Connexion
-85%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
22.05 € 149.99 €
Voir le deal

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Le jour n’était pas encore levé lorsqu’elle ouvrit les yeux, encore passablement endormie. Nue dans ses draps frais, elle était au milieu de son lit - qui pouvait accueillir sans problème deux personnes - et tenait le second oreiller contre sa poitrine. La position fœtale, comme pour de nombreuses personnes, revêtait un aspect protecteur… Même lorsque le sept-centième anniversaire n’était plus très loin.

Orfraie soupira et se tourna sur le dos, sans lâcher le second oreiller qu’elle tenait maintenant contre son flanc. La fine couverture - le mois d’août commençait à peine mais la chaleur était bien présente ! - glissa légèrement et dévoila un bout de sein, mais elle n’y prête pas vraiment attention. Elle scrutait désormais le plafond de bois et, pour la millième fois depuis qu’elle vivait à Ipsë Rosea, compta les noeuds, ces petites tâches sombres incrustées dans les poutres. Luna lui manquait, en témoignait l’oreiller qu’elle pressait contre son flanc en imaginant qu’il s’agissait de sa femme.

Après ce petit rituel nécessaire à son éveil, Orfraie se décida finalement à quitter le confort de son lit. La fraîcheur de la pièce - le soleil n’était pas encore levé - la fit frissonner de plaisir lorsqu’elle posa les deux pieds par terre, sur la pierre glacée. Ses longs cheveux lie-de-vin caressaient, comme une plume, le bas de son dos. Sans être aussi long que quelques années plus tôt, ils avaient beaucoup poussés et lui chatouillait presque le creux des reins.

Sans un bruit, la Liée de Feu fit quelques pas dans la pièce et se dirigea vers une commode en bois. Sur celle-ci, une bassine faite dans le même matériau était remplie d’eau claire. Le liquide était froid, mais cela n’était pas un problème pour Orfraie, dont la maîtrise du feu lui permit de le réchauffer. Lorsqu’elle fut satisfaite de la température, elle entreprit de faire sa toilette matinale. Ce furent ses cheveux qui lui prirent le plus de temps. Entre le lavage, le démêlage et la coiffure, une bonne heure s’écoula et le soleil s’était enfin levé. Les mèches qui se trouvaient sur les côtés de son visage étaient rassemblées ensemble, ainsi qu’une certaine épaisseur derrière la tête. Le tout était retenu ensemble avec une barrette à cheveux en forme de branche d’olivier, qui n’était autre que Glorlëthalion, la coiffe de guerre légendaire.

Orfraie s’habilla simplement, comme à son habitude. Lorsqu’elle quitta sa chambre en quête d’un petit-déjeuner, elle portait une tunique blanche qui laissait ses épaules apparentes. Un corset en os de baleine retenait le tissu ainsi que sa poitrine, tandis qu’un pantalon marron habillait ses jambes. Elle portait des bottes marrons pourvues de quelques glyphes et, dissimulés en dessous, un bracelet de cheville argenté. Autour de son cou, une petite chaîne en argent retenait une écaille de dragon en forme de larme. Sa couleur ne laissait pas de doute sur son origine : elle appartenait à l’origine à Firindal.

Ce dernier s’était envolé depuis un moment à la recherche d’un déjeuner digne de lui. Orfraie ne le dérangeait pas avant que ce dernier ait mangé, mais il lui parvenaient quelques sensations de sa chasse au travers de leur Lien. Pour sa part, son repas était principalement constitué de fruits qu’elle dégusta tranquillement en déambulant sur le chemin de pierre du jardin intérieur d’Istaëtaras. De tous les lieux constituant la Tour de la Loge, les jardins étaient sans doute ce qu’Orfraie préférait. Cette dernière s’était même mise à s’occuper des plantes pendant son temps libre, et la verdure ne cessaient de croitre sous ses bons soins… Quoi que la présence à proximité de Firindal était également un vecteur de croissance pour les plantes et les fleurs. En effet, il était maintenant connu que la nature avait tendance à s’épanouir plus vite en présence d’un dragon.

Orfraie croqua dans une pomme bien rouge lorsque son regard fut attiré par l’unique autre personne présente à cette heure du jour. De profil, il était impossible de ne pas reconnaître Kälyna Vallaël. Son visage, comme toujours, était recouvert par son maquillage. Mais, cette fois-ci, l’Ataliel décela des couleurs beaucoup plus vives que d’ordinaire, de quoi lui faire hausser un sourcil. La Vallaël n’était pas quelqu’un de très joyeux et encore moins extravertie, ce maquillage ne lui ressemblait donc pas vraiment. En revanche, il était vraiment très beau. À quoi pouvait-elle ressembler sans lui ? Se demanda Orfraie pour la énième fois.

Après la victoire contre le Roi Chimère, des mois plus tôt, Kälyna Vallaël avait disparu. Mais, contrairement aux fois précédentes, sa participation à la résolution d’un événement qui aurait pu tous les condamné ne fut pas occulté. Orfraie se souvenait encore de Merÿl, la fille de la Dame Blanche, clamant à qui voulait bien l’écouter que sa mère n’était pas responsable de tous les crimes qu’elle avait commis, qu’il s’agissait de la faute de l’Inséparable tronqué dont elle avait été affublé. La Liée se souvenait du regard de Merÿl, lorsqu’elle clamait croire en sa mère, lorsqu’elle parlait de l’amour que Kälyna lui portait et qui poussait cette dernière à se tenir loin d’elle pour la protéger. Orfraie se souvenait d’Aegnor clamant que Merÿl n’était plus la bienvenue parmi son peuple car elle souhaitait offrir la rédemption à sa mère.

La Princesse des Ombres avait toujours eu de l’affection pour la jeune Nalwë, malheureusement partie trop tôt. Était-ce en sa mémoire qu’Orfraie avait intercédé, comme elle le pouvait, en faveur de Kälyna ? Sitôt la bataille terminée et la victoire leur, Orfraie n’avait pas manqué de mentionner la présence de la Dame Blanche à leur côté, ainsi que son rôle décisif. Pour cela, la tête de la Vallaël n’était plus mise à prix, mais ses allées et venues étaient étroitement surveillés… Le moindre écart conduirait à sa mort et peu de gens osaient se tenir en sa présence.

Mais pas Orfraie. En effet, lorsque la magie commença à faire des siennes, ce fut vers la puissante mage que l’Ataliel se tourna. Elle-même maîtrisait plutôt bien la magie, mais son niveau et sa compréhension ne pourrait jamais égaler Kälyna. Sa participation à la création de la Loge n’était pas un fait connu, tout cela c’était fait en sous-main. C’était une situation qui semblait convenir à la Dame Blanche et qui satisfaisait Orfraie.

Toutefois, celle-ci ne connaissait pas très bien la mère de Mëryl et ne savait pas encore comment se comporter en sa présence, pas exactement. Bien que plus âgée de plusieurs siècles, Orfraie n’était pas présente au sein du Royaume Elfique de jadis lors des tristes événements qui avaient ponctués la vie de Kälyna. Mais, à tout bien réfléchir, peut être que cela était une bonne chose…

C’était la pensée qui traversait l’esprit de l’Ataliel lorsque cette dernière s’approcha tranquillement. Elle prenait même soin de faire un peu de bruit afin de ne pas surprendre la Vallaël.

« Im gelir ceni ad lín, Kälyna.* » L’interpela Orfraie. « Man mathach ? Aníral maded gar nîn ? ** »


* Je suis heureuse de vous voir, Kälyna.
** Comment allez-vous ? Voulez vous déjeuner avec moi ?


Rien n'est éternel



— Dialogue en langue commune : cramoisie
— Dialogue en Elfique : #cc4949
Pensées en italique

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Kälyna avait toujours du mal à s’imaginer vivre tranquillement et harmonieusement, s’il était permis de le dire ainsi malgré le fait que la majorité des gens évitaient sa présence, à Ipsë Rosea. L’aide qu’elle avait apportée lors de la bataille contre le chef des Chimères avait marqué un événement important et quelque temps plus tard, la dragonnière de jade lui avait offert une occasion de changer, ou plutôt une opportunité de prouver qu’elle n’était plus l’horrible prêtresse blanche d’autrefois. Peu nombreux étaient ceux capables de réaliser qu’elle n’était plus l’Inséparable tronquée liée au Tyran Blanc et que son cœur n’était pas aussi noir qu’ils le croyaient. Elle avait elle-même du mal à tourner la page. Mais il s’avérait qu’Orfraie avait su voir à travers son masque de nacre et lui avait offert une chance de se racheter. En réalité, elle avait failli refuser et aujourd’hui, elle se demandait encore ce qu’elle faisait ici…

Sombréclat venait régulièrement dans les jardins pour penser, se détendre ou simplement passer le temps. En effet, c’était son endroit favori. Pour ceux qui la connaissaient, ce n’était pas surprenant; elle avait toujours aimé les fleurs, les jardins et se fondre dans la nature. Jamais la fleur ne te jugeait. Ses ors caressaient doucement les roses qui lui rappelaient la perte de sa fille. C’était pour elle, pour Mëryl, qu’elle avait accepté de sortir de sa solitude et de partir en quête de purifier son nom. Mais… elle ne savait pas où commencer. C’était ça, la vérité.

Kälyna avait pensé retirer les couleurs sur sa peau, mais l’image qui s’était reflété dans la glace ne lui disait rien. Elle avait choisi de garder la blancheur de sa peau, mais l’avait agrémentée par des motifs aux couleurs plus chaleureuses. Elle avait l’air d’un squelette qui donnait moins la frousse. Ce n’était clairement pas réussi, à en voir l’expression des gens qu’elle croisait, mais tant pis. Ils s’y habitueraient peut-être un jour.

« N’ayez crainte, vous ne pouvez me surprendre au milieu des fleurs. » Prononça-t-elle. Elle avait toujours le dos tourné à la Sainnûr lorsqu’elle arracha une fleur. Tant que la magie n’était pas trop détraquée, les plantes pouvaient littéralement parler avec elle. Elles l’avertissaient lorsqu’un individu s’approchait.

« Que ton matin soit paisible, Liée de feu. » Répondit-elle en elfique lorsqu’elle se retourna pour lui faire face. Orfraie ne semblait pas le moins du monde dérangée par son apparence. Elle devait avoir accepté son apparence quelque peu excentrique ou elle était très bonne à cacher ses pensées troublées. « Déjeuner…? Vouliez-vous discuter d’un sujet en particulier concernant la Loge? » Poursuivit-elle en la couvrant d’or. Il fut un temps où Kälyna était au sommet d’un monde, hiérarchiquement parlant, mais une fois tombée, elle avait perdu la capacité de socialiser convenablement. Déjeuner en bonne compagnie pour le simple plaisir n’était pas un élément qui lui traversait l’esprit. « Je vais comme une marguerite et vous? » Lui demanda-t-elle poliment. En effet, sa réponse ne voulait pas dire grand-chose. C'était voulu ainsi, elle n'allait ni bien, ni mal. Son humeur était tout ce qu'il y a de plus normale, quoiqu'avec une pincée de joie.

Sans prévenir, la magicienne d’exception fit un pas en sa direction et leva gracieusement sa main droite vers son visage balafré pour déplacer une mèche de cheveux lie-de-vin. De son autre main, elle vint doucement y accrocher une grande marguerite orangée, la même fleur qu’elle avait elle-même dans sa chevelure ténébreuse. Reculant, elle posa un doigt sur son menton et sembla réfléchir. « Je ne suis pas certaine que la couleur vous va. Il vous faudrait autre chose... » Disant cela, elle s'était retournée vers les fleurs pour mettre la main sur autre chose qui se marierait mieux avec la couleur unique de la chevelure de la princesse.

Les deux Immaculées avaient plusieurs éléments identiques. Chacune possédait une fleur orangée dans la chevelure. Chacune portait un corset en os de baleine, rouge cependant pour sa part. Elles étaient toutes deux en pantalons, revêtaient une tunique et des bottes. La similarité s’arrêtait cependant là. La tunique portée par Kälyna recouvrait ses épaules et était faite de dentelles noires, les manches étaient ouvertes à partir des coudes. Le style vestimentaire permettait de voir sa peau blanche et apportait un grand contraste. Ses pantalons et ses bottes étaient également noirs.


Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  1569196495-souriresigna

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Orfraie était loin d'imaginer ce qui traversait l'esprit de Kälyna. Elle était loin de pouvoir totalement comprendre sa situation ou même ses sentiments. Mais elle pouvait essayer.

Malgré le bruit de ses pas, Orfraie sursauta lorsque la voix de la Vallaël retentit. Elle ne s'y était pas attendue, mais, à bien y penser, ce n'était pas tant une surprise. Même si Kälyna avait passé peu de temps en la compagnie de l'Ataliel, celle-ci avait fini par comprendre son penchant pour les fleurs… Mais elle était loin d'imaginer que celles-ci pouvaient parler avec l'ancienne prêtresse du Tyran Blanc.

La saluant dans leur langue natale, Kälyna se tourna et offrit son regard d'or aux améthystes de la dragonnière. Entendre un autre accent elfique était fort agréable pour la princesse des ombres, qui sourit légèrement, puis détailla le maquillage de sa vis-à-vis. Les motifs floraux qui peignaient ses joues étaient vraiment très beaux, que ce soit le dessin ou la couleur. Kälyna avait un véritable talent, avait-elle déjà songé à peindre des toiles ? se demanda Orfraie.

« Pas vraiment. Je souhaitais… Je souhaitais simplement discuter. Nous n'en n'avons pas réellement eu l'occasion avec tout ce qui s'est passé dernièrement. » Écartant les bras de son corps, Orfraie engloba le monde dans ce « tout cela. ». « Mais, puisque vous mettez le sujet sur le tapis, je serais heureuse d'avoir un aperçu de l'avancée de vos travaux sur la magie de la trame. »

Kälyna était, de très loin, la meilleure mage présente au sein de la Loge. Orfraie plaçait en elle beaucoup d'espoir vis-à-vis de la magie devenue capricieuse. S'il y avait une personne capable de comprendre ces bouleversements, c'était bien la mère de Mëryl.

« Comme une marguerite… » La Liée ne put s'empêcher de hausser un sourcil face à cette réponse inattendue. Mais, finalement, cela lui tira un sourire. « Si vous allez aussi bien que les marguerites de ce jardin, je suppose que je n'ai pas tant de soucis à me faire. » Répondit-elle.

Orfraie se fit violence pour contrôler ses gestes et ne pas repousser Kälyna lorsque celle-ci leva la main vers son visage. Elle fut agréablement surprise pas son geste délicat - la mage repoussa une mèche qui barrait sa joue - et davantage encore lorsque la femme glissa une fleur derrière son oreille. Orfraie n'avait pas eu le temps d'en apercevoir la couleur, mais, déjà, Kälyna se montrait sceptique vis-à-vis de son choix.

« Une blanche, peut-être. Comme le noir, cela a le mérite d'aller avec tout. » Proposa l'Ataliel. Elle passa ensuite à côté de la Vallaël et se dirigea vers un petit coin de verdure, un peu plus loin, où se trouvait également une table en bois. Il n'y avait pas de chaise, car le meuble était trop bas pour cela, mais Orfrait s'assit naturellement dans l'herbe et sortit de sa sacoche divers fruits, comme des pommes, des oranges… Elle prenait donc pour acquis que Kälyna déjeunait avec elle.

« Je vais bien, merci de demander. Je crois qu'il y a de la menthe par là. » Elle pointe un parterre de plantes aromatiques du doigt. « Vous prendrez un thé à la menthe, non ? »

Avec un léger sourire en coin, Orfraie croqua dans une pomme bien rouge et invita l'ancienne elfette à s'asseoir en face d'un geste de la main. Lorsque la dragonnière reposa le fruit, on pouvait clairement y voir la trace de ses crocs effilés. Ces derniers étaient, d'ailleurs, un peu visibles lorsqu'elle parlait. Tout en sortant une théière de sa sacoche sans fond - elle y enfonça le bras jusqu'au coude - Orfraie reprit.

« J'ai également une requête. Je me demandais si vous pouviez m'expliquer comment vous faites pour que votre maquillage tienne si bien… et si cela pouvait s'appliquer à autre chose, comme des cheveux par exemple. Par les temps qui courent, j'aimerais pouvoir passer un peu plus inaperçu… » Se sentit-elle obligé de préciser, tout en faisant bien sûr référence à sa chevelure de feu.

En attendant une réponse, Orfraie sortit sa gourde et la vida dans la petite théière, qu'elle fit ensuite chauffer en conjurant des flammes dans le creux de sa paume.


Rien n'est éternel



— Dialogue en langue commune : cramoisie
— Dialogue en Elfique : #cc4949
Pensées en italique

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Simplement discuter…? Voilà la première raison qu’évoqua Orfraie pour cette invitation à dîner. Kälyna n’avait pas commenté et était restée impassible. Elle préféra garder pour elle-même le fait qu’une discussion aux sujets frivoles ne lui paraissait pas être d’une grande utilité et que c’était, à ses yeux, une perte de temps. Cependant, elle préféra prendre sur soi pour éviter des mots au caractère blessant. Là n’était pas son intention, car la Liée de feu était ce qui se rapprochait le plus d’une amie. Elle devait s’adapter au concept de sociabilité et de cette volonté qu’avaient les gens de vouloir tisser des liens ou des amitiés. Elle avait finalement bougé, acquiesçant d’un signe de tête quant au partage de ses recherches sur la magie de la trame. Ça, c’était dans ses cordes et elle savait que la discussion serait facile. Lorsqu’il s’agissait de magie, c’était toujours beaucoup plus facile pour elle.

La dame blanche n’avait pas beaucoup réagi à ses paroles et son geste pour placer une marguerite dans la chevelure lie-de-vin pouvait paraître des plus étranges et déplacés, mais les fleurs étaient aussi un élément qui la confortait dans bien des aspects. C’était un petit geste, ce cadeau floral, qui en disait long sur la relation qu’elle désirait entretenir avec sa collègue. Sa main dansa devant elle et, merci à l’illusion, la fleur devint immaculée. « Vous avez bien raison. » Seconda Sombréclat. « Attendez juste un petit instant. » Insista-t-elle. Elle ne pouvait la laisser ainsi dépareillée. Elle cueillit une marguerite blanche et s’occupa de faire l’échange. L’orangée prit place dans sa chevelure ténébreuse, de façon symétrique à la première.

« C’est un soulagement que la magie ait repris un peu de sa stabilité. » Se confia-t-elle lorsqu’elle suivit Orfraie jusqu’à l’endroit où elles déjeuneraient. Elle s’installa confortablement face à elle. « Avec plaisir. » Répondit-elle. Elle n’avait pas l’habitude de ce parfum, mais un thé à la menthe ne pouvait qu’être délicieux. Instinctivement, elle vint porter sa main à son cœur. C’était un geste qu’elle avait fait à tous les jours, à tous ses repas, une habitude qui lui était restée même si le sortilège d’immunisation au poison ne fonctionnait plus. Ou s’il fonctionnait encore, il avait changé et elle n’avait pas encore su percer ses secrets. La Shedim réalisait-elle que pour être là et accepter de déjeuner, Kälyna devait combattre de grandes angoisses?

D’un signe de la tête, elle invita son interlocutrice à poursuivre quant à sa requête. Elle n’avait pas à se gêner. Il n’y avait plus grand élément qui parvenait à la choquer. « J’en comprends que vous désirez changer la couleur de votre chevelure. » Traduit-elle dans ses mots. Son compte rendu sur la magie attendrait et c’était aussi très bien. En effet, parler de mode, de styles, de couleurs et de beauté étaient des éléments qui la passionnaient. L’apparence était importante à ses yeux. « La provenance des pigments est différente dépendamment de la couleur désirée, mais aussi de la texture et de l’élément que l’on désire modifier. Vous n’allez pas utiliser le même matériel pour teindre un vêtement ou pour couvrir votre peau. Le maquillage corporel nécessite des pigments qui permettent à la peau de respirer et de se régénérer. Il en est de même pour la chevelure. Vous ne voulez pas appliquer quelque chose qui viendrait tuer la racine ou abimer le cheveu. » Expliqua-t-elle. Il lui avait fallu de nombreuses années et de nombreux essais pour perfectionner ses transformations. Certains Protégés avaient même servi pour ses tentatives lorsqu’elle était incertaine du résultat ou de l’innocuité du procédé.  

Pendant qu’elle discutait, l’eau chauffait et la théière émettait de sublimes arômes. L’or regarda le liquide légèrement verdâtre couler dans sa tasse puis elle l’emmena au niveau de son visage pour mieux capter le parfum. Elle posa ensuite sa tasse pour deux raisons : la première étant qu’elle n’avait nullement le désir de se bruler la langue et la deuxième était cette crainte que la boisson fût empoisonnée.  

« Le plus simple, si vous me permettez, ce serait de vous le faire moi-même. J’ajouterais que ça vous faciliterais la tâche. Vous ne voudriez certainement pas avoir une couleur mal étalée ou non uniformisée. Quoiqu’il serait possible d’agencer plusieurs couleurs, de faire un dégradé ou de rappeler l’arc-en-ciel. Mais je doute que cela soit votre souhait, si le but doit être de passer inaperçue. » Proposa-t-elle en reprenant la tasse entre ses mains. Bien évidemment, Orfraie avait pris ses premières gorgées de thé il y a plusieurs minutes et elle avait parlé, lui signifiant qu’elle ne cachait pas le potentiel poison dans sa bouche. Ce serait idiot de la tuer alors qu’elle lui demandait son aide, mais la paranoïa était plus forte qu’elle. La dame blanche apporta le liquide chaud à ses lèvres puis engloutit une petite gorgée. « Délicieux. » Remarqua-t-elle sincèrement.

« Aviez-vous pensé à d’autres méthodes? Il existe un glyphe permettant de changer la couleur de sa chevelure. Cela aurait l’avantage de pouvoir changer au gré de votre volonté. L’utilisation de perruques pourrait aussi être une option, de même que la magie. Avec de bonnes illusions, vous pourriez ressembler à n’importe qui… quoiqu’avec ce temps d’instabilité, ce n’est pas une bonne idée. » Poursuivit-elle puis prit une deuxième gorgée, plus grande cette fois-ci. Si c’était empoisonné, l’effet était retardé. L’avantage était qu’elle pouvait purifier son corps, elle avait trouvé un sort pour cela. Kälyna était réellement exaspérée que son esprit trouve mille et une façons de concevoir que le monde allait lui nuire, mais plus les minutes passaient et plus son anxiété diminuait. Elle se permit même de prendre une orange, d’enlever la pelure avec ses doigts en tachant d’évaluer son intégrité et de manger un morceau.

« Aviez-vous une idée quant à la couleur? Aux reflets désirés? » S’enquit-elle. Il y avait toutes sortes de nuances aux couleurs. On pouvait choisir un brun noisette, auburn ou vers le châtain. Un noir de jais, aux reflets bleutés, verdâtres ou mauves. Un blond tel le blé ou platine. Blanc et gris étaient aussi des options et cela, c’était sans compter les couleurs extravagantes. Alors qu'elle énumérait les possibilités dans sa tête, sa main qui ne tenait pas la tasse bougeait et le lie-de-vin disparaissait sous les illusions colorées.


Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  1569196495-souriresigna

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
L'eau se mit à bouillir au bout d'une petite minute comme l'indiqua la vapeur qui s'échappait du bec de la tellière. Satisfaite, Orfraie saisit une petite pierre plate qui agrémentait un parterre de fleurs et posa l'objet chaud dessus afin de ne pas abîmer la table en bois. Elle fouilla ensuite dans sa sacoche et en sortit une petite boite en fer, qu'elle ouvrit afin d'en sortir les feuilles de thé. Elle incorpora ensuite plusieurs feuilles de menthes fraîches, puis referma le couvercle de la tellière. L'odeur sur ses doigts était fort agréable et l'Ataliel porta les mains à son visage afin de s'en imprégner tout en dardant un regard vers Kälyna, qui s'était installée en face d'elle.

"Vous comprenez bien." Approuva Orfraie en servant, dans deux tasses sorties de sa sacoche magique, le liquide brûlant. Des récipients, il se dégageait un petit nuage de vapeur qu'il faudrait laisser se dissiper avant de pouvoir goûter au breuvage légèrement sucré. "L'arc-en-ciel est sans doute joli, mais je vais opter pour une couleur uniforme." Reprit l'Ataliel en levant sa tasse, un petit air amusé dans le regard. Elle en bu une petite gorgée, la chaleur du breuvage réchauffant le bout de son nez ainsi que l'intérieur de son être. Elle la reposa ensuite et fut heureuse de sentir le plaisir émaner de Kälyna, qui y goûtait à son tour. "Je suis heureuse que vous aimiez. Pour en revenir au sujet, je pensais à une couleur brune, ou noir pourquoi pas." Nerwende, la mère d'Orfraie, avait une chevelure beaucoup plus sombre que celle de sa fille, s'approchant d'un noir de jais aux reflets violine, parfois bleutés rappelant une nuit de pleine lune.

"J'y ai effectivement songé. Je proscris la magie en raison de son instabilité. Quant aux glyphes, ils peuvent être désactivés et, sait-on jamais, cela pourrait devenir très embêtant dans certaines situations... Délicates. La perruque est du même acabit, en plus d'être sans-doute moins pratiques, d'avoir un rendu moins réel... Mais peut-être me tromperais-je ? J'avoue n'avoir jamais eu l'occasion d'essayer auparavant." Orfraie croqua dans sa pomme tout en observant Kälyna défaire la pelure d'une orange sans s'en mettre une seule goûte sur les vêtements. La chair du fruit semblait bien juteuse. La dragonnière sentait également l'anxiété de sa vis-à-vis décroître à mesure que les minutes s'écoulaient. L'Ataliel prenait cela comme une petite victoire personnelle car cela signifiait que l'ancienne prêtresse était de plus en plus à l'aise en sa présence.

"Mmh, je pense que le noir serait adéquat, avec quelques reflets bleutés peut-être. Qu'en pensez-vous ?"

Regardant la main bouger, Orfraie baissa les yeux et se rendit compte que ses mèches lie-de-vin changeaient de couleur par la volonté de Kälyna. Elle saisit alors une poignet de cheveux et, pendant quelques instants, la Sainnûr se contenta de les observer changer de coloration.

"Cette couleur." Elle n'avait pas haussé le temps, mais l'intonation était légèrement montée dans les aiguë sur la fin. Dans sa main, Orfraie tenait une poignée de mèches noires. Non, pas noires, mais brunes. Un brun presque noir qui se mariait avec sa carnation légèrement halée. Une chance qu'Orfraie n'ait pas gardé son teint vampirique, se dit-elle.

Spoiler :
Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  D5ubrpk-15820630-cc1d-4f5e-86e5-0f9de08d2bfe.jpg?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7InBhdGgiOiJcL2ZcLzc1OWIyMDdkLTQ2MzAtNGEyZC1hYTdkLTBjMmM5Y2Y5ZmNmM1wvZDV1YnJway0xNTgyMDYzMC1jYzFkLTRmNWUtODZlNS0wZjlkZTA4ZDJiZmUuanBnIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmZpbGUuZG93bmxvYWQiXX0


Rien n'est éternel



— Dialogue en langue commune : cramoisie
— Dialogue en Elfique : #cc4949
Pensées en italique

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Kälyna avait arrêté son geste lorsqu’Orfraie avait proclamé que c’était la bonne couleur. Elle se releva alors et fit quelques pas autour de l’ancienne lie-de-vin. Elle s’arrêta un moment puis posa un doigt sur son menton, son visage décrivait sa réflexion et le fait qu’elle était en pleine analyse. « Oui, sans problème. » Fit-elle finalement. Sa main blanche s’avança vers le visage de la dragonnière de jade pour attraper une mèche et l’observer de plus près. Elle était très proche d’elle, proximité qui en aurait certainement mis plus d’un mal à l’aise. « Cette couleur vous va à ravir. Je suis d’accord avec votre choix. » Poursuivit-elle. Même si la couleur lui avait déplu, elle aurait tout de même obtempéré. Quoiqu’elle aurait certainement tenté de l’en dissuader et de choisir quelque chose qui la seyerait mieux.

La dame blanche s’était rassise à sa place initiale et avait porté le thé à ses lèvres noires pour prendre une nouvelle gorgée. Elle appréciait la présence d’Orfraie plus qu’elle ne l’aurait crue, bien qu’elle ne s’habituait pas encore à ce nouveau mode de vie. La Sainnûr avait repris ses traits flamboyants. « Demain soir, si cela vous va, venez me rejoindre à mes appartements. Je m’attaquerai à votre chevelure pour vous donner votre couleur permanente. » Dit-elle. Ce n’était pas permanent, permanent, puisque la poussée des cheveux se faisait de la couleur naturelle, mais ce l’était bien davantage que via l’utilisation d’un glyphe ou de la magie. C’était aussi plus simple était donné qu’il n’y avait rien à activer et rien à penser. Elle avisa sa collègue de la Loge ne de pas s’en faire et qu’elle n’avait besoin de rien pour la séance capillaire. Ce n’était pas tout à faire vrai, mais elle n’aurait aucun mal à mettre la main sur ce qui lui fallait. Au besoin, elle ferait pousser les plantes qui lui donneraient les pigments nécessaires.

Le déjeuner se termina en toute tranquillité et elle la remercie pour son invitation avant de la quitter.

***

On cogna à sa porte. Le lendemain soir était arrivé plus rapidement qu’elle ne l’aurait cru. « Qui est là? » L’entendit-on à travers la porte. Sa voix semblait éloignée, en effet, elle était dans la pièce qu’elle était en train de préparer pour l’occasion. La voix de l’Ataliel la rassura. Elle n’aimait pas qu’on vienne la voir chez elle ni qu’on la dérange. Mais cette fois-ci, c’était différent puisqu’à sa demande. « Entrez, Orfraie Ataliel. » L’autorisa-t-elle à mettre les pieds dans son appartement situé dans la tour de la Loge. Bien sûr, elle avait fait de cet endroit son sanctuaire : personne, en théorie, ne pouvait l’attaquer en ces lieux ni pouvait y entrer sans sa permission.

La porte s’était ouverte magiquement et la princesse des Ombres put voir la dame blanche l’accueillir au fond du couloir. Elle l’invita à la suivre puis s’engouffra dans l’une des pièces. Bien que ses appartements soient modestes, pour Kälyna, c’était plus luxueux que ce qu’elle avait eu depuis un long moment. « Avez-vous changé d’avis? » S’enquit-elle en premier.

Kälyna avait transformé sa salle d’eau et l’avait emménagée pour que l’art de teindre soit agréable, autant pour la coiffeuse que la coiffée. Il y avait un fauteuil recouvert d’une housse protectrice sur lequel Orfraie pouvait s’asseoir confortablement. « J’espère que vous n’avez pas mis vos plus beaux habits, c’est un processus qui risque de tacher. » La prévint-elle. Après que la Flamboyante se soit assise, elle l’enveloppa d’un tissu protecteur.

Délicatement, la blanche commença à délier ses longues mèches de cheveux en passant la brosse. Ça avait un effet relaxant sur elle. « Il n’y a pas si longtemps de cela, jamais je n’aurais cru cela possible. » Murmura-t-elle en continuant son geste répétitif. « J’ai entendu dire que vous étiez une Inséparable… Liée à cette jeune humaine. » Poursuivit-elle. Il y avait là une question qui lui brûlait les lèvres, mais sa voix s’éteint. Silencieuse et comme pour changer de sujet, elle attrapa ses gants qu’elle enfila. Elle était prête à passer aux étapes suivantes pour assombrir le lie-de-vin.


Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  1569196495-souriresigna

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Le rendez-vous était pris, ce serait le lendemain soir.

La nuit était tombée depuis peu de temps lorsqu'Orfraie se présenta devant la porte de Kälyna. Elle portait une longue tunique au style indéniablement elfique, de couleur vert émeraude et dont les manches étaient délicatement rehaussées de filigranes argentés représentant des fleurs, des feuilles et des tiges. Un pantalon de couleur marron, ainsi que des bottines d'une teinte semblable, complétaient cette tenue simple et fonctionnelle que l'Ataliel appréciait tant.

" Orfraie. " Répondit l'Intéressée lorsqu'elle entendit la voix de la magicienne. Les mains jointes devant elle, Orfraie attendit sagement que sa consœur l'autorise à entrer et pénétra dans son antre. Ne pouvant échapper à la curiosité, la guerrière laissa son regard vaquer çà et là, notant quelques détails sur cette pièce qui lui en apprenait un peu sur la mystérieuse Vallaël.

Celle-ci se tenait un peu plus loin, dans une position similaire à celle d'Orfraie, et l'invita à la suivre d'un geste. La dragonnière lui emboîta le pas sans attendre et découvrit la salle d'eau de la mage d'exception, transformée pour l'occasion en un salon de beauté. Invitée à prendre place, l'Ataliel ne se fit pas priée et en profita pour répondre à la première question de Kälyna. " Non, je suis même plutôt excitée, pour tout vous avouer. Cela fera… Changement. " Lui révéla-t-elle. Cela n'avait rien de surprenant : âgée de presque sept-cents ans, Orfraie avait toujours vu sa longue chevelure lie-de-vin dans le miroir. Elle avait hâte, mais était aussi un peu anxieuse, de se découvrir une nouvelle tête… Même temporairement. Se laissant recouvrir par un tissu protecteur, la dragonnière repris laissa le silence s'étirer et se perdit dans l'observation des gestes de Kälyna dans le miroir qui lui faisait face.

La scène avait un quelque chose d'irréelle. Kälyna Vallaël était en train de lui brosser les cheveux. Peut-être pourrait-elle lui faire des tresses ? L'idée fit intérieurement rire Orfraie, qui sourit à son propre reflet face à cette plaisanterie. Elle fut toutefois surprise par la mage d'exception, dont les pensées semblaient être très proches. " Moi non plus. " Avoua la Dragonnière en offrant un doux sourire à la Dame Blanche, sur le même ton. Quelques secondes s'écoulèrent, puis Kälyna reprit la parole.

Orfraie connaissait les grandes lignes de l'histoire de la Vallaël. Elle l'avait observé de loin, jadis, et Mëryl lui en avait également parlé plusieurs années auparavant. Cela semblait si loin, songea l'Ataliel en observant la mère mettre ses gants dans le reflet du miroir.

" C'est exacte. " Finis par répondre Orfraie, presque une minute plus tard. " À ma femme, Luna. " Précisa-t-elle d'une voix douce. " Il y a bien longtemps… " Commença l'Ataliel en croisant le regard de Käly dans le miroir. Devait-elle lui raconter cette histoire ? Lui faire comprendre qu'elle comprenait, connaissait cette douleur qui avait accompagné la Vallaël pendant une grande partie de son existence… ? Qu'elles avaient plus de points communs qu'il était possible d'en voir de prime abord.

" J'étais une Baptistrelle, autrefois. Une Cawr liée à l'élément de l'Eau. Ce fut l'une des plus belles périodes de ma vie, quoi que courte. " Une centaine d'années n'était qu'un battement de cil dans la vie d'un Elfe, après tout. " Être Enwr, c'est toucher du doigt une compréhension du monde que les autres ne font qu'effleurer, c'est une magie qui touche jusque dans l'âme... Mais un jour, j'ai brisé mon serment de vérité… Et j'ai déchiré mon âme en deux. J'ai vécu avec ce trou béant dans ma poitrine pendant près de 400 ans. " Fermant les yeux, Orfraie se remémora cette sensation. " J'étouffais alors que mes poumons étaient remplis d'air pur… " Rouvrant les paupières, les améthystes croisèrent une nouvelle fois les prunelles de Kälyna. " Je sais que l'Inséparable vous à fait plus de mal qu'il est possible de l'imaginer et je suis heureuse que vous soyez aujourd'hui débarrassé de lui. Cette douleur… Je ne la souhaite à personne. " Mais ce n'était pas Luna qui avait comblé le vide dans l'âme d'Orfraie. C'était Firindal. " Navrée si je… Dépasse les limites. J'ai pensé que vous aimeriez le savoir… Que vous n'êtes pas seule. Parfois je parle beaucoup trop. " Elle lui lança un sourire désolé à travers le miroir puis se passa une main sur le visage.


Rien n'est éternel



— Dialogue en langue commune : cramoisie
— Dialogue en Elfique : #cc4949
Pensées en italique

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
La brosse défilait doucement à un rythme constant sur la cascade lie-de-vin. Kälyna garda ses pensées pour elle-même, mais elles n’étaient pas noires comme elle en avait eu l’habitude. Ni glacées, ni baignées de méfiance et sans craintes. Orfraie ne s’était pas attendue à ce que l’ancienne prêtresse du Tyran Blanc accepte de la rejoindre pour former ce qu’était aujourd’hui la Loge… Mais la voilà aujourd’hui à être sa coiffeuse d’un jour, ou plus, qui sait? Cela lui plaisait. Un sourire se dessina sur ses lèvres rosées lorsqu’elle vit le reflet souriant. Elle se rappelait leur moment en tête à tête il y a quelques mois de cela, après la mort du roi des piafs. Sur cette plage où Sombréclat avait offert des soins aux blessés par les Chimères. Que lui avait-elle dit? Qu’elle désirait changer, qu’elle avait changé? La graine avait été plantée, mais le dérèglement de la magie l’avait fait germer… Orfraie avait-elle réellement eu besoin d’elle? Probablement qu’il avait plus été question de lui ouvrir une opportunité de changer de vie. Néanmoins, grâce à ses talents et ses recherches, la Loge avait pu cerner les nouveaux aspects de la magie.  

Une sensation inconfortable assaillit le cœur de Sombréclat et cette dernière posa doucement une main gantée contre son torse. Elle masqua son inconfort par un grattement puis passa son attention sur les bouteilles qu’elle avait préparée. Luna était chanceuse. La dame blanche avait ressenti l’amour et cette douceur particulière lorsqu’elle avait prononcé son prénom. C’était de la jalousie qu’elle avait ressenti. Elle l’enviait, elle les enviait, elles et leur relation unique. Mais y replonger, c’était l’honneur et la sensation d’étouffer. Elle vivait des émotions contradictoires à l’idée d’Insépable-s.

Elle ne l’avait pas interrompue et se demandait bien ce qu’elle allait raconter. Pendant son récit, elle commença à faire disparaître la chevelure lie-de-vin sous les ténèbres froides de sa concoction. Orfraie était son ainée elfique, âgée de presque deux siècles. Elle la connaissait indirectement, par l’affinité de sa famille noble avec la sienne. Qui ne connaissait pas les Ataliel? Mais elle ne l’avait pas rencontrée. À sa majorité, Orfraie avait déjà quitté le royaume elfique et par la suite, l’Inséparable Tronquée n’avait été que l’ombre d’elle-même. Qui sait comment son histoire aurait tourné si elles étaient devenues amies à Aigue-Royale? Ou peut-être que cela n’aurait rien changé, car l’attraction du Tyran Blanc avait été trop forte et elle s’était brûlé les ailes tel un papillon sur une flamme.

Vivre avec un trou béant dans la poitrine, elle connaissait cela. « Continuez. Cela me fait plaisir de vous écouter. » Répondit-elle en hochant négativement la tête. Elle ne parlait pas trop. Elle disait ce qu’il fallait, c’était différent. « Il n’y a pas si longtemps, j’expliquais justement que d’être séparé de son Inséparable, c’était comparable à la sensation d’étouffer. » Dit-elle en repensant à la discussion qu’elle avait eue avec le gardien de l’Ordre Baptistral. « Je pense encore à lui… Ou plutôt à cette sensation enivrante à ses côtés. Et à sa mort. Perdre son Inséparable, c’est comme. » Kälyna ne trouvait pas le mot le plus juste pour décrire cet état. « C’est l’agonie. » Finit-elle par dire. À son sens, c’est ce qui s’en rapprochait le plus. « Je ne sais pas si vous voyez cela comme une bénédiction, pour Luna et toi. Le temps que ça dure, ça peut être merveilleux, mais… As-tu déjà pensé à ce que vivrait l’autre si l’une de vous deux mourrait? » Poursuivit-elle. Le déchirement se résumait le plus souvent au suicide de l’autre.


Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  1569196495-souriresigna

descriptionTout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna  EmptyRe: Tout ce qui est fait dans le présent affecte l'avenir en conséquence, et le passé par rédemption | PV : Kälyna

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
<<