Connexion
Le Deal du moment : -42%
PANDA Lit enfant cabane brut – Bois pin massif ...
Voir le deal
129.99 €

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyL'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz

1er août 1763



Il aimait bien leur grotte et leur petit nid douillet. Oui, il s’y sentait bien et en sécurité. Un peu trop en sécurité, pour tout avouer. Et en trois mois de temps, il en avait vite fait le tour. Il en connaissait par coeur le moindre recoin. Sssaadjith et lui avaient bien veillé à tout explorer, de fond en combles, en large et en travers, et même à explorer un peu le bassin d’eau qui s’offrait à eux. Autrement dit, ils n'étaient pas allés bien loin, leurs parents veillant sur eux comme de la lave dans un volcan. Comme s’ils craignaient que leurs rejetons fassent toutes les bêtises du monde et qu’ils provoquent une catastrophe éruptive.

Bon, peut-être n’était-ce pas une crainte totalement infondée, à bien y penser. Et penser, Nephilith le faisait souvent. Mais tout de même ! Comment pouvaient-ils apprendre à se défendre contre les dangers de ce monde s’ils ne pouvaient pas l’explorer ? S’ils ne pouvaient pas s’y confronter et comprendre l'univers qui les attendait ? Contemplant une énième fois sa belle perle, son tout premier trésor, ce cadeau de son Frère-Coquille, splendide perle lovée dans sa belle coquille, au milieu d’autres trésors trouvés et précieusement installés autour d’elle, Nephilith réfléchissait. Et attendait, désespéré, le retour de sa grande sœur.

Aujourd’hui, lui avait-elle dit. Elle lui avait promis. Aujourd’hui, ils iraient tous deux, juste eux deux, explorer un peu le fond des océans, et elle lui apprendrait à nager, lui qui peinait tant à apprendre à voler. Fort de cette promesse, il avait laissé Ssaadjith partir avec leur mère. Mais le jour avançait et nulle trace d’une Nynsith en approche. L’impatience le rongeait, et pour s’occuper les écailles, il se rognait une griffe. Peut-être aurait-il dû aller avec son Frère-Coquille. Peut-être ne devrait-il jamais le quitter… Allez savoir, dans sa folle envie de grandeur, son jumeau était capable de tout, et de se fourrer dans les pires ennuis. Certes, il était avec leur mère, mais…

Un clapotis puis un grand éclaboussement d’eau le fit sursauter et il se retourna vers l’entrée. Et bondit aussitôt de joie en se jetant sur la nouvelle arrivée.

" Tu es venue, tu n’as pas oublié ! "

Et de ses deux petites pattes, il enserra une des griffes de sa sœur.

" Ma grande sœur préférée ", ronronna-t-il presque.

Bon, ce n’était pas bien difficile, elle était la seule sœur qu’il avait. Mais bon, il le pensait réellement quand même !

" Alors ca y est ? On va voir les grands fonds ? Dis, dis, on y va, hein ? ", reprit-il, lâchant sa sœur et sautillant autour d’elle tout en balançant sa queue dans tous les sens, surexcité.

" Je veux nager. Je veux naaaageeeer ! "

Et se disant, il bondit dans l’eau. Il était prêt à partir là, maintenant, sans même attendre sa grande sœur, et à voguer aussi loin qu’il pourrait. Mais il se souvenait de leur tout premier plongeon avec son jumeau et de la petite remontrance de leur père. Puis s’il désobéissait et jouait trop avec le feu draconique, il risquait de perdre toute confiance de ces parents, et de ne plus être autorisé à sortir.

Il remonta donc aussitôt à la surface et sortit son museau de l’eau.

" Alors on y va ? Ca tient toujours, ma Soeur-Ecaille ? "

Avisant que son excitation pouvait faire revirer la grande dévoreuse dans sa décision, car après tout c’était une grande responsabilité pour elle que de l’emmener et de devoir veiller sur lui, Nephilith tenta, avec difficulté, de calmer son ardeur. De contrôler sa queue qui battait l’eau avec frénésie. Les grands éclaboussements devinrent peu à peu de légers clapotis, alors qu’il enfouissait son museau dans l’eau. Il aperçut alors une bulle se former, et son esprit partit en ébullition. Il s’amusa à en faire d'autres, et les observa, fasciné, remonter à la surface. C’était drôle les bulles, constata-t-il, tout en en faisant éclater une d’un petit coup de griffes. Puis se souvenant qu'il avait plus urgent, il releva ses saphirs sur sa soeur. Hum... Moui, sortie dans le fond des océans, se calmer, rester sage... Rester sage.

" Promis, je serai sage et obéissant.", fit-il alors comme si sa pensée se formulait plus clairement.

Tel un serment qu'il offrait à Nynsith comme à lui-même. Un serment dur à tenir, mais il s'y contraindrait. Autant que faire ce pourrait.

" Je ferai tout ce que tu me diras. A la griffe et à l’oeil. "


“Connais toi toi-même et tu connaîtras les dieux.”

Je vous envoie mes pensées d'une "couleur dorée" : #DEB887
Je "pense" plus pour moi-même en une nuance plus enténébrée : #857149

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Nynsith nageait dans les sombres profondeurs de l’océan, scrutant attentivement les alentours, ses sens aux aguets. Normalement, elle agissait ainsi afin de trouver à manger, mais elle s’était nourrie il y a peu aussi était-elle plutôt en train de s’assurer que rien de trop dangereux ne rôdait dans les environs. Bien entendu, ce n’était pas pour elle qu’elle le faisait, car à la taille qu’elle faisait, peu d’animaux marins lui posaient problème. Non, c’était plutôt pour son petit frère qu’elle faisait ces vérifications, car aujourd’hui elle allait lui montrer pour la première fois des choses qu’il n’avait encore jamais vu.

Nephilith c’était fait bien insistant ces dernières semaines, aussi sa grande sœur avait-elle fini par lui promettre une sortie sous-marine. De savoir que ses parents lui faisaient assez confiance pour qu’elle prenne avec elle le Dragonnet l’emplissait d’une certaine fierté, aussi prenait-elle à cœur la sécurité de ce dernier. Sans grande surprise, toute la zone qu’elle avait ratissée ne présentait pas le moindre danger : à une telle profondeur, les quelques créatures présentent étaient petites, même pour son cadet, mais elle ne voulait lui faire courir aucun risque. Une fois satisfaite, elle prit la direction de l’énorme grotte sous-marine qui servait actuellement de demeure pour la petite famille et y surgit quelques minutes plus tard en produisant une grande gerbe d’eau.

« Tu es venue, tu n’as pas oublié! »

Le petit être vint affectueusement s’accrocher à l’une de ses griffes avant de bondir joyeusement autour d’elle pour bientôt disparaitre quelques secondes dans le lac avant d’en ressortir la tête pour aussitôt faire des bulles avec son museau.

~ Était-je aussi impulsive à son âge? ~

Le Gemme-Écaille sembla soudain se rappeler qu’il n’était pas seul et leva son regard vers elle.

« Promis, je serai sage et obéissant. Je ferai tout ce que tu me diras. À la griffe et à l’œil. »

« Je ne te demanderai qu’une chose alors : reste toujours prêt de moi. Il n’y a pas vraiment d’animaux ou de créatures dans ce coin-ci, mais l’océan en lui-même peut être dangereux. Il y a des courants marins qu’il faut respecter, sans compter le paysage qui peut lui-même être désorientant pour un débutant. »

Elle se glissa doucement dans le lac et s’y submergea, ses ailes collées sur son dos.

« L’endroit où nous allons n’est pas trop loin d’ici, mais je crois qu’à ta taille, le voyage serait déjà fatiguant, surtout que tu ne sais pas encore nager efficacement. Ce sera plus simple si tu t’accroches à moi pour l’instant. »

Une Nephilith bien cramponné, elle s’élança à bonne allure, prenant soin de ne pas rendre la tâche trop ardue pour son petit passager. Durant le trajet, elle lui désigna quelques formations géologiques qui lui servaient de repères.

« Tu as probablement remarqué qu’ici, il fait noir. C’est parce que nous sommes si loin sous la surface que la lumière n’arrive pas à se rendre jusqu’ici. Heureusement, la grotte où l’ont vit possède ses propres cristaux lumineux! Et l’eau à cette profondeur est beaucoup plus froide que l’eau en surface pour la même raison. Par contre, il existe des endroits où l’eau est aussi chaude qu’à la surface, voire plus, et c’est dans un endroit de ce genre que je te mène. »

L’Océane continua sa nage jusqu’à aboutir dans un endroit où de longues colonnes crachaient une épaisse fumée accompagnée d’une douce lueur orangée.

« Nous sommes arrivés. » 


La Faim cruelle ne connaît aucune limite.

#993300 #993333
#0099cc

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Rester toujours près d’elle. Oui, cela ne lui semblait pas trop difficile. Il était conscient qu’ils allaient explorer un milieu qui promettait mille merveilles, mais qui était aussi truffé de mille pièges. Surtout pour un dragonnet inexpérimenté. Il avait aussi conscience de la lourde responsabilité que sa sœur prenait en l’emmenant avec elle. Il n’avait aucune envie de lui faire subir l’ire de leur père. Il acquiesça alors avec une profonde gravité dans ses yeux bleus perçants. Il écoutait chaque mot avec une avidité, une soif d’apprendre, que ces quelques phrases peinèrent à étancher.

Et quand enfin elle lui demanda de s’accrocher à elle, il obtempéra avec une joie non dissimulée. Ça y était, il partait à l’aventuuuure ! Et quand elle força l’allure, il ne put que sentir l’euphorie le gagner. Il devait se concentrer pour bien s’accrocher et ne pas se perdre dans la force du courant, mais il eut grand-peine à retenir le grondement de joie qui montait en lui. S’il ne s’était pas retenu, il lui aurait demandé d’aller plus vite encore, toujours plus vite. Mais déjà elle lui montrait divers récifs immergés, diverses formations rocheuses, en repères pour mieux retrouver son chemin plus tard. Nephilith prit alors grand soin de se focaliser sur eux et de les graver dans sa mémoire. Il avait soudain l’impression de voir la carte de ce nouveau monde se dessiner peu à peu dans son esprit, et c’était tout aussi euphorisant que cette belle chevauchée.

Il allait poser des questions… quand déjà sa sœur répondit à certaines d’entre elles. Pourquoi ce noir. Pourquoi aucune lumière ici alors que leur grotte en avait. Pourquoi le froid. Il aurait voulu embrasser sa sœur pour devancer les centaines de questions qui foisonnaient en lui, comme si elle avait déjà compris ce qui le taraudait : apprendre le monde, et le comprendre. C’était comme s’il n’avait pas besoin de s’exprimer avec elle, que déjà elle répondait à l’un de ses vœux les plus chers. Il sentit à cette pensée, une douce chaleur l’irradier et, incapable d’exprimer cet étrange ressenti pour son aînée, il se contenta de resserrer sa prise, doucement, avec une tendresse infinie.

« Nous sommes arrivés. »

Ce petit intermède prenait déjà fin. Mais la douce mélancolie qui drapa  le dragonnet à cette idée fut bien vite chassée par l’émerveillement qui le happa. L’endroit était d’une sublime beauté.

Devant lui se dressaient plusieurs piliers d’eau et d’épaisse fumée mêlées en un tourbillon cendré strié de zébrure dorée. Un court instant ces colonnades lui rappelèrent Ssaadjith et lui mêlés, l’ombre et la lumière valsant d’un seul pas, le noir et l’or s’unissant en un cyclone s’élevant en levant les bras, pour mieux happer tout élément dans son sillage et propulser le tout au loin vers d’autres rivages. À cette vue, il sentit son petit coeur cogner dans sa poitrine, vibrer à l’unisson de ces pulsations du monde, et ses écailles se hérissèrent doucement, comme s’il voulait ressentir tout cela de chaque fibre de son corps. Tout entier. Il resta étrangement muet face à ce spectacle d’une somptuosité infinie, ce qui ne lui ressemblait pas, lui toujours pétris de questions telles un éternel puits.

Son regard peina à se détacher de ces majestueuses volutes pour dériver sur ce qui les entourait. Il aperçut alors une vie foisonnante, et étrangement abondante. Magnifique aussi. Elle irradiait de formes et de couleurs différentes. Il aperçut une petite pieuvre à moitié endormie lovée dans une alcôve de roches tout près, ainsi que divers coraux irisés d’un violet discret qui semblait illuminer ces profondeurs abyssales.

"C’est plus beau encore que dans mes rêves."

Nephilith s’approcha alors d’un des coraux et l'observa, penchant la tête pour mieux le voir. Il mourrait d’envie de le toucher.

"Qu’est-ce que tout cela, sœur ? Comment nomme-t-on cela ? Est-ce un végétal ? Cela en a tout l’air. À quoi est due cette couleur ? Il y en a d’autres comme ça ? Ont-ils tous la même couleur ? Et ce petit animal là-bas ? "

Et cette fois, son attention revint vers la petite pieuvre, qu’il approcha, ayant bien envie de la toucher. Il avait même envie de la ramener chez eux, dans leur grotte. Elle était si belle. On aurait dit qu’elle changeait de couleur quand elle bougeait pour mieux se fondre dans sa cachette.

" Qu’est-ce que c’est ? Est-ce dangereux ? Peut-on la ramener ? Elle est trop belle. Comment fait-elle pour changer de couleur ? Est-ce que nous aussi on peut le faire ? "

Et voilà, les questions revenaient, et assaillaient Nynsith de leur virulente curiosité. Et sans attendre, son appétence pour cette étrangeté bien trop titillée soudain, il pointa une griffe vers elle et, aussi délicatement qu’il le put, toucha un de ses petits appendices qui dépassait...


“Connais toi toi-même et tu connaîtras les dieux.”

Je vous envoie mes pensées d'une "couleur dorée" : #DEB887
Je "pense" plus pour moi-même en une nuance plus enténébrée : #857149

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Le Dragonnet avait lâcher sa prise pour observer un long moment les volutes qui s’échappaient des monts hydrothermaux. En voyant cela, Nynsith eu un instant l’impression de se revoir elle-même lorsqu’elle avait découvert ce phénomène naturel qui, bien que devenu commun pour l’habituée qu’elle était à présent, demeurait aussi magnifique qu’au tout premier jour. La remarque de Nephilith réchauffa le cœur de l’Océane.

~ Ainsi rêvait-il déjà à l’océan avant même son éclosion. Peut-être grâce à moi? ~

Après tout, à plus d’une reprise alors qu’elle veillait sur l’œuf, elle avait partagé des souvenirs sans vraiment savoir avec assurance si ceux-ci trouvaient preneur. Peut-être aussi cette fascination innée pour la vie marine n’était que le fruit d’un hasard bienheureux? Dans tous les cas, la grande sœur chérissait déjà l’instant présent, écoutant avec plaisir les questions qui fusaient dans l’esprit de son cadet.

« Il s’agit de corail et plus particulièrement d’un récif corallien. C’est à la fois un minéral, un végétal et un animal. Regarde attentivement. Pas seulement avec tes yeux, avec ton esprit également. »

Elle-même s’exécuta.

« Les coraux forment un écosystème à eux seuls. D’infimes êtres forment chacun leur propre squelette en amassant lentement les minéraux qui se trouvent dans l’eau et ces petits êtres vivent en symbiose avec des forment végétales tout aussi petites. Ce que tu vois n’est qu’une infime partie d’une très grande colonie qui s’était loin de la zone chaude où nous sommes. Normalement, ce type de corail grandit sans chaleur et sans lumière, dans une eau froide. Il existe aussi des coraux qui ont besoin de la lumière du soleil. Ceux-là son à quelques mètres seulement sous la surface et sont bien plus colorés. »

Afin de compléter ses explications, l’Affamée ponctuait ses dires avec quelques images mentales, aidant son frère à mieux cerner ce qu’elle lui apprenait. Le spectacle qui leur faisait face était plutôt unique puisque les coraux n’existaient normalement pas en ce genre de lieu. Après un moment de contemplation silencieuse, elle observa la minuscule pieuvre qui se trouvait auprès d’eux.

« Cet animal s’appelle une pieuvre. Elle change de couleur pour mieux se camoufler de ses prédateurs ou encore pour se cacher en attendant que passe une proie. Et il est possible de faire comme elle en utilisant la magie, mais cela demande de la pratique. Regarde. »

Nynsith posa ses lourdes pattes sur le sol océanique, puis se concentra. Doucement, ses écailles changèrent de couleur et de texture en certains points, imitant l’environnement immédiat. Après quelques secondes, elle reprit son apparence habituelle.

« Je me pratique depuis quelques temps, mais ce n’est pas encore au point. Lorsque je pourrai me camoufler entièrement, je serai une chasseuse hors-pair! »

Au contact de la griffe du jeune saurien, la pieuvre se recroquevilla davantage dans son alcôve, disparaissant dans la noirceur.

« Ne t’en fait pas, elle ressortira peut-être plus tard. En attendant, pourquoi ne me montres-tu pas comment tu nages? Après tout, c’est pour cela que nous sommes ici, non? »

La remarque était empreinte d’un ton taquin.


La Faim cruelle ne connaît aucune limite.

#993300 #993333
#0099cc

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Les saphirs du dragonnet brillaient d’avidité alors que les réponses fusaient. Il adorait sa sœur. Il avait l’impression de ne jamais l’embêter malgré tous les pourquoi qui lui échappaient. Elle prenait toujours le temps de lui répondre, lui expliquer, et le dragonnet nourrissait de plus en plus une tendresse chaleureuse en plus du profond respect qu’il ressentait déjà pour elle.

Nephilith dévora des yeux les coraux qu’elle lui désignait et dont elle expliquait la nature. Il mourrait d’envie de tâter avec sa griffe, mais suivit plutôt ses conseils et se concentra sur eux. Il projeta son esprit, comme elle lui indiquait, suivant l’esprit de sa sœur, comme elle lui montrait le chemin. Et il sentit soudain un fourmillement de vie. Ce fut une explosion des sens, un ravissement de l’esprit, qui l’enivra soudain de sa plénitude et de son infini foisonnement. Il y sentait des vies minuscules, ridiculement petites, qui semblaient des points invisibles parmi l’infiniment grand dans lequel ils barbotaient. Nephilith savoura les images mentales que sa sœur lui envoyait en même temps qu’elle lui répondait, et sentit sa curiosité pétiller de joie à toutes ces réponses, ces connaissances, ces découvertes, qui s’ouvraient à lui. Même si à chaque réponse, dix, cent, mille questions se formaient ensuite, telle une toile immense et incontrôlable, qui ne cessait de grandir.

Mais son ravissement fut encore plus prononcé quand Nynsith lui fit une démonstration de magie draconique. C’était grandiose, magnifique, et le dragonnet mourrait d’envie de pouvoir l’imiter.

"Tu me montreras, dis ? Quand est-ce que je pourrais faire pareil ? Je pourrais le faire moi aussi j’espère ?"

Au mot "chasseuse", toutefois, il sentit une petite pointe vriller son coeur, en imaginant sa sœur dévorer soudain toutes les merveilleuses créatures qu’elle venait de lui montrer. C’était si somptueux, si unique, si… sublime ! La vie était si précieuse ! S’ils étaient des prédateurs et se devaient de chasser pour se nourrir, il sentait un réel plaisir chez sa sœur dans cet art-là. Elle semblait aimer tuer. Aimer chasser, pour chasser, pas seulement pour se nourrir de l’essentiel. Et à cette pensée, il sentit un trouble étrange, indicible, qu’il n’aurait su expliquer, l’habiter. Un trouble qui devait se lire soudain dans ses orbes clairs, alors qu’il penchait la tête vers sa sœur, soudain songeur. Puis il réalisa que son brusque silence et son immobilisme peu coutumier le concernant pouvaient paraître étrange. Il se força alors à reprendre le cours de l’instant présent, s’extirpant avec difficultés du tourbillon de ses pensées.

"Tu es déjà une grande chasseuse", répondit-il doucement, presque dans une caresse mentale empreinte de tendresse et de peine.

Puis, sans perdre plus de temps, il obtempéra aux conseils de sa sœur, et commença à nager. Cela lui permit de partir sur des sentiers plus joyeux, et de penser à autre chose de moins dérangeant. Il s’élança d’une vigoureuse poussée des pattes arrières, puis usa de sa queue comme d’un fouet pour prendre un peu de vitesse. Il sentit l’eau glisser sur ses écailles et roucoula de joie à cette sensation qu’il aimait tant.

"C’est encore mieux que dans mes rêves", exulta-t-il.

Puis il aperçut un petit animal, long et fin, de couleur gris cendré, qui se faufilait en ondulant, entre les roches et coraux. Lui vint alors l’idée qu’il avait une forme approchante, longue et élancée, et qu’il pourrait user de la même méthode pour nager. Il se mit alors à onduler de tout son corps.

"Regarde, je fais comme ce poisson ! Tu as vu ? C’est trop divin, j’adoore l’eau, j’adooore nager !"

Tout à sa joie, il prit un peu de vitesse en battant de sa queue et continua à onduler. Puis se prit d’envie de tenter d’onduler entre les volutes des monts fumeux. D’aller de plus en plus près, de plus en plus vite.

"C’est sensationnel, Regarde !"

Un peut trop près. Un peu trop vite, réalisa-t-il trop tard, quand il fonça droit dans une volute et la roche qui s’élevait juste derrière elle. Sauf que, s’il avait quelques facilités avec cet élément, il ne maitrisait pas encore ses gestes et ne maitrisait pas suffisamment la nage pour avoir la dextérité de les éviter…


“Connais toi toi-même et tu connaîtras les dieux.”

Je vous envoie mes pensées d'une "couleur dorée" : #DEB887
Je "pense" plus pour moi-même en une nuance plus enténébrée : #857149

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
« Tu es déjà une grande chasseuse »

Nynsith sentit que cette remarque en contenait une autre, mais ne le releva pas puisque son cadet s’élança aussitôt de tout son corps pour nager. Elle observa sa technique avec attention et le laissa prendre de la vitesse malgré le risque d’accident que cela pouvait entrainer. Ce qui devait arriver arriva et Nephilith disparu un moment dans une volute de fumée opaque pour faire plus ample connaissance avec la roche volcanique. L’Océane tandis simplement une patte pour ramener son frère vers elle.

« Tu as manqué ton coup. C’est bien, cela veut dire que tu as essayé quelque chose de nouveau. »

Elle prononçait ces mots avec sincérité. Ici, le jeune saurien ne courait aucun danger et donc elle préférait le laisser échouer afin qu’il comprenne lui-même ce qu’il n’avait pas fait correctement. Cependant, puisqu’il n’avait pas d’expérience, elle allait également le guider minimalement.

« D’imiter le poisson était très brillant, surtout pour la taille que tu fais. Ainsi tu peux prendre de la vitesse facilement et sans trop te fatiguer. Par contre, pour mieux gérer tes virages, il y a quelque chose d’autre que tu peux faire. Observe bien. »

En prononçant ces derniers mots, l’Affamée s’éloigna un peu en marchant simplement sur le sol océanique, sa taille ne lui permettant pas de nager trop près des cheminées. Ce n’était pas par crainte de s’y blesser qu’elle agît ainsi, mais plutôt parce qu’elle ne voulait pas abîmer l’écosystème qui avait pris tant de temps à apparaître. Puis, d’un léger bond, elle s’éleva dans l’eau et, à l’instar de son frère, commença à onduler son corps entier, ses ailes collées contre son dos.

