable respect aux dragons et aux dragonniers.

- Les hommes sont de très vieux alliés, puisqu’ils ont combattu côte à côte contre les vampires. Néanmoins et contrairement aux elfes, les générations d’hommes se succèdent très rapidement, et il est parfois difficile pour les elfes de les suivre ou même de considérer des êtres aussi brefs comme des égaux et non comme des enfants turbulents. Les alliances inégales que les elfes ont entretenues avec les hommes jusqu’à lors ont été résolues avec l’apparition de Néant. La race elfique ayant une dette importante envers celle des hommes qui les ont accueillis lorsqu’ils furent chassés de leur terre par Néant. Certains elfes envisageant même une alliance plus que solide avec un des royaumes de cette race, qui malgré ces très nombreux défauts, a su se montrer digne de confiance. Avec la fuite d'Ambarhùna et l’arrivée à l’archipel de Tiamaranta, des tensions sont apparues entre ses deux alliés en raison de dissensions apparues au sein des hommes et la jalousie naissante envers les terres fertiles des elfes.

- Enfin les Graärh, dernière race découverte, leur apparence animale amène les elfes à les considérer comme des créatures de la nature et au même titre que les autres ils les respectent, à la différence près que ces derniers font preuve d’une intelligence nettement supérieure à la moyenne. Les deux races semblent avoir des points communs, cependant ces félins bipèdes sont des êtres primitifs par rapport à eux, aussi ils se considèrent supérieurs à eux, de la même manière qu’avec les vampires et les humains, mais ce n’est pas pour autant que les elfes chercheront à avoir des relations belliqueuses avec eux, bien au contraire.



Organisation



L'Armée Elfique
 

Armée régulière elfique. Elle vise à conquérir ou à défendre un territoire, détruire ou protéger d'autres unités militaires ou des unités civiles. C’est en son sein que sont formés les soldats du royaume elfique, jusqu’à devenir des élites et monter en grade ou changer de corps d’armée.


Outre la formation des soldats, elle est en charge en temps de guerre des batailles et en temps de paix de la surveillance et de la sécurité dans la cité, et même des caravanes marchandes.


L'armée peut également s'occuper de divers travaux et remplir diverses fonctions, comme les travaux de déblaiement en cas de catastrophe naturelle ou de police en cas d'occupation.


Elle est sous le contrôle du Général elfique qui répond au Conseil.






La Garde Impériale
 

Ce corps d’armée a pour but ultime de protéger la couronne, l’Empereur, l’Impératrice ainsi que la famille Impériale, coûte que coûte. Par extension, c’est à eux que sont confiées la surveillance et protection du Palais Impérial ainsi que de la Salle du Conseil. Ils accompagnent leurs protégés durant leurs déplacements. Il n’est pas constitué des meilleurs soldats de l’Empire, les Elfes plaçant la protection de leur royaume avant celle de leur souverain. Mais ce n’est pas pour autant que ce corps d’armée n’est pas composé de soldats d’élite. Extrêmement souvent, les Rôdeurs étaient d’anciens gardes impériaux.

Faire partie de la garde impériale est un très grand honneur. Ses membres sont sélectionnés pour leurs capacités, leur courage, mais aussi et surtout leur mental. Ils sont prêts à mourir pour l’Empereur ou l’Impératrice et la famille royale à qui ils vouent une grande fidélité.

La garde impériale est un corps d’armée placé directement sous le contrôle absolu de l’Empereur. Ils sont au-dessus du système hiérarchique de toute l’armée. Ils disposent néanmoins d’une formation militaire, étant en grande majorité d’ancien soldat de l’armée. En temps de guerre, ils accompagnent leur souverain au combat.







Les Rôdeurs
 

Les rôdeurs, autrefois nommés Forestiers, sont les gardiens du Royaume Elfique. En temps de paix leur mission est simple : veiller sur les frontières du royaume. En temps de guerre, ils sont également en charge des missions à hauts risques et sont d’excellents éclaireur.

Les Rôdeurs sont l’élite de l’armée Elfique, ce qui explique leur très petit nombre. Ils sont en effet à peine une cinquantaine. Ils se comportent telle une famille.

Généralement de très bon archers, ils sont également habiles avec une dague ou une épée. Toutefois, il existe bien entendu des exceptions.

Devenir un Rôdeur n’est pas à la portée de tous, mais c’est un grand honneur. Il est nécessaire de faire preuve d’une dévotion sans faille pour le peuple Elfique et la couronne mais, surtout d’avoir les capacités physique et le savoir faire nécessaire. Tous les membre de ce corps sont généralement issue des rangs de l’armée régulière où ils ont été repérés.

Contrairement aux autres corps de l’armée, les Rôdeurs sont à part. Ils sont sous l’autorité de leur Général - Le Général des Rôdeurs Elfiques de son titre complet - , qui lui même répond directement à l’Empereur. Le général de l’armée Elfe n’a rien à voir avec les affaires des Rôdeurs et vice versa







Les océanides

 Ce corps d’armée est le plus récent de tout, le jeune, et peut-être plus inexpérimenté. Il s’agit de la marine elfique. Autrefois les elfes n’avaient pas de flotte et n’avaient aucune frontière aquatique à protéger, ce n’est plus le cas aujourd’hui, l’archipel de Tiamaranta les contraignants à posséder une flotte. Ce corps d’armée a vocation de devenir l’égal des Rôdeurs, mais en mer. Ils sont sous l’autorité du conseil et de l’empereur. La flotte elfique ne comptait qu’une poignée de bateau.






Dernière édition par Verith le Lun 19 Juin - 15:25, édité 15 fois
avatar
Modérateur
Dragon libre


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Les elfes (en cour de modification)

le Dim 28 Mai - 16:50

Territoire, Patriotisme, Société, Famille, Protocole, Coutume





Territoire


Aujourd’hui, le territoire des elfes recouvre l’ensemble de l’île de Keet-Tiamat. L’autorité du royaume elfique a donc vocation à s’appliquer sur toute l’île. Mais en réalité l’hostilité du climat et de la faune sauvage fait que le royaume elfique est actuellement restreint au nord de l’île. La majorité des membres du royaume sont concentrées autour du fleuve Tampocuilë, plus particulièrement en aval et légèrement dans les terres. La nouvelle grande cité elfique étant encore en chantier. Mais il existe quelques rares domaines de grande famille au sein du territoire, généralement installé au plus proche d’exploitation ou d’entreprise liées à cette famille, cependant toujours au nord et proche du fleuve. Le royaume elfique enserre en son sein le territoire des Baptistrels qui ont bâti leur nouveau domaine auprès de ce peuple comme avant sa destruction.

Contrairement à l’ancien royaume, celui-ci n’est pas protégé par une frontière magique qui ne s’ouvre qu’avec l’assentiment des elfes, l’empereur en place ayant décidé de ne pas la rétablir au risque d’isoler à nouveau les elfes du reste du monde.


La cité elfique : Endëaerumë


Par trois fois le peuple elfique perdit son royaume. La première fois ils se virent contraints de quitter leur continent sylvestre sous l’assaut des vampires. La deuxième fois ils fuirent leur forêt sous la machination du dieu du Néant. Et la troisième fois ils abandonnèrent leur montagne pour continuer de survivre et continuer la guerre contre les Chimères. Les elfes ne savent que trop bien ce que perdre son chez soi signifie et pourtant ils ne se sont jamais laissé abattre. À chaque fois, ils s’efforcent de reconstruire une nouvelle maison qu’ils veulent encore plus grandiose que la précédente. Une façon de se dire à eux, mais aussi à ceux qui veulent leur fin : « Nous sommes toujours là ! Nous n’abandonnerons pas ! Nous restons forts ! ». Bien qu’ils soient assez récent pour eux de construire de grandes cités, les leurs n’ont rien à envier à celle des humains. Les œuvres elfiques surpassent en tout point celle des hommes et après tout, une cité n’est rien de plus qu’une œuvre à plus grande échelle.

Après s’être établis au cœur de forêts tropicales, puis au sommet de gigantesques montagnes, les elfes ont décidé de s’installer dans un désert. Un environnement à première vue aride et aux conditions de vie difficiles. Mais les elfes vivent en communion avec la nature et le défi que représente Keet-Tiamat n’est qu’une façon supplémentaire de le démontrer.

C’est ainsi que les elfes entreprirent de construire la cité d’Endëaerumë qui signifie dans la langue commune « la mer au milieu du désert ». Témoignage de la splendeur des elfes et leur capacité à faire prospérer la végétation même dans les milieux les plus difficiles.


Patriotisme




FAIRE UN NOUVEAU DRAPEAU


Devise


XXX

FAIRE UNE NOUVELLE DEVISE

Hymne



Au commencement
Au temps d'avant le temps d'antan
De nos navires blancs nous vînmes
Par delà les flots cristallins

Gardiens d'un monde en guerre
Nous n'avons jamais abandonné
Les enfants de cette terre
Qui nous accueillit, nous les premiers nés

Gardien d'un monde de magie
Nous avons vécu dans notre forêt
Détenteurs de secrets enfouis
Que nous gardons à jamais

Au commencement
Au temps d'avant le temps d'antan
De nos navires blancs nous vînmes
Par delà les flots cristallins

Nos guerriers à l'armure brillante
Combattent les ombres de leurs fers
Nos Vierges aux chevelures d'étoiles filantes
Guérissent les maux de la terre

Nos nobles guides, Nos sages éclairés
Dont les mots sont plus forts encore que les armes
Nos Chanteurs, Nos Artistes
Dont les œuvres percent les âmes

Au commencement
Au temps d'avant le temps d'antan
De nos navires blancs nous vînmes
Par delà les flots cristallins

A présent nous observons le monde
Dans sa gloire et dans sa peine
A présent nous attendons que l'heure tombe
Dans son horreur et dans sa haine

A présent nous rassemblons toute notre rage
En prévision de notre ultime combat
A présent nous rassemblons tout notre courage
En prévision de notre trépas


Merci à Merithyn Shadowsong pour cette hymne


Société


Le peuple elfique est organisé en une société de type impériale médiévale et est presque entièrement concentrée dans la capitale du royaume. Ils sont extrêmement sédentaires et possède une strate sociale clairement établie qui régit la vie quotidienne. Leur hiérarchie est extrêmement stricte et codifie toute leur vie. Elle se décompose en trois grands rangs, comme chez les humains (petit-peuple, bourgeoisie, noblesse).

Le petit-peuple représente une part relativement réduite de la race, réunissant les plus humbles. Cette classe sociale comprend les individus au service de la noblesse. Ils ne sont pas aussi pauvres que les paysans humains, mais ils se contentent en général de peu.

La bourgeoisie représente la part majoritaire de la race, réunissant les individus ayant une certaine aisance matérielle qui leur permet une meilleure vie, mais surtout un nom et un statu plus admirable. Ils participent activement à la vie de la société. Ce sont des artisans, érudits ou soldats…

La noblesse représente une minorité de la race, réunissant les individus de hauts rangs ayant une grande aisance mais surtout un nom et une lignée admirable. Ils ont un grand poids dans la vie de la société et en régissent les différents aspects. Ils travaillent surtout à des postes dits nobles : érudits, hauts gradés de l’armée, conseillers…

Ces classes sociales sont extrêmement imperméables, il est presque impensable de s’élever dans les strates du fait des mœurs elfiques et de leur amour du lignage et de la durabilité. Les éléments qui parviennent à s’élever le font souvent au titre d’actions particulièrement glorieuses et importantes. La famille royale et les conseillers sont les seuls à pouvoir décider d’une élévation.

La noblesse est extrêmement fière d’elle-même et ne répond qu’à ses pairs, mais la bourgeoisie et le petit-peuple, eux, se placent presque sur un pied d’égalité. Le peuple elfique est très autarcique.


Protocole


La première règle de politesse des elfes, la règle élémentaire est que, lorsque quelqu'un vous salue, vous devez répondre par un salut (elfique ou cérémonial selon les circonstances).


  • Le salut elfique : poing droit fermé soutenant la main gauche ouverte, s'incliner légèrement sans quitter votre interlocuteur des yeux.

  • Le salut cérémonial : pour les membres d'une famille qui vous est très supérieure en hiérarchie ou pour quelqu'un que vous souhaitez honorer. Il s'agit de croiser les deux mains sur la poitrine et de s'incliner profondément, ne se relever que lorsque votre interlocuteur vous le permet.


A ne pas faire :

Chez les elfes, il est considéré comme très impoli de ne pas révéler son identité à une personne qui vous a révélé la sienne. De même, un elfe n'agressera jamais une personne qu'il a saluée sauf insulte grave. Il considérerait comme particulièrement grossier d'être attaqué par une personne après avoir été salué.

Pour finir, il faut savoir que les visiteurs humains sont les bienvenus chez les elfes à condition de respecter leurs coutumes (difficiles) et de ne pas s'attarder.

Batifoler avec une ou un elfe est par contre très très mal vu : l'elfe en question sera mis au ban de sa société et l'humain risque l'exil au minimum avec interdiction de revenir.


L’esclavage vu par les elfes


L’esclavage est interdit chez les elfes. Tous les esclaves qui se rendraient au sein du royaume elfique se verraient libérer de leur chaine. Enfin, les esclavagistes, s’ils venaient à être reconnu coupable comme tel, se verraient déposséder de tous leurs biens et bannis.


Moeurs


L’éducation et le bain culturels conditionnent les elfes depuis la naissance et jusqu’à leur mort, les elfes sont de grands conformistes pour la grande majorité. Il est rare de voir un elfe penser différemment et lorsque c’est le cas, il y a des chances pour qu’il soit mal vu voir très mal vu par les siens. Le bain culturel est issu de l’expérience des générations précédentes et de la transmission des savoirs en continus.

Rapport aux relations inter-raciales

Les relations amoureuses et sexuelles entre races sont très mal vues par les elfes. Les elfes se pensent au-dessus des humains et des vampires Les elfes se vouant à ce genre de relations sont souvent mis au ban de la société et dédaignés et stigmatisés. Les elfes rejettent ouvertement ces couples et les évitent. Une relation amoureuse avec un humain sera vue comme une anomalie et une insulte à la race elfique, mais une relation avec un vampire sera en revanche traitée comme une véritable hérésie.

Les relations d’amitié sont en revanche beaucoup mieux perçues qu’auparavant et même accepter, envers les humains. Celle avec les vampires le reste en revanche très mal. Mais ici encore, cela tiendra surtout du degré de tolérance de l’entourage de l’elfe en question. Les jeunes générations s’ouvrent davantage, surtout avec les guerres récentes, mais cela reste un mouvement en pleine naissance et l’autarcie est encore majoritaire.

Rapport au Travail

Les elfes honorent moins le travail qu’une vie bien menée et une utilité à la communauté en général. C’est-à-dire qu’un elfe pourra très bien ne pas travailler dans le sens d’exercer un métier bien défini comme forgeron ou marchand, mais s’occuper par exemple des jeunes ou de l’environnement.

Le travail garde tout de même une certaine importance, bien que moins importe. Le travail au sens elfique s’entend comme le fait d’avoir une place dans la hiérarchie et dans les rapports aux autres.

Il est à noter que certains métiers humains n’existent pas chez les elfes, celui de chasseur par exemple. Les tanneurs de cuir sont également rares, quoique pas inexistants. En revanche, certains métiers existent et ne se retrouvent pas chez les humains. Il faut également rappeler que la distinction des sexes ne s’effectue pas comme chez les humains et que tous les métiers peuvent être effectués par des hommes ou des femmes.

Rapport à la richesse

La richesse matérielle, les biens possédés et l’or et l’argent dans les coffres, ne sont pas des critères très importants pour les elfes. On pourrait presque dire que c’est même le critère le moins important de tous. La richesse, pour un elfe, passe par la réussite du travail qu’il exerce et son utilité à la communauté ainsi que par son rang social. Le titre est, pour cette race, plus important que tout. La richesse matérielle est plus utilisée que pour les échanges avec les humains ou pour des créations artistiques. Chez les elfes, on pourra être respecté sans richesse matérielle. C’est l’une des raisons qui rend la stratification sociale si hermétique d’ailleurs. Il est cependant à noter que les elfes aimant la belle facture, la possession d’armes singulières à la richesse historiques, de livres et d’objets culturels prisés, sont des critères plus regardés que la lourdeur d’une bourse pleine de pièces. La culture et la place sociale sont donc les critères prépondérants.

Relation au temps et à la mémoire

Les elfes ont une vie bien plus longue que celle des humains même si ils ne sont pas immortels. De ce fait, ils n’ont pas la même relation au temps que ces derniers. Une vie d’elfe, pourvue qu’elle ne soit pas écourtée volontairement, est longue et souvent bien remplie. Ainsi, la peur de la mort n’est pas prépondérante chez ce peuple.

Les elfes, peuple cultivé et appréciant l’éducation et les connaissances, prend son temps lorsqu’il s’agit de s’instruire ; préférant souvent passer des années sur un même sujet afin de le maîtriser parfaitement plutôt que de se contenter d’un apprentissage moyen. Leur mécanisme d’apprentissage est également moins rapide, certaines choses qui prendraient très peu de temps pour un humain pourraient demander plusieurs années à un elfe. Le résultat, cependant, sera souvent bien différent, bien meilleur.

Arrivés au bout de leur vie, en ayant remplie leur existence avec satisfaction, ils voient souvent la mort comme une bénédiction, un repos final après un millénaire d’ouvrage.

Le peuple elfique est extrêmement respectueux de ses morts, leur offrant une place dans la mémoire collective et dans l’histoire du peuple. Cette mémoire des noms, des filiations et des ouvrages, est extrêmement importante car elle est partie intégrante de la culture raciale. C’est également une des raisons qui rend la mort moins effrayante pour les elfes, la certitude qu’on se souviendra forcément d’eux.

Pour les elfes, le temps est une chose que l’on ne peut manipuler et contre lequel il ne sert à rien de se battre. Il faut l’accepter et couler dans son sens.

Les elfes mûrissent relativement vite sur le plan physique, mais également sur le plan mental et peuvent faire preuve d’une étonnante sagesse très jeune même si ce n’est pas toujours le cas.  


Les elfes et la magie


Les elfes sont intimement liés à la magie. Elle coule directement dans leur sang et est liée à leur force vitale. Même le moins mage des elfes vibre de magie puissante.

Le déclin de la magie, lié à la disparition des dragons, a entraîné un déclin du pouvoir elfique et du peuple elfe lui-même. Très nombreux il fut un temps, leur faible fécondité, et l'affaiblissement de leur magie les a rendus vulnérables et a baissé leur espérance de vie. Sans compter les multiples guerres ont été de véritable saignée, tous ces éléments ont mené le peuple elfique sur le chemin de l’extinction.

Puis les elfes sont arrivés sur l’île de Keet-Tiamat dans l’archipel de Tiamaranta. Les savants elfiques n’ont pas encore trouvé d’explication, mais le taux de naissance a considérablement augmenter. Quant à la magie, elle ne semble pas être un problème sur l’archipel, car sa présence est forte.


Fêtes, rites et croyances


Les elfes partagent sensiblement les mêmes coutumes et croyances que les autres races. Ils vénèrent la nature représentée par les dieux. Les elfes sont peut-être encore plus respectueux de toute vie, vivant en harmonie parfaite avec la nature. Même tuer volontairement un insecte leur paraitrait criminel.
En outre, les elfes croient en la réincarnation et n'ont absolument aucune notion d'enfer ou de paradis (ces notions ne doivent donc pas être utilisées sur Elysion, elles sont inconnues !)

  • La fête des dieux :  Cette fête est célébrée tous les 5 ans aussi bien par les elfes, les hommes ou les vampires. Elle a lieu le premier jour de l'année et est constituée d'une succession de petites cérémonies chantées. Cependant, elle diffère chez les elfes par rapport aux autres peuples. Alors qu’avant on honorerait chaque divinité, l'une après l'autre dans un ordre strict (océan, vent, feu, terre, végétal, vie et mort), censé représenter la naissance du monde. À présent on honore le décès de chaque divinité, qui se sont sacrifiés pour que leurs créations survivent, les uns après les autres dans un ordre précis (Néant, Mort, Terre, Vent, Végétal, Feu, Océan, Vie.). Entre chaque petite cérémonie, les convives doivent faire la fête en mangeant et en dansant. Elle dure entre 3 et 4 jours pendant lequel une trêve totale est respectée entre tous les ennemis. Les peuples ne peuvent se faire la guerre, les adversaires ne peuvent se battre ni se disputer.

  • La fête de la terre : cette cérémonie a beaucoup évolué chez les elfes. Autrefois commune à tous les peuples, elle consistait à célébrer la déesse de la terre afin de l’encourager à lutter contre sa sœur océan, puis  offrir des présents à océan pour calmer sa colère. Aujourd’hui cette cérémonie a lieu deux fois par an sur l’île de Keet-Tiamat lors de la crue et de la décrue du Tampocuilë. Elle vise à célébrer l’union de l’océan et de la terre qui fertilise le sol et permet des récoltes abondantes.

  • Cérémonie d'accueil à la vie : Chez les elfes, l'arrivée d'un nouveau né est un véritable miracle. La cérémonie dure trois jours, un baptistrel vient interpréter le chant nom, chaque dieux est appelé tour à tour pour l'inciter à protéger le nouveau né. La fête dure ensuite une bonne semaine sans aucune interruption, elle est toujours grandiose pour la simple et bonne raison que les dépenses sont partagées par toute la communauté.

  • Cérémonie des morts : Les elfes ont une cérémonie chantée, un baptistrel vient interpréter le chant nom du défunt puis la vie entière de celui-ci est déclamée tout en vers. Pour terminer, le baptistrel interprète le chant du passage.
    Les elfes défunts appartenant aux familles les moins importantes sont brulés par magie, tandis que les restes des elfes de haut rang sont glacés (par magie encore une fois) pour être conservés dans un endroit tenu secret.


avatar
Admin

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateurhttp://elysionrpg.forumactif.org

Re: Les elfes (en cour de modification)

le Mar 20 Juin - 0:26
Posté. Faudra repasser et virer des trucs j'Pense, c'Est un copié collé d'Arm là pour quelques trucs.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum