De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Lame Blanche du Marché Noir

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Inséparable, niv 1
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Au bon outil le bon dessein [PV Ilhan]

le Ven 7 Déc - 21:46
11 Novembre 1762


Comment s'y prendre ? Voilà qui n'était pas dénué d'intérêt, comme question. L'évidence même, c'était qu'il ne pouvait pas simplement se présenter devant les portes de Délimar en présentant sa requête. De toute façon il ne pouvait pas simplement se présenter à Délimar tout court, ce serait un désastre assuré. Dans le meilleur des cas il ruinait Aldaron monétairement à cause de son niveau de maîtrise magique et des objets qu'il transportait partout, dans le pire des cas il ruinait Aldaron moralement parce qu'il se serait fait tuer. Et le but n'était pas de ruiner Aldaron du tout. Au contraire, cette démarche avait pour but d'apporter quelque chose d'heureux pour leur mariage, à savoir une identité finalement bien délimitée à qui il pouvait foutrement être. Donc il ne pouvait pas faire la démarche lui-même et il n'avait vraiment pas envie de demander à Autone de faire cela pour lui. Il gardait encore en tête qu'elle pensait son amour pour son lié intéressé et biaisé. Purnendu était hors de question tant que la ville océanique pratiquait l'esclavage. Aldaron n'était même pas une option, parce qu'il s'agissait d'une surprise. Il ne restait donc pas grand monde dans son entourage proche. Pendant plusieurs heures, il s'était posé la question de comment cela pouvait bien se passer, quelle sorte de solution il pouvait envisager. Puis, il avait déniché son pigeon. Un conseiller Délimarien mais pas Glacernois, ni Almaréen. Quelqu'un qui n'était pas fermé à la magie, à défaut du vampirisme. Il pourrait certainement lui faire les yeux doux, lui jouer de la vièle, ou carrément de tout l'orchestre symphonique, mais tant que cela fonctionnait, c'était tout bon pour lui. Il avait une conscience aiguë du fait que les Délimariens ne l'appréciaient pas le moins du monde et lui-même, même s'il était très heureux de ses origines, il n'avait pas forcément envie de subir la gêne et la tension qu'une prise de contact directe allait fatalement provoquer pour tout le monde, c'était un mal qu'il pouvait facilement éviter.

Plutôt que de risquer de croiser un de ses derniers parents, ou tout du moins d'Achroma, Ivanyr se contenterait donc de subir le regard lourd de quelques gardes loups lorsqu'il vint à s'approcher de la tente de sa proie. Annonçant vouloir discuter d'une affaire relevant du Bourgmestre de Caladon avec la tête diplomatique de l'océanique, le mage attendit dehors qu'on l'autorisa à entrer, cherchant résolument à tout regarder sauf les gardes restés en faction devant la tente. Même sans cela, il sentait la désapprobation et l'envie de meurtre qu'exhalaient ces corps et ces esprits. Imperceptiblement, Ivanyr soupira, sans rien montrer de son inconfort à être ainsi mit en contact avec le peuple de Délimar. Il y avait énormément de choses qu'il pouvait et voulait supporter mais ça ? C'était bien à la limite du tolérable. Dents serrées, il se retenait de demander ce qu'il avait pu bien faire pour qu'on lui en veuille à ce point. Même si on le prenait pour Achroma, l'Aîné n'avait-il pas donné de lui-même, de son sang et de son esprit pour la cause commune, n'avait-il pas fait sa part, gagné le droit à être reconnu ? Qu'est-ce qui rendait ces humains aussi hargneux à son égard ? Voir la stature d'un prince Elusis chez les vampires ? Car il savait qui avait été Achroma. Silath Elusis. Prince.Héritier. Mais si vraiment on lui en voulait pour être vampire, n'était-ce pas hypocrite ? Les Glacernois avaient désavoué ce prince, l'avaient rejeté en raison de sa magie. Pourquoi se montraient-ils si outragés qu'il soit vampire en ce cas, si tous les liens avaient été coupés ? Il revoyait l'image de la femme aux cheveux sombres, l'épée légendaire au flanc, et il se demandait si les Délimariens auraient été également choqués d'apprendre que Silath avait été l'amant d'une Kohan. Peut-être. Les Délimariens semblaient prendre ombrage de beaucoup de choses. Cependant, il avait conscience que poser une telle question n'allait en rien aider ses relations avec les fils du nord, aussi se contentait-il de faire comme si de rien n'était. Voilà encore une solution pour laquelle on ne pourrait pas lui faire de reproches.

Fort heureusement, il ne fallut pas non des années pour que le conseiller se décide à lui donner audience. C'était heureux, car à ses yeux à lui, il venait déjà d'attendre une éternité entière. Se faire silencieusement juger par des Délimariens armés jusqu'aux dents, cela ressemblait fort au royaume d'expiation de Mort que certaines sectes pouvaient dépeindre. Avec un hochement de tête, le vampire pénétra sous la tente, accompagné d'un des gardes, et attendit que celui-ci sorte de nouveau avant de s'intéresser à la personne qui séjournait là. Hochant la tête pour le saluer, il prit la parole, avec une certaine lassitude nonchalante.

« Bonjour, Maître Avente. Merci de bien vouloir me recevoir. »

Ses lèvres se pincèrent alors qu'il retenait un commentaire sardonique sur la bonne volonté des Délimariens à lui accorder ce qu'il désirait. La toile de la tente n'était pas bien épaisse, et les gardes loups avaient l'oreille fine, hélas. Déjà qu'il allait devoir subir leur connaissance de ce qu'il désirait accomplir, autant ne pas en rajouter. Tranquillement, Ivanyr fit quelques pas pour s'éloigner d'un des pans de tissu, avec la certitude que celui-ci ne tiendrait pas si on décidait de le planter à travers, et une fois à distance raisonnable de toute potentielle épée meurtrière, il reprit, reportant son regard clair sur le Romantique. Voilà qui était une espèce en voie de disparition.

« Je me doute que vous devez être très demandé, donc si cela vous convient, j'irais droit au but en me passant des formules de politesse et de jeu que vous appréciez tant de la part d'Aldaron. Ça vous convient ? .»

Il attendit un bref instant, avant d'aller plus avant, afin qu'il n'aille pas se faire d'idées.

« Je sais que vous avez un statut spécial à Délimar. Pour savoir si vous pouvez, techniquement parlant m'aider, j'aurais besoin de savoir si on vous laisse l'accès aux archives familiales de la ville. Et plus particulièrement à celles des Glacernois. Car ce que je vais vous demander est en rapport avec ces archives. »

N°53



Langage commun #4084E1
Langage nordique #88E1E8
Langage elfique #ADFC98
Langage Graarh #FFB1AD
avatar
Conseiller

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Dauphin, niv 2
Esprit-lié n°2: Aucun
Esprit-lié n°3: Aucun
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Au bon outil le bon dessein [PV Ilhan]

le Dim 9 Déc - 23:32
Trois jours à peine étaient passés depuis leur arrivée et le temps filait à vive allure. Ilhan se sentait exténué et ils étaient loin d’avoir fini. En fait, tout ne faisait que commencer. Caladon et Délimar s’étaient coordonnées pour commencer la reconstruction et avancer main dans la main dans l’organisation du camp et des travaux. Bien sûr ces mesures n’étaient que temporaires, en attendant les décisions à venir, et surtout les accords, ou non, avec Sélénia. Mais c’était déjà un grand pas, une volonté affirmée des deux cités de travailler de concert.

Ilhan n’avait pas eu une minute à lui depuis leur entrevue avec le bourgmestre de Caladon. Une entrevue, qui, de plus, l’avait épuisé. Certes, retrouver enfin ces joutes verbales qui lui avaient tant manqué, en compagnie de cet elfe qu’au fond de lui il appréciait, l’avait revigoré, mais les tensions qui avaient palpité en certains moments, à certains sujets, entre l’elfe et son compère délimarien, avaient mis à rude épreuve la patience et les nerfs du petit althaïen. Il avait dû faire appel à toute sa maitrise et à tout son art pour que leur joli festin ne dérape pas quand le sujet mercenaire, et surtout la sécurité des alliés vampires du bourgmestre, avaient été évoqués.

Et quand on parlait vampire… Ilhan finissait tout juste une lettre quand un des délimariens gardant l’entrée de sa tente vint l’avertir d’un visiteur. Le ton âpre et le regard acéré du soldat, quand il lui annonça le nom de son visiteur, en disaient long. Un mot, un geste de travers de la part du vampire qui le quémandait, et il ne donnait pas cher de toutes les bonnes résolutions qui avaient été données lors de cette entrevue il y a trois jours. Bien sûr, Ilhan accepta. Quand bien même cette visite l’interpellait et le mettait mal à l’aise. Pourquoi le lié d’Aldaron venait-il le voir lui ? Pourquoi maintenant, en ce lieu, avec tous les risques que cela comportait pour lui de se frotter aux délimariens ? Était-ce si urgent ? Si important ? Mille questions virevoltèrent dans son esprit. Et quand les questions fusaient autant, cela signifiait un manque cruel d’informations.

Il accepta donc, en demandant toutefois un petit laps de temps. Il ne voulait pas le faire attendre, surtout pas, avec les gardes si à cran soudain. Mais il voulait savoir si une information avait filtré. Il s’empressa donc de questionner une araignée du cercle central, avant de faire entrer son invité. Mais rien. Vide. Néant. Les araignées ne savaient pas. Et quand les araignées ignoraient… c’était rarement bon signe. Il fallait en tout à s’attendre à tout.

C’est donc un brin tendu, et parce qu’il allait recevoir un vampire, pas n’importe quel vampire qui plus est, et parce qu’il ne parvenait à anticiper la raison de cette visite inopinée, qu’Ilhan reçut son visiteur. Quand le mage entra dans sa tente, il se força au calme, fit appel à son dauphin et inspira profondément, s’ancrant dans la terre et dans le moment présent.

Il salua Ivanyr en retour, et s’autorisa à le détailler de son regard sombre et vif. Il l’avait déjà rencontré certes, il l’avait déjà en de très rares occasions cotoyé, par-ci par-là, mais jamais longtemps. Très rarement de si près. Il n’avait pas changé. Pas physiquement du moins, ou si peu. Mais rien de bien étonnant, pour un vampire. Par contre dans son regard clair brûlait une autre lumière. Ou peut-être était-ce une vue de son esprit ?

Etrangement, en cette présence vampirique, Ilhan ne se sentit pas aussi mal à l’aise qu’il l’avait appréhendé. Peut-être, parce qu’il s’agissait d’un aîné et qu’il se savait ne pas être en danger ? Ou peut-être parce qu’il était lié de près à Aldaron et qu’il savait Ivanyr suffisamment intelligent pour ne pas commettre d’impair ? Toujours était-il que la lourde chape qui s’était abattue sur ses épaules à l’annonce de la visite s’était soudain un peu allégée.

« Bonjour, Maître Avente. Merci de bien vouloir me recevoir. »

Ilhan sourit à cette appellation. Un maitre si puissant, un aîné si expérimenté, aux connaissances séculaires même si à la mémoire oubliée, l’appeler, lui, petit humain d’à peine quarante années, Maître ? Certes, c’était un titre que lui donnaient certains. Mais ces « certains » étaient d’autres humains. D’autres à qui il avait effectivement un savoir à révéler. Pure courtoisie sans doute de son visiteur. Avait-il un service à lui demander pour se montrer si révérencieux ?

Vous pouvez m’appeler Ilhan, Messire Seithvelj, si vous le désirez. Cela sera sans doute plus approprié pour nous deux en de telles circonstances.

Droit au but, disait-il ? Ilhan avait l’impression d’entendre soudain un délimarien. Ce qui n’était guère étonnant quand on connaissait les origines du géant en face de lui. Oh certes Ivanyr n’atteignait pas la taille de Sigvald, mais la ressemblance était tout de même frappante. Étonnant que leurs traits physiques si spécifiques aient traversé les siècles de génération en génération. Peut-être Ivanyr était-il plus fin, en même temps qu’il était légèrement moins grand. Mais sinon… En tout cas Ilhan se trouvait, encore, bien petit.

L’althaïen soupira intérieurement et se fustigea d’avoir de telles pensées futiles. Focalise-toi sur l’instant présent. Et sur la conversation, Ilhan.

« Je sais que vous avez un statut spécial à Délimar. Pour savoir si vous pouvez, techniquement parlant m'aider, j'aurais besoin de savoir si on vous laisse l'accès aux archives familiales de la ville. Et plus particulièrement à celles des Glacernois. Car ce que je vais vous demander est en rapport avec ces archives. »

Le brossage de poils avait ses limites dirait-on. Droit au but. Franc et direct. Pur glacernois. Ilhan se força à rester de marbre et à garder son sourire de politesse, mais ses lèvres peinaient à ne pas s’élargir en un rictus amusé.

Les archives familiales, dites-vous ? Hum…

Ilhan se gratta le menton, faussement pensif. Oui, sans doute y aurait-il accès s’il demandait autorisation. Mais… cela voudrait dire avoir l’aval de Tryghild avant tout. Il était hors de question qu’il fasse quoique ce soit dans le dos de Sa Reine.

Archives familiales ? Cette visite pourrait-elle être d’ordre privé ? Que voulait savoir Achroma, ou Ivanyr, dans ces archives ? Retrouver d’autres parents ? Savoir le devenir de tous ses descendants ? Il était vrai qu’il lui serait difficile d’en parler avec Sigvlad… Le général ne laisserait jamais Ivanyr poser quelque question qu’il aurait, encore moins sur leur famille...

L’accès ne me serait pas impossible. Avec certaines autorisations bien entendu et pour des raisons… valables. Mais…

Si la conversation tournait au privé… Surtout avec les gardes délimariens qui iraient, à coup sûr, tout répéter au général…

Avant de poursuivre, puis-je vous demander si cette conversation est une question privée ? C’est que, voyez-vous, la toile a des oreilles, ajouta-t-il avec un petit sourire mutin, en désignant la tente qui les entourait.

Il laissait bien entendu Ivanyr interpréter l’ampleur de son propos. Ses demi-mots. Même si son sourire taquin et la lueur clairement amusée de ses yeux noirs en disaient long.





Langue Commune : #40d4e9
Langue Nordique : #46adea
Langue Elfique : #8a75ac
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum