De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Sam 25 Nov - 2:47
15 Juin 1761;

La caserne, une des seules battisses fortements construites sur de véritables fondations de pierres désormais gelées par le givre, ne semblait pas plus accueillante que les cachots de Gloria. Eleonnora y avait tout de même entraîné cet homme dans le but de savoir ce qu'il comptait réellement faire. Cet homme...l'esprit embrouillé de la jeune femme avait peine à fonctionner correctement en sa présence et surtout depuis que son simple contact lui remémorait une multitude de sensations et souvenirs encore frais de la veille. Ruminant l'insolence de son compagnon elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'il représentait désormais une faiblesse apparente dont elle devait se méfier. Malgré les pensées qui s'entremêlaient dans son esprit de façon chaotique, elle tachait de faire bonne figure alors qu'elle se dirigeait à son bras vers le bureau de l’adjudant en chef de la garde Aldarienne.

Dans les couloirs les soldats se retournaient sur le passage de l'étrange couple. Le soldat à l'entrée avait bien semblé ironiser en la voyant aux côté de son collègue. Elle n'avait glissé mot mais s'était bien retenue de lui lancer son titre au visage...la prendre pour une simple roturière, il avait de la chance qu'elle soit pressée. Tout comme cela paraissait être une corvée pour Artane, elle voulait en finir au plus vite avec ses reprises administrative. Néanmoins plus ils approchaient du bureau de son supérieur, plus son compagnon montrait des signes d'angoisse, même s'il tentait tant bien que mal de les dissiuler. Une fois arrivé devant cette porte en bois plus massive que les autres et gardé par un soldat qui paru reconnaître l'ex-voleur, Eleonnora l'arrêta un instant. Elle prit ses mains dans les siennes avec douceur et planta ses grands yeux gris dans les siens.

"Ça va bien se passer, respire. Ce n'est qu'un adjudant de la garde...alors si tu t'en sort avec moi, je ne voit pas comment ça pourrait dérailler avec lui. Parce que je te rappelle que je suis une Ostiz, et que je lui suis largement supérieure!"

Le garde qui les scrutait depuis la pas de la porte hocha la tête silencieusement lorsqu'il les vit s'approcher. Son partenaire semblait être attendu. Il arrêta cependant le duo avec un regard septique.

"Je ne crois pas que la demoiselle ai sa place dans le bureau du chef...qui souhaite te parler en privé.Voyez rester ici je vous prie ma belle. "

La demoiselle haussa un sourcil à la fois surpris et contrarié. Elle ne pensait pas que ce petit soldat allait lui barrer le chemin. Et s'il pensait q'elle allait laisser passer, il se fourrait le doigt dans l’œil jusqu'au coude! Elle voulait être là pour soutenir Artane de sa présence et surtout elle était un poids non négligeable dans les négociations qu'il voudrait peut-être mener avec son supérieur. Même un soldat aldarien n'oserait faire de faux pas à l'évocation du Crissolorio Ostiz.

"Je ne crois pas que vois comprenez la situation...Je viens ici pour témoigner d'un odieux crime en aidant donc ce soldat à rendre son rapport."

"Je ne me répéterait pas, quel que soit la raison de votre venue, vous n'avez pas votre place ici...Le bureau des réclamations c'est dans le bâtiment des visites!"

"Mais vous allez baisser d'un ton avec moi! Vous me prenez pour une vulgaire manante peut-être? Soyez bien sur qu'une fois en présence de votre supérieur, je lui en toucherais un mot!"

"Quelque soit votre soit disant titre je...."

La porte s'ouvrit dans un grand fracas mettant fin à la joute verbale qui commençait à prendre place entre le soldat et la jeune fille. Ce dernier se retourna en blêmissant vers son supérieur qui affichait un air furibond.

"Qu'est ce que c'est que ce chahut?! Je t'avais bien dit de me prévenir de chaque visite...Artane Nordan...Tu es finalement venu, justement nous avons à parler...Et qui est cette jeune fille?"

Sa taille imposante avait de quoi faire blêmir le plus aguerrit des soldats et son air sérieux ponctué par d'effrayants sourcils froncés n'annonçait pas que la visite de son subordonné serait des plus calmes. Eleonnora ne fut pourtant pas déroutée par cet homme intimidant au premier abord et se détourna du petit garde qui s'était tû, d'une pâleur maladive. Elle effectua une de ses plus belles révérences avec un sourire rayonnant et aussi hypocrite que celui d'une courtisane.

"Eleonnora Ostiz votre honneur. je viens ici accompagner ce soldat qui m'a sauvé d'une mort certaine, si vous voulez bien que je témoigne en sa faveur."

Une expression décontenancée se creusa sur son visage avant que d'un geste agacé il les invita à rentrer dans le bureau. Elle laissa passer son compagnon devant et ferma la porte sur son sillage, prenant soin de narguer au passage cet idiot qui avait hésité à la faire passer. Il devait bien s'en mordre les doigts maintenant. Bien fait!


Dernière édition par Eleonnora Ostiz le Sam 20 Jan - 22:42, édité 2 fois
avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Ven 1 Déc - 19:53
Il paraissait si stressé que cela ? Peut être qu'il affichait quelque chose qu'il pensait contrôler. En même temps, la jeune femme qui l'accompagnait commençait assez à le connaître pour lire en lui comme dans un livre ouvert. Quand il sentit la chaleur de ses mains contre les siens, son regard se plonger dans le sien, il avait senti son corps se détendre un peu. Oui, il était tendu et il ne s'en rendait même pas compte. Ca, c'était l'effet qu'il avait toujours éviter de s'attirer les foudres de la garde sur lui, quand il était un peu baroudeur voleur autrefois. Même en étant devenu garde lui-même, on ne perdait pas ses vieilles habitudes visiblement.

"Je ne doute pas des effets que cela fera quand tu diras qui est ton père, mais je ne suis pas certain que cela aura un effet aussi efficace.... Je m'inquiète peut être un peu trop. On verra hein. Mais je te fais confiance quand à réussir à le persuader...à ta manière si les choses déraillent. ''

Et une fois arrivés devant le garde en faction, qui les regardait approcher, ce dernier précisa que seul Artane était attendu. Artane se préparait à répliquer qu'Eléonnora prit les devants. Et forcément, l'échange vira vite à un début un peu contrariant entre les deux interlocuteurs. Artane ouvrit la bouche pour défendre l'intervention de la fille de Crissolorio que la porte s'ouvrit soudainement et assez sèchement.

°Diantre, le supérieur... C'est ma veine. S'il était fourré dans ses papiers, il va être de mauvais poil°

Il manqua de rester totalement neutre quand Eleonorra déclara pleinement son identité. Décidément, elle avait vraiment le chouette chic de mettre les choses sur la table. C'était cela qui était plaisant chez elle, mais qui sait comment l'adjudant allait le prendre. Il avait le sourcil haussé après avoir eu un instant de flottement perplexe affiché à son rude visage quand à la jeune femme qui se tenait devant elle, à côté de son subordonné. D'ailleurs, il porta son regard sur Artane.

''T'as encore eu le chic de te mettre dans une drôle d'histoire on dirait. Bon ! On va régler cette histoire, car c'est un sacré panier de nœuds que vous m'apportez.... Ma Dame, si vous voulez bien entrer...''

Une fois dans le bureau, le gradé s'installa dans son bureau et demanda un rapport à Artane. L'ancien mercenaire voleur ne perdit pas de temps et n'omit pas les détails... ou presque, juste ce qu'il fallait pour vraiment imputer la responsabilité aux assaillants. Il ne précisa pas qu'il était passé par une taverne pour boire un coup avec la jeune femme. Puis, l'adjudant se frotta pensivement le menton, paraissant un peu perturbé.

''Je vois.... Je vais écouter votre témoignage, Dame Crissolorio. Mais sachez que les hommes qui vous ont attaqué ne travaillaient pas pour n'importe qui....C'est contrariant. Vraiment contrariant. Tu t'es encore plongé dans les emmerdes Artane. ''

Il détacha sa main du menton et tapota le bord de son bureau avec les doigts de cette même main.

''Ils travaillaient pour Le Sieur Damotha. Je pense que vous en avez déjà entendu parler, Chère Dame. Un Noble qui avait une certaine influence à Gloria et qui sait encore en user pour garder ses vieilles habitudes.... S'il vient à entrer dans l'histoire, je ne donne pas cher de ta peau Artane. Je n'aurai pas l'autorité nécessaire pour contrecarrer ce qu'il pourrait balancer pour réclamer vengeance contre toi.... il connait bon nombre d'officier. ''

Artane avait les lèvres serrés. Ca craignait.
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Lun 4 Déc - 1:27
Le soldat semblait effectuer son rapport avec précaution, faisant attention d'omettre les détails qu'il ne jugeait pas nécessaire à l'enquête. Cela fit sourire la jeune femme devoir Artane aussi concentré sur son travail. Il n'en avait peut-être pas l'air mais il pouvait être sérieux quand il le voulait.  Eleonnora qui écoutait d'une oreille attentive le récit de son compagnon se laissa emporter par les souvenirs encore frais de la veille. Tout ça était allé si vite qu'elle n'avait pas réellement prit le temps de réfléchir aux véritables tensions derrière cette histoire d'enlèvement. Qui sait combien de personnes moins chanceuses qu'eux s'étaient fait emportées? Combien de malfaiteurs avaient profité du chaos ambiant pour détourner, voler, tromper et assassiner? Cela était sans aucun doute bien plus important que leurs simples vies, qui, au passage, avaient été sauvées de justesse.

Elle reprit de l'activité à l'évocation d'un nom qui lui paru soudainement familier. Elle fronça les sourcil avec une expression concernée. Sieur Damotha. Encore un aristocrate qui avait échoué là où son père avait réussi. Et évidemment il l'avait détesté pour ça, comme tout les autres. Des nobles, aristocrates de lignées dignes se faisaient prendre le premier rôle par un inquisiteur des impôts, fils de marchand. Le monde de la politique était impitoyable, plein de requins aux dents blanches te carnassières mais Crissolorio Ostiz avait montré qu'il était bien au dessus de tout ça. Il s'était fait autant d'ennemis qu'il s'était fait d'amis. En portant son nom comme héritage, sa fille s'exposait à des représailles si elle venait à provoquer ses vieilles connaissances. Alors il croyait que son départ allait changer les choses? Qu'il allait protéger ses enfants? Foutaises!

"Alors comme ça Sieur Damotha use de son influence pour manipuler un trafique humain? Je savais que la cours était pourrie d'hypocrisie mais je me rend compte que ce fut jusqu'à la moelle...Gloria me paraissait pourtant plus droite que les autres royaumes..."

Elle poussa un soupir. Etait-ce pourquoi les Aldariens qui avaient prit le dessus? Elle se doutait pourtant bien qu'elle n'était pas la seule à avoir eu des activités illégales aux sein de la cours, c'était évident. Mais elle ne s'attendait pas à ce que cela lui retombe dessus un jour. Il lui semblait que tout le monde devait garder ses secrets avec pudeur car cela pouvait bien faire imploser le royaume. Mais maintenant que le royaume n'était plus, elle ne voyait pas de raison de fermer les yeux sur ces activités répugnantes. Surtout lorsque cela venait à la concerner personnellement.

Elle commença alors à raconter de son point de vue ce qu'il s'était passé, oubliant taverne et baisers. Evidemment elle n'avait pas grand chose à rajouter au rapport de son acolyte. Seulement appuyer le fait qu'il avait bravé la mort pour elle dans un acte héroïque, espérant que ce supérieur soit plus en faveur après son intervention.

"Laissez moi vous dire que, moi, fille de Crissolorio Ostiz, je ne laisserait aucun malfrat, qu'il soit noble ou roturier, attenter à la vie de ce soldat. Je lui doit la vie, d'autant qu'une Ostiz paye toujours ses dettes."

Serait-elle seulement capable de faire face à un tel homme? Elle voulait, bien au delà du raisonnable protéger Artane mais ce sentiment allait-il lui faire prendre des risques?

"La seule chose qui tienne les hommes de cette espèce est la peur égoïste de perdre leurs privilèges; C'est bien la seule chose que nous avons pu préserver de notre ancien monde. Ici il n'y a pas de différence entre tout perdre et prendre un nouveau départ alors un noble peut se retrouver à la rue du jour au lendemain sans qu'il ne puisse rien y faire."

Ça aurait pu être son cas, et allez savoir si c'est ce que voulait l'ancien régent. Mais ça pourrait aussi être le cas de ce seigneur qui avait fait la terrible erreur de l'affronter. Elle brûlerait sa maison s'il le fallait. Mais le traîner en justice semblait plus mesuré même si l'envie de dévaster ses appartements la chatouillait. Ce serait de bonne guerre.

"Sans la présence mon père je n'ai peut-être pas autant d'influence que cet homme mais je me suis autant fourrée dans le pétrin que ce simple soldat alors ferai le nécessaire pour écarter le danger de ma route. "


Dernière édition par Eleonnora Ostiz le Jeu 7 Déc - 22:25, édité 2 fois
avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Jeu 7 Déc - 19:25
La fille de Crissolorio n'en démordit pas. Artane louait son courage mais il redoutait déjà qu'elle se plonge dans un sale guépier. Plus encore quand elle fit part de son témoignage. Après tout, elle l'avait affirmé elle même : elle était là comme témoin. Et ce n'était pas pour arranger les affaires de l'Adjudant, qui sourcillait quand à cet apport là. Lui, il était honnête et faisait son boulot. Il allait être obligé de consigner sur son rapport les dires de la jeune femme. Sauf si....

''Je ne doute pas de votre sincérité Madame, mais vous êtes désormais un témoin dans cette affaire et de surcroît une noble. Il est certain que votre parole aura un poids non négligeable contre le responsable de votre tentative de kidnapping. Mais je vais malgré tout vous demandez quelque chose et je sais que vous n'allez pas aimer...''

Artane se doutait de la suite de la conversation et serra un peu les dents. Pour sûr, qu'Eleonorra n'allait pas aimé la réponse

''...Mais vous pouvez ne pas témoigner et donc épargner peut être les conséquences que pourraient provoquer votre version des faits. Ne voyez pas là de l'intimidation...''
"Mon Adjudant, je....''
"Suffit Artane !


Artane manqua de rentrer dans sa coquille. Mais là, c'était de trop. Depuis peu, il avait été secoué comme un prunier par les paroles de la jeune femme, ce n'était pas pour se rétracter dans sa coquille comme un lâche. Il se rapprocha et frappa le bord du bureau de son supérieur avec le plat de ses deux mains. Son chef sourcilla devant cet acte.

''Vous avez peur d'affronter une saloperie vivante qui tient plus à son prestige et à ses dérives hors la loi que de le mener à la justice. Vous redoutez pour votre carrière et vous êtes en train d''essayer de convaincre la dame ici présente de se rétracter ! Elle a manqué d'être enlevée et vendue comme esclave et vous lui demandez de ne pas témoigner ? ''
''Modère tes mots ! ''
''Je ne modère rien du tout ! Elle est témoin et j'en suis aussi. Peu m'importe les conséquences sur mon avenir comme soldat ! Mais assez que la populace ait à subir le jeu des gens qui se croient au-dessus de tout. Êtes vous un Aldarien ou un couard ? ''


Le sous-officier se redressa, les poings serrés. Un mot de plus et Artane le poussait hors de ses gonds. Les deux hommes s'affrontèrent du regard. Cela persista pendant un moment qui parut long. Puis l'adjudant soupira mais brièvement.

''Très bien. Je vais consigner les paroles de Dame Ostiz... Mais ne venez pas geindre que je ne vous aurai pas prévenue... Comme témoin, je vous offre la protection de ma caserne, le temps que j'apporte cette affaire à qui de droit... et qu'elle se lance. Car si elle finit comme un non lieu, vous ne serez pas à l'abri bien longtemps. Et vous savez de quoi je parle. Et toi Artane, même chose. Mais.... manquant de respect vis à vis d'un supérieur, en plus de te consigner à la caserne, je te mets aux arrêts. ''
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mar 12 Déc - 0:21
Eleonnora se sentit légèrement dénigrée par les propos de cet adjudant. Sa fierté fut écorchée parce conseil de prudence. Et puis quoi encore? Faire profil bas, baisser la tête devant ce gros aristocrate qui avait le cul vissé sur ses soucis? Eviter les ennuis et laisser cet orgueilleux condamner de nombreux autres innocents? Mais surtout se faire piétiner sans demander son reste? Jamais elle ne se laisserait tenir par un homme de son espèce.
la demoiselle serra les poings mais elle n'eu pas besoin de répliquer car, en effet, son compagnon rejeta cette proposition si malvenue à sa place avec virulence. Aussi surprise que son supérieur, elle regarda le soldat se démener en sa faveur sans pouvoir y rajouter un mot.Si le sujet n'étais pas aussi sérieux et si la colère ne prenait pas le dessus elle aurait pu esquisser un sourire en le voyant prendre sa défense, mais en quelque sorte cela lui réchauffait le cœur. Lui qui était anxieux à l'idée de se faire remonter les bretelles par l’adjudant se retrouvait à lui crier au visage son injustice.

Néanmoins, alors que le sous-officier semblait être sur le point d'éclater un silence de plomb s'installa entre les deux hommes, continuant leur joute sans le moindre mot. La jeune femme osait à peine respirer dans cette atmosphère à couper au couteau mais alors que les secondes s'écoulaient avec une incroyable lenteur, elle s'approcha d'Artane pour poser sa main sur son épaule crispée par la colère. Ce n'était pas le moment de se créer des problèmes supplémentaires. Aussi l’adjudant sembla abandonner la bataille au plus grand des soulagements de la petite jeune femme. Elle eu même un regard complice vers son compagnon lorsque le supérieur annonça que son témoignage sera bien retranscrit, le sentant se détendre.

Elle se fichait bien de la protection de la caserne, elle avait de quoi se payer des mercenaires bien plus redoutables que ses petits soldats de plombs. Elle s'inquiétait d'avantage pour l'ancien voleur, qui, comme il l'avait si bien dit, faisait partie de la populace se faisant piétiner un peu plus chaque jour par ceux qui se croyaient supérieurs. Evidemment ils ne faisaient pas partie du même monde lui et elle. Si jamais il avait besoin de protection...aux arrêt? En cellule?!

"En cellule? Mais, je vous prie de m'excuser, ceci est une très mauvaise idée!"

Cette fois ci ce fut au tour de la jeune aristocrate d'objecter. Deux hommes entrèrent sous l'appel de leur supérieur, les fers à la main. Elle regretta vite d'avoir contredit cet homme imposant. Brrr Artane avait eu bien du courage pour l'affronter ainsi. On voyait bien qu'il se contenait face à la demoiselle pourtant elle n'avait pas l'intention d'en démordre.

"Et moi je vous prie de ne pas mettre en doute la sûreté de ma caserne!"

"Mais...réfléchissez enfin! Cet homme saura bien trop tôt que son exécuteur n'a pas effectué sa tâche et pour des gens comme lui, même les geôles de gloria sont un gruyère. Ce serait la meilleure façon d’acculer ce soldat, qui mourra dans une cellule, sans moyen de se défendre!"

"Ah oui?! Eh bien si c'est ainsi, vous ne verrez aucun inconvénient à le protéger si vous le penser moins en danger en plus louable compagnie. Emmenez la Dame aussi."

"QUOI?!"

Elle se démena tant bien que mal mais le garde la maîtrisa avec une facilité impressionnante. Elle jeta un regard noir à l'officier.

"Vous le regretterez! Croyez moi! La famille Ostiz aura raison de votre petite tête d'officier!"

"Votre protection sera pleinement assurée derrière les barreaux, vous ne pourrez plus en douter quand vous aurez survécu à cette nuit. Ne prenez pas ça personnellement, Dame Ostiz, je ne fait que m'assurer que la loi soit appliquée."

La loi, il pouvait se la mettre où il le voulait! Dès le moment ou les gardes franchirent le pallier du bureau, Eleonnora ruminait sa vengeance. Une aristocrate en prison? Mais où allait le monde? Maintenant elle n'avait plus qu'à se faire assassiner dans ses cellules pitoyables et ce serait la fin la plus idiote qu'un Ostiz aurait connu. Qui disait que cet officier n'était pas du côté du Comte? Elle aurait toute la nuit pour ruminer ses appréhension de toute façon...si tout se passait calmement évidemment.

On les emmena le long des couloirs dans un endroit qu'elle aurait du mal à localiser tellement le labyrinthe de couloirs l'avait embrouillée. Ils passèrent de nombreuses portes pour finalement se faire jeter dans leurs cellules respectives. Elle s'attendait à quelque chose de bien pire, comme il était décrit dans ses romans d'aventures. Ici, bien que ce ne fut pas le luxe raffiné auquel elle était habituée, pas de rats, de prisonniers pourris par les maladies sanitaires et il y avait bien une couchette. Peut-être étaient ce les cellules de luxe? C'était un monde inconnu de la jeune noble et elle n'avait aucune envie de le découvrir. Elle héla son infortuné compagnon qui e trouvait dans la cellule d'en face.

"Comment on sort de ce truc?"





avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mar 19 Déc - 12:43
Artane avait pris sur lui quand l'adjudant ne trouva pas mieux de décider qu'Eléonnora soit aussi enfermée dans les geôles de la caserne. Et maintenant qu'ils étaient tous les deux en cellule, ils étaient dans de beaux draps. Dans les recoins où il faisait trop sombre pour y voir nettement, un bout de bougie éclairait les lieux. Le feu timide de la mèche étalait des petits ombres vacillantes. Artane soupira et regarda ses poignets entravés. Puis il tenta de sourira à la jeune femme, qui espérait déjà trouver un moment de s'échapper.

''Pourquoi tenter de prendre la fuite ? Quel endroit merveilleux pour passer l'hiver, loin du froid, du moins pour une nuit. Après une chouette sortie où on a manqué de devenir un bonhomme de neige après cette baignade forcée....Au moins, on aura pas de neige ici....''

Il remarqua que sa petite conversation pour essayer de penser à autre chose n'était pas forcément de bon goût, en voyant la mine de la jeune femme.

''Désolé ma chère, je sais qu'il n'y a pas matière à se réjouir des festivités du moment... J'essayais de détendre l'atmosphère. Pour sortir d'ici, il suffit de crocheter la serrure, mais tu n'as pas ce qu'il te faut et encore.... faut savoir le faire. Hum. J'ai bien quelque chose, mais avant que je te donne le moyen, je resterai ici. Toi, ton évasion ne sera pas un problème pour l'adjudant, moi si, car je suis sous son autorité. Et cela ne serait pas t'aider si l'autre crétin vient à réclamer ma tête. Ce ne serait que du bonheur pour lui... Et puis... ''

On entendit des éclats de voix un peu plus loin dans les couloirs des geôles :

''Le pays ? Mais qu'est ce qu'il sait le pays sur ce qu'on souffre ici ? Je vais vous dire moi, je me suis senti plus proche des gens normaux, que ceux qui crient " Mort aux Impériaux" chez eux bien au chaud devant leur dinde aux marrons !!''

Un des gardes avait se prendre la tête avec un de ses binômes. Artane tendit l'oreille et hocha de la tête.

''Ouf.... Juste un garde qui se prend le chou, pour des histoires de dinde, de cadeaux. Bon, je vais te donner un objet, qui ouvre avec la magie toutes les serrures. Tu la prends, tu ouvres ta cage et tu te sauves comme le vent''

Il dut se tordre pour réussir à attraper une petite clé qu'il gardait dans une poche secrète de sa ceinture. Et il réussit à la jeter à travers les barreaux. La clé tomba sur le sol de la prison de la jeune noble. Puis on entendit du remue-ménage dans l'entrée des geôles. Un des gardes prononça le nom de Damotha, avec une petite pointe d'interrogation dans la voix. Et cela hurla

''Oui, je suis le Seigneur Damotha ! Et j'exige de voir le prisonnier que vous venez d'amener à l'instant ! ''
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mer 27 Déc - 1:41
Eleonnora haussa un sourcil quand le prisonnier de la cellule voisine lui répondit qu'il n'avait aucune envie de s'échapper. Il était peut-être moins inconscient et moins buté qu'elle, mais cela ne lui ressemblait pas. Enfin, cela ne ressemblait pas au voleur qu'elle avait un jour rencontré dans les bas fonds de Gloria. Où était passé l'aventurier indépendant qui faisait la cours à la liberté?

" Tu as l'air de facilement prendre tes marques ici...mais je ne crois pas qu'être enfermée dans ce cachot me plaise autant qu'à toi..."

En quelque sorte la jeune femme était déçue qu'il ne la suive pas dans ses décisions. D'ailleurs c'était assez rare qu'elle se bute à un refus de la part d'une personne tierce, un homme qui plus est. Toujours aussi agaçant....Elle se mordilla la lèvre; Peu importe. Il avait peut-être ses raisons de rester enfermé, mais il était hors de question qu'une Ostiz croupisse plus longtemps dans des cachots tenus par des des Aldariens! Cet endroit sordide, étroit et miteux ne lui allait pas du tout au teint. Elle s'approcha des barreaux qu'elle empoigna fermement.

Elle n'eut pas le temps rétorquer qu'un éclat de voix éclata au fond du couloir. Sa surprise fut de courte durée lorsqu'ils purent constater que ce n'était rien qu'une simple discorde entre deux soldats. La demoiselle soupira avec soulagement. Elle s'attendait au pire maintenant qu'elle était dans cette situation.
Un petit objet atterri à ses pieds, qu'elle s'empressa de ramasser et de dissimuler dans son corsage. Il était vrai qu'un tel objet était pratique dans toute sorte de contextes. Si elle n'avait pas cet envie tiraillante de revoir cet homme, elle aurait bien empoché la clé sans espoir de le rencontrer à nouveau.

" Tu es bien sur que tu ne veux pas..."

Un vacarme interrompit la jeune noble qui se tourna vivement vers la source de l'altercation. Du bout du couloir les pas pressés de soldats s'approchèrent à vive allure. Il atteignirent la cellule d'Artane avant même qu'ils ne puissent échanger un regard d'angoisse. Ils ouvrirent sa porte avec un cliquetis et lui firent signe de les suivre. Pour une fois, la jeune femme reteint ses mots et prit sur elle en voyant son compagnon se faire emmener à l'autre bout du corridor alors qu'elle devait rester, impuissante dans sa cage. Un petit rictus se forma cependant sur ses lèvres.

Il semblait que son évasion soit soudainement précipitée. Elle bénit son acolyte d'avoir eu la présence d'esprit de ne pas l'avoir taquinée trop longtemps et lui avait léguée cette petite clé magique à temps avant que les choses ne se gâtent. Elle se hâta alors de l'introduire dans la serrure et, sans rencontrer de résistance particulière, ouvrit la porte doucement. Elle vérifia qu'aucun garde ne pointait son nez et sorti de sa cellule avec discrétion.

Bien évidement, ce ne fut pas compliqué de retrouver là où s'étaient dirigés les soldats. Brisant avec le calme de la prison, des voix, même étouffées par les murs de pierre, se faisaient entendre non loin de là. Eleonnora se arriva devant une pièce qui semblait bien être la source du bruit. Ouf, ça semblait grogner sévère là dedans. Elle hésita un instant....Elle pouvait s'échapper tout simplement, au lieu de lui venir en aide tête baissée au risque de se faire entraîner elle aussi. Peut-être que prendre ses risques était inutile. Depuis quand faisait elle passer la vie d'un petit soldat avant la sienne? Cependant elle entendit des pas qui se dirigeaient dans sa direction alors sans réfléchir d'avantage la demoiselle s’engouffra dans la pièce.

Face à elle un homme ventripotent et richement habillé avait suspendu son geste, menaçant à tout moment d'abattre sa main sur le visage de son compagnon qu'elle avait bien reconnu. La jeune femme se racla la gorge avant que les soldats postés aux côtés du seigneur prennent conscience de la situation. Apparemment elle était arrivée au bon moment.

"Mhm Je comprend qu'on ai envie de le gifler de temps en temps mais je vous assure que ce n'est pas la meilleure chose à faire mon Seigneur...Damotha, c'est bien ça? Si je ne me fourvoie point alors vous devez me reconnaître mon cher puisque nous nous sommes déjà rencontrés à de multiples reprises; par l'intermédiaire de mon père du moins. Et c'est un honneur de vous voir à nouveau...bien que les conditions soient quelques peu désastreuses à mon goût. Mais ne sommes nous pas ici pour arranger ce petit...malentendu?"

La jeune aristocrate lui offrit un sourire éclatant. Le noble bedonnant se retourna avec un air embêté vers ce nouvel obstacle à sa volonté et arrêta d'un geste les gardes qui étaient sur le point de s'emparer d'elle. Il lui répondit en serrant la mâchoire, essayant de ne pas perdre sa composition.

"Dame Ostiz...C'est un plaisir partagé. Mais que me vaut le bonheur de votre plaisir de cette visite...impromptue? Il est vrai que l'on ne s'attend pas à trouver une demoiselle de votre classe dans ce genre d'endroit sordide. Cependant, permettez moi, je crois bien que nous n'avons aucun malentendu...? Aussi vous n'avez pas votre place ici bas et cela me dérange qu'une fillette vienne interférer dans mes affaires privées....Gardes, si vous voulez bien ramener dame Ostiz... "

"Pardon? Au delà du fait que vos hommes ont attentés à ma vie, je pourrais très bien témoigner devant la cours royale de ce que vous appelez vos 'affaires privées'. Aussi je crois que ma place se trouve bien aux côtés cet homme, qui en a autant à dire que moi."

Le seigneur Damotha éclata d'un rire jaune et s'approcha de la demoiselle.

"La cours royale? Ma chère, nous serions déjà loin avant que la cours nous accorde sa divine écoute. Je vous assure, nous n'avons rien à gagner à nous quereller ainsi...Je veux réparer le tord que l'on m'a fait, ce futile soldat en paiera le prix. Vous voulez que votre tord soit réparé, certes, cela va de soit...je peux vous offrir mes services...bien plus que ce que la 'justice' pourrait vous offrir. Allez, je sais que vous êtes une jeune femme pleine de bon sens, que souhaitez vous? Une alliance commerciale? Une main courante?..."

Eleonnora haussa un sourcil. Ce grotesque personnage avait bien compris qu'il ne s'en sortirait pas indemne si elle se tenait contre lui. Il était près à offrir beaucoup pour sa sécurité...c'est aussi ce qu'elle aurait fait à sa place. Sauf qu'ici ce n'était pas elle la contrebandière qui torturait de pauvres soldats pour quelques sous de plus ou de moins. Elle était très mal placée pour s'offenser de la conduite de cet homme mais n'aurait aucune pitié tant qu'il menacera quelqu'un à qui elle tient.

"C'est bien simple, je veux la vie de cet homme."



avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Jeu 4 Jan - 18:42
Pour grogner, cela avait grogné. Crié, hurlé même, que les oreilles d'Artane sifflait douloureusement. Autant les cris de colère et de frustration étaient douloureux, mais la gifle magistrale qu'il avait reçue complètait le tableau. En même temps, quand on était tenu par deux des hommes du noble un peu trop grassouillet, y avait de quoi ne pas être capable de répliquer, si on n'omettait pas les bracelets de fer qui entouraient ses poignets pour limiter plus encore ses capacités. Du discours de ce porc de nobliau, Artane en avait eu cure. Sa seule préoccupation avait été de savoir si Eléonorra avait pris la fuite. Avec la clé qu'il lui avait refilé, elle avait de quoi retrouver la liberté et donc rester en vie. Quand à lui... Rien n'était joué. Entre la mauvaise haleine de ce noble et ses vengeances, il savait qu'il était cuit. Alors à quoi bon perdre son temps à écouter son sale monologue. Gontar sera heureux de savoir Artane avait mené une dernière bonne action avant la fin... Fichu Gontar. Au moins, indirectement par son instruction, Eléonnora sera sauve... et loin...

Sauf quand la porte s'ouvrit pour dévoiler la fine et élégante silhouette, juste avant de recevoir une nouvelle gifle bien percutante, car il ne paraissait pas écouter le long monologue de l'autre sieur. Artane manqua de tressaillir. Mais... Mais ! Pourquoi n'avait-elle pas fui ? Elle se racla la gorge pour attirer l'attention des sbires de Damotha, ce dernier se retournant. Puis Artane assista en silence et sans rien pouvoir faire à la conversation presque mondaine qui se déroula sous ses yeux. Lui aussi avait bien compris que ce porcelet jouait sur une piste glissante, mais en même temps, celui-ci n'était pas du genre à plier. Sinon, il ne serait pas déplacé en personne pour régler de lui même le cas d'Artane, qui avait tué un de ses hommes et donc, mis à mal une petite affaire en cours ou saboté sa sale réputation du coin.

*Bon sang Eléonnora ! Tu aurais dû partir et ne pas te mettre en danger. Avec cette saloperie de noble, tu risques gros. Trop gros peut être....*

C'était louable de sa part et démontrait qu'il valait quelque chose de bien ancré dans le coeur de cette jeune femme. Il avait toujours dit que l'amour rendait aveugle. Même au point de voir l'âme soeur se mettre au péril pour sauver sa moitié... c'était folie, mais Artane ne pouvait s'empêcher de ressentir comme une étrange émotion de fierté. Eleonnora n'aimait pas s'en laisser compter comme cela, même pour une once de moindre intérêt, tant que cela lui portait grandement dans son coeur.

Les deux sbires qui tenaient Artane resserrèrent leur prise, sentant qu'il se tendait, comme pour se préparer à agir. Artane pesta.

''la vie de cet homme vous appartient dites vous ma chère.... Je ne crois pas qu'un soldat soit un esclave, donc vous ne possédez pas un titre de propriété en bonne et dû forme. Mais je vais partir du principe que vous avez un droit dessus, de manière tacite, bien entendu. J'espère que ma ligne de pensée vous plait pour l'instant, Dame Ostiz."

Damotha se rapprocha un peu d'Artane, lui décochant un regard haineux, avant de lui décocher une bonne gifle, encore. Artane se crispa et serra les dents, se retenant de l'insulter. Il connaissait ce genre de loustic, attendant qu'on réagisse pour justifier leur violence, encore et toujours.

'"Mais j'estime que sa vie m'appartient aussi. Donc nous voilà confrontés dans un petit dilemme. Nous voulons tous les deux la même chose. Nous n'aurons d'autres choix que de négocier, pour voir ce qui conviendrait le mieux. Et comme sa vie m'appartient, il faudra que la conversation se déroule vite et bien et que nous trouvons vite un arrangement ma Dame. Il ne faudra pas trop tarder "

Il eut un étrange sourire malveillant, leva juste la main pour commander de manière un de ses sbires, libérant un bras d'Artane pour fouiller rapidement dans ses poches. Artane redouta le pire. Les esprits tordus comme Damotha suivaient tous la même logique !

''Espèce d'enfoiré !"
"Quel langage, vraiment...."

L'homme de main qui s'était détaché avait vivement sorti une fine cordelette de soi pour aussitôt s'en servir pour enlacer brutalement le cou du soldat. Artane avait visé juste et avait veillé à prendre son souffle avant. Maintenant que cette corde à la douceur traîtresse l'empêchait de respirer, il essaya de se débattre. L'autre le retenait forcement, pendant que son voisin tenant fermement la corde qui enserrait la gorge du soldat.

"Alors ma chère, quel contrepartie êtes vous prête à faire pour avoir la vie de cet homme ? Vous comprendrez que nous sommes désormais pris par le temps. Alors ? Commençons ces négociations..."

Artane maudit l'enfoiré. Il jouait d'un chantage odieux et il se retrouvait au milieu, servant de moyens de pression contre Eleonnora. S'il pouvait seulement...Par les Esprits ! Combien de temps tiendrait-il sans pouvoir respirer ?





avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Ven 5 Jan - 15:16
De voir ce seigneur ventripotent attenter à la vie d'Artane la mettait hors d'elle. Ses doigts crispés et ses phalanges blanchies en sont témoins. Cependant, elle ne pouvait répliquer sous peine d’aggraver les choses. Elle devait faire bonne figure, ne pas montrer un seul signe de faiblesse. Mais qui savait jusqu’où pouvait aller ce pervers? Elle se contenta de hocher la tête, essayent tant bien que mal de suivre sa ligne de pensée.
Elle ne pouvait bouger d'un pouce, observant péniblement la suite des actions des soldats. Elle comprit vite qu'il n'y avait plus d'alternative à ce qui allait suivre.

"Seigneur Damotha! Vous ne pouvez pas vous accaparer cette vie sans argent comptant! C'est...injuste!"

"Vous vous trompez, je cherche justement à faire justice en réparant les tords qu'il a pu commettre en achevant mes hommes! Mais devrions nous le couper en deux pour finalement être à égalité?"

Le seigneur s'égosilla de cette dernière réplique et surement devait-il aimer voir l'expression perdue qui commençait à prendre le pas chez la jeune femme. Elle devait assister à la lente agonie de cette personne pour qui elle aurait donné sa bourse. Les yeux écarquillés devant un tel spectacle, elle ne savait que dire, que faire. Elle regarda autour d'elle désorientée.

"Je..je..je vous en supplie arrêtez! Qu'est ce que vous voulez? De l'argent c'est ça? "

Le seigneur, qui parut apprécier la supplique de la demoiselle, lui adressa un sourire malsain.

"Je crains que cela ne me suffisse pas ma Dame, une vie n'a pas de prix comme on le dit si bien."

Elle reteint des larmes de rage qui menaçaient de s'écouler le long de ses joues. Elle ne lui ferait pas le plaisir de se montrer en spectacle. Non, il devait bien y avoir une autre solution! Le temps pressait alors que le soldat suffoquait de douleur, voyant surement sa dernière heure arriver. Que faire? Son esprit était vide; Elle n'arrivait pas à réfléchir correctement. Elle ne voulait pas qu'il meure. Elle ne voulait pas le voir mourir. Une fois était déjà assez éprouvante....
Elle sorti de sous son corsage la dague qu'elle avait bien prit soin de remettre après ses nombreuses mésaventures. De plus la garde ne l'avait pas confisquée parce qu'il ne devait pas penser qu'elle dissimulerait une arme ou bien qu'il n'avaient pas osées la fouiller. A la vue de la lame, le gros seigneur recula d'un pas. Il allait répliquer quand Eleonnora pointa l'arme sur sa propre gorge.

" Alors dans ce cas là, prenez la mienne..."

Le seigneur parut tout d'abord ébahit par les agissements de la demoiselle. Néanmoins lorsque la pointe écorcha légèrement le cou d'ivoire de son ennemie, il intima à ses sbires d'un geste brusque d'arrêter leur torture. Elle sentait le sang couler le long de son cou jusqu'à son col qui s'imbibait légèrement de cette couleur rougeâtre qui virait au brun.

"Mais avez vous perdu l'esprit? Votre vie? Contre celle de ce malheureux soldat? La famille Ostiz a bien changée...Mais enfin, vous n'avez pas à aller aussi loin pour une telle querelle...Vous valez plus que ça."

D'air un air inquiet, le seigneur s'approcha prudemment d'elle jusqu'à refermer sa main sur la sienne avec douceur. Il ne voulait pas se rendre coupable de son suicide évidemment. Malgré son dégoût de le voir si proche, la jeune aristocrate lâcha lentement le manche de la dague qu'elle laissa entre les mains de son détraqueur. Celui ci pu souffler de répit avant de voir le sourire mesquin de la jeune femme qui avait pointé son index sur son cou rougit par la blessure.

"AU SECOURS! A LA GARDE!"


Spoiler:
[Autre] Forte voix:
Le lanceur du sort amplifie la force et la portée de sa voix afin qu'elle porte mieux
Geste clé : Porter l'index de la main droite à son cou

"Sale garce! Taisez vous donc!"

Il se rua sur elle en un mouvement pour l'empêcher d'en dire plus. Mais il était trop tard; L'instant d'après deux gardes alertés par les cris résonnant dans tout le bâtiments faisaient irruption dans la pièce.Elle leur jeta un regard apeuré. Damotha, laissa tomber la dague ensanglantée d'entre ses mains et recula d'Eleonnora.

"Ce...ce n'est pas ce que vous croyez!"
avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mer 10 Jan - 20:25
Pour voir sa dernière heure arriver, Artane la voyait arriver. Il avait beau essayer de se débattre, il n'avait à rien et encore moins à respirer. Les deux sbires tenaient bon et lui perdait doucement la lutte. Et plus le temps passait, et plus l'inéluctable arrivait. Etait-il seulement prêt à mourir pour sauver celle de la jeune femme ? La question était passé fugacement. Mais n'était-ce pas ce genre de pensées qu'on ressentait à l'approche du baiser unique et mortel de la mort approchant ? Et pour le peu qu'il avait réussi à entendre ses suppliques, demandant presque pitié à ce salaud de Damotha, il avait manqué de songer à insulter ce nobliau qui n'était qu'un lâche. Mais comment l'exprimer quand on avait le sifflet littéralement coupé ? Il avait pourtant eu la sensation de se débattre un peu plus devant pareille injures adressée à l'égard de la fille de Crissolorio.

La brume de Mort, pour peu qu'on pouvait parler ainsi alors que le Dieu était mort depuis un bon moment, envahissait la vision d'Artane. Il n'assista pas vraiment à ce qui se tramait. S'il avait pu, il aurait été fière de la malignité de la jeune femme, tout aussi douée en paroles qu'en action. Il n'y avait plus que l'obscurité grandissante, la pression impitoyable de la corde qui lui privait l'accès à l'air et le battement ralentissant de son coeur. Sa vie s'éteignait doucement.... Il espérait encore se battre, mais il n'y arrivait plus. De l'air..... De l'air.....

La pression mortelle se libéra d'un coup et il ne se sentit même pas tomber brutalement sur le sol. Les deux sbires l'avaient libéré, obéissant aux ordres du noble. La première chose qu'il peina à faire fut de respirer. La gorge paraissait être totalement comprimée. Pourtant, il réussit et ce fut plus un râle inspirant qu'une bouffée d'air inespérée. Juste dans la seconde qui suivit, il toussa et de manière assez rauque... Par les esprits liés !

Son esprit réussit à retrouver un semblant de fonctionnement quand des gardes entrèrent précipitamment. La supplique pathétique de Damotha était vraiment à en rire. Mais pour l'instant, le garde toussait encore, toujours allongé par terre.

Un des gardes exigea de savoir ce qui se passait. Artane réussit à balbutier :

''Il... a voulu nous tuer... tous les deux... pas de témoins...''

Diantre, que sa gorge lui faisait un mal de chien et il toussa à nouveau, se frottant la gorge. Ce fut à cet instant que l’adjudant arriva, ameuté par le raffut. Il avait entendu la réplique à moitié étouffée d'Artane et il constata en sourcillant que la jeune femme saignait au coup, qu'Artane était encore à moitié respirait sur le sol et que Damotha tenait une dague couverte de sang.

''Arrêtez moi Damotha. ''

Les gardes hésitèrent.

''C'est un ordre ! Faut vous le dire en quelle langue ? ''
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Dim 14 Jan - 17:47
Eleonnora loua son propre jeu d'actrice. Elle semblait maîtriser à la perfection la demoiselle éplorée et martyrisée. Après tout elle n'était pas passée loin de cet état et tremblait encore de la vision d'Artane suffocant jusqu'à ce que mort s'en suive. Elle put souffler quand les gardes eurent surpris la scène qu'elle avait investiguer à mettre en scène. Avec autant de témoins la parole du seigneur Damotha ne vaudra absolument rien. Qui pourrait croire qu'elle aurait tenté de se trancher la gorge de sa propre volonté? Alors que le seigneur lâchait prise sur la jeune femme celle ci grimaça en essuyant d'un revers de la main le sang qui s'était écoulé le long de son encolure. Elle espérait que cette mésaventure ne laisserait pas de cicatrice à un endroit aussi découvert...

Elle n'attendit pas de voir sortir le vil seigneur et ses hommes encadrés par les gardes, pestant et médisant en sa direction. Elle se rua vers Artane qui, une fois de plus se trouvait dans un piteux état. Luttant pour respirer normalement et crachant ses poumons, il tentait de reprendre ses esprits. Il avait été assez vif pour souffler quelques mots à l'adjudant qui avait fait irruption alerté par le vacarme. La jeune femme lui asséna une grande bourrasque dans le dos pour ensuite l'aider à s’asseoir sur cette chaise où il avait faillit rendre son dernier souffles, quelques instants plus tôt. Elle passa un main tremblante sur son visage, maculant au passage sa joue de son propre sang, peu importe il était encore en vie.

"Allez vous m'expliquer ce qu'il se passe ici?"

L'adjudant semblait qui aussi désorienté que ses soldat s'était approché de l'aristocrate. Cette dernière détacha son attention du souffrant pour lui retourner un regard tremblant et d'une voix émue elle tenta de lui répondre.

"Je...Le seigneur Damotha à attenté à ma vie ainsi qu'à celle de cet homme...N'est ce pas évident? Malheur...j'ai bien cru voir la mort arriver...heureusement que la garde était là, sinon nous serions déjà mort à l'heure qu'il est. "

En faisait-elle trop? Les sourcil froncé, le supérieur secoua la tête en soufflant.

"Par tout les esprits, vous n'avez pas fini de me causer des ennuis vous deux...mais maintenant que Damotha est prit la mains dans le sac, nous avons la possibilité de l'incarcérer...jusqu'à l’avènement du procès. D'ici là, je ne sais pas quoi faire de vous même si le meilleur choix serai de vous garder au côté de la garde..."

L'adjudant se massa la tempe, semblant être à la proie d'un conflit interne. La jeune femme n'ne démordit pas; Il était hors de question qu'elle retourne dans cet endroit sordide si peu digne d'une femme de son rang. Elle avait fait en sorte d'échanger sa place avec Damotha et ce n'était pas pour rien.

"Allez vous revenir sur votre décision de jeter votre homme en prison après ce qu'il viens de subir ou bien êtes vous un si mauvais adjudant? Ne pensez vous pas qu'il ait besoin de soins? Et moi de même..."

Elle désigna son col ensanglanté avec une expression de souffrance exagérée. L'adjudant n'était pas dupe devant la blessure superficielle de la demoiselle mais leva les yeux au ciel avant de s'adresser au dernier garde qui était resté à ses côtés.

"Emmene les à l'infirmerie avant qu'ils ne meurent dans d'atroces souffrances...Cependant je préviens, Dame Ostiz, je vous ai à l’œil. Et il en est de même pour toi Artane!"

Sur ces belles paroles, il tourna les talons, l'air de grommeler dans sa barbe, sans aucun doute irrité à l'idée de tout le boulot que cela allait donner. Avec l'aide du garde, Eleonnora aida Artane à marcher le long des couloirs. Ce n'était pas qu'il était lourd mais elle sentait presque sa blessure se rouvrir sous son poids, le bougre! Une jeune femme vêtue de blanc se précipita à sa rescousse alors qu'ils entraient dans une vaste pièce où était alignés des longues rangées de lits. Elle devait surement contenir assez de monde en cas d'épidémie où de catastrophe. Les gouvernements ne prendrait pas le risque de voir leurs peuples se faire décimer aussi simplement. Elle ne fut pas surprise de voir qu'ils s'étaient aussi vite organisés. On la sépara vite de son compagnon pour guérir sa blessure, qui, malgré l'aspect impressionnant dû au sang qu'elle avait étalé un peu partout par inattention était mineure. Elle ne se faisait cependant plus de soucis pour le soldat qui avait surement reprit son souffle. Soulagée par la tournure des événements, elle pu souffler un instant et se laissa tomber sur le lit de fortune qu'on lui avait assigné.

Qu'est ce qui ne tournait pas rond en ce moment? Depuis qu'elle avait revu Artane, ils allaient de mésaventures en mésaventures...mais en quelque sorte, elle s'amusait bien. Elle qui était perdue il y a quelques heures, avait trouvé, à défaut de son père, la personne sur qui elle pouvait compter. C'était sans aucun doute une rencontre du destin. Éreintée par tant d'action, elle s'assoupit le sourire au lèvres.

avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mar 16 Jan - 15:44
Artane était comme plongé dans un autre monde, pris dans une brume difficile à percer pour réfléchir. Il savait qu'il était assis, que la jeune femme l'avait aidé à s'asseoir après lui avoir donné une bonne tape dans le dos à en décoller ses poumons et après.... Il savait qu'il respirait, qu'il avait mal à la gorge malgré qu'il n'avait plus à se démener contre la corde de toute à l'heure qui l'avait étranglé... Pourquoi se sentait-il mal et qu'il n'arrivait plus à raisonner ? Il se rappelle encore d'Eléonnora qui avait passé sa main pleine de sang sur son visage, avec un regard inquiet et au bord de larmoyer. De quoi vous réchauffer le coeur quand on sait que tout est fini avec l'autre enfoirée de Damotha et qu'il y eut la conversation entre l'adjudant et elle... Et par la suite ? La suite. Il crut qu'il y eut une suite, surtout quand on l'embarqua et qu'on entendait qu'on lui parla. La suite fut un voile noir qui lui tomba dessus brutalement, quand il sentit toute la tension du drame qu'il avait manqué d'avoir vint à se relâcher. Maintenant, il savait pourquoi son esprit s'était bloqué.... Mais maintenant, il était en mode éteint. Au moins put-il avoir un instant de répit après tout ce qui s'était passé....

****

Quand la jeune femme se réveillera, ce sera pour voir un Artane avec un léger sourire aux lèvres, qui contrasterait fortement avec son visage fatigué et ces cernes un peu noires sous les yeux. Il lui tendra une tasse d'un bon thé chaud, à l'odeur bien fruitée. Il portera autour du cou, un genre de foulard. Puis il dira :

''Bonjour Mademoiselle, vous avez demandé le petit déjeûner ? Tiens, je t'ai apporté une tasse pour ton réveil au lit. C'est mieux que rien pour le moment. Ca va ? ''

Et forcément, la question pourrait lui retomber dans le sens contraire, surtout qu'il avait été le plus malmené...

''Même si je parais un peu malade, c'est rien... Tout va bien et le fouloir, c'est pour faire disparaître avec un baume, qui pue d'ailleurs, les marques de la corde de la veille...Oui, je sais, j'ai une gueule de déterré, mais les guérisseurs m'ont dit que j'avais fait un choc de je ne sais pas quoi, et que j'ai le contre-coup... Tu as été très courageuse avec Damotha. Toujours aussi cinglée, mais maligne et ca marche. Cela me rappelle certains souterrains. ''

Il sourira et fera mieux de regarder un instant ses mains, avant de regarder la jeune femme qu'il appréciait au plus haut point,n avec un air étrange. Il sourira plus intensément.

''Damotha sera jugé et condamnée. Un des nobles de la Cour profite de l'occasion pour le porter à la Justice et on l'aurait entendu gueuler jusqu'à la caserne, quand il a appris qu'il a ''tenté'' de te tuer. Un des vieux potes de ton père on dirait. Les choses se paient dans le bon sens cette fois...''



avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Dim 21 Jan - 23:34
La première chose qu'Eleonnora vit à son réveil fut le visage souriant d'Artane. Elle cligna les paupières un instant, hébétée par cette surprise. Elle ne se souvenait pas s'être assoupie...Une odeur fruitée embaumait l'endroit et une douce lumière venait se refléter sur les draps immaculés. Peut-être était elle à cet instant même au beau milieux d'un rêve? Elle prit délicatement la tasse qu'il lui tendait avec galanterie tout en essayant d'éveiller sa conscience encore embrumée par son éveil. Son regard s'attarda sur le visage fatigué puis le cou bandé de l'homme qui lui faisait face et alors les souvenirs refirent surface, la sortant subitement de ce léger trouble.
Alors, souriant à son tour, la jeune femme mena la tasse jusqu'à ses lèvres pour siroter lentement le liquide parfumé. Ce moment privilégié ressemblait presque à un rêve si on songeait à ce qu'elle avait vécu les dernières 24 heures...

"Un lit moelleux, un thé bien chaud au réveil et un sourire aussi charmant pour me le servir....comment pourrais-je me sentir mieux? Mais...toi? Tu n'as pas l'air au meilleur de ta forme...tu devrais voir ta tête!"

Un petit gloussement l'emporta, manquant de faire chavirer le thé chaud sur les draps blancs. Elle se demandait combien de temps elle avait pu dormir ainsi...Surement avait-il eu le temps de se reposer? Car dans ses souvenirs, si elle avait bien réussi à lui sauver la mise, il ne s'en était pas sorti indemne. Le foulard qu'il portait au cou en témoignait. Il semblait cependant qu'il en avait tout de même de vagues souvenirs.
Aussi, elle ne put s'empêcher d'afficher une expression satisfaite lorsqu'il la complimenta. Toutefois une mine boudeuse vint vite remplacer son sourire. Cinglée? Et puis quoi encore? Mais finalement, elle se le demandait bien des fois, mais ce qui était sur, c'est qu'elle était folle de lui au point de se mettre en danger.

"Je ne me serai pas laissée avoir comme ça; Il en valait de mon honneur!...et de ta vie, accessoirement. Je me suis bien améliorée depuis cette lointaine époque alors attends toi à ce que je sois bien plus terrible qu'auparavant. Déjà que tu avais du mal à l'époque... "

Elle lui rendit un regard complice à l'évocation du bon vieux temps. Elle n'était qu'une jeune fille à la recherche d'aventure. Désormais ils s'étaient retrouvé dans un tout autre état d'esprit, avec de lourdes histoires te de nouveaux buts pourtant rien ne semblait avoir changé. Elle avait retrouvée son âme d'adolescente à ses côtés, fervente d'aventures et d'adrénaline.
Mais le moment qu'elle préférait était sans aucun doute celui où elle gagnait. Elle reprit une gorgé sucrée avec un air entendu tandis que son compagnon lui annonçait la suite de l'affaire. Son sourire orgueilleux faisait comprendre qu'elle s'attendait à cette fin là.

"Tout ceux qui ont eu affaire aux Ostiz ont des dettes à payer...Mais ainsi, tout est bien qui fini bien, n'est ce pas?"

Elle s'étira après avoir délicatement reposé la coupe désormais vide sur le chariot qui faisait office de table de chevet à son côté. Elle posa pied à terre, retrouvant son énergie au contact du sol. Ce sommeil avait été le bienvenu! La demoiselle se tourna vers Artane, arborant une expression radieuse.

"Bon...Et si nous nous échappions maintenant?"

En prévention d'une réponse dubitative la jeune femme s'approcha du soldat avec une moue suppliante. Car elle se souvenait bien de sa réticence à désobéir à son supérieur. Car elle se souvenait de la dernière mise en garde qu'il leur avait fait...Mais peut-être, espérait-elle, que le soldat, lui, était trop dans les vapes à ce moment là pour s'en rappeler.

"Ne me dis pas qu'Artane Nordan va rester les pieds liés tout le reste de sa vie alors que tout un nouveau monde s'offre à toi! N'entends tu pas l'appel de l'aventure? ...D'ailleurs, tu n'avais pas évoqué une goélette il y a quelques temps?"

Était-elle en train d'essayer de persuader cet homme de commettre des impairs? Sans aucun doute! Mais en même temps elle voulait simplement qu'il la suive? Était ce égoïste? Evidemment!
avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mer 31 Jan - 7:22
Artane était ravi de voir que la jeune femme avait retrouvé son aplomb, comme si le drame vécu de la veille n'avait pas eu d'incidence sur son humeur. Tant mieux, pensa-t-il, elle n'avait pas besoin de jouer les victimes ou les femmes apeurées par la suite de la vie qui se montrait dangereuse quand on s'y attendait pas. Cela n'aurait pas été elle. A la voir sourire, voir qu'elle avait retrouvé son sourire...Il n'avait pu s'empêcher de sourire à son tour. Autant que leur mésaventure de la veille s'efface vite de leur mémoire. Pour lui, ce sera plus difficile. Le guérisseur lui avait expliqué qu'il avait fait un genre d'état de choc, ce qui expliquait son état du moment. Il serait juste une question de temps. Artane avait eu le doute d'être capable de redevenir l'être qu'il était après avoir frôlé la mort d'aussi près. Oh, il l'avait frôlé bien des fois, mais jamais à son ultime limite. Mais comme il avait changé depuis la grande exode...Pour changer de sujet dans son propre esprit, il fit mine d'être inquiet devant les dires d'Eléonnora.

''Plus terrible qu'avant ? Diantre ! Il va falloir que je me sauve rapidement alors. ''

Puis il gloussa, essayant de pas trop rire fortement pour épargner sa malheureuse gorge.

"Je n'avais pas tant de mal que cela ma chère... Disons que tu avais du mal à me suivre, voilà tout. Et là, j'ai encore affaire à une Ostiz, et je suis loin d'avoir terminé de payer mes dettes... Mais vu que tu en as contracter des tas avec moi....''

Nouveau rire de sa part, avant qu'il ne grimace un peu de douleur. Dans quelques jours, il ne sentira plus rien et en même temps, il n'aura plus à sentir cette puanteur de baume médicinale. Puis, il s'écarta un peu pour lui permettre de mieux se lever du lit. Il manqua de hausser un sourcil. Quoi s'échapper ? Là maintenant ? Et quand elle lui lança son implacable regard suppliant :

''Oh non... Non. Je connais trop ce regard là. ''

Même avec l'argument de la goélette.

''Oh que non... et puis flûte. Là maintenant ? Mais vous êtes en tenue de nuit, dame Ostiz, ce ne serait pas convenable pour une femme de votre rang de sortir pareillement. Un coup, c'est certain, de tomber malade aussi peu vêtue. Et pieds nues dans la neige, vous n'y pensez pas ! ''

Elle était si proche de lui. Il la regarda et sans prévenir, l'attrapa dans ses bras et se laissa tomber sur le matelas, avec elle sur lui.

''Corrompre un soldat dans l'exercice de ses fonctions est punissable ma dame... Ce n'est pas bien, tu le sais ? Penses-tu que tu arriveras à me convaincre ? ''

Oublié le drame de la veille, oublié la gorge malmenée. Il n'y avait plus que la jeune femme avec lui, dans ses bras, et sa si douce chaleur. Il ne demanda pas la permission de l'embrasser, venant directement à son contact. Un baiser qu'il savoura pleinement, car il avait cru encore hier qu'il la perdrait en mourant. Cela dura le temps que cela dura et quand le baiser se termina, il la regardait avec un air malicieux.

''Partons toi et moi. Cette goélette reste encore à ''acheter'', mais partons au moins de cette caserne. J'ai parlé à mon supérieur avant de venir te voir. Je lui ai remis ma démission. Les charges sont suffisantes contre l'autre fou furieux pour avoir besoin que je reste en fonction. Partons alors, mais s'il te plait.... Habille toi mieux que ta chemise de nuit.... mais si tu veux, je peux t'aider...''

Le petit sourire qu'il sous entendait laissait deviner bien des choses.
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mar 6 Fév - 0:35
Eleonnora, toute heureuse de le voir à ses côté ne se posais même plus la question de ce que serait la situation si tout avait été différent. Si les choses avaient mal tourné. Elle s'était cependant rapprochée avec inquiétude lorsque la douleur s'était dessinée sur le visage du soldat. Elle avait avancé sa main mais, retenant son geste, c'était arrêtée avant de toucher son bandage. En le voyant dans cet état elle s'était demandé si ce n'était pas sa faute s'il avait frôlé la mort, s'il était désormais blessé, si tout ça était arrivé. Elle avait l'habitude de rejeter la faute ses mésaventure sur son compagnon mais, au final, n'étais ce pas elle qui l'avait entraîné à l'instant même où leurs regards s'étaient croisés. Elle allait s'excuser pour tout ce qu'il avait pu subir par sa faute mais...ce sourire, elle n'avait pas envie qu'il s'efface. Sa mine sérieuse s’effaça au profit d'un radieux sourire. De plus elle était satisfaite de voir que même le filou de renard qu'il était ne restait pas de marbre face à son charme.

"Mais ce n'est pas un petit soldat qui va me dicter ce que je dois fai-"



Elle termina sa phrase dans un éclat de rire qui la mena au dessus le soldat qui venait de l'attirer dans ses bras. Elle releva la tête, soufflant pour dégager les mèches rebelles qui obstruaient sa vue.

'' Tu sais, la notion de bien et de mal change en fonction de ce qui nous arrange...et moi je ferai le bien en te convainquant de t'échapper à me côtés. D'ailleurs je suis certaine que je réussirai à vous corrompre monsieur l'officier..."



Avec une lueur de malice dans le regard elle avait scellé ses lèvres sur les siennes en un baiser chaleureux. Sa peau, son souffle, sa chaleur lui montrait qu'il était bien vivant. Elle réalisait à peine qu'il lui ait donné son coeur, qu'il soit encore vivant et dans ses bras, comme si tout ceci n'était qu'un rêve avant de se réveiller à l'aube d'une dure réalité. Aussi, elle l'embrassait comme si c'était la première et la dernière fois qu'elle touchait. Mais toutes ses pensées s'envolaient alors qu'ils se détachaient l'un de l'autre, un sourire complice aux lèvres. Après ça elle était prête à le suivre n'importe où, jusqu'au bout du monde s'il le fallait alors elle hocha la tête lorsqu'il lui annonça ses plans.

Elle sourcilla lorsqu'il fini par afficher cette mine qui voulait tout dire. Elle secoua la tête avec un petit rire nerveux et avant qu'il ne puisse faire quoique soit d'autre elle se releva, s'appuyant sur son torse pour le clouer au matelas.

"Tu crois pouvoir me faire rougir comme ça?...je suis plus terrible qu'avant, rappelle toi bien!"


Sur ce, elle descendit du matelas d'un mouvement léger et tendit une main vers son compagnon pour le lever. Elle ne lacha sa main que pour l'entrainer derrière le rideau qui séparait son lit des autres de l'infirmerie.

"...Et puis, un dernier détail...ta blessure pue vraiment trop!"

Et avec un dernier rire malin elle referma le rideau. Une fois seule, elle resserra sa main contre sa poitrine. Son cœur bâtait à cent à l'heure. Elle pu lors constater que la chaleur lui était montée aux joues. Elle se maudit de réagir aussi facilement aux attaques de cet affreux charmeur. Elle qui faisait de son mieux pour ne pas se laisser emporter par ses émotions...
Elle se hâta de revêtir les vêtements pliés au pied de son lit. Elle se demanda qui avait bien pu la changer...Elle secoua la tête avant de s'imaginer quelque scène inappropriée. Les infirmières, les infirmières évidemment. Une fois ses jupons enfilés, sa lourde robe de velours bien chaude serrée et ses bottines chaussées, la demoiselle ouvrit à nouveau le rideau où le soldat devait déjà l'attendre depuis une éternité. Elle le prit par le bras avec énergie.

"Allons, un peu de nerf mon ami! Nous avons une goélette à...'acheter'! "

avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Ven 16 Fév - 15:44
Quand elle se releva, il eut eu une pic intérieur de déception. Mais en même temps, elle avait raison de mettre la ''ola'' à sa façon, pendant qu'elle se redressait. L'infirmerie n'était pas un lieu très adéquate pour avoir une profonde intimité. Il y avait des lieux plus appropriés pour cela et comme il y avait la goélette à aller acquérir. Artane voyait déjà comment, mais il ne ferait part de son plan à sa compagne le moment venu. Puis une fois qu'il se redressa, suivant sa main dans la sienne, il stoppa net devant lé remarque quand à l'odeur de sa blessure. Il se retint d'y mettre le nez (bonjour la subtilité des gestes, vous voyez ce que je veux dire).

''Hé, la faute au matelas hein. Je n'y peux rien s'il n'y a pas de salle d'eau digne de ce nom au sein de la caserne. Mais nous réglerons cela, tu verras. ''

Il avait fait un nouveau sourire malicieux et quand le rideau se referma sous son nez, il ne sut pas si Eléonnora aurait eu le temps de discerner ce sourire. Pour lui, cela ne ferait aucun doute. Et le temps que la jeune femme termine de se vêtir, il en profita pour se défaire de ce qui le liait encore à la garde. Son tabard fut jeté sur le lit. Il y jeta un dernier regard et sans aucun regret. Il était temps de cesser de se voiler la face. Il n'avait jamais été fait pour être garde ou toute autre forme de profession militaire. Il manqua de sursauter quand la fille de Crissolorio lui saisit vivement le bras.

''Hé ! Mais diantre, tu veux me faire mourir d'une crise cardiaque maintenant ? ''

Il éclata de rire et tapota amoureusement le bras qui le tenait.

''Bien M'Dame, allons de ce pas !

Le temps de quitter la caserne, de passer ici et là pour rejoindre le port et ils y furent tous les deux assis rapidement. Arrivé sur le début des quais, Artane n'eut qu'à pointer son index dans la rade, là où demeuraient des navires en attente d'être démontés. On voyait que beaucoup d'entre eux avaient souffert de la longue traversée comme du dédain des capitaines de la haute mer pour les reprendre. Et la goélette que montrait Artane semblait avoir été pas malmenée. On voyait que sa coque avait besoin d'être rafraîchie et ses voiles entièrement à changer.

''Voilà ce qui a attiré mon regard. Elle ne parait pas comme cela, mais elle est solide et en bien meilleur état que la plupart des navires ici présents. Viens, allons à la Capitainerie. ''

On sentait tout l'enthousiasme qui emplissait sa voix. Il entraîna presque en courant Eléonnora en lui tenant la main et une fois arrivé à la capitainerie, il demanda à voir le responsable des navires à détruite. Là s'engagea une forte discussion qui manqua de tourner un peu au vinaigre et soudain, Artane défia le propriétaire des navires voués à la destruction. Son sourire provocateur fut suffisant pour avoir ce qu'il voulait. Il avait plus ou moins compris que ce bonhomme était un gros joueur.

Ainsi, les deux hommes s'installèrent dans une petite pièce à côté du bureau principal et purent commencer à jouer l'avenir de cette petite goélette, aux cartes... La jeune femme était invitée à être témoin de l'échange de ce duel par le jeu. Mais l'autre lascar avertit Artane.

''Si tu viens à perdre mon bonhomme, tu seras à mon service durant une année entière... Six, si jamais ta petite donzelle veut te donner un coup de main... Vu sa jolie petite frimousse, j'ai une taverne qui se remplira rapidement si elle y bosse comme serveuse''

A voir le sourire à la dentition cariée, on devinait son niveau d'hygiène... Et hop, le premier tour de carte fut lancé. Artane paraissait concentré, mais seule Eléonnora verra une petite lueur briller dans son regard, devinant qu'il avait déjà un plan en action.


Dernière édition par Artane Nordan le Lun 26 Fév - 18:41, édité 1 fois
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Mer 21 Fév - 20:42
Eleonnora était heureuse de le voir aussi enthousiaste à l'idée de partir en sa compagnie; Elle se demanda s'il pouvait en venir à regretter de quitter aussi subitement ses fonctions après tout ce qu'il avait du traverser avec ce brassard au bras. Cependant elle réprima cette idée car elle savait qu'au fond de lui, l'ancien gredin n'était pas destiné à être un fonctionnaire, un soldat à la solde d'un gouvernement. C'est aussi sa liberté, son indépendance que la demoiselle admirait chez son compagnon. En le suivant jusqu'au port elle ne fut pas étonnée de le voir s'extasier devant les nombreuses embarcations, prenant le large avec à leur bord des aventuriers qui s’apprêtaient à conquérir ce nouveau monde. Elle regardait les hommes s'activer dans le froid et la pensée qu'un jour, et sans doute bientôt, Artane la quittera pour partir vers de nouvelles contrées lui traversa l'esprit. Le cœur lourd, elle savait d'avance qu'elle ne pourrait le suivre dans ses folles entreprises. Quelque part elle enviait sa façon de vivre, libre comme l'air, sans aucune autre limite que celle du monde. Mais ce n'était pas la vie à laquelle elle était destinée, pas celle qu'elle avait choisit et qu'elle choisirait. Une telle différence les séparant allait-elle l'empêcher de pouvoir marcher à ses côtés?

Néanmoins le regard pétillant de cet être si cher à son coeur lui redonna le sourire et elle se contenta de mettre un point d'honneur à ces pensées de mauvaise augure en le suivant le long de la rame. Elle allait du moins profiter des instants qu'ils partageaient comme s'il étaient les derniers. Elle suivit du regard son doigt qui pointait une goélette en piteux état. Elle ne faisait pas réellement tâche sur la rade où s'accumulait les bateau malmenés par leurs péripéties. Cependant celle ci semblait tenir le choc malgré son apparence. Eleonnora se tourna vers Artane d'un air sarcastique mais aucune remarque amère ne put franchir ses lèvres, sachant qu'elle ne prendrait pas plaisir à briser son enthousiasme. Et puis surement s'y connaissait-il mieux qu'elle.

Aussi, elle se fit entraîner jusqu'à la capitainerie, gloussant devant la frénésie presque touchante de son acolyte. Arrivés devant le propriétaire de la chaloupe, elle se contenta de le regarder à l'oeuvre. Même si la conversation semblait prendre un mauvais tour, la demoiselle voyait bien que le renard n'en perdait jamais le fil. Elle esquissa un sourire lorsqu'il commença à défier son interlocuteur avec insolence. Par tout les esprits...cet homme...Après un regard hésitant vers elle le propriétaire avait semblé autoriser la jeune femme à assister à ce duel. Toujours plus amusée par le tournant que prenait la situation elle accompagna les joueurs dans un bureau annexe.

Battant les cartes sur la table, coupant d'un geste expert, c'est un sourire aux lèvres que le possesseur de la goélette s’apprêta à distribuer les cartes. Cependant il n’omit pas de prévenir son rival sur les conditions de ce pari. La jeune aristocrate sourcilla devant l'air assuré du joueur. Elle avait oublié que dans les vêtements qu'on lui avait remit à la caserne elle se fondait tout à fait dans le décor du bas monde. Elle soupira en remarquant qu’ainsi n'avait plus rien d'une aristocrate. Voilà ce qui lui arrivait à suivre un roturier. Elle jeta un coup d’œil à ce dernier qui avait l'air plus que confiant. Elle comprit qu'il devait encore manigancer un sale coup...Elle leva les yeux au ciel.

'' Je n'ai rien à faire dans ce genre de pari frauduleux, si vous voulez m'excuser. Mais nous reverrons les termes de ce pari un fois que la partie aura prit fin...alors que le meilleur gagne. '' Elle marqua une pose et sourit d'un air amusé. " Et que la chance soit de votre côté."

Et après tout n'était ce pas l'enjeu qui rendait la partie plus excitante? On disait que la folie était le propre des paris. Comment une personne saine d'esprit pourrait miser sa vie sur la chance? La jeunesse fougueuse d'Eleonnora avait toujours contrasté avec l’extrême prudence avec laquelle elle maniait ses biens. Toujours plus avide de fortune, elle s'était autrefois illustrée dans quelques salons de jeux mondains. Elle savait tirer du plaisir du risque et des frissons autant durant les fameux jeux que dans la vraie vie. Elle aimait cependant par dessus tout ce genre de partie qui lui rapportait une victoire certaine.

Le paquet sous la main, elle observait les joueurs d'un oeil attentif. Sur leurs visages à la fois impassibles et tintés par l’adrénaline se lisait la concentration. Après un moment d'hésitation, le propriétaire demanda à changer deux de ses cartes et se tourna vers son adversaire pour lui demander s'il voulait en faire autant. Le mouvement brusque que ce dernier effectua pour prendre les cartes qui lui étaient du donna un coup dans la table qui envoya le paquet valdinguer à terre faisant sursauter la jeune femme. L'homme grogna mais ne prit pas la peine de se baisser pour ramasser le jeu. Après tout ce n'était pas lui le fautif. Eleonnora arqua un sourcil, trouvant l'attitude peu méfiante de l'homme plus que louche...peut-être que lui aussi...non, impossible. Elle jeta un regard de reproche au maladroit mais comprit vite que cela n'avait rien à voir une simple étourderie. Elle l'aida à ramasser les cartes éparpillées pour les ramener en un paquet et lui distribua les cartes qu'il voulait alors changer. Elle se tourna vers l'autre joueur, qui, malgré son aspect bougon, arborait un air confiant. Il jeta ses cartes sur table. trois rois, deux 10: full. Eleonnora se mordilla la lèvre, il avait eu de la chance le bougre. Elle pria pour que le malfrat ai prévu bien plus que ça...Lentement, elle se tourna vers Artane: un 9 et...quatre as: quinte flush! En une exclamation de victoire elle s'élança vers le gagnant.

"C'est pas vrai! Sale bougre! Tu n'as pu que tricher!"

Rouge de colère le propriétaire s'était levé d'un geste vif, renversant sa chaise dans son élan. La demoiselle se détacha de son aimé, l'interrogeant du regard...Qu'est ce qu'il avait prévu en plan B? Avait-il un plan B?
avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Lun 26 Fév - 19:59
Artane était loin de se douter que mille et une pensée traversaient l'esprit de la jeune femme. Il était malgré tout heureux de l'avoir à côté d'elle. Elle l'avait inspiré à se boucher un peu ; voir plus, elle aurait été capable de lui décocher un coup de pied réel aux fesses pour le sortir de sa vie morne de soldat. Elle était là son inspiration, sa bouffée d'oxygène. Et par les Dieux disparus, même si elle en avait pas l'air, quelle femme ! Il se rappelait encore de leur première rencontre et de la réaction qu'il avait eu en apprenant qu'elle était la fille de Crissolorio ! Il avait redouté d'avoir la tête arrachée par le paternel si ce dernier l'avait appris. Mais de l'eau avait coulé sous les ponts, le monde avait changé après la longue période de l'exil. Mais elle, elle gardait son caractère et elle l'affirmait quand une chose ne lui plaisait pas. Comme la proposition du propriétaire de la goélette si Artane venait à perdre. Elle n'en démordit pas et notre ex-garde en profita pour rajouter du poids à la protestation de sa compagne.

''Vous savez, j'étais dans la garde, il y a pas si longtemps que cela. La situation n'est pas joyeuse en ce moment, mais le trafic d'êtres humains est toujours prohibé. Alors si en plus, vous jouez une ''embauche gratuite'' aux cartes, pour me soulager de ma peine en cas de défaite, c'est raté... Bien, restons sur l'année de service, c'est déjà beaucoup. Si je perds, vous pourrez profiter de certaines... compétences très utiles. ''

Il attisa la curiosité de son futur adversaire. Puis la partie se lança. Tout paraissait correctement se passer, jusqu'à ce que l'autre bonhomme demande deux cartes. Là, Artane frappa avec habilité et malignité ; comme il savait si bien le faire. Les cartes se répandirent par terre. Il sut agir avec sa discrétion habituelle pour prendre les cartes qu'il lui fallait et hop, ni vu ni connu... Bien entendu, il avait placé un léger

''Oups pardon....''

Il aurait pu faire tout un speech, mais avec ce genre de gusse, il ne fallait pas trop causer. Souvent, ces gens là avaient suffisamment d'intelligence pour penser que plus on causait, plus on cherchait à les distraire pour les arnaquer. Donc, Artane avait agi en conséquence. Il eut un sourire penaud à l'égard d'Eléonnora, comme désolé de l'avoir surpris dans la ''prévenir'', puis la partie reprit son cours. C'était un peu tendu et enfin, le jeu d'Artane fut en sa faveur. Mais malheureusement, ce ne fut pas au goût de l'autre partenaire de la partie, qui exprima littéralement sa colère en pestant et en le traitant de tricheur. Artane fut un peu dépité par ce virage non prévu, et qu'autant qu'il fut malheureux qu'il n'ait pas pu exprimer sa joie de victoire en prenant Eléonnora dans ses bras.

Il réussit à rester calme, essayant de pas faire paniquer la jeune femme, car il n'avait pas vraiment de plan B en réserve. Il pensait que les choses auraient été plus simples. Mais, comme à son habitude, il ne perdit pas pied. Il réussit à rester sérieux, se sentant même blessé.

''D'où j'ai triché ? Tu peux regarder le reste des cartes, il y aura pas de doublets. J'y peux rien si la chance était avec moi... mais on peut tenter la revanche si tu le désires. Je remets en jeu mon année de service en cas de défaite que....je double ! Deux ans si je perds à la prochaine manche. Mais....si je gagne, tu me fournis tout ce qu'l me faut pour réparer la goélette. ''

Son partenaire de jeu parut réfléchir, se frotta le menton, reprit sa chaise et relança le jeu. Et hop, voilà comment on menait un malheureux par le bout du net. Il fit un clin d'oeil discret à Eléonnora pour essayer de la rassurer. Il devait réussir, pour son avenir, pour eux deux.... sinon, bonjour les dégâts !
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Lun 5 Mar - 1:11
Le malfrat semblait avoir reprit du poil de la bête. Il démissionnait à peine de son grade de soldat qu'il recommençait ses affaires frauduleuses. Eleonnora jetait des regards inquiets à ce dernier, lui faisant bien comprendre qu'il risquait beaucoup trop pour une simple bicoque, qu'il semblait bien fou. Néanmoins en son fort intérieur cela l'amusait grandement. Allez savoir pourquoi, elle vouait une confiance aveugle au gredin. Dans d'autres termes elle n'aurait jamais suivit qui que ce soit dans ce genre d'entreprise, elle était bien trop raisonnée et prudente pour ça. Pourtant tout paraissait possible avec lui. L'amour rend aveugle disait-on.
Elle avait lu une certaine assurance dans le regard de l'ancien soldat. Elle tenta de ne pas trop se poser de questions mais connaissait son aptitude à mentir comme personne. Il en fit une démonstration d'ailleurs très convaincante en répliquant face à la colère de son adversaire. La demoiselle devait admettre qu'il s'en sortait bien...cette fois ci. Elle ne put que sourire à l'habile négociation qu'il proposa au propriétaire. Ce dernier, obnubilé par ses profits remit la partie en jeu. La jeune femme ne pouvait que saluer l'ingéniosité de son acolyte et lui rendit un regard complice, soulagée. Quelque part elle était impatiente de voir quelle tactique il allait adopter.

Evidemment, il prendrait bien plus gros s'il perdait, mais ça, elle pourrait l'arranger. Quelques pièces et tout était oublié. Elle aurait presque grimacé à cette pensée désagréable. Devoir payer pour l'erreur d'un autre, que ce soit Artane ou n'importe qui, reviendrait à de la torture. L’invétérée pingre fera tout son possible pour que cette situation ne se produise au plus grand jamais. Ce serait une grande preuve d'affection qu'elle ferait là en desserrant les lacets de sa bourse pour un autre. Elle soupira et bâtit les cartes une deuxième fois.

Sous le regard suspicieux du propriétaire de la goélette, Eleonnora distribua les cartes aux deux hommes.Cette fois ci Artane avait peu de chance de tricher de façon aussi voyante que la dernière fois. La demoiselle avait d'ailleurs du mal à se retenir de demander à cet homme putride d'arrêter de la fixer de la sorte. C'était extrêmement crispant. Il changèrent leurs cartes une fois. Épiant du coin de l’œil son parieur elle ne remarqua aucun signe louche ou quoique ce soit qui s'apparente à de la triche...il devait bien cacher son jeu. On disait que certains tricheurs le faisaient de façon tellement imperceptible qu'on pouvait penser à de la magie. Au moment d'abattre les cartes, elle n'était plus aussi sereine. Le propriétaire, l'air penaud lança un double de paire, deux 4, deux valets et un 6. Toutes l'attention était alors fixée sur Artane. Elle pu respirer à nouveau lorsqu'il découvrit d'un regard vainqueur un brelan de trois reines et et deux 7.

Un sourire rayonnant illumina son visage. Allez savoir comment il avait procédé cette fois ci... Mais le moment n'était plus aux effusions de joies. Elle se retourna vers le propriétaire. Ce dernier arborait une mine déconfite. Il hésita un instant mais pas de débordement cette fois ci. Il accepta sa défaite en quelques grognements incompréhensibles. Bien évidemment qu'il allait pas demander à refaire encore une fois le jeu. Allez savoir ce qu'il pourrait perdre cette fois ci, déjà qu'il était dépouillé de sa goélette ainsi que son matériel! Tandis qu'il se levait pour les emmener vers leur prix, elle se dirigea vers le vainqueur un grand sourire aux lèvres. Elle s'approcha de lui pour lui souffler des félicitations à l'oreille.

"Bien joué...mais tu m'expliqueras comment tu as fait cette fois ci?"

Elle en profita pour poser ses lèvres sur sa joue comme ultime prix, bien qu'elle ne put juger s'il était méritant ou pas. Puis, d'un air léger, elle suivit les pas du perdant. Ils ne tardèrent pas à arriver devant la fameuse goélette. Ce dernier la désigna en la regardant d'un air nostalgique.

"Cette vieille fille à traverssé des océans, mais elle a tenu l'coup ! Pour sûr ! Voyez, j'aurai la vendre au plus offrant mais elle avait pas d'prix ma blonde... Jvous la confie mais jpreviens, une goélette c'est comme une femme, faut en prendre soin, sinon attention aux représailles ! "

Avec un rire gras il frappa l'épaule d'artane. En retrait Eleonnora eu un rire jaune. Les hommes étaient vraiment des idiots quand ils le voulaient. Ils se prennent pour qui avec leurs comparaisons débiles ?

" Zavez une idée de nom peut-être ? "
avatar
Modo
Capitaine de Goélette


Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Renard 1
Esprit-lié n°2: Ragondin 1
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Lun 12 Mar - 8:35
La partie avait été rude et il avait réussi un coup de maître... Mais un coup de maître comme jamais, à savoir de réussir à garder un énorme sang-froid. Car durant toute cette manche là, l'adversaire d'Artane, qui avait cru à de la triche, resta très attentif et le mercenaire-voleur peina à trouver un moment idéal pour essayer de tricher en douce. Pas un seul bon moment se présenta. Mais il ne laissa rien paraître.

*Si je perds, j'aurai deux ans d'un boulot agaçant, mais en plus, je vais me faire massacrer par Eléonnora. *

Après tout ce qu'ils venaient d'endurer tous les deux, il serait malheureux que le destin se complaise à tout saboter. Alors il resta serein, comme s'il maîtrisait la situation. Mais la sueur froide qu'il avait commençait à tremper sa chemise dans le haut du dos. Et quand le jeu de son adversaire se dévoila, là il eut un sourire victorieux. Il abattit le sien : un brelan de trois reines et et deux 7. Il remporta haut la main cette partie. Ouf ! Il avait eu de al chance, là il pouvait le dire. Mais quel coup de maître ! Le propriétaire parut hésiter et accepta finalement sa défaite. Artane se retint fortement de laisser un long soupir de soulagement s'échapper de ses lèvres. Et quand l'heure d'aller ''ramasser son gain'' fut de mise, en commençant à se lever pour aller voir la goélette, Eléonnora se présenta à lui pour le féliciter et lui murmurer quelque chose à son oreille. Il murmura à son tour, profitant que son adversaire perdant parte en premier.

''Et si je te dis que j'ai laissé la chance décider ? ''

Ahahah.... ahah. Il avait de quoi rire jaune sur le coup. Il commençait à bien connaître sa compagne et il voyait bien deux réactions au choix. Laquelle serait prise par la jeune femme ? Il verrait bien, une fois que tout serait conclu pour sa nouvelle acquisition.

Une fois devant la goélette, Artane avait un large sourire. Une fois le petit discours de fait, il fit mine d'être songeur quand au nom du navire.

''Je vois qu'elle porte déjà un nom, là sur sa proue. Même s'il est à moitié effacé, c'est le sien. Rosée du Matin..... Je croyais qu'on ne changeait pas le nom des navires sous peine que cela porte malheur ? Mais passons. C'est qu'un détail. ''

Il se retenait de contredire le bonhomme quand à sa revente potentielle... en tant que navire. Il savait que cette goélette avait été destitué à finir en bois à construire. Le recyclage des navires non utilisées étaient de mise pour aider les exilés à reconstruire les villes et village.

''J'en prendrai grand soin, rassurez-vous. Je ne tiens pas à couler au milieu des mers parce que j'aurai négliger sa beauté, n'est ce pas ? ''

Il aperçut quelques hommes affairer à ramener des poutres de bois, venant d'un navire désossée sur la plage sans doute. Il eut un sourire. Quelque chose lui soufflait de voir pour travailler avec trois de ces hommes.

''Bien, on va commencer les réparations n'est ce pas ? J'aurai besoin de trois de vos gaillards, ceux qui bossent là-bas. Ils touchent bien au bois et aux vaisseaux on dirait. Donc ce seront des mains expertes pour réparer "Rosée du Matin''
avatar
Conseillère

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Flamand rose 1
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

le Dim 18 Mar - 0:23
Eleonnora avait regardé le roublard avec un air sceptique. Un sourcil arqué, elle lui avait bien fait comprendre qu'il lui était difficile de croire que la chance ait été de mise dans sa victoire. Pourtant elle n'avait rien pu percevoir durant la partie puis son adversaire, tout attentif qu'il ait été, n'avait pas objecté...Elle avait sondé son regard ambré à la recherche d'un mensonge taquin. Cependant il avait l'air bel et bien sincère et n'avait aucune raison de mentir. Mais il ne fallait pas oublier sa capacité à mentir comme n'importe qui. N'arrivant pas à se décider la jeune femme qui fronçait les sourcils sous la tension de l'incertitude décida de laisser en suspend ce raisonnement. On aurait pu deviner le soupir agacé qu'elle poussa en tournant les talons pour emboîter le pas au perdant. Après tout ce qui comptait c'était que la fameuse goélette était désormais entre les mains d'Artane. Et ça au moins, c'était une chance.

Tandis qu'elle regardait les deux hommes contempler l'objet de convoitise, un sourire crocheta au coin de ses lèvres. Comment cette bicoque pouvait rendre heureux un homme? Néanmoins si cela suffisait à lui faire plaisir, elle n'allait pas se plaindre. En plus de pouvoir apprécier son sourire, elle pouvait se féliciter d'avoir à ses côtés un homme qui ne la ruinera pas...Desserrer les cordons de sa bourse à un moment aussi précaire que celui ci lui ferait bien mal au cœur. Néanmoins allez savoir quelles folies l'amour pourrait la contraindre à faire. Les hommes du propriétaire, enfin ex-propriétaire, du navire s'étaient acheminés vers eux, jouant de leurs muscles malgré la température hivernale. Elle regarda son compagnon retrousser ses manches pour accompagner ses deux travailleurs dans leur tâche. Déjà loin d'eux, elle les observait se mettre à l'oeuvre d'un air absent.

"Mademoiselle Ostiz?"

La jeune aristocrate sursauta a l'entente de son nom. Dans un mouvement vif elle se retourna. Un soldat de la garde. Elle ne cacha pas sa surprise, répondant alors sur un ton inquiet.

"Oui? Que puis-je pour vous?"

Cela avait-il à voir avec ses récentes mésaventures?  Elle n'osa pas vérifier derrière son épaule si Artane avait remarqué la présence de ce nouvel arrivant. Peut-être valait-il mieux ne pas l'inculper un fois de plus...

"Un certaine Dame Fitzerald, qui se trouverait être votre sœur, nous a informé de votre disparition soudaine. On m'a alors envoyé vous retrouver, voir si aucun tort ne vous avait été fait et pour vous ramener dans les quartiers où votre sécurité sera assurée."

Eleonnora ne manqua pas de soupirer. Alors ce n'était que ça? Il était vrai qu'avec ces péripéties elle avait presque perdu la notion du temps. Normalement elle s'indignerait que l'on essaye de restreindre sa liberté mais elle se dit avec raisonnement que cette mascarade avait peut-être assez duré. Sa sœur devait être bien inquiète. Surtout que cette dernière ne la lâchait plus depuis que les Ostiz encore dans la circulation ne se comptaient plus qu'au nombre de deux. Il y avait de quoi s’inquiéter lorsqu'on connaissait la fougue de sa cadette qui avait un goût particulier pour l'aventure. La demoiselle adressa un sourire poli à l'homme en uniforme.

"Je vous remercie d'avoir trouvé le mouton qui s'est éloigné du troupeau. Je serai heureuse de me faire raccompagner vers le droit chemin."

Il la laissa passer devant d'un geste respectueux. Cette distinction que l'on réservait aux nobles lui avait manqué. Elle jeta un bref regard derrière elle où les hommes commençaient à s'activer. Elle hésita un instant en portant son regard sur Artane. Malgré son envie de se blottir contre lui une dernière fois, elle se contenta de lui faire un bref signe de la main. Les effusions de joies n'étaient pas digne d'une jeune femme de sa stature, surtout envers un individu du peuple. Par ailleurs était-elle déjà capable d'avouer une telle liaison à la cours? Elle fixait ses pas tracer un chemin dans la neige crasseuse de l’écluse.Ce garde savait qui elle était, elle ne devait pas faire de faux pas. Elle avançait lentement, plongée dans ses pensées, comme si chaque mètre qui la séparait de ce monde était une tourmente supplémentaire. Elle s'arrêta une fois. Non, elle n'allait pas se retourner, ce ne serait pas digne...

Quelques secondes plus tard elle avait parcouru la distance qui la séparait d'Artane. Portée par un élan enflammé elle s'était élancée sur la pointe de ses pieds. Ses bras autours de son cou elle avait collé ses lèvres aux siennes. Au diable les aristocrates, la cours et le monde entier! Dans l'exaltation, son cœur manqua un battement. Elle s'arrêta, frémissant de ce dernier baiser. Elles restait la bouche légèrement avancée, les yeux ouverts dans un silence envoûtant.

"Préviens moi avant de prendre le large pour de bon."

Elle s'était détachée de son étreinte comme elle en était arrivée. Elle détestait les adieux. Mais ce n'en était pas un.
Elle passa à nouveau devant le soldat et continua sa route sans un mot de plus.


The end
Contenu sponsorisé

Re: Perdus dans ce nouveau monde (suite) - Artane

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum