Connexion
Le Deal du moment : -83%
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
25.95 €

descriptionIl faut un début à tout [PV Leksa] EmptyIl faut un début à tout [PV Leksa]

more_horiz
26 - 30 Septembre 1763, Néthéril, Premier voyage diplomatique

Dire qu’il pleuvait aurait été un euphémisme. Il semblait que le ciel se soit ouvert pour déverser sur eux les flots d’un autre univers, une mer ou un océan. La mousson était un déferlement à la colère inédite pour l’intendante qui avait davantage l’habitude des tempêtes de neige et des blizzards coupants comme des lames. En raison de cette tourmente, le voyage avait été plus long et plus dangereux que prévu mais leur équipage, contrairement à la louve, avait déjà l’expérience de ces typhons et était parvenu à garder le cap et le navire entier. L’expérience d’une mer à la fureur sans égale avait, pour tous, était un rappel de leur traversée, mais là où les Lyssiens le vivait avec philosophie, la Glacernoise restait songeuse. Plus à l’aise sur terre, elle n’était pas certaine d’être tout à fait faite pour ces épreuves maritimes, quand la splendeur laissait place à la fureur. Mais elle n’avait pas non plus le choix. Ce voyage était nécessaire et très important, il marquait une avancée majeur pour Délimar.

Après avoir accosté au nord de l’île d’été, canons vers le large, elle avait fait envoyer un message auprès de la légion graärh pour confirmer leur venue. Cette rencontre était prévue. Ils avaient d’abord effectué un contact à distance, via des messagers, avant de s’arrêter sur une potentielle rencontre en face à face. Leur messager devait attendre devant le village principal qu’on accepte son entrée et lui revenir par la suite avec le détail de la façon dont les graärhs désiraient procéder exactement. La petite troupe attendait donc au sein du navire de connaître la suite des opérations. Leur équipage était solidement fourni, comme n’importe quel navire de ligne le demandait mais la troupe censée effectuer le contact avec les graärh était, elle relativement réduite. Sigvald l’accompagnait, ainsi que quatre autres représentants, chacun d’une ethnie différente. Lorsqu’elle eut confirmation qu’ils pouvaient approcher de la légion, ils se mirent en route. Là encore, l’eau fut la source majeur de leur lenteur à avancer, mais ils parvinrent finalement à destination.

Leur premier aperçu du lieu de vie des natifs, en dehors d’un copieux rideau de pluie, fut une grande palissade de protection, et ce qui devaient être des jalons pour des champs actuellement noyés sous des torrents d’eau. La seconde vision qu’ils eurent fut le (les?) graärhs qui vinrent à leur rencontre sous ces trombes d’eau. Demandant à sa monture de s’arrêter Tryghild attendit que les félins approchent jusqu’à une distance qui lui permettrait de s’adresser à eux sans avoir à hurler. Elle descendit de selle et vint s’approcher, l’eau ayant depuis longtemps plaqué toutes les fibres de ses vêtements sur ses membres. S’arrêtant face aux graärh, elle hésita un instant. Ne sachant pas vraiment ronronner, et ne sachant pas si ces vis à vis comprendraient si elle essayait de leur serrer la main, elle décida d’user d’un salut plus officiel de Glacern : un poing sur le coeur et un hochement de tête. Au travers des sifflements du vent, elle s’adressa au graärh de tête, au poils roux :

Que Loup vous bénisse. Je suis Tryghild, de Délimar. Désolée pour notre retard, c’est la première fois que nous chevauchons sous autant d’eau…

Son regard se fit curieux, à l’égard du graärh roux et elle nota de subtiles différences avec les deux autres présents. Est-ce qu’elle était femelle et pas mâle comme elle avait d’abord cru ?

Merci d’accepter de nous rencontrer


Il faut un début à tout [PV Leksa] Signat13

Langage commun #D298FC
Langage nordique #A398FC

descriptionIl faut un début à tout [PV Leksa] EmptyRe: Il faut un début à tout [PV Leksa]

more_horiz
Il pleut comme vache qui pisse fut la première pensée de Leksa lorsqu'elle mit le nez dehors, ce jour-là. C'était un temps typique d'automne et après la sècheresse de l'été, l'arrivée de la pluie était un soulagement, même pour les Graärh qui étaient pourtant habitués et adaptés à un tel climat. Lorsque la jeune Tribyoon quitta son habitation sous la pluie battante, elle leva le museau vers le ciel grisâtre et adressa une prière aux Esprits, les remerciant pour cette pluie. Celle-ci allait nourrir la terre et remplir les réserves d'eau de la Légion. Les bananes n'en seraient que meilleures l'années prochaines !

Mais aujourd'hui était un jour spécial, auquel Leksa s'était longuement préparée. En effet, de nombreux messages avaient été échangés avec les bipèdes de Délimar, une Légion Humaine qui se trouvait sur l'île au croissant, et ils devaient arriver sous peu. C'était Marche-Flamme qui avait l'honneur de les accueillir et de les rencontrer la première, une tâche qu'elle prenait très au sérieux.

En effet, malgré la méfiance dont elle faisait preuve vis-à-vis des sans-poils, Leksa était de nature curieuse et ne pouvait réfréner bien longtemps son désir d'en savoir plus sur cette curieuse race. Elle n'avait, à date, rencontré qu'une seule sans-poil, une Elfe, et même si cette rencontre s'était bien déroulée, elle n'avait rien à voir avec ce qui s'en venait. C'était une mission diplomatique qui arriverait bientôt, c'était l'Aaleeshaan de Délimar que Marche-Flamme allait rencontrer, par une simple Shikaaree.

Lorsque la matinée fut bien entamée, un jeune éclaireur vint trouver Leksa dans sa demeure. Celle-ci se trouvait en compagnie de Nia, qui se redressa face à l'arrivée impromptue du jeune Graärh. D'un geste de sa maîtresse, la guépard resta immobile mais darda sur l'inconnu un regard méfiant tandis que Leksa, d'un signe de tête, ordonna à l'éclaireur de délivrer son message.

" Ils arrivent Nia. C'est l'heure ! " S'écria Leksa, une fois de nouveau seule avec sa compagne. Marche-Flamme, partagée entre excitation et curiosité, quitta son wigwam en trottinant, Nia sur ses talons.

Grimpant à quatre pattes vers le rudimentaire chemin de ronde, Leksa observa par dessus l'imposante palissade l'arrivée de leurs visiteurs. Sous les trombes d'eau, plissant les yeux, la Tribyoon distingua rapidement des chevaux et compta six cavaliers. Lorsqu'ils furent à une vingtaine de mètres des fortifications, Leksa en descendit et fit ouvrir les portes de la Légion, par lesquelles elle s'engouffra en compagnie de Nia, qui la talonnait, et de deux autres Graärh en armes. Tous portaient les peintures de leur Légion sur leur armure de cuir et étaient armés de lance.

Tout en avançant d'un pas assuré, Leksa détailla leurs invités. Ils portaient tous plus ou moins le même type de vêtement et étaient armés d'au moins une épée, tout comme Marche-Flamme. Celle-ci les trouva bien drôles avec leurs poils collés sur le visage. Pourquoi les portaient-ils si long ? Quelle drôle d'idée.

" Et que la Chouette veille sur vous, Tryghild de Délimar, ainsi que sur tes compagnons. Je suis Leksa, Tribyoon de la Légion Vat’Aan’Ruda. " Répondit Leksa après avoir lâché un ronronnement. Les guerriers qui l'accompagnaient firent de même, mais pas Nia, qui ne quittait pas l'humaine des yeux. " Ne soyez pas désolé, la mousson surprend toujours, la première fois. " Poursuivit-elle d'un ton amicale. Cela était vrai, du moins pour les Graärhron. Les plus âgés avaient l'habitude et on leur avait appris à vivre avec. Leksa ne voyait pas les visiteurs exactement comme des enfants, mais ils avaient beaucoup " Et merci de vous être déplacé jusqu'à nous. Venez, suivez-moi, soyez les bienvenus. "

D'un geste, elle invita les sans-poils à la suivre et pénétrer dans le village. Le chemin de terre était boueux, aussi Leksa préférait-elle marcher sur l'herbe humide qui le bordait. Les portes ne furent pas refermées derrière les Délimariens afin de ne pas les mettre trop mal à l'aise. Tout ceci était une visite diplomatique et Marche-Flamme désirait garder un climat agréable malgré les regards des nombreux Graärh présents qui convergèrent vers la petite troupe.

" Nous allons prendre soin de vos montures, si vous le permettez. Elles seront au sec, nourris et brossées. "

Ils arrivaient près d'une écurie, tout en bois et en pierre. Un Graärh s'approcha et récupéra les brides qu'on lui donnait. Il n'eut pas, toutefois, besoin de tirer dessus pour que les bêtes le suivent docilement à l'abri de la pluie. Un bon fourrage les attendait !

Quittant l'écurie, la petite troupe s'approcha de la place centrale du village, ou un marché se tenait malgré la pluie. Les étales étaient bien protégées des intempéries, mais étaient moins nombreuses que les jours de beau temps. Un peu plus loin, au sommet de la colline, se tenait l'habitation de l'Aaleeshaan, ce n'était toutefois pas là-bas que Leksa conduisait ses invités. Sur le flanc de la colline se trouvait un wigwam de pierre, plus grand que les autres, mais plus petit que celui de Sa'Hila. Leksa y entra la première, toujours suivi par Nia et accompagnée de sa garde.

Dedans, l'air était agréablement chaud et pour cause : un feu brûlait au centre d'un rond de pierre et, posée sur une grille par-dessus les flammes, se trouvait une théière en métal. De son bec, se déversait une quantité de vapeur, signifiant que l'eau avait bouilli. Leksa y jeta quelques herbes.

" Approchez-vous, nous serons bien mieux ici. Les wigwam sont parfaitement étanches à la pluie. Celui-ci sera le vôtre aussi longtemps que vous serez parmi nous. Il sera aussi notre lieu de dialogue tant que le temps ne nous permettra pas de nous rencontrer dehors. "

Derrière Leksa, qui observait les sans-poil par-dessus le feu, se trouvait plusieurs lits bas, fait de bois et recouvert d'un matelas de laine qui offrait un confort irréprochable. Les couvertures, disposées au pied des lits, étaient plutôt fines en comparaison. La chambre était séparée du foyer par de jolis paravents en bois. Sur le premier était peinte une scène de chasse, sur l'autre une prière aux esprits protecteurs.

Autour du feu étaient disposés des petits bancs, mais aussi des tabourets de bois. Il était clair que les Graärh se contentaient de peu et Leksa espérait que cela suffise à leur invité.

" Si vous le souhaitez, voici du thé de rooibos, pour vous réchauffer et vous requinquer après ce voyage. Il y a également un tonneau de bière à la banane, juste ici. " Leur indiqua t-elle d'une griffe. Il s'agissait de sa propre bière et elle espérait sincèrement que les Délimariens l'apprécieraient. " Je vais vous laisser vous changer et vous sécher en toute tranquillité. Je serais de retour dans une vingtaine de minutes avec de quoi manger. " Leur dit-elle en se dirigeant vers la sortie avec ses gardes.


Il faut un début à tout [PV Leksa] 1540603521-leksasignature

descriptionIl faut un début à tout [PV Leksa] EmptyRe: Il faut un début à tout [PV Leksa]

more_horiz
Sous la pluie torrentielle, les lanières retenant son épée et son bouclier devenaient inconfortables, mais elle en avait l’habitude et l’ignorait plus ou moins. C’était une sensation familière et qui rappelait les longues traques dans les marais d’Ambarhuna lors des nettoyages vampiriques. Elle réajusta, sans même y penser, Loyal dans son dos. La lame avait appartenue à Thelem avant elle, un héritage de famille venu d’Almara, preuve des brillantes capacitées de ce peuple à se passer de magie. Le manche avait été adapté par un forgeron afin qu’elle puisse en user. Feu son époux n’avait pas les mains aussi larges que les siennes. Encore récemment, lors de la traversée vers Néthéril, la nordique avait ménagé du temps afin de s’entraîner à la maîtrise d’une lame qui était bien plus légère et rapide que les lames classiques glacernoises et ce d’autant plus qu’elle devait le mêler à la tenue de son bouclier. Ses parades et le mariage des deux objets étaient très importants, pouvant conditionner sa survie ou sa mort. Lentement mais sûrement, elle apprenait à mieux comprendre l’épée et comment elle pouvait fonctionner avec Elska. Il était, de plus, amusant de constater que ce qui était pour Thelem une épée à une main et demi était pour elle une épée à une main. Maintenant, la lame était dissimulée dans son fourreau, au repos, loin de l’humidité ambiante, tandis qu’ils approchaient du coeur de la légion graärh.

C’est un honneur de te rencontrer, Leksa

Bon, au moins étaient-ils tous sur la même longueur d’onde : le ‘vous’ était surfait. En se creusant un moment la tête, elle parvint à se souvenir que le terme de Tribyoon était l’équivalent de leurs conseillers. Ce n’était donc pas la Kamda mais une graärh importante qui devait disposer d’une certaine sagesse et expérience. Cela montrait aussi que les natifs prenaient réellement au sérieux cette rencontre. Elle ne se souvenait que trop bien du simple diplomate venu adresser leur déclaration d’indépendance au nom de Nolan Kohan quelques années plus tôt. Hochant la tête à l’invitation, l’Intendante suivi leur guide, lui emboîtant le pas et se faisant un exemple à suivre pour les autres. Ils passèrent la porte du village et Tryghild ne cacha pas sa curiosité, observant tout autours d’elle l’habitat des natifs. Ils ne connaissaient pas grand chose d’eux, en fin de compte, encore moins de leur vie de tous les jours. Beaucoup de graärh les observaient également tandis qu’ils marchaient. Pour eux aussi, ce devait être étrange et d’autant plus qu’ils ne connaissaient vraiment que les pirates, si elle ne se trompait pas. C’était gênant mais pas inattendu. L’arrêt soudain fut, en revanche, surprenant et elle hésita. En général, elle s’occupait elle-même de son cheval mais elle ne voulait pas non plus cracher sur l’hospitalité de la légion. Elle donna donc les rênes de sa monture, en preuve de confiance.

Merci beaucoup

Ils quittèrent l’écurie pour la place centrale et Tryghild eut un sourire en voyant les étales protégées de la pluie par une avancée solide du toit. Des lumières se distinguaient dans chacune d’elle, orangées, chaudes. Elle se serait bien arrêtée, mais leur guide poursuivait sa route. La demeure vers laquelle ils se dirigeaient fut le nouveau réceptacle de son attention, même alors qu’ils entraient. L’intérieur, chaud et accueillant en comparaison du torrent extérieur et l’air tiède vint faire picoter sa peau en entrant en contact avec elle. Cependant, plutôt que de se précipiter à l’intérieur immédiatement, la nordique s’arrêta, doutant un instant. Il ne s’agissait pas vraiment d’un doute au sujet de leur hôte mais plutôt de la quantité de boue et d’eau qu’ils portaient tous. Mieux valait au moins enlever les bottes et se décharger des capes et des paquetages le temps de les laisser sécher. Ni une ni deux, la consigne fut passée en ce sens. Une fois que ce fut fait, ils purent enfin entrer sans souiller tout l’espace habitable. Elle pu alors faire quelque pas à l’intérieur en observant avec attention. Tout était simple, fonctionnel, dépourvu de fioritures, mais pas d’art. Il y avait une tenture de tissu dans un coin, colorée, et il y avait plusieurs pots peints, ainsi que des paravents. Cette ambiance, sans faux semblants, la mit rapidement à l’aise. Ici, il n’y avait pas le décorum, pas de grandiloquence et pas de coups de poignards dans le dos.

Très bien

Cela lui convenait. En même temps, elle n’était pas difficile non plus. La chaleur semblait rester lovée à l’intérieur de l’habitation, donnant un micro-climat très doux.

En ce cas, à tout à l’heure Leksa, merci pour tout

Seule avec les siens, elle eut un sourire et se mit à retirer son armure de cuir ainsi que sa chemise. Elle n’était d’ailleurs pas la seule à préférer enlever des couches. Malgré la pluie, la température restait clémente et auprès du feu, chaude, de sorte que leurs métabolismes n’avaient pas besoin de toutes ces protections. Elle garda le carcan destiné à tenir sa poitrine en place et se fut bien tout. En simple pantalon, elle s’installa sur un des bancs et laissa les flammes engourdir sa peau, nouant sa chevelure d’une simple tresse rapide et mal lissée, des noeuds plein la tignasse. Lorsqu’elle se sentit plus sèche, elle retourna s’occuper de son paquetage et de ses armes, puis s’intéressa à l’alcool de bananes. N’ayant jamais entendu parler de cela, elle était curieuse. Et on parlait d’alcool après tout. Quoi de mieux pour se réchauffer après l’effort quand on avait pas un amant sous la main ? Même quand on en avait un d’ailleurs. Ils en étaient à chercher les pintes quand la graärh rousse revint et elle fut accueillit avec largesse, maintenant que ses compagnons n’étaient plus aussi trempés que des éponges dans leur milieu naturel. Tryghild lui proposa son aide pour porter les victuailles et les disposer et observa un moment la native sans s’en cacher avant de désigner le fût. Avec un gros effort de volonté, ils n’avaient pas entamé les hostilités avant qu’elle ne soit de retour, non seulement par pragmatisme mais aussi par respect.

Chez nous, c’est une tradition de trinquer avec son hôte à la première chope. Alors on attendait ton retour

Tandis qu’elles retournaient plus au coeur de l’habitation, la nordique en profita pour poursuivre.

Sais-tu si la Kamda désire commencer à s’entretenir dès aujourd’hui ? Sinon, et bien… je suis curieuse d’en savoir davantage sur vous. On est ici pour une mission diplomatique, mais apprendre à se connaître c’est le début de tout je crois. Pourra-t-on voir le reste du village également ?


Il faut un début à tout [PV Leksa] Signat13

Langage commun #D298FC
Langage nordique #A398FC

descriptionIl faut un début à tout [PV Leksa] EmptyRe: Il faut un début à tout [PV Leksa]

more_horiz
Leksa était inexpérimentée, mais - de son point de vue - les choses se déroulaient très bien. Elle avait accueillit les sans-poils à la façon simple, mais vraie, de son peuple et les avait conduit au chaud et au sec, offrant le gîtes et le couvert. L'honneur de sa Légion était en jeu dans cette rencontre, ainsi que la sécurité des siens.

De nouveau sous la pluie, la jeune Tribyoon offrit sa truffe au ciel, fermant les yeux un bref instant. Son rôle lui tenait très à cœur et étant très fière, Leksa ne voulait pas commettre d'erreur. Elle finit par se remettre en marche, direction une autre habitation d'ou de délicieuses effluves s'échappaient. Le ventre de Marche-flamme grogna et, comme pour le faire taire, elle y posa sa patte droite.

À l'intérieur, on préparait le repas pour les invités. Les meilleurs cuisiniers, les liés Vache, avaient laissaient libre court à leur talent pour proposer à leurs invités des victuailles qui raviraient leur sens et combleraient leur estomac. Leksa s'avança de quelques pas et, d'un regard, s'aperçu qu'on terminait de mettre la nourriture sur de larges plateaux, qu'on couvrait ensuite d'une cloche afin de protéger la nourriture de la pluie. C'était parfait, pile à l'heure. Se retirant du passage, Leksa laissa les cuisiniers emporter leurs plats, puis elle leur emboîta le pas.

La pluie perdait en intensité remarqua Marche-flamme en suivant la progression. C'est alors qu'un courant d'air sur sa droite lui fit dresser les oreilles, puis une caresse sur sa patte la força à baisser les yeux. Nia était de retour et la suivait, très légèrement rentré.

― Toi aussi tu es curieuse ?

La féline leva un regard brillant d'intelligence vers Leksa, lâchant un ronronnement, comme pour confirmer. Avait-elle réellement compris la question ou était-ce un simple réflexe lorsque sa maîtresse lui parlait ? Un mystère pour les observateurs extérieurs, mais Marche-flamme flatta tendrement le crâne de Nia, ses lipes s'ourlant en un semblant de sourire.

Leksa reprit la tête et entra la première dans le wigwam, Nia la suivant comme son ombre. Survinrent ensuite les deux liés Vaches, qui déposèrent les victuailles sur plusieurs tables basses, près du feu. L'aide de Tryguild pour se faire fut appréciée, et les Graärh échangèrent de rapides regards entendus. Ils soulevèrent ensuite les cloches à l'unisson et révélèrent le contenu des plats, tous aussi colorés que parfumer. Il y avait de tout : viandes, légumes, fruits, noix... Après avoir laissé assiettes et bols en bois, mais aussi couverts, ils se retirèrent. Leksa demeura seule avec deux autres Graärh, chargé à la fois de veiller sur elle et de participer à cette rencontre.

Se sentant observer, Marche-flamme tourna son regard vers Tryguild et se permit de la dévisager des pieds à la tête, exactement comme elle venait de le faire. Ses lipes s'ourlèrent de nouveau lorsqu'elle désigna le fût de bière. Voilà des paroles pleines de sagesses ! Songea Leksa en s'approchant du tonneau.

― Voici une coutume que nous partageons, révéla la Tribyoon. L'eau gouttait encore de son poil, mais elle ne semblait pas gênée par l'humidité. En effet : son sous-poil la protégeait efficacement des intempéries.

― Pas aujourd'hui, mais bientôt. Kamda Sa'Hila m'a donné l'immense responsabilité de vous rencontrer la première, de vous faire découvrir notre peuple et d'échanger avec vous sur le vôtre.

Et il semblait évident que Leksa en était très heureuse. Agilement, celle-ci ouvrit le robinet du tonneau et commença à remplir la première chope. L'objet était en bois, sans surprise, et taillé d'une seule pièce. Loin d'être un objet banal, le bois était finement ciselé pour représenter une scène bien spécifique : celle de la préparation de cette bière à la banane. Leksa la tendit à Tryghild, puis commença à en remplir un autre.

― Les Liés de la Grenouille ont prédit un temps clément demain, nous pourrons donc visiter le village et ses alentours en toute quiétude. La dernière chope, la sienne, était remplit. Elle se retourna vers le groupe. C'est jour de chasse, demain. Souhaiterez-vous nous accompagner et ramener le repas du soir? S'enquit Leksa.

C'était une idée à elle, et elle l'aimait beaucoup. Elle en était fière. Chasser resserrait les liens entre les Graärh, surtout les jeunes. C'était donc, aux yeux de la Tribyoon, une bonne façon de créer des liens avec les sans-poils de Délimar.

― Trinquons, buvons et mangeons, dit-elle en levant sa chope et en désignant les plats de sa main libre. À votre venue, deleemaar ke aagantuk*.

* visiteurs de Délimar


Il faut un début à tout [PV Leksa] 1540603521-leksasignature

descriptionIl faut un début à tout [PV Leksa] EmptyRe: Il faut un début à tout [PV Leksa]

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
<<