Connexion
Le Deal du moment : -44%
Fauteuil gaming Arozzi TORRETTA noir
Voir le deal
139.99 €

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyLe Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Début Septembre


Aube

Shyven s’était réveillée avec les poules ce matin. Son sommeil était perturbé, non pas par un quelconque cauchemar ou terreur nocturne ayant déranger le doux repos de la dragonne, mais parce qu’elle était impatiente.

Kaalys, son « papa-tout-chaud » d’amour lui avait promis, « Demain, je t’apprends à chasser et à voler ! ».

Évidemment, il n’en avait pas fallu plus à la petite opale pour être dans tous ses états : elle qui avait soif de découvrir le monde par elle-même et de « faire comme les grands », elle était persuadée qu’aujourd’hui allait s’ouvrir un tout nouveau chapitre de sa vie.

Il faut dire que ces derniers jours n’avaient pas été de tout repos pour la dragonne : l’Équilibre, la rencontre de sa famille, les questionnements sur son statut de dragonne et de savoir si elle faisait bien les choses … Clairement, même s’ils l’avaient un peu brassé, ses deux oncles avait profondément marqué Shyven.

Depuis leur rencontre, non seulement Shyven avait découvert un tas de choses sur sa propre existence, mais elle avait également d’en être sortie … « grandie » ? Certes, elle ne partageait pas le caractère de Ssaadjith et Nephilith, très loin de là, mais elle savait qu’eux, représentaient leur nuée.

Ssaadjith était certes affreusement arrogant et obnubilé par une chose : sa propre petite personne, mais il était également un être ambitieux, malin et tout à fait capable. Il avait définitivement l’étoffe du dirigeant, cela Shyven en était persuadé. Il restait à voir comment leur père allait décider de façonner son fils. Tout se jouait à ce moment pour le dragon noir.

Quant à Nephilith … Sa grande sagesse allait sûrement servir de guide, de phare dans la brume pour les prochains défis que la nuée aurait à affronter.

Et Shyven se trouvait au milieu de ces deux êtres singuliers, à la fois porteuse de cet héritage lourd mais aussi profondément … Différente pour toutes les choses que Kaalys lui faisait vivre, mais qu’elle sentait également liée à elle. Elle ne se voyait définitivement pas sans cette part de ce que certains qualifieraient « d’insouciance » ou encore « d’humanité ».

Elle tourna un petit peu sa tête, pour la poser confortablement dans un espace situé sur les ailes de son père, encore profondément assoupi. Définitivement elle se sentait profondément au centre de toute cette petite famille, mais également profondément isolée.

N’appartenant pas vraiment à un camp, comme à l’autre, elle peinait à discerner son rôle dans les années prochaines, au milieu de cette grande nuée qu’était la sienne. Et en même temps, est-ce que toutes ces questions existentielles étaient bien de son âge ? Il n’y a pas trois mois, elle venait tout juste de sortir de l’œuf.

Elle ne faisait même pas un mètre, qu’elle sentait qu’on lui imposait déjà d’avoir un plan de vie pour les trois-cents années à venir.

La petite dragonne tapota sa tête sur les ailes de son père, avant de fermer les yeux.

Il était trop tôt pour les dilemmes existentielles, Shyven avait encore du sommeil à prendre avant cette grande journée.

Matin

Après une tentative peu fructueuse de dormir, le sommeil ayant été pétri de questionnements et de rêves-pas-gentils en tout genre perturbant le repos de la dragonne, Shyven s’extirpa des ailes de son père.

Elle fit mine de partir à ces petites habitudes matinales, faisant comme à son accoutumée un petit tour de la grotte pour s’assurer que rien n’avait bougé pendant la nuit, puis dès qu’elle vit le commencement de soulèvement d’une paupière de son père, elle courra vers lui :

« Alors Papa, dis, dis, c’est aujourd’hui ? C’est aujourd’hui que je vole et que je chasse comme les grands ?!! »

La petite plume rose fit quelques petits tours sur elle-même et sautilla sur ses petites pattes, attendant manifestement une réponse favorable de son père.

Sa vie prendrait un nouveau tournant aujourd’hui, Shyven en était convaincue.

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Tandis que sa fille s’impatientait, Kaalys dormait profondément. À intervalle régulier, son abdomen se soulevait au rythme de sa respiration. Roulé en boule sur lui-même, sa queue entourée son corps massif tandis que ses ailes étaient fermement repliées contre ses flancs. Sa large tête reposait sur ses pattes croisées et de l’air chaud s’échappait de ses naseaux à chaque longue respiration. Il y avait également un léger... Ronronnement ? Grondement ? Non... Ronflement. C’est cela, Kaalys ronflait légèrement...

L’aube pointait à l’horizon lorsque le jeune dragon commença à s’éveiller. Doucement, son esprit sortait de sa torpeur et s’ouvrait au monde qui l’entourait. Il prenait conscience de son corps immense, de la grotte, des végétaux, de l’eau qui coulait d’une fissure dans la paroi... et surtout, il prenait conscience de Shyven. Cette dernière également, d’ailleurs.

À peine eut-il ouvert une paupière, dardant discrètement un coup d’œil vers sa fille, que cette dernière s’en rendit compte. De si bons matins, sa voix eut l’effet d’un coup de fouet et, plutôt que d’ouvrir les deux yeux, Kaalys les referma et se couvrit de ses deux immenses pattes.

« Doucement Shyven, le soleil n’est même pas encore levé. » Il n’était clairement pas bien réveillé et, d’ailleurs, ponctua sa phrase d’un immense bâillement. Sa gueule s’ouvrit sur une multitude de crocs, dont certains faisaient la taille d’une épée, et un grognement s’en échappa. Face à l’insistance de sa fille, qui trépignait, Kaalys fut toutefois contraint de se lever.

« D’accord, d’accord. Je me lève. »

Tel un immense félin, Kaalys se leva puis s’étira longuement. D’abord les pattes antérieures, le dos et la queue - qui frôla le plafond - puis les pattes postérieures jusqu’au bout des griffes. Ceci fait, le jeune mâle s’approcha de l’étendue d’eau. D’un coup de patte, il brisa la couverture de glace et y lapa plusieurs longues gorgées glacées et désaltérantes. Lorsqu’il se retourna vers sa fille, une grosse langue toute rose pourlechait les babines pour capturer les gouttes d’eau s’étant perdues dans les écailles.

« Oui, c’est aujourd’hui que je vais t’apprendre à chasser. Voler, par contre, cela dépendra de la force de tes petites ailes et... de ton talent. » Répondit-il d’un ton taquin. Le jeune père était bien loin d'imaginer les tracas de sa fille. Il se pencha vers sa progéniture et la bouscula très doucement du bout du museau. « C’est toi qui vas chasser ton repas. J’espère que tu te sens prête. »

En quelques pas, Kaalys était déjà à la sortie. Lorsqu’il mit le museau dehors, le jeune dragon fut heureux de constater un temps clément. Le ciel était particulièrement dégagé en ce début de journée et le monde s’était paré de couleurs chatoyantes tandis que le soleil grimpait doucement dans le ciel. Il resta là, avec sa fille, à contempler la beauté de ce moment pendant quelques minutes, puis...

« Grimpe. Je vais nous emmener plus bas sur la montagne et nous allons pouvoir commencer. »

Une fois Shyven au creux de sa patte, Kaalys se laissa doucement planer jusqu’au pied de la montagne. Il se posa doucement sur son versant est et relâcha aussitôt sa fille. Ici, la couche de neige était moins profonde et les nombreux monticules de pierre offraient abris et tanières à plusieurs animaux, dont des lièvres.

« Bien. Pour commencer, tu dois t’assurer d’être sous le vent. Cela veut dire que le vent souffle vers toi, et non l’inverse. Ainsi, tu es en mesure de sentir ta proie, mais elle non. »

Kaalys sembla s’allonger. En vérité, il se ramassait tel un chat sur ses pattes, prêt à bondir. Tout son corps était tendu, ses ailes bien serrées contre son corps. Il attendit que Shyven imite sa position avant de poursuivre.

« Quand tu sauras correctement voler, tu pourras surprendre ta proie depuis les cieux. En attendant, tu dois être capable de t’en approcher discrètement pour pouvoir la surprendre. Elle ne doit pas avoir l’occasion de s’enfuir, car elle ira plus vite que toi. » Le saurien releva légèrement le museau et inspira longuement. « Tu sens cette odeur de terre et de sapin ? C’est un lièvre. Il n’est pas loin et lui-même cherche sa nourriture. Je veux que tu essaie de t’en approcher en restant le plus proche du sol. Prends garde où tu mets les pattes, ne laisse pas ta queue traîner... Sers-toi du terrain à ton avantage et bondit sur ta proie d’un coup. »



Kaalys parle en gold

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
« Doucement Shyven, le soleil n’est même pas encore levé. »

Roooh ! Mais dis dont, Papa-tout-chaud qui était si bout en train d’habitude, ne ressentait-il pas les frissons de l’AVENTURE qui les attendaient aujourd’hui ? Shyven insista un petit peu, et fit ses grands-yeux-trop-mignons à son père, avant que celui-ci ne fasse :

« D’accord, d’accord. Je me lève. »

Shyven prit un petit air satisfait. Tout de même ! Ce n’était pas tous les jours que l’on apprenait à voler et à chasser. La petite dragonne suivit les mouvements de son père, comme pour s’assurer que celui-ci ne décide pas subitement de partir se rendormir d’un coup en pensant que sa fille n’y verrait que du feu.

Elle vit ainsi Kaalys accomplir son petit rituel matinal, qu’elle surveillait à la trace : d’abord des loooooooongs étirements, puis des loooooongs remplissage de panse avec de l’eau … Dis dont, Shyven ne l’avait jamais remarqué jusqu’à là, mais qu’est-ce que son père pouvait être lent parfois ! -A moins que ce ne soit son excitation intense qui lui joue des tours- Pour tenter de s’occuper, la petite opale pris son petit caillou que lui avait offert Nephilith, et essaya de le faire miroiter partout grâce à la lumière du soleil qui pénétrait un petit peu le repère des deux dragons.

C’est vrai que c’était un joli objet, et que malgré tout ce qu’elle avait pu dire sur eux, peut être que ses deux oncles n’étaient pas si méchants …

Quand Kaalys avait enfin fini, elle délaissa cependant très rapidement le caillou en question, et Shyven se concentra sur ce que son papa-tout-chaud avait à lui dire :

« Oui, c’est aujourd’hui que je vais t’apprendre à chasser. Voler, par contre, cela dépendra de la force de tes petites ailes et... de ton talent. »

Shyven plissa les yeux quand elle entendit son père faire un trait d’humour. Ah non hein ! Pas de blagues, on lui avait bien précisé qu’aujourd’hui elle allait apprendre à voler, alors elle volerait ! Pas de désistement, ou d’excuses bidons ! Comme pour prouver qu’elle en serait tout à fait capable, Shyven se contenta de répondre :

« Pff, bien sûr que je vais pouvoir le faire, regarde ! »

Avant d’agiter ses ailes dans un petit sourire attendrissant. Elle avait suffisamment attendu, ce n’était pas maintenant qu’on allait lui dire qu’elle ne pouvait pas voler, et surtout pas à cause d’elle-même !

« C’est toi qui vas chasser ton repas. J’espère que tu te sens prête. »

Shyven fixa son papa-tout-chaud avant d’opiner du chef. Bien sûr qu’elle se sentait prête ! Elle s’était levée avec les poules juste pour ça ! Aujourd’hui elle allait être une dragonne fière et indépendante … Bon cela dit, cela pouvait attendre cinq minutes. Quand elle vit son père sortir pour contempler le dehors, elle le rejoint afin de profiter d’un petit moment agréable en famille : il fallait dire que le soleil était inhabituellement radieux aujourd’hui, et que les montagnes étaient largement dégagées. Voilà une vue à couper le souffle, qui rendait heureuse la petite opale ! Elle posa alors sa tête sur les écailles de son père, avant d’entendre au bout de quelques minutes :

« Grimpe. Je vais nous emmener plus bas sur la montagne et nous allons pouvoir commencer. »

Il est vrai. Ils avaient fort à faire aujourd’hui, le duo ne pouvait se permettre d’attendre encore plusieurs minutes sous peine de perdre les potentielles proies alléchantes gambadant dans les montagnes actuellement. Shyven comme à l’accoutumée se plaça au creux des pattes de son père, et sans plus tarder, il plana jusqu’au bas des montagnes.

Là, Shyven écouta attentivement ce qu’il avait à dire. Elle se devait d’être une élève très appliquée si elle voulait apprendre vite à faire les choses par elle-même :

« Bien. Pour commencer, tu dois t’assurer d’être sous le vent. Cela veut dire que le vent souffle vers toi, et non l’inverse. Ainsi, tu es en mesure de sentir ta proie, mais elle non. »

Shyven opina de la tête, montrant qu’elle avait compris ce que son père lui disait. Constatant que son papa-tout-chaud mêlait gestes à paroles, elle essaya de l’imiter -parfois de manière un peu gauche-, mais elle trouva finalement une position élancée similaire qui lui plaisait. Après tout, tant que le résultat était le même, peu importait la manière d’y arriver … non ?

Elle n’eut pas le temps d’y réfléchir plus que cela, car son père continua de professer :

« Quand tu sauras correctement voler, tu pourras surprendre ta proie depuis les cieux. En attendant, tu dois être capable de t’en approcher discrètement pour pouvoir la surprendre. Elle ne doit pas avoir l’occasion de s’enfuir, car elle ira plus vite que toi. »

Elle opina légèrement de la tête, puis Kaalys continua :

« Tu sens cette odeur de terre et de sapin ? C’est un lièvre. Il n’est pas loin et lui-même cherche sa nourriture. Je veux que tu essaie de t’en approcher en restant le plus proche du sol. Prends garde où tu mets les pattes, ne laisse pas ta queue traîner... Sers-toi du terrain à ton avantage et bondit sur ta proie d’un coup. »

Shyven tendit sa petite tête vers la nature … Une odeur de terre et de sapin hein ? Elle ferma les yeux, et élargit ses narines. Oui, c’est vrai qu’il y avait bien un petit fumet, mais était-ce ce qu’il y avait de plus important … ? La petite opale se secoua un petit peu la tête. Après tout, son père avait mille fois plus d’expérience qu’elle dans ce domaine, il devait savoir ce qu’il disait.

Toutefois, la dragonne partit en exploration à la recherche du précieux bien. De fait, elle se servit de cette odeur et des quelques éléments composant la nature locale, avant de trouver le précieux animal. Là, Shyven alla tout doucement, petits pas par petits pas, étudiant comment elle allait pouvoir obtenir son bien en un minimum de temps et d’effort.

Elle se décida finalement en bondissant d’une petite butte de pierre, pour atterrir directement sur la tête de l’animal qui n’avait pas vu venir la dragonne. Il se passa ensuite un bref instant où Shyven fut un peu malmené, car le lièvre essaya de se défendre, mais bientôt, grâce à ses bons réflexes caractérisant la petite opale, elle fit glisser la tête du lièvre sur une pierre, ce qui eut pour effet de lui fait perdre conscience, définitivement.

Elle ne le tua donc pas en faisant usage d’une force brute, car la dragonne était loin d’être aussi massive que son père, ou même elle était loin d’être aussi forte que certains de son espèce à son âge.

Cependant, comme préciser plus haut, la manière importait peu la dragonne, tant que le résultat était le même. Elle prit le ventre sa proie dans sa petite gueule, avant de le présenter à son père, toute contente :

« Et voilà ! Tu as vu Papa-tout-chaud, je suis vraiment trop forte he… »

Elle s’arrêta au milieu de sa phrase. Bien qu’elle était contente d’avoir réussi à chasser, quelque chose clochait dans sa tête. Après tout, cet animal ne lui avait rien demander, et elle venait de mettre fin à ses jours, là, maintenant. Bon, certes, ce n’était a priori pas un esprit voué à une grande destinée, mais quand même …

La petite opale se trouvait un peu cruelle sur ce coup-là. Elle reposa donc sa proie, avant de faire des grands yeux à son père, et de lui demander :

« Dis papa, comment ton grand cœur fait pour endurer … Tout ça ? Même si on en a besoin pour nous nourrir, je ne peux pas m’empêcher que la chasse … Et puis s’il y avait que la chasse, parce que je suppose qu’après, si on nous veut du mal, et puis un jour je devrais fatalement … »

Une question qui paraissait initialement bien innocente, mais qui entraina de nombreuses réflexions que Shyven partageait à l’instant avec son père. Définitivement, être un dragon adulte conscient de sa personne et des enjeux qui lui étaient attachés ne s’improvisait pas, et devait s’apprendre au jour le jour. Mais cela, la petite dragonne ne le savait pas encore …

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Transmettre son savoir à la prochaine génération n'était pas une mince affaire. Malgré son air détendu et blagueur, Kaalys prenait sa tâche très au sérieux et très à coeur. De ses grands yeux dorés, il observa attentivement sa fille. Il lui avait donné les grandes lignes pour réussir et c'était désormais à elle de mettre en pratique ce que son papa-tout-chaud venait de lui enseigner. Mélangé à son instinct de super-prédateur, Kaalys ne doutait pas de la réussite de sa petite opale.

Lorsque Shyven disparue entre deux rochers beaucoup plus gros qu'elle, Kaalys se redressa et tendit le cou pour garder un oeil attentif sur sa progéniture. Avant de se poser, il avait pris soin d'étendre son esprit aux environs afin de prévenir tout danger, mais le jeune dragon était de nature très prudente - peut être trop ? - lorsqu'il s'agissait de sa fille.

De loin, il l'observa grimper sur une petite butte de pierre friable. Kaalys craint, l'espace d'un instant, que celle-ci s'effrite sous les pattes de Shyven et fasse fuir sa proie avant que la petite dragonne passe à l'action. Fort heureusement, cela n'arriva pas et le jeune père pu apprécier la technique de sa fille. Son coeur se gonfla de fierté lorsque la petite dragonne revint près de lui avec sa proie entre les crocs. Mais quelque chose semblait chiffonner la petite opale, pourtant d'abord très fière d'elle-même.

Le saurien d'ébène acquiesça avant de poser son regard sur le lapin. Il y voyait les traces laissées par les crocs de Shyven et un peu de sang maculait la fourrure brune. L'état d'esprit de sa fille rappelait beaucoup à Kaalys les débuts de son existence, en sein du domaine.

« Shyven… » Le jeune père se pencha de façon à ce que son museau soit tout proche de sa fille. Le souffle de Kaalys caressait doucement les écailles rosées et réchauffait son être tout entier.

« Le monde obéit à un équilibre délicat. En tant que dragon, il te faut comprendre cet équilibre et respecter toutes les créatures, que ce soit un ver qui rampe, un lièvre qui bondit ou un bipède qui marche. »

Du bout du museau, Kaalys poussa le lièvre vers Shyven.

« Lorsque nous mourrons, nos corps deviennent de l'herbe et les lièvres mangent cette herbe. Le lièvre sera ensuite mangé pour nourrir une créature plus grosse. Et lorsque cette créature mourra, son corps nourrira de nouveau un lièvre. Cela s'appelle le cycle de la vie. »

Satisfait par cette explication, le grand dragon se redressa et toisa sa fille avec bienveillance. Il s'était allongé de tout son long et, doucement, il entoura le petit corps avec sa longue queue, tout en prenant bien soin de ne pas la blesser avec les piquants qui l'ornaient.

« Ce cycle de la vie dépend d'un équilibre fragile. Tu ne dois jamais chasser plus que nécessaire ni tuer pour le simple plaisir de prendre une vie. De tels actes briseraient ce cercle vertueux. »

Briser ce cercle était le synonyme véritable catastrophes. Trop chasser une espèce, par exemple, pouvait conduire à sa totale disparition. Kaalys partagea cette pensée avec sa fille afin de mieux illustrer son propos.

« Mais, lorsque ta vie est menacée, tu es en droit de te défendre… Exactement comme ce lièvre s'est défendu lorsque tu l'as attaqué… et cela te demandera peut-être de tuer un jour, oui… »

Pourtant peu prompte à la violence, Kaalys avait déjà tué. Pour manger, bien entendu, mais aussi pour sauver sa vie ainsi que celles qui comptaient pour lui. Et à chaque fois, décider de prendre une vie avait été un cas de conscience.



Kaalys parle en gold

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
« Shyven… »

Commença son père d’un air sérieux. La petite opale n’aimait pas tellement quand Kaalys prenait cet air là, c’était généralement quand il avait quelque chose d’important à lui dire, où la sermonner. Et dans un cas comme dans l’autre, cela n’annonçait généralement pas de très bonnes nouvelles pour la dragonne.

Mais bon, la vie ne pouvait pas être uniquement composée de longs fleuves tranquilles … Cela dit, comme pour la rassurer, le grand dragon vint partager une chaleur réconfortante, qui remis la rosée en confiance.

« Le monde obéit à un équilibre délicat. En tant que dragon, il te faut comprendre cet équilibre et respecter toutes les créatures, que ce soit un ver qui rampe, un lièvre qui bondit ou un bipède qui marche. Lorsque nous mourrons, nos corps deviennent de l'herbe et les lièvres mangent cette herbe. Le lièvre sera ensuite mangé pour nourrir une créature plus grosse. Et lorsque cette créature mourra, son corps nourrira de nouveau un lièvre. Cela s'appelle le cycle de la vie. »

Shyven se frotta le museau avec une de ses petites griffes. Encore cette histoire d’Équilibre, et cette fois-ci ce n’était même pas elle qui avait commencé à en parler. Décidemment, quoi qu’on en dise, ce mot était partout et chacun en avait une interprétation différente …

A moins que toutes les interprétations ne se regroupent et que ce mot valise veuille dire bien des choses en somme … La dragonne rose se laissa entouré par son père, accueillant son réconfort volontiers. Elle posa ses petites pattes sur une partie non sensible de sa queue, et soupira.

Même si elle apprenait à être de plus en plus indépendante chaque jour, Shyven avait l’impression qu’avec cette chose durement acquise, venait des tas et des tas de questionnements qui s’entremêlait dans son esprit, sans trouver de réponses. Et elle avait le sentiment que ce n’était pas particulièrement parce qu’elle n’était pas suffisamment “sage”. En vérité elle aurait pu poser la question à Nephilith, ou bien à n’importe quel autres dragons, qu’elle n’aurait sans doute pas eu de réponses satisfaisantes.

Pour l’heure, Shyven se contenta d’écouter les autres recommandations de son père, essayant d’illustrer son propos :

« Ce cycle de la vie dépend d'un équilibre fragile. Tu ne dois jamais chasser plus que nécessaire ni tuer pour le simple plaisir de prendre une vie. De tels actes briseraient ce cercle vertueux.

Mais, lorsque ta vie est menacée, tu es en droit de te défendre… Exactement comme ce lièvre s'est défendu lorsque tu l'as attaqué… et cela te demandera peut-être de tuer un jour, oui … »


Pour illustrer son propos, Papa-tout-chaud transmis à la petite opale des pensées illustrant son propos : ainsi, Shyven vit que trop chasser pouvait conduire à une entière disparition d’une espèce …

Mais alors ça, c’était quand on agissait, mais qu’advenait-il si l’on ne faisait rien, ou peu ? Shyven se gratta une nouvelle fois le museau, et transmis ses réflexions à son père.

“Je pense avoir compris l’essentiel des choses, et du fait que trop agir pourrait conduire à des choses potentiellement très graves … Mais Papa-tout-chaud, qu’en est-il de la réciproque ? Sans parler de se laisser totalement dépérir, si nous ne chassions peu, et que l’on laissait la Nature faire les choses, qu’est-ce qu’il se passerait pour notre monde ?”

En vérité, la réflexion de Shyven avançait vite. A travers ce prisme de la chasse, elle essayait de saisir quelques vagues outils de réflexion lui permettant de mieux comprendre le monde qui l’entourait.

“Et dis Papa-tout-chaud, qui serait assez fou pour porter atteinte à notre vie ? Tu disais que je pouvais me défendre quand on m’attaquait, mais ce n’était pas comme si ce lièvre avait représenté une réelle menace … Si j’ai réussi à m’en sortir rapidement, toi, tu dois être invincible non ? Qui serait assez fou pour s’en prendre à nous de toute façon …”

Cela arrivait lentement, mais petit à petit, Shyven prenait conscience de son rôle, et de son statut. Elle avait de toute manière bien vu sa Grand-Mère qui faisait quasiment la taille d’une montagne, mais sans aller jusqu’à là, se devait être pure folie de s’en prendre à un dragon, qui pouvait bien oser faire ça : après tout, eux ne demandaient que la stabilité des choses.

En tout cas, c’est par ce prisme que Shyven voyait les choses. Sans doute devait-elle se tromper, de toutes les façons. Le monde était vaste, et ses récentes rencontres l’avaient amené à penser que pour chaque âme peuplant ces vastes terres, il devait exister tout autant d’esprits différents …

Mais n’y avait-il pas un certain code commun qui gouvernait tous ses esprits, avec en en-tête : “Ne surtout pas toucher aux dragons” ?

C’était étrange.

Se sortant de ses vastes réflexions solitaires, Shyven aperçut une petite créature volante qui vint se poser sur son corps immobile. Elle était de toutes les couleurs, et assez jolie : se devait-être ce que son Papa-tout-chaud appelait un “papillon”, ou quelque chose dans ce goût là.

Elle essaya de l’attraper d’un coup de patte, pour jouer avec lui quelques instants, mais celui-ci ne l’entendit pas de cette façon, et s’envola avant que Shyven ne put mettre sa patte sur lui.

La petite dragonne soupira, déçue. Elle aussi elle voulait voler ! Ce n’était pas juste qu’une si petite créature pouvait le faire, et pas elle !

Elle se tourna vers le regard protecteur de son père, pris un léger air de dragonne-battue (ou tout du moins qui avait une idée derrière la tête) et lui fit :

“Dis Papa-tout-Chaud, est-ce que tu crois que le fait de voler pourra régler toutes mes questions à propos de l’Équilibre ? Je me sens si bien quand je vole avec toi, et j’aimerai pouvoir chasser toutes ces réflexions qui m’embêtent … Mais c’est pas facile.”

La dragonne n’était évidemment pas à plaindre, il y avait des créatures dans ce monde qui avait des destins plus terribles que le sien, mais elle ne pouvait s’empêcher à tout cela, de manière de plus en plus présente : il était compliqué d’être un dragon lié à l’Équilibre, sans savoir sa réelle place dans ce monde …

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Être sage n'était pas de tout repos. Être père non plus, d'autant plus sans véritable exemple à suivre. Tandis qu'il terminait son laïus, Kaalys observait sa petite opale réfléchir à ses propos, les assimiler. Shyven était douée d'une vive intelligence et ne manquerait pas, de cela le père dragon n'en doutait pas, remettre en cause ce qu'il venait de dire pour mieux creuser la question. Elle avait cette petite mimique, qui la rendait presque bipède, de se gratter le bout du museau avec sa griffe avant de poser une question très sérieuse.

« C'est une excellente question, Shyven. J'aime te voir pousser ta réflexion un peu plus loin à chaque fois, la complimenta-t-il. Je ne peux pas te répondre avec exactitude, car cela ne s'est jamais produit. Mais, je pense que la réaction la plus probable est la suivante : si les créatures carnivores cessent de chasser, elles mourront de faim. Lorsqu'elles auront disparu, les herbivores n'ayant plus de prédateurs se multiplieraient jusqu'à épuiser, à cause de leur trop grand nombre, les ressources de la nature. Il n'y aurait plus assez d'herbe ou d'arbres pour nourrir ces animaux, la terre deviendrait stérile parce qu'elle n'aurait pas le temps de se régénérer.  »

Satisfait de sa réponse, Kaalys poussa doucement sa petite opale du bout du museau. Chez lui, c'était un geste d'une grande tendresse. Mais, contrairement à son père, Shyven n'avait pas cessé ses réflexions et reprit de plus bel.

« Tu sais, Shyven, autrefois, mes écailles étaient nacrées. Elles sont devenues noire suite à un terrible affrontement qui a fauché bien des vies et qui a bien failli me prendre, moi aussi. Notre ennemi était les Chimères, des êtres d'une grande puissance. Aujourd'hui, elles sont repoussées, mais nous ne sommes pas à l'abri que d'autres créatures aussi puissantes existent par-delà l'océan.  »

En attendant, il était vrai que les dragons demeuraient la race la plus puissante présente sur l'archipel… Mais Kaalys avait appris à se méfier. Et Shyven devait également comprendre que les muscles seuls ne suffisaient pas.

« Être le plus grand ou le plus fort ne suffit pas toujours. Regarde les Hommes, par exemple. Ils ont bâti des choses que nous, Dragons, serions incapables de faire. Ils sont plus petits, mais ils sont très malins. Leur force, contre un dragon, ne réside pas dans leur bras mais bien dans leur esprit. Tu ne dois jamais oublier cela.  »

Ils avaient, par exemple, conçu des balistes. Ces énormes arbalètes étaient capables de propulser en l'air des flèches capables de transpercer la membrane qui composait l'aile d'un dragon et, ainsi, le clouer au sol. Une nouvelle fois, Kaalys transmit cette image à sa fille afin d'illustrer son propos.

« Être fort attire parfois la jalousie des autres. Ou attise leur peur. Et lorsqu'une créature a peur, elle peut devenir très dangereuse. Il y a des créatures au sein de cet archipel qui craignent tant les dragons qu'ils souhaitent les tuer.  »

Sans le savoir, Kaalys venait de balayer du revers de la patte les songes de sa fille. Non, il n'y avait pas une règle tacite qui disait " on ne touche pas aux dragons. ". Mais Shyven semblait avoir une idée derrière la tête, comme en témoignait son petit air coquin, et Kaalys manqua presque de rouler des yeux. Tout en se redressant, il s'adressa à la Petite Opale.

« Je ne sais pas, il va donc falloir voler pour le savoir.  » Lui répondit-il avec ce même air espiègle. En vérité, Kaalys avait toujours trouvé que voler était apaisant. Lorsqu'il fondait les cieux ou jouait dans les nuages, l'esprit du jeune saurien s'apaisait. « Montre-moi comment sont tes ailes. »

Pour donner l'exemple, le jeune père déplia ses propres ailes. Immenses et noires, elles l'entouraient tel un bouclier de verre : elles donnaient l'impression d'être de véritables remparts, mais en vérité elles étaient très fragiles.

« Les ailes sont un point faible. En vol, il s'agit d'une cible facile et tu devras être vigilante. Au sol, tu dois les garder serrer contre toi et les protéger si tu étais attaqué. Si la membrane qui la compose est percée, tu pourrais finir clouer au sol jusqu'à ce qu'elles cicatrisent. »

Du regard, Kaalys désigna un petit promontoire rocheux. Du haut de ce rocher, Shyven pourrait s'élancer et planer au-dessus d'une étendue de neige. Ainsi, si elle tombait, la poudreuse servirait de coussin amortisseur. De l'autre côté se trouvait un autre gros rocher qui serait sa ligne d'arrivée.

« Avant de voler à proprement dit, tu dois savoir planer et connaître la force de tes ailes. Je veux tu t'élances d'ici et que tu atteignes l'autre côté, d'accord ?  »

Un exercice qui semblait facile...



Kaalys parle en gold

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Shyven écouta attentivement les réponses à ses questions de son père, que ce soit la question vis-à-vis du cycle de la vie (concept avec lequel elle commençait à se sentir familier depuis son passage chez son Graärh-Gardien Purnendu), ou bien vis-à-vis de ses potentiels ennemis.

Chimères. Sans qu’elle ne sache trop pourquoi, ce terme la faisait frissonner intérieurement, et opérait un petit blocage dans son esprit, comme s’il ne voulait pas traiter tout ce qui avait attrait avec ce terme là.

La petite dragonne secoua sa tête, essayant de chasser ces vilaines pensées, après tout ce n’était pas vraiment le moment de se préoccuper de tout cela. Elle appréciait les gestes d’affection de son père, qu’elle calina au passage quand il essaya de pousser sa fille. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’ils vivaient leurs vies à deux, et tout autant de temps que Shyven essayait de marcher dans ses grands pas …

A vrai dire, entendre le grand dragon parler des Hommes et des combats ne rassurait pas tellement la petite opale, mais c’était quelque chose qui revenait assez fréquemment de la bouche de son père. Sans doute avait-il pris pour mission personnelle de protéger les races, ce qui expliquait son admiration pour elles, parfois au péril de sa vie …

Shyven se demandait souvent, aussi où était sa mission personnelle : l’Équilibre était la clé de voûte de son problème, de cela elle en était certaine mais où, quand, comment … Encore une fois elle se secoua la tête. Il fallait vraiment qu’elle contienne ces questions existentielles qui la tracassaient.

Vivre sa vie au jour le jour, patienter, se construire … Et puis, il fallait voler maintenant !

Et voler, son père était finalement bien décidé à lui apprendre :

« Je ne sais pas, il va donc falloir voler pour le savoir. »

Shyven redressa son petit museau et ouvrit grands ses yeux, du genre ceux qui voulaient dire : “c’est vrai, enfin ?!”. Mais de fait, le grand dragon se redressait et ce qu’il avait dit était maintenant dit, alors il n’avait pas l’air de plaisanter …

« Montre-moi comment sont tes ailes. »

Ça, Shyven savait le faire ! Aussitôt que Kaalys lui demanda, et qu’elle le vit s’exécuter, elle fit de même en agitant frénétiquement ses petites ailes, l’air toute impatiente. Elle n’arrivait pas à croire que cela allait vraiment se produire !

« Les ailes sont un point faible. En vol, il s'agit d'une cible facile et tu devras être vigilante. Au sol, tu dois les garder serrer contre toi et les protéger si tu étais attaqué. Si la membrane qui la compose est percée, tu pourrais finir clouer au sol jusqu'à ce qu'elles cicatrisent. »

Shyven calma son battement d’ailes frénétiques et écouta sagement son père sur ce point : après tout, ces éléments de sécurité primordiale devaient raisonnablement être écoutés. Elle vérifia cependant par elle même les informations qu’avaient données son père : elle fit pivoter sa tête, regardant de plus près ses ailes …

Effectivement, vu de plus près, on s’apercevait qu’une fine membrane assez petite recouvrait seulement les ailes de la dragonne, même si le tout était un peu protégé par des écailles. La petite dragonne plissa ses yeux, essayant de comprendre : sans doute était-ce plus facile de voler avec des ailes évidemment très légères, mais il fallait avouer que ce n’était pas non plus des plus pratiques …

Elle farfouille un peu encore pour voir comment ses ailes étaient vraiment constituées, et redressa sa tête vers son Papa-tout-chaud par la suite. Si elle devait faire quelque chose pour elles, ce n’était certainement pas maintenant que ça allait se produire.

Mais quand même, elle garda cette réflexion pour elle, quelque part. Elle allait devoir travailler pour les rendre plus résistantes, sans pour autant qu’elles perdent dans leur dynamisme éventuelle.

Soucieuse cependant de ne pas vendre la peau du Fenrisùlfr avant de l’avoir tuer, Shyven écouta son père qui professait gentiment, en désignant un petit promontoir rocheux :

« Avant de voler à proprement dit, tu dois savoir planer et connaître la force de tes ailes. Je veux tu t'élances d'ici et que tu atteignes l'autre côté, d'accord ? »

La dragonne réfléchit un court instant, avant d’opiner. Après tout cela semblait logique : il fallait bien qu’elle apprenne un minimum à naviguer dans les airs, avant de décoller de son propre chef, et de voler par elle même. Elle ne tenait pas non plus à être un dragon volant identifié et très dangereux !

Elle ne se fit donc pas attendre, et grimpa jusqu’au promontoir de roche que son père lui avait indiqué. De là, elle sentait le vent qui traversait ses écailles. Elle déplia ses ailes, et regarda fixement son point d’arrivée : aller, ça n’allait pas être si dur … Cela pouvait être fait en un tour de patte, avec le bon angle et le bon décollage …

La petite dragonne prit quelques pas d’élan, attendit qu’un petit vent traverse ses ailes, avant de s’élancer dans le grand vide. Elle tâcha de se souvenir comment faisait son père pour stabiliser son vol quand il décollait, et bougea frénétiquement ses petites ailes pour essayer de prendre un peu de hauteur. Néanmoins, c’était un peu compliqué, la jeune dragonne se sentit un peu tangué …

Cependant au bout de quelques instants, elle arriva miraculeusement à trouver sa stabilité, et plana quelques secondes tout à fait normalement, d’un battement d’ailes tout à fait régulier : deux ou trois secondes de plus et Shyven réalisa cela, regarda son Papa-tout-chaud, d’un air très fier et …

Subitement, elle se mit à tomber, la tête la première dans la poudreuse, ne laissant apparaître que son arrière train rose et sa petite queue qui dépassait du petit tas qui venait de se former.

Sans doute avait-elle oublié l’élément primordiale du vol : la concentration. Un petit vent arrière traitre des montagnes qui passait par là, une demi seconde d’inattention, et pouf, s’en était terminé pour la joueuse rose qui devait à présent recommencer depuis le début.

Pour l’heure cependant, elle tenta de s’extirper d’elle même de la poudreuse, mais ses petites pattes étaient soudainement engourdies, et elle ne pouvait plus rien faire, ou tout du moins elle n’avait plus la force de vraiment s’extirper. Sans doute que le froid, l’excitation de l’instant où elle avait presque réussi à voler du point A au point B … Et son échec retentissant, contribuaient à tout cela.

C’était ridicule, et sans doute son père devait déjà arborer cet air moqueur qu’elle détestait autant qu’elle aimait. Shyven savait que c’était de l’affection … Mais quand même. Cela faisait un peu mal à son petit coeur de la fière dragonne qu’elle était.

Coincée, elle fit donc à son père :

“Papaaaaaaaaaaaaa-tout-chauuuuud ! A l’aide ! Sors moi de là !”

Espérant que Kaalys arrive dès que possible, elle aborda tout de même un air boudeur, vexée par la situation, mais aussi déterminée à réussir ensuite.

Elle allait en parler avec son Papa, connaître les astuces pour ne plus lamentablement se louper, recommencer, et réussir !

Non mais !

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Kaalys avait tout l'air d'un papa-tout-fier de sa progéniture : tranquillement assit dans la neige, la queue bien allongée derrière lui, il dardait sur Shyven un regard emplit de tendresse et de fierté. Comment pouvait-il en être autrement ? La petite Opale faisait bien des efforts pour rendre son père heureux et le satisfaire. Et à présent, il était temps de voler ! Ou d'essayer, tout du moins. Si Shyven avait un défaut, c'était bien sa hardiesse. Mais comment lui en vouloir ? Son propre père était un dragon téméraire et l'âge n'avait pas vraiment changé cela.

Ainsi, en moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire, la petite Opale se retrouvait au sommet du promontoire que son père lui avait désigné quelques secondes auparavant. Le rocher ne dépassait guère les un mètre cinquante, mais pour Shyven, la hauteur était réelle et amplement suffisante pour un premier essai. Sans un mot de plus, Kaalys laissa sa fille s'élancer avec grâce et légèreté.

La petite Opale était belle et le coeur du jeune dragon se serra dans son poitrail. L'émotion lui étreignait le coeur, et il y avait de quoi : c'était le premier entraînement au vol de sa fille, une étape importante dans sa vie de dragon ! Kaalys se rendait compte, tout en observant la technique de sa progéniture, à quel point cela manquait à sa vie. Lui n'aurait jamais la chance d'apprendre à voler avec son père ou sa mère, il avait dû s’entraîner seul et n'avait jamais vue la fierté dans le regard de ses parents.

Sortant de ses pensées peu joyeuses, Kaalys croisa le regard de sa fille... et alors tout s’enchaîna très vite. En un instant, Shyven perdit le contrôle de sa trajectoire, se mit à tomber et s'enfonça dans la poudreuse, la tête la première. De visible, il ne restait que sa queue et et ses pattes, qui gesticulaient d'ailleurs dans tous les sens pour tenter de s'extirper de ce terrible piège. Un profond rire s'échappa de la gorge du dragon, sorte de ronronnement caverneux qui, d'un point de vue extérieur, n'était pas forcément très rassurant. Mais les ondes que Shyven pouvait sentir ne trompaient pas : son père se moquaient gentiment d'elle.

Kaalys n’eut guère besoin de bouger. Il lui suffit de s'étirer et de tendre la patte pour libérer sa fille, qu'il gratifia d'un immense coup de langue bien chaud afin de la réchauffer et de la nettoyer de toute cette neige. Il la bouscula ensuite du bout du museau, tout doucement, ses orbes dorées brillantes de fierté... et d'un soupçon de moquerie.

"C'est de tes échecs que tu apprendra le plus. À présent, tu sais que la concentration est essentielle pour apprendre à voler." Lui dit-il avec philosophie. "Et lorsqu'on tombe, il n'y a pas meilleure école que de retenter sa chance aussitôt." De la griffe, il pointa le versant de la montagne, là d'où venait le courant d'air traître. "Tu dois garder un œil sur ton objectif, mais également surveiller l'horizon. La neige est un bon indicateur : si la poudreuse se soulève au loin, tu peux supposer qu'une bourrasque arrive et t'y préparer. En revanche, si elle vient de derrière toi, c'est plutôt à ton ouïe et ton instinct que tu dois te fier. Tu peux entendre la neige se lever et le bruit du vent entre les rochers si tu y fait attention."

Le jeune dragon avait apprit à voler dans un milieu semblable. À l'époque, le domaine se nichait dans la montagne et, bien qu'il n'était pas suffisamment haut pour qu'il y ait toujours de la neige, les courants d'airs, eux, étaient légion. Mais depuis cette époque, Kaalys avait acquis un objet, Trap'étoile, qui lui permettait de ne plus subir les aléas des éléments. Il n'en restait pas moins capable de voler sans, bien entendu.



Kaalys parle en gold

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Les moqueries de son père ne se firent pas attendre, et pour cause après ses suppliques, Shyven entendit le grondement qu’elle ne connaissait que trop bien, souvent caractéristique d’un moment où Kaalys constatait un échec amusant commis par sa fille. De fait, la situation était plutôt comique et encouragea la dragonne à aussi émettre un bien plus petit grondement amusé.

Une fois sortie de la neige par la grande patte de son père, et réchauffée, La petite dragonne gratta la neige de ses petites pattes, essayant de réfléchir à tout cela par elle-même. Elle devait faire preuve de beaucoup de rationnel, et essayer de capitaliser sur son échec pour mieux rebondir par la suite … Le sort avait peut être joué en sa défaveur, mais il ne pouvait pas y avoir que des essais négatifs. A un moment, elle allait bien finir par y arriver, cela les voix qui l'encourageaient à prêcher l’équilibre lui firent bien comprendre.

Elle se sentit rengallardie aux conseils de son père :

"C'est de tes échecs que tu apprendra le plus. À présent, tu sais que la concentration est essentielle pour apprendre à voler. Et lorsqu'on tombe, il n'y a pas meilleure école que de retenter sa chance aussitôt."

Shyven regarda son père avec plein d’admiration comme le ferait n’importe quelle petite fille de son âge. Même s’il n’était pas non plus très vieux, il semblait d’une si grande sagesse … Shyven s'ébroua, comme pour remettre ses idées en place et se sentir à nouveau prête à tenter sa chance : Oui, voler ne s’apprenait pas en un essai, mais elle n’était pas n’importe quel oiseau ! Elle était une Dragonne avec un grand D !

Elle était porteuse d’un héritage millénaire, était élevée par le meilleur des papas-tout-chaud, qui savait toujours lui dire la bonne parole au bon moment … Non, elle ne pouvait s’en permettre d’en rester là !

Et d’ailleurs, Kaalys lui intima d’autres conseils pouvant contribuer à améliorer son expertise de jeune dragonne :


"Tu dois garder un œil sur ton objectif, mais également surveiller l'horizon. La neige est un bon indicateur : si la poudreuse se soulève au loin, tu peux supposer qu'une bourrasque arrive et t'y préparer. En revanche, si elle vient de derrière toi, c'est plutôt à ton ouïe et ton instinct que tu dois te fier. Tu peux entendre la neige se lever et le bruit du vent entre les rochers si tu y fait attention."

Shyven hocha sa petite tête avec le sourire, prenant bien les conseils de son paternel en compte. Lui au moins possédait une expérience que la petite opale n’aurait jamais de facto. Une fois le monologue de son paternel terminée, elle lui répondit :

“D’accord ! Je vais refaire un essai pour te rendre fier, Papa-tout-chaud !”

Elle prit soudainement un air bien déterminé, et se déplaça vaille que vaille sur la plateforme rocheuse de départ. Elle patienta un instant, essayant de sentir l’air du vent, puis quand Shyven se sentit prête, elle s’élança enfin, déployant ses petites ailes, le regard posé sur l’objectif, qu’elle atteindrait cette fois-ci.

Les premiers mètres se déroulèrent sans trop d’embûches, la dragonne maîtrisait cette partie là. Elle se stabilisa bien rapidement, et une fois ceci-fait elle appliqua cette fois-ci les conseils de son paternel, jetant un regard sur son environnement autre que l’objectif.

Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la petite opale avait bien fait de prendre cet instant pour observer les alentours : elle vit sortir d’un arbre de façon bien rapide, un petit oiseau fonçant droit dans sa direction. Pas de quoi impressionner la dragonne, dont la nature l’avait gracié de bons réflexes, même pour son jeune âge : consciente que c’était là son point fort, Shyven corrigea rapidement sa direction, et esquiva la première zone de turbulence de son vol …

Seulement, elle n’était pas au bout de ses peines : après avoir effectué ce petit pivotage, son oeil avisé observa un petit lever de poudreuse au loin. Elle tâcha de mobiliser son énergie, se préparant à un autre courant d’air.

Elle vit la neige glissée de plus en plus près d’elle, puis enfin la bourrasque toucha ses ailes. Néanmoins, la plume rose s’y était préparée, enfin à peu près. Elle battit fort de ses petites ailes pour essayer de compenser, et arriva à poursuivre bonnant-malant sa course pour arriver à son objectif …

Seulement, la petite opale avait pris de la hauteur, et quand elle vit l’autre plateforme de pierre devenir de plus en plus proche, elle tacha de descendre pour se rapprocher de son objectif mais … Mais … Le fait est que son papa-tout-chaud lui avait appris à bien gérer son vol, mais pas à atterrir.

Pris d’un moment de panique alors qu’elle avisait sa descente déjà avec une grande vitesse pour un si petit corps, Shyven fit à Kaalys, toujours observateur de la scène :

“Euuuh Papa-tout-chaud … Comment je fais pour pas me rétamer sur la pierre ?!!”


Bipède-commun : Pink

Le Grand Jour [PV Kaalys] Mqpi

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
“D’accord ! Je vais refaire un essai pour te rendre fier, Papa-tout-chaud !”

Il l'était déjà, mais le jeune dragon tint sa langue et laissa la Petite Opale s'essayer une nouvelle fois. Cet air téméraire qu'elle prenait lorsque quelque chose de difficile lui tenait à cœur avait le don de rendre fier Kaalys. Il voyait en elle ce que lui-même avait été à son âge.

Plus déterminée que jamais, Shyven s'élança du haut de son perchoir et déploya ses petites ailes rosées sous le regard attentif de son papa-tout-chaud. Il trouvait cela amusant lorsque sa fille se plantait dans la neige, mais il devait également veiller à sa sécurité et était donc prêt à bondir pour la récupérer si jamais elle risquait de vraiment se faire mal.

Et pour l'heure, Shyven était bien partie. Sa concentration ne faisait aucun doute et les premiers mètres, déjà parcourus une première fois, furent rapidement avalés. Le prochain obstacle était le vent, qui venait droit sur elle et que Kaalys avait déjà perçu. Allait-elle y prendre garde cette fois-ci ? À moins que ce petit oiseau lui fasse perdre ses moyens ? Kaalys plissa les yeux, mais non, la petite dragonne évita l'obstacle avec agilité sans jamais perdre le contrôle de ses ailes.

Le courant d'air glacé venait désormais droit sur elle, soulevant de la poudreuse dans son sillage. La neige fouetta les écailles du dragon de jais sans que ce dernier ne cille, mais la jeune dragonne eut besoin de battre des ailes plusieurs fois pour garder le contrôle de son vol, non sans une certaine peine. Cela eut pour effet de lui faire prendre un peu d'altitude et d'arriver plus ou moins au niveau des yeux de Kaalys. Ce dernier se redressa lorsqu'il comprit que sa fille avait de la difficulté à appréhender l'atterrissage.

" Reprends ton calme. Ouvre grand tes ailes, bat plusieurs fois en de larges mouvements et redresse-toi en préparant tes griffes pour ne pas glisser lorsque tu vas toucher le sol. " Il s'approcha d'un bon du promontoire rocheux, là ou Shyven devait venir se poser. Il se trouvait directement face à elle, désormais, et saurait la rattraper si elle n'y arrivait pas. Toutefois, il préféra l'encourager à se débrouiller seule. " Je sais que tu en es capable, Petite Opale. "



Kaalys parle en gold

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
" Reprends ton calme. Ouvre grand tes ailes, bat plusieurs fois en de larges mouvements et redresse-toi en préparant tes griffes pour ne pas glisser lorsque tu vas toucher le sol. "

Shyven ferma un bref instant les yeux, se concentrant sur les dires de son père pour essayer de reprendre ses esprits. Voler n’était certes pas facile, mais maintenant elle était une grande dragonne, et grâce aux bons dires de son père, elle pouvait le faire !

La petite opale rouvrit les yeux, et ses pupilles rouges semblaient briller d’un éclat nouveau. Elle se concentra, et appliqua les conseils de son père à la lettre. Elle ouvrit grand ses ailes, et battit plusieurs fois, mais d’un mouvement plus ample et aussi plus lent pour ne pas chuter brutalement comme la dernière fois.

Ses efforts la firent ralentir un petit peu, et elle appréhenda un peu mieux la vitesse qui la traversait : postée comme elle était, elle se sentait nettement plus en équilibre avec son corps, ce qui n’était pas pour lui déplaire. En vérité, cela lui plaisait même plutôt bien, et elle s’accorda même une petite réflexion : si l’Équilibre torturait souvent son esprit de jeune dragonne, elle pouvait se rassurer en disant que cela pouvait aussi passer pour des choses simples. En vérité, la dragonne rosée était même sûre qu’elle avait souvent négligé des petits moments de vie de la sorte, trop occupée dans son esprit emmêlé.

Sur ces bonnes réflexions, la dragonne eut un atterrissage assez maîtrisé : elle posa ses pattes tranquillement sur le promontoire rocheux, avant de faire quelques pas, manifestement fière d’elle.

Elle ne se rendit seulement pas compte qu’une patte de son père traînait là par là où elle était, et fit une petite chute droit vers le ventre-tout-chaud de Papa-tout-chaud.

Confuse, et n’ayant pas compris ce qui lui arrivait, Shyven interrogea son Père :

“Mais … Qui a éteint la lumière ?!”

Cependant malgré tout, elle était bien contre le ventre de son père. Alors la petite dragonne vint se lover un instant, et fit à son père, toute fière :

“Dis, tu crois que je suis une vraie grande dragonne maintenant que je sais voler ?”


Bipède-commun : Pink

Le Grand Jour [PV Kaalys] Mqpi

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
En père bienveillant et protecteur, Kaalys était prêt à réceptionner sa fille entre ses pattes. Son large poitrail, hérité aussi bien de son père que de sa mère, était une cible de choix pour un atterrissage en catastrophe. Mais s'il était prêt à aider Shyven, Kaaly croyait également en elle et en ses capacités de très jeune dragonne. Et même si elle n'y arrivait pas, il était fier d'elle.

Kaalys sentit son envie de réussir lorsque la petite Opale ferma les yeux un bref instant, le temps de reprendre son calme et de se reconcentrer sur son objectif. L'Ebene sentit ensuite son coeur s'emplir de fierté lorsqu'il la vit ouvrir grand ses belles ailes et faire battre celles-ci plusieurs fois, suffisament pour perdre de la vitesse et êtr en mesure d'apréhender sereinement l'atterissage. Il la vit poser ses petite pattes sur la pierre et s'arrêter une bonne fois pour toute. Elle avait cet air si fière qu'il trouvait si attendrissant.

Hélas, trop occupé à savourer sa réussite, la petite Opale ne vit pas la patte - pourtant imposante - de son père et s'y enfargea complètement, tombant et roulant jusqu'à finir sa course contre le ventre de Kaalys. Un grondement profond et moqueur émana de lui tandis qu'il se penchait vers Shyven, soufflant un air chaud et réconfortant sur ses petites écailles rosées. Il savait apprécier ces moments et lui transmis tout son amour, alors qu'elle se lovait un peu plus contre lui.

― Oh oui, une grande et terrible dragonne, répondit le père avec bienveillance. ― Mais tu ne dois pas négliger l'entraînement, d'accord ? C'est important, si tu veux devenir une vraie immense dragonne, poursuivit Kaalys avec sérieux.

― Que dirais-tu d'un défi ? Je n'ai toujours pas mangé et mon ventre cri famine. Le premier qui attrape une proie gagne ?



Kaalys parle en gold

descriptionLe Grand Jour [PV Kaalys] EmptyRe: Le Grand Jour [PV Kaalys]

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
<<