Elle fonça droit vers les monts hydrothermaux et à l’instant où elle les aurait fracassés, elle hérissa ses écailles du côté gauche de son corps et déploya à peine son aile du même côté tout en tournant légèrement la tête à gauche, courbant ainsi la crête qui traversait son dos. Pour couronner le tout, elle donna un puissant coup de queue qui servit d’élan à sa masse afin d’entreprendre un virage extrêmement serré.

Elle avait évité l’obstacle sans difficulté et remonta cette fois la tête pour décrire une demi boucle dans le plan vertical avant d’à nouveau prendre de la vitesse en direction des colonnes. Cette fois-ci, avant que le contact ne se fasse elle déploya et élargie ses pattes tout en hérissant l’ensemble de ses écailles, freinant presqu’immédiatement. Se maintenant sur place, Nynsith posa son regard bleu sur Nephilith.

« Si tu as bien observé, tu devrais mieux réussir à te diriger. Réessaie. »


La Faim cruelle ne connaît aucune limite.

#993300 #993333
#0099cc

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Quelque chose de nouveau, mais quelque chose de douloureux, eut-il envie de rétorquer. Mais il se contint, plus agacé de son échec que réellement endolori, pour tout avouer. C’était là son ego blessé qui parlait en lui et non une quelconque douleur. Sa cuirasse écailleuse avait bien amorti le choc.

Mais au fond sa grande sœur avait raison, concéda-t-il en son for intérieur, tout en hochant la tête. Essayer était déjà gagner, car on allait au-delà de ce qu’on savait, voire pouvait, faire, et ce n’était qu’ainsi qu’on pouvait avancer. Même les voix le lui disaient.

Il observa alors sa sœur lui montrer comment utiliser son corps, tout son corps, pour évoluer dans cet environnement fascinant qu’était l’eau. Hérisser les écailles, déployer un peu son aile – prendre note de ne pas trop la décoller, surtout lui qui en avait de si grandes – et tourner la tête du côté où on voulait tourner, puis coup de queue pour donner l’impulsion. Soit. Vu d’ici, cela paraissait si facile. Sa sœur était si belle et si gracieuse à zigzaguer ainsi. Les saphirs du dragonnet pétillaient presque d’admiration. Qu’il aimerait être comme elle quand il serait grand, savoir se faire poisson parmi les poissons pour mieux explorer tous les fonds de l’océan.

Il nota le mouvement pour freiner également et se dit qu’il pourrait user aussi de ses grandes ailes pour donner plus de surface au freinage d’urgence.

« Si tu as bien observé, tu devrais mieux réussir à te diriger. Réessaie. »

Nephilith hocha la tête, et d’un regard déterminé, observa les colonnes volcaniques devant lui. Il pouvait le faire, il en était sûr ! Et aussitôt il s’élança, refit le même mouvement d’ondulations pour prendre de la vitesse, et quand il se sentit assez à l’aise et rapide, il s’élança de nouveau vers celle qu’il l’avait mis en échec. Dès qu’il passa la fumée, il imita le mouvement de sa sœur, écailles hérissées, léger décollement d’aile, tourner de tête et impulsion de sa longue queue. Il rapa un peu sur la roche, mais parvint à éviter une collision trop agressive.

"J’ai réussi !" exulta-t-il.

Et aussitôt il repartit à l’attaque, valsant presque entre les colonnes. Tout en ronronnant et criant sa joie à chaque virage réussi, et prenant toujours plus de vitesse. Notant le poisson qui se faufilait là, la petite crevette étrange qui venait de disparaître, les belles couleurs des masses rocheuses, des volutes, les formes étranges qu’elles formaient parfois en virevoltant vers la surface… Il tentait de se concentrer sur les sensations vertigineuses qui parcouraient tout son corps, faisaient vibrer toutes ses écailles et son petit coeur de dragonnet, et de ne pas écouter les mille voix qui lui parlaient, lui donnant des noms, des informations, des conseils... Trop de voix, trop en même temps. Non, mieux valait se concentrer sur les sensations, ce qu'il sentait, là, dans l'eau.

Et suivre cette volute si belle qui montait. Il prit alors une forte impulsion d'un battement de queue, et monta, monta, et monta plus haut encore, oubliant alors complètement sa sœur, ses consignes et ses promesses, tout à sa joie et son exaltation du monde qu’il découvrait. Et de ses capacités qu’il développait peu à peu. Si sur terre ou dans l’air, il avait l’impression de toujours s’emmêler les pattes, ou pire les ailes, ici, il se sentait à l’aise, agile, et réellement doué pour jouer dans cet élément qui semblait si bien l’appeler.

Il monta, monta, monta encore, et tout d’un coup, se retrouva presque nez à nez avec un gros poisson.

Il parvint à freiner un tant soit peu comme Nynsith le lui avait montré, ouvrant grand ses ailes pour l'aider dans son mouvement. Mais pas suffisamment apparemment et il se cogna contre la grosse masse caoutchouteuse du poisson. Il aperçut alors celui-ci tourner soudain son museau et ses deux petits yeux noirs vers lui. Un si grand poisson et de si petits yeux…  telles deux petites pierres noires toutes lisses… Curieux, Nephilith avança son museau aussi pour sentir et observer de plus près ce gros spécimens… qui soudain ouvrit grand sa gueule. Nephilith recula dans un grondement sonore de peur… et repartit aussi vite qu’il le put vers sa sœur. Le gros poisson tout près de sa queue…

"C’est quoi ce gros poisson ? Il veut me manger ?! Qu’est-ce que je fais ? Dis, qu’est-ce que je fais ?" cria-t-il tout en retournant dans les profondeurs complètement apeuré. "Dis, Reine des océans, je fais comment ?"

Et ce qui devait arriver arriva. Il percuta Nynsith de plein fouet, à la fois heureux, soulagé et contrit, de l’avoir retrouvée, elle et la sécurité qu’elle lui offrait.


“Connais toi toi-même et tu connaîtras les dieux.”

Je vous envoie mes pensées d'une "couleur dorée" : #DEB887
Je "pense" plus pour moi-même en une nuance plus enténébrée : #857149

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Observant la nouvelle tentative de son frère, Nynsith se remémorait maintenant les premiers enseignements de sa mère, en particulier son premier vol. Elle était alors si maladroite, incapable de se mouvoir sur une courte distance. Il faut dire que son corps robuste l’était peut-être un peu trop, mais elle avait su s’adapter. C’est entre autres par le biais de la nage qu’elle avait développé ses aptitudes aériennes et aujourd’hui elle pouvait rivaliser avec ses semblables sans difficulté. Elle espérait qu’il en soit de même pour Nephilith et ses trop grandes ailes.

D’ailleurs, celui-ci s’en tirait déjà bien mieux, reproduisant la trajectoire de sa sœur, quoiqu’imparfaitement. Cela viendrait avec l’expérience, tout simplement. Le petit commença soudainement à s’élever dans la fumée et son aînée le suivit à distance, s’assurant de toujours savoir au moins où il était. Soudainement, sans crier gare, il revint sur ses pas en bougeant beaucoup plus frénétiquement.

« C’est quoi ce gros poisson? Il veut me manger?! Qu’est-ce que je fais? Dis, qu’est-ce que je fais? Dis, Reine des océans, je fais comment? »

Il fonça droit sur son poitrail, mais elle ne sentit même pas le choc. Elle garda plutôt son regard rivé sur les colonnes de cendres, cherchant ce qui avait bien pu effrayer le dragonnet, jusqu’à repérer quelque chose, une silhouette large, très large, comparable à sa taille à elle. Mais le poisson ne passait pas à l’attaque, il se contentait de lentement poursuivre son chemin et lorsque l’Océane utilisa ses sens uniques pour déterminé de quoi il s’agissait, elle n’adressa à son frère que quelques mots.

« Suis-moi. »

Doucement, elle s’éleva à nouveau dans la fumée et vit clairement le spécimen.

« C’est un requin-baleine. Ils sont gros, mais inoffensifs. Même pour les bipèdes. »

Elle l’observa un moment ouvrir son énorme bouche, probablement pour manger des animaux microscopiques qui proliféraient dans l’eau riche en nutriments grâce à l’écosystème volcanique quelques mètres sous eux.

« On les retrouve souvent à cette profondeur, mais de temps en temps on peut les voir en surface en train de se nourrir ou de migrer. Et parlant de se nourrir, je commence déjà à avoir bien faim. Ça ne devrait pas être trop long. »

Elle s’approcha lentement de l’énorme poisson, puis referma sa puissante mâchoire sur sa tête comme un étau. Le poisson gigota encore quelques secondes avant de s’immobiliser. Satisfaite, la Chasseresse commença à manger, inventant Nephilith à s’approcher.

« Si tu en veux, ne te gêne pas, ils ont un excellent goût! Je crois même que c’est une femelle, avec un peu de chance tu pourras goûter à ses œufs! »


La Faim cruelle ne connaît aucune limite.

#993300 #993333
#0099cc

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
À l’injonction presque impérieuse de sa sœur de la suivre, Nephilith ne se fit pas prier. Même s’il prit grand soin de rester dans son ombre. Comme si l’or qui le revêtait pouvait se parer de la discrétion de l’obscurité que pourrait projeter, en tout autre milieu, la haute et grande silhouette de sa sœur… Mais il escomptait sur les ténèbres qui régnaient en ce lieu profond, pour qu’au moins sa silhouette ne se fonde quelque peu avec celle de Nynsith.

Sa curiosité prit toutefois bien rapidement le pas sur sa possible frayeur et il ne put s’empêcher de sortir son museau de sa "cachette". Un requin-baleine. Cette simple pensée agita les voix en lui qui soudain lui diffusèrent une multitude d’informations foisonnantes. Grand poisson. Massif. Non agressif. Pacifique. Lente paix voguant sur les flots. Longue vie. Dans les mers ouvertes ou les grands océans chauds. Les voix semblaient faire écho à tout ce que lui révélait également sa sœur, en une étrange mélodie qui happait Nephilith.

Et que mangeait-il là ? On aurait dit de petites plantes minuscules flottant dans les grandes eaux. Des "planctons" lui soufflèrent les voix. Algues, animaux minuscules, étaient la préférence de ces gros animaux, dirait-on. Mais comment donc cet animal pouvait-il être aussi gros, aussi immense, en se nourrissant simplement de ces toutes-petites-choses-flottantes ? Nephilith porta un regard circonspect vers sa sœur, mais peina à lui envoyer clairement sa question, tant il était soudain confus.

D’ailleurs, parlant de sa sœur, faim semblait la titiller. Guère étonnant venant de sa part. Nephilith avait appris que certains la surnommaient la grande dévoreuse. Ce surnom bipédique lui allait comme une écaille, devait-il avouer.

Il se contenta donc d’attendre, s’amusant à toucher d’une griffe une de ces  toutes-petites-choses-flottantes, planctons répétaient les voix, pour voir comment elles bougeaient, tout en tentant de se maintenir sur place par de petits mouvements de queue et d’ailes. Admirant les changements de direction de ces petites choses à chacun de ses mouvements, s’amusant à sentir l’eau fuir chacun de ses petits battements… Il en avait soudain oublié sa sœur partie chasser, quand il la vit soudain refermer sa gueule sur le beau gros poisson. Mort joli requin-baleine, songea-t-il hésitant entre l’excitation de la faim à vouloir goûter cette nouvelle saveur et peine de voir une vie prise par simple gourmandise. Déjà les eaux profondes se teintaient de son liquide rougeâtre, et une odeur âcre bien que très discrète, car très diluée, enivra ses sens.

Quand Nynsith l’invita à se rapprocher, le doré hésita. Puis songeant que maintenant que la vie était prise, autant l’honorer en la mangeant, il obtempéra. À mouvements lents toutefois.

"Ses œufs ? Elle attendait donc des petits ?"

Ce qui signifiait qu’ils n’avaient pas pris qu’une seule vie, mais plusieurs ? Combien en tout ? À cette pensée, il posa alors son museau contre celui de la créature maintenant sans vie, sans tambour battant, et s’y frotta délicatement.

"Merci de ce sacrifice", envoya-t-il en pensée, englobant aussi sa sœur dans cette envolée, tout en couleur peinée et en solennité musicale. "Tu seras honorée, toi et tes œufs, que nous te mangions et que grâce à toi nous ayons tant de force."

Puis, après ce petit instant de presque recueillement, il goûta la chair tendre ainsi offerte. Oui, effectivement, la créature avait un goût des plus savoureux, il ne pouvait le nier. Il envoya une onde de contentement à sa sœur et de remerciement, tout en lui jetant un rapide regard intrigué. L’avait-il blessée ou vexée par ces remarques sur la vie et la créature morte ? Avait-il vexé la grande dévoreuse d’être plus réticent à tuer et plus hésitant ? Quand bien même il savait que pour vivre, il devrait tuer, lui aussi, un jour. Mais il s’exhorterait à ne tuer que ce dont il aurait besoin. Et il tenterait de choisir des créatures sans œufs, s’il le pouvait…

"Tu m’apprendras à chasser aussi ?" osa-t-il demander alors, à la fois par réelle envie d’apprendre – quand il était sujet d’apprendre, quoi que ce soit, il était toujours intéressé – et par souci d’apaiser toute possible contrariété qu’il aurait pu infliger à sa grande sœur. "Juste le nécessaire ?" ne put-il s’empêcher d’ajouter d’une pensée plus timide.


“Connais toi toi-même et tu connaîtras les dieux.”

Je vous envoie mes pensées d'une "couleur dorée" : #DEB887
Je "pense" plus pour moi-même en une nuance plus enténébrée : #857149

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
La Reine des Chasseresses, c’était là un surnom que sa mère utilisait parfois pour désigner sa fille et celle-ci s’y identifiait tout à fait. Si elle tuait, c’était d’abord et avant tout parce qu’elle avait besoin de manger et comme ce besoin se faisait très souvent ressentir chez elle, elle avait développé des techniques de chasse variées afin de rendre plus excitante ses moments de sustentation. Parfois, cela impliquait de jouer un peu avec sa proie, mais ce genre de situation impliquait une cible qui nécessitait d’être distraite plutôt que d’être attaquer directement. Le requin-baleine n’avait pas eu besoin de ce genre de traitement, l’espèce étant si docile et tranquille qu’une morsure bien placée à la tête suffisait amplement.

Face à son attaque, son petit frère semblait pourtant hésitant. Il souleva la question à propos de la progéniture de la mère et alla même jusqu’à remercier le cadavre. C’était un comportement que Nynsith n’avait jamais vu auparavant, mais elle ne s’en formalisa pas. L’animal était après tout un être vivant, quoiqu’avec une conscience limitée par des besoins de survies classiques qui n’avaient qu’un seul but : permettre à l’espèce de se perpétuer. Prendre la vie d’un être vivant était chose nouvelle pour Nephilith et jusqu’ici, pratiquement tout ce qui avait été rapporté comme nourriture aux jumeaux avait été tué au préalable. La saurienne savait que son cadet allait éventuellement apprendre à ne pas trop s’en faire pour ce genre de chose. Après tout, n’était-il pas au sommet de la chaîne alimentaire? Le concerné se régalait d’ailleurs de la chair du requin-baleine et semblait bien apprécier son expérience, comme quoi il devait être conscient de sa place dans la nature d’une manière ou d’une autre.

« Tu m’apprendras à chasser aussi? Juste le nécessaire? »

L’Océane rapprocha sa tête de son frère, l’observant tendrement.

« Oui, je t’apprendrai. Du plus profond de l’océan jusqu’à la limite des cieux, en passant par toutes les terres, je t’apprendrai tout ce qu’il te faut savoir. »

Elle arracha un large morceau de peau, de gras et d’os qu’elle mâcha après avoir évacué l’eau de mer de sa gueule.

« Bien que nous soyons les plus puissants prédateurs qui soient, nous ne sommes pas les seuls. Les bipèdes, malgré leurs limitations, ont tout de même des méthodes de chasse efficaces pour ce qu’ils peuvent faire. Et la nature est parsemée de créatures qui chassent en usant différemment de leur corps ou de leur environnement. Chasser pour se nourrir est nécessaire et permet de préserver l’équilibre de tout écosystème. »

À nouveau elle observa le Gemme-Écaille, cette fois avec un regard plus prononcé.

« Je peux comprendre que le fait que cette femelle puisse avoir des œufs qui n’arriveront jamais à maturité semble choquant, mais c’était elle qui était sur notre chemin au moment où j’avais besoin de me nourrir. Un autre animal aurait pu en faire de même. Pour éviter d’éradiquer tout une espèce, aussi succulente soit-elle, je vais chasser autre chose la prochaine fois. Et encore autre chose. Nous sommes au sommet de la chaîne, mais il est important de comprendre comment elle fonctionne pour nous assurer de toujours avoir une nourriture variée et abondante, sans quoi nous pourrions débalancer l’équilibre. »

Pour appuyer sa dernière remarque, elle partagea des images de créatures qu’elle avait elle-même observé des heures durant dans tous les environnements possibles, montrant comment chaque individu participait à la chaîne d’une manière ou d’une autre.

« Lorsque nous aurons finit de manger, ce qui restera de la carcasse sera pour des micro-organismes comme ceux que l’on a vu plus tôt. Elle deviendra des sédiments qui enrichirons le sol marin pour d’autres espèces, jusqu’à éventuellement revenir à nous d’une manière ou d’une autre. »


La Faim cruelle ne connaît aucune limite.

#993300 #993333
#0099cc

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Lui apprendre tout ce qu’il lui fallait savoir. Voilà des mots qui plaisaient à Nephilith. Sa sœur ne le savait peut-être pas, mais savoir, apprendre, était un plaisir bien plus grand que tout autre chose. Même s’il savourait cette chair tendre, même s’il apprendrait peut-être à apprécier chasser un jour, même s’il aimait jouer et s’amuser… il aimait apprendre par-dessus tout. Tout ce qu’il lui faudrait savoir lui semblait toutefois bien trop immense pour que sa sœur puisse, à elle seule, tenir cette promesse. Il y avait tant et tant de choses à savoir, à apprendre, à découvrir !

Même les voix ne semblaient pas toujours tout savoir. Quand il avait tenté de remonter leur savoir ancestral sur les temps les plus lointains, il s’était confronté à… comme à un mur. Une inconnue, un vide de connaissance. Il y avait une période que les dragons ne connaissaient pas, ne serait-ce que la période d’avant leur propre naissance en ce monde. Ou peut-être était-ce dû à son jeune âge et qu'il peinait à accéder à cette mémoire qui lui était offerte ? Cela était fort probable aussi...

Dans tous les cas, tout savoir lui semblait une tâche immense et impossible. Comment pourrait-il alors jamais apprendre tout ce qu’il lui faudrait savoir ? La question lui rongeait soudain l’esprit et manqua se projeter dans les pensées qu’il envoyait à sa sœur. Il parvint toutefois à la rattraper avant qu’elle ne lui échappe et à l’enfouir sous l’amoncellement d’autres questions qui agitaient sans cesse son esprit. Il se contenta alors d’offrir à sa sœur un regard de saphir lourd et pénétrant, où brillaient envie et curiosité. Et mille remerciements muets, qu’il envoya en ondes tendres et affectueuses.

Il pressentait que le sujet "chasse" pourrait devenir, un jour, un sujet délicat entre eux. Il aimait bien trop les créatures vivantes et la vie, et quand bien même ils se devaient de tuer pour manger et vivre, selon lui ils ne devaient vivre pour manger et tuer. Mais où était alors la limite de ce litigieux problème ? Telle était la question. Il se promit en tout cas, en son for intérieur, de ne jamais oublier de remercier ce qu’il sacrifierait pour nourrir sa propre essence, ce qui lui permettrait de nourrir sa propre vie.

Oui, chasser pour se nourrir était nécessaire, cela il le concevait. Préserver un équilibre ? Déjà cette notion le titillait, mais il pouvait aussi le comprendre, le concevoir. Un prédateur pouvait effectivement avoir un rôle de… régulateur ?… pour éviter que certaines créatures ne se répandent trop et dévorent trop d’autres créatures ? Après tout, cela faisait sens, avait une certaine logique. Et Nephilith accorda donc ce point à sa sœur. Et tout en mâchouillant son morceau de chair qu’il venait d’arracher délicatement au requin mort, il envoya une onde pétillante à la Dévoreuse, lui faisant comprendre qu’il retenait la leçon. Et l’acceptait. Ce qui était beaucoup pour le doré, qui commençait à nourrir la fâcheuse habitude de tout remettre en question, avec ses comment et ses pourquoi…

Il retint l’information également que les bipèdes aussi étaient des prédateurs et des chasseurs. Certes, peut-être pas aussi redoutables que des dragons, du moins que des dragons adultes en pleine possession de toutes leurs capacités, lui soufflèrent les voix. Mais ils pouvaient être assez dangereux tout de même.

Varier ses proies. Varier sa chasse. Oui, d’accord, cela aussi, il retiendrait. Et s’il comprenait une chose de tout ce qu’elle lui disait, c’est que, s’ils étaient au sommet de la chaine de chasse, prédateurs ultimes parmi les prédateurs, cela ne leur donnait pas de droits. Mais des devoirs. Le devoir de prendre garde aux vies qu’ils choisissaient de prendre, un devoir de responsabilité.

Un grand pouvoir donne de grandes responsabilités, lui souffla soudain une voix. Qu’il répéta doucement à sa sœur, tout en l’accompagnant d’une note sobre, impérieuse, outrageusement sérieuse pour son jeune âge, qui marquait l’importance de cette constatation pour lui.

Ils faisaient partie d’un tout, d’une immensité, d’un cycle éternel, où chaque être, chaque vie, de la plus infiniment petite à la plus infiniment grande, avait son importance. Chacune, sans considération de taille ou de place. Tous avaient un rôle à jouer. Le tout était de le comprendre et d’en assumer chaque pan sans user des pouvoirs qui leur seraient conférés.

"Je comprends", fit-il enfin dans une pensée toujours aussi sérieuse mais plus enjouée. "Et je te remercie. Tes enseignements sont, et seront toujours, pour moi un des plus précieux trésors que mon coeur chérira aussi longtemps qu’il battra."

Comme tout savoir, toute connaissance, qu’on lui accorderait.

"Chaque vie a son importance et sa place dans le cycle. Nous devons y prendre part, pleinement, mais avec respect et discernement. Je comprends."

Et il savoura la chair qui enivrait soudain bien plus ses papilles. Et envoya cette onde de plaisir à sa sœur, tout en entourant l’une des grosses pattes de Nynsith avec sa longue queue dorée, comme pour appuyer ses pensées. Espérant que, même si un jour ils se confrontaient, ils se rappelleraient toujours ce moment de chaleur et de tendresse peu commun.


“Connais toi toi-même et tu connaîtras les dieux.”

Je vous envoie mes pensées d'une "couleur dorée" : #DEB887
Je "pense" plus pour moi-même en une nuance plus enténébrée : #857149

descriptionL'appel des océans [PV Nynsith] EmptyRe: L'appel des océans [PV Nynsith]

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
<<