Connexion
-83%
Le deal à ne pas rater :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
25.95 € 149.99 €
Voir le deal

descriptionDuo de forbans EmptyDuo de forbans

more_horiz
1er Octobre 1763, Athgalan


Que de tremblements ! Décidément, Nid-Puant n’était pas le lieu qu’elle préférait lorsque son lié décidait de ne pas aller glisser. Cela parlait, cela piaillait, cela grinçait, cela marchait dans tous les sens. Dès que son éclat d’espoir posait la patte sur les ponts de bois humide il était happé comme par les bêtes des marais, sauf que c’était bien plus ennuyeux. Mais comme c’était quelque chose qui rayonnait d’importance dans son esprit de bipède, elle le laissait faire et en profitait pour faire ses affaires de dragon. Parfois, elle essayait, vainement, de suivre ce qui sortait de la bouche des bipèdes de bipède, et les images des bipèdes autours de bipède. Parfois, souvent, elle n’en avait vraiment rien à faire et préférait nager ou explorer, ou chasser la boule de poils chapardeuse qui se perchait sur bipède.

Mais cette fois, elle n’avait pas vraiment envie de le laisser faire ses affaires de bipède. Peut-être aussi parce qu’elle voyait, dans son esprit, que son lié n’avait pas très très envie de faire ses affaires de bipède. Alors elle avait quitté nid-glissant avec un gros bipède à crocs et elle était partie retrouver son lié dans un perchoir bizarre au centre du gros nid des bipèdes puants. Se glissant à l’intérieur, les griffes claquant sur la pierre puis le verre, la dracène s’arrêta un instant en observant le sol sous ses pattes. Le verre, une création bipède transparente, recelait une chose bizarre qui ressemblait à un oeil quand on regardait de loin, et à des bipèdes figés quand on regardait de près. Et ça la perturbait.

Elle finit néanmoins par secouer la tête et continuer son chemin, se plantant devant son lié, bien installée sur ses pattes arrières et se soulevant, pattes avant ramenées contre son corps. Tendant le cou, elle plongea son regard doré dans le sien, poussa un petit grondement-roucoulement et fit cliqueter ses écailles avant que son esprit ne touche le sien avec fermeté. Dans la bulle de ses pensées d’images et de couleurs, il y en eut une qui trouva son chemin vers la surface de leur lien comme une petite bulle de son.

Nathaniel

C’était là la première fois qu’elle daignait, ou parvenait, à user du langage des bipèdes. Et ce n’était pas du tout par hasard, mais bien par volonté de sa part. Elle était presque certaine d’avoir son attention pleine et entière peu importe ce que les bipèdes de lié pourraient bien inventer. Il n’avait pas grand chose à faire, juste à se concentrer sur elle !

Na.tha.niel

Un profond grondement lui fit vibrer le poitrail de la dracène et un élan d’amusement parcourut leur lien. Puis, elle lui fit parvenir une pensée en image : l’extérieur. Elle voulait sortir. Avec lui. Maintenant. Mieux que ça, elle voulait aller vers les marais. Les bipèdes de bipèdes n’allaient jamais dans le marais. Mais elle sentait qu’il y avait des choses, là-bas. Des choses à voir, à explorer, à combattre. Et c’était tout près ! Une fois déjà, elle s’était approché, et avait même vu une autre dracène à cet endroit, mais qui ne l’avait pas vu. Toute noire comme un morceau de charbon. Elle avait vu aussi des lumières qui dansaient comme les bipèdes de bipèdes quand ils buvaient trop de l’eau qui n’était pas eau et sentait fort.

Viens ?


descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
¤ Evasion ¤

Une certaine agitation frappait la capitainerie d’Athgalan et s’étendait lentement à travers toute la ville tel un odieux poison. Le roi avait provoqué plusieurs réunions ces derniers jours et aujourd’hui aussi. Une menace planait sur la cité perfide, une menace provenant de l’Est, une menace poilue et pourvue de crocs. Une menace graärh. Les chatons avaient décidé de se rebeller, de se venger, ou d’obtenir justice, qu’importe, suite aux nombreuses exactions pirates. Il est vrai qu’avoir des pirates comme voisin ce n’est pas tous les jours facile. Et Nathaniel n’avait aucune envie de changer ça. Toutefois, il ne pouvait pas rester sans réagir alors qu’une armée se réunissait en vue de mettre à bas leur mode de vie. Le gredin n’était pas dupe : les pirates ne constituent pas une armée. C’était déjà un miracle en soi d’avoir pu les réunir lors des événements de l’armada. Et c’était bien grâce à l’importance de la menace et au charisme du gredin qu’une telle chose avait pu être possible. Quoi qu’il en soit, Nathaniel doutait être possible de réaliser une nouvelle fois un tel miracle. D’ailleurs, il n’avait pas vraiment envie de le reproduire. Pourquoi ? Car il doutait fortement des résultats d’un tel prodige. Réunir plusieurs sacs à merde pour en faire une armée, ça ne fera rien de plus qu’un gros tas de merde. Les pirates n’étaient pas des combats à terre. En mer on pouvait éventuellement en faire quelque chose, mais à terre, ce serait simplement les envoyer au massacre. Oh, l’elfe sombre serait bien capable de le faire, pour couvrir sa fuite, mais une telle extrémité ne serait pas nécessaire aujourd’hui. Le gredin avait d’autres plans pour gérer cette crise. Et c’est à cette fin qu’il avait enchainé plusieurs réunions ces derniers jours. Les idées avaient été exposées, les conseils donnés et les choix faits. À présent, tout n’était que purement administratif. Autant dire que la partie la plus excitante s’était envolée depuis très longtemps. Être roi avait ces bons côtés, mais aussi ces mauvais côtés. Actuellement, le gredin subissait les mauvais côtés. Toutefois pour l’aider, l’elfe sombre avait autorisé qu’on serve de l’alcool. Malheureusement Nathaniel n’avait pas pris en compte une chose : le nombre de verres qu’il aurait à vider. Il en était déjà au troisième, et s’apprêtait à attaquer un quatrième. À ce rythme il allait rouler sous la table. C’était interminable. Était-il obligé d’être là ? Devait-il sérieusement valider les esclaves qui devraient être sacrifiés pour la bonne réalisation du plan ? Le capitaine des esclaves ne pouvait-il pas s’en charger ? Qu’on sacrifie les plus faibles, gardons un maximum de fort, ils seront utiles pour le déménagement et seraient vendus à meilleur prix. Oui, nombre de points abordés pouvaient être réglés sans lui. Il devait trouver un moyen de se sortir d’ici. Aller Eärendil ! Tu t’es déjà échappé par deux fois des prisons humaines et une fois des prisons elfiques. Tu devrais pouvoir y arriver. Ça ne peut pas être pire franchement ! Malheureusement, le gredin n’avait pas grand-chose pour le remplacer et faire croire aux autres qu’ils étaient toujours là. Un mannequin en draps, cailloux et autres ça allait lorsque la luminosité était faible et les gardes à moitié beurrés. Cette fois, pour s’échapper, il lui faudrait un meilleur plan. L’elfe se souvenait avoir lu, rapidement, un livre une fois. Le personnage fictif s’appelait Mäk Givër. Ce type arrivait à se sortir de pratiquement n’importe quelle situation avec trois fois rien. Si lui en était capable, pourquoi pas lui ?

Bon d’accord, il fallait faire l’inventaire de ses possibilités. Une chaise, des vêtements, du verre, de l’alcool, une table, une dragonne, une nappe, des feuilles, des gens … attendez, une dragonne ? Nathaniel baissa la table, s’assurant qu’il avait bien vu. Oui une dragonne ! Kaiikathal était venue à sa rescousse. L’esprit de sa liée vint toucher le sien et l’elfe partagea un grand soulagement. Parfait, il avait un complice à présent, il allait pouvoir s’évader. Les choses seraient plus faciles. Soudainement, quelque chose de différent provint de la petite marche-tempête. La communication avec cette dernière n’avait jamais été une chose aisée, quoique le gredin se fût grandement amélioré depuis le temps, arrivant à formuler ses pensées afin de pouvoir les envoyer à Kaiikathal afin de mieux se faire comprendre. Les dragons avaient un mode de communication fort étrange et complexe à son gout. Parler était bien plus facile, surtout il était plus aisé de mentir. Pour la première fois, l’elfe sombre entendit la voix de sa liée, cette dernière venant prononcer son nom. L’expérience fut très troublante pour l’elfe sombre, lui provoquant un sentiment étrange. Était-ce ce que l’on ressentait lorsque son enfant disait ses premiers mots ? Sans doute. Inconsciemment, Nathaniel sourit à sa la tempête sur patte.

Kaiikathal souhaitait aller à l’extérieur. Non pas de cette pièce, mais de la ville. Elle voulait aller dans le marais. Bon, c’était sans doute mieux que cette réunion. Quitter un ennui mortel pour un danger mortel, ça revenait presque au même. Le gredin se redressa, venant taper ses mains sur la table. Il prit un ton grave, simulant bien sur tout cela.

« Messieurs, je crains de devoir vous laisser finir cette réunion sans moi et régler les affaires en cours. Je viens de recevoir une information capitale qui exige que je m’occupe personnellement de la situation. »

L’elfe sombre se dressa et sortit prestement de la pièce, avant de refermer la porte derrière lui après que la dragonnette ne soit passé. Il se baissa par la suite niveau de cette dernière pour venir lui caresser les cornes.

« Parfait Kaiikathal ! Tu as réussi à m’aider à m’évader, tu fais une très bonne complice. Ta tactique laisse un peu à désirer, mais on travaillera ça ensemble, à l’avenir ça pourra t’être très utile. »

Le gredin se redressa.

« Je ne sais pas pourquoi tu veux aller dans le marais, mais sache que c’est un lieu vraiment très dangereux, même pour toi et pour moi. On peut y aller, mais passons d’abord par mes appartements. Il nous faut de l’équipement pour lutter plus efficacement contre ce qui se trouve à en dehors de la ville. »

L’elfe se dirigea rapidement vers ses quartiers pour venir prendre tout le nécessaire. Particulièrement son manteau et une lanterne. Rien qu’avec ses deux éléments, leur taux de survie gagnait aisément vingt-cinq pourcents.

« Qu’est ce que tu souhaites aller voir dehors, Kaii ? Il n’y a pas grand-chose à l’extérieur, dans le marais. Hormis le danger. »


descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
Elle eut un petit grondement en le voyant sourire, appréciatrice. Oui, elle parlait un peu bipède. Son lié faisait de gros efforts pour elle, ça allait dans les deux sens ! Bien, maintenant qu’elle avait toute son attention, la prochaine étape, c’était sortir d’ici. Qu’il exerce son droit de bipède alpha et vienne avec elle. Comment cela ce n’était pas si simple ? Et pourquoi pas d’abord ? Il était bien le bipède alpha non ? Le patriarche de sa nuée de bipèdes. Oh allez quoi, les dangers mortels c’était bien plus intéressant que d’entendre des bipèdes sentent-fort pendant des heures ! Le soudain mouvement de l’elfe vint à surprendre la dracène qui releva le museau et dressa sa crête, trépignant d’attente. Ondoyant entre les jambes de son lié, elle manqua le faire trébucher alors qu’il quittait la tablée et se précipita dehors pour l’attendre en grondant et griffant le sol. Enfin !! Se laissant gratouiller les cornes, elle envoya une pointe d’amusement féroce dans l’esprit de Nathaniel.

Rien fait

Qu’il attende qu’elle grandisse un peu plus et elle l’enlèverait sans que personne puisse l’en empêcher. C’était une promesse. Elle n’aurait pas besoin de tactique pour le voler aux bipèdes sentent-forts. En attendant, il était à elle toute seule !

Tu mets tes écailles, alors ?

L’accompagnant en trépignant toujours et en manquant tout renverser sur son passage, la dracène se calma pourtant une fois devant leur nid secondaire craquant. Sauf que chez elle, calme n’était pas synonyme de bonne nouvelle. Crête rabattue, museau vers le sol, Kaiikathal joua de ses griffes sur le bois tendre, l’esprit malicieux. Elle semblait intérieurement pondérer quelque chose tandis que Nathaniel attrapait ce qu’il désirait prendre avec lui. Quand il revint avec une peau et un objet bipède faisant de la lumière et de la magie elle renâcla un amusement moqueur et sembla se décider. Elle aussi elle avait un jouet avec des glyphes bipèdes maintenant ! Cependant, la question vint l’obliger à scinder son attention en deux. Ce qu’elle souhaitait voir aller ? Mais le danger, justement ! Enfin pas seulement et elle n’avait pas encore les mots pour bien exprimer ce qu’elle avait en tête. Après plusieurs essais infructueux elle en revint à la méthode la plus simple : le partage.

Ainsi, elle pu transmettre tout ce que le marais lui inspirait. Pour commencer, elle sentait la magie qui émanait du marais et des créatures, mais au milieu de tout cela, il y avait un point plus étrange et attirant que les autres : le lieu où le portail-qui-fait-boum des bipèdes de son bipède avait été trouvé. Et elle était très curieuse d’aller voir tout cela. La magie du marais elle-même l’attirait : elle avait envie de la défier, d’y établir leur territoir. Pas comme dans la ville sent-fort ! Non un vrai territoire de dragon et lié. Un territoire avec énormément de magie, des bêtes à combattre et des secrets à découvrir. Cela ferait du bien à son lié également, d’affronter des créatures plus fortes que des bipèdes. Un instant, elle cessa de l’abreuver de ses pensées et images puis pondérer de nouveau et lâcher finalement, en détournant légèrement le museau l’air de rien.

Et puis, j’ai vu un poilu là-bas

Elle se lécha une griffe, très satisfaite d’elle-même.

Un poilu devenu plumes et puis poilu de nouveau. Nathaniel n’aime pas poilus sans… fers… non ? Toi et moi, on chasse et on trouve poilu ?


descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
¤ En route pour le bayou ¤

Avoir un dragon pour complice, en voilà une idée fort intéressante. S’échapper de prison, fuir après un vol, un assassinat, ou même un mari jaloux devenu cocu. Il n’y a pas à dire, compter un dragon parmi ses rangs offrait de nouvelles perspectives. Le gredin n’avait pas encore totalement compris le concept de lier. C’était bien trop mystique pour lui. Il préférait voir cette relation comme … comme … comme quoi ? Comme si Kaiikathal était un membre de son équipage. Mais pas n’importe quel membre, plutôt comme le deuxième capitaine de son navire ? L’idée d’avoir une deuxième capitaine pour le Maelstrom n’enchantait guère le pirate qu’il était. Mais c’était sans doute la façon la plus simple d’expliquer cette relation. Bien qu’ici, ce deuxième capitaine n’avait aucun intérêt à supprimer le premier pour devenir seul chef à bord. Quoique … quel être serait assez tordu pour se lier avec lui. Sans doute quelqu’un d’aussi tordu que lui ! Mh … tout ceci ne menait le gredin à rien. Il avait le sentiment qu’il pouvait faire confiance à sa dragonne, car elle ne pouvait rien lui cacher. Comme lui ne pouvait rien lui cacher. Une chose forte étrange et quelque peu déplaisante. Lui qui avait l’habitude de mentir, le voilà mis à nu. C’était encore plus perturbant. Peut-être devrait-il essayer de copier un renard pour voir s’il parvenait à falsifier son esprit aux yeux spirituels de la marche-tempête ? Une idée forte saugrenue, qu’il chassa rapidement de son esprit. Quoique … cela pourrait avoir une application un jour. Qui sait ?

Laissant loin de lui toutes ses élucubrations burlesques, l’elfe sombre se concentra sur le moment présent. Il venait de s’enfuir d’une réunion forte ennuyante avec l’aide de Kaiikathal. Mais il ne s’était tiré de ce guêpier que pour se mettre dans un autre. Du moins, en quelque sorte. Sa liée souhaitait aller dehors, dans le marais. Le gredin n’appréciait que peu cette idée. Déjà parce que cela l’éloignait de la mer, ensuite parce qu’il savait ce lieu particulièrement dangereux. Même pour lui. Les pirates s’enfonçaient dans les marécages uniquement si cela s’avérait utile. Mieux valait éviter de perdre bêtement des ressources humaines. Malheureusement, la petite gredine aux écailles abyssales souhaitait absolument y aller. De plus, il valait mieux qu’il disparaisse avant qu’on se rende compte de sa supercherie. Ainsi Nathaniel opina du chef quand Kaiikathal dit, à sa façon, que le roi allait mettre ses vêtements. Ou plutôt son armure. Il avait des tendances suicidaires certes, en même temps dans son milieu il en fallait un peu, mais il n’était pas complètement stupide. Sortir d’Athgalan sans préparation, c’était comme coucher avec la femme d’un noble sans poster de guetteur.

Dans tous les cas, Nathaniel était curieux. Pourquoi la dragonne à la crête d’or souhaitait-elle aller dans le marais. L’elfe sombre sentait qu’elle n’appréciait guère la ville d’Athgalan. Nid-puant qu’elle l'appelait. C’est sur que le Maelstrom était bien mieux que cette cité. Tout navire a besoin d’un port d’attache. Toutefois, ceci changerait bientôt. La confrérie avait commencé à prendre des dispositions. La guerre approchait et Athgalan était parfaitement indéfendable. Alors, autant l’abandonner et s’installer ailleurs. Plusieurs lieux avaient retenu l’attention du gredin. Restait plus qu’à choisir le plus adéquat … ou les. Pendant qu’il prenait tout son attirail nécessaire, Kaiikathal lui expliqua le pourquoi de son désir. La marche-tempête souhaitait affronter le danger. Si jeune et déjà casse-cou. Elle lui rappelait lui étant jeune, qui se battait avec des plus vieux que lui … et plus fort aussi. Mais il n’y avait pas que cela. La curiosité de la dragonne avait été attisée. L’attrait d’une découverte ou d’un potentiel trésor. L’elfe pouvait comprendre cela et ne pouvait que l’approuver. En revanche, il manqua de s’offusquer lorsque cette dernière lui partagea que se serait pour lui l’occasion de se mesurer à de vrais dangers. Il vivait dans un véritable banc de requin. Le danger avait bien des formes. Sans devrait-il le lui faire comprendre au plus vite, cela lui serait utile. Les autres bipèdes peuvent s’avérer bien plus dangereux que les créatures du marais.

« Un poilu ? Un graärh ? »

Qu’est ce qu’un graärh pouvait bien faire dans le marais ? Était-ce un esclave en fuite ? Un éclaireur ? Probablement la deuxième possibilité. Un esclave en fuite ayant la capacité de se transformer en créature volante n’aurait pas fait de pause … et n’aurait probablement pas emprunté un chemin aussi dangereux.

« Les graärh sans fer ? Je ne dirais pas que je n’aime pas les avoir sans. Après tout, il y en a ici qui ont des fers et d’autres qui n’en ont pas. Tout comme il y a des elfes comme moi qui ont des fers et d’autres qui n’en ont pas. Idem avec les humains, vampires et immaculés. Disons que la chose est plus complexe. Je préfère m’assurer que ceux qui ne sont pas à mon service soient pieds et poings liés. C’est une question de sécurité … et de profit surtout. »

Nathaniel transforma sa fausse main en crochet et y attacha la lanterne.

« Mais on peut le chasser oui. Bien entendu, ne perds pas à l’esprit que nous ne serons pas les seuls chasseurs dans le marais. Soit constamment vigilante. L’ennemi qu’on ne voit pas est toujours le plus dangereux. »

Sans attendre, Nathaniel et Kaiikathal se mirent en route, prenant un chemin connu de la confrérie seule pour sortir de la ville et rejoindre ainsi le marais. Il fallait se rendre au mausolée ? L’idée ne plaisait guère au gredin. Là-bas y régnait une étrange atmosphère. De plus, les pirates avaient tout fouillé sans rien retrouver. Bon, ce n’était peut-être pas les employés les plus efficaces qui soient, mais lorsqu’il s’agit de dénicher un trésor, ils sont les meilleurs ! Peut-être que Kaiikathal sentait quelque chose grâce à ses sens de dragons. Dans tous les cas, pour rejoindre le mausolée, il faudrait payer un prix auprès des Gaïd. Fort heureusement, il avait sa lanterne. Il suffirait de récolter le paiement sur le chemin en aspirant l’essence vitale que quelques créatures.


descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
Graärh. Elle avait l’impression d’entendre un bipède crier de douleur quand on prononçait ce mot, et ne se gêna pas pour le faire savoir, moqueuse. Mais oui, elle parlait bien de… ça. Et elle observait les pensées de son lié avec attention. En fin de compte, elle l’avait bien résumé : il n’aimait pas les sans-fers. Bon, les sans-fers pas de sa nuée. Mais sans-fers quand même. Des poilus qui voulaient attaquer le nid-puant, si elle avait réellement tout compris. Elle n’aimait pas nid-puant mais s’attaquer à ça c’était attaquer son lié et elle avec, donc elle se sentait forcément concernée. Opinant de sa petite tête pointue, elle lui emboîta le pas, ne pouvant qu'acquiescer au fait de se montrer vigilant. Sur le chemin, elle réitéra son avis au sujet du mausolé et de ce qui pourrait peut-être s’y trouver. Oh, elle le voyait bien, que cela ne plaisait pas beaucoup à Nathaniel mais elle était certaine qu’il y avait un intérêt à y aller. Depuis la première fois qu’elle avait posé la patte sur cette île, le marais l’avait attiré et appelé, ce n’était certainement pas pour rien !

Elle fait quoi ?” Nathaniel pensait à la chose lumineuse sur son crochet alors naturellement qu’elle se montrait curieuse ! Néanmoins et progressivement, tandis qu’ils marchaient, Kaiikathal sentit une désagréable impression de prédation lui hérisser les écailles. Qu’est-ce que c’était que ça exactement ? Au détour d’une ruelle, tandis qu’ils approchaient de la palissade, il y eut un sifflement désagréable et vindicatif, avant qu’une tête triangulaire ne jaillisse en manquant happer son lié. Sous la surprise, la petite dracène émit un croac, crète rabattue. La chose était longue et toute lisse, comme les saucisses des bipèdes à lié, sans pattes mais de grands crocs et une armure d’écailles comme elle, et elle avait l’air d’en avoir après lié. Pourquoi, comment, quand, trois questions qu’elle poserait sans doute… quand la grosse saucisse à crocs arrêterait de vouloir manger son bipède à elle ! Alors que Nathaniel était aux prises avec l’animal, Kaiikathal chercha à s’approcher pour mettre un bon coup de ses crocs à elle dans la bête.

Non mais ! Et pourtant, cela ne fut pas suffisant pour que la saucisse disparaisse. Elle se rétracta seulement, noire et sinueuse, et Kaiikathal, par instinct, fit vibrer ses écailles en se faisant aussi menaçante que possible. En raison des travaux des bipèdes puants, il n’y avait qu’eux dans le coin. “Pas besoin des marais pour du danger, finalement” La réplique était grinçante mais joyeuse tout à la fois. Elle qui avait voulu absolument se confronter à des adversaires dignes d’eux, elle était servie ! Queue relevée pour bien montrer ses piquants, elle gronda à l’encontre de la chose, physiquement, et mentalement auprès de son lié pour savoir ce qu’il voulait faire de cette saucisse. Parce que celle-là, Fabius-poilu n’allait pas pouvoir la voler !



descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
¤ Le retour du serpent ¤

Au travers de leur lien, Nathaniel ressentit la pensée de la dragonne au sujet des graärh, ou plus précisément du nom de la race. Il n’avait jamais fait le rapprochement et cela lui arracha un sourire. C’est vrai que vu sous cet angle c’était étrange et assez amusant. Même en si en réalité, un cri de douleur était assez différent, variant aussi bien en fonction des individus que du type de douleur infligé. L’elfe sombre y connaissait quelque chose, puisqu’il avait infligé de nombreuses souffrances à autrui. Lentement, Kaiikathal commençait à effleurer l’univers de son lié. Les sans-fers, c’était une façon un peu restrictive de distinguer les alliés et ennemis de Nathaniel, mais elle pouvait faire l’affaire. La dragonne était intelligente, normal en même temps puisqu’elle appartenait à la race draconique, elle aurait tôt fait de comprendre la totalité des tenants et aboutissants de l’univers de son gredin de lié. Cela fit réfléchir Eärendil. Y avait-il eu des dragonniers dans le même cas de figure que lui. C’est-à-dire issue de la lie d’Ambarhùna ? Il y avait eu des rois, reines, princes, princesses, grands guerriers, même de simples paysans, des gens issus de rien. Mais qu’en était-il des salopards dans son genre ? Bon, c’est vrai qu’il était un roi également, mais il n’était pas un roi dans le sens où on l’entend habituellement. C’était une question très intéressante que celle-ci. Peut-être devrait-il se renseigner à ce sujet, plus tard bien entendu. Pour le moment très peu de monde était au courant de son nouvel état et il n’avait aucune intention de le divulguer au travers de recherches diamétralement opposées à ce dont il était accoutumé. D’ailleurs, où pourrait-il obtenir ce genre de renseignement ? Dans une bibliothèque bien sur, mais laquelle ? Très naturellement, les baptistrels lui vinrent à l’esprit. Meh, mauvaise idée. L’elfe doutait être bien accueilli s’il se présentait là-bas. Tant pis, il trouverait un autre moyen.

« Elle fait quoi ? »

L’interrogation innocente de Kaiikathal tira le lié de ses pensées. Il posa un regard sur la dragonne, la voyant pointer le museau en direction de son crochet, ou plutôt de ce qui y était suspendu. Oh la lanterne, elle voulait savoir ce que c’était. Alors qu’il se lançait dans des explications, le pirate tentant autant que faire ce peu de se remémorer une scène ou il avait vu cet objet être utilisé afin que la dragonne puisse saisir ce souvenir et ainsi mieux comprendre.

« C’est une lanterne. Généralement on s’en sert pour s’éclairer dans le noir, mais celle-ci est un peu spéciale. Voilà plusieurs mois qu’on la introduit à Athgalan, particulièrement pour en équiper la garde de la ville. Cette lanterne n’est pas faite pour éclairer, mais pour servir de prison à une créature et utiliser ses capacités. Il existe des créatures dans le marais que l’on appelle feu-follet. Ces lanternes sont faites pour en enfermer un et utiliser ses capacités. Il y en a un dans celle-ci. Ces saletés se nourrissent de la vie des autres créatures, la vie sous forme d’énergie. Du coup c’est assez pratique lorsque l’on veut maintenir d’autres bestioles du marais à distance, ou simplement les affaiblir afin de les neutraliser ou les tuer. Notre plus grand ennemi ici est avant tout la nature. Mais c’est aussi un avantage car tout aussi dangereux que le marais soit, c’est lui aussi qui nous protège des potentiels envahisseurs. On peut dire que c’est à double tranchant. »

L’elfe sombre et la dragonne s’aventuraient dans un réseau de ponton habilement dissimulé par la végétation. Ceux-ci étaient connus uniquement par certains membres de la confrérie. Ils permettaient de circuler discrètement dans la ville. Quoi qu’il en soit, puisqu’ils étaient encore en ville, la vigilance de Nathaniel avait baissé. Il ne s’attendait pas, à l’intérieur de la ville et encore moins dans ce chemin secret, à subir une attaque. Par contre une fois dehors, une fois les palissades franchies, ce serait une histoire. Très vite les palissades furent en vue. Il y aurait une corde à sortir des roseaux puis à tirer pour voir deux pieux de bois se lever et en moins de deux les liés seraient hors de la ville. Bientôt, Nathaniel sentit l’inquiétude de Kaiikathal, mais assez tardivement. En effet, surgit soudainement un serpent. Et pas n’importe quel serpent ! La même créature qui n’arrêtait pas d’harceler l’elfe sombre, le poursuivant où qu’il aille et l’ayant déjà attaqué à quelques reprises.

La créature reptilienne bondit sur Nathaniel qui au dernier moment parvint à l’esquiver. S’il n’avait pas été béni par le bourdon, nul doute qu’il aurait été atteint par la créature et cela plus d’une fois. La vile bestiole avait l’habitude d’attaquer sournoisement et furtivement, à l’image d’un assassin. Oui c’était très étrange ce comportement, surtout à l’encontre de son unique personne. Quelle était cette chose au final ? Ca ne pouvait pas être un simple animal dressé, il était bien trop puissant. Une créature magique de l’archipel ? Elle aussi dressée ? Probablement, mais là ca allait un peu loin ou alors son maitre était le meilleur dresseur du monde connu. Non, Nathaniel avait finalement conclu qu’il devait s’agir d’autre chose, mais quoi ca il n’en savait rien. Il s’était d’ailleurs renseigné en commençant à étudier le dressage des animaux. Le comportement de cette bestiole n’avait rien à voir avec celui des serpents. Ou même avec celui de l’espèce des serpents du domaine originaire de l’archipel. Une espèce inconnue de cette famille alors ? Ou alors simplement une bête ayant un grain ? Après tout, les bipèdes n’avaient pas nécessairement à être les seuls à être totalement barge.

Le serpent se mit sur le ponton, entre Nathaniel et Kaiikathal. Il semblait totalement ignorer la dragonne, se concentrant sur le gredin et uniquement lui. Encore cette fixette sur sa personne. L’elfe sombre esquiva habilement les assauts de la bête qui tentait de lui mordre les jambes. Les crochets de la bête étaient énormes et il n’avait aucune intention de subir le venin de celle-ci. La marche-tempête su saisir l’occasion que lui présentait le désintérêt de l’animal pour sa personne en venant la mordre. Le serpent en fut surpris et se rétracta sur lui-même venant s’enrouler, promettant une nouvelle charge dont il avait le secret.

« Pas besoin des marais pour du danger, finalement »

« J’aurais préféré rencontrer n’importe quelle créature du marais plutôt que ce serpent à vrai dire. »

Portant sa main à sa ceinture l’elfe vint se saisir de Catherina, la braquant devant lui.

« Tu n’as pas bientôt fini de venir m’emmerder oui ? Espèce de saloperie. Qu’est-ce que j’ai bien pu te faire à la fin ? Je n’ai pas souvenir d’avoir piétiné un nid de serpents dans ma chienne de vie. »

Le regard de Nathaniel glissa en direction de sa lanterne. Il y avait peut-être un coup à jouer.

« Kaiikathal, on va essayer de capturer cette créature ou à défaut de l’obliger à battre à retraite. »

Le gredin brandit la lanterne en direction du serpent, la lugubre lueur se dégageant de celle-ci s’amenuisa avant de venir se focaliser et s’étendre en un rayon jusqu’à la créature. Le gredin comptant la drainer.


descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
Il était toujours très flatteur de constater à quel point les bipèdes tenaient les dragons en haute estime. Néanmoins, sa mémoire ancestrale lui soufflait que parfois, les bipèdes pouvaient être aussi intelligents et ingénieux. Et si elle se prenait à douter de ses ancêtres, alors son lié était un bon exemple prouvant que la race ne faisait pas toujours tout. Même si les dragons étaient toujours un peu mieux bien sûr. Juste un tout petit peu. Elle épiait les pensées de son lié comme elle aurait chassé un rat, ou ce voleur de Fabius, très intéressée par ce qui pouvait se tramer sous son épaisse crinière d’écume. C’était la façon qu’elle trouvait la plus simple pour essayer de comprendre certaines des habitudes de bipèdes. En sentant Nathaniel s’interroger sur les liés avant lui, la dracène se fit plus perplexe et il lui fallut les images et sentiments qui venaient avec les mots pour comprendre ce que l’elfe observait. Les classifications sociales des bipèdes avaient tendance à lui passer loin au-dessus de la crête. Les forts, les faibles, les pleins de nourriture, les sans nourriture, les pleins de ronds brillants et ceux qui n’avaient pas du tout de ronds brillants, ceux qui suivaient la façon de faire que les bipèdes établissaient comme la chose à faire et ceux qui faisaient ce qu’ils voulaient. La conclusion que Kaiikathal en tirait ? Que les bipèdes aimaient se compliquer la vie et faire très attention aux détails pour se distinguer les uns des autres. Quant à savoir si oui ou non il y avait d’autre liés qui ne suivaient pas ce que la plupart des bipèdes faisaient… Elle aurait beaucoup aimé le lui dire, mais elle n’arrivait pas à bien saisir les éléments qui permettaient de reconnaître, justement, ces liés-là. Non parce que, d’après ce qu’elle avait comprit, les humains vivant n’aimaient pas qu’on tue mais pas tous et pas tout le monde et les humains non vivants mais pas morts eux aimaient bien tuer de façon générale. Allez comprendre !

Pourquoi les piou-piou ne seraient pas contents ?

Et voilà qu’il l’avait encore perdue ! Bon, les piou-piou, à savoir les bipèdes qui pioupioutaient des chansons qui faisaient du joli son comme des oiseaux, ils étaient de la catégorie qu’elle trouvait la plus simple chez les bipèdes qui aimaient se différencier les uns des autres : ils étaient des ‘pas agressifs, sans fers, laissés tranquilles par les autres bipèdes’. Elle les appréciait assez, simplement parce qu’elle n’avait pas mal au crâne à chaque fois qu’elle essayait de les classer. De ce qu’elle avait comprit, n’importe qui pouvait aller voir les piou-piou si on n’était pas agressif et qu’on n’en voulait pas à leur territoir. Comme les dragons. Mais voilà que son lié pensait ne pas pouvoir aller chez eux. Un doute la prit. Si on agissait par logique, si son bipède ne pouvait pas aller chez les piou-piou s’était qu’il avait attaqué.

Tu as chassé un piou-piou ?

Le ton était légèrement sévère. Mais ! On ne chassait pas les piou-piou enfin ! Quel intérêt, pour commencer et ensuite voilà qu’il se retrouvait mit à la porte du nid, comme les bipèdes disaient. Ah bravo. Bon, pas de voyage chez les piou-piou. Alors où aller en attendant qu’elle arrive à faire son chemin dans les interminables définitions des différents bipèdes ? Bon, on y pouvait pas grand chose. Au pire s’il voulait être accepté, pourquoi ne pas offrir quelque chose aux pious ? Pour montrer qu’il n’allait pas vouloir les re chasser ? Elle en tout cas elle apprécierait. Et puis bon, maintenant qu’il était lié à elle, les choses étaient un peu différentes. Il y avait plus intéressant à chasser, surtout sur l’eau !

L’explicatif au sujet de la lanterne fut bien moins compliqué à comprendre pour elle. Ce fut même extrêmement intéressant. Et le feu-follet lui-même était fascinant. Ainsi, il avait le pouvoir d’absorber la vie ? Et il n’absorbait pas la vie du porteur de lanterne ? Comment avait-on fait pour enfermer le feu-follet ? Ils marchaient sur les pontons lorsque ses questions avaient été remplacées par de la méfiance. Et son instinct était le bon, puisqu’ils furent alors attaqués par ce que Kaiikathal n’arrivait pas à qualifier autrement que comme une ‘grosse saucisse avec des crocs’. Ah parce que cette créature n’attaquait que son lié ? Est-ce qu c’était un châtiment de la magie pour avoir chassé un piou-piou alors ? Si c’était ça, elle voulait bien comprendre qu’il ne veuille pas aller dans leur nid.

Oui enfin… vous êtes pires

Elle n’avait pas pu se retenir ! Mais elle n’allait pas non plus laisser son lié se faire becqueter par la saucisse. Le coup de dent qu’elle mit parvint à l’arrêter un instant mais elle ne pu pas garder sa prise. Déjà parce que la force de la chose était supérieure à la sienne, et qu’elle aurait été traînée sur le ponton, ensuite parce que la chair sous les écailles était dure de muscles. Elle était encore trop jeune pour pouvoir percer ça. Finalement, ils n’avaient pas eu à aller bien loin pour avoir droit à de l’action. Le voir essayer de gronder la créature lui fit plaquer sa crête sur sa tête. Ce n’était pas qu’elle n’avait pas foi en lui hein mais il y avait juste un léger détail qui rendait tout son charisme inutile dans cette situation...

...Nathaniel, tu ne parles pas serpent...

Il arrêta pour une autre idée, plus appropriée selon elle et elle gronda son accord avec détermination. Elle observa la saucisse un instant et se décida finalement à gâcher la surprise et le mauvais tour qu’elle avait voulu faire à son lié au profit de sa sécurité, de leur sécurité en fait. Alors qu’ils faisaient face à la bestiole, Kaiikathal activa l’anneau qu’elle avait sur la corne et projeta des tentacules d’ombre pour obliger la créature à un combat de saucisses. Pendant ce temps elle se tourna vers Nathaniel. Ils étaient une équipe, n’avait-elle pas cessé de le dire ? Ensemble ils étaient d’autant plus fort et pas seulement lorsqu’elle serait assez grande pour croquer cette chose tout rond. Non, même maintenant en réfléchissant ils pouvaient en profiter.

Donne ton truc brillant. Je vais l’attirer et toi tu l’écrabouille après, d’accord ?

Il suffisait qu’elle réussisse à détourner la saucisse de son lié, juste quelques instants, comme cela, Nathaniel pouvait abattre son écrabouilleur sur la créature et la blesser. Pour le moment, elle ne voyait pas comment attraper la chose mais si lié y réfléchissait ça marchait aussi. Lui, il était plus au fait des outils des bipèdes.

descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
¤ Le plan ¤

Les questionnements de la dragonne viraient vers un sujet qu’il préférait éviter. Non il n’avait pas chassé de baptistrel, il fallait être bien fou pour le faire délibérément, ceux-ci sont dotés de grands pouvoir compliquant grandement la tâche. Après l’intérêt d’avoir un chanteur aux fers pouvait exister. Après tout ils sont de puissants guérisseurs, il est toujours utile d’avoir un guérisseur sous la main, on ne sait jamais quand une flèche peut venir se loger dans le genou ou autre part.

« Non je n’ai pas chassé de baptistrel. J’ai attaqué un navire de transports et un apprenti se trouvait à bord. C’est lui qui a croisé ma route. La mer est un lieu dangereux et il faut être bien inconscient pour l’arpenter sans préparation. »

La petite excursion du couple de lié finit par virer à l’affrontement face à un imprévu. Si le gredin n’avait eu aucun doute concernant le fait que leur balade dans le marais tournerait tout ou tard à la bagarre contre une créature, il ne se doutait pas un seul instant qu’ils feraient face au maudit serpent n’ayant de cesse de le traquer depuis plusieurs mois déjà. L’elfe n’appréciait pas d’être pris au dépourvu de la sorte, il aurait grandement préféré que sa prochaine rencontre avec le reptile se fasse avec un peu plus de préparation. Il aurait tout ou tard décidé de s’occuper une bonne fois pour toutes de ce gêneur. Malheureusement les récents événements l’obligeaient à s’occuper d’autre chose que de sa petite personne. Néanmoins, cette soudaine péripétie permettait d’éloigner définitivement les sujets qu’il convenait d’éviter pour les jeunes esprits. L’animal engagea le combat, tentant de s’en prendre à l’elfe sombre.

« Oui enfin… vous êtes pires »

Eärendil fut piqué à vif par la remarque gratuite de sa liée.

« Hey ! C’est la vie cruelle, pourquoi devrais-je être différent ? »

Le pirate n’avait pas envie de se lancer dans une discussion philosophique, surtout en ce moment. Le reptile n’était pas une adversaire à prendre à la légère, mieux valait rester concentré.

« ...Nathaniel, tu ne parles pas serpent... »

Encore une remarque gratuite de sa liée, qu’avait-il bien pu faire pour lui mettre les écailles en pelote ?

« Et imaginons qu’il comprend la langue commune. J’aurais bien l’air bête de ne pas avoir essayé ? »

Le gredin fit un pas rapide en arrière, esquivant un coup de croc de la créature, faisant vibrer le ponton sur lequel il était. L’endroit n’était pas vraiment fait pour un affrontement, mieux valait éviter d’être trop brusque. Nathaniel n’avait aucune envie que le bois cède sous lui et qu’il se retrouve obligé à combattre dans la vase. Face un adversaire aussi rapide, le moindre ralentissement pouvait être fatal. Brandissant sa lanterne en direction de la bête, l’elfe avait pour idée de saper l’énergie de son adversaire. Avec un peu de chance, à force de l’affaiblir il pourrait placer un coup décisif. La stratégie sembla plaire à la dragonne qui fit part de son approbation à son lié. Nathaniel aurait assurément penché pour une approche plus directe s’il avait jugé la bestiole suffisamment faible, malheureusement ce n’était pas le cas. Kaiikathal se mit ensuite en tête de gagner du temps pour permettre à la lanterne de faire effet. Des tentacules d’ombre sortirent du marais sous eux, venant s’en prendre au reptile. L’animal siffla d’agacement s’engageant contre les apparitions magiques qui se dressaient entre lui et sa proie.

« Donne ton truc brillant. Je vais l’attirer et toi tu l’écrabouilles après, d’accord ? »

L’elfe arqua un sourcil et baissa les yeux en direction de sa lanterne. Quoi, elle voulait l’utiliser ? L’idée n’était pas totalement déraisonnée. La dragonne resterait en soutien, affaiblissante et gênant le reptile, pendant que lui se concentrerait sur l’esquive attendant l’occasion de placer un coup.

« Il semble sacrément remonter contre moi. Je ne sais pas si tu parviendrais à détourner son attention. Tu te batailles souvent avec Fabius, mais là c’est un plus gros morceau. Il n’est pas très sage de se mettre en un prédateur et sa proie et je n’ai pas vraiment envie de voir ce que ca donnerait s’il se mettait vraiment en colère contre toi. Coordonnons-nous plutôt. Je suis plus agile que j’en ai l’air, il ne m’atteindra pas aisément. Attrape la lanterne avec ta gueule et tâche de la maintenir braquée en sa direction. Tu l’affaiblis et je l’occupe, profitons du fait qu’il ait une dent contre moi. Si jamais un imprévu se produit ou s’il tente de fuir, utilises à nouveau tes tentacules. »

Sans attendre, Eärendil jeta avec dextérité la lanterne en direction de Kaiikathal, visant le museau de celle-ci. Il lui suffirait de la saisir à la poignée. Cette dernière sembla réussir. L’elfe transforma ensuite son crochet en main d’argent vint se saisir de son turban. Pendant ce temps, l’animal vint rapidement à bout des tentacules ombrés et reporta son attention sur Nathaniel. Ce dernier agitait légèrement son couvre-chef face à lui, gardant sa masse derrière lui tout en s’apprêtant à asséner un coup. L’elfe vint décrire le mouvement des vagues alors que le tissu magique dont était composé l’objet activait ses pouvoirs. Il y a longtemps, dans sa jeunesse, un des hommes de la bande de bandits à laquelle il appartenait avait charmé un sanglier avec sa cape pour détourner son attention et lui planter son épée dans l’œil afin de l’achever. L’elfe comptait réitérer l’expérience. Pendant que sa dragonne affaiblirait l’énergie de la créature, le dragonnier lui ferait oublier la présence de sa masse et baisser sa garde. Puis le moment venu, il attaquerait. Et puis s’il y parvenait, Nathaniel concentrerait les attaques du serpent sur son turban et non sur lui.

« Aller sale bestiole on va danser un peu. »

Le bête siffla de toute sa véhémence et commença à attaquer. Le gredin reculait lentement à chaque coup mettant toujours son turban en avant.


descriptionDuo de forbans EmptyRe: Duo de forbans

more_horiz
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
<<