De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Coq 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

"La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Lun 4 Juin - 0:35
Le 4 Novembre de l’an 1762

En cette pâle matinée de novembre, la pluie faisait résonner son doux clapotis sur le toit du palais, nimbé du voile évanescent de la brume d'automne. Durant cette saison, le temps s’avérait particulièrement humide et venteux sur la partie nord-est de l’ile de Calastin et la pluie qui tombait sans discontinuer depuis plusieurs jours était propice à une humeur mélancolique. Comme à l’accoutumée, le jeune empereur présidait aux séances du Conseil qui se tenait chaque matin afin de discuter avec ses conseillers des affaires du Royaume. Ce dernier occupait le siège d’honneur, figé dans une posture hiératique, le visage recouvert d’un masque impassible, et seules ses prunelles d’or pur trahissaient son ennui. Au milieu de cette assemblée de haut-dignitaire, pour la plupart d’un âge vénérable et affublés d’une barbe blanche, la présence de ce jouvenceau serait apparue incongrue s’il ne s’agissait pas de l’héritier du trône. Nombre d’entre eux servaient son père Korentin, voir son grand-père avant lui, et Nolan avait songé à maintes reprises qu’amener un peu de sang-neuf permettrait de rajeunir, de dynamiser voire de secouer ce cénacle de gérontocrates.

Les heures s’égrenaient, telles les perles d’un chapelet, avec une lenteur déconcertante à tel point que le temps avait paru suspendre son vol. Le couronné écoutait d’une oreille distraite la litanie de Maximus, l’un des membres les plus conservateurs, qui lui rabâchait pour la énième fois son discours soporifique et des suggestions de réformes. A cet instant, le jeune homme aurait donné n’importe quoi pour que cesse ce qui ressemblait à ces yeux à un indescriptible calvaire. Sentant la migraine le gagner, et contraint d’être présent physiquement, car incapable de se soustraire à son devoir de monarque, le gamin pouvait néanmoins s’évader par le biais de l’esprit. Tout naturellement, ses pensées se dirigèrent vers Luna, la princesse des lumières, qui en ce moment même assistait à un important congrès scientifique ayant pour objet d'étude le Golem, créature endémique à l’ile de Calastin. Ce nouvel archipel recelait tant de mystères et de possibilités de faire d’énormes découvertes, aussi bien sur le plan intellectuel que culturel que le souverain sélénien en avait le tournis !

La jeune fille s’était rendue à Cordont, une modeste bourgade située à la frontière entre l’Empire et l’Alliance des Cités libres, et qui devait sa seule renommée à son statut de ville emblématique du traité d'armistice ratifié par les deux Etats. Retenu à Sélénia par diverses obligations, l’empereur n’avait pas pu prendre part à cet événement scientifique et Luna, à présent élevée au rang de princesse, s’y était rendue en compagnie d’Alkytis son lié et d’une délégation afin de représenter la nation Sélénienne. Ce dernier espérait que sa sœur aînée passerait un moment plaisant, s’amusant tout en acquérant de nouvelles connaissances et que sitôt revenue à Sélénia elle lui conterait de truculentes anecdotes sur le Golem. Les lippes du gamin esquissèrent un sourire amusé en imaginant la liée dorée et son dragon partant à la découverte de cette singulière espèce.

Tout d’un coup, il fût arraché à ses rêveries par des cris en provenance du couloir adjacent et Nolan reconnut sans peine la voix de plusieurs des lames écarlates qui criaient :

« Arrêtez-là ! Ne la laissez pas entrer dans la salle du conseil ». Dès après, la porte à double battant en bois massif s’ouvrit à la volée, laissant apparaitre l’Ataliel talonnée par la garde écarlate, qui tentait de freiner son avancée. Suite à cette entrée remarquée les membres du Conseil dardèrent sur l’intruse des regards désapprobateurs, tandis que leurs visages arboraient une expression sévère et une froideur marmoréenne.

Maximus coupé net à l’instant où il désirait entamer la deuxième partie de son discours fustigea la nouvelle arrivante :

- Quelle impertinence ! Où vous croyez-vous donc à débouler ainsi en pleine séance du Conseil du Royaume ?

Toutefois, si la princesse Immaculée avait pris la peine de se rendre à la hâte auprès du jeune monarque, bravant sa garde personnelle afin de forcer l’entrée de la salle, c’est qu’elle était dépositaire d’une sombre nouvelle :

« La guerre arrive, si on ne fait rien pour l’arrêter ».

Aussitôt ces mots prononcés, un silence glacial tomba sur l’assemblée, d’abord stupéfaite avant de se laisser gagner par l’effervescence et des voix belliqueuses s'élevèrent.

« La guerre ! C’est certainement un coup des cités libres, ces traitres attendaient la première occasion pour nous attaquer ! ». « On ne pouvait se fier aux prétendues promesses de paix de ces fieffés rebelles ! Majesté il faut sur le champ envoyer notre armée pour les châtier ».

Nolan lui-même demeura pantois, comme tétanisé sous l’effet d’une telle annonce, avant de prendre la parole d’un ton impérieux :

- Silence ! Taisez-vous ! J’exige que vous sortiez sur le champ et que vous me laissiez m’entretenir seul à seul avec la princesse Orfraie Ataliel.

A contrecœur les vieillards se levèrent de leurs sièges et quittèrent les lieux, laissant le monarque Sélénien et la flamboyante Dragonière discuter à huis-clos.

Après leur départ, cette dernière lui rapporta les informations transmises par la princesse des lumières, au moyen d’une pierre de communication et d’une bague, faisant état d’une catastrophe à Cordont, mettant en scène des Golems, et responsable d’innombrables morts et blessés ainsi que de l’anéantissement de la ville. Hélas, l’adolescent n’était guère au bout de ses surprises et quel ne fût pas son étonnement quand il apprit de la bouche même de l’immaculée qu’Aldaron Leweinra, le Bourgmestre de Caladon, venait de proclamer l’annexion de cette cité située sur un territoire neutre.

Le jeune Kohan ne descella pas les lèvres, attendant que son interlocutrice achève son récit, tout en tentant de contenir les émotions contradictoires qui l’assaillaient, mêlant allègrement incompréhension, colère, inquiétude et déception.

Plus qu’une ville, Cordont incarnait un symbole, celui d’une paix fragile instaurée après une guerre-éclair et l'espérance de l'acheminement vers une paix durable. L'important congrès scientifique organisé sur son territoire représentait une première ébauche de rapprochement entre les deux peuples, jadis ennemis. Nolan songea avec amertume qu’il n’avait fallu que l’espace d’un instant pour réduire à néant des mois passés à batailler pour triompher des nombreuses résistances présentes au sein de chaque camp. En dépit de la signature de l’armistice, nombre de Séléniens nourrissaient une rancœur tenace à l’égard de l’alliance des Cités libres, les considérant comme Rebelles à l’empire et l’acte d’annexion de Cordont par Caladon,  portant gravement atteinte au traité signé précédemment, ressemblait à une ultime provocation destinée à attiser les velléités bellicistes.

Les pensées se bousculaient dans l’esprit du jeune homme, hésitant quant à la posture à adopter face à cette décision d’annexion émanant de Caladon, et qui avait pour déplorable conséquence de faire planer à nouveau au-dessus d’eux le spectre honni de la guerre. Etant absent au moment du déroulement des faits, ce dernier ne disposait que d'informations parcellaires et craignait de laisser ses émotions obscurcir son jugement. Sans compter qu’il sentait une vive inquiétude s’emparer de lui en songeant à sa sœur bien-aimée, toujours présente sur les lieux de la catastrophe et le sort des nombreux blessés. Il devait la rejoindre au plus vite !

- Orfraie nous devons partir le plus rapidement possible là bas ! Je vais donner des ordres pour que les choses se mettent en place puis nous partirons pour Cordont. A dos de dragon, nous y serons en l'espace de quelques heures et j'espère que nous y parviendront à temps pour éviter l'irréparable !

Aussitôt leur discussion achevée, le souverain Sélénien s’empressa d’ordonner à ses troupes de se mettre en route afin de porter assistance aux victimes de Cordon et que soit organisé l’aide humanitaire d’urgence.

Avant le départ, Nolan envoya un message télépathique au dragon d’Améthyste afin de l’informer de la situation et lui demander, par la même occasion s’il ne pouvait pas également transporter sur son dos un ou deux soigneurs jusqu’aux ruines de Cordont.

Puis, le jeune empereur prit son envol, aux côtés de l’Ataliel chevauchant son propre lié et tous deux se dirigèrent à toute vitesse vers cette cité ravagée, désormais synonyme de peine et de désolation. Durant toute la durée du voyage, l’adolescent se sentait dévoré par l’angoisse et espérait arriver à temps à Cordont afin d’empêcher la survenue d’un nouveau drame, que cela soit la perte d’un être cher ou l’éclatement de la guerre…


avatar
Co-fonda
Dragonnière
Générale des Rôdeurs Elfique

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Lièvre, niv 2
Esprit-lié n°2: Inséparable, niv 2
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Ven 8 Juin - 3:20
La pluie battait les carreaux sans discontinuer depuis plusieurs jours, offrant aux habitants de Sélénia un temps particulièrement humide et même brumeux. La température avait également bien chuté depuis plusieurs semaines, forçant les occupants de la belle cité à se couvrir d’une épaisseur supplémentaire avant de quitter leur logis. Cela valait également pour Orfraie, dont le retour à une existence vivante – elle ignorait si elle avait gardé l’immortalité des vampires ou non – forçait cette dernière à faire davantage attention à sa santé.

Luna avait quitté Sélénia pour se rendre à Cordont, une petite ville dont le nom aurait été oubliable si le traité entre Sélénia et Caladon n’y avait pas été signé. Cette bourgade avait organisé un congrée dans le thème était le golem, une créature plutôt commune sur l’île. Malheureusement, Orfraie n’avait pu être du voyage en raison de son travail, celle-ci était donc resté à Sélénia et avait passé la majeur partie de son temps en communication avec Keet-Tiamat et ses Rôdeurs. Plus les jours s’écoulaient, plus la jeune Liée songeait à laisser sa place à son commandant en second afin de se concentrer sur son rôle de dragonnière qu’elle prenait très à cœur, comme en démontrait la ‘formation’ qu’elle tentait de donner à Nolan.

L’Ataliel songeait justement à cela lorsqu’elle s’aperçut du changement soudain de couleur de son Nexus de Coeur. La pierre qui ornait sa bague était, en effet, brusquement passée du blanc verdâtre au gris. Lorsque vint s’ajouter un peu de rouge, le sang de la guerrière ne fit qu’un tour et elle se sentit défaillir. Fort heureusement, elle put compter sur le soutien de Firindal, qui lui donna la force nécessaire pour retenir son propre stresse et attendre d’avoir des nouvelles de son Soleil.

Celles-ci arrivèrent en un message pour le moins simpliste mais qui rassura grandement l’Ataliel. Via les bracelets que les deux fiancées partageaient, Luna fut en mesure d’expliquer la situation à la guerrière.

— D’accord, je comprends, répondit t-elle en portant le bracelet à quelques centimètres de ses lèvres rouges. Elle ne s’était pas rendu compte les avoir mordillées. Je vais immédiatement trouver Nolan. Sois prudente, surtout, j’arrive le plus rapidement possible mon amour. Reste bien avec Alkhytis et ne fait rien d’imprudent, je t’en prie. Il s’agissait sans doute d’une demande impossible, mais Orfraie espérait tout de même que Luna ne ferait rien de trop dangereux pour venir en aide aux gens.

Quelques instants plus tard, une porte claquait derrière une Orfraie partie au pas de course, son manteau des ombres virevoltant derrière elle tandis qu’elle passait à toute vitesse devant des domestiques effarés. Par chance, elle savait parfaitement où trouver le jeune Empereur! En revanche, elle n’était pas certaine que les conseillers de ce dernier apprécient son interruption, ni même les Lames Écarlates qui se mirent devant la double porte de la salle du conseil dès qu’ils la virent arriver en trottinant.

— Halte! Vous ne pouvez pas entrer, fit le capitaine de la petite unité. Orfraie ne le connaissait pas bien qu’elle avait travaillé pour les Lames par le passé. En revanche, elle jouissait d’une certaine aura de part son rang et ses fonctions, que ce soit chez les Elfes ou par son Lien avec Firindal, et elle songea que cela suffirait peut-être à lui ouvrir les portes.

— C’est urgent, il s’agit de nouvelles importantes de la princesse Luna.

— Vous ne pouvez pas déranger le Conseil, répondit le capitaine zélé en croisant les bras. Il n’osa pas porter la main à la garde de son épée, mais toute son attitude montrait clairement qu’il ne comptait pas bouger.

Orfraie ne laissa rien paraître, mais elle fut outrée par une telle réponse. Ne pas accepter de la laisser passer alors qu’elle avait des informations venant de Luna était un comble. Tant pis! l’Ataliel décida d’user de la manière forte et, sans attendre, elle écarta l’homme de son passage d’un revers du bras. Sa force était bien supérieure à celle d’un humain et le malheureux capitaine manqua de se retrouver sur les fesses tant il fut surpris par cela. Agilement, la Liée de Feu évita la poigne des autres gardes et se faufila jusqu’à la porte. Sans prêter attention aux cris des Lames – qui l’invectivaient de s’arrêter sous peine de la mettre au fer – Orfraie poussa les deux portes sans effort et pénétra à la volée dans la salle du conseil, les pans de son manteau sombre tournoyant derrière elle.

Tandis que le dénommé Maximus la fustigeait, l’Ataliel sentit les mains des Lames se refermer brusquement sur ses bras dans une vaine tentative de l’empêcher d’avancer. Ne souhaitant blesser personne, Orfraie ne fit pas mine de se libérer de leur poigne, certaine d’être écoutée par Nolan dont elle trouva le regard. Ce dernier savait qu’elle n’aurait jamais interrompu une séance du conseil sans une excellente raison, raison qu’elle exposa sans détour.

— La guerre arrive, si on ne fait rien pour l’arrêter.

L’annonce fit tomber un silence de mort dans la salle et même les Lames relâchèrent leur prise. Ce qui était une faute impardonnable passa inaperçue tandis que la princesse-aux-cheveux-de-feu fit quelques pas vers l’assemblée de vieux croulant qui s’excitait déjà. Toutefois, ces derniers ne l’intéressaient guère et Orfraie les toisa avec toute la froideur dont elle était capable. Une aura sombre semblait l’entourer, jusqu’à ce que ses prunelles améthystes se pose de nouveau sur Nolan qui réclama le silence.

Quelques instants plus tard, les deux Liés furent seuls et Orfraie reprit la parole. Son ton ne laissait rien transparaître, la guerrière s’étant aisément glissée dans son rôle de générale. Bien qu’elle ne fut pas en présence de ses troupes, elle ne laissait pas ses sentiments et sa crainte pour Luna obscurcir ses pensées ou l’exposer de la situation qu’elle fit à l’empereur. Son ton ne flancha pas non plus lorsqu’elle évoqua l’annexion de ce qui restait de Cordont par Aldaron. Poutant, son ami l’avait grandement déçu par ce geste et la dragonnière essayait d’en comprendre les raisons depuis l’annonce de la nouvelle par sa fiancée.

Orfraie ne pouvait qu’être d’accord avec le jeune souverain lorsque celui-ci évoqua leur départ immédiat pour Cordont. À dos de dragon, ils pouvaient y être dans les cinq ou six heures à venir sans l’ombre d’un doute.

— Je vais aller seller Firindal. Appelle Cynoë et dis lui de me rejoindre, je vais également l’aider à se préparer.

Le dragon de Jade était évidement au courant de la situation et ne tarda pas à rejoindre sa Liée qui installa sa selle sur le dos de sa moitié. Ses gestes étaient rapides et précis, son trouble dissimulé par un masque de sérieux et de détermination. Ses mains auraient tremblé sans ses nerfs d’acier car son inquiétude était grande, pour Luna comme pour l’avenir qui se profilait.

Moins d’une heure après l’annonce de l’Ataliel, le quatuor prit son envol, accompagné par quelques guérisseurs.

# Je sens ton angoisse, jeune homme, fit télépathiquement Orfraie en direction de Nolan. Concentre-toi quelques instants sur ta respiration et essai de te détendre. Nous devons avoir les idées claires pour gérer cette crise. Je connais Aldaron, rajouta la Liée après quelques instants, je ne puis croire qu’il cherche la guerre, il doit y avoir une raison logique à ses actes.




Et voilà ! Petit changement de couleur pour les paroles d'Orfraie, le rouge sombre n'est pas tant lisible xD (oui je m'en rend compte maintenant !). Je te laisse faire l'arrivée à Cordont Smile


It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do



— Dialogue en langue commune : #00cc99
— Dialogue en Elfique : #00cc99
Pensées en italique
# Télépathie
avatar
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Coq 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Lun 11 Juin - 18:27
Sitôt rapportés par la princesse immaculée l’annonce de l’annexion de la cité de Cordont et le récit des tragiques événements qui s’y étaient déroulés avant son effondrement ; l’empereur de Sélénia s’empressa de donner les ordres qui s’imposaient lors d’une telle situation afin de mobiliser les troupes de l’empire et organiser l’aide humanitaire. Puis environ une heure après la fin de leur discussion, l’adolescent s’installa, en compagnie de deux soigneurs volontaires, sur le dos sellé du dragon d’Améthyste et les deux dragonniers prirent leur envol sous une pluie battante. Durant la première partie du trajet, le jeune souverain, le visage à demi-masqué par la capuche de la longue cape couleur bleu-nuit qu’il avait revêtu pour se protéger des intempéries, demeura silencieux, perdu dans ses pensées et tentant de conserver un semblant de sang-froid en dépit de l’angoisse sourde qui lui broyait le cœur. C’est alors que la voix télépathique au timbre chaleureux de l’Ataliel résonna à l’intérieur de son esprit et lui prodigua des paroles de réconfort.

-  Je m’inquiète pour Luna et Alkhytis ainsi que pour tous les blessés de Cordont qui demeurent entre la vie et la mort, répondit-il, avant d’ajouter d’un ton empreint de gravité. Sans compter que l’annonce de l’annexion de Cordont par la cité libre de Caladon risque de raviver les tensions entre l’Empire Sélénien et l’alliance des cités libres et je ne tiens pas à voir éclater un nouveau conflit armé alors que les blessures de l’ancien ne sont même pas encore cicatrisées.

Le couronné ne désirait pas voir son jeune règne entaché par la survenue d’une nouvelle guerre susceptible de faire couler le sang inutilement alors que son peuple meurtri attendait de rebâtir un empire glorieux et prospère où les sujets vivraient en paix. Cependant malgré ses idéaux pacifistes le jeune homme savait pertinemment qu’il était parfois nécessaire de lutter pour se défendre face à des envahisseurs ou protéger son Royaume de diverses menaces.

Les lippes de l’empereur de Sélénia esquissèrent un sourire, se voulant rassurant :

- N’aies crainte, je ne compte pas prendre de décision précipitée ni laisser mes émotions de peur ou de colère m’aveugler au point de prendre une décision insensée et lourde de conséquences. J’ignore qu’elles sont les intentions du bourgmestre de Caladon et à l’heure qu’il est, étant donné la gravité de la situation je me dois de faire preuve de la plus extrême prudence en ne négligeant aucune hypothèse.

Les apparences se révélaient souvent trompeuses, surtout en politique, où les jeux de pouvoirs et les intrigues imposaient souvent d’avancer à visage masqué et de duper son adversaire dans le but de prendre l’ascendant sur ce dernier. Si la flamboyante dragonnière accordait sa pleine confiance à Aldaron Leweinra, en raison de leur amitié, le jeune Kohan se devait de faire preuve d’une grande circonspection à son égard en raison de la rivalité et des tensions qui subsistaient entre leurs deux nations mais également en raison de son incapacité à cerner sa personnalité.

L’adolescent savait que l’actuel bourgmestre de Caladon avait servi fidèlement sa lignée des siècles durant, se voyant même anobli pour ses glorieux services, avant de s’en détaché quelques années auparavant à l’époque où celui-ci n’était encore qu’un enfant. Nolan ne conservait de l’ancien serviteur des Kohan que le souvenir fugace d’un Elfe aux traits gracieux, entraperçu à Aigue-Royal, et absent de son entourage proche durant la majeure partie de son enfance et son adolescence. Cette tête pensante de la Triade avait accompagné Korentin au sein de l’abime de souffrance qu’incarnait la prison de Morne-flammes ; toutefois, après son retour auprès de son fils, l’ancien souverain d’Aldaria n’avait plus jamais prononcé le nom d'Aldaron, comme s’il cherchait en taisant son souvenir à l’effacer de sa mémoire, sans doute en raison du délitement de leur lien et de la profonde amertume qui l’habitait. Cet homme fier en éprouvait-il de la peine ? Peut-être. Nolan songea avec regret qu’en mourant prématurément, Korentin avait emporté avec lui indicibles secrets.

L’actuel héritier de la dynastie Kohan, quant à lui, ne nourrissait aucune haine ni rancœur suite à la défection d’Aldaron ; désormais, à ses yeux l’elfe aux cheveux laiteux ne représentait rien d’autre qu’une personnalité politique et se confondait avec la figure impersonnelle du bourgmestre de Caladon.

- Orfraie, je peux comprendre que tu accordes ta confiance à Aldaron en raison de votre amitié et c’est là ton droit le plus total. Pour ma part, il m’est impossible de lui accorder d’emblée ni présumer qu’il est bien intentionné en raison de l’importante rivalité qui oppose l’alliance des cités libres et l’empire sélénien, sans compter qu’il se peut que nos intérêts soient divergents et nous placent donc en position de concurrents. Par ailleurs, j’avoue que si Aldaron n’est pas un illustre inconnu car il s’agit d’une personnalité publique, je ne possède que de peu d’éléments me permettant de cerner sa personnalité. Lors des rares événements politiques où nous nous sommes rencontrés, il s’est comporté conformément à ce qui est attendu d’un politicien et tu devines sans peine que dans cet univers les paroles et les attitudes sont souvent trompeuses.

Jusqu’à présent, le bourgmestre de Caladon, se faisant le chantre de la paix, défendait une attitude conciliante vis-à-vis de l’empire, ce qui lui avait valu maintes critiques et de la suspicion de la part de ses nombreux détracteurs qui lui reprochaient son ancienne allégeance aux Kohans. Mais peut-être que derrière ce discours en apparence pacifique et favorable à un rapprochement entre les nations, Aldaron dissimulait un visage plus sombre et nourrissaient d’autres desseins…

- Quoiqu’il en soit, Aldaron devra s’expliquer en ce qui concerne l’annexion de cette cité située sur un territoire neutre. Malgré l’envoi de troupes séléniennes sur le site de Cordont je n’envisage pas de répondre immédiatement à cette annonce d’annexion par une déclaration de guerre, car je cherche à éviter à tout prix d’en arriver à une telle extrémité.  Et cela en dépit du fait qu’une telle attitude soit perçue, à raison, par la plupart des Séléniens comme une inqualifiable  provocation de la part de Caladon. Mais tu comprendras qu’en ma qualité d’empereur de Sélénia je me dois de réagir à cet acte venant d’un dirigeant d’une cité libre et qui constitue une violation du traité d’armistice signé précédemment. Sans compter que mon rôle de dirigeant m’impose d’être ferme face à une puissance rivale et de veiller aux intérêts et à la protection de mes sujets. Toutefois, je préfère tenter dans un premier temps la voie de la négociation plutôt que celles des armes et dès mon arrivée je ferais parvenir un message au bourgmestre de Caladon pour lui demander s’il est nous est possible de nous rencontrer ultérieurement afin de statuer sur le sort de Cordont. Je compte également lui proposer que d’ici là nous convenions d’un accord de non belligérance, le temps de soigner les blessés, de rapatrier les morts et d’acheminer l’aide humanitaire. Nous verrons comment il réagit à cette proposition et s’il accepte de me rencontrer et de négocier afin que nous trouvions une solution pour sortir de la crise et évitions l’éclatement d’une nouvelle guerre.

Les heures s’écoulèrent et bientôt ils furent en vue de l’endroit où s’érigeait autrefois la modeste cité de Cordont. Tandis que les deux dragonniers la survolaient, où plutôt ce qu’il en restait, les prunelles mordorées de l’adolescent s’agrandirent de consternation. Dans son souvenir, il s’agissait d’une petite ville, peuplée d’une population à majorité paysanne, et choisie comme lieu de la signature de l’armistice entre l’empire sélénien, Caladon et Delimar en raison de sa position stratégique située aux frontières des deux états. A la place de Cordont se trouvait à présent un trou béant, des ruines pierreuses en lieu et place des modestes demeures champêtres. Une atmosphère de douleur et de désolation émanait de ce lieu auréolé d’une poussière cendreuse. L’adolescent se tourna en direction de la princesse aux cheveux de feu et lui dis :

- Nous voici parvenus à Cordont et quelle tragédie de constater que cette cité n'est plus que ruines désormais. Nous devons trouver Luna et Alkythis au plus vite. J’aimerais m’assurer qu’ils vont bien et les prévenir que les troupes de Sélénia et l’aide humanitaire vont arriver pour s’occuper des blessés.

Nolan demanda à Cynoe de se poser le plus rapidement possible à proximité des tentes et des baraquements de fortune, érigés à la hâte, pour y parquer les nombreux blessés et rescapés de la catastrophe. Du regard, ce dernier cherchait désespérément la silhouette de la jeune fille blonde et de son dragon.


avatar
Co-fonda
Dragonnière
Générale des Rôdeurs Elfique

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Lièvre, niv 2
Esprit-lié n°2: Inséparable, niv 2
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Mer 20 Juin - 4:28
Elle ne pouvait croire qu’Aldaron souhaita la guerre, mais en regardant simplement les faits, il était vraisemblable que ses actions aille en ce sens. Il était évident que son annexion de Cordont allait raviver les tensions entre les deux puissances humaines.

Mais que veux-tu, Aldaron ? Je ne comprends pas

# Moi aussi je m’inquiète pour eux, répondit Orfraie. Sa voix mentale ne pouvait trembler, mais il était évident que l’Ataliel se faisait du soucis pour sa fiancée et son jeune lié. S’il arrivait quelque chose à la petite blonde, la princesse immaculée n’osait penser à ce qu’elle ressentirait alors, ni ce qu’elle ferait. Nous ferons ce qui en notre pouvoir pour éviter à tout prix d’en arriver là, poursuivit la guerrière lorsque le jeune empereur évoqua la guerre, celle que lui aussi voulait éviter. J’ai confiance en toi pour prendre les bonnes décisions, je sais que tu veux le meilleur pour ton peuple, et cet avenir ne se trouve pas dans la guerre. Si nous répétons les erreurs du passé, je souhaite que nous brûlions tous plutôt que de nous entre-déchirer, conclu Orfraie sur une note bien triste.

Sous sa cape elfique, qui la protégeait du temps exécrable de cette chevauchée, il était impossible de voir les traits de la guerrière. En revanche il était plutôt facile de les deviner. Le visage tendu, un pli barré son front tandis qu’elle fixait l’horizon assombri par la pluie sans réellement le voir.

# Ne t’inquiète pas, nous partageons aujourd’hui le même ressentit vis-à-vis d’Aldaron. Il me semble que mon ami ait disparu au profit d’une des chose que j’apprécie le moins en ce monde : un politicien.

La déception s’était peinte sur les traits masqués de l’Ataliel, qui se courba un peu plus en avant pour mieux protéger son visage de la pluie. D’une main, elle se cramponnait à sa selle tandis que de l’autre elle caressait les écailles de Firindal. À la fois douce et chaude, Orfraie trouvait un certain réconfort dans ce geste.

# Voilà de sages paroles, jeune Empereur. Je ne peux qu’approuver ton plan et prier pour qu’Aldaron accepte. Lorsque nous arriverons, retrouvons Luna et Alkhytis sans tarder, ils auront sûrement des informations pour nous…

Sans parler du soulagement de les voir seins et saufs.

Les heures s’écoulèrent et la pluie cessa finalement. Le ciel demeurait chargé de nuages mais au moins n’étaient-ils plus trempés jusqu’aux os. Orfraie usa de sa magie pour sécher ses vêtements et tandis qu’elle s’apprêtait à en faire de même pour ses cheveux, elle suspendit son geste. Cordont, où ce qu’il en restait, était là. La charmante bourgade n’était plus qu’un gouffre gigantesque dont Orfraie ne pouvait voir le fond. Il régnait en ces ruines une atmosphère de désolation et la dragonnière ne prit pas le risque d’étendre son esprit à celle-ci, de peur d’être happé par la douleur des gens et s’y perdre.

Fort heureusement, à peine posé, l’Ataliel fut consciente de la présence de Luna. Ses sens de dragonnière lui indiquait la direction à prendre pour retrouver son Soleil, mais aussi son état d’esprit.

— Ils ne sont pas loin, indiqua t-elle à Nolan.

En effet, à travers les ruines, Orfraie parvint à apercevoir la chevelure blonde de sa fiancée. Sans réfléchir davantage, la princesse s’élança dans sa direction aussi rapidement que permit par ses jambes, sautant et slalomant entre les gravas qui jonchaient sa route.

— Luna ! Cria t-elle en la prenant dans ses bras dès qu’elle fut auprès d’elle. La princesse immaculée inspira longuement son odeur avant de doucement se détacher d’elle. Ses améthystes reflétaient toute la peur qu’Orfraie avait ressentit jusqu’alors ainsi que le soulagement de la retrouver entière. Son regard caressa ensuite le profil d'Alkhytis.

— Je suis soulagée de vous voir en un seul morceau, tous les deux. Venez, allons rejoindre Nolan, Cynoë et Firindal. Vous nous raconterez tout.


It's not a question of can or can't. There's some things in life you just do



— Dialogue en langue commune : #00cc99
— Dialogue en Elfique : #00cc99
Pensées en italique
# Télépathie
avatar
Admin
Dragon Lié


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Mer 20 Juin - 20:01
Le jeune dragon de jade était entrain de bailler lorsque Orfraie avait débarqué en courant, l'arnachement complet pour une virée dans les airs. Mais, à la vu du visage de sa Liée, Firindal comprit que, cette fois, il ne s'envolerait pas pour le plaisir.
Lorsqu'Orfraie s'approcha, il étendit ses aîles pour lui permettre de le sangler sans que cela ne puisse le gêner dans les mouvements à venir. Il remarqua toutefois que la cavalière avait l'esprit ailleur. Du bout du museau, il vint lui titiller le flanc avant de l'envelopper doucement de tout son amour.
L'Intrépide avait perçu que la Flamboyante échangeait mentalement avec d'autres personnes, mais il n'avait pas cherché à s'immiscer dans l'esprit de sa moitié. Cela aurait été une indélicatesse extrême de sa part. Et puis, il avait toujours proné la liberté. Alors envahir l'esprit de sa lié de la sorte irait profondément à l'encontre de ce en quoi il croyait. Si il y avait quelque chose qu'il devait savoir, le Jade faisait suffisamment confiance à Orfraie pour le lui dire le moment venu.
Toutefois, une fois dans les air en prenant la direction vers le sud, il ressentit pleinement l'inquiètude de sa liée et il ne tarda à comprendre quel était le sujet de cette inquiètude. Après tout, il connaissait la dragonnière depuis suffisament de temps pour ressentir les vibrations de son âme et savoir à quel sentiment et pour quelle personne ces vibrations avaient lieux.
Evidemment, le jeune Firindal en ressentit un pointe de jalousie car il savait qu'un évènement à venir allait unir sa Liée à une autre personne et que cette personne était celle pour qui les pensées d'Orfraie vibraient en ce moment. Mais il cacha ce sombre sentiment au plus profond de lui même, le recouvrant de son amour sans fin pour l'immaculée qui le chevauchait.

Les heures passèrent tandis qu'ils descendaient toujours plus loin vers leur destination qui ne tarda à se dessiner sur l'horizon. Visiblement, des évènements graves se dessinaient là bas qui allaient requérir toute leur attention. Firindal aurait bien retardé ce moment, voulant encore profiter de sa liberté. Mais il ne pouvait se permettre de faire attendre la Guerrière de Feu. Son impatience commençais à bouillir à l'intérieur d'elle et il la ressentait pleinement. Cela aurait donc était une torture injuste et une certaine trahison envers elle. Ce dont il était, finalement, totalement incapable.
A la place, il se posa non loin de la position de Luna et de son lié, que Firindal salua d'un signe de la tête. Puis, lorsque Orfraie eu invité son amour à les rejoindre, il étendit son esprit vers les deux anciens liés et sa moitié.


"Et cela me permettra également de vous parler d'une idée qui m'est venu et dont je voudrais approfondir la faisabilité avec notre aîné, Cynoë."

En vérité, cela faisait un moment qu'il attendait l'opportunité d'en discuter, autant avec sa liée qu'avec d'autres. Mais il n'en avait pas eu franchement l'occasion jusque là, préférant d'abord l'amener à maturation avant de le présenter.
avatar
Co-fonda
Dragonnière
Princesse sélénienne

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Grenouille 1
Esprit-lié n°2: Inséparable 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Mar 26 Juin - 22:46
Dépassée. C’est le mot qui résumait le mieux Luna en cet instant, après qu’une horrible catastrophe s’était abattue sur Cordont et où un cratère se présentait désormais à l’endroit où la ville était. Dépassée par les événements, le temps semblait s’être arrêté et elle avait l’impression de se trouver dans un cycle sans fin. Tandis que le dragon de cuivre utilisait sa grande force pour lever les ruines et révéler des corps sans vie, cela se répétait quelques instants plus tard. À de rares occasions, la “chance” souriait et ils découvraient des individus terriblement blessés, mais encore vivants. Les premiers soins étaient donnés, puis ils étaient pris en charge. Les Cuivrés poursuivaient leur quête ténébreuse. Alkhytis resta continuellement aux côtés de sa Liée et ne laissa personne s’approcher sans qu’il l’eut autorisé. La nouvelle Kohan désirait apporter toute l’aide qu’elle pouvait aux blessés même si elle n’était pas officiellement guériseuse. Elle était dure sur elle-même et ne se concentra que sur cette tâche, car elle avait peur de ce que lui réservait son esprit si elle lui permettait de vagabonder. La guerre allait-elle frapper? Dans son dos, allait-on la frapper parce qu’elle était une Kohan et qu’Aldaron, qu’elle considérait - avait considéré? - comme un ami avait désormais prononcé les mots d’annexion? Pourquoi ne pouvait-on pas seulement soigner les blessés et pleurer les défunts, mais qu’il soit nécessaire d’ajouter de l’ignoble politique dans une catastrophe d’une telle envergure? Suffit les questions et les craintes, éléments que son Lié captait au sein de son coeur, Luna ne voulait pas y penser. Aider les sinistrés. Sortir les cadavres. Soigner les blessés.

La pluie avait fait du bien et avait chassé un peu de fatigue. Ses larmes s’étaient mêlées aux gouttelettes. C’était à se demander si c’était la pluie qui la faisait pleurer ou si c’était parce qu’elle pleurait qu’il y avait de la pluie? Elle avait ressenti l’étreinte d’Alkhytis, sa vague d’amour et de réconfort. Ses mains avaient caressé ses écailles et elle avait embrassé son front. ils avaient repris le travail. La pluie avait cessé.

Cette voix, la princesse des lumières l’aurait reconnue d’entre toutes et même le chaos était impuissant. Orfraie ! Elle s’était retournée vivement et avait exclamé son nom : “ Orfraie ! “. Ce n’est pas la fatigue qui l’empêcha de se précipiter vers elle et de se lancer dans ses bras réconfortants. C’est ce dont elle avait de besoin. Elle y serait restée indéfiniment si elle avait pu, mais le devoir l’appelait. L’azur se posa sur son frère, sur Cynoë et sur Firinda.

- Merci d’être venus aussi rapidement. Merci d’être là…!

Le soulagement se lisait sur son visage. La jeune femme se sentait déjà mieux maintenant qu’elle était entourée par ses proches. Elle s’obligea une pause pour accompagner sa famille jusqu’au campement temporaire sélénien où ils pourraient discuter tranquillement.

- Je… Je ne savais pas quoi faire après qu’Aldaron ait… Balbutia-t-elle.  Tout ce que je voulais, c’était de venir en aide aux gens ici… Je ne veux pas de guerre. Je ne veux pas qu’il y ait encore plus de morts qu’il y en a déjà!

Luna avait pris siège. Ses jambes l’en remerciaient. Même si elle savait que sa fiancée avait déjà transmis beaucoup d’information à son frère de sa part, elle crut bon de se réapproprier les mots. C’est pourquoi elle résuma la situation, relatant les événements du début à la fin en commençant par le moment où Cordont était encore une belle ville, suivit de l’effondrement et de la découverte des golems géants, des paroles d’Aldaron et enfin, de l’aide nécessaire aux sinistrés.

- Y a-t-il moyen d'éviter la guerre?


avatar
Modo
Dragon presque-lié


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Mar 10 Juil - 17:06
Cordont.... un point qui était bizarrement stratégie parce que ses entrailles recelaient. Cynoë avait été loin de voir que les tensions d'autan étaient vite revenus. Comme il n'y avait plus de lutte commune contre une sombre et puissante menace, les peuples humains paraissaient retrouver les tensions d'autrefois. Les luttes de souveraineté, de politique, d'intrigue... Oui Cynoë avait espéré ne pas revoir cela de sitôt. Mais malheureusement, ce n'était pas lui qui ordonnait les actions du Destin. Il avait donc assisté à cette trame qui frôlait la déclaration de guerre via le lien de son Lié. En raison de sa taille, il ne pouvait guère être présent et veillait à ne pas trop influencé Nolan. Mais cela ne lui interdisait pas de le soutenir malgré tout. Nolan était un jeune empereur et qui se retrouvait à faire face à d'énormes décisions à prendre. Au moins, les prenait-il en se déplaçant en personne, car il était souvent en la compagnie de l'Améthyste. Le dragon était parfois un atout non négligeable, au temps par sa présence que pour sa capacité à vite voler partout sur le continent.

Et là, le moment était venu de se rendre en personne à Cordont. Il avait accepté de transporter des personnes en plus, préférant laisser son armure au palais pour se faciliter l'effort de vol. Et ils se retrouvèrent en compagnie d'Orfraie et de Firindal pour rejoindre Cordont qui était totalement dévastée. Durant le vol, le dragon violine sentait l'angoisse de son lié monter.

°Je sais que tu feras tout pour éviter les conflits °

Il ne pouvait pas se montrer plus rassurant, car il savait la situation comment elle était très tendue. Il sentit que Firindal voulait causer de la situation. Nolan lui demanda de se poser au plus proche des tentes et des baraquements de fortune. Il ne se fit pas prier. Lui aussi était était attristé de voir l'état des lieux. Il frémissait, se replongeant dans des souvenirs qu'il aurait bien voulu ne plus avoir à se rappeler. Et quand il croisa le regard de Luna, il n'avait pas besoin de survoler son esprit pour sentir toute sa détresse et sa tristesse. Son regard embué parlait de lui-même. Il se baissa pour permettre à ses passagers de descendre et s'écarta un peu. Son lié et les autres présentes devront parler et sérieusement.

°Je suis là si tu as besoin de mon avis Nolan. Je sais déjà comment vont tes pensées vis à vis des projets d'Aldaron. °

EN tout cas, il exprima sa position en envoyant une pensée à tout le monde présent.

°Moi aussi, j'espère que nous éviterons la guerre...°

L'archipel n'avait pas besoin de subir les guerres de querelles comme on en avait connu dans le temps passé... Cynoë espérait même qu'Aldaron ne serait pas un Fabius Kohan en devenir.

[HRP : pour faciliter le passage des tours, je me mettrai en rapport avec Nolan pour que ma réponse soit intégrée à la siene, désolé du retard]
avatar
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Coq 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Dim 22 Juil - 1:26
Dès après qu’ils se soient posés sur le sol, Nolan chercha du regard sa sœur adorée et son dragon cuivré Alkytis. Autour d’eux régnait la tristesse et la désolation et ses prunelles de topaze parcouraient la foule de blessés et de survivants regroupés à l’intérieur d’un campement improvisé, composé de tentes dressés à la hâte.

Quelle tragédie que celle qui s’était abattue sur cette cité, à présent ensevelie, et un frisson lui parcourut l’échine en contemplant l’immense trou béant. A n’en point douter, les entrailles de Calastin abritaient des dangers inconnus et à l’angoisse qui l’habitait à ce sujet venait s’ajouter celle de l’annexion prononcée par Aldaron. Et comme un malheur n’arrivait jamais seul le pire était également à prévoir.

Soudain, il entendit la princesse immaculée lui signaler la proximité de Luna et D’Alkytis et l’instant d’après celle-ci s’élança, à travers les gravats, dans leur direction. A leur vue, l’adolescent poussa un soupir de soulagement et laissa la petite lune étreindre sa bien-aimée, sans les interrompre, afin de ne pas troubler l’intimité de leurs retrouvailles. Pendant ce temps-là, ce dernier communiqua avec le dragon d’améthyste à l’aide du langage télépathique entendu d’eux-seuls et lui fit part de ses doutes.

- Merci mon lié d’être à mes côtés pendant cette épreuve. Même si je n’en laisse rien paraitre face à Orfraie et surtout à Luna, je nourris de vives inquiétudes concernant l’annexion de Cordont. J’ignore ce qui est passé par la tête d’Aldaron et je préfère éviter de me perdre en suppositions, mais j’ai peur qu’il ne s’agisse d’une traîtrise ou…d’un piège. Sa personnalité demeure une énigme et c’est ce qui me fait craindre le pire venant de sa part.

Autrefois cet elfe servait loyalement les Kohan et se retrouvait désormais bourgmestre de Caladon. Qu’est ce qui se dissimulait derrière un tel geste d’allégeance à l’Alliance et surtout que s’était-il passé durant toutes les années de disparition de ce fidèle serviteur jusqu'à sa soudaine réapparition ?
Quelques minutes plus tard, la princesse des lumières tourna ses mires d’azur en direction de son jeune frère et des dragons et les remercia d’être venus la hâte avant de les entraîner vers un campement sélénien où ils pourraient discuter loin des oreilles indiscrètes.

Nolan l’écouta parler, sentant la tristesse et la détresse transparaître dans la voix tremblante de la jeune fille. Etant donné son état psychologique, ce dernier devait se montrer fort et faire le nécessaire pour apaiser ses craintes.

- Luna calme toi, tout ira bien. Je suis si heureux de voir que toi et Alkytis allaient bien et n'avaient pas été blessés dans cette catastrophe. Je ferais l’impossible pour éviter la guerre et je tenterais de faire entendre raison à Aldaron quant à l’annexion de Cordont. Ne t’inquiète pas je ne te blâme pas d’avoir demandé aux troupes de venir pour aider les blessés, à ta place j’aurais sans doute eut la même réaction. Au contraire, tu désirais bien faire.


Puis le gamin poussa un profond soupir et poursuivit :

- J’ignore ce qui est passé par la tête du bourgmestre de Caladon mais il va devoir me fournir de solides arguments pour expliquer un tel geste qui va à l’encontre du traité d’Armistice établi et qui stipulait la neutralité de ce territoire. Sans compter que ces terres appartiennent aux Cordontais et qu’il serait injuste de les dépouiller sans autre forme de procès. Mais peut-être que cette annexion est en rapport avec cet énorme cratère…

Ses topazes se tournèrent en direction du trou béant qui à présent remplaçait la ville de Cordont et il dit avec gravité :

- Luna toi qui étais présente durant la catastrophe, peux-tu m’expliquer ce qui s’est passé et ce qui se trouve à l’intérieur de ce cratère ?


avatar
Admin
Dragon Lié


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1:
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Lun 23 Juil - 11:56
Tandis que les retrouvailles avançait, Firindal s'ébroua un coup, chassant la poussière qui avait tendance à s'accumuler sous ses écailles. Les terres de l'île étaient réputés pour leur instabilité. Et Firindal avait pu voir, en arrivant, l'immense trou qui s'était formé en dessous de ce qui avait été, il y a encore quelques jours, une ville et qui, aujourd'hui, n'était plus qu'un champ de ruines béant.

Le saurien tourna son attention vers les propos des dragonniers présents devant lui. Il semblait qu'il y ai une histoire de conquête ou de guerre. Mais cela dépassait quelque peu le dragon qui regarda ses semblables. Il ne savait que faire et ne se voyait pas essayer de réconforter Luna. Non pas qu'il ne l'aimait pas. Mais il aurait trouvé hypocrite de sa part que de faire celui qui comprenait sa douleur alors qu'il été relativement détaché des évènements présent. D'autant qu'il ressentait au fond de lui le lien entre l'humaine et Orfraie comme le vol d'une partie de son être. Il essayait d'étouffer ce sombre sentiment, mais il demeurait cacher là, au fond de son cœur et de son âme. Il avait honte d'éprouver cela et il voulait le cacher, que nul ne puisse jamais le voir. Mais il refusait d'agir de manière malhonnête en mentant ouvertement.
Il voulait demander conseil, mais comment pouvait-il faire cela? D'autant qu'il comprenait que d'autres affaires, autrement plus importe, requéraient l'attention des êtres présents.

Finalement, il se redressa sur ses pattes pour essayer d'observer ce qui se passait aux alentours avant de redescendre sa gueule au niveau de la tente ou les trois dragonniers s'étaient rassemblés. Il jeta un rapide regard à Cynoë et au cuivré puis se tourna vers les trois Liés.


"Si je comprend bien, et n'hésitez pas à me détromper si je me trompe, un individus a déclaré ces terres comme étant désormais partie intégrante de son nid. Hors, il y avait un accord pour que ces lieux demeurent hors des lois humaines de l'Empire et des Citées Libres. Vous ne souhaitez pas provoquer une nouvelle guerre, mais vous souhaitez voir ce lieux protégé, ainsi que ses habitants.
J'ai peut être une idée à vous proposer. Mes frères dragons donnerons leur avis. J'ai évoqué, par le passé, avec mon ainé d'améthyste le fait que les gouvernements mortels ne fonctionnent pas parce que vous êtes tous à défendre des intérêts personnels, justifiés ou non. Nous avions alors émit, entre nous, l'idée que les Dragons devraient peut être mettre leur nez dans ces affaires afin de guider les peuples vers une union et une nouvelle sagesse. Je me suis plus tard ouvert à Orfraie de cette idée. Et j'y ai ajouté que les Liés pourraient être les représentants des intérêts peuples auprès des dragons, mais que les décisions politiques seraient prise par les dragons pour l'ensemble. L'on pourra m'objecter que les Liés actuels sont tous soit humains, soit immaculés. Ce qui ai vrai. Mais j'ai suffisamment confiance en vous pour savoir que si l'on mettait cette idée en place, vous chercheriez à parler des intérêts de tous sans question de race ou autre.
Ce qui m'amène maintenant à une proposition pour résoudre le problème de ce lieux. Puisque les humains ne parviennent à se mettre d'accord sur le statut de ce lieu et à tenir les engagements, il est temps que les Dragons posent leur griffes pour faire cesser ces combats insipides et stupide. Je propose donc que Cordont passe sous protectorat Draconnique. Hors d'atteinte des intérêts humains, vampiriques , graärh ou elfique.
J'ai observé les peuples durant ces dernières années et je constate que sans une main pour vous guider, les gens répètent les mêmes erreurs, comme si le passé s'effaçait de votre mémoire.
Et comme ça, on pourra voir si, effectivement, mon idée est viable sur le long terme. Cordont, le trou et tout ce qui se trouve en dessous passeraient sous notre protection et toutes personne souhaitant se placer sous notre protection pourra venir ici pour vivre hors des conflits des peuples.
Qu'en pensez vous?
"

L'idée pouvait paraître saugrenue, mais comme personne n'avait osé y songer jusque là, elle pouvait apporter un début de réponse au problème et permettre, effectivement, d'expérimenter une régence draconnique neutre, différente de ce qu'avait fait le Tyran Blanc.
Les Liés apporteraient la Voix des Peuples aux dragons qui décideraient en conseil de ce qui est sage de faire et de ce qu'il faut refuser. Le tout en plaçant un territoire revendiquer par deux puissances opposée.
Certains objecteraient que Cynoë était lié à Nolan, mais cet argument n'aurait aucune valeur aux yeux des dragons. Du moins, Firindal l'espérait-il.
Il espérait également que les gens comprenne son intention finale. Etablir une paix durable et permanente pour permettre à tous de prospérer sous la régence des dragons. Après tous, ceux ci pouvaient vivre quelques cinq milles ans et transmettaient leur mémoire à leurs descendants. Les souvenirs du passé ne seraient donc pas perdu.
avatar
Co-fonda
Dragonnière
Princesse sélénienne

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Grenouille 1
Esprit-lié n°2: Inséparable 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Jeu 9 Aoû - 23:26
Qu’est-ce qui s’était passé? Comment un congrès qui s’annonçait des plus intéressants s’était-il transformé en un présage de guerre?

Le coeur de Luna battait encore la chamade sous les émotions que lui apportaient l’idée d’une guerre. Sérieusement, qui en voulait une? Combien de morts, de blessés, de veufs et veuves et d’orphelins y auraient-ils? Mais la rivalité entre Sélénien et les cités libres ne dataient pas d’hier. S’ils évitaient le chaos aujourd’hui, quand reviendrait-il? La paix pouvait-elle exister?

- C’est tout un nouveau monde dans le cratère… Dit-elle.

Elle s’était assise et prit une gorgée de son outre pour se calmer. Elle essayait de mettre de l’ordre dans ses pensées. Elle devait parler le plus clairement possible.

- Comme vous le savez, le congrès scientifique sur les golems se tenait à Cordont. On a ressenti des tremblements de terre. Petits au départ puis ils sont devenus violents. La terre s’est alors fendue et ça a causé un précipice… Bref, le gouffre que vous avez pu voir en venant jusqu’ici. Expliqua-t-elle doucement. Elle fit une petite pause pour trouver ses mots. Il s’avère que ce sont des Golems gigantesques qui servent de piliers à la terre à la surface de Calastin. Ça veut dire qu’il y a tout un monde sous Calastin, des plaines rocheuses à pertes de vue, des souterrains et de grands mystères. Les Golems géants semblent immobiles. Mais s’ils bougent, cela crée des secousses. Deux Golems s’affrontaient et ça a fait tomber Cordont. Imaginez un peu ce qu’il arriverait si d’autres bougeaient…

Un frisson lui parcourut l’échine.

- Alkhy et moi n’avons pas réussi à atteindre le coeur des golems. C’est un maître des glyphes qui a su les arrêter au final.  Précisa-t-elle.

Cela résumait quelque peu la situation. S’ils avaient des questions ou voulaient des précisions, elle leur donnerait sans hésiter. Ils avaient le droit de tout savoir.

Elle se tourna vers Firindal qui avait eu une idée.

- Tu as tout compris. Mais je ne sais pas, Firindal… Je crois que les gens, notamment les Cités, y seront réticents. Cynoë est lié à l’empereur sélénien, Alkhytis à moi et toi à la fiancée d’une princesse sélénienne. Vous êtes liés directement ou indirectement à Sélénia. Je ne pense pas qu’ils accepteront que ce soit vous qui vous en chargiez. Et je n’ai pas l’impression qu’un dragon non lié veuille se mettre le nez dans les affaires de bipèdes tout comme je ne pense pas que les bipèdes veuillent qu’autrui se mêlent de leurs choses…

Elle lâcha un soupir.  

- Il y a tant de gens qui ont souffert ou qui souffrent encore dans la chute de Cordont. Je ne peux pas croire qu’on veuille d’une guerre alors qu’on pourrait mettre toutes ces ressources pour les aider. Mais je comprends cette peur de l’inconnu. Imaginez un peu si certains seraient capables de prendre le contrôle de Golems ou de les détruire, ils pourraient faire s’effondrer ce qu’ils veulent.

Luna se tourna vers son frère.

- Il faut pouvoir garder un oeil sur les tunnels et il faut éviter la guerre.


avatar
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Coq 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

le Sam 11 Aoû - 15:26
Nolan écoutait avec attention les paroles de sa sœur concernant le drame qui avait transformé la cité de Cordont en un gigantesque trou béant et poussa un profond soupir. Dire que ce congrès scientifique sur les Golems devait marquer un premier signe de rapprochement entre les Cités libres et l’Empire Sélénien et en quelques heures tous ces espoirs s’étaient effondrés, à l’image de la ville dévastée. Désormais qu’adviendrait-il de tous ses blessés et du traité de paix signé entre les deux nations ?

Les prunelles dorées de l’adolescent s’écarquillèrent lorsque Luna lui fit la description du monde souterrain qui se dissimulait dans les entrailles de Calastin ainsi que du combat qui avait eu lieu entre deux Golems titanesques et conduit à l’effondrement de Cordont.

- C’est incroyable ! Je n’aurais jamais cru qu’une telle chose soit possible. Des Golems géants et un monde souterrain. Décidément Calastin et cet archipel nous réservent encore bien des surprises, des bonnes mais aussi des mauvaises, dit-il d’un air pensif.

En effet, aussi exaltante que soit cette découverte d’un univers englouti sous la surface de Calastin, elle ne pouvait occulter la dangerosité de la présence de gigantesques Golems dont les moindres mouvements risquaient de mettre la vie des habitants de l’île en péril.

La princesse des lumières semblait également être à bout de nerfs et dû s’asseoir pour avaler une gorgée d’eau tandis que Nolan la regardait avec un mélange de tristesse et de compassion.

- Luna je suis si soulagé qu’il ne te soit rien arrivé. J’ignore comment j’aurais réagi si tu avais été blessée ou pire…Je t'aime ma sœur.

Depuis la mort de Korentin, la jeune fille était devenue l’une des personnes qu'il aimait le plus au monde et le jeune empereur refusait de perdre une nouvelle fois un être cher. Après que la blonde ait répondu à la proposition de Firindal, Nolan acquiesça de la tête.

- Je suis d’accord avec Luna, même si cette proposition est très intéressante en soi je doute sincèrement que les Cités libres l’acceptent car la plupart des dragons sont liés à Sélénia et les dragons libres ne se préoccupent pas des guerres des bipèdes.

Puis, le jeune garçon poursuivit d’un ton grave à l’attention de sa sœur bien-aimée.

- Nous devons trouver une solution pour sécuriser ses souterrains malgré la présence des Golems, il y va de notre avenir à tous. Mais avant cela, il faut absolument que je règle cette histoire d’annexion avec Aldaron et que j’évite la guerre à tout prix. Le sang a assez coulé et trop de familles ont été endeuillées par le premier conflit. Je ne veux plus jamais qu’une telle chose se reproduise et je ferais tout pour l’éviter, je t’en fais la promesse.

A présent, ils n’avaient guère d’autre choix que d’attendre la fin des éventuels pourparlers pour savoir si le geste d’annexion de Cordont permettrait un rapprochement inattendu entre les deux peuples jadis ennemis ou au contraire marquerait l’éclatement d’une nouvelle guerre.


Contenu sponsorisé

Re: "La guerre de Cordont n'aura pas lieu" (PV Orfraie, Luna, Cynoe et Firi)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum