De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !
Curieux de connaître les dernières nouvelles de l'archipel ? Le topic des nouvelles elysiennes est là pour ça ! Mais attention, rumeurs et ragots peuvent se mélanger à la vérité...

Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Dim 1 Oct - 13:42
@Nolan Kohan a écrit:
Début avril de l’an 7

Le soleil brillait dans le firmament Azzuré faisant régner une atmosphère de printemps sur la cité marchande de Caladon. Nolan flânait dans les rues, sous la protection d’une escorte de gardes, comme l’exigeait le protocole, afin de se rendre chez l’un ou l’autre marchand à la renommée prestigieuse. Cette magnifique ville devait sa réputation et sa prospérité à son commerce qui était florissant, grâce aux puissantes guildes marchandes, ainsi qu’à sa multiculturalité. En effet, en ce lieu, les vampires, les elfes et les humains vivaient côte à côte dans le respect des droits et des différences de chacun et la plus complète tolérance.

Caladon était une belle ville, bien qu’elle ne soit pas capable d’égaler Aldaria ou Gloria en splendeur et le petit prince se prenait à rêvasser en contemplant les échoppes des marchands bien achalandées. Décidément, il semblait possible d’y trouver n’importe quelle marchandise, allant de la plus vile camelote à l’antiquité la plus rare qui soit.
L’adolescent s’intéressait particulièrement aux armes, surtout les épées, les griffes de pugilistes et les arbalètes, qui étaient ses instruments de prédilection. Pourtant, bien qu’il parcourut le marché et les galeries marchandes de combles en combles, celui-ci ne trouva aucun objet qui vaille la peine d’être acheté ou retienne quelque peu son attention. Après tout, le jeune Kohan était très riche et son palais regorgeait d’innombrables richesses, donc faire un choix s’avérait particulièrement difficile.

Lorsqu’on possédait déjà tout que pouvait-on désirer d’autre ? Pour susciter chez ce dernier la moindre lueur d’intérêt, il fallait véritablement lui proposer une trouvaille rare et dotée d’une certaine singularité. Car peu importe la plus belle des lames, Nolan était presque certain de trouver aussi bien, sinon mieux, à Aldaria…

La journée de visite et d’emplettes lui parut donc ennuyeuse et c’est avec soulagement qu’il regagna la luxueuse auberge où il devait loger, pour la nuit, avec ses hommes. Le gamin se rendit dans sa chambre, soupa, prit un bain et s’apprêtait à dormir mais il ne parvenait pas à trouver le sommeil...

Celui-ci se tourna et se retourna dans son lit, avant de décider d’envoyer valser son oreiller à travers la pièce. Puis, il se leva et s’habilla à la hâte…

Une idée venait de germer dans son esprit et l’adolescent impétueux était bien décidé à la mettre à exécution. Caladon se trouvait à la frontière du royaume vampirique et il serait très aisé de s’y rendre à cheval, donc pourquoi ne pas tenter l’aventure ? Bien entendu, le jeune prince devait semer ses gardes, sinon ils décideraient de l’accompagner ou pire, l’empêcheraient de s’y rendre…

Mais le futur héritier s’ennuyait terriblement et la nuit lui semblait interminable…Donc autant tenter de s’amuser un peu et de profiter du voyage pour se rendre un lieu autrement plus « excitant » que cette ville, un peu trop sage à son goût.
Nolan sourit en songeant à la petite escapade qu’il était sur le point de faire et enfila une longue cape, au-dessus de son armure, avant d’entrouvrir doucement la porte de sa chambre pour jeter un coup d’œil dans le couloir…

Ce dernier grimaça en apercevant plusieurs gardes postés à proximité de sa chambre dans le but de veiller sur sa sécurité…Voilà qui n’arrangeait guère ses affaires ! Pourtant, l’Aldarien ne comptait pas renoncer à sa virée nocturne, gardes du corps ou pas ! Quand celui-ci avait une idée en tête, il était pratiquement impossible de le faire changer d’avis…

Il ouvrit la fenêtre de sa chambre, qui se trouvait au premier étage et observa les gardes qui faisaient leur ronde autour de l’auberge, à intervalles réguliers. Si Nolan se montrait suffisamment habile et discret, il pourrait utiliser cette issue et se parvenir à se faufiler très rapidement pour échapper à leur vigilance. Toutefois, celui-ci devait jouer finement et probablement utiliser la magie pour ne pas se faire surprendre.

Le jeune garçon se concentra et effectua le geste clé d’un sortilège de magie humaine.


[Autre] Cape des ombres
Une chape d'ombre et de silence tombe sur le lanceur, il ne produit plus de bruit et son corps dévie la lumière, le rendant presque invisible ( mais pas totalement )

Geste clé : S'enlacer soit même

Une fois cette tâche accomplie, ce dernier profita de la relève de la garde pour sauter par la fenêtre, et se fondre dans les ombres nocturnes.

Ensuite, avec rapidité et discrétion, il se rendit jusqu’à l’écurie de l’auberge pour prendre « étoile du soir », son fidèle destrier et filer en douce en direction des plaines sauvages ! L’aventure pouvait enfin débuter, d’autant plus que de nombreuses légendes et rumeurs évoquaient le ténébreux royaume des enfants de la nuit.

Le petit prince galopa, une partie de la nuit, ivre de liberté et le cœur empli d’une ardeur toute juvénile. Et quand la fatigue commença à se faire sentir, ce dernier s’arrêta quelques instants pour se reposer, avant de reprendre la route et d’explorer davantage le pays des sang-froid.

Soudain, celui-ci crût discerner à travers l’obscurité nocturne, une forme sombre à l’horizon, ressemblant à un destrier fuligineux, monté par une silhouette gracile, à l’allure presque enfantine, mais dont il ne parvenait pas à distinguer les traits en raison de la distance.

Aphaïa Makhaïra a écrit:La paix, qu'est-ce que c'était la paix au juste ? Quand la guerre cessait ou quand les esprits étaient apaisés, les morts trouvant le repos ? Ou juste l'absence de vie, plus de bruits d'armes s'entrechoquant, les bruits d'os qui se brisent, le sang qui se répand sur la terre battue. La paix, c'était l'absence de tout, pas d'odeur, pas de bruit, pas d'action et ce calme l'angoissait.

Cette épée avait été là depuis toujours, offerte par son père, elle ne s'en était jamais séparé, reforgée dans l'abîme lors de l'avènement de Vraorg, elle absorbait toute émotion positive et créait la peur dans le cœur des gens, mais les choses que l'on possède finissent tôt ou tard par nous posséder, cette épée ne faisait pas exception à la règle. Son esprit était uniquement lié à cette épée impitoyable, cette épée qui s'était levée tant de fois pour écraser ses ennemis.. Pas d'émotion.. Pas de question.. Pas de réponse.. Tout était beaucoup plus simple comme ça.

Mais elle n'avait plus rien à défendre, pas de vampire qui voulait sortir son peuple de l'ombre, pas d'un ennemi venant d'une autre contrée qui voulait écraser ce monde, pas de dragon voulant conquérir et assouvir son envie de domination. Cette épée lui avait été offerte pour défendre des choses, et sans rien pour le faire, elle se sentait étrangement perdue, elle était recluse dans une sorte de mélancolie combative depuis l'annonce de la paix. Elle n'avait plus aucune raison de vivre, pourquoi est-ce qu'elle se complaisait uniquement dans des activités sanglantes ? Parce qu'elle n'avait connu que cela ?

Le Fléau rouge avait longtemps cherché un adversaire à sa mesure, pour mourir, ou peut-être juste pour trouver un sens nouveau à sa vie ? Le fait était qu'elle était de retour dans le royaume vampirique et qu'elle n'avait donc trouvé personne et pourtant, ce n'était pas les adversaires qui avaient manqué.

Les clapotements des sabots ferrés de sa monture la tiraient de ses pensées nébuleuses, son esprit s'éveillait quand elle sentait une odeur, une odeur qu'elle connaissait entre milles, l'odeur caractéristique d'une proie, pas d'un sang-noir. À cette heure-là de la nuit ?! Avec les dangers que représentaient les plaines ?! Alors elle éperonnait sa monture qui était comme à son habitude dans son armure complète, il n'y avait eu qu'une odeur un humain avec un cheval, pas de sang. Elle avait des sens particulièrement aiguisés.

Elle avait été en simple patrouille, elle s'était un peu éloigné de son groupe, comme à l'ordinaire pour méditer, la paix faisant qu'il n'y avait pas grand chose à faire et généralement, les nuits étaient plutôt longues.. Pour l'heure, elle s'était contenté de se planter devant l'homme qui s'avérait être rien de plus qu'un gamin et un cheval qui visiblement avait fait pas mal de route. Sa propre monture peinait à tenir en place, elle jetait même un antérieur très haut devant elle à l'égard de l'animal, tout en lâchant un hennissement aigu typique des juments qui n'aiment pas être ennuyées. Elle portait son armure, l'ancien uniforme des vampires, qui ne laissait rien paraître d'elle, pas même ses yeux jusqu'à qu'elle parle dévoilant une voix presque.. Enfantine.

- Es-tu un soldat ? Le ton était froid, typique des personnes qui avaient l'habitude d'être obéie.

En dépit de l'image effroyable que cette petite cavalière donnait quand elle montait cette jument noire, entièrement en armure, les bords de l'armure complète peints en rouge de l'esthétisme alayien le tout renforcer de pointes pour être encore plus mortel, comme parées pour guerroyer.

@Nolan Kohan a écrit:
Le souffle du vent résonnait dans les plaines sauvages et faisait onduler les herbes rases. Cet endroit était sinistre, vide et privé de vie, à l’image des sang-froid qui peuplaient ces terres désertes. Sans doute était-ce la raison pour laquelle les vampires en avaient fait leur sanctuaire. Un voile d’obscurité l’enveloppait et celui-ci décida d’arrêter sa monture pour se reposer, avant de reprendre sa route dans ce vaste désert de ténèbres. Ce lieu, à l’atmosphère horrifique, possédait le sombre attrait des choses interdites et effrayantes. Et en franchir la frontière ressemblait à une transgression.

Le petit prince, en raison de son existence trop cloitrée, aspirait à découvrir d’autres choses et allait même au-devant du danger afin de se sentir vivant et vibrer de l’intérieur. Alors que son destrier nommé « étoile du soir » était occupé à brouter quelques herbes rares, il aperçut dans le lointain la forme sombre d’un destrier, encaparaçonné dans une armure et surmonté d’une silhouette juvénile.
Sa tenue ne laissait rien transparaître de son visage, pas même l’éclat de son regard et seule résonna une voix aiguë et fluette…comme celle d’une petite fille. « Es-tu un soldat ? ». Le ton était froid et autoritaire, pas particulièrement hostile mais nullement amical non plus.

Les pensées se bousculaient dans l’esprit du jeune prince : Était-ce une enfant ? Et si oui que faisait-elle seule au milieu de ce lieu de déperdition ?

Il jeta un coup d’œil au destrier, dont l’armure sombre évoquait la fureur des batailles, et un doute s’insinua dans son esprit : « un cheval de guerre » ? Une monture vampirique ?

- Je ne suis pas un soldat, dit-il d’un ton qui se voulait calme et assuré. Et toi qui es-tu et que fais-tu ici ? Ces plaines sont dangereuses…mais tu sembles vêtue comme pour partir à la guerre…Serais-tu une guerrière ?

Puis Nolan hésita avant de darder ses prunelles mordorées sur la petite créature :

- Bien que ton uniforme masque les traits de ton visage…Je devine ta jeunesse, tu sembles à peine plus grande et âgée qu’un enfant…Comment est-ce possible ?

Le gamin était dérouté par cette étrange situation et intrigué par celle qui se dissimulait derrière le masque de cet uniforme. Il demeurait vigilant, tous les sens en alerte, prêt à réagir si cette dernière se montrait hostile, bien que celui-ci ne désirait pas voir cette rencontre dégénérer en hostilités. Pour l’heure sa curiosité était la plus forte et il désirait en apprendre davantage sur la mystérieuse inconnue, dont la silhouette barricadée derrière une chape d’acier, semblait trop frêle pour une si grande monture.

Aphaïa Makhaïra a écrit:La vampire semblait dévisagé longuement le petit humain, ce n'était qu'un gamin, et il avait tout l'air du gosse de riche qui avait fuguer pour attirer une maigre attention sur lui, ou peut-être qu'il cherchait à mourir et dans ce cas les choses auraient été bien plus simple pour elle, il était hors de question qu'elle le laisse bivouaquer n'importe où et encore plus de le laisser ici au risque qu'il se fasse tuer qu'on le luit reproche, même si en réalité elle n'avait aucune raison d'être ici mais elle avait ce genre de devoir qui lui disaient de s'arranger pour que personne ne meurt sous ses yeux.

- Alors tu es un imbécile. Il n'y a que les soldats et les imbéciles qui épuisent leurs montures. Le ton avait été particulièrement sec, comme un sermon en fait. Elle semblait faire parfaitement abstraction du reste et des question de celui qui n'était finalement qu'un gamin. Je vais t'escorter un lieu sûr, tu aurais pu tomber sur quelqu'un de bien moins sympathique.. Ou même pire.

Puis elle tournait sa monture, dans la continuité de la direction qu'elle avait prise pour le trouver, elle allait faire ce qu'elle ferait de mieux dans ce genre de cas, gentiment le raccompagner à la frontière et ensuite son sort ne la concernera plus.

Même si elle avait une certaine confiance en elle, elle restait aux aguets dans les plaines sauvages, elles n'étaient pas sûres et encore plus la nuit, c'était rester une terre sauvage et particulièrement inhospitalière et elle-même n'était finalement pas très sereine, même si elle ne laissait rien y paraître. Et une fois en haut d'une petite bute, là où elle pouvait user parfaitement de ses sens, elle s'intéressait enfin à ce petit blond qui attirait sa curiosité, tout en gardant son regard sur l'horizon.

- Je suis capitaine et j'étais en patrouille, quant aux restes ce n'est que mon uniforme. C'était la simple et unique vérité, elle n'avait pas pour habitude d'arrondir les angles ou de mentir. Puis elle répondait tout simplement à son autre interrogation : Je suis une vampire. Suis-moi maintenant.

Bon ça sonnait un peu comme une évidence, quelle armée autre que celle-ci embaucherait des gamines de tout juste douze ans pour guerroyer ? Les elfes tenaient bien trop à leur marmots et les humains étaient déjà faibles à l'âge adulte alors un enfant et une fille de surcroit ! Ce n'était même pas la peine d'y réfléchir !


- Ne soit pas aussi tendu, si j'aurais voulu te tuer ça aurait été fait depuis longtemps, j'entends les battements de ton cœur d'ici. Son expérience parlait, elle savait qu'elle était à la fois déroutante et effrayante juchée sur son destrier tout en armure, et à la fois tellement enfantine même si elle avait tout d'une petite fille, d'on la voix même si elle essayait d'en sortir une plus mature, mais sans grand succès.

@Nolan Kohan a écrit:
Nolan continuait à fixer Alphaia, dissimulée derrière son uniforme et haussa un sourcil interrogatif. Par Dracos, quelle idée saugrenue que de se camoufler derrière un tel attirail. Sans compter qu’on devait étouffer là-dessous ! Le gamin appréciait trop de sentir le vent sauvage sur son visage pour s’infliger une telle torture.

L’adolescent afficha une boue boudeuse lorsque la nouvelle venue le traita d’imbécile pour avoir épuisé son cheval, car selon les dires seuls les soldats ou les imbéciles agissaient de la sorte.
Le petit prince se mordit les lèvres, retenant l’agacement qu’il sentait sourdre en lui ; pourtant, il tenta de le dissimuler derrière une attitude pleine de désinvolture et un petit air moqueur.

- Alors s’il n’y a que les soldats et les imbéciles qui épuisent leurs montures, je suis l’exception qui confirme la règle car je ne suis ni l’un ni l’autre.
Aux paroles suivantes de la rouquine, le jeunot se mit à rire et haussa les épaules.

- M’escorter en lieu sûr ?

Il n’était pas venu jusqu’ici pour se faire raccompagner comme un malpropre à la frontière, du reste si l’envie lui en prenait de rentrer, celui-ci saurait bien retrouver sa route seul.

- N’aie crainte, dès que mon cheval aura repris quelques forces, je rentrerai de moi-même à Caladon.
Puis en lui lançant un regard espiègle, il ajouta en croisant les bras sur sa poitrine :

- A dire vrai, j’imaginais que les plaines sauvages était un lieu passionnant, propice à l’aventure et à l’exaltation, mais je n’ai rien croisé d’intéressant sur ma route. Vraiment, c’est presque une promenade de santé et même ma grand-mère se serait ennuyée.

Ensuite la fillette déclina son grade de capitaine et expliqua qu’elle était un vampire, avant de lui ordonner de le suivre d’un ton autoritaire.


- Une capitaine vraiment ?
Demanda le jeune Kohan avec une lueur de curiosité dans ses prunelles dorées. Dans ce cas-là, j’imagine que tu sais très bien te battre. Quelle est ton arme de prédilection ? Si du moins tu en as une.

En dépit de sa jeunesse, Nolan était maitre à l’épée et possédait certaines aptitudes dans le domaine du combat à mains nues, bien qu’il n’ait pas encore eu l’occasion de participer à de véritables batailles. Cependant, ce dernier avait hâte de pouvoir faire ses preuves dans le domaine martial et d’échapper au carcan surprotégé du palais.

- Quant au fait que tu sois une vampire, je m’en serais douté car j’imagine mal une petite fille humaine se balader seule dans les parages. Ne te vexes pas mais tu sembles….si jeune. Du moins à en juger par ta taille et ta voix…Mais si tu me dévoilais ton visage, je me ferais une meilleure idée de la personne que j’ai en face de moi…Bien que j’imagine que c’est un visage d’enfant qui se cache derrière cet uniforme.


Puis le regard de l’Aldarien se fit pensif et empreint d’une gravité soudaine.

- Je n’ai jamais rencontré de vampire enfant auparavant…Je suppose que c’est une rareté parmi les tiens et que celui ou celle qui t’a fait ça, l’a certainement fait intentionnellement…Et pour ce qui est de te suivre, tu l’as souligné toi-même, mon cheval est fatigué et a besoin de repos avant de reprendre la route. J’y tiens beaucoup trop pour l’abandonner ici !

L’héritier de la couronne dévisagea la monture amurée d’Alphaia et grimaça avant de répondre :

- Et il est hors de question que je monte sur ton cheval ! Pas la peine d'insister, je repartirais sur le mien.

Après cela, il s’asseya sur le sol et arbora un petit sourire malicieux, tout en fixant la capitaine :

- Je crois que tu vas devoir attendre un peu. Mais vois le bon côté des choses, ça te permettra de me tenir à l’œil si tu as peur que je te file entre les doigts ou de me protéger contre des personnes moins sympas qui rôdent dans les plaines.

Puis balaya les lieux du regard et feignant d'être effrayé il s'écria :

- « bouh » ! imagine si un grand méchant vampire menaçait de nous attraper.
HRP: désolée pour le retard catkiss

Aphaïa Makhaïra a écrit:L'air désinvolte du gamin amusait au moins autant qu'il énervait la jeune vampire, et elle devait bien avouer que ça apportait un peu de fraîcheur dans cette morne journée. Il se comportait comme un enfant, elle allait donc le traiter en tant que tel et elle avait senti son agacement quand elle avait lancé sa pique.

- Je vais tout de même m'assurer que tu arrives à bon port. Et tout laissait croire qu'elle ne lui laissait pas vraiment le choix. Et non les plaines sauvages ne sont pas un lieu de balade, et tu as bien eu de la chance de ne pas te faire attaquer, personne n'est à l'abris pas même les troupes. Et pour le reste, je me débrouille assez bien à l'épée.

Elle voulait se prêter au jeu en l'entendant, presque, il lui aurait demandé de montrer son visage, et puis ce n'était qu'un enfant qu'est-ce qu'elle aurait pu craindre ? Il était finalement assez lambda et ne lui paraissait pas bien noble même s'il se comportait en parfait enfant gâté, et il avait dit venir de Caladon et elle n'y mettait jamais les pieds. Alors elle retirait son heaume de sa main gauche, dévoilant une mine bien plus enfantine que ce qu'on aurait pu penser, ses cheveux roux attachés dans un chignon plat pour ne pas la gêner. Elle avait beau avoir un visage très enfantin, elle n'en gardait pas moins un regard aussi dur et froid que l'acier, elle restait un soldat avant tout et elle restait d'une certaine froideur, arborant un certain calme loin de se démonter à cause de l'attitude du blond.

- Vous satisfaire est notre priorité. Le ton avait été un poil piquant et moqueur même si elle cédait, lui renvoyant un peu son attitude même si elle-même se détendait un peu sur sa monture. Très rare et mal vu surtout.

En fait, elle était même un oiseau rare dans son genre puisqu'à sa connaissance, il n'y avait pas d'autres enfants-soldats dans l'armée, quant aux enfants vampires de base ça ne courait pas tellement les rues. Mais elle ne semblait pas du tout souffrir de sa condition et ne relevait même pas l'avis du jeunot à ce sujet, c'était comme tout, elle avait appris à faire avec.

- J'ai l'éternité devant moi, toi un peu moins. Et elle restait ainsi à fixer l'horizon, la nuit n'était pas un problème pour elle, tout n'était qu'une question d'habitude. La jument restait au moins aussi immobile que sa petite cavalière. Et je ne te prendrais pas non plus sur son dos.

La jument n'y tolérait pas grand monde après tout et tout juste la petite sœur de sa cavalière, c'était une bête farouche et particulièrement ombrageuse ayant même parfois du mal à tolérer sa propre cavalière et l'envoyait régulièrement paître.

- Tu peux avoir confiance, je le sentirais avant qu'il ne s'approche de trop. Et elle guettait, elle ne voulait pas tomber dans un traquenard et elle était finalement assez difficile à tromper, mais rien ne lui disait que le gamin n'avait pas éveillé quelque chose en errant comme ça au hasard.

@Nolan Kohan a écrit:
La petite créature, juchée sur sa monture, intriguait l’adolescent et il se demandait quels lourds secrets se dissimulaient derrière ce masque impassible qui donnait l’impression qu’elle était faite de fer et de sang.

Son ton conservait des intonations froides et polies mais il n’y décelait aucune forme d’hostilité. Nolan éprouvait l’envie de la provoquer ou de lui lancer des piques, probablement pour la faire sortir de sa réserve.

La militaire répondit qu’elle allait s’assurer que l’adolescent arrive à bon port, tout en ajoutant que ce dernier avait de la chance de ne pas s’être fait attaquer en chemin car les plaines sauvages représentaient un lieu plein de danger, même protégé par une troupe. Par ailleurs, la soldate paraissait posséder quelques aptitudes au maniement de l’épée, tout comme le blond qui était maître dans ce domaine.

Effectivement, les terres de l’ombre n’étaient guère un endroit propice à une promenade et encore moins un terrain de jeu pour un enfant. Le jeune Kohan le savait mais celui-ci avait une fâcheuse tendance à se mettre dans le pétrin ou à agir de manière inconsidérée.

- C’est très sympathique de ta part, j’imagine que je devrais me sentir comblé de pouvoir voyager dans les plaines sauvages en si agréable compagnie, dit-il avec un sourire moqueur, en dardant ses prunelles mordorées sur la capitaine. Je me débrouille également assez bien à l’épée. Je t’aurais bien proposé un petit duel pour passer le temps mais comme tu es un vampire et moi un humain, il est impossible que je puisse l’emporter.

Puis quand ce dernier lui demanda de montrer son visage, désirant savoir à quoi ressemblait son interlocutrice, celle-ci s’exécuta, dévoilant un minois enfantin, d’une blancheur opalescente, encadré par une cascade de cheveux couleur de feu.

Le jeune garçon ne put s’empêcher de se sentir troublé à sa vue et demeura bouche-bée. Elle était si jeune mais l’expression de dureté et l’éclat adamantin contrastait avec son aspect juvénile. La vampiresse était peut-être plusieurs fois centenaire et son apparence d’enfant ne représentait plus que le dernier vestige d’un passé révolu…
Sans doute l’innocence de la jeunesse avait-elle déserté à jamais son cœur mort et que ses sentiments resteraient à jamais prisonniers d’une armure d’acier infrangible.
Après avoir dévoilé ses traits, la rousse lança une nouvelle pique et admit que les très jeunes vampires constituaient une rareté et n’étaient guère très bien considérés…
En contemplant cette mystérieuse fillette, ressemblant à une poupée de porcelaine mais capable d’ôter une vie à l’aide de ses crocs ou à la pointe de son épée, le prince se demanda qui avait pu commettre un tel acte ? Qui pouvait avoir l’esprit assez tortueux pour transformer sciemment une créature innocence en un prédateur avide de sang ? Était-ce un accident ou alors désirait-on faire d’elle un enfant soldat, une arme de guerre parfaite ?

Les interrogations se bousculaient dans l’esprit de Nolan et ses lèvres brûlaient de lui poser la question.

- Ta mère ou ton père vampirique t’a-t-il changé volontairement en vampire à un âge si précoce ou est-ce un accident ?

Le gamin désirait comprendre ce qui à ses yeux demeurait une véritable énigme, car c’était la première fois qu’il se retrouvait face à un tel être.
Bien entendu, ce n’était guère la première fois qu’il rencontrait un vampire ; Caladon en abritait un certain nombre en raison de sa multiculturalité ainsi qu’Aldaria, mais jamais il n’en avait croisé d’aussi jeune.

A la remarque suivante de la gamine, l’humain eut un petit rire et ses prunelles dorées se mirent à luire d’une lueur espiègle :

- Je ne t’envie pas, l’éternité c’est très long, surtout sur la fin.

Malgré cette phrase humoristique, ce dernier pensait en toute sincérité que vivre éternellement pouvait se révéler un véritable cadeau empoisonné et engendrer une incommensurable souffrance, d’autant plus dure à supporter qu’elle ne devait jamais connaitre d’issue…

La rouquine ajouta qu’elle ne le prendrait pas sur le dos de sa monture et l’adolescent feignit de pousser un soupir de soulagement :

- Ouf me voilà bien rassuré, à un moment, j’ai eu un peu peur que tu n’envisages de me ligoter et de me jeter sur son dos, comme un sac à patates, pour me ramener de force à Caladon.

Puis, il acquiesça de la tête au reste de ses propos et répondit avec un petit sourire en coin :

- Je te crois sur parole, vous les vampires possédez des sens sur-aiguisés…

Et ce don pouvait se révéler fort appréciable, celui-ci était forcé de l’admettre.
Son regard se porta sur les plaines, balayées par un vent glacé, et auréolées d’un halo de brume.

- On raconte que les plaines sauvages sont remplies de brigands, de vampires renégats qui ne respectent pas les lois et d’âmes damnées…Certaines rumeurs disent même que les désespérés et ceux qui n’ont plus foi en rien y vont pour mourir ou disparaître pour que nul ne puisse les retrouver. On y trouverait également certains lieux interdits, comme l’ancien royaume qui se trouve près du lac noir et des zones inconnues…Tu en as peut-être entendu parler ?


Aphaia Makhaira a écrit:- Je pourrais te laisser aux fauves. Quant au reste la technique l'emporte sur le reste, tu peux être un vampire, mais te battre comme un pied, tous ne sont pas des machines de guerre, j'en ai déjà vu se faire tuer par excès de confiance ou parce qu'ils avaient fait des erreurs que même un écuyer humain n'aurait pas fait.

Comment savait-elle tout cela ? Déjà en tant que capitaine à coordonner son escadron et à ne pas pardonner ce genre d'erreurs, et des erreurs qu'elle-même avait déjà faites par le passé, elle avait un côté un peu élitiste dans ce qu'elle choisissait pour ses hommes et ce qu'elle pardonnait ou non.

Elle observait d'un air froid l'enfant qui la dévisageait, oui son visage enfantin faisait toujours un choc la première fois, personne ne s'attend à trouver une gamine de tout juste douze ans derrière le Fléau Rouge, ou même tout simplement dans cette armure, la réaction du garçon était donc tout à fait normale de son point de vue, à voir s'il décidait de prendre ce paramètre léger en compte ou non. Mais devant l'attitude du blondinet, elle se contentait de lâcher un : mais, d'une voix peut-être un peu trop aiguë, mais qui ne faisait qu'accentuer ce côté très enfantin.

- Ne fait pas cette tête, toi aussi t'es un gamin ! Et je ne te dévisage pas ! Elle levait les yeux au ciel dans un geste de supplique lui aussi n'allait pas lui faire le coup. Et pour le coup, elle évoquait une vérité aussi cruelle qu'une gifle. Puis elle éloignait un peu sa monture d'un air fermé, semblant même plutôt vexée.

Qu'est-ce que paraître étrange et être un oiseau rare l'agaçait parfois, les gens avaient parfois des réactions qui lui donnaient l'impression d'être une bizarrerie de la nature ou quelque chose comme ça, et elle n'aimait pas du tout ça. D'autant plus que la jeune vampire était dans une phase où elle se cherchait avec l'impression d'être dans une impasse.

- Ce n'était pas un accident et on me l'a imposé. Une réponse courte, mais qui en disait assez long pour que ça soit parfaitement limpide. Et elle n'ajoutait rien de plus à ce sujet.

Ce corps enfantin n'était pas vraiment un problème pour elle, s'étant faite à l'idée d'être une enfant éternellement jeune et de surcroît, une vampire ! Le problème venait toujours des autres, soit par leur pitié qu'elle ne supportait plus, soit parce qu'ils avaient tendance à ne plus la prendre au sérieux en voyant son apparence. Son propre avait fini par s'y faire, mais les autres, c'était encore à travailler.

Néanmoins en dépit de la froideur qu'elle s'obligeait à montrer et cette supériorité non dissimulée, elle n'était pas totalement une adulte, elle aimait l'extérieur et les fleurs et s'amuser, même si elle révélait cette partie d'elle-même qu'à une certaine élite.

- Je pourrais te bâillonner aussi avant de te mettre sur mon cheval, j'ai horreur des gens qui parlent trop.

Elle lui faisait face avec son cheval, la jument n'ayant pas arrêté son comportement ombrageux, plaçait immédiatement ses oreilles sur sa nuque et fixant le petit humain d'un air peu amical.


- Une partie de ce que l'on t'as dit est vrai, malgré tout nos efforts ça reste une zone de non-lieu, nous sommes trop peu et ne pouvons pas être de partout, et les bandits et les renégats l'ont bien compris, quant aux âmes damnées je n'en ai jamais croisé en plus d'un siècle à parcourir ces terres. Et pour l'ancien royaume, peut-être.. ~
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Jeu 4 Jan - 18:06
La fillette au teint de nacre et à la chevelure incandescente, continuait à le houspiller, sans se départit de son aura glaciale. Néanmoins Nolan demeura impassible face à ses propos peu amènes, voire même s’en amusa. Cette renarde n’avait décidément pas sa langue dans sa poche.
Ses lippes esquissèrent un sourire énigmatique :

- Vraiment ? La technique l’emporte sur le reste ? Tu m’en diras tant. J’étais pourtant persuadé que les vampires, ces créatures de la nuit, possédaient une force surhumaine, des sens sur-développés et une incroyable rapidité. Mais peut-être ne s’agit-il que de vulgaires racontars, termina-t-il en sifflotant.

Les mires argentées de l’enfant semblaient aussi glacées que le sommet des cimes enneigées du Royaume Elfique. Le petit prince n’était guère accoutumé à contempler une telle expression sur un visage poupin et cela attisait sa curiosité. Dardant ses prunelles mordorées sur cette poupée de porcelaine, il tenta d’imaginer à quoi celle-ci pouvait ressembler quand la colère défigurait ses traits. Se transformait-elle en bête assoiffée de sang, faisant voler en éclats l’image délicate de la petite fille qu’elle était autrefois ?

La rouquine poursuivit d’une voix, dont la tonalité aiguë trahissait la juvénilité, que son interlocuteur n’était lui-même qu’un jouvenceau.
Aussitôt, les joues de l’adolescent s’enflammèrent, se colorant d’incarnat et il crut bon d’ajouter :

- Un gamin ? Pas tant que ça ! J’ai quinze ans. Pour un humain c’est déjà presque l’âge d’être un homme !

En effet, comment l’éphémère existence humaine, aussi fragile que les pétales d’une fleur emportés par la tempête, pouvait-elle se comparer à celle d’un être immortel, figé dans une jeunesse éternelle et dont la face ne serait ternie par aucune ride, ni la chevelure de sang par nul cheveu d’argent ?

Sans sourciller, arborant toujours la même froideur marmoréenne, fièrement huchée sur son destrier fuligineux, Alphaia semblait le dominer de sa hauteur.

Le bâillonner et l’emporter sur son cheval ? Allons donc. En dépit du fait qu’il soit un simple humain incapable de rivaliser en combat singulier avec un enfant des ténèbres, Nolan demeurait le prince héritier d’Aldaria et s’attendait à bénéficier des égards qui seyaient à son rang. Pourtant, si la rousse faisait naître en lui un certain agacement, cette dernière le fascinait tout autant. Comment une même personne pouvait-elle éveiller des sentiments si ambivalents ? L'étonnant contraste entre la candeur de ses traits et la dureté qui se lisait dans ses prunelles d’aciers en était-il la cause ?

- Très bien. Puisque selon toi, il n’y a rien d’intéressant en ces lieux il vaudrait mieux que nous regagnions tous les deux la frontière dès que mon cheval sera en état de voyager.

Les plaines sauvages étaient battues par un vent froid et poussiéreux et une chape de mélancolie paraissait recouvrir le territoire des vampires. L’atmosphère nocturne se révélait lugubre et seule la pâle lueur de l’astre lunaire permettait de discerner les alentours où régnait la désolation. Nolan songea qu’après mûre réflexion il ne serait guère fâché de regagner le confort et la sérénité de l’auberge à Caladon. Lui qui rêvait d’une aventure exaltante n’avait rencontré qu’une gamine un peu trop prétentieuse et traversé des terres aussi désertes et mornes qu'un cimetière.  

Soudain, le petit prince discerna dans le lointain un groupe de cavaliers, montant des destriers aussi sombres qu’un puits de ténèbres. Ceux-ci semblaient se diriger droit dans leur direction, soulevant des nuages de poussières grisâtres. Le jeune Kohan fronça les sourcils et dit d’un ton grave :

- Je crois qu’on a de la compagnie…


Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Jeu 18 Jan - 11:58
- Je ne suis pas bien forte, tu sais, mais je peux compter facilement sur ma vitesse et mes réflexes, et quelques petites triches, bien entendu. Elle lui réservait un air minaud et un peu secret accompagné d'un sourire vaguement menaçant pour aller avec le reste.

Sa petite taille était certainement un avantage au cours d'un combat elle était agile, parfois souple et se faufilait sans mal entre ses adversaires et puis ceux qui connaissaient sa nature d'enfant ne devait pas vraiment se méfier, non ? Elle avait toutes les qualités pour réussir à harceler ses adversaires, elle n'avait qu'à attendre que l'ennemi soit à bout de forces. Mais clairement, elle n'était ni la plus forte de sa race, ni la plus puissante, elle était juste un élément qui avait su se montrer indispensable, en temps de guerre.. Et actuellement, il n'y en avait pas, elle se retrouvait donc reléguer à de bien basses tâches. Mais qu'importe tant qu'elle faisait son simple devoir !

- Tu restes un bébé à mes yeux, du haut de mes deux cent douze ans.

Elle plaçait pratiquement instinctivement son cheval entre le garnement et les cavaliers qui s'élançaient au galop, un geste de défense qui ne lui ressemblait définitivement pas, peut-être faisait-elle tout simplement son travail ? La jument suivant l'instinct de sa jeune cavalière, renâclait, plaquait les oreilles en arrière et fulminait à l'idée de se battre. Néanmoins, le nombre de vampires était bien trop important pour elle, aussi puissante quelle était.

- Ils ne font pas parti de mon escadron, ceux-là. Elle lâchait un grondement assez audible et se mettait en garde.

Elle analysait soigneusement la situation, remettant son heaume et rabattait sa visière, visiblement prête à en découdre si les cavaliers se montraient agressifs.
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Mer 31 Jan - 18:05
Nolan écouta avec amusement les paroles de l’enfant vampire, l’imaginant sans peine user de ruses et de perfidie pour déstabiliser son adversaire, telle une renarde dépourvue du moindre scrupule. Du reste, sa stature menue et ses traits juvéniles pouvaient sans peine endormir la méfiance d’autrui voire donner envie de la protéger. Si le jeune prince avait ignoré la véritable nature d’Alphaia, il se serait certainement laisser berner par cette apparence d’innocence et la candeur de ce visage enfantin.

Pourtant même si cette dernière ne pouvait guère rivaliser de puissance avec certains vampires plus âgés et dotés de pouvoirs supérieurs, elle devait néanmoins posséder une certaine ténacité pour être demeurée en vie dans cet univers de dangereux prédateurs.

Aux paroles de la rouquine, l’Aldarien répliqua avec vivacité :

- Un bébé moi ? Peut-être pour l’instant car je n’ai que quinze ans, mais contrairement à toi je ne suis pas figé à jamais dans un corps d’enfant. Je vais continuer à grandir et un jour je serais pleinement adulte, un homme mûr…puis…un vieillard.

Nolan grimaça car cette dernière perspective n’était guère réjouissante ; en effet, si celui éprouvait une vive impatience à l’idée de devenir un homme et de gouverner le Royaume que son père Korentin lui avait légué. En revanche, voir l’éclat doré de ses cheveux se ternir et sa peau lisse arborer les stigmates du temps l’emplissait d’un mélange de crainte et de répulsion. Sans compter que vieillir signifiait également mourir un jour...

Soudain leur joute verbale fut interrompue par le bruit de chevaux lancés au galop et venant tout droit dans leur direction. L’instinct du jeune prince lui disait que l’apparition de cette troupe de cavalier était un présage de mauvais augure. Cependant, les deux enfants n’avaient pas d’autre choix que leur faire face car ils étaient privés de toute retraite et seraient rapidement rattrapés s’ils tentaient de fuir.

Alphaia déplaça sa monture, la plaçant entre l’adolescent et les nouveaux arrivants, comme pour s’interposer et faire rempart face à la menace qu’ils représentaient. En grognant, la fillette confirma que ces derniers n’appartenaient pas à son escadron. Avec un petit rire se voulant assuré mais qui laissait transparaître une légère nervosité, Nolan répondit :

- Tu vas rire mais je m’en serais douté, ils n’ont pas l’air d’être des militaires et d’appartenir à l’armée vampirique.

En effet, les cavaliers qui venaient de les encercler ne portaient pas l’uniforme typique des soldats vampiriques ; néanmoins, l’aura ténébreuse qui émanaient d’eux, leurs prunelles de braise et leurs mines patibulaire ne laissaient planer aucun doute sur leur appartenance au peuple de la nuit.
Et il suffisait de leur lancer un seul regard pour comprendre que leurs intentions à l’égard des deux enfants égarés n’étaient pas des plus amicales.

L’un d’entre eux, à la silhouette imposante recouverte d'une armure couleur d'obsidienne et armé d'une lourde armure s'avança dans leur direction.  Un corbeau se tenait juché sur son épaule et ses traits étaient presque entièrement dissimulés par une capuche noire et un masque qui ne laissait entrevoir que ses lèvres et son menton barbu. Ce dernier s’adressa à eux d’une voix glaciale et autoritaire :

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) 9cba3b10


- Eh bien, en voilà une jolie prise aujourd’hui ! On dirait bien que nous avons une royale visite. Que nous vaut la visite du prince héritier d’Aldaria dans notre belle contrée ? Vous faisiez un peu de tourisme votre altesse ? J’ose espérer que vous appréciez les paysages désolés et désertiques des plaines sauvages. Vous ne le saviez peut-être pas mais vous venez d’entrer sur mon territoire et comme je suis un hôte diligent je me ferai un plaisir de vous emmener jusqu’à mon palais. Je me suis toujours demandé combien pouvoir valoir un prince et à défaut de rançon ton sang royal fera peut-être un succulent nectar. Mais je ne me suis pas encore présenté, mon nom est Orian Althaïs et je suis le chef de cette troupe de vampires renégats qu’on surnomme les chasseurs des ténèbres.

Le ton n’était pas dénué de sarcasmes et des gloussements parcoururent l’assemblée de malandrins attroupée autour des deux prisonniers. Le vampire tourna ensuite ses mires de givre en direction d’Alphaia:

- Tiens donc qu’avons-nous là ? Ne serait-ce pas le fléau ? Cette gamine irritante plus qu’inutile qui sert le prince vampire tel un chien à qui l’on lance un os à ronger ?

Le sombre prédateur éclata de rire et poursuivit :

- Si tu es bien sage je te laisserai peut-être vivre plus longtemps et ma foi j’ai toujours rêvé de m’amuser avec une poupée dans ton genre.

Puis il fit un geste de la main à l’attention de ses subordonnés pour leur ordonner de s’emparer des deux gamins.



Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Dim 4 Fév - 13:00
- Je serais toujours la plus vieille, et tu seras toujours cet enfant que j'ai croisé dans les plaines, même quand tu mourras. Je n'ai pas envie de t'imaginer tout ridé et tremblant.

Son cœur s'abîmait d'une pointe de tristesse, elle n'aurait pas du tout aimé être de ces races mortelles, elle préférait rester fidèle à elle-même sans jamais changer. Même grandir ne l'aurait pas dérangée plus que ça. Mais le fait que le gamin se soit vexé lui faisait lâcher un éclat de rire. Elle pouvait être cet implacable soldat ou cet enfant prêt à rire de tout.

- Si tu as un quelconque esprit à prier, c'est maintenant ou jamais.

Elle analysait lentement la situation une fois que le groupe de cavalier, elle ne savait pas vraiment où donner de la tête, ils étaient particulièrement nombreux, et elle ne pouvait pas compter sur l'aide du jeune prince, ils étaient acculés.

Grondant sous son heaume, elle repoussait avec son cheval les cavaliers qui s'approchaient de trop près. Quand l'étau se resserrait elle lâchait les rênes de brides de sa jument, la laissant se débrouiller avec les autres chevaux, à grand renfort de hennissements, de jeter d'antérieurs, de ruades et de tentative de morsure. L'ombrageuse monture empêchait par elle-même quiconque d'approcher. C'était un véritable destrier, agressif, rapide, endurant et particulièrement déterminé à survivre et sa très grande taille lui permettait de dominer aisément les autres chevaux.

Néanmoins, la cavalière tâchait de garder un œil sur le jeune homme pour ne pas le blesser dans sa manœuvre et elle se débrouillait plutôt bien, gardant à une certaine distance même si elle ne tiendrait pas, elle était une bête enragée qui défendait soigneusement son espace, et elle ne lâcherait rien sans être à terre.

- Toi.. Ce gamin est sous ma protection, tu ne le toucheras pas, Orian, qu'importe qu'il soit un prince ou un gamin des rues. Je vous tuerais un par un s'il le faut, je te ferais goûter le prix de ta trahison et ravaler ton venin.

Elle rattrapait ses rênes de bride, faisant face sans trembler à l'homme qui avait orchestrer ce sale coup, prête à jouter s'il le fallait, resserrant sa main gauche sur son épée, elle soutenait sans aucune difficulté le regard de son confrère, glace contre glace. Elle était entièrement en armure et sa monture aussi alors elle se battrait jusqu'à ce qu'on la soumette ou qu'on la tue.

Equipements:
Inventaire

Ancien Uniforme de vampires
Set
Ainsi, la race vampirique a opté pour une armure d’un cuir rouge sombre. Celle-ci constitue une première couche de protection et couvre des jambes aux bras (sauf les mains) et s’arrête au cou. Elle est parfaitement collée à l’épiderme du guerrier et lui sert de seconde peau sans gêner une seconde sa mobilité.
A cet ensemble s’ajoute du métal noir, le sombre-acier, une spécialité du royaume vampirique qui ressemble à l'acier, mais qui a une teinte plus sombre. Il sert pour les brassards, les protèges-coudes, les jambières et à façonner une brigandine. On l’utilise aussi pour la camail et la barbute qui protège la tête et le cou. Ce dernier est un heaume dont les contours sont rouge sombre.
Habile mélange de pièces de métal et de cuir, l’armure du soldat vampire classique permet à celui-ci de bouger comme s'il n’en avait pas, tout en le protégeant au mieux. Les couleurs rouge et noir sont évidemment représentées.
→ Lame cachée : Protection en cuir et acier qui s'attache facilement autour du bras, la rendant très difficile à voir. D'un simple mouvement de la main elle révèle, grâce à un mécanisme avancé, une lame de petite taille qui sert souvent à attaquer dans un point faible de la cible. Utilisée surtout par les assassins et les espions almaréens.

Stratia
Epée à une main
Épée bâtarde, très fine, presque semblable à une rapière de par sa garde et son profil fin et sa longueur, mais elle est plutôt lourde, conçue pour que sa propriétaire puisse frapper vite et précisément au niveau des failles des armures plutôt que pour le combat épée contre épée. D’un acier uniforme, la fusée est recouverte d’une très fine couche de cuir noir et son pommeau est quasiment inexistant. L’arme ne possède pas de fourreau.

Reforgée avec l'Abîme :
Alliage créé sous l’empire du Tyran blanc. Il allie le Cobalt, l’Adamantine corrompu par de l’essence de fleurs des larmes ainsi qu’un troisième métal inconnu jusqu’alors provenant des profondeurs du monde. Il offre une résistance remarquable à l’objet qui vient en être renforcé, mais le corrompt par la même occasion. D’un gris terne il fait naître tristesse et peur dans le cœur de ceux qui l’observe trop longtemps.
→ Résistance physique niveau 3
→ Dévore joie (absorbe tous les sentiments positifs émanant des individus autour du porteur et les canalisent dans l’objet)
→ Juste terreur (inspire de la peur aux ennemis de force mentale inférieure au porteur)

→  Lame sanglante (Maléfique) : une lame qui se nourrit du sang de ses proies, elle gagne en puissance à chaque fois qu'elle est plongée dans le sang (devient ainsi plus tranchante et peu abîmer les armes non magiques, la puissance emmagasinée commence à péricliter au bout d'une heure sans absorption et disparaît totalement en moins de 2 heures)
→ Propriété draconique : enchâssée dans un bijou, une armure ou une arme, elle lui donne la propriété d'être intouchable par un autre que son propriétaire (sous peine de souffrances terribles).
→ Résistance : Enchâssée dans un bijou ou une armure, elle lui donne la propriété de monter la résistance du personnage d'un rang. Dans une arme elle la rend totalement incassable (mais pas plus tranchante pour autant).

Gants en cuir de dragon
Gants ?
Des pièces aussi rares que couteuse ! Ces gants recouvrent toute la main mais également la moitié de l'avant-bras de façon à ne pas bouger. Les différentes pièces sont assemblées entre elles avec du fil de mousseline afin de garantir une résistante parfaite à l'ensemble. Le cuir de Dragon, du fait de son jeu d'écaille si particulier, s'adapte parfaitement à n'importe quelle personne. Il est imperméable et incassable. Ainsi, le porteur de l'une de ces créations peut frapper une armure d'acier sans se briser les os ou même saisir une lame à main nues sans risque de se blesser... À condition d'être suffisamment rapide pour cela ! Mais ce n'est pas tout. Le cuir de dragon offre également une bonne projection face à la magie, si bien que le porteur d'une paire de ces gants peut arrêter un sortilège en les saisissants au vol ou en interceptant la trajectoire avec la paume ouverte. Cela demande toutefois une excellente dextérité et le bon timing...
→ Indestructibilité - Les gants ne peuvent être détruits, que ce soit par un procédé naturel ou par magie.
→  Renvoi - Les propriétés magiques du cuir de Dragon permettent de renvoyer les sortilèges à condition d'accepter de les toucher.

Louve
Destrier vampirique

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) 396437louve2
→ Armure en sombre-acier recouvrant quasi l'intégralité du corps de la jument, renforcée de pointes almaréennes, possédant l'Esthétisme almaréen - équivalent phobos -, gravé finement sur l'armure et à certains endroits peint en rouge- rebords des plaques principalement. Gemme de vivacité. Sacoches des ombres.
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Jeu 22 Mar - 18:20
A l’approche des cavaliers ténébreux, la fillette se contenta de dire au jeune prince que s’il avait un esprit à prier c’était le moment ou jamais. Nolan hocha la tête négativement :

- Les esprits sont morts tu le sais bien, nous ne pouvons compter que sur nos propres forces…

Il disait cette phrase en tentant de garder une certaine contenance et son visage juvénile arborait un masque d’impavidité. Pourtant, le blond savait que cette troupe de cavaliers se révélait être une grave menace pour les deux écervelés qui avait eu l’imprudence de pénétrer à l'intérieur de leur territoire. A présent ils étaient faits comme des rats et toute résistance serait inutile, même si le gamin n’avait guère envie de leur faciliter la tâche.
Etrangement la rouquine s’interposa entre les nouveaux arrivants et le jeune Kohan, comme si elle cherchait à le protéger, ce qui le laissa quelque peu perplexe. Pourquoi l’enfant de la nuit désirait elle assurer sa protection face à ces vampires renégats ? Au contraire, en agissant de la sorte celle-ci se mettait gravement en danger.

Nolan s’apprêtait à répondre quelque chose, lorsque soudain le rire sardonique du chef des brigands résonna et il darda des prunelles glaciales sur Aphaia :

-Ainsi tu as l’outrecuidance de t’interposer entre moi et ma proie et dans ton arrogance ou plutôt ta folie tu crois pouvoir rivaliser avec nous ?
Mais tu vas comprendre ta souffrance sale morveuse et quand mes sbires en auront fini avec toi tu regretteras d’être en vie tellement ton corps aura été réduit en bouillie ! Donnez-lui la leçon qu’elle mérite et emparez-vous du prince d’Aldaria !

D’un signe de la main, il ordonna à ses hommes de main de s'exécuter et bientôt plusieurs vampires descendirent de leurs destriers et s’élancèrent vers la rousse pour la rouer de coups. Son petit corps était balloté dans tous les sens et les sombres prédateurs arboraient des faciès grimaçants, en dévoilant leurs crocs acérés, ce qui les rendaient encore plus monstrueux.

- Arrêtez ! laissez-là ! hurla l’adolescent dont le visage avait été éclaboussé par le sang noirâtre d’Aphaia. C’est moi qui vous intéresse, donc laissez là partir et vous aurez ce que vous voulez !

Les lèvres d’Orian s’étirèrent en un sourire carnassier et il répliqua :

- Tu n’es pas en état de négocier gamin. Tu es mon prisonnier et je suis libre de faire ce que je veux de toi, même de te vider de ton sang ou de te faire vampiriser si tel est mon bon vouloir.

L’un des subordonnés du chef vampire saisit Nolan par les cheveux, tirant sa tête en arrière pour approcher ses crocs acérés de sa gorge et feignit de mordre sa veine jugulaire; le gamin ferma les yeux, sentant son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine.

- Bon assez joué ! s’écria Orian en arrêtant le geste du vampire. Le prince est trop précieux pour gâcher inutilement une telle prise. Enfermez-moi ce gamin dans une cage.

Puis avec une moue méprisante il ajouta en désignant la rouquine:

- Et ramassez ce tas de déchets sanguinolents et mettait le aussi dans une cage. Nous retournons à la forteresse.


Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Jeu 22 Mar - 20:46
- Je sais bien !

Elle répondait avec sa combativité habituelle, les esprits étaient certes morts, mais les croyances restaient particulièrement vivaces, et elle ne craignait pas de dire ce genre de chose, face aux situations les plus désespérées, l'espoir étaient bien la dernière chose qui leur restait. La rousse fut obligée de descendre de sa monture, pour permettre à cette dernière de fuir, elle descendait donc en urgence, claquant son épée sur la croupe du cheval, le bruit de son arme sur les plaques métalliques de son armure fit bondir la jument vers l'avant et la fit partir au galop, faisant mine de mordre la monture du prince pour l'entraîner dans sa fuite. Ainsi, la jument retournerait à la capitale vampirique seule, ce qui inquiéterait son escadron. Ainsi, ils auraient une chance d'être secouru à temps.

- J'ai vaincu des soldats plus imposants que toi ou tes hommes quand nous étions sous les ordres du Tyran, n'oublie pas qui je suis. Je serais le bastion entre toi et le prince.

La jeune vampire se mettait en garde, elle ne craignait pas la mort, et elle connaissait ses capacités, mais par-dessus tout elle était motivée, bien qu'ils fussent en infériorité numérique. Il était trop tard pour fuir et un groupe de vampire pourrait les traquer durant des jours entiers. Et le petit prince ne pourrait tenir. Pourquoi elle défendait ainsi un simple humain ? Certainement, pas, pour des raisons politiques, peut-être qu'elle estimait que personne ne méritait cela.

Néanmoins aussi forte qu'elle était, elle ne put résister longtemps à l'assaut effréné des vampires, elle fut rapidement mise à terre et lynchée, elle luttait pour ne pas perdre conscience. Elle enrageait d'avantage quand elle vit un vampire menacer la gorge du prince, mais elle ne put rien faire contre ça. Et perdait rapidement conscience après cela.

Elle ne sait pas combien de temps après elle reprit conscience, rassurée de voir le prince encore à ses côtés, à présent, elle s'inquiétait de son état. Bien entendu, on l'avait dépossédé de ses armes et de son armure. Elle grondait et se dressait rapidement, elle avait un mal de crâne absolument épouvantable. Elle murmurait au jeune garçon :

- Comment tu vas ? On n'a pas beaucoup de temps.

La jeune vampire observait avec satisfaction qu'ils ne lui avaient pas enlevé sa prothèse métallique au bras droit, certaines sangles avaient rompues, mais sa lame cachée étaient encore là. Elle pourrait de détacher quand elle en aurait l'occasion.
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Mer 28 Mar - 19:07
Les paroles pleines de témérité de la rousse ne firent qu’attiser la rage et déchaîner les instincts carnassiers des prédateurs nocturnes qui, suite aux ordres de leur meneur, s’élancèrent sur elle. En dépit de sa combativité, cette dernière fut rapidement maîtrisée par le nombre d’assaillants et les coups se mirent à pleuvoir sur son corps frêle.

Nolan qui assistait à la scène ne pouvait faire aucun geste pour lui venir en aide, n’étant qu’un jeune humain face à une horde de vampires sanguinaires. Il tenta néanmoins de s’interposer en interpellant Orian afin de lui demander de relâcher le fléau et de la laisser partir saine et sauve. En guise de réponse, le chef des renégats lui rappela sa position d’infériorité et de captif, et lui de ses sbires n’hésita pas à intimider l’adolescent, en feignant de lui infliger une morsure venimeuse. Un frisson de dégoût parcourut la peau du blond en sentant le contact des crocs acérés contre son cou, en dépit du fait que le vampire ne faisant que se jouer de lui, jouissant de sa peur.

Lorsqu’Orian estima que ce petit jeu avait suffisamment duré, il ordonna à ses hommes de main d’enfermer les deux gamins dans une cage et de regagner leur forteresse secrète. Désormais, prisonnier des griffes de ces terribles vampires, Nolan songea que son escapade nocturne prenait l’allure d’un cauchemar d’enfant et il se demanda quand s’achèverait ce voyage au bout de la nuit.

Bientôt ils arrivèrent au pied d’un relief montagneux, et l’adolescent remarqua une sorte d’ouverture creusée dans la paroi rocheuse et qui menait à un réseau de galeries souterraines. L’obscurité qui y régnait était presque totale et seuls des orbes luminescents, incrustés dans la roche, diffusaient une faible lumière. Le jeune prince ne voyait qu’à grand peine, jusqu’à ce que ses prunelles humaines s’habituent à la pénombre de ce lieu caverneux.

A l’intérieur de ce labyrinthe souterrain, outre les vampires, il y avait également des esclaves humains, maigres et pauvrement vêtus. La plupart devait servir d’esclaves nourriciers, à alimenter illégalement le commerce écarlate ou tout simplement de vulgaires jouets à certains de ces prédateurs.

Leurs ravisseurs les enfermèrent à l’intérieur d’une même cellule et plusieurs heures s’écoulèrent avant qu’Aphaia ne reprenne connaissance. S’adressant au jeune prince, elle lui demanda comment il allait, en ajoutant qu’ils n’avaient plus beaucoup de temps. Le gamin répondit d’un ton humoristique et taquin :

- Je suis en pleine forme et toi c’était bien ton petit somme ? Tu es déjà pressée de fausser compagnie à nos amis les vampires renégats ? Pourtant ils se sont donné du mal pour nous recevoir dignement. Toi tu as eu droit à la bastonnade et moi à une suite royale, une geôle nauséabonde remplie de rats. Mais rassure toi, je ne comptais pas rester ici sagement les bras croisés, j’attendais juste que la belle endormie se réveille avant de passer à l’action. Quant à la grande évasion, il vaudrait mieux que nous nous servions de nos cervelles car je ne suis pas certain qu’Orian te laissera en vie si tu te tentes encore de le provoquer ou de te mesurer à ses sbires. J’ai déjà une petite idée pour essayer de sortir de cette fichue cellule.


Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Ven 30 Mar - 7:05
La première chose à laquelle elle fit attention était l'odeur de sang, une odeur très prononcée qui lui faisait tourner la tête, et l'empêchait de se concentrer et elle ne savait pas combien de temps elle résisterait à cet appel, puisqu'elle n'était pas une vampire domestiquée, et le sang pouvait rapidement lui faire perdre pied.

- Je me porte bien mieux que ce que je mérite, jeune prince. Si tu savais à quel point, je méprise ces rats-là, même ceux de ta suite me paraissent plus agréables et plus commodes. Ça fait bizarre de comater alors que ça fait des siècles que je n'ai pas fermé l'œil. J'espère qu'on ne vous à pas maltraité durant mon absence, majesté. Au moins la fille vampire n'avait pas perdu son écrasant sens de l'humour. Ça pue le sang, j'arrive pas à me concentrer. Puis elle finissait par ajouté d'un ton presque charmeur. Au moins je ne mourrais pas de faim.

Elle avait beau être captive, elle n'hésitait pas à jouer de son humour, bien qu'elle semblait réellement dérangée par la dite odeur, angoissait-elle ? Certainement, pas, elle avait déjà été dans des situations bien plus délicate qu'une simple prise d'otages.

- Tu es plus précieux que moi en effet, je ne suis qu'une vieille ennemie. En même temps, comprends-les tu as un cou parfait pour y déposer une lame, c'est difficile d'y résister. Elle remuait quelque chose dans son coin, sans doute avait-elle quelque chose de caché qui les aiderait à s'enfuir en temps voulu. J'ai pas survécu à toutes ces guerres pour finir tuée par un traître, dans une geôle remplie de merde.

Puis elle jetait un regard amusé au gamin, l'éclat de ses yeux était perceptible malgré la pénombre, elle prenait cela comme un jeu ou plus exactement un défis, elle écoutait avec une attention toute particulière les sons ambiants. Néanmoins, avec le passage qu'il y avait, fuir tout de suite serait assez compliqué, elle se penchait autant qu'elle pouvait pour voir ce qui les entourait.

- Ceux-là ne sont que des plaisantins. Avant de partir, j'aimerais poser quelques questions à leur chef, c'est disons.. Une vieille connaissance.

Elle n'oubliait pas sa vieille rancœur à l'égard de son géniteur, et elle savait qu'il était plus ou moins lié aux renégats.
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Dim 13 Mai - 22:29
Bien qu’ayant été rouée de coups au point de sombrer dans l’inconscience, la fillette à la chevelure de feu follet n’avait rien perdu de la verve qui l’animait et cela arracha un sourire au prince héritier. Décidément, cette gamine lui plaisait, elle ne manquait guère d’audace et de témérité et les Esprits savaient qu’il en fallait pour oser s’opposer au chef des vampires Renégats.

- Effectivement, ces vampires ne semblaient pas te porter dans leur cœur à en croire les paroles peu avenantes de leur leader à ton égard. S’il s’intéresse à moi c’est uniquement pour la rançon, que veux-tu l’appât du gain est irrésistible pour certains. Mais peut-être que celui-ci te réserve un sort pire que la mort et c’est la raison pour laquelle il t’a maintenue captive.

Le trait d’humour de la rouquine fit rire le prince d’Aldaria et il répondit sur le même ton facétieux :

- Je me porte à merveille, j’ai été traité avec tous les égards dû à mon rang de butin vivant et je suis heureux de constater que la princesse se porte également comme un charme.

Malgré la pénombre qui régnait dans la geôle, Nolan parvenait à discerner les traits diaphanes de la gamine au visage poupin et ses prunelles d’acier qui luisaient dans l’obscurité. Cette dernière paraissait pensive et à la recherche d’une échappatoire, mais pour avoir déjà fouillé cette prison de fond en comble Nolan savait qu’il ne serait pas si simple de s’en évader. Les vampires renégats n’étaient pas stupides au point de les enfermer à l’intérieur d’une cellule présentant une issue évidente.

Cependant, le blond ne doutait pas qu’ils finiraient, à force d’ingéniosité et de coopération, par trouver un moyen de fuir cette prison immonde où leurs ravisseurs les détenaient enfermés.

Par ailleurs, le fléau désirait régler certains comptes avec le chef de ces sombres prédateurs.

- Je vois, c’est une vieille connaissance. J’avais remarqué qu’il paraissait te connaitre et j’imagine que vous devez avoir beaucoup de choses à vous raconter, mais chaque chose en son temps, trouvons d’abord le moyen de sortir d’ici.

Nolan s’approcha de la porte de la cellule et sans surprise celle-ci était verrouillée. En l’examinant de plus près, le gamin constata que la serrure était protégée par un verrou magique, ce qui la rendait impossible à crocheter par les moyens traditionnels. Toutefois, il refusait de s’avouer vaincu et en l’observant une idée germa dans son esprit.

- A mon avis, il est possible de déverrouiller cette porte à l’aide d’un sort mais nous devons nous montrer très prudent car des gardes sont surement postés à l’extérieur. Sans compter que l’obscurité règne dans ces souterrains et si pour toi cela ne pose aucun problème en raison de tes yeux de prédateur, dans mon cas ma vision est diminuée. Nous devrons collaborer pour sortir en vie d’ici en alliant tes capacités de vampire et ma magie.

Ensuite, l’adolescent utilisa sa magie et le verrou magique s’effaça, ensuite Nolan dissipa le sort.

[Défensif] Verrou d'énergie
Sort capable de verrouiller une porte, un coffre ou tout objet pouvant être fermé à l'aide de la magie dans le but de le rendre inviolable ou presque par le premier venu. Une porte verrouillée par ce sort ne peut pas être franchit si le lanceur ne dissipe pas le sort ou si le niveau Magique de la personne est trop faible, plus le rang du Magicien est important plus il est difficile de briser le sort. Pas de crainte, il vous reste toujours le mur pour passer.
Geste clé : Mimer le mouvement d'une clé fermant une serrure.

A présent, ils allaient pouvoir ouvrir la porte et tenter de se glisser à l’extérieur sans se faire repérer. Le petit prince se tourna vers Aphaia et lui dis avec un sourire charmeur :

- Les dames d’abord.


Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Ven 1 Juin - 18:48
-Oh, il doit certainement avoir d’obscures raisons, je ne m’en fais pas vraiment, il en faudra plus pour me tuer. Ne te tracasse pas trop pour moi. Vous autres les princes avez bien trop de préoccupation pour vous préoccuper du commun des mortels. Ou des immortels dans mon cas.

Elle se répétait encore et toujours, qu’elle ne mourrait pas ici, mais vu l’état des deux compères leur avenir était plus qu’incertain et le temps particulièrement limité, mais elle ravalait cette bien sombres pensées au fond de son esprit. Si elle y croyait, elle leur laissait une chance.

-Je ne suis pas une princesse, j’ai passé ma vie à me battre, j’ai fait toutes les guerres un peu de respect pour moi. Je ne suis pas une de ses filles toute parfumée et coincée dans des carcans comme celle que tu courtises ! Elle prenait un air faussement renfrogné.

Ce qu’elle haïssait ce genre de diva précieuse, qui non-contentes d’être inutiles s’insultaient tout en vivant sur le dos des gens qui attendaient d’elles rien de plus qu’un maigre sourire généralement faux.

-Je ne ferais aucune erreur avant de m’assurer que votre derrière royal reste bien en sécurité jusque-là. Ensuite, rien ne m’empêchera d’y retourner et de lui régler son compte.

Il s’agissait là sans doute d’une question d’honneur ou peut-être même d’ego froissé, après tout l’enfant vampire avait été particulièrement chahutée lors du dernier affrontement. Voir son visage si enfantin se troubler sous ses mots était autant ridicule que malheureux.

À vrai dire la vampiresse n’y connaissait pas grand chose en magie en réalité elle n’avait en fait jamais vraiment pratiqué, elle préférait avoir une lame sûre en les mains, toujours plus efficace qu’un sort qui laissait tout le temps à l’adversaire de frapper.

Une fois que Nolan parvenait à se débarrasser du verrou de la cage. Elle se débarrassait de ses propres liens grâce à sa lame cachée. Grondant un peu au mot du garçonnet, passant en premier.

-Donne-moi la main, je vais te guider.
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Sam 16 Juin - 19:31
En écoutant les paroles de la rouquine, Nolan ne put s’empêcher de lancer une petite pique humoristique quand celle-ci lui dis qu’il en faudrait plus pour la tuer.

- Certes, il en faut plus pour te tuer même si tu es déjà morte techniquement parlant. Et la préoccupation principale d’un prince, du moins digne de ce nom, est de s’intéresser à ses sujets sinon à quoi servirait-il ? Nous possédons d’immenses privilèges mais ils sont également assortis d’un devoir envers le peuple.

Bien sûr, le prince héritier possédait suffisamment de lucidité pour savoir que nombres de dirigeants se contrefichait du sort de leurs sujets et ne visaient que leurs intérêts personnels, dépensant leur temps, non à veiller aux affaires du Royaume, mais dans des activités frivoles où dans le faste côtoyait la luxure. Pourtant, le jeune Kohan ne comptait pas être de ceux-là, du moins s’il vivait suffisamment longtemps pour monter sur le trône, et désirait prouver au monde entier qu’il pouvait devenir un grand empereur. Hélas, à ce stade, les deux gamins se trouvaient en bien mauvaise posture, même si à l’instar d’Aphaia, le petit prince ne désirait pas demeurer captif de cette geôle et à la merci de ce vampire Renégat.

Toutefois malgré leur emprisonnement les deux enfants ne semblaient pas perdre leur sens de l’humour et continuait à se taquiner, peut-être afin de s’encourager dans l’adversité et ne pas céder au désespoir.

- L’armure que tu portes n’a rien d’une robe de princesse ni ne ressemble aux somptueux atours dont se parent ces demoiselles de la Cour que tu critiques tant. D’ailleurs la plupart d’entre-elles s’évanouiraient rien qu’en te voyant paraître devant elle caparaçonnée comme tu l’es dans cette chape d’acier ornée de motifs effrayants.


Puis, il éclata de rire avant de répliquer avec un petit sourire narquois :

- Tu dis que je les courtise ? Mais qui te dis que j’aime ce genre de fille ? Et en plus, ce n’est pas moi qui les courtise…ce sont elles. Qu’est-ce que tu crois je suis un beau jeune homme, issu d’une grande lignée, avec une immense fortune héritée de mes ancêtres et plein de jeunes filles rêvent secrètement de ravir mon cœur et de devenir un jour l’impératrice d’Aldaria.

Puis, il lui demanda à brûle-pourpoint tout en la regardant d’un air espiègle:

- Et toi peux-tu te vanter d’avoir autant de prétendants ?


Les paroles suivantes d’Aphaia parlant de mettre son royal postérieur à l’abri avant de s’occuper d’Orian amusèrent Nolan, mais il ne comptait pas demeurer en reste et puisqu’ils s’étaient mis à deux dans ce guêpier, c’est à deux qu’ils en sortiraient. Désormais le prince héritier avait également des comptes à régler avec ce triste sire qui l’avait enlevé et fais molesté par ses sbires avant de l’emprisonné à l’intérieur d’une cellule puante.

- Merci je suis flatté de tant de prévenance envers ma modeste personne, mais j’ai beau être de sang royal je n’en suis pas pour autant une princesse en détresse et toi un preux chevalier volant à mon secours et veillant à ma sécurité. Pour nous sortir de ce mauvais pas, nous n’avons pas d’autre choix que de combattre ensemble et j’ai moins aussi un compte à régler avec ce maudit vampire, ne serait-ce que pour lui apprendre qu’il ne peut pas s’en prendre impunément au prince héritier d’Aldaria.

Après qu’Aphaia soit parvenue à se défaire de ses liens, l’adolescent utilisa sa magie pour déverrouiller la porte de leur cachot, mais ses prunelles humaines n’était guère habitué à la pénombre des souterrains qui lui donnait l’impression d’être atteins de cécité. Fort heureusement, l’enfant-vampire doté des yeux des prédateurs pouvaient voir parfaitement même à travers l’obscurité la plus opaque et se proposa de le guider, non pas sans avoir grommelé en entendant les paroles galantes lui faisant l’honneur de passer devant.

Le jeune Aldarien prit la main de la vampiresse, enfermée dans son gantelet d’acier, et entrepris de la suivre à travers le dédale des souterrains plongé dans l’obscurité. Cette forteresse ressemblait à un véritable labyrinthe et le blond se rappelait y avoir vu de nombreux esclaves humains, sans doute utilisés pour alimenter le commerce écarlate ou un quelconque marché illicite. Orian ne se contentait pas défier l’autorité du prince noir, et violer impunément ses lois, mais c’était également un fieffé filou qui cherchait à s’enrichir afin de disposer du pouvoir que procurait l’or. Et cette forteresse dissimulée aux confins du Royaume vampirique représentait son repaire secret et le lieu où il emprisonnait sa précieuse marchandise d’esclaves.

- Il faudrait peut-être songer à trouver une autre tenue plus adéquate, non pas que l’uniforme vampirique ne t’aille pas à ravir et ne te donne pas un charme fou mais au milieu de cette forteresse de Renégat ce n’est pas le plus discret. Mieux vaudrait nous fondre dans le décor. Je peux toujours troquer ma tenue de prince contre l’une de ses tuniques de lin grisâtre des esclaves et toi te déguisé en vampire renégat, chuchota-t-il une fois qu’ils eurent traversé un couloir complètement plongé dans l’obscurité pour parvenir à une galerie éclairée par la faible lueur d’orbes luminescents encastrés dans les murs de pierre.


Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Anonymous
Invité
Invité

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Dim 17 Juin - 1:03
- Je suis un soldat, je n'ai pas à batifoler, mais j'en ai connu quelques-uns, l'apparence n'ayant que peu de valeur chez nous. Tu ne crois tout de même pas que c'est un vampire sain d'esprit qui m'a mordu ?

Elle en lèverait presque les yeux au ciel, que les humains avaient tendance à être naïfs parfois. Néanmoins, elle ne pouvait pas ne pas prendre en compte le jeune âge du prince, c’était encore un enfant, ainsi, il en avait le droit.

- Allumeuses. Répondit-elle en guise de simple réponse. Que tu aimes ça ou pas, c'est à l'un d'elle que tu te marieras, pas avec une fille du peuple. Elle reniflait d’un air vaguement agacé. Qu'est-ce que le prince compte faire contre un vampire ? Tu n'auras même pas le temps de hurler qu'il te brisera en deux.

Le fléau rouge attendait que le garçon se change pour en faire de même, bon de loin et avec un vampire potentiellement aveugle l’illusion aurait pu passer. Mais en l’état, ils ressemblaient tous deux à des enfants se déguisant pour une fête.

- Il va falloir vous maquiller dans ce cas, je n'ai jamais vu de prisonnier aussi propre que vous. Ca ne va pas être très agréable, mais j'ai une idée pour nous faire sortir de là.

Elle se recouvrait les mains avec ce qu’elle trouvait, soit du sang et un mélange de boue de cendre, rien de bien ragoûtant, mais il fallait au moins ça pour rendre le tout plus réaliste puis elle barbouillait le visage du prince héritier des deux mains ne dissimulant qu’à peine le plaisir qu’elle y prenait, ainsi que le moindre carré de peau encore pure et les cheveux. Le mélange rendait plutôt bien, imitant facilement la crasse qui pouvait se trouver sur les prisonniers de ces sinistres geôles.

- J'ai souillé un prince, et je n'ai pas perdu ma main. Elle aurait pu en rire, vraiment, en fait elle en riait, tout bas. Quelle journée intéressante !

Elle reculait et admirait son œuvre d’un air satisfait, leurs déguisements étaient parfaits à présent, ils allaient peut-être survivre à cette délicate épreuve.

- On va passer par les souterrains, c’est l’endroit le plus sûr, il y en a en long en large et en travers du royaume, trouver une sortie ne sera pas facile, mais on peut le faire. Mais notre absence sera bien vite remarquée. Je vais devoir rendre le tout un peu plus réel, j’espère que Votre Altesse ne m’en voudra pas.

Aphaia maintenait fermement les deux bras du garçon dans son dos, elle l'avait retourner d'un coup sec avant de l'attacher avec de la corde trouvée au passage, pour le mettre dans le bain, aucun vampire ne tomberait dans le panneau s’il n’aurait pas l’air un peu bousculé, et le faisait avancer, elle ne semblait pas mal à l’aise, c’était même tout le contraire en réalité, pour la simple et bonne raison qu’à présent elle se souvenait de cet endroit et qu'elle avait déjà fait la même chose des dizaines de fois, peut-être même plus.

Néanmoins, un vampire les interpella rapidement. Elle adoptait une posture droite et sûre d'elle comme elle l'était toujours, répondant à la question d'un ton froid et dénué de toute empathie.

- Il va où celui-là ?
- Dans la fosse, il est à moitié crevé. Elle pinçait gentiment le prince histoire qu’il joue le jeu.

Et l’homme ne se posait pas plus de question que cela. Elle le conduisit silencieusement profondément dans les entrailles des souterrains. L’arrêtant au bord de ce qui ressemblait à une falaise, les bords éclairés par des braseros, l’endroit était empli d’une odeur de pourriture.

- On va descendre par là, aucun vampire ne nous suivra en bas, j’espère que tu es à l’aise avec l’escalade.
Nolan Kohan
Empereur des Hommes
Dragonnier presque-lié

Feuille de personnage
Particularités:
Voir le profil de l'utilisateur

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

le Mer 17 Oct - 11:54
Leur conversation dériva rapidement sur un sujet inattendu et le jeune prince héritier ne pût s’empêcher de taquiner à son tour la flamboyante vampiresse sur ses éventuels courtisans, en dépit de son aspect juvénile qui contrastait avec son âge réel. Du même ton monocorde qu’elle employait depuis le début de leur rencontre, cette dernière lui révéla qu’en raison de ses obligations de soldat elle n’avait de temps à perdre dans des affaires sentimentales, sans compter que son apparence d’adorable poupée, figée à jamais dans un corps pré-pubère, ne laissait planer que peu de doutes sur les goûts peu conventionnels de son créateur.

- Peut-être as-tu raison et que c’est à l’une de ses filles de sang bleu et issue d’une très noble famille que je m’unirais. Je suis née prince héritier et mon peuple attend de moi que je fasse mon devoir.

Son visage arbora soudain une expression pleine de gravité tandis que le lustre de ses prunelles mordorées était terni par un voile de mélancolie.

- Choisir sa destinée quand on est de sang royal et épouser la personne que l’on désire, est-ce un rêve impossible et illusoire ? Depuis ma prime enfance, mon entourage ne cesse de me répéter inlassablement que je ne m’appartiens pas vraiment et que je suis née pour régner et diriger un Empire. C’est la seule et unique raison de mon existence. Pourtant je souhaiterais ardemment décider par moi-même de mon sort et réaliser mes propres choix.

Dès après, tous deux entreprirent d’échafauder un plan afin de fuir cette geôle putride et regagner le chemin de liberté. Néanmoins, ils avaient suffisamment de lucidité pour comprendre que la réussite d’une telle évasion ne pourrait se faire qu’au moyen d’astucieux stratagèmes et d’une grande prudence. C’est la raison pour laquelle le prince héritier d’Aldaria proposa à sa nouvelle amie de se camoufler parmi les esclaves humains au moyen d’un déguisement sans quoi sa présence risquait d’attirer l’attention de leurs geôliers et de faire échouer leur plan.

Après qu’il se soit dépouillé de ses somptueux atours afin de revêtir la frusque en étoffe grossière des esclavages, Alphaia estima que son déguisement ne serait parfait que lorsque ce dernier serait souillé et barbouillé à l’instar des autres captifs. Elle confectionna à la hâte une pâte réalisée à base d’un mélange improbable de boue, de cendres et de sang et commença à l’étaler sur le visage, les vêtements et les cheveux du jeune Kohan qui serra les dents pour ne pas grimacer de dégoût à la pensée de ce masque de fange immonde qui désormais maculait ses traits.
Mais le pire restait à venir car, non contente de l’avoir ainsi barbouillé, le rendant méconnaissable et surtout d’une saleté repoussante, la Renarde éclata d’un grand rire. A croire que souiller un jeune prince l’emplissait d’un plaisir inavouable et cathartique mais Nolan, quant à lui, ne riait pas du tout, au contraire, ce dernier affichait une moue boudeuse.

- Je ne vois pas ce qu’il y a de si comique là-dedans ! J’aimerais bien t’y voir à ma place !

Soudain, ses mires de topaze s’illuminèrent d’une lueur malicieuse et à son tour il s’empara de la préparation d’Alphaia et commença à lui étaler le mélange boueux sur le visage, les cheveux et l’armure, jusqu’à ce qu’elle soit entièrement recouverte de salissure. Puis, celui-ci recula afin d’admirer également son « œuvre », imitant l’attitude de l’enfant-vampire.

- Je te préfère comme ça. Je trouve que la crasse te va bien au teint et ainsi nous sommes parés pour le bal des vampires qui nous attend.
Ses paroles contenaient une pointe d’ironie car aussi tête-brûlée et insouciant soit-il, le prince héritier d’Aldaria n’ignorait guère que tous deux risquaient leur vie à l’intérieur de ces galeries et que si les sbires d’Orzian les capturaient, ils se montreraient impitoyables à leur égard et leur feraient subir les pires sévices afin de châtier leur tentative d’évasion.

Ensuite, la rousse proposa à l’adolescent d’emprunter les souterrains qui représentaient le passage le plus sûr vers la sortie, d’autant plus que le temps leur était compté car leur disparition ne manquerait pas d’alerter les gardiens chargés de les surveiller et bientôt les deux évadés se retrouveraient avec une foule de vampires aux trousses. Désireuse de jouer parfaitement son rôle et de rendre leur comédie la plus crédible possible, le fléau lui maintint fermement les bras serrés dans le dos, arrachant au gamin un petit cri de douleur tandis qu’elle l’attachait avec une corde.

- Tu devrais faire attention à être un peu plus délicate, sinon je vais finir par croire que tu es une habituée des pratiques sadomasochistes.

Tout d’un coup, un vampire, visiblement chargé de la surveillance des lieux les interpella et Alphaia, adoptant une posture roide afin de se conférer une forme de contenance lui répondit d’une voix glaciale, dénuée de toute once de compassion, sans doute pour mieux jouer son rôle de tortionnaire et dissipé tout soupçon. Elle n’hésita pas à pincer le petit prince, lui intimant par ce geste de jouer le jeu et ce dernier pour plus de réalisme feignit d’avoir une violente quinte de toux.

- Il m’a l’air bien malade et n’en a plus surement pour longtemps. Tu peux le conduire à la fosse et l’achever là-bas. On a déjà trop de bouches à nourrir pour s’encombrer d’un poids mort.

Après le départ du vampire, Nolan poussa un soupir de soulagement mais dû réprimer le haut-au cœur qui le submergeait en sentant l’odeur méphitique qui émanait d’une fosse remplis de cadavres en putréfaction.

- Ne me dis pas que tu comptes passer par là ? dit-il d’une voix blanche. Et pour répondre à ta question de savoir si je suis doué pour l’escalade, je pense être capable de me débrouiller mais il faudrait d’abord retirer cette corde qui m’entrave.

Passer par la fosse aux cadavres constituait une brillante idée même si celle-ci ne plaisait guère au gamin mais étant donné la précarité de leur situation ils ne pouvaient guère se permettre de faire les difficiles et devraient affronter maintes épreuves aussi pénibles soient-elles.

- Allons-y, dit-il en prenant la main glacée de la fillette dans la sienne. Ensemble nous triompherons, avec toi près de moi je peux combattre n'importe qui même Lorenz Wintel en personne.

Peu importe ce qui les attendait à l’avenir, à cet instant en étreignant la main d’enfant d’Alphaia, Nolan eut le pressentiment que tant qu’elle se trouverait à ses côtés il aurait la force de triompher de tout, même de terrifiants vampires dont la puissance surpassait la sienne et qui étaient capables de le tuer d’un simple geste. Eux qui venaient de se rencontrer pour la toute première fois quelques heures auparavant étaient à présent des alliés, à la vie à la mort, et à l’avenir rien ne pourrait briser ce lien construit dans l’adversité.

Après cela, tous deux pénétrèrent à l’intérieur de la fosse et commencèrent leur descente infernale à travers ce puits de ténèbres.


Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Signan10
Contenu sponsorisé

Voyage au bout de la nuit (PV Alphy) Empty Re: Voyage au bout de la nuit (PV Alphy)

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum