De nombreux prédéfinis vous attendent ICI. Si vous voulez tenter l'aventure Elysion il peut s'agir d'une excellente façon de commencer !

Partagez
Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le voyageur veut bien de l'eau, mais pas non plus un déluge. - Ilyanth

le Lun 2 Avr - 19:57
Les deux elfes traversèrent la jungle avant de regagner le domaine au moment où le soleil vespéral embrasait le firmament d’un éclat rougeoyant. Après cette expédition et ces intenses émotions, le Chantefeu n’était guère mécontent de regagner la quiétude du domaine Baptistral et, surtout, que l’Azurée ait acceptée sa proposition d’y séjourner une nuit. Mais à sa grande surprise, dès l’instant où ils pénètrent à l’intérieur d’un des bâtiments à l’architecture rupestre, trois jeunes femmes firent leur apparition et Ilyanth reconnut sans peine plusieurs de ses Enwrs. Sans attendre, ces dernières s’emparèrent de la Geridae et l’emmenèrent avec elles tandis que celle-ci protestait et lançait un regard implorant et une plainte à l’attention de son sauveur :

- Que se passe-t-il et où l’emmenez-vous ? demanda le Cawr interloqué par l’étrange attitude de ses apprenties qui semblaient avoir une idée derrière la tête.

En guise de réponse les trois jeune filles se contentèrent de rire et promirent à leur maitre de lui ramener l’elfette dès qu’elle serait plus présentable. Elles conduisirent Ithrinn jusqu’à une petite pièce et le Chantefeu demeura à l’extérieur afin de respecter l’intimité et la pudeur de son amie. Cependant de l’endroit où il se trouvait le chanteur pouvait entendre le bruit du versement de grandes flasques d’eau et les protestations de sa comparse aux cheveux de jais.

La situation paraissait à la fois si déroutante et si loquace que le lié du feu dû lui-même se retenir pour ne pas glousser de rire, à l’instar de ses élèves.

« M'aurais-tu conduit dans un piège ? » entendit-il crier l’infortunée Ithrinn de l’autre côté du mur de la salle d’eau.

- Allons donc y Ithrinn, je proteste et je clame mon innocence. Me crois-tu capable d’élaborer un tel stratagème ? répondit-il d’un ton espiègle.
Elles sont à l'origine de cette initiative et j’ignore ce qui leur est passée par la tête.

En effet, c’était la première fois que ses Enwrs se comportaient de manière si énigmatique et si inattendue. Le maître-barde ne savait qu’en penser et demeurait plein de perplexité face à une telle attitude.

Toutefois, ce dernier n’eut guère le temps d’approfondir ces réflexions qu’Ithrinn sortit de la pièce, revêtue d’une robe d’une blancheur opalescente, au drapé soyeux qui mettait en valeur sa silhouette éthérée. Sa longue chevelure aussi obscure qu’une nuit sans lune était coiffée en une longue tresse. En la voyant, Ilyanth eut presque des difficultés à reconnaître son amie, tant elle semblait différente.

Une légère rougeur colorait son visage délicat et ses prunelles de jade semblaient éviter les regards, par pudeur ou crainte d’un quelconque ridicule.

- Ithrinn est-ce bien toi ? Tu as l’air si…différente, dit le Cawr d’un ton amusé. Je suis si habitué à te voir en armure et…armée, mais j’avoue que cette nouvelle tenue te vas très bien.

En raison de sa nature pacifiste, le Baptistrel avait toujours ressenti un certain malaise à la vue de tout ce qui pouvait évoquer la guerre ou des querelles belliqueuses. Aussi appréciait-il particulièrement de voir l'azurée dans cette tenue qui faisait ressentir la douceur et la féminité de sa personnalité.

Baissant légèrement la tête, il ajouta dans un murmure:

- Je trouve que tu es très belle.

C’est alors que les mires couleur menthe à l’eau de Rhapsodien tombèrent sur la cicatrice qui barrait le cou de l’elfette, stigmate indélébile de son passé meurtri. Sans réfléchir Neolenn effleura du bout des doigts, dans un geste d’une grande douceur, cette marque qui zébrait sa peau.

- D’ordinaire tu la dissimules souvent sous tes vêtements n’est-ce pas ? On dit que les cicatrices du corps peuvent guérir et s’effacer plus facilement que celles du cœur…

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le voyageur veut bien de l'eau, mais pas non plus un déluge. - Ilyanth

le Dim 15 Avr - 23:23
Grâce à sa grande capacité d’empathie Ilyanth devina sans peine la gêne d’Ithrinn tandis qu’il détaillait sa nouvelle apparence, guère habitué à voir son amie ainsi parée en dépit de ses origines nobles.

- Je comprends ta gêne…je ne voulais pas te mettre mal à l’aise, répondit l’elfe sentant lui-même une rougeur colorer ses joues dorées. C’est juste que ce n’est pas habituel pour moi de te voir en robe…Ainsi tu sembles si différente, presque comme si tu étais une inconnue.

Puis cherchant à la dérider et à dissiper le sentiment de gêne qui les envahissait le Baptistrel poursuivit sur un ton un tantinet espiègle.

- Effectivement j’imagine que sans ton armure tu dois te sentir terriblement vulnérable et nue. Et en ce qui concerne le fait de pouvoir voir en toi, n’oublie pas que je suis un maitre Baptistrel et que ton chant-nom peut me révéler tous tes mystères et tes moindres secrets. Mais je n’utilise jamais un tel pouvoir sans l’accord de la personne sinon cela serait bien trop intrusif.

Malgré la nouvelle timidité que lui inspirait l’Azzurée, l’elfe solaire se hasarda à caresser doucement du bout des doigts la cicatrice qui ornée son cou et la trouva étrangement belle, malgré les douloureux souvenirs qu’elle devait rappeler à Ithrinn.

- Elle te fait encore mal parfois ? Pourtant, elle semble ancienne et parfaitement cicatrisée. Mais peut-être n’est-ce pas en lien avec les blessures du corps car cette cicatrice doit certainement te rappeler de terribles moments de ton vécu…

Si Ilyanth ne connaissait pas tous les détails de l’existence mouvementée de son amie, il savait que son lourd passé l’empêchait encore d’avancer, et que les blessures du cœur saignaient encore. L’une d’entre-elles était particulièrement profonde et portait le nom de Thalia, la fille chérie de la Gerridae.

Depuis son jeune âge, celle-ci vivait au sein du domaine Baptistral et le Chantefeu veillait sur elle comme un mentor. Plus que tout au monde, ce dernier déplorait les relations compliquées qui existaient entre la mère et la fille, faite d’amour et de haine, d’attente et d’indifférence.
Thalia refusait de voir Ithrinn, mais à cette heure-ci la jeune elfette devait être profondément assoupie.

- Ithrinn, est-ce que tu veux voir Thalia ? Elle doit dormir mais tu pourras la regarder un moment et peut-être est-ce mieux qu’elle n’apprenne pas que tu es au domaine tout de suite, car elle pourrait mal réagir…

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le voyageur veut bien de l'eau, mais pas non plus un déluge. - Ilyanth

le Lun 23 Avr - 23:58
En écoutant les paroles de l’Azzurée, Ilyanth tentait d’imaginer celle qu’elle avait été autrefois ; une jeune femme-elfe, belle et sereine, vêtue de blanc et jouant paisiblement de la harpe dans un jardin. Hélas depuis lors l’existence l’avait tant ravagée qu’elle n’était plus que l’ombre d’elle-même et semblait à jamais hantée par les fantômes du passé.

- Nous avons tous nos douleurs, nos pertes et nos regrets, dit-il dans un souffle. J’ai aussi perdu celle que j’aimais, mon épouse et la mère de mon fils Elros. Mon ancienne vie me parait à la fois si proche et si lointaine, semblable aux bribes d’un songe. Parfois, il m’arrive de rêver et durant ce temps-là les figures du passé réapparaissent, plus vivantes que jamais et je revois ma chère femme…Puis je me réveille et je me rappelle qu’elle est morte, partie pour toujours…

La voix d’ilyanth s’était empreinte de tristesse ainsi que ses prunelles d’eau et d’émeraude, mais il tenta de lutter contre ce sentiment et reporta son attention sur l’elfette.

Les paroles suivantes d’Ithrinn arrachèrent un léger sourire au Chantefeu ; en effet, son empathie et son pouvoir d’écouter le chant-nom lui permettait de lire à l’intérieur des cœurs et de comprendre le secret des âmes. Est-ce que les choses brisées pouvaient se réparer ? Son optimisme le poussait à croire que oui, mais les plus profondes blessures laissaient des cicatrices indélébiles sur les corps comme sur les âmes. La cicatrice de la Geridae témoignerait à jamais de son vécu douloureux.

- Viens suis moi, dit-il simplement en la prenant par la main pour l’entrainer à sa suite à travers les couloirs du domaine jusqu’au bâtiment où dormaient les jeunes apprentis.
Marchant à pas feutrés pour ne pas les réveiller, le lié du feu mena son amie jusqu'à une petite pièce et en ouvrit doucement la porte. L'intérieur était éclairée par la lueur blafarde de l'astre lunaire et au milieu du lit se tenait une jeune elfe à la chevelure d'argent, paisiblement endormie. Ilyanth se tourna vers l'azzurée et lui chuchota à l'oreille:

- Voilà Thalia, ta fille. Tu ne trouve pas qu'elle a grandi depuis votre dernière rencontre ? Elle suit très bien nos enseignements et a un sacré caractère !

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le voyageur veut bien de l'eau, mais pas non plus un déluge. - Ilyanth

le Lun 14 Mai - 14:27
Le Chantefeu avait conduit Ithrinn dans la pièce où sommeillait l’enfant, son enfant, cette fille si précieuse arrachée à sa mère par une cruelle destinée. Ilyanth espérait tant qu’à sa vue la joie renaîtrait dans le cœur de son amie car il devinait à quel point celle-ci était désireux de revoir la chair de sa chair. Derrière lui, la Gerridae avançait silencieuse, nimbée d’une grâce éthérée grâce à son esprit-lié et sa beauté se trouvait rehaussée par sa tenue de jeune noble et sa tresse de cheveux aussi noirs que les ailes de la nuit.  

Doucement il s’approcha du petit lit et se tourna vers l’Azzurée dont les mires smaragdines parcoururent le dortoir avant de se poser sur le visage juvénile de sa fille. Eprouvait-elle de la nervosité à l’idée de revoir si être si cher, qui en dépit de son amour, se détournait sans cesse d’elle, la rejetant de manière incessante ? Existait-il de plus grande douleur qu’un amour non réciproque ? Pourtant le chanteur était convaincu que Thalia aimait sa mère, au moins autant qu’elle la haïssait en raison de son abandon, et ces deux sentiments extrêmes s’affrontaient, chacun tentant de prendre le dessus l’un sur l’autre.

En entendant les paroles de la femme-elfe le maitre-barde ne put s’empêcher de sourire, tout en couvant du regard Thalia :

- Le temps passe si vite. J’ai l’impression que c’était hier qu’elle est arrivée au domaine et depuis lors je n’ai cessé de veiller sur elle, la prenant sous mon aile et l’aimant comme si elle était ma propre enfant.

Le lié du feu possédait un enfant biologique nommé Elros, ce qui signifiait écume d’étoiles et qu’il avait eu avec sa défunte épouse ; pourtant ce dernier ne faisait aucune différence entre lui et Thalia car à ses yeux les liens du cœur surpassaient ceux du sang.

A mi-voix et osant à peine regarder son amie, celui-ci poursuivit :

- Je crois que cette fillette nous lie encore plus que si nous étions des amants, tant qu’elle sera en vie nous aurons quelque chose en commun, un même être à aimer et à protéger. Elle est passionnée et pleine de fougue comme le feu d’un volcan et peut-être qu’un jour Thalia se liera à cet élément, il est puissant et indiscipliné, mais seul l’avenir le dira. Elle a de nombreux talents et j’espère qu’elle pourra accéder au rang de maître Baptistrel, du moins si tel est son désir, car s’il y a beaucoup d’appelés il y a peu d’élus. Après tout, peut-être que son caractère têtu sera un avantage car cette voie demande énormément d’opiniâtreté. Dans tous je la soutiendrais de mon mieux afin qu’elle puisse s’épanouir et utiliser ses dons au mieux de ses possibilités.

En effet, accéder au rang de Cawr demeurait un privilège rare et la route pour y parvenir demeurait longue et semée d’embûches. Ilyanth lui-même, bien qu’étant né et ayant grandi au sein du domaine Baptistral, n’était devenu maître barde que quelques années auparavant après maintes années d’apprentissage auprès d’un mentor.

Ensuite, le lié du feu se tourna vers l’Azzurée et lui dis avec douceur :

- Ne t’en fais pas, je pense qu’ici au domaine elle sera en sécurité durant encore quelques années et je ferais tout pour qu’elle soit bien armée pour affronter les dangers du monde une fois adulte, quand le moment sera venu pour elle de déployer ses ailes et de prendre son envol. Je veux faire en sorte qu’elle devienne assez forte et indépendante pour pouvoir choisir l’existence qu’elle désire sans que d’autres tentent de lui imposer leur loi ou de la manipuler afin de servir leurs propres desseins, car un jour ou l’autre elle devra se frotter à la dureté de la vie.

L’elfe à la voix ardente avait conscience que même si le domaine ressemblait à un havre de paix, ce lieu sacré ne devait pas se transformer en prison ou en cage dorée. Un jour Thalia grandirait et se transformerait en une très belle jeune fille, aussi ravissante que ne l’était sa mère et Ilyanth attendait ce moment autant qu’il ne le craignait.

Lorsque la Gerridae s’esclaffa en évoquant le comportement futur de sa fille avec ses futurs soupirants, le Chantefeu ne put s’empêcher de l’imiter. A croire que le rire était communicatif et ce dernier lui chuchota à l’oreille :

- Je n’en doute pas un seul instant. Avec un tel caractère, elle saura se défendre contre ceux qui tenteront d’abuser de sa jeunesse ou de sa crédulité, jusqu’au moment où l’un de ses prétendants parviendra à gagner son cœur. Mais dis-moi Ithrinn est-ce que toi aussi tu rudoyais tes prétendants quand tu n’étais encore qu’une Elfette ?

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

avatar
Cawr

Feuille de personnage
Esprit-lié n°1: Oiseau du paradis 2
Esprit-lié n°2:
Esprit-lié n°3:
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Le voyageur veut bien de l'eau, mais pas non plus un déluge. - Ilyanth

le Mer 27 Juin - 20:55
Sentant les prunelles smaragdines d’Ithrinn couver doucement du regard sa fille bien-aimée, le lié du feu tourna son regard vers elle et remarqua le trouble qui se lisait sur son beau visage.

- Ne sois pas trop sévère avec toi Ithrinn, tu as fait de ton mieux pour que ta fille soit heureuse. Et t’en séparé afin de la confier aux soins des Baptistrels n’a certainement pas été la décision la plus facile qui soit mais en agissant ainsi je suis persuadée que tu n’avais pas d’autre désir que son bonheur, même si celle devait t’arracher le cœur. Peut-être est-ce en cela qu’on reconnait une bonne mère, ce n’est pas celle qui désire garder son enfant à tout prix mais celle prête à s’en séparer pour son bien, dit-il en affichant une expression pensive.

Bien qu’il ait fortement contribué à l’éducation de Thalia dont il était le mentor et enseignait de multiples choses à ses nombreux élèves ; le Baptistrel qui était devenu père à son tour et devait l’élever depuis le décès tragique de son époux faisait face à ses propres doutes. Serait-il un bon père pour le jeune Elros et qui se passerait le jour où celui-ci devenu assez grand lui poserait la question dont il redoutait plus que tout au monde de devoir donner la réponse. « Où est ma mère ? ».  Pour l’instant, ce n’était encore qu’un bébé mais le chanteur savait pertinemment qu’un jour ou l’autre il lui faudrait affronter cette situation. Par ailleurs, la mort de Feanturi, sa bien-aimée laissait encore certaines plaies dans son cœur et malgré l’apparente gaieté qu’il tentait d’afficher, Ilyanth demeurait profondément endeuillé par cette disparition prématurée.

L’azurée posa avec délicatesse sa main sur son épaule et l’elfe solaire apprécia cette marque de tendresse, et songea qu’il était agréable d’avoir une personne chère prête à vous soutenir dans les épreuves de l’existence. Et tous deux traversaient la même cruelle épreuve, celle d’un veuvage et de devoir élever seul leurs enfants.

Les lippes d’Ilyanth affichèrent un sourire à ses paroles suivantes :

- J’ai toujours fait de mon mieux pour lui apporter l’amour et le soutien inconditionnel qu’elle méritait de recevoir. J’espère tant n’avoir pas failli à ma tâche et qu’elle continuera à grandir en étant une jeune Elfe heureuse et épanouie. L’amour que nous portons à un même être nous lie l’un à l’autre au-delà de notre amitié. Quoiqu’il arrive, je pense que tous deux nous soucieront de Thalia et nous tenteront d’accompagner ses premiers pas dans le monde.

Puis le visage du maître-barde prit une expression grave lorsqu’Ithrinn parle des nobles qui pourraient un jour la convoiter en raison de la pureté de son lignage :

- Pour l’instant, je pense qu’elle ne risque rien car elle vit au domaine, entourée et protégée par la communauté Baptistrel mais un jour elle devra affronter le monde et faire ses propres choix. Mais j’ai confiance en elle, mon intuition me dit que Thalia avec sa forte personnalité ne sera pas si simple à berner. De plus, si un jour elle devient un maître Baptistrel à part entière elle aura le pouvoir de déceler la ruse et le mensonge grâce au chant-nom et aux vibrations du monde, ce qui constitue une énorme protection.

L’esprit des gens pouvait se révéler bien inconstant et Ithrinn en avait fait l’amère expérience auprès des membres de son peuple. Promise avant même sa naissance à un époux qu’elle ne connaissait pas, courtisée et convoitée durant toute sa jeunesse, son bannissement l’avait fait tomber en disgrâce et depuis lors elle ne cessait d’errer telle une âme en peine en quête d’une raison de vivre. Le domaine Baptistrel, auquel elle avait confié l’unique enfant qu’il lui restait, son joyau, ressemblait à une sorte d’havre de paix où elle pouvait se ressourcer loin du tumulte du monde et tenter de trouver un semblant de paix intérieure.

Les paroles de la Gerridae firent réfléchir le chanteur à la voix ardente qui dit dans un souffle :

- Peut-être, au fond je pense que l’amour est mystérieux et peut prendre d’innombrables formes différentes. Certains s’imaginent que le vrai amour doit ressembler à un coup de foudre et être un brasier qui nous consume et d’autre que ce sentiment pour être sincère et authentique doit se construire peu à peu. Peut-être n’y a-t-il pas de bonne réponses et qu’à chaque fois une nouvelle histoire se construit et avec les êtres les plus inattendus…

Ilyanth était bien placé pour le savoir car il avait aimé à deux reprises et à chaque fois d’une manière complètement différente : la première fois, il était tombé d’Aegnor l’empereur des hommes et avait éprouvé un sentiment passionnel, violent et brûlant comme le brasier d'un volcan. La seconde fois, il avait aimé une femme, aussi sombre que la nouvelle lune. Elle se nommait Feanturi et c'était une ancienne théocrate, une femme brisée, hantée par son passé et se sentant indigne de cet être de lumière qu’était le Baptistrel. Pourtant, il l’avait aimé de toute son âme, et son âme demeurait endeuillée…Ces deux amours s’étaient soldés par un échec et son cœur saignait encore. Aimerait-il un jour à nouveau ? Le feu rejaillirait-il sous la cendre ?

Ensuite l’elfe solaire prit le bras d’Ithrinn afin que tous deux se mettent à marcher un peu, tout en poursuivant leur conversation.

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Contenu sponsorisé

Re: Le voyageur veut bien de l'eau, mais pas non plus un déluge. - Ilyanth

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum